Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 26 septembre 2021
Antananarivo | 05h07
 

Tribune libre

Des champions de… camouflages

jeudi 9 février 2012

Revenons aux tristes évènements qui se sont produits à Madagascar. Il n’y a jamais eu un rapport de vérité de façon objective. Un (groupe) coupable est toujours mis en avant sans apporter de réelles preuves.

Parlons un peu de celui du 07 février 2009. Rendons des hommages sincères aux malgaches qui ont laissé leurs vies en croyant qu’ils « étaient » protégés par leurs leaders.

Des membres de l’opposition, à l’époque, avait parlementé, pendant un certains laps de temps, aux gardes et aux individus qui étaient à l’intérieur du palais d ’Ambohitsorohitra.

Ils devaient savoir qui y étaient et devaient rendre compte de leur action au peuple. Cela n’a pas était fait.

Pire, lors des échanges de tirs, la majorité de ces « parlementaires » n’étaient plus à Antaninarenina. Mr Ravalomanana était-il au palais d’Ambohitsorohitra pendant ce massacre ? Quel camp a débuté les hostilités meurtrières ?

  1. Des zones d’ombres entourent cet événement qui a tué des innocents qui voulaient tout simplement leur liberté.
  2. Le peuple veut la vérité dans cet événement qui a été camouflé au plus vite. Il a tellement une habitude de ces pratiques étatiques malgaches à chaque événement tragique dans notre pays.

Le « soi disant » soulèvement du Monima, les 1er et 2 avril 1971 en est une preuve. Cet événement a été mis sur le dos du regretté Monsieur Monja Jaona. En vérité, le peuple du sud malgache, après des passages de quelques cyclones, était dépourvu de leurs récoltes. La famine commença à s’installer.

À cet époque, la province de Tuléar était « gérée » par les cadres du PSD originaires du Menabe. Les aides pour les sinistrés étaient bloquées délibérément dans la capitale du Menabe. L’Androy a réussi à rallier les autres régions (le pays Bara...) australes afin de réclamer leur part d’aide afin de subvenir à leur survie.

Pour éviter l’embrasement du sud, le président n’a pas voulu mater cette, soi-disant, insurrection par les Forces Républicaines de Sécurité. Ces éléments (officiers et hommes de rang) étaient en majorité natifs du Menabe.

L’État a réquisitionné la gendarmerie commandé par un jeune lieutenant-colonel Richard Ratsimandrava pour enrayer cet événement tragique dénoncé par une … insurrection d’indépendantistes.
C’était le début de la fin de la Première République. Le Monima avait trouvé un allié de circonstance le MFM dans la Capitale et dans la province de Fianarantsoa.

Aucun des événements socio-politiques (13 mai 1972, 11 février 1975, 10 août 2001, crises de 2002 et 2009...) n’a été élucidé à Madagascar. Le pouvoir fait de grands discours à l’issue de chaque crise puis c’est le néant. Il commence à cadenasser le système afin de fleurir la moisson personnelle.
N’avons-nous pas de justice fiable, équitable et indépendante du pouvoir en place ?

Aucun devoir de mémoire n’a été mis en place pour éviter de commettre à nouveau les fautes jadis.
La génération future doit savoir l’histoire du pays. Il faut mettre en contribution nos historiens sur les
événements tragiques produits et leurs conséquences sur notre territoire. C’est une des solutions pour
limiter, voire éviter, toute tentative de monopolisation du pouvoir et d’enrayer la corruption étatique.

Mamy CASSAM

10 commentaires

Vos commentaires

  • 9 février 2012 à 09:38 | Spikizi (#6238)

    07 février :
    - Qui a incité les "vahoaka" à y aller ?
    - Qui a dit au "vahoaka" d’avancer tout en étant conscient qu’"ils" vont tirer ? il était où quand les "vahoaka" ont avancé ?
    - Quel était l’objectif de cette marche ?installer le PM à Ambohitsirohitra ou à Mahazoarivo ?où est-il maintenant ?
    - Qui étaient les ministres de la défense nationale, de l’intérieur, préfét de police, CIRGN, EMMONAT/FAR ?ont-ils étaient enquêtés, le responsable de la GP ?
    - S’il y avait des disparus, combien sont-ils ? puisqu’on a connu le nombre des morts !
    - Pourquoi n’a t-on pas célébré les CENTAINES de morts brûlés vifs durant les pillages ?où ce ne sont pas martyrs comme les autres ?
    - Qui en est l’instigateur de tous ces pillages dans tout madagascar depuis le 26/01/09 jusqu’à maintenant ?
    - Enfin, y a t-il encore qq’1 qui pourrait répondre toutes ces questions objectivement ? Ce qui est sûr c’est que c’est forcément pas Ra8 ni ANR !

    • 9 février 2012 à 16:44 | GasyRay Gasy Reny (#2021) répond à Spikizi

      2002 MARCHE VERS MAHAZOARIVO
      Qui a incité les « vahoaka » à y aller ? Qui a dit au « vahoaka » d’avancer tout en étant conscient qu’« ils » vont tirer ? il était où quand les « vahoaka » ont avancé ? Quel était l’objectif de cette marche ?installer le PM à Mahazoarivo ?
      Qui peut me répondre pourquoi en 2002 on n’a pas tiré sur le VAHOAKA ?

  • 9 février 2012 à 10:16 | jules (#2904)

    la dictature du DJ est née dans le sang ,elle finira dans le sang. Mada est une ile morte en voie de décomposition.

    • 9 février 2012 à 16:53 | GasyRay Gasy Reny (#2021) répond à jules

      Celle de Ra8 a commencé par le sang et s’est terminée par le sang !

  • 9 février 2012 à 11:31 | niry (#210)

    Vous contribuez à ce devoir de mémoire M. Cassam. Osons effectivement regarder notre passé en face, avec objectivité, confrontons les théories des historiens et comme vous le dites si bien, prenons leçons des errements. Ce sont des voeux pieux mais utiles pour affronter sereinement l’avenir.

    Ex : le déclin de la France a commencé à partir du moment où elle a nié son rôle en Algérie. Elle s’est mise à dos une partie de sa population, qui ne fait que rétropédaler, reflèxe communautaire de victimisation et non contribuer à son développement. Tant qu’elle n’affrontera pas son passé, que des zones d’ambiguité planeront, Elle restera alourdie des chaînes de sa culpabilité. La décomplexation ne suffit pas.

    • 9 février 2012 à 11:48 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à niry

      niry,
      - "Dîtes-vous que le déclin de la France a commencé à partir du moment où elle a nié son rôle en Algérie.....

      Pouvez-vous donner des dates ou années (précises) du début de déclin de la France ??

      Merci d’avance

      Basile RAMAHEFARISOA
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 9 février 2012 à 17:21 | FAHJUNZI (#424)

    Chaque homme parvient à sa propre décision et à sa propre conclusion et la Loi de l’esprit répond automatiquement. Voilà le problème qui se pose ici. Si nous laissons la justice faire son travail, les voleurs, les menteurs seront bien gardés. Nous ne sommes ni magistrats, ni policiers en charge du dossier, ni l’intéressé. Pourquoi nous apportons nos grains de sel ? Occupons-nous de ce qui nous regarde. La Paix, la joie de vivre et l’abondance dans notre cher Pays. Voilà ce que nous devrons souhaiter à tout un chacun. Nous sommes tous en marche, alors marchons ensemble dans la bonne direction.

    • 9 février 2012 à 21:39 | ericraza (#4709) répond à FAHJUNZI

      Nous ne sommes même plus dans une "République bananière" mais "crabettière" !! Tout le monde patauge actuellement dans la boue ! C’est pour cela que les FOZA sont des champions de ... camouflages et de ... camouflets !!! MDR

  • 9 février 2012 à 23:01 | iarivo (#5822)

    Il ne faut pas oublier que Monja Jaona avait toujours eu un tempérament de rebelle.

    Il s’était toujours rebeller contre l’autorité en place du moment, contre le pouvoir colonial, contre le régime du PSD, contre Didier Ratsiraka, contre la IIIème République ...

    Cela n’est donc pas surprenant qu’il ait utiliser les difficultés socio-économiques du Sud pour amorcer une rébellion... paysanne !

  • 9 février 2012 à 23:50 | iarivo (#5822)

    Nous avons trop tendance à analyser séparément chacun des évènements qui ont secoué Madagascar depuis 50 ans.

    Et c’est certainement pour cela qu’aucune explication plausible n’est avancée si ce n’est ces éternelles enfantillages qui ne reposent quasiment sur rien de solide ni de concret : la nullité de nos hommes politiques, la soif de l’argent du malagasy, de la jalousie entre malagasy, c’est la faute de la françafrique, de Sarkozy (!), c’est de la faute aux autres (victimisation !) ...

    Pourtant il existe pourtant bien là une seule et même dynamique historique mais pour pouvoir l’identifier, la mesurer, il faudrait déjà prendre du recul par rapport aux évènements eux-mêmes, et ensuite se débarrasser de tout fanatisme aveugle !!!

    Il y a eu de nombreux antécédents aux évènements sanglants du 7 février 2009, et nous semblons l’avoir oublié, volontairement ou involontairement...

    Il y a eu, par exemple, les évènements de 2002 avec tout son lot de sang versé impunément, et avant ceux-là, les évènements de 1991 avec tout son lot de sang versé impunément, ...

    Mais cette crise politique sanglante a véritablement commencé en février 1975, avec l’assassinat du Colonel Richard Ratsimandrava et tout les autres disparitions sanglantes qui suivirent.

    Assassinat du Chef de l’Etat nouvellement désigné qui fut précédé par tout ces "rotaka" anti-merina dans les principales grandes villes côtières (Tamatave, Diégo, ...)

    En rendant son tablier, suite à de fortes pressions d’une large frange des hommes politiques, le Général Gabriel Ramanantsoa n’avait fait qu’ouvrir la "boite de Pandore" dans laquelle s’engouffra à la vitesse "V" la régression de l’Etat malagasy et de tout ce qui va avec, la quintessence même de la pensée, de la morale politique et civique malagasy.

    ../..

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS