Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 26 septembre 2021
Antananarivo | 07h32
 

Tribune libre

Le GOTICOM attire l’attention sur les dangers de la PIU (la PASSERELLE INTERNATIONALE UNIQUE)

vendredi 14 janvier 2011

Face au projet de l’État de faire monopoliser la téléphonie internationale par une entreprise privée, les entreprises souhaitent rappeler au public que le développement économique passe par une multiplicité des offres, garantie de la qualité des services et de l’optimisation des coûts, et par le respect de l’État de droit, garantie de la confiance à investir.

Un contrôle délégué à une société privée telle que préconisée par le décret sur la Passerelle Internationale Unique (PIU), par :

  1. le caractère illégal de sa mise en place
  2. son caractère monopolistique et antiéconomique (surfacturation)
  3. le flou du champ d’opération de la passerelle
  4. le danger de violation incontrôlée de la correspondance professionnelle et privée

ne pourra aboutir qu’à :

  1. augmenter les coûts de communication et donc contribuer à l’inflation, au regard de la part des télécommunications et de l’informatique dans la production de biens et de services
  2. faire fondre les revenus du secteur tout entier, donc les impôts générés par les marchés de services en plus de ceux des télécommunications ; outre les impôts qui se perdront dans un paradis fiscal
  3. réduire les investissements tant locaux qu’étrangers dans la production de biens et de services
  4. faire émigrer les grandes sociétés de services et arrêter les projets d’implantation à Madagascar
  5. et au final faire perdre des milliers d’emplois pour le pays.

Les entreprises rappellent aussi que l’optimisation d’un marché qui utilise des ressources rares se fait par le biais d’une autorité officielle de régulation dans les télécommunications, qu’il faudrait au besoin renforcer pour lui permettre de jouer son rôle.

L’adoption d’un décret de « délégation de service public » est non seulement illégale au regard de la Loi régissant le secteur des télécommunications, mais dangereux pour la pérennité des entreprises et des emplois actuels et futurs du secteur.

Antananarivo, le 13 janvier 2010

Groupement des Opérateurs des Technologies de l’Information et de la Communication (GOTICOM)

4 commentaires

Vos commentaires

  • 14 janvier 2011 à 17:00 | Albatros (#234)

    Sans parler du stockage, et donc de la "surveillance" et leurs utilisations, de toutes les données transitant par cette PIU.

    Big Brother à la malgache.

  • 14 janvier 2011 à 17:45 | ikoto (#4912)

    C’est purement et simplement de l’arnaque à haut niveau ! Imaginez un Pdt de la République qui s’engouffre dans une affaire très louche mijotée par la mafia ! Si ceci se passe en Russie, cela n’étonnera car on connaît que là-bas la frontière entre la politique politicienne et la tradition mafieuse est très mince et que ces deux mondes ne font qu’un ! Mais dans un pauvre pays comme Madagascar où la corruption est la cause du "non développement", un agissement pareil est plus que louche et son opacité devrait nous mettre la puce à l’oreille.

    Et la 4° république n’est que du "tape à l’œil" car jusqu’ici aucune personnalité politique "intègre" n’a pris position ! Ceci veut dire que les politiciens sont, soit des ignorants, soit ils se frottent auss les mains car la mise en place de cette passerelle est signe que l’avènement de la 4° république est loin de signifier "bonne gouvernance" !

    ikoto

  • 15 janvier 2011 à 16:57 | Newdep (#5157)

    N’est-il pas évident que c’est pour filtrer certaines communications aussi que cette dangereuse PIU est adoptée par le pouvoir en place.

    Pour ne plus parler des soi-disants manques à gagner des caisses de l’Etat, selon Albert Camille Vital, ou des recettes qui vont s’envoler vers les paradis fiscals,...-++, des fuites des investisseurs déjà en place ou ceux qui veulent encore venir, mais surtout des pertes d’emplois que cela va causer, une fois de plus, dans le marasme que vivent dèjà les victimes en 2 années de crise.

    Il est temps pour GOTICOM de rallier tout le monde pour brandir le holà. Parce que même les opérateurs et consommateurs nationaux vont être sous la ferule d’une telle grosse bourde, sous peu, au nom d’une efficacité douteuse et usurpée à financer, que s’arroge le haut lieu de la gouvernance. La vigilance est de mise. Les échanges épistolaires ne vont plus suffire pour le dénoncer. L’atmosphère va sentir le soufre, plus suffoquant que jamais, si la passerelle vient à être opérationnelle.

    L’annonce n’est plus exactement un ballon de sonde puisque le décret est là. Fait à la va-vite ! Mais les conséquences ne feront pas attendre, elles seront lourdes, pour nos frêles épaules !

    Newdep

    • 20 janvier 2011 à 13:04 | Newdep (#5157) répond à Newdep

      Le décret ne serait pas encore là a vite avancé Albert Vital Camille, hier aux journalistes.

      Mais les menaces paraîtraient ouvertes, cf un commentaire sur un article de Georges Rabehevitra de ce jour : que sur RNM hier soir le PM de la transition se serait demandé quelles seront ses réactions si Telma est incendiée... ?

      Cela, c’est dreadfull .... ? ? ? ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS