Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 25 octobre 2021
Antananarivo | 10h07
 

Tribune libre

Lettre ouverte à Messieurs les présidents Andry Rajoelina, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana, Albert Zafy

Pensez-vous au peuple Malagasy et à sa souffrance ?

vendredi 11 septembre 2009 | Joël Andriantsimbazovina

Messieurs les Présidents,

Depuis le 17 mars 2009, le peuple Malagasy, à Madagascar et dans le monde, assiste impuissant aux interminables négociations pour la mise en place d’une Transition en vue d’instaurer un nouvel ordre constitutionnel et de véritables institutions démocratiques débarrassés des pratiques du passé. Vous vous êtes engagés à aller dans ce sens en signant les Accords de Maputo, le 8 août 2009.

Vous vous êtes entendus également pour la répartition de quelques postes et fonctions entre vos mouvances lors de la seconde rencontre à Maputo du 25 au 27 août dernier.

En revanche, lors de cette seconde rencontre, aucune entente n’a pu se faire sur les trois postes à la tête de l’exécutif de la Transition : la Présidence, la Vice-Présidence et la Primature. Chacun d’entre-vous dit et continuera de dire que c’est n’est pas vous mais tel ou tel autre qui a refusé le consensus.

Après l’échec de Maputo 2 sur ces trois postes, le président Zafy et le président Rajoelina se sont envoyés et refusés des invitations mutuelles adressées également aux deux autres mouvances.

Un gouvernement d’ouverture a été composé sur demande du président Rajoelina à M. Monja Roindefo le mardi 8 septembre 2009.

C’est la conséquence d’un impossible consensus entre vous. C’est aujourd’hui un fait !

En tant que juriste spécialiste de droit public et d’institutions politiques et en tant que patriote et citoyen malagasy, j’ai eu l’honneur d’appeler toutes les parties Malagasy et la Communauté internationale à ne pas faire durer davantage la souffrance du peuple Malagasy, à faire prévaloir la raison sur la passion, à faire prévaloir l’intérêt de la Nation sur les intérêts particuliers de chacun d’entre-vous.

J’ai pris cette initiative en pensant à tous ses Malagasy que j’ai croisés sur les marchés, dans les rues et qui disent : il faut que les politiques cessent de se battre pour des sièges et pour le pouvoir, qu’ils pensent un peu à nous. Hajanony ny adiseza sy ny ady fahefanan’ny mpanao pôlitika ; tokony mba miheritreritra hoanay Malagasy izy ireo.

Je pense encore à eux et m’inquiète pour eux et pour mon pays quand j’ai lu la déclaration de la mouvance du président Albert Zafy ce jeudi 10 septembre 2009 dans laquelle des mots guerriers ont été utilisés et dans laquelle le mot « guerre » a été prononcé.

A part vos partisans convaincus (j’ose dire fanatiques), le peuple Malagasy ne comprend plus rien. En privé, les hauts diplomates étrangers connaissant la classe politique Malagasy avouent eux aussi y perdre leur latin. Chacun sait que le président Zafy a conduit une marche contre le président Ratsiraka devant le palais de Iavoloha en 1991 avec le drame que l’on connaît. Chacun sait que le président Ravalomanana s’est proclamé vainqueur avant le 2nd tour contre le président Ratsiraka en 2002 avec la période de troubles et de violence qui s’en était suivie et le départ en exil du président Ratsiraka. Chacun sait que le président Zafy a mis en garde publiquement le président Ravalomanana contre certaines dérives de sa gouvernance. Chacun sait que le président Ravalomanana a suspendu la station Viva de Andry Rajoelina en décembre 2008 pour avoir diffusé une interview du président Ratsiraka. Et chacun sait que Andry Rajoelina a hérité du pouvoir après que Marc Ravalomanana a transferé le pouvoir à un directoire militaire, qui lui même l’a transféré à Andry Rajoelina. Et aujourd’hui, les trois mouvances que vous dirigez, MM. les Présidents Ratsiraka, Ravalomanana, Zafy, forment une alliance (de circonstances ?) contre le gouvernement « unilatéral » formé par Monja Roindefo à la demande de Andry Rajoelina.

Sauf votre respect, qu’est ce que le peuple Malagasy a gagné de toutes ces luttes entre vous ? Et qu’est ce qu’il a à gagner à la poursuite de cette lutte que vous semblez prendre plaisir à prolonger et à faire durer ?

Je m’inquiète pour certaines composantes de ce peuple que vous vous apprêtez à mener vers une guerre civile. Vous les montez les unes contre les autres. Vous les incitez à manifester sur la place du 13 mai en votre faveur au gré des circonstances et de vos intérêts.

La fracture entre vos partisans est profonde et durable. En revanche, pour les plus anciens d’entre-vous, elle semble se résorber et se souder en fonction de vos intérêts personnels. N’entraînez pas les pauvres gens dans ce combat des chefs.

Vous avez exercé et vous exercez la plus haute fonction de l’État dans notre pays.

Il est de votre responsabilité de ne pas de ballotter ainsi le peuple Malagasy.

Vous vous êtes engagés à œuvrer pour la réconciliation nationale dans les Accords de Maputo. M. le président Zafy, vous vous êtes toujours présenté comme l’homme de la réconciliation, et d’après les indiscrétions, vous êtes tout désigné pour présider le Conseil national de réconciliation prévu par l’Accord politique et la Charte de la Transition signés à Maputo. On peut s’étonner qu’au lieu de s’emparer de votre stature, de votre expérience pour apaiser la situation, vous semblez souffler sur les braises pour mener une guerre si nécessaire. Mon grand respect à votre égard m’incite à vous supplier de jouer votre vocation de réconciliateur.

La Transition est prévue pour permettre la réconciliation nationale, la rédaction d’une nouvelle constitution différente des précédentes, la préparation d’élections pour l’instauration d’institutions véritablement démocratiques et stables susceptibles d’apporter un mieux être social et économique au peuple Malagasy. Elle n’est pas faite pour prolonger votre lutte personnelle de pouvoir et de sièges.

De grâce, l’essentiel n’est pas la Présidence de la Transition, ni la Primature, ni la Vice-présidence de la Transition. Puisque vous avez déjà occupé les plus hautes fonctions de l’Etat, MM. les présidents Ratsiraka, Ravalomanana, Zafy, pendant cette Transition, faites preuve d’élégance au vu de votre expérience. Ne vous battez pas pour cela même pour vos poulains. Unissez vos forces pour construire un avenir meilleur pour le peuple Malagasy qui en a bien besoin et mettez en place les institutions de la Transition avec M. Andry Rajoelina. M. Andry Rajoelina, même si vous avez connu l’onction du suffrage universel en devenant maire d’Antananarivo, vous aurez le devoir, si vous le souhaitez, et comme d’autres candidats le moment venu, de vous confronter au suffrage de toutes et tous les Malagasy pour savoir si vous rencontrez leurs aspirations.

Messieurs les Présidents, dans l’esprit des Accords de Maputo et avec la bonne foi qui sied à l’application de ces accords, faites en sorte qu’il n’y ait pas de guerre civile entre Malagasy et que les meilleurs conditions soient mises en place pour permettre au peuple Malagasy souverain de choisir qui sera le meilleur président pour faire progresser la patrie et qui seront dignes de le représenter et de le diriger.

Que le Fihavanana ne soit pas une simple incantation mais une réalité concrète dans l’intérêt de la Nation et du peuple Malagasy.

Je vous prie de croire, Messieurs les présidents, à l’assurance de ma très haute considération.

Joël ANDRIANTSIMBAZOVINA
Docteur en droit, Agrégé des facultés de Droit
Professeur de Droit public

40 commentaires

Vos commentaires

  • 11 septembre 2009 à 08:26 | hafatra (#1895)

    Ny valin’ny fanontaniana toy izao matetika dia : ENY eo an-tendro-molotra ary TSIA ao an’eritreritra mangina ao.

    Izaho aloha no tsinjoviko, dia manaraka ny fianakaviako, dia ny mpiray tanána, ny foko fiaviako......dia any amin’ny faraparany any ny vahoaka !
    Lavitra ahy loatra ilay antsoina hoe vahoaka.

  • 11 septembre 2009 à 10:08 | rota rakotomalala (#2628)

    Ce qu’il faut retenir et à garder en tête en permanence :

    "La Transition est prévue pour permettre la réconciliation nationale, la rédaction d’une nouvelle constitution différente des précédentes, la préparation d’élections pour l’instauration d’institutions véritablement démocratiques et stables susceptibles d’apporter un mieux être social et économique au peuple Malagasy. Elle n’est pas faite pour prolonger votre lutte personnelle de pouvoir et de sièges."

    Merci à Monsieur Joël ANDRIANTSIMBAZOVINA d’avoir écrit cette lettre et merci à la rédaction de MT de l’avoir publiée...

    Juste une question Monsieur Joël ANDRIANTSIMBAZOVINA, est ce que vous avez envoyé cette lettre à chacun des 4 présidents ? Si oui, est ce que vous pensez qu’ils vont réagir ?

    Je l’espère de tout mon coeur :

    1) en réaction à votre première lettre, j’avais dit comme une boutade à Ndimby, que j’appellerai à nouveau Andry Rajoelina Monsieur le Président.

    2) une citoyenne qui s’exprime dans la rubrique Tribune Libre a dit "Si les trois mouvances sont des patriotes, si elles veulent se racheter des forfaits qu’on leur reprochait de leur passé obscur, il suffirait d’accepter les places de la Vice Présidence et des vices primatures pour permettre à la population de voir et de s’assurer que les dirigeants de ces mouvances avaient bien changé. Sinon ils sont tout simplement attirés par l’odeur de l’argent des bailleurs de fonds et du pouvoir de la 4°République. Ils craignent, s’ils ne sont pas au pouvoir actuellement durant la transition, d’être écartés d’office des élections qui vont venir."

    Bien cordialement,

    Rota RAKOTOMALALA

    Que vive Madagascar, Volontaire pour un Développement Durable et Intégral...tel est mon rêve

    • 11 septembre 2009 à 11:42 | andriantsimbazovina (#3167) répond à rota rakotomalala

      Madame,
      Nous partageons ce rêve.
      La récréation entre hommes politiques au détriment de notre peuple a assez duré.

      Bien sincèrement.

    • 12 septembre 2009 à 13:33 | lalatiana (#1016) répond à andriantsimbazovina

      Cour de récréation ...

      Mouais ... Sauf qu’il y a en plus un gamin inculte et inconscient qui veut absolument prendre le préau... Celui là même à qui vous voulez faire confiance pour qu’il établisse le règlement intérieur. Et vous voulez qu’on se taise ?

      Prendriez vous le pari que les "petits" postes artificiellement et généreusement saupoudrés ou même la tête des instances législatives sauront brider ces ambitieux et leur projet de "bétonner" les élections qu’ils prétendront avoir organisées ?

      Que Monsieur le Professeur de Droit nous ponde une autre solution pour
      nous sortir de là sans nous laisser prendre en otage par qqun en qui on n’a absolument PLUS confiance ... et je ne met aucune forme d’ironie dans cette assertion.

      Personnellement, je ne leur fait aucune espèce de confiance quant à leur capacité et quant à leur volonté de mettre en place une démocratie tournée vers le développement... Et je ne suis pas un "fanatique" de Ra8 ni d’aucun autre... Et je pense au peuple malagasy et à sa souffrance... Ce n’est pas pour autant que le peuple malagasy n’a droit qu’à la pire des solutions.

    • 12 septembre 2009 à 15:58 | andriantsimbazovina (#3167) répond à lalatiana

      Tant que l’on sera dans cet état d’esprit, on se moque du peuple Malagasy en réalité.
      Je crois avoir proposé des solutions raisonnables. La raison veut dire savoir renoncer à certaines choses pour pouvoir en gagner d’autres plus importantes à moyen et à long terme.
      Le peuple Malagasy n’attend qu’une chose : qu’une nouvelle constitution soit préparée pour permettre des élections afin de choisir la personne qui dirigera les pays et les personnes qui représenteront le peuple au Parlement.

      C’est l’assurance d’un chemin vers la stabilité seul garant d’un mieux être social et économique.

      La personne d’Andry Rajoelina ne doit pas devenir une obsession. Le Président de la HAT doit bien se confronter au suffrage universel et concourir face à d’autres candidats un jour ou l’autre. Et il appartiendra au peuple de s’exprimer...

      Tout le reste n’est que passion certes compréhensible mais improductive pour le peuple.

    • 12 septembre 2009 à 17:23 | Joseph (#2102) répond à lalatiana

      Que Monsieur Patrick Rakotomalala alias Lalatiana cesse de se cacher derrière l’anonymat. Tout le monde sait qui il est, c’est devenu public depuis ses insultes lamentables et indignes envers Jeannot Ramamabazafy, on sait qu’il est un fervent supporter installé en France, de l’ancien régime. Il ne peut plus avancer masqué. Qu’il participe au débat en tant que membre irréductible du clan Ravalomanana, ce serait plus honnête.
      Pour lui, "nous sortir de là" çà veut dire faire le jeu des trois ex-Présidents et du GIC et rien d’autre. Il y a donc là inaptitude chronique au dialogue, car aucune volonté de transiger, à l’image de la position du Maître.

      Un dialogue positif ne peut s’engager qu’avec des gens non extrémistes. La CI a choisi de mettre en avant trois anciens présidents qui ont donné une connaissance terriblement concrète aux Malgaches dans leur chair et pendant des décennies de ce qu’ils sont : des voleurs, des spoliateurs et des mafieux. Pas de dialogue constructif avec des supporters de régimes anti-démocratiques.

    • 12 septembre 2009 à 18:02 | lalatiana (#1016) répond à Joseph

      Tiens Joseph ...

      Vous avez raison ...

      Je suis bien Patrick Rakotomalala, résident en région parisienne, dirigeant d’entreprise ...

      Je n’ai pas changé de pseudo JUSTEMENT parce que celui ci LALATIANA PITCHBOULE a été dévoilé. au mépris de tout respect de la vie privée ... J’assume mon identité, moi ... et mes convictions ... contrairement à un certain vazaha de la réunion qui devrait se dévoiler lui aussi quand il donne des leçons aux malgaches on se demande en vertu de quel dessein.

      Quant à mes insultes sur Ramambazafy , il faut vraiment que vous soyiez aussi malade que lui pour juger qu’elles sont plus choquantes que les insanités haineuses qu’il profère à longueur d’année.

      Et je n’en ai pas fini ...

      tssssss ....

    • 13 septembre 2009 à 20:08 | Joseph (#2102) répond à lalatiana

      Le sort des Malgaches intéresse tous les êtres humains.

      Des milliers de Vazaha s’ expriment aussi dans des centaines de structures socio-économiques, des anonymes, des Consuls, des Ambassadeurs, des ONG, des Pedro Opeka, des Sylvain Urfer ... On voit que pour vous donc, il faut faire taire ces gens qui ne peuvent que DONNER DES LECONS aux Malgaches quand ils s’expriment.
      Vous, vous ne donnez pas de leçons, vous êtes un vrai Malgache, si VRAI et authentique pur Malgache que ... vous vivez en France ! Vous devriez avoir la pudeur de ne pas attaquer sur ce terrain de la nationalité !
      Vous exposez là la position de Ravalomanana qui a expulsé ou fait taire de façon radicale tous ceux qui disaient des vérités sur Madagascar.
      Les Chinois "de Taïwan", les Karanes aussi, Bourahs, Khodjas, Isamëliens, les Comoriens tous ces gens ont aussi souffert de cette politique de 50 années de nationalisme étriqué, de division de la société malgache en cheveux frisés ou lisses, fotsy, mainty, andevo, macoua, et vous vous ressortez encore le schéma de pensée éculé du vazaha qui n’aurait pas le droit de s’exprimer sur Madagascar ?
      D’ autant plus qu’étant sur le net, les nationalités des gens importent si peu !

      Qui vous empêche de participer à des débats dans votre secteur parisien ou de donner votre avis dans Libé, dans le Monde ou dans Charlie-Hebdo sur tel ou tel sujet franco-français ? Croyez vous que tous les Français soient des boeufs ignares et colonialistes, que leur esprit est aussi étriqué pour dire : chacun chez soi, les blancs ici, les noirs là bas, les chocolats par là, les bleus ici ?
      Vous voyez les pays de ce monde comme des banthoustans de nations étanches ? Mais bon dieu, que faites vous en France alors ? Pour vous, naturellement, participer à un débat sur l’avenir de la première démocratie malgache qui se joue en ce moment, n’ est qu’une affaire nationale, alors que vous vous couchez devant des étrangers tels Chissano et sa clique de la SADC et de l’UA ! Quelle logique !

      Que fait l’origine ethnique ou nationale des gens dans tout çà ? Et les Malgaches de nationalité française n’auraient ils donc eux aussi pas le droit à la parole, ni les Vazaha alliés affectivement ou familialement à des Malgaches ?
      On voit que vous adhérez étroitement à l’idéologie antique du nationalisme, tout en acceptant et en appelant même les ingérences Américaines, Norvégiennes, Sud-Africaines ou Africaines lorsqu’elles servent vos buts.

      Moi je vous gêne parce que je dénonce votre façon de vous masquer, non par votre nom, mais dans votre approche du débat avec Mr Joël ANDRIANTSIMBAZOVINA : Dites franchement que vous êtes un jusqu’au boutiste pour la restauration de l’ancien régime que vous appelez le "retour à la Constitutionnalité". Employez le vocabulaire dédié : putschiste pour Rajoelina, Président pour Ravalomanana, et n’avancez pas masqué dans un dialogue alors que vous n’y êtes absolument pas ouvert.
      Votre mouvance est si mouvante qu’elle est spécialisée dans le noyage de poisson permanent. Vous ne dialoguez pas dans le but de faire avancer les choses mais dans celui de démolir avec constance tous les efforts de ceux qui travaillent sur place à l’avènement d’une première démocratie malgache.

      Evidemment qu’un vazaha n’a rien à dire si le projet est de revenir à l’ancien régime et aux précédents ! Je vous reçois 5 sur 5 à ce sujet.
      Mais lorsqu’il s’agit de donner une chance à Madagascar de rompre radicalement avec les habitudes mafieuses et claniques du passé, tout être humain sensible, de quelque "nationalité" qu’il soit de par les hasards de sa naissance, a le devoir d’ y participer.

      Vous adorez la dépendance de l’île envers les bailleurs de fonds, puisque c’est l’option politique anachronique choisie depuis " l’indépendance" par les régimes antérieurs dont vous êtes un fervent nostalgique. Vous appelez de vos voeux le blocus économique de Madagascar, à l’unisson avec la SADC et l’UA. Par contre si les capitaux sont libres de circuler dans le système économique que vous défendez, vous préfèreriez que les idées démocratiques ne circulent pas trop, surtout si (oh érésie !) un vazaha s’y associe !
      Vous auriez mieux fait de vous taire avec votre tentative de me nuire en "révélant" ma nationalité, ce qui a fait pshshittt ... Je voulais seulement rappeler aux lecteurs que ce Lalatiana qui avance à pas feutrés dans un dialogue inclusif, est en fait quelqu’un qui a prouvé de par ailleurs sa haine profonde de ses contradicteurs.
      Si vous vouliez interdire aux vazaha de s’exprimer aussi sur Madagascar-tribune.com, c’est raté.

      Vous savez, les arguments politiques, les idées, n’appartiennent à personne, Français ou Malgaches ou autres, nous n’en sommes que des vecteurs le plus souvent anonymes, non par peur de dévoiler nos noms, mais tout simplement par modestie et parce que ce que nous sommes dans la vie n’intéresse personne. Sur le blog de Alain Rajaonarivony, par exemple, très proche de vos idées, j’avais signé de mon nom, mais j’ai eu très peu de gens qui m’ont répondu sur le thème du "vazaha de quoi je me mêle" comme vous l’avez fait ici.
      Je signe Joseph parce que j’aime ce prénom qui va bien avec mon âge presque respectable... je le conserverai aussi, surtout parce que je le répète, ce sont les idées qui comptent et non la qualité de celui ,qui les dit. Vous adorez répondre à Mr Joël ANDRIANTSIMBAZOVINA par "professeur", mais c’est pas en sa qualité de recteur ou je ne sais quoi qu’il s’exprimait, mais en son nom propre.
      Je serais curieux aussi de voir vos réponses à Pedro Opeka qui a dit à peu près les mêmes choses que Mr Joël ANDRIANTSIMBAZOVINA sur les espoirs populaires que Rajoelina concentre sur son gouvernement transitoire et la délinquance crasse de Ra8 !

      De même, tout le monde se désintéresse de Rajoelina en tant que personne : ce qui compte c’est ce que son mouvement politique représente. Pareil pour votre Dada, sa personne n’est rien sans le clan qui l’entoure et le système économico-politique qu’il représente, l’ ultra-libéralisme,les idées criminelles de l’ OMC, l’ élitisme,la pauvreté endémique pour le peuple et la richesse en croissance exponentielle pour la minorité. S’il n’exostait pas, soyez sûr qu’un jour ou l’autre une autre carpe (Ra8) et un autre Lapin (comme vous dites) aurait vu le jour. Il s’agit là d’un combat séculaire entre l’ option du capitalisme sauvage individualiste et élitiste et celle d’un régime politique de développement durable pour tous.

      Voilà ce que m’inspire votre réaction méprisante sur mes origines ethniques. Vous devriez aller au bout de votre raisonnement, puisque "vous n’en avez pas fini, tsss..." et rentrer au pays car Madagascar aux Malgaches, la France aux Français,( la côte aux côtiers etc ...) Un borgne l’a dit avant vous suivi de près par Hortefeux et Besson, et un autre aussi avec une petite moustache l’a érigé en système.
      Signé : un vazaha qui n’a de leçon à donner à personne.

    • 13 septembre 2009 à 22:51 | lalatiana (#1016) répond à Joseph

      Joseph,

      J’aime la France et les français et je reste profondément attaché à ma double culture. Vous le croirez ou non. C’est votre problème. Je ne m’oppose pas aux français, je m’oppose à la politique de la France quand je juge qu’elle ne répond pas à mes idées. Est ce que les 47% d’opposants à Sarkozy haïssent la France ?

      Et ici, ce n’est pas le français que j’interpelle chez vous ... C’est l’étranger HAINEUX qui donne des leçons … Mais comme d’habitude, le tribun manipulateur que vous êtes trouve dans mes mots prétexte à un de ces STUPIDES et SCANDALEUX AMALGAMES dont vous êtes coutumier.

      Ceci étant, ma réaction "méprisante" ne fait que répondre à vos sempiternelles agressions que je juge particulièrement violentes ... Et à vos jugements de valeur à l’emporte pièce, qui ne valent certainement pas mieux que ceux là mêmes que vous prétendez me reprocher.

      Voulez vous une compilation de vos posts où vous nous injuriez violemment en préjugeant de notre honnêteté intellectuelle ? Vous êtes d’une mauvaise foi scandaleuse ? Et d’une hypocrisie encore plus scandaleuse à reprocher aux gens leur « anonymat » (c’est votre hochet à vous aussi ?) quand vous même tentez de vous faire passer pour un malgache de cœur pro-rajoelina.

      Quant à mes convictions, je suis certainement moins « ravolomaniaque » et plus lucide que vous êtes, vous, « ravalomananaphobe rajoelidôlatre ». Et alors ??? Ca mérite autant d’invectives ? Ca va pas votre tête !

      Alors, lâchez moi. Lâchez nous. Et arrêtez de m’agresser et de nous agresser. Si je vous emm… à ce point, ignorez moi, comme je vous ignore. Mais si vous tenez à y laisser de l’énergie, ne préjugez pas de mes capacités d’investigations et de compilation … et de réponse.

      L’enfer c’est toujours les autres ... C’est bien connu ...

      Lâchez moi ... Vous vous en porterez mieux.

  • 11 septembre 2009 à 10:10 | Ndrosany e (#3181)

    Enfin bref ! Silence tout le monde, applaudons les héros (ou zéros) du FATy !

    Ils se sont torchés avec l’accord du Maputo ? bravo ! bis ! hourrah !

    Les co-signataires du Charte ne sont pas contents ? c’est pas grave ! qu’on les arrête ces idiots, il y a encore quelques cellules de libre à Tsiafahy !

    La communauté internationale condamne ? elle n’est pas indispensable, qu’ils plient bagages et nous laissent tranquilles !

    La Nation est au bord du gouffre ? La peuple malgache souffre depuis ces 9 mois d’exactions commises contre lui ? Meuh nannnn ! Tout va bien Madame la marquise !

    Car Môssieu Radomelina TGV est le messie attendu par quelques illuminés comme Môssieu le Docteur en droit, Agrégé des facultés de Droit
    Professeur de Droit public, donc il ne faut SURTOUT pas le contrarier, il faut se plier à son diktat, il faut le bénir, il faut se courber devant lui, sinon vous n’êtes pas patriotes, vous êtes les ennemis de la Nation.

    ET PUIS QUOI ENCORE ???????????????????????????

    • 11 septembre 2009 à 11:50 | andriantsimbazovina (#3167) répond à Ndrosany e

      En bref, on fait quoi pour avancer ?

    • 11 septembre 2009 à 16:19 | ragasy (#416) répond à andriantsimbazovina

      Monsieur ANDRIANTSIMBAZOVINA,

      Pensez-vous vraiment que les tgvistes ne vont pas organiser les élections à leur façon ?

      Déjà, Madame Blanche Richard a annoncé que les résolutions sorties des différents forums régionaux sont prêts pour être validés par leur conférence nationale !

      Je vous pose votre question : qu’est ce qu’on va faire réellement selon vous ?

    • 12 septembre 2009 à 00:52 | andriantsimbazovina (#3167) répond à ragasy

      Il peut y avoir une volonté effectivement d’aller en ce sens.
      C’est le danger du refus des autres mouvances de participer aux institutions de la Transition au prétexte que les deux têtes de l’exécutif ont été unilatéralement accaparées par la mouvance Rajoelina.

      Face à un impossible consensus dont la responsabilité incombe à toutes les mouvances, la Communauté internationale pourra retarder la reconnaissance mais ne pourra pas éternellement la refuser surtout si des élections légitiment le pouvoir en place.

      Pour l’avenir du pays, il vaut mieux participer en sachant lâcher du lest et être conscient que les rapports de force permanent seront favorables à la HAT compte tenu de la configuration actuelle et qu’ils prolongent la souffrance du peuple.

  • 11 septembre 2009 à 10:17 | nyvo (#1800)

    fa ity governemanta tsy misy mpi-reconnaitre ity ve izany monsieur le professeur en droit no tena ahitan’ny malagasy tombotsoa ????????

  • 11 septembre 2009 à 10:54 | mpitily (#1212)

    Merci et bravo pour cette lettre et celle d’hier sur madagate.

    Enfin un spécialiste qui exprime bien et clairement ce que je ressens du fond de moi-même.

  • 11 septembre 2009 à 11:39 | kakilay (#2022)

    Tout un chacun sait que Rajoelina a fait un coup d’état. Pourquoi ce silence ? L’erreur a été de croire que Maputo à été fait pour oindre un putschiste. Entre son gouvernement de la rue et l’intérêt du peuple : il a choisi. Et on ne prétend pas confectionner un nouveau plat national en faisant les poubelles des restaurants du pays.

    • 11 septembre 2009 à 11:47 | andriantsimbazovina (#3167) répond à kakilay

      Une fois qu’on l’a dit. Quelle solution raisonnable et réalisable pacifiquement proposez-vous sachant que MM. Ratsiraka et Ravalomanana sont à l’étranger, que M. Zafy n’affirme pas avoir une prétention pour diriger à nouveau le pays et que M. Rajoelina est au pouvoir ?

    • 11 septembre 2009 à 12:31 | kakilay (#2022) répond à andriantsimbazovina

      N’entendez-vous pas les appels pour un retour autour de la table ? Le raisonnable est à trouver comme le réalisable. Ne nous dites pas que le raisonnable est la raison du plus armé. Vous nous décevez pour peu que vous donniez une place à la raison et à son esprit dans l’homme. On ne parle pas pas seulement aux hommes en s’adressant à leurs peurs. L’esprit de Maputo c’est "arrêtons les hostilités, et discutons", et s’il faut du temps, on prendra ce temps. On ne va pas répéter ici qu’il faut donner du temps au temps. TGV â TGV ê... Parce que l’on gagne du temps maintenant ? "Le temps ne respecte pas ce qu’on a fait sans lui". Je regrette mais la politique n’est pas seulement une affaire de constitution... la preuve votre lettre. La politique est une histoire d’hommes, de principes, d’idéal, de sentiments... d’espoir, de déceptions. Il est question de la VIE de la cité.

      Tsy misy mangidy ohatran’ny sakay, fa rehefa ifanarahana lany foana. Cela ne nous plaît pas, mais alors là pas du tout, que l’on discute avec les pustchistes. Mais s’il faut faire, on fera notre deuil. Mais de grâce, ne nous dites pas de nous coucher devant les colonels : il y va de l’avenir de nos enfants. Je ne voudrais pas qu’ils vivent ce que nous avons accepté jusqu’ici. Adouber les plus forts ?

      Sommes nous assurés de parler entre démocrates d’abord ?

    • 11 septembre 2009 à 13:04 | RAPADANGO (#1897) répond à andriantsimbazovina

      Misaotra betsaka ny mpanoratra. Ireto no hitako ho "solutions raisonnables et réalisables pacifiquement" raha tiana ny hiala amin’izao olana izao :
      1. Fiverenanana @ fifampidinihan’izy 4 mirahalahy mianaka.
      2. Raha tia tanindrazana marina Atoa Andry Rajoelina dia tokony hanaiky hampilefitra ny hambom-po misy ao aminy raha hita fa hampisy fikorontanana. Ary indrindra ahatsiaro ny antony anankiroa nitaomana ny vahoaka teny Ambohijatovo dia ny fanalana ny jadona sy ny fahazoana miteny ankalalahana @ haino aman-jery (liberté d’expression). Fa tsy sanatrian’ny vava izy indray no hitelina (na koa hampitelina) ny ratsy naloany.
      3. Tsy tokony hisy mitonona ho "société civiles" hiandany amin’ny atsy na ny aroa fa tokony hijanona foana ho mpanelanelana.

    • 12 septembre 2009 à 00:20 | andriantsimbazovina (#3167) répond à kakilay

      Ce qui s’est passé aujourd’hui n’est qu’une manifestation de la guerre des chefs et de la manipulation de la foule par ces derniers.

    • 12 septembre 2009 à 13:56 | lalatiana (#1016) répond à kakilay

      Merci Kakilay ... superbement dit

    • 12 septembre 2009 à 16:03 | andriantsimbazovina (#3167) répond à kakilay

      Il ne s’agit pas de se coucher devant qui que ce soit. Il s’agit de créer justement les conditions d’un avenir meilleur pour le pays.
      Si vous préférez l’affrontement permanent sachant que le monopole de la force publique vous échappe, c’est votre responsabilité.
      Cette attitude ne fait que conforter la H.A.T et lui permet de justifier l’utilisation de la force.

      Celles et ceux qui pensent véritablement à l’avenir devraient sortir de cette situation de blocage.

    • 12 septembre 2009 à 16:11 | andriantsimbazovina (#3167) répond à RAPADANGO

      @Rapadango,

      Ny fifandinihin’ny chefs de mouvances no tsy maintsy haverina.
      Ny sisa dy fikarakarana ny constitution sy ny fifidianana. Ho ita eo ny be hambom-po !
      Ny mpifidy no misafidy.

  • 11 septembre 2009 à 12:23 | rota rakotomalala (#2628)

    « En introduction de ce que je souhaite aborder, j’ai pris comme document de base, celui de Nicanor Perlas prix Nobel alternatif qui insiste sur la force culturelle de la société civile qui en fait un troisième élément de la société à côté de l’état et de l’économie.
    Le processus complet et authentique d’une triarticulation nécessite la participation significative et véritable des trois institutions-clefs de la société, dont les partenaires sont conscients de quelle sphère sociale est la leur.
    Dans la triarticulation, la substance est complète si elle recèle les différentes dimensions du développement.
    Toutes les dimensions du développement ne peuvent pas être atteintes d’emblée. Mais elles doivent être prises consciemment en considération dans le processus et la substance de la triarticulation.

    La triarticulation, passe par trois phases- de fait d’abord, puis consciente et enfin avancée - et il en ressort que les manifestations concrètes, réelles peuvent varier dans le temps et dans l’espace, en fonction des conditions réelles de la vie sociale.

    Dans la triarticulation de fait, la société civile évolue sur un mode critique et souvent " de rejet". »

    Ci-dessus un extrait de mon article sur l’engagement citoyen au pluriel http://www.madagascar-tribune.com/Groupes-de-reflexions,12254.html

    et force est de reconnaître que NOUS N’AVONS TOUJOURS PAS DEPASSE LA PHASE DE REJET ET DE CRITIQUE DE LA TRIARTICULATION SOCIALE POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE ET INTEGRAL…

    ET POUR DEPASSER CE STADE, ORGANISONS-NOUS !

    « Le terme de société civile est employé pour parler globalement de personnes et groupes de personnes organisés collectivement, indépendamment de l’Etat.
    Sous cette appellation, on regroupe des mouvements, organisations, associations qui agissent en dehors de l’Etat et des pouvoirs constitués, pour faire prendre en compte leurs valeurs ou leurs intérêts par les décideurs politiques et économiques. Les ONG, les syndicats, les associations d’usagers, les groupements paysans, les entreprises par exemple, font en théorie partie de la société civile. »

    extrait de mon article « Sommes nous prêts Citoyens Malgaches ? http://www.madagascar-tribune.com/La-Societe-Civile-le-3eme-pouvoir,12474.html

  • 11 septembre 2009 à 12:24 | gorazily (#3186)

    J’aimerais préciser ici que je n’approuve pas non plus la logique de confortation des autres mouvances mais à chaque fois que je lis notre éminent professeur, que je respecte profondément par ailleurs, je ne comprends toujours pas le peu de cas qu’il fait de ce qui va se passer après 15 mois de soi-disant transition consensuelle. En effet, il n’est pas sans savoir que c’est la crainte d’un hold up électoral, c’est la prolongation de cette "Unitéralité" ad viternum. qui hérissent les gens épris de démocratie et de justice.

    Pour autant, le fait de s’insurger contre les futures manigances électorales ne font pas d’eux des fanatiques désireux de prolonger la crise, ni de bloquer la réconciliation nationale.

    "La Transition est prévue pour permettre la réconciliation nationale, la rédaction d’une nouvelle constitution différente des précédentes" nous précise M Le Professeur

    mais une des premières mesures de M. Andry Rajoeilna, n’est il pas d’abaisser l’âge légal pour se porter candidat ?.

    Nul doute que M Andry Rajoeilna fera tout son possible pour assurer son trône.

    Nul doute que son attitude unilatérale sera renforcée tout au long du processus de transition

    Nul doute qu’il ne changera pas de méthode puisqu’il se voit conforté par tout le monde dans ses actions. Y compris par, ce cher professeur de droit qui gagnerait plus à garantir le déroulement d’une élection libre et transparente plutôt que de s’employer avec tout le poids de son à justifier aux noms des arguties juridiques l’intransigeance de Andry Rajoeilna.

    Je reconnais que le raccourci est un peut court mais c’est comme un parent qui laisse un enfant gâté faire fi de tous les règles de bienséance et de l’encourager dans ses attitudes les plus répréhensibles.
    Cet enfant habitué à tout avoir, sera mal élevé et ne saura plus faire la distinction morale entre le bien et le mal, son mode opératoire sera conditionné par un seul point de vue : le sien .
    Son arbitrage sera motivé par son seul intérêt.

    Mais, en dernier analyse, est-ce la faute de l’enfant ou des parents ?

    • 12 septembre 2009 à 00:34 | andriantsimbazovina (#3167) répond à gorazily

      @gorazily,

      Au contraire,on doit se préoccuper surtout de ce qui va se passer après les 15 mois.
      Moins nous avons une transition inclusive - on se contentera du consensus sur certains points car un consensus sur tout visiblement c’est difficile voire impossible - et plus grande sera notre chance de revoir les mauvaises habitudes du passé.
      L’unilatéralité n’est que la conséquence de mésentente et de calculs de toutes les mouvances.
      Nous ne devons pas partir du principe qu’il ne faut rien faire parce que X ou Y ferait des manigances électorales. Avec ce raisonnement, on ne fera jamais rien.

      Bien au contraire, participer à la Transition même si l’on a pas les postes de Président et de Premier ministre permet de contribuer à l’instauration de mécanismes et de procédures susceptibles de garantir des élections transparentes, équitables, sincères sous le contrôle de la Communauté internationale.

      Se battre pour ces postes ne fait qu’aggraver une crise et la souffrance du peuple.

      Si on pense véritablement à l’avenir de notre pays et des générations futures, c’est le moment de savoir ce que l’on veut.

      Provoquer l’escalade parce qu’il y unilatéralité sur les deux têtes de l’exécutif et sachant que l’on pousse le pays vers l’inconnu ou prendre ses responsabilités et participer aux institutions de la Transition, seul moyen d’y établir un contre-poids et un équilibre en termes de contrôle.

    • 12 septembre 2009 à 15:30 | lalatiana (#1016) répond à andriantsimbazovina

      Mon malaise à vous lire est celui ci :

      Comment pouvez vous partir du postulat qu’AUCUN CONSENSUS N’EST POSSIBLE ? Autant faire le procès en anti-patritotisme et en corruption de l’INTEGRALITE de la classe politique (société civile incluse) ... Sans la moindre nuance d’espoir...

      Je le répète. On a toléré discuté avec les putschistes. ON tolèrera le faire encore. Mais on n’acceptera pas ce hold up.

      Que l’on mette le maximum de pression sur cette mouvance - mais aussi sur les autres - pour qu’ils retournent à la table des négociations et, sous la pression, nous pondrent une solution de consensus. Celle ci accordera une légitimité et une confiance dans un gouvernement MEME S’IL N’EST QUE DE TRANSITION.

      Et là, votre sagesse et votre technicité pourront prendre tout leur sens. Et non pas dans cette tentative de nous faire avaler des couleuvres habillées d’arguties qui déguisent vos convictions politiques.

      On en a assez d’être pris en otages. Il faut qu’ils l’entendent. C’est quoi cet archétype du malgache qu’ils véhiculent : il manifeste de temps en temps mais il se résignera bien un jour, comme d’habitude ???? C’est au moins de l’irrespect, si ce n’est du mépris.

      C’est pas ça la démocratie ...

    • 12 septembre 2009 à 16:15 | andriantsimbazovina (#3167) répond à lalatiana

      @lalatiana,

      Je n’affirme rien ! Je constate avec consternation comme tous les Malagasy et comme la Communauté internationale.

      La HAT campe sur sa position.

      Ra8 et ses nombreux sites internets n’ont qu’un slogan : retour de la légalité, retour de Ra8 au pouvoir.

      Ratsiraka et Zafy en profitent pour ajuster leurs positions en fonction des circonstances.

    • 12 septembre 2009 à 17:46 | lalatiana (#1016) répond à andriantsimbazovina

      Professeur,

      Je tiens à vous remercier de la correction de votre ton. De la même manière je dois reconnaître que votre persévérance (*) à répondre à vos contradicteurs parfois violents force le respect.

      Mais … Vous ne pouvez pas nous reprocher de ne pas accorder plus de crédit au TGV que vous n’en accordez aux déclarations de la mouvance Ra8 quand ils disent vouloir reprendre les négociations.

      TGV a fait une énorme erreur stratégique (on l’a déjà dit) : s’il avait lâché la primature c’est la mouvance Ra8 qui se serait trouvée isolée et probablement forcée de lâcher sur la présidence. Ra8 a bien accepté de ne pas rentrer et d’abandonner définitivement ses fonctions …

      PERSONNELLEMENT, si l’idée de devoir évoquer le mot de « président » à propos de Rajoelina me révulse, je l’aurais avalée à condition de disposer d’une transition véritablement inclusive.

      Par inclusive j’entends, pour ma part, une représentation EQULIBREE de chacune des mouvances au sein de postes ministériels clés et des institutions, et non pas ce saupoudrage d’un mauvais sucre opéré par des apprentis marmitons qui font brûler la marmite.

      Ingouvernable, me direz vous … dans la logique de un chef, un gouvernement, un projet… C’est ça, oui … et la marmotte , pardon le lapin , il met le chocolat dans le papier ???

      Que le juriste que vous êtes aide à définir les modalités de fonctionnement d’un gouvernement qui devra marier de toutes façons la carpe et le LAPIN … et d’institutions qui devront définir INTELLIGEMENT une nouvelle constitution si ils y tiennent.

      Mais nous ne demandez pas de nous coucher devant ce coup d’Etat. Je le dis et le répète : LES MALGACHES MERITENT MIEUX que la résignation.

      Ce n’est encore et toujours qu’une question de confiance … Pour le moment on a vu bien plus de manipulations, de mensonges, de trahisons, d’ignominies d’un coté que de l’autre ces derniers mois. Mais c’est éminemment subjectif et émotionnel. Mais je refus de m’y faire.

      Cdt

      (*) qui m’a permis à moi-même de mieux penser ma position.

    • 13 septembre 2009 à 13:39 | rota rakotomalala (#2628) répond à lalatiana

      alors lalatiana, ne pourrions nous pas dépasser ce stade émotionnel pour avancer sans nous résigner ?

      quand je dis ce que je dis là, on va encore me taxer de prendre position pour telle ou telle personne, je suis fatiguée de tout cela...

      rasoa m’a posé la question de quoi faire alors ? je lui ai répondu que ce n’était pas à moi qu’il faut poser la question, c’est à soi même...c’est une fois qu’on se pose la bonne question que l’on peut avancer à mon humble avis...unis et vers la même direction.

      Un proverbe africain dit : "Si tu veux aller vite, avance seul. Si tu veux aller loin, avance uni." J’ose espérer un jour proche que nous allons tous avancer vite et loin...

      "Si tu penses comme moi tu es mon frère. Si tu ne penses pas comme moi, tu es deux fois mon frère car tu m’ouvres un autre monde". Hampaté Bâ

      J’ai l’impression que Hilary Clinton s’est appropriée cette citation en acceptant le poste qu’elle occupe actuellement et que Barack Obama lui a proposé...

      cordialement

    • 13 septembre 2009 à 23:03 | lalatiana (#1016) répond à rota rakotomalala

      "Si on te frappe sur la joue droite, tends la joue gauche ..."

      Je dois certainement être un mauvais chrétien, sur ce plan là ... je sais pas faire.

      Ils prendront de ma part des baffes ... tant qu’ils n’auront pas reconnu qu’ils ont eu tort de croire qu’ils pouvaient en distribuer impunément.

      Et ne crois pas, toi aussi, que ça freinera mes projets. Ca me demandera seulement un peu plus d’énergie.... T’en veux ??? pas des baffes, j’entends... de l’énergie :-)

      Bien à toi

    • 14 septembre 2009 à 15:59 | gorazily (#3186) répond à andriantsimbazovina

      Décidement, M Andriantsimbazovina, ne fléchit pas devant l’impopularité soulevée par ces propositions "pro-andry-rajoelina-pour-la-transition-qui-n’est pas un objectif-et-donc-il-ne faut pas s’y a pesantir" .

      Sacrebleu, c’est cette transition, pourtant qui va charpenter la nouvelle Constitution et qui va orchestrer la mise en branle des nouvelles élections. Cette évidence n’a pas échappé à un enfant de 8 ans et les rhétoriques juridiques partisanes n’y changeront rien.
      En l’état actuel des choses et sans un équilibre au sens de MAPUTO II, on n’aura pas une nouvelle Constitution mais une nouvelle monarchie sous l’ère RAJOELINA I. (volontiers caricatural !! alors, please, épargnez une leçon de droit sur la Constitution)

      Ce qui me met mal à l’aise dans toute cette histoire, c’est la façon dont le droit est manipulé à dessin et à géométrie variable pour étayer des arguments infondés.

      Ce qui me désole c’est le non respect des droits de réserve nécessaire à la quiétude et à la sérénité des réflexions en matière de sciences juridiques.

      C’est la porosité malsaine entre les avis juridiques et les passions politiques.

      En exhibant à qui veut le lire, ces propositions, M Professeur, émet donc un avis juridique positif sur la validité d’un pouvoir irrespectueux des accords internationaux (MAPUTO II). Il ne faut pas avoir fait du droit (et c’est mon cas) pour affirmer que les accords internationaux supplantent en droit les décrets d’une mouvance particulière. Mouvance dont le Leader était cosignataire du dit accord international.

      Plus incompréhensible encore, de par sa signature, M Professeur, engage implicitement des Institutions ou professorat respectés et reconnus pour leur sagesse, leur discrétion, leur neutralité, leur impartialité et SURTOUT leur indépendance par rapport au pouvoir politique. En effet, dans cet univers feutré presque sacré dans lequel les articles de loi sont patiemment analysés, revus, décortiqués, amendés avec une extrême minutie pour garantir le plus d’équité possible ; Dans ce monde courtois où les décisions prises ou avis formulés peuvent affecter des millions de personnes ;
      Dans ce monde nimbé de recherche de compromis équitable, le droit de réserve est plus que primordial.

      Oh bien sûr, Mr le Professeur, s’est exprimé en son nom propre pour exprimer son point de vue, il s’est exprimé en tant que simple citoyen désireux d’apporter la paix et la stabilité. Mais il sait fort bien qu’en tant que simple citoyen, il n’aurait pas eu le même impact, que son point de vue n’aurait pas envahi la toile en quelques secondes que le prestige de sa signature aurait vite fait de clore le bec à ces simples citoyens qui décidément n’y comprennent rien à rien et qui ne cherchent qu’à attiser le feu de la révolte

      Au mieux cette intervention aurait rajouté de la confusion au débat d’idées et au pire il aurait discrédité la classe intellectuelle des juristes et constitutionnalistes.

  • 11 septembre 2009 à 13:12 | RAPADANGO (#1897)

    Misaotra betsaka ny mpanoratra. Ireto no hitako ho « solutions raisonnables et réalisables pacifiquement » raha tiana ny hiala amin’izao olana izao : 1. Fiverenanana @ fifampidinihan’izy 4 mirahalahy mianaka. 2. Raha tia tanindrazana marina Atoa Andry Rajoelina dia tokony hanaiky hampilefitra ny hambom-po misy ao aminy raha hita fa hampisy fikorontanana. Ary indrindra ahatsiaro ny antony anankiroa nitaomana ny vahoaka teny Ambohijatovo dia ny fanalana ny jadona sy ny fahazoana miteny ankalalahana @ haino aman-jery (liberté d’expression). Fa tsy sanatrian’ny vava izy indray no hitelina (na koa hampitelina) ny ratsy naloany. 3. Tsy tokony hisy mitonona ho « société civiles » hiandany amin’ny atsy na ny aroa fa tokony hijanona foana ho mpanelanelana.

  • 11 septembre 2009 à 16:28 | ragasy (#416)

    1) Je vous ai posé une question un peu plus haut à laquelle je vous demande de me donner une réponse svp.

    2) Et j’ajoute le post ci-après qui demande également votre éclaircissement.

    11 septembre 10:17, par nyvo

    fa ity governemanta tsy misy mpi-reconnaitre ity ve izany monsieur le professeur en droit no tena ahitan’ny malagasy tombotsoa ???????? .

    3) et enfin : Soit, on laisse faire tgv et après, concrètement, comment cela devrait se passer ?

    • 12 septembre 2009 à 00:46 | andriantsimbazovina (#3167) répond à ragasy

      Il n’y a pas que le gouvernement.
      Les accords de Maputo prévoient plusieurs institutions auxquelles toutes les mouvances devraient participer.
      Ce gouvernement n’est qu’un gouvernement de Transition. J’insiste sur ce point. C’est un gouvernement chargé de préparer la nouvelle constitution, les nouvelles institutions, le processus vérité et réconciliation et enfin les élections.
      Si toutes les mouvances participent aux institutions de la Transition, cela permettrait au plus grand nombre de créer un Madagascar nouveau et différent du passé.
      Si on refuse de participer à cette Transition, TGV ne sera certes pas reconnu immédiatement, mais il organisera tout de même des élections qui pourront le légitimer. Les autres mouvances auront beau crier, des élections auront été organisées et cela suffira pour une reconnaissance internationale. Il faut être réaliste. La Communauté internationale ne sanctionnera pas éternellement Madagascar ne serait que parce que cela aura des conséquences plus grave sur la population qui n’est pour rien dans la guerre des chefs.

  • 11 septembre 2009 à 16:38 | meloky (#637)

    A qui est la faute si les anciens soi-disant présidents sont explusés des ses respectives trones ?

    Est-ce-que les vahoaka (s) [la plupart des vahoaka]ont bien leur rôle pour les (successivement) déboîter leurs trones.

    Et pourquoi (au moins) se presenter comme mature les anciens Pdts et laisser la main (avec bons oeils) à Andry la transition ; car nous savons tous que les angin de la democratie devront être en place pendant tous les eventuelles elections (sous l’éguide de la CI).

    J’ai bien (un peu) décu de la comportement des anciens Pdts pour provoquer et causer bcp de souffrances aux peuples !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • 11 septembre 2009 à 18:04 | ragasy (#416) répond à meloky

      Ataovy teny gasy rangahy raha shirana ianao fa tsy lisy azo izay tianao lazaina !

      Tsy tenindrazantsika tokoa moa io kou !

    • 12 septembre 2009 à 16:20 | andriantsimbazovina (#3167) répond à ragasy

      Ataoko ny teny gasy rehefa azo atao.
      Ny teny frantsay no ataoko satria hilaina ho vakian’ny Communauté internationale ny resaka hahafahany mahafantatra ny fandehanjavatra.
      Ny mpanao gazety afaka milaza amin’ny teny gasy.

  • 11 septembre 2009 à 21:37 | nivojoe (#411)

    Monsieur le Docteur en Droit,

    En tant qu’expert en droit, sommes-nous dans un Etat de droit depuis ce maudit 17 mars ?

    Qu’est-ce que vous pensez de toutes ces répressions ? arrestations sans motifs ? vols des stocks de riz, d’huile, forcing de la société Mana à fonctionner sans consentement ? jugement contre Air Force II alors que l’avion se trouve bien à Ivato avec l’inscription REPOBILIKAN’I MADAGASIKARA ? Raquetter les sociétés afin de procurer de la trésorerie à ce maudit HAT ? j’y passerai la nuit si je dois encore continuer.

    Et vous ne voyez que les accords de Maputo !

    Peut-être c’est l’âge mais à mon avis, il suffit de prendre un peu de recul et comprendre Tgv préfère son trône que la reconnaissance internationale et au détriment de qui ?

    Bien à vous

    • 12 septembre 2009 à 15:49 | andriantsimbazovina (#3167) répond à nivojoe

      Nous sommes dans un Etat en Transition.
      Bien entendu que je n’approuve pas de nombreuses pratiques de la H.A.T, et semble-t-il au sein même de celle-ci, certains dénoncent les mauvaises pratiques, mais se contentant de les critiquer sans avancer vers une solution réaliste, on conforte la H.A.T et on lui donne des prétextes pour justifier ses actes.
      C’est le refus de toutes les mouvances, sous des prétextes certes compréhensibles voire légitimes, d’avancer pour l’instauration des institutions prévues dans les accords de Maputo qui est la cause de la situation actuelle.

      Tant que les uns et les autres se contenteront de se rejeter mutuellement la faute de l’absence de consensus, ils prennent le peuple en otage et renforcent la crise.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS