Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 25 octobre 2021
Antananarivo | 10h46
 

Editorial

Madagascar : repartir du bon pied !

Le 26 juin 2010, jour anniversaire des 50 ans de son « indépendance octroyée », a été pour Madagascar un jour à la fois triste, par le bilan de ce demi-siècle de gâchis, mais aussi un jour d’espérance. Un jour d’espérance pour l’opportunité qui nous est faite désormais de poser les bases de la Refondation (Fanorenana) d’une Nation en plein désarroi.

La crise politique qui frappe Madagascar depuis novembre 2008 a conduit, le 17 mars 2009, à la transmission du pouvoir par Marc Ravalomanana à un directoire militaire qui l’a immédiatement confié à Andry Rajoelina. Mais cette « péripétie institutionnelle » n’est que la face émergée d’un iceberg qui pousse Madagascar vers l’abîme depuis un demi-siècle.

Ce spectacle regrettable auquel on assiste aujourd’hui d’une classe politique qui s’entre-déchire dans une ambiance délétère de trahisons, de prévarication et de pillage des ressources naturelles est en effet l’aboutissement d’une spirale négative de transitions permanentes depuis 1960.

En effet, la vie politique malgache post coloniale a été jalonnée depuis un demi siècle de régimes de transition, de prises de pouvoir en dehors des procédures constitutionnelles et de révisions constitutionnelles dans l’intérêt personnel du chef de l’Etat et du régime en place.

Il n’est donc pas révolutionnaire de dire aujourd’hui que ces cinquante dernières années ont été pour Madagascar une longue période de souffrance, d’instabilité et donc de gâchis.

Mais ce qui se passe à Madagascar depuis 50 ans est surtout la conséquence de cette gouvernance déplorable. Cette gouvernance exercée par ces politiciens dont l’échelle de valeur, depuis trop longtemps se situe au niveau de la cylindrée de leurs rutilants 4x4 et des somptueuses villas qui sont autant d’affronts au « peuple » (vahaoka). Certains de ces kleptocrates n’ont d’ailleurs que le mot de « peuple » à la bouche à longueur de discours populiste… lorsqu’ils n’appellent pas la religion à dresser les Malgaches les uns contre les autres !

L’image pathétique que les politiciens donnent de notre pays serait risible si les ressorts du patriotisme n’étaient pas cassés ! En effet, où sont ces vertus ancestrales qui ont fait de la Nation Malagasy, depuis des siècles, un pays paisible, fier de ses valeurs humanistes de solidarité, accueillant et ouvert sur les autres. Qui a cassé ce ressort ?

Certaines bonnes âmes diront que c’est l’étranger qui est la cause de tout cela. D’autres évoqueront la fatalité ou la « cruauté » du monde qui nous entoure… Ce n’est évidemment pas l’étranger qui est la cause de tous ces maux ! C’est encore moins le « monde extérieur » qui aurait plongé notre pays dans cet immense désarroi ! C’est tout simplement cette gouvernance à « la petite semaine » qui n’a donné aucun souffle à nos aspirations de valoriser nos richesses naturelles, de bien vivre et d’être bien.

Il faut donc profiter aujourd’hui de ce moment où nous sommes à un tournant de notre vie institutionnelle pour jeter les bases de la Refondation de notre Nation et repartir ainsi du bon pied ! Cette Refondation de notre nation malagasy doit se faire autour de nos vraies valeurs, celles de la solidarité, de la non-violence et du dialogue entre tous.

Pour cela, l’élaboration d’un nouveau contrat entre le peuple Malagasy et ses gouvernants ne doit pas être une simple incantation des valeurs de la société malagasy. Elle doit être celle d’une société véritablement démocratique et respectueuse du droit. Un contrat qui doit sceller l’engagement des gouvernants à l’égard du peuple Malagasy pour que ses valeurs soient effectivement appliquées dans la conduite de la vie politique, sociale et économique.

Ce contrat est à sceller dans une nouvelle Constitution refondatrice que les Malagasy peuvent se réapproprier pour construire ensemble un avenir et des lendemains meilleurs.

Les conditions de cette réappropriation sont triples. Elles concernent l’élaboration même de la nouvelle Constitution qui doit comporter des dispositions innovantes et audacieuses. C’est à ce prix que cela garantira sa propre autorité et son effectivité qui sont les gages de la stabilité de la vie politique Malagasy :

  • l’élaboration doit se faire dans des conditions d’indépendance et de neutralité de l’instance chargée de mettre en forme juridiquement ce nouveau contrat ;
  • elle doit s’intégrer dans un processus global de recueil des propositions de Constitution émanant de tous les Malagasy, individuellement ou regroupés dans des groupements, des associations ou des partis politiques. Les propositions en question étant discutées tant dans le cadre des différentes collectivités territoriales que dans le cadre d’un Dialogue national réunissant le plus largement possible les acteurs de la vie politique, économique et sociale malagasy ;
  • le projet de Constitution qui sera mis en forme juridiquement par l’instance indépendante chargée de le préparer sera finalement approuvé par le peuple lors d’un référendum constituant.

Mais refonder notre Nation signifie, en premier lieu, qu’il faut nous accorder sur le sens que nous souhaitons donner à notre Destin. Et cela ne peut se construire que dans la non-violence, le consensus, la solidarité et l’élan fraternel, le Fihavanana.

À nous, à travers l’élaboration de nos institutions à venir, de trouver le meilleur moyen d’aller vers cette Refondation, cette Troisième voie. Celle qui nous permettra, pour les années à venir, d’emprunter ces chemins enrichissants de l’écoute de l’autre. Celle qui nous permettra de vivre dans la stabilité. Celle qui nous permettra de construire tous ensemble un avenir serein pour nos enfants, de faire à nouveau rayonner notre Grande île et de jeter les bases du développement équitable de toutes les régions de Madagascar. Ho an’ny Tanindrazana !

Patrick Rajoelina, essayiste, professeur de droit et
Joël Andriantsimbazovina, professeur agrégé des facultés de droit, président délégué du Cercle des Constitutionnalistes
Membres du Comité consultatif constitutionnel de Madagascar

57 commentaires

Vos commentaires

  • 5 juillet 2010 à 07:52 | meloky (#637)

    Let’s hope for the bright future to the then jewelry island of Indian Ocean !

    Opportunity for the people and great lessons for the politicians ; I hope all politicians through this recent experiences of trouble, would never again belittle the potentiality of the people’s anger and hope for progress !

    But will fully respect them and observe their ultimate cares to them albeit through their service to the nation or to see a fundamental view change for the welfare system that would be impacting to the life of many !

    • 5 juillet 2010 à 08:09 | betoko (#413) répond à meloky

      Monsoeur l’anglophone , vous serait il possible de nous traduire ce que vous venez d’écrire , soit en langue malgache , soit en langue française , pourquoi l’avoir écrit en langue de Shakespeare , est ce pour nous monter que vous êtes le seul à parler anglais ? et pourtant l’article est écrit en français .
      Est ce dans le but d’étaler votre connaissance en cette langue , mais vous n’êtes pas le seul à le parler non plus, je vous cache pas que je ne parle pas cette langue , et je ne cherche pas à traduire votre réaction
      Seriez vous francophobe ? merci

    • 5 juillet 2010 à 08:34 | Noue (#2427) répond à meloky

      - Madagascar : repartir du bon pied !
      - lundi 5 juillet 2010, par Joël Andriantsimbazovina, Patrick Rajoelina

      J’ai l’impression de rêver en lisant votre édito. Avec un grand titre Madagascar : repartir du bon pied ! quand ? comment ? j’avoue , vu la situation actuelle , faut certainement pas rêver !!

      Pour l’instant , une chose de gagné , c’est la démission de joandelaka , faudrait qu’il l’amène avec lui radom , comme ça , on peux dire Madagascar : repartir du bon pied !!!!

    • 5 juillet 2010 à 10:35 | Imbotisoa (#2972) répond à Noue

      Je me souviens du fameux FORUM NATIONAL (en 1992) qui nous a fait rêver que M/car serait reparti du bon pied et l’élaboration de la constitution de la 3è République qui n’était qu’ une démarche suivie et des moyens employés par les Hery velona à l’époque (MFM, AKFM, Fanavaozana, UNDDD,...) pour évincer Deba. Vous parlez du Fihavanana malagasy, ce n’est que de l’hypocrisie comme l’adage "tsy miady tsy miady fa kobay ankelika"

    • 5 juillet 2010 à 10:47 | andriantsimbazovina (#3167) répond à Noue

      Noue,

      Que vient faire Alain Joyandet dans cette "affaire" ?

      Il s’agit de nous peuple Malagasy et de décider de notre Destin.

    • 5 juillet 2010 à 17:14 | meloky (#637) répond à betoko

      Miala tsiny amin’i Rabekoto fa ny aty sady tsy "francophobe" na "anglophile" araky ny fiteninao tsy akory ; miala-tsiny raha izao vao mandray ny resaka fa aty ambanivolo moa ny tena ka dia somary maraina ihany no mitsidika interinety ary tsy afaka mamerina raha tsy harivariva toy izao indray !

      Comme Mr Bekoto ! Je ne suis pas à l´aise de cette langue de Napoléon ! mais cela n’empêche pas de prendre un peu de temps pour communiquer.

      Les malgaches ont tjrs souhaités d’une solution. mais les experiances de 72, 92 et 02 ont été des gaffes de la part des politiciens.

  • 5 juillet 2010 à 09:09 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    C’est du discours et des blas-blas !!!

    La constitution de la III ième République est suspendue faisant suite à une fausse manoeuvre de l’Exécutif.

    Que le Gouvernement "SOLIDAIRE" de transition du Général Camille Vital organise une élection législative au suffrage direct pour "DESIGNER" ou "ELIRE" des DEPUTES DE MADAGASCAR.Point final.

    Le Peuple commence à se poser des questions en regardant toutes ces valses des intellectuels ou pseudo-juristes,des politiciens ou politicards.

    Une constitution est suspendue,faut-il l’amender ,la réviser ou la changer.

    SEULS LES DEPUTES DE MADAGASCAR POURRAIENT PRENDRE UNE DECISION.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 5 juillet 2010 à 10:43 | andriantsimbazovina (#3167) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Cher Monsieur,

      Vaut-il mieux demander directement au peuple ce qui est mieux pour lui ou laisser à des députés de décider à sa place ?

      Est-il sérieux de mettre en place des institutions nouvelles sans d’abord une constitution ?

    • 5 juillet 2010 à 13:05 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à andriantsimbazovina

      Pour "VOUS" ,juriste ,je vais faire un petit rappel d’un référendum à un autre à MADAGASCAR.

      Pour Moi,les députés sont les "REPRESANTANTS du Peuple" .un peuple plus motivé mais pas des "MOUTONS".

      1-28 septembre 1958

      "approuvez-vous la Constitution qui vous est proposée par le Gouvernement de la République

      OUI...:78%

      2-octobre 1972

      "Acceptez-vous le projet de loi ci-joint qui permettra au Général de Division Gabriel RAMANANTSOA et à son Gouvernement d’unité nationale de réaliser pendant cinq ans les transformations structurelles au renouveau et d’instaurer dans la vie publique un climat confporme aux voeux du Peuple ?"

      OUI...:96,44%

      3-21 décembre 1975 :

      "En vue de l’avènement d’une société nouvelle où régneront la justice et l’égalité sociale,acceptez-vous la Charte de la Révolution socialiste et la la Constitution qui est son application ;et pour la consécratisation de celles-ci,le Capitaine de Frégate Didier RATSIRAKA (actuel amiral rouge)sera le Président de la République,Chef de l’Etat et du Gouvernement

      OUI...:94,67%

      4-19 août 1992 :

      "Acceptez-vous le projet de Constitution ci-joint,raffermissant l’unité nationale,prônant la Démocratie par la protection des droits de l’Homme et du Citoyen et garantissant l’autonomie des Régions,pour l’avènement de la troisième République ?"

      OUI...:74%

      5-17 septembre 1995 :

      "Acceptez-vous que le Président de la République prenne la responsabilité de nommer directement le Premier Ministre,conformément aux amendements portant sur les articles suivants etc......

      Chers juristes et politiciens,la voie royale pour sortir de cette crise,c’est l’élection de DEPUTES DE MADAGASCAR représentant le PEUPLE,pas des moutons manipulés.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 5 juillet 2010 à 13:25 | andriantsimbazovina (#3167) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Cher Monsieur,

      Nous savons tout cela !

      Votre édifiante liste montre aussi une pratique politique effectivement de manipulation par des questions orientées.

      Le prochain référendum sera aussi l’occasion de montrer que nous sommes capables de changer ce type de pratique en préparant sérieusement une constitution, en préparant sérieusement la consultation, en posant une question simple.

  • 5 juillet 2010 à 09:41 | lalatiana (#1016)

    Bonjour Joel,

    Nous n’avons pas toujours été d’accord, et j’ai pour ma part longtemps refusé l’idée d’une nouvelle constitution, en étant persuadé que celle que nous préparait le pouvoir en place serait bricolée de bric et de broc ...

    Mais ayant toujours prôné la concorde(*) et le réveil d’une nouvelle fierté(*) pour une nouvelle nation, je ne peux que vous soutenir dans votre discours ....

    Dieu fasse que vous ne soyez pas manipulés par ce pouvoir de fantoches, qui ne tient peut être qu’à une chose : conserver ce pouvoir à tout prix. Votre initiative ne serait alors que poudre aux yeux, de sa part ... Je ne demande qu’à être convaincu ...

    Cdt

    (*) http://madagoravox.wordpress.com/2010/03/31/identite-et-acculturation-politique-malgache-reflexions/

    (*) http://madagoravox.wordpress.com/2010/07/01/621/

    • 5 juillet 2010 à 09:59 | da fily (#2745) répond à lalatiana

      Bonjour à tous, je ne suis pas d’un optimisme débordant de nature, et là je vois surtout un voeu pieux qui fait suite à tant et tant de promesses bafouées. Le réveil n’est pas pour ce millésime vomi par les vendanges de 2009, le mot que j’effleure me paraît même un euphémisme tellement ça pue la forfaiture. Je n’y crois pas, en tous cas pas avec ce ramassis de morpions morfales morbides !

    • 5 juillet 2010 à 10:57 | andriantsimbazovina (#3167) répond à lalatiana

      Lalatiana,

      Nous pensons que nous sommes à la croisée du chemin !

      Nous n’aurons pas une seconde chance pour éviter de tomber dans les travers du passé.

      Que les patriotes de bonne volonté trouvent une solution pour l’avenir !

    • 5 juillet 2010 à 11:55 | lalatiana (#1016) répond à andriantsimbazovina

      Ok ... Je veux bien vous suivre ...

      Tant qu’à faire, est ce que votre constitution envisage de redonner la voix aux malgaches de la diaspora et de mieux les intégrer dans la vie politique, économique et sociale de leur patrie ????

      http://madagoravox.wordpress.com/2009/09/23/diaspora-malgache-et-co-developpement-chap-3/
    • 5 juillet 2010 à 17:55 | andriantsimbazovina (#3167) répond à lalatiana

      Lalatiana,

      Il ne s’agit pas ni de ma constitution ni de celle de Patrick Rajoelina ni du Comité consultatif constitutionnel , le moment venu lorsque tous les acteurs politiques, économiques, sociaux auront fait connaître leur préférence, nous tenterons de mettre en forme un projet à soumettre à l’approbation du premier concerné : le peuple.

      Il va sans dire que nous avons tout intérêt à ne pas confondre nationalisme ou patriotisme avec racisme et xénophobie. Bien au contraire, notre pays aura tout à gagner de faire participer le formidable potentiel des Malagasy de l’étranger...

      N’hésitez pas à faire parvenir au Dialogue national ou à la Conférence nationale (là ce n’est pas le ressort du CCC) toutes propositions utiles.

      Le Comité consultatif constitutionnel pourra d’autant plus rédiger un bon projet de constitution que les propositions sont riches et excellentes !

  • 5 juillet 2010 à 09:45 | Stomato (#3476)

    Je réagis a votre phrase : "En effet, où sont ces vertus ancestrales qui ont fait de la Nation Malagasy, depuis des siècles, un pays paisible, fier de ses valeurs humanistes de solidarité, accueillant et ouvert sur les autres."

    J’ai eu l’honneur d’être le premier français reçu à la table d’une personne qui avait souffert dans sa chair lors des "évènements" de 47. Et ce moins de 20 ans après.
    Cette personne m’avait raconté que pour lui le passé sert de leçon pour éviter de reproduire des erreurs.
    Depuis j’ai eu de nombreuses occasions de vérifier que c’est une vérité quasi universelle.
    Un proche de cette personne m’avait ensuite fait remarquer que les doigts de sa main gauche avaient une forme bizarre... séquelles visibles de mauvais traitements subis.

    "Qui a cassé ce ressort ?"

    Une réponse à cette question est-elle indispensable ?
    Ne suffit-il pas de constater que ce ressort est cassé et de faire en sorte de le réparer ou de le remplacer ?
    L’énergie disponible étant toujours limitée, pourquoi en perdre a chercher le qui et le quand, au lieu de consacrer celle qui est disponible pour réparer le ressort ?

    J’espère que vous serez écoutés.
    Madagascar ne doit pas reproduire ce qui s’est passé au Sri Lanka.
    Madagascar devrait s’inspirer de pays comme le Costa Rica, ou l’Afrique du Sud.

  • 5 juillet 2010 à 10:11 | zaka (#1418)

    On a du mal à suivre votre théorie, car en fait vous n’avez pas de théorie. Vous jetez en pature aux lecteurs des termes aggressifs sans développer leur contenu. Je cite quelques unes de vos expressions :
    - indépendance octroyée,, spectacle actuel de trahison, prévarication, pillages... spirale négative de transitions permanentes depuis 1960 (là vous schématisez à l’extrème,,, pour un professeur de droit, ce n’est pas brillant. Entre Tsiranana et Ratsiraka, Zafy et Ratsiraka,,, ce n’étaient pas de simples transitions, même via le géneral Ramanantsoa et Albert Zafy).
    - prise de pouvoir en dehors des procédures constitutionnelles ??? ni Tsiranana, ni Ratsiraka ne se sont accaparés du pouvoir de façon inconstitutionnelle. Zafy a été éjecté de la manière la plus constitutionnelle.
    - le comble de votre démonstration : quand vous insinuez que la Religion a été mise à contribution pour dresser les malgaches les uns contre les autres. C’est le contraire,,, cher maître. La religion a toujours été une institution forte dans la société malgache. N’oubliez pas que Ravalomanana a été propulsé au pouvoir grâce à l’entremise de deux puissants booster : Tiko et FJKM ( Ces deux propulseurs étaient partout dans toute l’île : églises et affiches des produits Tiko).
    - Votre conclusion sur la nouvelle constitution : gage d’espérance, d’une renaissance ???? Vous me faites rire. Pour élaborer une constitution adaptée à la société malgache, il faut des gens compétents, des gens de valeur et non pas des apprentis sorciers, et des charlatans style Norbert Lala Ratsirahonana qui sévit actuellement au sein de la HAT. Il faut des hommes de loi qui connaissent les différents paramètres de la société malgache.

  • 5 juillet 2010 à 10:49 | Mihaino (#1437)

    Je ne partage pas vos rêves et vos utopies chers collègues !!!

    Comment voulez-vous que Madagascar puisse repartir du bon pied puisque tous les 2 pieds sont très MALADES et AMPUTES ( jeu de mots S.V.P).

    J’ai tjrs soutenu que la IVè République n’est nécéssaire ni suffisante et qqs amendements de certains articles de la Constitution actuelle devraient être proposés par vous tous, nos éminents juristes. Le nombre de républiques, je l’ai maintes fois dit , importe peu car bien d’autres priorités restent très urgentes : ELECTIONS PRESIDENTIELLES dans le plus bref délai et le Président élu formera son équipe pour diriger et bien gouverner le pays ; Il est évident que les éléctions des députés suivront logiquement à très court terme... Ce débat a été ouvert depuis belle lurette et j’ai remarqué que la participation de tous les partis politiques sans exception est vraiment bloquée ??!!L’unilatérisme de la HAT et la non-écoute des autres mouvances aggravent la situation...

    Enfin, à mon humble avis, nous ne pourrons pas poser des bases de la Refondation sur du sable mouvant et sans destruction de nos anciennes fondations & ruines ( vieux politiciens/politicards, mentalité à bannir : jalousie, haine viscerale, rancoeur, vengeance, amour exagéré du fric d’où corruption à tous les niveaux ...).

    Wait and see ....

    • 5 juillet 2010 à 11:28 | andriantsimbazovina (#3167) répond à Mihaino

      Désigner un "homme fort" qui va faire élire des députés à 80% de sa mouvance ?

      Construire le toit avant les fondations ?

      Nous n’avons plus de constitution depuis 2009, les accords conclus en Afrique n’ont pas été appliqués ! La Constitution de la 3e République a été révisée plusieurs fois changeant à chaque fois la nature du régime.

      Avons nous des visées utopiques pour tenter de trouver de nouvelles solutions ?

      Peut-être !

      Mais essayons de sortir du marasme et de l’immobilisme qui ne servent que quelques privilégiés et qui desservent le peuple Malagasy.

    • 5 juillet 2010 à 15:29 | mpitily (#1212) répond à andriantsimbazovina

      Effectivement, il faut construire d’abord la fondation (constitution) avant les mûrs (institutions prévues par la constitution) et en dernier lieu le toit (président de la république).

      Malheureusement, tout cela nécessite du temps ! toute précipitation risquera d’être préjudiciable pour l’avenir.

      Que faire maintenant ? Il faut soumettre à un référendum le pouvoir de transition qui va mener à bien cette nouvelle construction. Il faut faire valider par le peuple la décision de la HCC et la feuille de route qu’elle a tracée avec. C’est ce que les américains avaient demandé depuis le début non ?

      A la limite, on pourrait aussi demander au peuple d’avaliser Maputo etc. Mais de grâce, avançons !

      Que la CI organise ces consultations et vite !

    • 5 juillet 2010 à 17:23 | andriantsimbazovina (#3167) répond à mpitily

      Mpitily,

      Allons nous faire en permanence les souhaits des Français, des Américains, de la SADC, etc...?

      Effectivement, nous devons avancer ! Mais entre nous Malagasy !

      Nous devons démontrer que nous sommes capables de tracer nous-mêmes notre Destin !

      Les différents textes et normes dont vous parlez sont ceux d’un régime de transition.

      Pour répartir du bon pied, ne faudrait-il pas bâtir ensemble autre chose en commun ?

    • 5 juillet 2010 à 17:50 | mpitily (#1212) répond à andriantsimbazovina

      Bien sûr cher monsieur, c’est notre idéal à tous.

      Mais devant le blocage créé artificiellement par la CI, que proposez-vous comme parade ? Les 3 mouvances vont en profiter au maximum pour bloquer également ce processus que vous préconisez.

      Pour couper court à ces mesquineries (et de la CI, et des 3 mouvances), demandons à la CI d’organiser elle-même une consultation populaire pour valider la présidence de la transition d’abord car la mise en place de la 4è nécessite beaucoup plus de temps.

      La feuille de route tracée par la HCC est réaliste, en avez-vous d’autres ?

    • 5 juillet 2010 à 18:19 | andriantsimbazovina (#3167) répond à mpitily

      Ce que nous proposons nous semble réaliste !

      La Communauté internationale elle-même n’est pas homogène.

      Pour une fois, aux mouvances et à la HAT (3, 4, 5, ... peu importe) de faire preuve de sagesse et de ne pas penser au seza !

      La solution est d’abord politique et entre Malagasy, ensuite faisons appel à la Communauté internationale pour surveiller la transparence et la sincérité des scrutins !

    • 6 juillet 2010 à 10:27 | mpitily (#1212) répond à andriantsimbazovina

      Vous croyez encore à la sagesse de nos dinosaures ? Ces 3 mouvances moribondes n’ont que le GIC (mais pas le peuple) comme soutien actuellement et croyez-moi, aussi longtemps que le GIC leur accorde une quelconque importance, elles vont réclamer ni plus ni moins que l’application de Maputo comme préalable, et là on est bloqué.

      D’où ma proposition ci-dessus. Si c la CI qui organise cette consultation, personne ne pourra plus contester ses résultats et nous recouvrons immédiatement la légalité tant réclamée par la CI.

  • 5 juillet 2010 à 10:54 | RAVELO (#802)

    Une simple remarque :

    Les "Ratsirahonana et les Andriamanjato" sont responsables de beaucoup de konneries faites à MADAGASCAR depuis ces 50 ans de pseudo indépendance.

    Vous ne l’évoquiez pas dans votre édito ;je me trompe dans mes analyses ou c’est volontaire de votre part ?

    • 5 juillet 2010 à 11:29 | andriantsimbazovina (#3167) répond à RAVELO

      C’est tout un système qu’il faut changer.

    • 5 juillet 2010 à 13:11 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à RAVELO

      Ravelo

      A l’exemple de l’Ambassade Malgache à PARIS :

      "TOUS LES PARTISANS de RATSIRAHONANA,d’ANDRIAMANJATO,de ZAFY,de RATSIRAKA et d’Evariste MARSON se sont engouffrés au 4,avenue RAPHAEL en mettant dehors les autres fonctionnaires,avec des "VIGILES" privés.

      INADMISSIBLE,pour MOI.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 5 juillet 2010 à 11:28 | racynt (#1557)

    Décidémment , tout le monde semble pescimmiste sur le forum mais comme le disait Patrick dans le titre de son édito du samedi : "la terre tourne" et on est obligé de faire avec.

    Un être intélligent s’adapte à toute circonstance à laquelle elle doit faire face, je remercie donc ces deux personnes de nous montrer que même dans les situations les plus déprimantes, il ne faut pas baisser les bras et il faut surtout chercher le courage afin depouvoir rebondiret "repartir du bon pied " comme ils le disent.

  • 5 juillet 2010 à 12:19 | Rabila (#1379)

    En effet, où sont ces vertus ancestrales qui ont fait de la Nation Malagasy, depuis des siècles, un pays paisible…

    C’est du révisionnisme.
    Je ne sais pas si les auteurs de cet édito connaissent l’histoire politique de M/car où ils font exprès de confondre les vertus ancestrales et la morale publique. L’état, la nation n’est pas une extension de la famille ou d’un clan. Dans le clan ou dans la famille, il peut y régner une injustice incompatible avec les valeurs d’un état moderne. Le droit d’ainesse, le droit des femmes qui ne reçoivent rien ou seulement le tiers des biens du ménage en cas de divorce.

    Avant la colonisation, M/car était un royaume avec un sentiment récent de constituer une nation. Comment était le fonctionnement de cet état malgache, comment l’administration traitait ses sujets, car ils étaient bien des sujets et non des citoyens. Je crains fort que la justice, la démocratie ou la solidarité qu’on évoque à travers le fihavanana ont été des valeurs du royaume malgache. La corruption, les faits du prince ou des tompomenakely étaient légion et impunies…

    On peut considérer que la « nation malgache » commençait à exister à partir de 1810 règne de Radama 1er. En incluant la colonisation, cette nation n’a que deux siècles d’existence et non plusieurs. En excluant les soixante ans d’indigénat, le matelas d’expérience politique et de la morale publique est assez mince pour faire marcher un état moderne au sens occidental du terme.

    Les vertus ancestrales ne sont pas singulières aux malgaches. Il y a ici une nostalgie du paradis perdu. Nous sommes au 21ème siècle, nous sommes au courant des histoires politiques de tous les pays, nous connaissons les qualités et les défauts de chaque type d’état. Nous avons hérité de toute une littérature sur la philosophie politique.

    Nous savons la partition qu’il nous faut, mais peut être que nous n’avons pas les musiciens, ou peut être que tous les musiciens veulent être le maestro.

    Repartir du bon pied consisterait à mettre chaque musicien à sa place. Facile à dire…

    • 5 juillet 2010 à 13:19 | andriantsimbazovina (#3167) répond à Rabila

      Il faut déjà dire pour pouvoir faire.

      Essayons ensuite de faire quelque chose pour notre pays !

      Comme le dit le proverbe : nous sommes certes face à une montagne, mais une montagne peut se gravir avec de la préparation et de la bonne volonté.

    • 5 juillet 2010 à 13:57 | da fily (#2745) répond à Rabila

      ô combien d’accord avec vous Rabila, notre jeune pays doit brûler les étapes pour ne laisser uniquement celles qui nous font reculer(!) Au diable la mièvrerie, des coups de pompes à toute cette crasse trop longtemps recroquevillée sur des valeurs qu’elle n’a jamais voulu défendre. Aux orties les cascades de fadaises et de jemenfoutisme obtu assumé qui ont plongé tout les esprits dans les ténèbres.

      Même si c’est avant tout une question primordiale de volonté, il faut déblayer tout ça et se remettre au BOULOT, toute personne ayant des vues politiques pour son enrichissement personnel(on a dit repartir du bon pied !), sera embastillée et ses droits civiques supprimés à vie. La sélection n’en sera que plus probante. Repartir du bon pied c’est balayer aussi tout un tas de manies malsaines qui compromettent le progrès, c’est changer de mentalité (même si cela fait peur au plus grand nombre)et tendre vers l’excellence, car la chose publique est la propriété de tous. Repartir vraiment, c’est laisser au placard tous les compagnons qui lestent et freinent le pas, tous les bidochons nombrilistes qui ne pensent qu’à leurs acquis irrévocables et font cas coriace d’impunité en toutes circonstances. On est d’accord sur le dépoussiérage de la constitution, mais il faudra les femmes et le hommes qui iront avec ces réformes, j’ai dit !

  • 5 juillet 2010 à 13:38 | kakilay (#2022)

    Pour le vœu : je suis d’accord pour ne pas dire tout le monde.

    Que notre malheur ne vient pas toujours de l’Etranger : regardons ce que nous avons à changer en nous, nous serons plus crédible pour demander aux autres. Je pousse encore l’exigence plus loin : je ne suis pas du tout d’accord qu’il faille mettre tout sur le dos des présidents les maux de ce pays.

    Car, aussi puissant que puisse être un président, ce n’est qu’un homme. Aussi puissant qu’il puisse être, il n’a que deux mains, deux yeux, une bouche... Tout président ne tire sa puissance que du peuple, et faute du peuple de la nomenklatura dont les valeurs sont à définir... N’importe qui ne peut asseoir sa bêtise tant que la haute cour constitutionnelle joue sa fonction, l’assemblée nationale n’est pas une traîne-savate... bref que les institutions fonctionnent correctement...

    Or, nous le savons tous, dire et faire le voeu (encore !) que "les institutions fonctionnent correctement EST UN ABUS DE LANGAGE...

    Elles ne fonctionnent que parce que des hommes les font fonctionner !

    Changer la constitution autant de fois que vous voudrez ! Quand les responsables sont tout le temps prêt à servir le plus fort et non la constitution... on pourra toujours "rêveou" ou "re-veou" !

    J’entends ici et là qu’il faut faire allégeance au plus armé : je demande au nom de quoi ? Pour repartir du bon pied ? Leurs pratiques me disent que de la démocratie... Partout où je tourne mon regard : la justice est pris en otage, on peut arrêter sans mandat, "on" rackette" qui on veut pour peu qu’on ait le kalach de son côté... et j’en passe !

    On pourra faire appel à toutes les valeurs du monde en général, et de ce peuple en particulier : la question est de savoir, avons-nous les mêmes valeurs ?

    Qu’est-ce à dire : que ce qui est en question ce ne sont pas les valeurs mais la ou les convictions des hommes... Madagascar sera ce que les malagasy en feront. Peut-on faire une belle bâtisse avec des mauvais apprentis et des mauvais maître-maçons ? Le plus beau plan du monde "ne veut rien dire" pour des ouvriers ignares.

    Ce n’est pas moi qui vais refaire le monde : the right man at the right place, ET à tous les niveaux. Un Bon président sera toujours l’otage des experts en détournement des deniers publics. Un homme seul bon ne peut pas gouverner un pays. Pour exemple : ce pays s’est retrouvé un jour sans inspecteur des... : ils étaient tous en prison. Pour les adeptes de l’"adaptation" (et je ne suis pas forcément contre), il faut s’adapter. Traduction : travaillons avec eux, donc faisons les sortir de prison. Et après, tout le monde pleure parce ce sont toujours les mêmes et ils n’ont rien changer à leur pratique !

    Mais une chose est sûre : on peut se permettre de choisir et changer de président, mais il est impossible pour un président de choisir son peuple ou de troquer ses citoyens contre d’autres plus "probes"...

    Pour dépassionner le sujet : que demander les députés du Hery Velona après 91 ? Les 4*4 étaient un moindre mal par rapport aux avantages exorbitants que ces députés revendiquaient. Et j’ai bien dit "revendiquer". N’avaient-ils pas fait aussi ce même voeu, ce peuple, sur toutes les places publiques de Mada en ce temps-là... ?

    Après avoir brûlé une partie de Tana, les vols et la rapine ont-ils disparus au niveau des responsables ?

    On bafoue les règles démocratiques : la majorité tourne les yeux pour ne pas voir, et de demander un poste par-ci, un poste par-là : bien sûr pour construire un avenir meilleur pour les autres !

    La destitution, les bons voeux : ce sont les constants de notre histoire moderne.

    C’est la mise en pratique des convictions qui a du mal à se faire exception !

    Le "Saosy", "l’honneur" ou le "NOUS" : matezà ny aina ahita !

    • 5 juillet 2010 à 15:04 | andriantsimbazovina (#3167) répond à kakilay

      C’est un constat !

      Que faire d’autres ?

    • 5 juillet 2010 à 15:30 | kakilay (#2022) répond à andriantsimbazovina

      Faisons un vœu !

    • 5 juillet 2010 à 17:24 | andriantsimbazovina (#3167) répond à kakilay

      Et comment le réaliser ?

    • 5 juillet 2010 à 19:28 | kakilay (#2022) répond à andriantsimbazovina

      "Qui" vont le réaliser vous voulez dire ?

      Relisez-vous, et si vous y voyez un "comment" qui nous mettrez à l’abri d’un ..., je vous tire mon chapeau !

      Et c’est pour cela que j’ironisais à peine de faire un vœu...

      Enlevez les hommes et faites marcher votre belle mécanique sans les hommes. Une belle machine qui se passe des hommes.

      Qui va "élaborer", qui va "créer" les conditions, qui va "dire" la "neutralité", et comme je disais "instance chargée" est un abus de langage, il y aura des hommes derrière, "contrat" entre hommes.

      Que les hommes contrôlent les hommes : ce qui veut dire que la solution est politique. Que le consensuel est incontournable.

      "Constitution émanant de tous les Malagasy" est un artifice intellectuel pour noyer le problème, ou biaiser les autres car l’astuce est dans la synthèse : qui va faire la synthèse ? Par décret il sera neutre...

      Dit autrement : Ce que je crois comprendre en vous lisant c’est de créer des organes et des instances où les hommes vont entrer, et ce sont ces instances qui vont les "purifier".

      Or je crois pour vous avoir lu ailleurs que vous ne pouvez pas vous passer de ce postulat : les hommes de bonne volonté. Mais ces hommes passent à la trappe après, pour tout bâtir et fonder sur la mécanique.

      Dit autrement : Que d’abord la paix soit dans les cœurs. Pour éviter d’être pompeux,... et rester plutôt martial,

      dit autrement donc : déclarons la trêve, la fin des hostilités et que nous sommes prêts à nous entendre ( au deux sens terme : s’écouter et se comprendre).

      Tant qu’un camp pensera qu’il pourra l’emporter par des calculs politiques, la confiance ne régnera pas.

      Un consensuel nécessaire sur un pacte de non agression : si "on" a jugé bon d’écrire une charte des valeurs AVANT, ce n’est pas parce que tout le monde était "pas intelligent".

      Dit autrement : que le plus fort (objectivement ou subjectivement dans l’appréciation, mais le résultat est le même sur le terrain quand l’un ou l’autre camp croit que...) montre sa bonne volonté en renonçant à sa supériorité ou sa force (réelle ou subjective). Car confrontation il y a quand l’un des deux camps pensent pouvoir l’emporter par la guerre. Ce n’est pas facile, et c’est pour cela qu’on a besoin des rayamandreny, mais des vrais dans tous les camps.

      Pour illustrer : Les blancs avaient les armes, les noirs le nombre et le temps : je parle bien sûr de l’Afrique du Sud. Si on (chaque camp) veut répondre à la question : qui est le plus fort ? C’est la guerre.

      Au-de-là des déclarations, je ne crois pas que les instances créées ici et là et réputées PAR DECLARATION justement NEUTRES puissent laver le cœur des hommes.

      Comme gage de bonne volonté : QUOI ? Si l’une des parties veut garder un avantage sur l’autre : la confiance ne régnera pas.

      Ce que je veux dire : ce n’est pas si facile que cela une trêve : sinon le problème d’Israël serait résolu depuis longtemps. Et on ne peut pas pourtant en faire l’économie si on veut se parler et s’entendre.

      Dans votre belle mécanique, c’est ce temps de la trêve que je n’ai pas trouvé : que des instances, des constitutions...

      Alors, faisons un vœu pour que le saint-esprit habite et descende sur ces instances...

      Car voilà en fin de compte notre point de divergence : je crois que le saint-esprit puisse descendre sur les hommes. C’est ce que l’on veut dire, historiquement et "laïquement", par hommes de bonne volonté. Je ne crois pas à un pouvoir intrinsèque messianique des institutions : nos institutions démocratiques n’ont pas fait encore de grands hommes politiques. Je pars de la primauté de l’homme sur l’institution ou instance. C’est Mandela et Desmond qui refusent d’utiliser la Justice comme arme de justice que l’Afrique du Sud a pu avancer. Les institutions comme les instances ne sont pour moi que des instruments entre les mains des hommes. Ils en feront des instrument de vie ou de mort : c’est pour cela peut-être que les classiques ont déclaré que la philosophie est la reine des sciences ou "science sans conscience n’est que ruine de l’âme".

      * l’élaboration doit se faire dans des conditions d’indépendance et de neutralité de l’instance chargée de mettre en forme juridiquement ce nouveau contrat ;
      * elle doit s’intégrer dans un processus global de recueil des propositions de Constitution émanant de tous les Malagasy, individuellement ou regroupés dans des groupements, des associations ou des partis politiques. Les propositions en question étant discutées tant dans le cadre des différentes collectivités territoriales que dans le cadre d’un Dialogue national réunissant le plus largement possible les acteurs de la vie politique, économique et sociale malagasy ;
      * le projet de Constitution qui sera mis en forme juridiquement par l’instance indépendante chargée de le préparer sera finalement approuvé par le peuple lors d’un référendum constituant.

  • 5 juillet 2010 à 15:10 | hafatra (#1895)

    Fanavaozana ny firenena ....Inona marina moa no antsoina hoe "firenena" ?

    Vondron’olona tonga saina fa tokony hiray satria manana ny maha-izy azy ara-tantara, ara-kolotsaina,ara-pivavahana, ara-piteny , mipetraka amin’ny faritra iray itambarana sy ifampizarana....?

    Manana finiavana ara-politika fa entin’ny fitondrana iray izay nahazo fahefana hisolo tena azy ?

    Manana an’izany ve isika malagasy hatramin’izay
    naha-malagasy antsika izay ?

    Tonga saina ve isika fa tokony hiaraka hanangana izany firenena izany ?

  • 5 juillet 2010 à 15:54 | diego (#531)

    Je trouve que ces deux Mrs nous décrivent bien notre 50 ans d’ indépendance, et qui nous renvoie une image pathétique du pays, la médiocrité de nos élites, l’ incompétence de nos politiciens qui sont devenus des USURPATEURS dans le temps, voleurs tous, BREF ILS NE SONT QUE LES PETITS ENFANTS DES COLONS, mais sont médiocres.

    Pour moi, Mrs. pour moi, je ne cesse de répéter ici, que l’ascension au pouvoir de RATSIRAKA, ZAFY et RAVALOMANANA a été toujours plus au moins légal, et je pense que les intéressés le reconnaissent bien volontiers, MAIS à aucun moment de notre histoire, notre pays a été aussi maltraité, malmené, mal considéré, que cette fois-ci…

    L’histoire de Directoire Militaire et le transfert de pouvoir soit disant à RAJOELINA me font rire. Voilà une forme, une manière de traiter les ELUS de pays, hé, il faut se réveiller là quand même…..cela sert à quoi de dépenser de l’argent dans des élections depuis 50 ans si le transfert de pouvoir ou le pouvoir tout cour se transfère de la sorte ? Voilà que des Gradés de notre Armée qui s’octroient le pouvoir de transférer UN POUVOIR qu’ils n’ont même pas eu, obtenu, acquis, mais le transfèrent à qui de droit VE ? Bienvenu dans le pays DE FIHAVANANA…..ce sont les intellos NO NANDRA, pas le VAHOAKA….plus ou moins de 70% de la population sont complètement en dehors d notre système économique…..on a des intellos qui pavanent dans la capitale ou en province qu’Est-ce qu’ils nous racontent ? Ils se taisent, la queue entre les jambes….peur de LILO ET CHARLO et PETIT RADAMA OU PETIT ROI sans trône …..

    QUAND Est-ce QUE NOS INTELLOS VONT OUVRIR LA GUEULE ? QUAND RAJOELINA ET LA HAT SERAIENT VICTIMES D’UN COUP D’ETAT nous diront-ils ?

    Défendre la HAT est son petit CHEF, ou vouloir expliquer par les travers des pouvoir de RATSIRAKA, ZAFY et RAVALOMANANA et l’imperfection des nos politiciens depuis 50 ans est une mauvaise manière de sortir de cette crise.

    On défend pas RAJOELINA, il faut le DENONCER, on n’explique pas la crise par les bêtises de RAVALOMANANA, ( regardez le bateau de SARKOZY ça prend l’eau de partout) et y justifier le COUP parce que COMPATRIOTES si vous avez vu la tête de RAVALOMANANA coupé, regardez plus loin, à travers cette acte, c’est NOS TETES A NOUS QU’ON A COUPE….

    On dénonce un COUP D’ETAT compatriotes, on dénonce les PUTSCHISTES, et il faut dénoncer cette manière de traiter NOS INSTITUTIONS, surtout NOTRE CONSTITUTION avant de toutes discussions.

    On dénonce, ensuite on discute, on cherche des solutions, pas le contraire. En ce moment, on veut discuter sans dénoncer.

    RECONCILIATION veut dire tout simplement, qu’il faut tout mettre sur la table, comment réconcilier avec des gens qui n’ont même pas compris qu’ils ont mal fait ? Qu’ils ont fauté ?

    MADAGASCAR EST UNE REPUBLIQUE, pour le présider il faut passer par les URNES, c’est aussi simple que cela, LILO, CHARLO, ET PETIT RAJOELO dégager, que les choses sérieuses commencent.

    QUE RAJOELINA PARTE AVEC JOYANDET….mais peut-être que SARKO va l’ inviter avec lui dans le tribune au 14 JUILLET, il faut intronisé le ROI n’Est-ce pas ? OUI, mais le pays DE FIHAVANANANA ne portera pas chance à SARKO….peut-être qu’il a compris maintenant…et il n’a nullement pas l’intention de se voler la VEDETTE PAR UN PETIT DJJJJ sortis tout droit de notre CAPITALE NON MAIS…..

    • 5 juillet 2010 à 17:39 | andriantsimbazovina (#3167) répond à diego

      Diego,

      Nous sommes d’accord sur certains constats.

      En revanche, nous pensons que c’est "le plus ou moins légal" qui a toujours été une des grandes faiblesses de notre système politique. La légalité n’est pas à géométrie variable.
      Chacun sait que même ceux qui ont été élus ne l’ont pas été de façon sincère et équitable en raison d’un système massif de fraudes.
      Tout en n’oubliant pas la nécessité d’un processus de vérité et réconciliation pour le futur, dire qu’un tel ou un tel a mieux fait ou qu’un tel ou un tel a fait pire ne nous fait pas avancer.

      Constatons simplement la faillite d’un système.

      Après essayons de trouver ensemble une solution.

      Concernant un Etat, la règle est de commencer par une constitution.

      Après, comment allons nous faire ensemble pour élaborer et installer une constitution durable, respectable, respectée et effective ?

    • 5 juillet 2010 à 18:26 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à diego

      diégo

      "La médiocrité de nos élites"..

      BRAVO,Monsieur

      Après la nationalité française(d’après ce que vous m’avez bassiné),vous allez choisir quelle "AUTRE NATIONALITE" pour ne pas être un élite médiocre(comme les malgaches)

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 5 juillet 2010 à 18:54 | diego (#531) répond à andriantsimbazovina

      Mr. Andriantsimbazovina,

      Je vous lis avec intérêt . Oui il y a une faillite d’un système. Oui, il nous faut être ensemble.

      J’avoue que je ne fais que dénoncer, je ne fais que contester ce coup d’etat, je suis contre ce putsch et je suis inquiet de la suite.

      Mr. nos politiciens pensent tout bonnement qu’une vide institutionnelle n’est pas sans risque, est viable, pire débouche automatiquement vers la création oh combien artificiellement d‘une stabilité dont on sait d‘avance le scénario, sans s’attaquer aux véritables problèmes.

      On a envie de suivre nos élites, on a envie de les aimer, on veut vous croire Mr. mais tout est dans la forme et la manière, l’ intelligence politique ne serait-il pas dans la manière où les élus (es) de la nations défendent leurs constituants, qui ne sont que vous et moi, les citoyens ?

      Pour moi, n’ayant pas beaucoup d’expérience en politique, la POLITIQUE n’est que :

      - défendre les intérêts de ses électeurs, et ses politiques,

      - DEFENDRE les intérêts de la NATION,

      Je vois rien de telle dans le COUP DE 2009 et je le dénonce.

      Mais j’ai envie de vous croire, croire à la capacité de nos élites de nous sortir de là où nous sommes, mais non, sans avoir une considération envers le 20 MILLIONS de MALGACHES dont plus que la moitié ne font que subir depuis notre indépendance les vicissitudes, l’ incompétences et les fourberies de nos politiciens.

      Quand vous pensez que les pauvres n’ont aucune chance d’être entendu par notre JUSTICES, une JUSTICES corrompue, qui tantôt avec RATSIRAKA, ZAFY, RAVALOMANANA et maintenant avec RAJOELINA et sa HAT, il y a beaucoup à faire !!

      Mais je vous crois Mr. en tout cas j’ai envie, autrement dit, nos politiciens ont encore une chance avant que la population ne perde patience. Le peuple doit s’exprimer dans les URNES, mais pas dans la RUE, le pouvoir doit être obtenu dans les urnes, imparfaites soient elles mais pas sur la place de 13 MAI et avec on ne sait pas quel DIRECTOIRE MILITAIRE dont Madagascar a le secret.

      J’accepte l’imperfection Mr. MAIS pas la MEDIOCRITE, les paysans n’aiment pas la médiocrité, les Malgaches n’aiment pas la médiocrité. L’ordre avait règné dans nos campagnes mais c’est la politique et les politiciens qui y ont installé les désordres.

      ON A ENVIE DE VOUS CROIRE…

    • 5 juillet 2010 à 19:30 | diego (#531) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Mr. RAMAHEFARISOA,

      On peut être intelligent mais CON comme la lune, en effet, un future connard pouvait avoir 18/20 dans toutes les matières mais commettra des génocide plus tard.

      Oui, les élites Malgaches sont médiocres ce que je pense et ce que je constate, avais-je dit que tous nos élites sont tous des IDIOTS ?

      Mr. RAMEHEFARISOA, les élites ne la NATION ne sont pas :

      - LILO, CHARLO et RAJOELINA, loin de là, mais ces personnes sont vos héros, en y ajoutant MONJA, ils sont vos idoles, PAS LES MIENS,

      Mr. RAMAHEFARISOA, le pays est en crise depuis des mois, PARLEZ du pays, PARLEZ de la population, PARLEZ de vos compatriotes qui souffrent, qui ont vendu pour une bouché de pain leurs VILANY, pensent à ceux qui n’ont pas eu votre chance, nos chances…PENSEZ A EUX.

      Ma nationalité ? Je suis confortable avec MONSIEUR. Je suis un garçon bien dans sa peau et dans sa tête. Je suis contre et serai contre d’une politique de DOM TOMISATION de la France, surtout celle prôner par votre ami Joyandet. J’ai déjà mentionné aussi que la France est le 1er bailleur de Fonds de notre pays ! J’ai plaidé une éclaircissement de la politique de la France….

      - mais au lieu de faciliter l’implantation d’une politique viable et possible, la France de Joyandet n’avait qu’une chose en tête, VALIDER le pouvoir HATIF de RAJOELINA et Cie. Joyandet et par conséquent le Président Français savaient-ils que les problèmes à MADAGASCAR n’étaient pas RAVALOMANANA, mais l’instabilité de nos INSTITUTIONS et la frivolité de nos ELITES si bien aimés ?

      Nos élites sont médiocres Mr. RAMAHEFARISOA, nos intellectuels sont faibles, notre Armée est cadavrée, nos gradés sont irrespectueux, NY AVARAMPIANARANA manipulés, REGARDEZ BIEN, dans QUEL ETAT EST NOTRE PAYS ??? Comme eux, CADAVRES….

      On ne met pas au commande d’un B747 HEAVY un jeune homme qui a du mal à piloter un petit avion de 4 places, et qui a visiblement A DU MAL A LIRE LE CADRAN de notre JUMBO JET….

      Votre jeune pilote ne vous mène nul part, votre avion explosera avant même que les moteurs ne s’allument.

    • 5 juillet 2010 à 22:12 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à diego

      diégo

      vous parlez de pilotage d’un B747 H....

      Etes-vous sûr de ce que vous avancez ????

      A suivre

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 6 juillet 2010 à 02:53 | diego (#531) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Parce que Madagascar n’est pas un JUMBO JET pour vous ? Et qui est au commande de notre JUMBO JET ? RAJOELINA !!!! Il faut lui demander s’il a sa licence pour nous faire voler....montez vous à bord,vous, mais laissez nous attendre déhors en attendant notre commandant, celui qui aura sa licence.

      Vous faites trop une fixation sur vos interlocuteurs, il fait trop chaud la haut ou quoi ?

  • 5 juillet 2010 à 16:10 | Miary (#491)

    Un point d’accord avec les auteurs : Il faut une nouvelle Constitution.
    Autre point : il faut consulter largement.
    Mais là où je ne partage pas l’approche : c’est le référendum.
    Sans vouloir évoquer la masse des illettrés, voyons seulement la grande majorité des lettrés : quel pourcentage maîtrise les subtilités d’un texte très dense qu’on appelle Constitution. Déjà distinguer régime parlementaire et régime présidentiel : il faut être très averti pour faire la part entre inconvénients et avantages. Or il y a plusieurd thèmes du même acabit dans une Constitution. En plus il faur répondre par "oui" ou "non". Je dis NON, NON.

    Ma préférence est indubitablement une Assemblée Constituante :
    - Je préfère laisser à un parlementaire le soin de discuter du contenu et de la cohérence entre les paragraphes.
    - le parlementaire prendra le temps qu’il faut alors qu’un zaikabe ne peut raisonnablement durer plus d’une semaine.
    - l’assemblée peut consulter à longueur de journée les spécialistes de la question.

    L’assemblée Constituante peut se transformer à l’issue de ses travaux en Assemblée législative. Ce qui est une économie très sensible au niveau des finances publiques : d’une pierre on fait deux coups : on a une constitution et on a un parlement.
    Que le CCC réfléchisse à cette proposition déjà avancée par Andry Rajoelina au départ.

    • 5 juillet 2010 à 17:12 | andriantsimbazovina (#3167) répond à Miary

      Ce fut effectivement une solution envisageable.

      Toutefois, en raison de la complexité de la situation politique, la solution la plus simple et la plus légitime est de soumettre directement au peuple un projet de contrat entre lui et les gouvernants.

      Nous ne pouvons nous réclamer en permanence du peuple et le contourner ou considérer qu’il ne comprend rien à la constitution pour fonder les bases de son avenir...

      Ne serait-ce que par respect pour lui, ne faut-il pas lui demander son avis ?

    • 5 juillet 2010 à 18:31 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Miary

      Miary

      Votre analyse simple et lisible mérite d’être soutenue.Seulement,peut-être,votre carte de visite laisse à désirer.

      Bonne continuation.

      Cordialement.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 5 juillet 2010 à 21:42 | saricine (#2893) répond à andriantsimbazovina

      Mr Andriatsimbazovina

      En voulant vehiculer à tout prix votre assemblée constituante , vous vous risquez de vous retomber de nouveau dans votre propre "piège".

      Le problème se situe au niveau du CHEF du pays, donc la solution devrait être tout ce qui repond à resoudre ce manquement : que ce soit par l’intermediaire du referendum, soit par l’intermaediaire d’une election directe.

      L’idée d’un forcing politique pour une assemblée constituante ne nous permettons point à un consensus national car cela reflèterait un switch direct de la HAT II en un veritable assemblée de facto.

      Au final, vous ne faites ici,de part votre edito, que de parler de votre conviction, c’est votre droit , le plus legitime. Mais vos arguments me laissent beaucoups de doutes quant à ses credibilités au niveau du peuple.

    • 6 juillet 2010 à 11:16 | andriantsimbazovina (#3167) répond à saricine

      Saricine,

      Nous ne défendons pas l’idée d’une assemblée constituante dans les circonstances présentes.

      Bien au contraire, nous espérons que les acteurs politiques participeront tous à une conférence ou à un dialogue.

      Le projet de constitution sera rédigé en tenant compte des résultats de ce dialogue ou de cette conférence.

  • 5 juillet 2010 à 17:50 | ainar (#909)

    Merci à madagascar-tribune.com et aux Auteurs pour la qualité de cet éditorial.
    Mais c’est … le pied avec lequel nous devrions repartir, selon les auteurs, qui me laisse dubitatif...

    http://rabetsi.wordpress.com/2010/07/05/repartir-oui-mais-avec-quel-pied/

    Honorables Experts, soyez indulgents, une question très simple et naïve nécessite une réponse de votre part : A quand une élection ?
    Merci.

    • 5 juillet 2010 à 18:08 | andriantsimbazovina (#3167) répond à ainar

      Notre voeux le plus cher est de sortir le pays d’un système structurellement de transition permanente et de rétablir le dialogue entre tous.

      Nous partageons le même constat. Votre métaphore du véhicule est excellent.

      La question cruciale est celle de l’appropriation de la constitution par le peuple et celle de son respect par les gouvernants.

      Nous proposerons certainement des solutions pour atteindre ces 2 objectifs mais nous ne pouvons en permanence être réduits à baisser le bras devant l’immensité de notre travail face à un système en faillite.

      Préalablement à toutes élections, ne vaut-il pas mieux établir une fondation solide ?

      Une fois la fondation posée, organiser des élections le plus rapidement possible et préparer l’avenir…

    • 6 juillet 2010 à 08:53 | ainar (#909) répond à andriantsimbazovina

      Cher Monsieur,

      Bien entendu, une fondation solide est nécessaire. De préférence avant toutes élections. Dire le contraire est malhonnête, SI nous nous trouvons dans les conditions normales.
      Or côté des gouvernants ou de ceux qui ont la prétention de le devenir, j’émets des doutes certaines sur la démarche. Même la première pierre de la fondation ne fera même pas l’objet d’un minimum de consensus. Pourquoi ? Parce que cette crise perdure pour une seule raison évidente : la mauvaise foi et l’égo démesuré des parties en présence. Quand on refuse que 1-1 = 0, il n’y rien à faire sauf à réinventer l’arithmétique.

      Du côté du peuple, la seule appropriation valable d’une Constitution, à mes yeux, passe par de bons résultats de ceux qui seront censés l’appliquer et la respecter. Peu importe que cela fasse 200 ou 300 Articles, le Citoyen devra sentir qu’il existe, qu’on tient compte de ses avis, et que les élus agissent pour son bien-être en tant que Citoyen. Mais si au stade de la conception chacun s’exprime avant les élections, on ne retrouvera que des voeux et des "torapo". La preuve à travers les événements récents ? Assises régionales, Militaires, Teny Ifampierana, etc.. etc... Pour quel résultat ?

      Sincères remerciements pour l’échange.

  • 5 juillet 2010 à 19:54 | Mihaino (#1437)

    J’ai remarqué que seul notre juriste agrégé Mr Andriantsimbazovina répond aux forumistes ?? Mais où est-il passé l’autre éminent juriste Patrick Rajoelina ???

    Franchement, je persiste et je signe que la République ( Res publica = chose du peuple en latin ) n’est pas une chose facile à démontrer ni à épiloguer ). Vous et certains politiciens ne cessent de nous dire "LE PEUPLE, tjrs la VOLONTE DU PEUPLE, la VOIX DU PEUPLE , les REPRESENTANTS DU PEUPLE et que sais-je encore ??....A noter que peuple n’ est pas du tout foule ou qqs partisans passionnés et fanatiques ...

    Enfin, vous n’arriverez jamais à me convaincre avec vos arguments de Refondation et je ne pourrai jamais vous convaincre avec mes arguments de Destruction de nos anciennes fondations & ruines ( anciens politicards et certaines mentalités de JALOUSIE, de VENGEANCES, d’ HYPOCRISIE, et surtout d’AMOUR EXCESSIF DU FRIC .... Je vous respecte et c’est tout !

    Wait and see ....

  • 5 juillet 2010 à 20:06 | saricine (#2893)

    Mr Joel A. et Patrick R.

    Le problème se trouvait là : "

    "La crise politique qui frappe Madagascar depuis novembre 2008 a conduit, le 17 mars 2009, à la transmission du pouvoir par Marc Ravalomanana à un directoire militaire qui l’a immédiatement confié à Andry Rajoelina""

    D’où n’essayez plus de blablater si vous vous permettez de fuire ce problème tout en créant un autre gigantesque problème. Identifiez d’abord l’erreur pour qu’on puisse la resoudre à jamais....

  • 5 juillet 2010 à 21:05 | demokrasia fostsiny (#160)

    La réponse à un référendum ne peut être que oui ou non, la complexité d’une constitution ne peut se satisfaire de cette procédure.

    La meilleure solution c’est une ordonnance prise par le président de la HAT pour les élections d’une assemblée nationale constituante et législative et qui décide en même temps la fin de la transition dés l’élection d’un premier ministre par l’assemblée.

    Les attributions de ce premier ministre seront définies clairement par l’assemblée :
    Gérer les affaires courantes jusqu’à l’adoption de la constitution qui fixeront définitivement ses pouvoirs,ceux du président et ceux de l’assemblée.

    Le rôle du conseil constitutionnel consultatif sera fondamental pour éclairer le choix des députés.

  • 6 juillet 2010 à 18:45 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    Merci pour cette contribution de Joël Andriantsimbazovina et de Patrick Rajoelina.

    J’ai particulièrement apprécié les interventions de Joêl Andriantsimbazovina et le débat avec Kakilay.

    Et j’y ajoute, l’homme malgache est ce qu’il est avec ses points faibles et ses points forts. La nature humaine est ce qu’elle est. La rédaction de la constitution aussi devrait tenir compte des conditions adéquates de mise en oeuvre pour être réaliste et viable. L’objectif est de ne plus retomber dans les travers de ces 50 ans passés. (Faire dans le paraître).

    - De beaux textes faits pour les archives et très éblouissants pour l’intellect mais inadaptés et inapplicables sur la terre de nos ancêtres, sont-ils souhaitables ?

    - Je suis pour une large participation directe de tous les Malgaches. Nous ne pouvons pas faire l’économie de ce passage au risque de reproduire les mêmes 50 ans d’errements. En effet, sans l’appropriation par nous les Malgaches de la loi qui va régir notre bon vivre ensemble pour les 50 ans à venir sera un fiasco prévisible !

    Qui veut être le/les père(s) du fiasco des futurs 50 ans à venir ?

    • 7 juillet 2010 à 23:29 | andriantsimbazovina (#3167) répond à LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR

      Nous espérons un sursaut de tous pour que l’on bâtisse un avenir meilleur pour notre Patrie.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS