Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 18 août 2022
Antananarivo | 06h48
 

Economie

Commerce avec les pays arabes

« Déshabiller Pierre pour habiller Paul » ?

jeudi 7 mai 2009 | Bill

Le ministre de la Haute Autorité de Transition en charge du Commerce, Rakotonirina Jean Claude a attiré ce mercredi 6 mai l’attention, voire demandé assistance, des investisseurs arabes qu’il a reçu à son bureau, sur l’insuffisance de la production agricole notamment en riz ; les hommes d’affaires arabes peuvent aider à développer et y investir, car Madagascar, dit-il, importe quelque 250 000 tonnes de riz par an. Il a aussi été question d’importations de Produits de première nécessité.

L’observateur n’a pu rester indifférent à cette demande car tout récemment encore les partisans de la HAT-TGV ont pointé du doigt les investisseurs coréens de Daewoo et les exploitations agricoles du groupe TIKO-MAGRO, voire les projets indiens de la société VARUN. Aujourd’hui, les nouveaux dirigeants font appel à des investisseurs dans les mêmes domaines. Où veut-on vraiment en venir ? Il semble que l’on ait déshabillé Pierre pour habiller Paul en détruisant les infrastructures existantes dans le pays et en diabolisant les projets d’investissements coréens et indiens.

Des PPN et du ciment bon marché

Dans une quinzaine de jours, 25 000 tonnes de farine, 25 000 tonnes de sucre et 25 000 tonnes de ciment arriveront de la péninsule arabique et seront sur le marché à moindre prix. C’est l’accord conclu par la délégation d’investisseurs ressortissants de quelques pays arabes (Arabie Saoudite, Egypte) reçue par le ministre de la Haute Autorité de Transition (HAT) en charge du Commerce, Rakotonirina Jean Claude qui annonce ce mardi 6 mai le souhait des Saoudiens de la création d’une Chambre de commerce commune aux deux pays. En fait, ces investisseurs ont déjà eu des relations d’affaires avec Madagascar depuis 1996 et ils souhaitent consolider et étendre leurs activités en matière d’exportation mais aussi d’importation.

La délégation arabe a suggéré que les marchandises bénéficient d’exonération de droits et taxes mais aussi bien le ministre Rakotonirina Jean Claude que le Premier ministre Monja Roindefo ont refusé. Réagissant aux inquiétudes de certains sur le « financement parallèle », le ministre du Commerce rassure que l’objectif est de servir et de rechercher ce qui est bien pour le peuple, fut-il un financement parallèle. Il faut toutefois faire attention à ce que ce ne soit pas du blanchiment.

31 commentaires

Vos commentaires

  • 7 mai 2009 à 06:33 | zandrygasy US (#1941)

    Hitan’ny rehetra ireny ny tetik’asa Daewoo, Varun, sns...hita ihany koa ny lesoka teo @fifanarahana. Nahoana tsy nahitsy ny lesoka dia NOTANANA ny TETIKASA. Oh : nahena ho 25 taona ny lease, azo avaozina. Toy izany koa ny varun (atao mazava miaraka @tompon-tany ny fifanarahana, asiana fanaraha-maso ny fanarahana azy)sns....
    Firy isan-jaton’ny tanintsika moa no miasa izao (10%) ary ao anatin’io 25taona io mety tsy hiakatra 20% akory io taha io. Ny fiantraikan’ny fiforanana ASA, TSENA tsikelikely manodidina ireny fampiasana vola
    goavana ireny anefa raha natao efa nisy fiantraikany be @fiakaran’ny fahefa-mividy ny vahoaka, indrindra ny tantsaha.
    - "aza atao fiarin’amboalahy antitra ’lay tany" fa aleo hamokatra harena, na tsy ho antsika 100% aza ety am-piandohana "aleo mihinan-kely anie toy izay mandry fotsy e".
    -  Jereo ny nahazo an’i Zimbabowe noho ny fizarana tany tsy am-piheverana. 1990, nalain’i Mugabe t@fotsy hoditra ny tany, dia nozaraina t@tompon-tany (tsy io akory no ratsy) saingy satria tsy nihomana, na tsy nomanina hampiasa izany tany izany ireo tantsaha ka dia tsy namokatra akory ny tany, sompitra I Afrika I Zambabowe taloha, nanjary mpanafatra vokatry ny fambolena.
    -  Fehiny, misy dingana tsy maintsy arahina rehefa mbola tsy matanjaka loatra aloha ny fiankinan-doha @Foreign Direct Investment.
    Saingy indrisy ry tapa-tsaosisy ! Hafa no niseho ka dia izao sisa no niafarany…..

    • 7 mai 2009 à 07:21 | zandrygasy US (#1941) répond à zandrygasy US

      Do you u think importing more and more will not solve the problem of the majority ? Conversely, lowering the price (by import) will HURT the poor (72%) of farmers, producers....

    • 7 mai 2009 à 10:03 | zaka (#1418) répond à zandrygasy US

      Je partage tout à fait l’analyse de Zandry Gasy... Misaotra Razadry ô,,
      Les dirigeants actuels sont de vrais enfants immatures,,ils ont l’esprit de contradiction. Certains enfants jettent leurs jouets par défi,,, mais les reprennent aussitôt en douce car ils y retrouvent de l’intérêt. Les initiatives de l’ancien régime ont été dénigrées et rejetées par principe,, puis reprises sous une autre forme. C’est hélas de bonne guerre en politique. C’est une pratique fréquente,, Malhonnêteté, mauvaise foi, me direz vous. Il en est ainsi.
      Quand aux pratiques de la vente de terrains sous le masque des baux emphytéotiques aux étrangers, c’est une pratique courante de nos jours,, et Madagascar n’est pas le premier pays où cela se fait. Les chinois achètent des kilomètres carrés de terrain (oui,,, des kilomètres carrés) à l’étranger,, et il n’y a pas d’oies blanches pour crier au scandale.
      - Un jour, je me suis payé, par caprice un appareil photo haut de gamme. En vérité, je m’en servais peu. Mon cousin m’avait demandé de lui prêter pour quelque temps cet appareil. Figurez vous qu’il en a pris des photos qui (j’ai appris plus tard) ont été récompensées à l’occasion d’un concours d’exposition. Ce modeste anecdote illustre la thèse de notre ami Zandry Gasy.. qui entre nous, et malgré mon respect pour lui, s’exprimme également trés bien dans sa langue natale.

    • 7 mai 2009 à 11:47 | RAZAFINDRAMARO Julio (#2358) répond à zaka

      Je ne suis pas d’accord avec vous. De plus, c’est trop fort de dire que les dirigeants actuels sont des vrais enfants immatures. Au contraire, je pense qu’il faut les remercier pour l’initiative qu’ils ont prise en vue d’atténuer le coût de la vie à Madagascar. Vous parlez de l’initiative de l’ancien régime. Mais, c’est diamétralement opposé. Auparavant, la cession de terrains de plus d’1.000.000 d’hectares était sans contrepartie et ne contribuait pas à réduire le coût de la vie. Alors que, pour ce qui est de l’initiative du régime actuel, il s’agit d’un accord de coopération qui vise à atténuer le coût de la vie.

    • 7 mai 2009 à 13:10 | nyaina (#950) répond à RAZAFINDRAMARO Julio

      je suis sur que je vous surprends si je vous informe que cette affaire de cession de terrain va être reprise par la saoudiens !!

      wait and see !!

    • 7 mai 2009 à 15:44 | Bena (#494) répond à zandrygasy US

      Ny tanjona ho an’i Monja Roindefo angamba dia ny hampitovy ny faritra rehetra eto Madagasikara amin’ny faritra atsimo, izany hoe samy mahantra. Izay no mahafeno zanak’atsimo ao Mahazoarivo ankehitriny. Raha tsy tatsimo tsy miasa ao.

    • 7 mai 2009 à 15:51 | Bena (#494) répond à RAZAFINDRAMARO Julio

      Julio, si ces gugusses saoudiens (ou surement soudanais) sont des hommes d’affaires, ils n’ont qu’à travailler tout de suite au lieu de faire tout un tralala comme ça !

      Pourquoi doit-on signer ceci et cela avec untel avant d’importer des trucs à Mada, la loi n’exige pas cela.

      C’est qu’ils considèrent les gars de la HAT (et ils n’ont pas tort la dessus) comme de vrais ignares en affaires.

    • 7 mai 2009 à 15:52 | zaka (#1418) répond à nyaina

      Et les Saoudiens, c’est autre chose que les chinois,, en matière de business. Ils ne donnent rien sans rien. Plus vicelard que moi, tu meurs.
      C’est bien naïf de la part de la HAT de leur faire confiance.
      Demandez un peu comment ils traitent les travailleurs phillipins : confiscation de passeport,, un comportement d’esclavagiste authentique. Ra8 a tout à fait raison de mettre en garde les dirigeants actuels.

    • 7 mai 2009 à 17:14 | Vitagasy (#304) répond à zaka

      Voici une petite video de torture faite par un membre de la famille princiere (22/4/09). Charles est a bonne ecole.

      http://tinyurl.com/UAEtorture

  • 7 mai 2009 à 08:32 | mahefa (#1776)

    Bonjour,
    Je ne suis pas du tout contre l’atténuation des problèmes socio-économiques actuels. Non plus contre l’amélioration du pouvoir d’achat des malgaches. Mais j’aimerais juste attirer l’attention de tout le monde sur la méthode ou démarche adoptée par la HAT pour arriver à cette fin. En effet, je suis contre tout blanchiment d’argent. Je ne dis pas qu’il s’agit là d’un blanchiment, mais "ny ahiahy tsy ihavanana". Alors, pour rassurer tout le monde, et afin de ne pas favoriser les actes contraires à l’éthique universelle comme quoi on ne devrait pas accepter tout argent "sale", je demande à la HAT d’être transparent la dessus. Je demande même au SAMFIN (zao moa no fanoratra azy ?) de procéder rapidement à des enquêtes avant de conclure un tel contrat ! Comment se fait-il que ces soi-disant riches arabes ne figurent même pas dans GOOGLE ? Est-ce normal ? Bizarre !!!!

    • 7 mai 2009 à 09:17 | diagramme (#2183) répond à mahefa

      MERCI MAHEFA !
      ZANY AHAY KA MBA CRITIQUE CONSTRUCTIVE !
      TENA MAHAFINARITRA !
      BONNE CHANCE

  • 7 mai 2009 à 08:36 | Haritiana (#1899)

    Tena marina ny analyse-nao ry zandrygasy ka izaho anie dia niteny fa tsara ny ampidirana ny investisseur eto amintsika indrindra ny hi-exploité-na ny tanintsika saingy ataovy mazava fotsiny ny tombony hoazony izy ireo sy ny an’ny vahoaka saingy io mangarahara io no tsy nisy t@ Daewoo logistics ka ity indray mandeha ity indray dia vao tonga fotsiny ny investisseur arabe ireo dia nampahalalana antsika rehetra ka avelao izy hanao raha izay no hinanan’ny vahoaka e !

    • 7 mai 2009 à 08:58 | akama (#2045) répond à Haritiana

      efa tsy MISY ho hohanina intsony angaha ka hoe aleo mba hihinana ny vahoaka RY HARITIANA ??? vakio tsara ny tiany mpanoratra ho lazaina dia mba tonga saina ry tsy misy ati-doha a !! FANTARO NY BLANCHIMENT D’ARGENT. ARY FANTATRAO VE NY SETRIN’IZAO INVESTISSEMENT ARABE IZAO ?? FANTARO TSARA NY HO AVY NY TARANAKAO AMIN’IZANY. MAHARAKA NY POLITIQUE ARABO VE NY6 MALAGASY ? NY VARA AZA 8250 AR NY KILO ANY AMINY !! TSY HIASA INTSONY IZANY RY MALAGASY FA HANDEFASANA FOTSINY PPN ? ARY INONA NY TAMBINY RY HASINA SY RAINDOZA A ?? JEREO TSARA NY FIRENENA BE ADY ERAN TANY !! ZAVATRA TOKANA NO TADIAVINY ANDRY SY NY FORONGONY:HANANGONA VOLA AMINY ARABO ALOHA, HANANGONA HARENA NY HAT DIA IANAO RY HARITIANA NOANA NLAVA EO,TSY MISY ASA, MITATIRERAKA @ ANDRY.
      DINIHO TSARA FA NY ANABAVINAO METY LASAN’NY ARABO FA TSY MANAN-KOANINA !!!
      TSOTRA NY :ZOUT LES ARABES, CA SENT LA MERDE A NOS ENFANTS ET PETITS ENFANTS.
      BON ENTENDEUR SALUT

    • 7 mai 2009 à 09:20 | Rasoa (#1122) répond à Haritiana

      Pour Haritiana,

      Mino ve i Haritiana fa ny "contre partie" an’izay contrat entre HAT sy ny "INTEGRISTES" izay dia hataon’ny ANDRY RAJOELINA mangarahara amin’ny malagasy ? MINO AHO FA BE LAVITRA NY MANKANY AM-PAOSINY HANAKARAMANA NY CAPSAT !!!

      Anisan’ny "révendication" n’i TGV mantsy izany fony DAEWOO. Tadidio fa hamboly katsaka amin’ny tany "lava volo" ny koreana ary hanome asa ho an’ny mpamboly malagasy anapitrisany izany nefa dia navadika fa mivarotra tanindrazana Atoa Ravalomanana ! Indrisy, lasa any Tanzanie rizareo fa matikambo sy miavon-kanina ny malagasy mahantra !

      Ka moa ve sanatria dia hankasitrahintsika ny famarotana ny tanindrazantsika amin’ny ARABO MAHERY FIHETSIKA ? SANATRIA TOMPOKO ! Avelao ho lava volo eo... Izay no nimatimatesan’ny FARITSA IVA teny Ambohijatovo tamin’ny faramparan’ny vola janoary.

    • 7 mai 2009 à 10:17 | Haritiana (#1899) répond à Rasoa

      O ry akama sy Rasoa !
      Aza entim-po hoa fa sao lasa alohan’ny fotoana eo ka tsy ahita ny hiafaran’ny tetezamita. Nahoana no atao hoe mivarotra tanindrazana rehefa ny HAT no mifampiraharaha ao anatin’ny mangarahara @zao nefa ny anareo nanao antsokosoko nefa hita ihany ny nafenina. Aza manana toe-tsaina hoe avelao ho lavavolo eo ny tanintsika tsisy hiasa. Tsy mitsinjo ny vahoaka malagasy izay 80% ao antin’ny fahantrana ianareo. Aza manao toe-tsaina hoe "Raha ho faty aho matesa rahavana" Mampalahelo ana ianareo zay tsy manana intsony ny fahendrena malagasy

    • 7 mai 2009 à 23:31 | Mampalahelo (#924) répond à Haritiana

      Mampihome ilay Haritiana fa tena 100% TGV ka tena jamba tsy mahita lalana ! Fa angaha rehefa Ravalo dia hoe mivarotra tanindrazana tsy izay foana no lazaina teto sy nanaratsiana azy nanongotana azy teo fa rehefa HAT dia hoe avelao izy hanao rehefa izay no hinanan’ny vahoaka ! 2 Versions contradictoires be !
      Réfléchis mille fois avant de parler car tu ne sais pas de quoi tu parles !

  • 7 mai 2009 à 08:53 | Rabila (#1379)

    C’est un leurre.

    Aucun investisseur ne prendra un risque dans les conditions politiques actuelles. HAT-TGV ne seront peut être plus au pouvoir fin decembre 2009.

    Je parie plutôt à un financement occulte de la prochaine campagne electorale qu’ils sont en train de collecter. HAT-TGV n’ont pas de machine politique forte pour emporter les écheances électorales contrairement au ratsirakiste et le residu du TIM.

    Pour veiller à la démocratie, il faut donc que les budgets des campagnes soient rendus publiques.

    • 7 mai 2009 à 12:03 | ASSISE (#1505) répond à Rabila

      Eo mihintsy isika izao.

      Inona moa no tokony hifaninanan’ny HAT-TGV @ iretsy voalazanao, azo lazaina fa samy efa manana ny rafitra fototra @ raharaha pôlitika ?

      Araka ny filazan’ny HAT-TGV dia hametraka rafitra hidirana @ "rafitra vaovao - fanjakana vaovao" no tanjony.

      Mifanipaka be ihany anefa ilay fampanantenana sy ny zavatra atao.

      Fiomanana @ fifidianana isan-karazany no tsapa ka mampiraikitra ny HAT-TGV eo @ fitondrana fa tsy ny fanatsarana ny fiainam-pirenena.

      Midika koa izany fa na ny "làlàm-panorenana" hivoaka eo dia hifanandrify @ sitrakin’ny HAT-TGV.

      Sarotra ihany ny hino eran-tany ny fisian’ny vinavinan’asa toy izao @ tany azo lazaina fa tsy milamina.

      Moa tsy resaka "minoa fotsiny ihany" no fonosin’izao fifanarahina izao ? 5 andro ve dia ampy anapahana hevitra hanatanterahana fiaraha-miasa ? Sa tena resaka vola maloto tokoa no tiana hiodina ? ? ? ? fanontaniana tsy lany.

      Samy ho tahian’Andriamanitra isika mianakavy dia hahita ny vokatra "tsara/ratsy", sanatria hitarika korontana vaovao indray afaka 6 - 12 - 19 volana.

  • 7 mai 2009 à 09:09 | Fanoro (#1962)

    Voyons, ça sautait aux yeux dès le départ que Rajoelina a monté l’histoire de Daewoo en mayonnaise pour attendrir le peuple et avoir le pouvoir. Tout le monde sait très bien qu’en réalité il n’en a rien à faire de vendre Madagascar, dans la mesure où en passant il peut remplir aussi son compte en banque. Sur qu’il va accepter que les arabes s’installent chez nous. Mais n’oublions pas que chez ces gens là, la femme n’a aucune considération et les ouvriers qui travaillent pour eux (la majorité des étrangers) sont traités comme des esclaves !!! Non seulement, ils vont nous esclavagiser mais aussi islamiser ! Banco encore pour la HAT !!!

  • 7 mai 2009 à 09:11 | vola10 (#1299)

    Personnellement, je suis très inquiète pour l’avenir de Madagascar, il faut ouvrir les yeux avec ce qui se passe dans leur pays, il faut penser aux conséquences.

  • 7 mai 2009 à 09:15 | Rasoa (#1122)

    Mino ve isika fa ny "contre partie" an’izay contrat entre HAT sy ny "INTEGRISTES" izay dia hataon’ny ANDRY RAJOELINA mangarahara amin’ny malagasy ? MINO AHO FA BE LAVITRA NY MANKANY AM-PAOSINY HANAKARAMANA NY CAPSAT !!!

    Anisan’ny "révendication" n’i TGV mantsy izany fony DAEWOO. Tadidio fa hamboly katsaka amin’ny tany "lava volo" ny koreana ary hanome asa ho an’ny mpamboly malagasy anapitrisany izany nefa dia navadika fa mivarotra tanindrazana Atoa Ravalomanana !
    Indrisy, lasa any Tanzanie rizareo fa matikambo sy miavon-kanina ny malagasy mahantra !

    Ka moa ve sanatria dia hankasitrahintsika ny famarotana ny tanindrazantsika amin’ny ARABO MAHERY FIHETSIKA ? SANATRIA TOMPOKO ! Avelao ho lava volo eo... Izay no nimatimatesan’ny FARITSA IVA teny Ambohijatovo tamin’ny faramparan’ny vola janoary.

  • 7 mai 2009 à 10:20 | Tsitapenambava (#1757)

    Je réitère ce que j’avais écrit ici il y a quelque jour qu’un investisseur sérieux ne serait jamais tenté d’investir son argent dans un pays en profonde crise politique, sociale et économique comme Madagascar. Ceux qui osent venir ne sont que des prédateurs. Un pays en crise où la population nage dans la pauvreté et où les dirigeants n’ont plus d’atout que des fusils et mitraillettes constitue un terrain favorable pour développer des affaires les plus louches.
    A propos des 2 milliards $ annoncé par ces soit disant investisseurs arabes, il n’est pas besoin d’être intello pour comprendre qu’une partie serait destinée à financer la campagne électorale des TGV car l’idée d’une élection anticipée commence à planer pour être incontournable pour la Hat-TGV. Donc il est très facile de dire "aleo ny olona hihinana e !" mais il serait difficile de subir les conséquences !

  • 7 mai 2009 à 10:29 | znknmazava (#2384)

    Ny manahirana dia tsy maro na tena tsy misy mihitsy ny sahy mijoro milaza ny tsy mety raha mbola eo amin’ny fitondrana izy. Efa betsaka ny zavatra simba rava potika vao lazaina ny tsy mety.Efa nadio ny rano nitana.
    Hanangana ny rava sy potika ary hanadio ny maloto nisy teo aloha ve isika ?
    Tsy ny arabo no afaka hanao izany fa ny zanaka malagasy ihany.Na dia ao anaty fahasahiranana mafy aza dia inoako fa vonona ny rehetra ary tsy asiana fanavakavahana na ara-politika na fiaviana na finoana.Tokony hataon’izay mpitondra tia tanindrazana haingana izany fa zava-doza no iainantsika Malagasy amin’izao fotoana izao.

  • 7 mai 2009 à 11:51 | meloky (#637)

    Ny mampalahelo dia tsy hita mitranga intsony Achem (mpanompa) fa ohatr’izay dia efa voaompa ny ny sasany. Misaotra azy nangina aloha tsy mamokatra raha be tabataba loatra.
    Nahita lesoka sy anatra ny HAT ka mitandrina tsara, dia mankahery ary tohizo fa tsara io no nanohanan’ny vahoaka te-handroso (72%) anareo. Hmpangino ny mpanakorontana tsy mitondra vahaolana, ary aoka hitandrina tsara fa voan’ny fankam-panahy izao ireny masoivoho vahiny dia lasa miditra antsehatra lalina (ingerence aux affaires internes d’un pays souverrain). Aoka handeha hizotra arak’izay mety ny ambaratongam-pifidianana rehetra fa tsy ho-teren-ko-masaka tsy akory.
    Nahalala niaritra foana ny vahoaka teo ambanin’ny famoretana ka izao vao miaina kely dia mahandry ny rariny koa aoka arafitra tsara ny constitution, ny rehetra mandray anjara ary dia hifidy amin’ny fifidianana mazava. Aoka alevina sy fongorana ny endri-bali-faty politika rehetra. Amin’izay dia tena demokrasia avo lenta no vokatry ny asan’ny HAT.
    Mahereza eh !

  • 7 mai 2009 à 12:26 | Rasoa (#1122)

    Mody adala ve sa adala ianao ?

    Ny tiako holazaina dia izao : samy "investisseur" hampiasa tany ireo koa nahoana tamin’ny DAEWOO no lazain’i TGV fa fivarotana tanindrazana ary maninona ireto arabo mahery fihetsika ireto no tsy hataontsika hoe : mividy ny tanindrazantsika ?

    Nefa dia izay no ANTOM-PISIAN’NY FANGATAHIN’NY FARITSA IVA tamin’ny tolona !!! Ary hampidina ny vidim-piainana ahoana moa rizareo arabo ? Fantatrao ve ohatrinona ny vary 1 kilao any Arabie Saoudite ?

    Vary 1 kg = 8250 Ariary

    Mbà manaraha vaovao sao diso paika hoy aho fa hitsikitsika tsy mandihy foana fa ao raha.

    Ny "contre partie" dia tsy hataon’ny HAT "mangarahara" aminao na oviana na oviana fa mila vola be ny fanakaramana an’i cdt charles fa ireny CAPSAT ireny dia toy ny "berger allemand" ka atahorana hivadika amin’ny tompony raha sanatria...... santria tsy voaloa ny karamany !

  • 7 mai 2009 à 13:17 | zana47200 (#227)

    Tsy ampy fahampahafantarana ny fandehan’ny atao hoe bail emphytéotique ny malagasy ka any ka miteniteny foana ny ankamaroany raha vao hoe hisy vahiny hampiasa ny tany be velarana. Io bail emphytéotique io dia misy n’aiza na aiza raha mbola orin’asa vahiny koa no miasa amin’ny firenena hafa. Saingy ny mahagaga dia ireo nidradradradra hoe mivarotra tanindrazana mpitondra teo aloha no mamerina izany amin’ny izao fotoana izao. Saingy dia tsy lazaina fotsiny ny tena mamimaritra iraisany amin’ny ireo mpanambola Saoudien. Tsy mankahala ny saoudien aho, fa ny tokony hitarika ny sain’ny malagasy dia izao, nahoana ny firenena palestinien izay mahantra fadiranovana no tsy hanaovan’ny Saoudien hetsika tahaka izao ? Nahoana ireo firenena afrikana silamo no tsy hanaovan’ny Saoudien hetsika tahaka izao ? Raisiko ohatra fotsiny i Mauritanie, inona no mba fanampiana nataon’ny Saoudien tany hatramin’ny izao ? Nahongany ny mpitondra mauritanien teo aloha, mpitondra silamo izao no ao, nefa tsy mbola hitako na tamin’ny haino aman-jery na tamin’ny gazety izay hetsika mba nataon’ny Saoudien, na dia ny fomba fizarana ny rano madio ho sotroina aza.
    Tsy mino aho fa tsy misy tambiny ambadika izao fidiran’ny Saoudien aty amin’ny firenena malagasy izao.

  • 7 mai 2009 à 14:53 | Achem (#705)

    Désolé meloky ! Ne sois pas meloky ! Je suis toujours là ! Voici en intégral un article que tu consommeras jusqu’aux os. Bonne lecture !
    *********************************
    Main basse sur les terres agricoles du Sud
    jeudi 26 février 2009 par Guy Debailleul

    Des États riches et des entreprises multinationales achètent ou louent à très long terme des superficies considérables de terres agricoles dans les pays en voie de développement. Portrait d’une véritable ruée, exacerbée par la crise alimentaire, qui a un fort relent de colonialisme et dont les conséquences pourraient être désastreuses.
    L’Arabie Saoudite a pris le contrôle d’environ 1,6 million d’hectares de terres en Indonésie, soit à peu près les trois quarts des terres cultivées au Québec  ! Et conjointement avec les Émirats arabes unis, l’Arabie Saoudite s’est appropriée 1,4 million d’hectares dans des pays comme le Pakistan ou le Soudan. La Turquie, le Kazakhstan, le Cambodge, les Philippines, l’Ouganda sont également visés par les pays du Golfe Persique. Il s’agit là aussi d’assurer l’approvisionnement en céréales des pays investisseurs dans lesquels la rareté de l’eau limite la production agricole.

    En Tanzanie, en moins d’un an, des compagnies internationales de production de biocarburants ont accaparé 11 millions d’hectares, soit pratiquement le huitième de la superficie du pays pour cultiver des plantes destinées à produire des biocarburants pour l’exportation. L’une d’entre elles, Sunbiofuels de Grande-Bretagne, a par exemple mis la main sur 40 000 ha pour produire du jatropha à des fins énergétiques, après avoir évincé les agriculteurs, qui ont reçu une maigre compensation. Comme le signale le Financial Times, qui rapportait l’événement, il sera très difficile pour le gouvernement tanzanien de récupérer ces terres afin d’y produire des aliments, puisque la concession est d’une durée de 99 ans.

    À Madagascar, la compagnie sud-coréenne Daewoo avait négocié avec le gouvernement malgache la location pour 99 ans de près d’un million et demi d’hectares. Son projet était de cultiver du maïs, avec comme objectif une production annuelle de 5,5 millions de tonnes en 2023 destinées à être exportées en Corée du Sud. Ce pays asiatique importe actuellement 11 millions de tonnes de maïs par année, principalement des États-Unis. À cela, s’ajoutait la production d’huile de palme. Pour mener à bien son projet, Daewoo entendait faire venir de la main-d’œuvre principalement sud-africaine. La colère suscitée par les révélations entourant l’entente entre la compagnie et le gouvernement malgache, et par l’attitude arrogante dont la compagnie a fait preuve dans la justification de sa démarche, a eu raison du projet.

    Ces exemples ne représentent qu’un petit échantillon dans une multiplication de transactions du même genre par des pays « accapareurs » (directement ou par le biais de certaines de leurs compagnies ou sociétés de placement). Ce sont aussi bien des pays européens (Grande-Bretagne, Suède), asiatiques (Chine, Corée du Sud, Japon dont les entreprises contrôlent déjà plus de 12 millions d’hectares à l’étranger), pétroliers (pays du Golfe Persique, Libye, etc.) que des compagnies de pays émergents (Brésil, Inde). Les pays cibles sont également répartis sur à peu près tous les continents : Amérique latine (Paraguay, Argentine), Asie (Birmanie, Cambodge, Laos, Indonésie, Philippines, Thaïlande, Vietnam), Europe centrale (Ukraine), Afrique (Sénégal, Mali, Malawi, Ouganda, Soudan, Tanzanie).

    Ces listes non exhaustives ne font qu’illustrer un mouvement qui prend une ampleur préoccupante. Les pays et les compagnies qui investissent ainsi dans le contrôle de grandes superficies de terre agricole sont guidés par des raisons qui peuvent varier : s’assurer un approvisionnement en produits alimentaires pour les uns, accroître la production de biocarburants pour les autres ou simplement, en ces temps de débâcle financière, investir dans ce qui apparaît comme étant le meilleur véhicule de placement à long terme pour des fonds spéculatifs. Ces raisons relèvent toutes d’un même constat : la crise alimentaire et la crise énergétique ont mis en évidence le caractère limité des disponibilités en terres agricoles pour satisfaire à la fois les besoins énergétiques et les besoins alimentaires d’une population mondiale croissante et confrontée à l’épuisement des énergies fossiles. Il est ironique que les mêmes pays qui ont tenté de libéraliser le commerce des produits agricoles au cours de la ronde de Doha, en invoquant les vertus du libre-échange pour assurer les besoins de la planète, semblent soudain accorder une confiance limitée à une telle stratégie puisqu’ils optent pour le contrôle direct de la terre et des ressources productives.

    Un nouveau colonialisme

    Presque 50 ans après les grands mouvements de décolonisation, les terres agricoles des pays en développement sont donc en train de devenir l’objet d’une nouvelle prise de contrôle par des intérêts étrangers. C’est d’ailleurs au nom du rejet d’un néocolonialisme que le projet sud-coréen à Madagascar vient d’avorter. Mais ce recul, s’il montre qu’une mobilisation peut entraver l’aboutissement de tels projets, n’est encore qu’une exception dans un mouvement qui prend de l’ampleur.

    Si le patrimoine agricole des pays en développement suscite tant de convoitise et donne lieu à de telles concessions, c’est naturellement en raison de la dépendance de ces pays à l’égard des investissements étrangers. Il est facile de faire miroiter aux agriculteurs locaux les retombées économiques et les avantages, notamment en matière de diffusion de nouvelles pratiques et technologies agricoles. D’autant plus que de nombreux pays n’ont toujours pas adopté de régimes fonciers qui assurent des titres de propriété aux paysans en place. Beaucoup d’entre eux n’ont encore accès à la terre que par le biais de droits coutumiers complexes et souvent arbitraires. Dans d’autres pays, c’est plutôt le contrôle de la plus grande partie des terres par une toute petite minorité qui empêche les paysans de disposer de quantités suffisantes de terres pour leur permettre d’en vivre. Ainsi au Paraguay, plus de 75 % des terres agricoles sont la propriété de moins de 1 % de la population. Dans de telles situations d’inégalité ou d’insécurité foncière, il est donc plus facile d’écarter les paysans au profit de grands projets.

    Les pays du Nord, eux, se protègent

    La plupart des pays occidentaux ont au contraire eu tendance depuis déjà plusieurs décennies à adopter des législations plus ou moins restrictives en matière d’achat de terres agricoles par des étrangers. Aux États-Unis pas moins de 28 États ont des législations qui limitent les possibilités d’acquisitions de terres par des non-résidents. Il en est de même pour une majorité des provinces au Canada. Au Manitoba ou en Saskatchewan, un non-résident ou une compagnie étrangère ne peut posséder plus de 20 hectares de terres agricoles. On trouve des restrictions du même type en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans certains États européens. Plus les terres agricoles sont vastes et la densité de population faible, plus les besoins de protection sont manifestes, ce qui explique que des provinces comme l’Ontario ou le Québec, à forte densité de population, ne se sont pas senties autant menacées par l’achat de terres par des étrangers.

    Ce mouvement d’accaparement des terres agricoles par des intérêts étrangers, qu’ils proviennent des pays occidentaux, des pays du Golfe ou des pays émergents a incontestablement des allures de nécolonialisme. Au moment où - à la faveur de la crise alimentaire - la communauté internationale réalise enfin que l’on a trop longtemps négligé l’agriculture des pays en développement, cette confiscation d’une partie de leur patrimoine foncier pour satisfaire en priorité les besoins des pays les plus riches envoie décidément un signal contradictoire avec les efforts de concertation et de mobilisation pour redonner un nouvel élan à l’agriculture des pays pauvres.

    Dans les récentes négociations commerciales de la ronde de Doha, de nombreux pays en développement ont commencé à opposer le principe de souveraineté alimentaire à celui de libéralisation des échanges. Ils revendiquent ainsi le droit de définir et de mettre en place les politiques agricoles qui leur semblent appropriées, et de prendre les mesures nécessaires pour protéger leur agriculture. C’est à ces conditions que leur propre sécurité alimentaire sera possible. Devant ce mouvement de ruée vers leurs terres agricoles, on observe que la souveraineté alimentaire implique de se donner les moyens pour contrôler la ressource fondamentale dont dépend la satisfaction des besoins alimentaires, c’est-à-dire les terres agricoles. Ce contrôle sera d’autant plus efficace que les paysans pourront disposer de droits garantis et stables sur cette ressource.

  • 7 mai 2009 à 15:00 | mimi (#426)

    Tout d’abord merci pour cette bonne analyse.
    Il est temps pour nous malgaches de cesser d’être les pantins de pinocchio.
    Il se trouve que non seulement nous peuple nous nous faisons manipuler par les dirigeants mais nous tendons à perdre les notions d’analyse.
    Le problème auquel nous sommes confrontés et auquel nous ne cessons de nous disputer se nomme : " Saoudiens ".
    - Est-ce une bonne idée qu’ils investissent à Mada ou non, Pourquoi eux pas d’autres.
    Mais avons-nous un instant pris la peine d’analyser ce qu’on nous propose non seulement pour nous acheter mais pour nous aveugler.
    Il y a quelques semaines, la HAT s’est ventée de l’huile vendu à bon marché et du riz au niveau des Fokontany.Mais étaient-ce des produits commestibles, est-ce qu’il en reste, y a-t-il eu des conséquences positifs de ces ventes.
    Où nous a seulement dit que ce sont des produits moins chers, moins chers, moins chers.Le terme approprié pour encore appauvrir les gens tant sur la qualité que sur la satisfaction physique.
    Et maintenant on nous propose des choses similaires, et l’excuse est de permettre à une couche fine de la population de manger à leur fin , sans se soucier des conséquences de produits de basse qualité.
    Mais vraiment les produits que vont apporter les arabes seront certe moins chers mais de combien, et la quantité et la qualité y avons-nous pensé.
    Il est temps pour nous d’essayer de faire abstraction au terme pauvreté, c’est ce mot qui nous détruit encore plus.
    Non seulement les produits qui vont s’étaler sur nos marchés seront impropres à la consommation mais ils ne seront jamais assez pour satisfaire le besoin de toute une population.L’achat de la nourriture ne se fait pas en 7 jours seulement de l’année il se fait tous les autres de l’année et pour toute la population malgache pas seulement pour les merina ni les betsimisaraka.
    Et croyez-moi ces Saoudiens ont la ferme intention d’honnorer leur parole.Celle de s’étendre sur tous les secteurs, ou plutôt de s’emparer de tous les secteurs.Donc les PME , les paysans, les artisans malgaches vont se faire évincer.
    Aujourd’hui, on déshabille vraiment Pierre pour habiller Paul.
    Et le peuple dans tout celà.
    Allons-nous toujours ramasser les miètes des uns et des autres.Allons-nous toujours manger et revêtir le reste des étrangers.Mais quand allons-nous enfin manger à notre faim sans risquer de se faire empoisonner.
    Il est temps d’ouvrir les yeux, de pencher les oreilles et de parler pour une cause bien plus noble que la bataille incessante du pouvoir.
    Le développement d’un pays commence par chaque individu, par chaque famille.
    Il ne faut pas nous laisser berner par les dirigeants.Et même si nous pensons que notre avenir est entre leurs mains nous avons toujours le dernier mot.Alors agissons, libérons notre pays et tendons-nous tous la main pour un avenir meilleur.

  • 7 mai 2009 à 15:29 | Achem (#705)

    Afin que tout un chacun soit branché sur les non-dits sur ces Saoudiens, veuillez SVP lire en profondeur l’article que j’ai reproduit un peu plus haut !!!

  • 7 mai 2009 à 18:00 | Boto (#1954)

    tena mampihomehy mahita ny revin-gadran’le pro- le8 sy MFM sy pro-satrobory reto.
    rehefa ny MGRo nanafatra vary 25.000 tons isan-taona tsy nampaninona ny 75% ny tantsaha fa rehefa ny HAT no mahita lalam-barotra mora dia voizina indray le 75% ny tantsaha. tsy nisy nahazo nanafatra vary afa-tsy ny MAGRO teo aloha, ary vary efa DECHET avy any Pakistan no namokisana ankaterena ny vahoaka Malagasy. ny vary avy any Alaotra ny MAGRO irery no mahazo mividy azy ary miaramila maro no nasaina nanara-maso ny tantsaha tany sao dia mivarotra amin’olon-kafa. ireo vary avy amin’ny tantsaha ireo indray aondrana any ivelany.
    ny 75% lazaina fa tantsaha ireo akory tsy mamboly vary ho fitadiavam-bola ny ankamaroany fa mamboly izy ireo mba hihinana. ka maninona no omena tsiny ny HAt raha mahita lalam-barotra moramora ahafahana mahafa-po ny filan’ny Gasy ? sady vary afarana nefa handoa hetra nadia hisy fampihenana aza izany toy izay vary afaran’ny MAGRO tsy mandoa hetra nefa mbola mividy amin’ny kapoaka ny ankamaroan’ny Gasy fa tsy mahavidy amin’ny kilao, 2 kg raha be indrindra no voavidy indray mandeha. ny tombontsoan’ny Malagasy no jerena fa tsy ny tombontsoan’i Pierre na i Paoly intsony, tsy any no resaka izao. ireo mponina ao Antananarivo ireo ange no mahita faisana voalohany amin’ny resaka vary raha tsy hainareo e. izahay any amin’ny sisiny na 25.000fmg ny kg mbola zakanay ary izahay tsy mihinana vary sosoa maledaleda io. ny ciment aza 300.000 ny gony tany Vohemar mbola voavidin’ny olna tany tamin’ireny kirizy 2002 ireny.
    momba ny resaka Arabo indray dia ny vahoaka Merina no manana olana amin’io voalohany. ry zareo aza moa tsy mahazo manambady Katolika raha Protestanta ny ankamaroany. lazaina fa ny Silamo no ratsy, nefa ny any Irlande Avaratra miady ny katolika sy ny Protestanta tsy sahy tenenina na tsy hay angamba.
    Iza le niteny hoe ny any atsimo mahantra ka dia olona avy any Atsimo daholo no miasa ao amin’ny Primature. tamin’i le8 nitondra, raha misy 18 ny foko ao Dago, 50% ny minisitra sy Chef de services merina avokoa, ngaha nisy nimenomenona ny avy any amin’ny sisiny ?
    Ary angamba tsy hainao ny mahatonga an-dry Zafy Albert miaky ny province autonome na ry LeCacheur mitaky ny federalisme ; ny rpovince rehetra tompoko dia manankarena daholo ankoatra ny Antananarivo renivohitra. misy ny olona mahantra any atsimo mitovy amin’ny province rehetra ihany, fa raha mandeha amin’ny province tsirairay ny harenany dia io antananarivo io no GISITRA. tsy hilaza aminao ny harena misy isam-paritra aho satria tokony ho hainao izany. mba hainao moa inona no mampandroso an’i Maurice ? fary sy fizahan-tany. mitovitovy amin’ny nosy-be Hell-ville ny hangezany, ary samy mamokatra fary sy mampiroborobo ny fizahan-tany ireo. ny Tourisme any Nosy-be, ny famokarana siramamy any, ny Lasaline ao Diego, ny vanille sy ny Jirofo ao Sava, fizahan-tany ao Diego, ny concombre de mer sy ny langouste ao ambanja, ny cacao sy ny Ylang-Ylang ao Ambanja, ny bois de rose ao SAVA, ampy ireo hampandroso an’i DIANA sy SAVA fa tsy mila an’Antananarivo ary izay tompoko no maha-saro-piaro an’i Zafy amin’ny faritany mizaka tena na mahaleo tena. ohatra fotsiny io fa ny province hafa dia manana ny maha-izy azy avokoa.
    Tsy voatery hanome tany bojo amin’ny Daewoo mandritra ny 99 taona akory i Dago vao handroso. ny saphir sy ny QMM ary ny Langouste sy ny fizahan-tany any Atsimo dia ampy hahavelona ny olona any. ny ao Antananarivo ange tsy mihinan-kena raha tsy avy any atsimo e.

  • 7 mai 2009 à 19:28 | Ramena (#404)

    Ny PPN ? Mazava fa mila vola.
    25 000t, 30 000ts... X00 000 t, dia ataovy ny kajy.
    Anontanio ny mpivarotra menaka teo aloha (Tiko/MAgro, "HAute Autorité de l’Etat",Flamco...HAT-TGV ?).

    Fitadiavambola tsotra io, tsy mila mampisasa saina fa kajikajy madidinika miaraka amin’ny droits de douane sy taxes dia vita.

    Nefa raha mba fetsifesty kely, mba manonofy kely...

    fa tsy hoe ho lasa mpiasan’ny daewoo, varun, sy "ireo tsy hita any ammin’ny google" mandritran’ny 99 taona.
    Na koa ireo izay voalaza faran’ireny hoe mety hanery sy hanararaotra ny malagasy.

    Ohatra : Tanjona 15 taona

    (i)mamatsy firenena maro aratsakafo sy isan’ireo voalohany amin’ny mpamokatra harena ankibon’ny tany Madagasikara.

    - (ii) Voara-maso ny asan’ny olomboafidy sy tompon’andraikitra (Ohatra : Minisitra ianao dia asan’ny ministra aloha ny ataonao fa tsy hoe..zavatra tsy hitan’ny be sy ny maro. Ka rehefa tsy araka izay dia misy ny fomba analana azy eo fa tsy hoe andeha an’arabe indray.)

    Ny fomba hanatanterahana azy :

    (1) Amboarina ny saina :"Education du citoyen et Ethique des DIRIGEANTS"

    Afaka atao "à grande échelle" ireo satria efa mahay mampiasa radio sy tele, gazety, tracts,... isika raha ireny hita nanomboka tamin’ny faran’ny taona ireny ; miampy ny ny panneau publicitaire sy ny jeux sms isan-karazany ("relation publique") vetivety dia miova ny toe-tsaina raha izay ny hevitra aparitaka.

    (2) Fidiram-bola.

    - Atao mazava fotsiny ireo "contrats miniers" (Majescor, Sheritt international , Pan African Mining , Rio Tinto (QMM) ,Americana Gold and Diamond Holdings sy ny maro hafa (*).

    - Atao mazava tsara ny fitrandrahana ireo mine hafa rehetra (Ohatra ny saphir(*)

    -Ferana ny tany isaky ny investisseurs. Aleo betsaka ny investisseurs ka tsy misy iray ohatra manana 1 000 000 ha ka mampisy olana amin’ny maha firenena na koa monopole. Araka io voalaza eo ambony eo dia ifampitadiavana izao ny tany ka mandainga izay miteny hoe tsy mahita investisseurs. Ny tambiny fotsiny no mila atao mazava.

    -Ohatra : Asiana "centre de formation" ho an’ny vahoaka eo amin’ny faritra manodidina hatrany ampiandohany projet rehetra. Mikasika ny zavatra atao eo sy asa hafa mifanaraka ami’ny faritra.

    (*) Dès le début des années 1990, Madagascar va être le théâtre d’immenses
    ruées vers le saphir. La première (1994), dans le Sud de l’île (Andrandambo) sera le début
    d’une longue série. Les découvertes vont ainsi s’enchaîner, mais c’est surtout la mise à jour
    du plus grand gisement de saphir au monde dans le Sud-Ouest du pays (régions d’Ilakaka,
    Sakaraha) en 1997 qui va définitivement faire entrer l’« Île Rouge » sur le devant de la scène.
    Ces nombreuses découvertes se poursuivent encore à l’heure actuelle (rubis à Andilamena,
    émeraudes sur la côte Est) et font de Madagascar le leader incontesté de la production de
    pierres de couleur du XXIe siècle. L’« Île Rouge », de par ses nombreux gisements de
    corindons, représenterait (selon des sources non officielles) près 60 % de la production
    mondiale de saphir.
    (Source : Rémy Canavesio - Les Cahiers d’Outre-Mer
    Numéro 236, Octobre-Décembre 2006).

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS