Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 septembre 2021
Antananarivo | 16h34
 

Tribune libre

Lettre ouverte à Mme Béatrice Atallah

lundi 28 octobre 2013

Madame,

J’ai été interloquée par une de vos déclarations rapportée par l’AFP : « Je ne sais pas d’où peuvent venir les fraudes ». Ces propos étaient-ils seulement maladroits ou traduisaient-ils le véritable fond de votre pensée ? Toujours est-il que je n’ai pu m’empêcher de penser : « que de certitudes aveugles ! ou alors quel cruel manque d’imagination ! ». Je sais de vous fort peu de chose, si ce n’est que vous êtes magistrate. Je ne sais si vous avez exercé plutôt dans le domaine pénal ou dans le domaine administratif, mais quoi qu’il en soit, vous ne pouvez ignorer que la quasi-totalité des fraudes trouvent leur origine dans l’exploitation par des personnes malintentionnées des faiblesses d’un système.

Je ne dis pas qu’il y a eu beaucoup de fraudes ce vendredi, mais je ne peux vous laisser dans l’ignorance que des faiblesses existent toujours, et il est malheureux que ce soit dans deux domaines dont on savait pertinemment qu’ils étaient déjà fragiles :
- l’établissement de la liste électorale
- les opérations d’après scrutin

Oui, la loi dit que tout électeur doit vérifier son inscription sur la liste électorale, et que l’absence de vérification entraîne ipso facto la perte de tout droit à réclamation. Mais la loi dit aussi qu’un avis de la disponibilité de la liste électorale auprès des fokontany doit être affiché aux bureaux des services publics de la localité et aux principaux points de rassemblement. Je n’ai rien vu de tel dans les bureaux de poste, les bureaux de la CNaPS, dans les dispensaires publics ou à proximité des arrêts de taxi-be ou des marchés. Sur les médias audio-visuels, le timing des campagnes de sensibilisation était tout simplement incongru. Aux moments clés, pas un seul spot pour dire que c’était le moment de se précipiter auprès du fokontany pour vérifier la liste définitive.

Personnellement, je ne l’ai appris que par lecture attentive des journaux et écoute des longs journaux de la RNM. Plus tard, vous avez aussi déclaré qu’il ne restait que quelque jours pour aller au district afin de vérifier que son nom était bien inscrit, mais qui a entendu votre message, et combien de paysans auront eu le temps de se déplacer jusqu’au chef lieu de district ? Je n’ai entendu de réels spots de sensibilisation à la vérification de la liste électorale que lorsque cette liste était déjà close : argent jeté par la fenêtre et « médecin après la mort » comme le dit l’expression populaire…

Quant aux opérations d’après scrutin, elles ne donnent pas l’impression d’avoir évolué dans le bon sens. Je suis régulièrement scrutateur dans mon quartier [1] pour toutes les élections importantes depuis 1993. Je n’ai jamais trouvé le processus aussi fragile que cette année. Certes, il y a des progrès, comme le système de fermeture des plis, plus pratique et sans doute plus fiable que les cachets d’antan, ou encore la lampe à LEDs fournie par la CENIT qui permet de travailler un peu plus confortablement lors de l’établissement des PVs. Mais malgré la meilleur volonté du monde, les membres du bureau de vote étaient à la peine : ils avouaient n’avoir reçu qu’une heure trente de formation, et devaient sans cesse se référer à un livret d’instructions pas si explicite que cela. Aberration, la contexture des documents laissait croire que les scrutateurs devaient signer le PV avant que les mentions sur le nombre de voix de chaque candidat soient complétées. Beaucoup l’ont d’ailleurs fait et sont partis tout de suite après… et ils ont peut-être eu « raison » de procéder ainsi, car, pour moi qui par déformation professionnelle refuse de signer un document incomplet, les opérations n’étaient finies qu’à 22 heures 30 ! Évidemment, il n’y avait plus grand monde dans le bureau de vote à ce moment là pour vérifier qu’on ne substituait pas des documents, substitution d’autant plus facile qu’avec le nombre d’exemplaires nécessaires, le papier autocopiant montrait ses limites. Heureusement pour moi, j’ai l’habitude de me coucher tard…

Quant aux délégués des candidats, ne comptons pas sur eux… Il n’y en avait que deux dans le bureau de vote où j’ai déposé mon scrutin (pourtant situé dans la capitale), et l’un est parti dès 19 heures…

Au final, Madame, tout cela donne l’impression que la CENIT s’est particulièrement attachée à soigner certains aspects directement visibles par les électeurs, mais que ce que l’on pourrait appeler le back-office [2], c’est à dire la logistique du bureau de vote à l’issue du scrutin, a été un rien négligée, tant en ce qui concerne son organisation que sur la communication autour. J’espère que vous serez attentive à redresser cela.

Cordialement,

Barijaona Ramaholimihaso

Notes

[1Note qui parait nécessaire vu les questions qui m’ont été posées sur les réseaux sociaux : la tâche de scrutateur n’a absolument rien à voir avec la tenue du bureau de vote et est ouverte à tout citoyen volontaire qui est présent au moment des opérations de comptage de voix.

[2Appellation à moitié satisfaisante ici, car ces opérations doivent être faites en public, mais vu que le public était depuis longtemps parti se coucher…

12 commentaires

Vos commentaires

  • 28 octobre 2013 à 08:45 | jansi (#6474)

    La Cenit doit absolument publier les résultats valides par bureau de vote afin que les lecteurs puissent les comparer avec les résultats connus affiches au niveau de chaque bureau de vote avant leur transmission pour "validation" au SRMV ou au district.

    • 28 octobre 2013 à 09:31 | manga (#6995) répond à jansi

      Bonjour Jansi,
      Je n’ai que orange.mg pour consulter les derniers résultats qui sortent toutes les heures.
      Il aurait été mieux d’avoir la possibilité de recouper les informations publiées par la CENI-T par le biais des autres sites.
      Ce monopole, tôt ou tard, ne nous réservera que des surprises (désagréables) comme elle se doit de soigner l’image, et coûte que coûte de la Communauté Internationale qui a voté à la place des électeurs en éliminant d’office certains candidats, avant la sienne, et pas forcément la vraie réalité comme le peuple l’entend.

    • 28 octobre 2013 à 09:38 | Rnlb (#7536) répond à jansi

      < la contexture des documents
      laissait croire que les scrutateurs
      devaient signer le PV avant que les mentions sur le nombre de voix de chaque
      candidat soient complétées. Beaucoup
      l’ont d’ailleurs fait et sont partis tout de
      suite après… >

      Itako tamin ny forum hafa tokoa hoe misy PV voasonia nefa tsisy soratra. Maro ny tsy nino ary nanoratra hoe sary namboarina. T

      Tsy misy antony mihintsy indrindra ara pitaovana tsy afahany ny cenit mamaoka ny voka pifidianana isaky ny birao mpandatsahambato. Io ihany no afahana manamarina fa tsy misy vokatra niova na nivadika.

    • 28 octobre 2013 à 10:36 | jansi (#6474) répond à manga

      JLR dispose déjà depuis samedi des résultats des 20001 BV transmis par SMS, scan ou photo.
      Le future président de la République est déjà connu quelque soit le nombre de tours.

    • 28 octobre 2013 à 10:44 | jansi (#6474) répond à Rnlb

      Avant l’arrivée des urnes a Tana, JLR dispose déjà des résultats par BV. Vous avez alors raison de vous demander pourquoi Attalah n’a pas les mêmes infos ou plutôt pourquoi elle refuse de les publier car de toutes les façons, elle est sensée récolter les résultats PROVISOIRES.

    • 28 octobre 2013 à 10:45 | manga (#6995) répond à jansi

      Est ce que vous pouvez me donner le lien si possible ?

    • 28 octobre 2013 à 10:48 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à jansi

      Bonjour,

      Toujours à la recherche de la petite comme d’habitude alors que la CENI-T n’a que j+10 au plus pour publier le résultat officieux/provisoire de ce 1er tour.
      Adressez votre demande à la CES ou lisez le JORM le moment venu : bon courage pour confronter le résultat BV par BV sur les 20001BV répartis sur le territoire national.

    • 28 octobre 2013 à 13:16 | Barijaona (#108) répond à jansi

      Si JLR dispose effectivement déjà des résultats BV par BV, pourquoi ne les publie-t-il pas, LUI ?

      Je n’aime pas les affirmations gratuites, surtout lorsqu’elles risquent de provoquer une crise électorale… Trop facile d’avancer des chiffres, et d’inventer a posteriori les PV qui conviennent à X ou à Y…

    • 28 octobre 2013 à 13:18 | Barijaona (#108) répond à jansi

      Oui, Jansi, si ces scans existent effectivement, on veut les voir…

      Que JLR donne le bon exemple à la CENIT, ou qu’il demande à ses troupes de se calmer un peu…

    • 28 octobre 2013 à 15:04 | Rnlb (#7536) répond à plus qu’hier et moins que demain

      Ilay PV par bureau de vote anie no apidirina anaty solosaina e ary azo tehirizina tsara ao ireo PV ireo.

      Ny ilaina dia ny mibaiko ny solosaina fotsiny amin ny fotoana ilana azy. Tsisy kajy atao intsony raha efa nomanina mialoha amin ny alalan ny logiciels ny seho tsy maintsy ilaina raha tiana ny ho fifidianana mangarahara marina fa tsy ny vata mpifidianana no mangarahara dia efa ro hoy Rasaraka.

  • 28 octobre 2013 à 10:41 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Bonjour et bonne journée à tous.

    La CENI-T n’est pas Mme la présidente Béatrice ATALLAH quant on sait que ce sont les signataires de la feuille de route qui forment la CENI-T.
    Mme Béatrice ATALLAH est arrivée à la CENI-T par un appel à candidature et elle a obtenu la majorité des voix des membres de la CENI-T même si elle n’est même pas membre de cette entité avant son élection.
    Apportez vos preuves avant d’accuser qui que ce soit et cessons l’infantilisation de nos électeurs car ils sont tous majeurs.

    Apportez vos preuves avant d’accuser qui que ce soit et cessons l’infantilisation de nos électeurs en cherchant toujours des boucs-émissaires car ils sont tous majeurs donc civilement responsables de leurs actes.

    • 28 octobre 2013 à 11:39 | manga (#6995) répond à plus qu’hier et moins que demain

      Comme disait mon cher charismatique et Amiral Ignace : " Ny hazo lava ihany no halan-drivotra". Sincèrement désolé si cela vous blesse autant car on voit la CENI-T à travers son chef et non ses composants.
      On a toujours inculqué dans le petit crâne que même il est impossible de penser à des fraudes (je ne fais que citer) mais les remarques ne font que commencer et je ne sais pas comment la haute cour va gérer cette situation quand dans la capitale, on utilise des urnes opaques ou dans la ville de VITAL Camille, on se permet d’annuler par tirage quelques bulletins excédents pour conclure que tout baigne.
      Pensez-vous vraiment cette institution est loin d’être reprochable quand elle gère uneun évènement de telle envergure. On n’est pas devant un tribunal mon cher PPQEMD

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS