Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 16 juillet 2024
Antananarivo | 00h35
 

Economie

Projet One District One Factory

Plus de 57 unités industrielles déployés à Madagascar

mardi 9 juillet |  1677 visites  | Mandimbisoa R.

Plus de 57 unités industrielles ont été déployées à travers le pays, dans le cadre du projet One District One Factory (ODOF), a confirmé le ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation en marge de la cérémonie de signature de convention de partenariat avec une société sud-africaine, US Okes Pty Ltd. Ainsi, Madagascar affiche une avancée significative dans le domaine, comme le confirment les autorités du pays.

Néanmoins, les unités octroyées par l’État étaient, constate le ministère de tutelle, souvent « en mauvais état » à cause de « l’absence de maintenance et d’entretien standardisés », sans oublier « le manque d’une stratégie claire pour la commercialisation des produits » à l’échelle locale et internationale.

Pour remédier à ces lacunes, le ministère a alors procédé à la signature de cette convention de partenariat signée avec Us Okes Pty Ltd. Cette société garantit un service de qualité et standardisé pour la maintenance et l’entretien des unités industrielles ODOF. Forte de son expertise en gestion logistique et maintenance industrielle, la société sud-africaine s’engage à assurer un fonctionnement optimal et pérenne de ces unités, ouvrant ainsi la voie à un développement industriel durable.

La commercialisation des produits ODOF est également au centre de ce partenariat. Une centrale d’achat et de distribution sera mise en place à Antananarivo, confirme le ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation. Cela offre aux consommateurs malgaches un accès direct aux produits issus des unités industrielles ODOF et facilitant les exportations, favorisant ainsi l’économie locale.

La charte de responsabilité des bénéficiaires établit les obligations des bénéficiaires des unités industrielles ODOF. Ces derniers s’engagent à respecter les normes de qualité, à utiliser les matières premières locales issues des coopératives, et à obtenir les autorisations nécessaires pour la commercialisation des produits. Cette charte garantit l’engagement des bénéficiaires en faveur de la pérennité des unités industrielles.

Le programme ODOF a pour objectif d’équiper chaque district d’une unité industrielle dédiée à la transformation locale, répondant ainsi aux besoins de la population. En mettant en place ces unités, le gouvernement envisage de stimuler la croissance économique, de créer des emplois locaux et de valoriser les ressources locales.

-----

8 commentaires

Vos commentaires

  • 9 juillet à 09:50 | Isandra (#7070)

    L’objectif est simple, l’industrialisation de notre pays, comme notre Charismatique Président nous réitère temps en temps.

    Répondre

    • 9 juillet à 10:41 | Ragnarok (#3696) répond à Isandra

      C’est fou de ne pas y avoir pensé avant, encore une démonstration du manque de programme au long terme, que tout est pour briller tout de suite, qu’importent les éclats de demain et la pâle fadeur qui condamnera ces pourtant bien heureuses productions.

      Quant à mettre des majuscules devant l’Illustrissime Clown, le c’on-s’en-suce Isandra ne reculera devant rien dans l’obséquiosité dégoulinante de sa béatitude. À vomir.

    • 9 juillet à 11:25 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Ragnarok,

      L’industrialisation est le velirano n°7 du Président en 2018.

      Toutefois, tout est chamboulé à cause de Covid, les priorités changent et que les projets se réalisent en fonction de l’arrivée de financements.

    • 9 juillet à 15:17 | citoyendumonde (#4292) répond à Isandra

      Unité industrielle : pfff. Unité artisanale oui.

    • 9 juillet à 15:22 | citoyendumonde (#4292) répond à Isandra

      Boloky,
      Honte à vous tous

      https://www.watson.ch/fr/international/pauvrete/703882984-voici-les-pays-les-plus-pauvres-du-monde

      Les pays les plus pauvres en proportion de la population :
      Madagascar – 75,2% en situation de pauvreté absolue
      Somalie – 70,7% en situation de pauvreté absolue
      Malawi – 70,1% en situation de pauvreté absolue
      République démocratique du Congo – 69,7% en situation de pauvreté absolue
      Soudan du Sud – 67,3% en situation de pauvreté absolue
      Burundi – 65,1% en situation de pauvreté absolue
      Mozambique – 64,6% en situation de pauvreté absolue
      République centrafricaine – 61,9% en situation de pauvreté absolue
      Zambie – 61,4% en situation de pauvreté absolue
      Rwanda – 52,0% en situation de pauvreté absolue

  • 9 juillet à 10:31 | Vohitra (#7654)

    L idee n est pas si mauvaise en soi... Seulement voila...

    Ce n est meme pas une industrie, ni une usine !

    Ce n est qu une unite de fabrication, disons, une unite de transformation, a l echelle d un District, au profit ou a gerer par une association...

    Auparavant, une initiative de ce genre avait rencontre un echec retentissant...

    C etait dans le cadre d un projet de la Banque Mondiale, un accord de Don d un montant de 89 millions de dollar US a travers le pays, au profit des groupements et associations paysannes...

    C etait dans le cadre du PSDR...

    Une des causes principales de l echec ?

    - perte de confiance et cohesion limitee dans les mouvements associatifs

    - connotation politique dans toutes initiatives de regroupement

    - escroquerie et mentalite egoiste parmi les membres

    - marche defaillant pour absorber la production a un prix remunerateur pour les associes...

    La solution idoine, c est de creer une Banque d investissement local adaptee au contexte local et sachant vehiculer un partenariat avantageux pour les parties... Une regionalisation de l economie et du marche s impose... Et dans le cadre d une decentralisation effective.

    Répondre

  • 9 juillet à 11:45 | Jipo (#4988)

    Ne pouvant qu’ espérer que l’ objectif soit atteint, comme toutes les initiatives entreprises .
    Une question m’ interpelle :
    Mieux vaut se fixer un seul objectif et essayer de l’ atteindre ou s’ en fixer plusieurs en espérant en atteindre au moins un ?
    Cas d’ école dont les Malgaches sont les cobayes bien malgré eux ...
    Tout est dit :
    " l’absence de maintenance et d’entretien standardisés »
    Comme d’ hab quoi ...
    Mais pourquoi : personne ne se penche sur la cause pour ne serait-ce qu’ essayer d’ y remédier !
    Il faut un suivi, un maitre d’ oeuvre , un chef de chantier, un capo pour superviser tant la construction que l’ entretien et le développement , pourquoi ?
    Parceque les Malgaches ont d’ autres priorités à commencer par quoi mettre dans la cocoty .
    Ce n’ est pas une question d’ irresponsabilité, mais d’ éducation et surtout du droit à se nourrir qu’ ils n’ ont toujours pas !
    Entretenir un Peuple de sans dents est plus gérable que des gens qui réfléchissent et pourraient se substituer à ces prédateurs qui l’ ont bien compris ...

    Répondre

  • 9 juillet à 14:56 | Albatros (#234)

    - « Toutefois, tout est chamboulé à cause de Covid..... » (post de 11:25) !.

    Etonnant c’est « facilité » de mettre, systématiquement, en avant ce « problème » du Covid à Madagascar, alors que le « charismatique-visionnaire-révoltutionnaire », champion du Monde de l’industrie, avait dans la main le produit miracle (le covid-organic !), qui allait sauver le Monde !. 🤔

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS