Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 7 août 2020
Antananarivo | 18h16
 

Economie

Conseil des ministres

Le gouvernement tarde à envoyer la LFR 2020 au Parlement

jeudi 28 mai | Mandimbisoa R.

Crise sanitaire oblige, le rapport du conseil des ministres tenu à Ambohitsirohitra mercredi dernier indique que l’exécutif est encore sur le point d’étudier dans le détail le projet de loi de finances rectificatives pour cette année (LFR 2020). L’ordre du jour adopté dernièrement par l’Assemblée nationale prévoit toutefois une présentation, suivie d’une adoption de ce projet de loi, le 3 juin prochain. Les sénateurs, eux, envisagent de l’adopter le 17 juin prochain.

Visiblement, le document ne devrait pas encore parvenir au niveau des deux chambres. Cela ne devrait pas être le cas avant son adoption en conseil des ministères. Malgré tout, le rapport de cette réunion des membres du gouvernement avec le président de la République indique que la LFR 2020 est particulièrement focalisée sur le volet éducation, santé, eau et assainissement, habitat, énergie et infrastructures routières et devrait être réadapter à la situation sanitaire actuelle.

Outre ces informations sur le projet de loi de finances rectificatives, le conseil des ministres de mercredi a également été marqué par le décret de nomination de hauts fonctionnaires au sein des différents départements ministériels.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 28 mai à 11:22 | Vohitra (#7654)

    « …la LFR 2020 est particulièrement focalisée sur le volet éducation, santé, eau et assainissement, habitat, énergie et infrastructures routières… »

    Compte tenu de la situation qui prévaut, et l’évolution de la géostratégie mondiale, un régime visionnaire aurait dû inclure parmi les priorités des priorités de cette LFR « la sécurité alimentaire, le renforcement de la disponibilité alimentaire et la facilitation de l’accès à la nourriture pour toute la population du pays ».

    Par ailleurs, est-ce qu’il n’y a pas encore de résultats intermédiaires disponibles exploitables dans les enquêtes permanentes auprès des ménages (EPM) auxquelles la banque mondiale avait déjà allouée un budget de USD 2 millions dans ce sens, car la statistique est un des moyens utiles pour le pilotage de politique, mais ici, d’habitude, c’est la volonté du calife qui tient lieu à la fois de cadrage et d’instrument institutionnel pour définir et réaliser une PGE…

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS