Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 4 février 2023
Antananarivo | 18h10
 

Editorial

De La Baule à Abidjan

mercredi 5 janvier 2011 | Patrick A.

Les émissaires de l’Union africaine et de la CEDEAO ont tenté le tout pour le tout le 3 janvier à Abidjan pour faire plier Laurent Gbagbo et le forcer au départ. D’une seule voix, ils sont venus dire à Laurent Gbagbo qu’« il n’y a pas de compromis » qui vaille, si ce n’est son départ du pouvoir. Il n’est officiellement pas question d’une « solution » à la zimbabwéenne ou à la kenyanne, où celui qui était pourtant gagnant des élections a dû se subordonner au sortant.

Ironie du sort pourtant, c’est le Premier ministre du Kenya, Raila Odinga, qui a été nommé par l’Union africaine pour assister la CEDEAO au cours de cette mission à Abidjan. Et cela fait près d’un mois que Nicolas Sarkozy a cédé à son penchant habituel à jouer les Superman en affirmant que Laurent Gbagbo devait partir « avant la fin de la semaine ». On avait déjà suffisamment vu Gbagbo et son populiste ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, utiliser la rhétorique de la mobilisation contre les « ennemis de la Côte d’Ivoire », pour se douter que ce serait lui donner des munitions supplémentaires. Imaginait-on vraiment que le président sortant allait partir d’un pas empressé et la tête basse, apeuré par les froncements de sourcil de Paris ou d’Abuja ?

L’armée continue à soutenir Gbagbo. Et alors qu’Alassane Ouattara peut revendiquer la majorité des scrutins, ses appels à une grève générale n’ont guère eu d’échos. On est alors en droit de craindre que, sauf si Gbago continue à laisser commettre de graves infractions aux droits de l’Homme, la communauté internationale ne soit amenée à temporiser malgré les appels d’Ouattara à une intervention militaire.

Et pourtant, dans le cas de la Côte d’Ivoire, la communauté internationale est à peu près unanime, car elle a été directement impliquée dans le décompte des voix. Une telle unanimité des Nations est finalement une situation rare. Quel contraste avec le cas du Soudan, où un Omar El Beshir reste protégé par ses pairs africains qui refusent d’appliquer les poursuites d’une Cour pénale internationale accusée de « ne poursuivre que les nègres », ou bien évidemment avec le cas de Madagascar où l’Europe a laissé la poussière s’accumuler sur la liste des personnes sanctionnées par l’Union africaine.

Stabilité

Le contraste n’est qu’apparent. Car l’unanimité de la communauté internationale s’obtient sur la base de principes de droit, mais pas uniquement. L’assurance d’une certaine stabilité pèse également très lourd, et c’est ce qu’oublient trop souvent de proposer ceux qui misent avant tout sur les sanctions internationales.

Gbagbo finira sans doute par lâcher, mais pas sans contreparties. Voilà qui laissera amer ceux qui, au lendemain de la chute du mur de Berlin et du discours de La Baule, rêvaient d’un continent qui accepte de jouer les règles de l’alternance.

Il ne faut cependant pas que les partisans de la démocratie se trompent de combat. Le véritable enjeu n’est pas de renverser un Gbagbo, un Ravalomanana ou un Rajoelina, mais de transformer nos sociétés de l’intérieur. Dans des pays où le contrôle du pouvoir politique est le meilleur moyen d’assurer sa prospérité économique, il sera toujours difficile de renoncer à cette mainmise. L’État reste aujourd’hui encore le premier employeur, le plus grand des donneurs d’ordre et l’arbitre le plus influent. Dans ce système, la personne à la tête de l’État est celle qui a le plus d’opportunités pour pratiquer le népotisme et exercer des pressions sur ceux qui sont en mesure d’assurer son maintien. Il faut que cela change.

L’avenir de la démocratie passera par l’existence de tiers états forts, qui pourront demain être aux yeux de la communauté internationale des garants de la stabilité et peser à leurs yeux plus lourd que les officines économiques se piquant de faire de la politique.

22 commentaires

Vos commentaires

  • 5 janvier 2011 à 09:44 | nandrianina1 (#1939)

    izay no antony hanohanan’ny fianakaviambem-pirenena ny tanora satria reny mbola azo manipulena. Laurent Gbagbo mantsy efa eo @ taonan’ilay manomboka mitsinjo ny taranaka hoavy

    • 6 janvier 2011 à 06:42 | niry (#210) répond à nandrianina1

      Ce que Patrick et beaucoup de monde refusent d’admettre, c’est que Gbagbo a réellement gagné les éléctions. Ouattara a triché dans son fief rebelle (qui n’a même pas été démilitarisé, désarmé). Vous ne comprenez pas pourquoi Gbagbo se permet de resister ? Tout simplement parce que Gbagbo a le soutient de l’armée et de la rue. L’ONU qui se fait agressé par des soi disant "partisans de Gagbo" est en fait haie par toute la Cote d’Ivoire, car elle protège Ouattara et ses milices rebelles.. C’est Ouattara qui séme les germes de la discorde ivoirienne. RFI et AFP ont bien leur lavage de cerveau à coup de propagande subliminale antiGbagbo ("HCC entièrement acquis à sa cause", génocide en préparation", etc..) Ne soyez pas dupes, la France n’a plus les moyens de livrer une guerre frontale donc elle fait son lobbying pour s’en laver les mains. Même les USA tempèrent leur propos maintenant..

  • 5 janvier 2011 à 12:06 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Laurent Gbagbo n’est pas seul.Il ne cédera pas.

    "Les effets de mode (gouvernement planétaire) et de dé-mode sont finalement en perpétuel renouvellement".

    "A la différence que de nos jours,la sincérité d’une "OFFRE" passe en second plan,après les intérêts économiques et commerciaux".

    • 5 janvier 2011 à 12:54 | mahery (#2468) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Basile, vous appuyez Laurent Gbagbo parce qu’il est attaqué par la CI et l’UA que vous detestez depuis,à cause d’Andry rajoelina ?

      Si Rajoelina continue sa mauvaise mentalité, la CI et UA ne lui accepteront plus comme Gbagbo, et cette démarche,rajoelina est déjà au courant.Mais ce n’est pas un discourt de fin d’année qu’on a cherché,il doit libéré tous les detenus politiques.

      Sinon rajoelina devient Gbagbo II

      Reflechissez bien !

    • 5 janvier 2011 à 13:03 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à mahery

      mahery,

      votre interprétation est "fallacieuse",je vous laisse l’entière responsabilité.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 5 janvier 2011 à 12:44 | kakilay (#2022)

    "Le véritable enjeu n’est pas de renverser un Gbagbo, un Ravalomanana ou un Rajoelina, mais de transformer nos sociétés de l’intérieur".

    L’Afrique peut-elle faire l’économie d’une réflexion sur la citoyenneté ?

    Car si le dirigeant fait partie de l’élite dans son sens le plus global, Ce sont ses élites qui sont les premiers serviteurs ( et souvent les premiers servis...) de cet ogre...

    On ne peut gouverner sans l’élite... et c’est elle qui fait et défait le prince...

    Le dirigeant n’est qu’un bouc émissaire. Et tout le monde semble y trouver son compte... Et on continue par dire que ce sont ensuite les 75% d’illettrés...

    Qui assassine la liberté d’expression ?

    Un homme seul ne peut nous l’imposer sans qu’une longue chaîne de soumis et d’esclaves ne se met en place...

    Quand cela semble aller de soi que l’on enlève le mot "liberté", à qui profite le crime ?

    Sous le même enseigne de l’esclavage, et donc de l’égalité : on peut continuer à s’aimer : ny fitia mifamaly mahatsara fihavanana. Et surtout aimer le tyran... avec un tsena mora...

    La concorde dans l’esclavage : c’est possible... et espérée par certains...

    Ce qui est bien avec le mot citoyen est que l’animal politique est compris dans le paquet : et c’est le politique qui le sauve...

    Il est question du vivre ensemble, et quel animal politique, de ce dernier, peut-on espérer ?

    Ce vivre ensemble présuppose une vision de sa propre personne et de tous les hommes : qu’est-ce que nous appelons Homme ou Humain ?

    Est-il Humain d’emprisonner un homme pour ses idées politiques ? Un seul homme peut-il (en terme de droit, de capacité, et de légitimité morale) s’accaparer de la destinée d’une communauté ?

    Se profile ici la multiplicité des pouvoirs, de la séparation... et du quatrième pouvoir comme du savoir... : oui, de nos écoles et de nos universités... et la place que nous leur donnons dans notre choix de société du vivre ensemble.

    Et juste pour commencer la réflexion :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire

    • 5 janvier 2011 à 13:07 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à kakilay

      kakilay,

      Y-a-t-il des personnes emprisonnées à Madagascar pour "leur idée politique" ????

      Répondez-moi,franchement,avec des faits et non d’intention.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 5 janvier 2011 à 13:13 | kakilay (#2022) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Il n’y en a pas Mr Basile, et dormez tranquille...

    • 5 janvier 2011 à 14:40 | Billy the Kid (#4664) répond à kakilay

      Chez vous Basile, si ce n’est pas de la mauvaise foi alors je pense que c’est une cécité profonde, une grave maladie. Quand des gens comme Fetison ou le président des associations de maires passent les fêtes en prison, dois-je penser comme vous que c’est pour des vacances, par pur plaisir, et non pour leurs idées ni pour leurs convictions politiques ?

    • 5 janvier 2011 à 16:38 | saina (#1582) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Mr Basile !
      Tena tsy aty marina enao no tsy mahalala ny zava-misy an !
      Sa efa partisan na fanatique be de tsy te afantatra ? Satria raha ny informations azonao fotsiny de tokony ahafanao maminavina raha tsy te afantatra enao e !

      Sambatra enao fa ny toa anao no handova ny lanitra !

      Tongava mba mandalo aty kely fotsiny e !

    • 6 janvier 2011 à 20:44 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à saina

      Vous pouvez m’accuser de tout,malheureusement,j’ai des échantillons des Malgaches,en France et je me suis contente de cette situation depuis 1985.

      "J’ai observé nos compatriotes, en France.Vous n’avez pas besoin d’aller à Madagascar pour tirer une "conclusion".

      "DIPLOMATES,RESIDANTS OFFICIELS,CLANDESTINS ou exploiteurs des compatriotes,ou des malgaches de passage ou en affaire "informelle"il y a de tout en France pour observer la vie des malgaches.

      Ou des zanatany,hypocrites.......

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail

  • 5 janvier 2011 à 13:49 | mandrozeza (#5123)

    Ne pas oublier le point de vue du contribuable européen. Le dernier scrutin de Côte d’Ivoire est certainement l’un des plus chers au Monde.
    Un précédent était un scrutin au Niger où le gouvernement avait réussi à imposer une impression locale des bulletins qui avait complètement foiré ...
    Il avait fallu imprimer en catstrophe un nouveau jeu de bulletin, et financer une deuxième fois (la Belgique cette fois là). Comme le temps pressait un troisième jeu fut aussi imprimé par les Nigérians....
    Ici, c’est maintenant le départ du perdant qu’il faudrait financer.
    Vivement effectivement des états forts qui se prennent vraiment en main.

    • 5 janvier 2011 à 16:04 | meloky (#637) répond à mandrozeza

      Ce n’est pas les contribuables europens, américans ou malgahces qui sont mis enjeu, mais le courant et la tendance politique mondiale et les céciles politiciens !!! Merci !!!

    • 6 janvier 2011 à 20:47 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à mandrozeza

      mandrozeza,

      l’onu veut re-coloniser mais la France est déjà colonisée par "ses anciens colonisés".

      VALSE COLONISE/COLONISATEUR !!

    • 6 janvier 2011 à 22:05 | niry (#210) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      c’est le juste retour des choses Basilou, n’en déplaise à vos chères petites têtes blondes..

  • 5 janvier 2011 à 18:57 | Lekivy (#1953)

    Un facteur déterminant qui permet à Gbagbo de braver l’ensemble de la CI, c’est le soutien de l’armée et de la HCC. Un schéma classique en fait, mais qui nous interpelle sur l’efficacité des organisations internationales comme l’UA, l’ONU, l’UE, la CDAO et j’en passe. Les différents ultimatums lancés par différents responsables n’ont rien donné. Quand on voit le sourire écarlate affiché par Gbagbo à la sortie de son entrevue avec les émissaires de la CDAO venus lui signifier leur intransigeance, on peut douter de la force de persuasion de telles entités.
    En se référant au cas de notre pays, peu de gens auraient parié (à part ses fervents partisans bien sûr) que le pouvoir de fait allait tenir deux ans durant face à la pression de la CI et des trois principaux partis politiques regroupés dans l’opposition.
    Raison de plus pour ne pas rater l’occasion de cette transition pour mettre en place tous les garde-fous nécessaires pour éviter que de telles dérives puissent se reproduire encore chez nous à l’avenir.
    Au lieu de compter sur le secours de la CI (grande erreur de l’opposition) dont on connaît maintenant les limites et les méfaits, c’est dans notre constitution et nos lois qu’il faut préciser les mécanismes acceptables d’alternance, de contre-pouvoir et surtout les sanctions applicables en cas de constatation d’entrave à ces règles démocratiques.
    Saura-t-on saisir cette occasion ? THAT IS THE QUESTION !

    • 6 janvier 2011 à 00:19 | Mihaino (#1437) répond à Lekivy

      En 2010,j’ai écrit que :

      - Le Général de GAULLES est venu à MADAGASCAR du temps de TSIRANANA et ce dernier a crié "Pompidou m’a lâché ?!" pendant les évènements de 1972 (grèves générales des étudiants et de la population active, tsak, tsak)

      - François MITTERAND est venu à MADAGASCAR du temps de RATSIRAKA...

      - Jacques CHIRAC est venu à MADAGASCAR du temps de RAVALOMANANA !

      - J’ai bien peur que Nicolas SARKOZY ne rende visite à Andry RAJOELINA pour diverses raisons. Peut-être un vrai changement de la politique françafrique ??!!Et si Andry RAJOELINA POUSSE UN CRI DE DOULEUR du genre :" SARKOZY M’ A ABANDONNE ?!" à cause de mon entêtement à rester au pouvoir et de tous les mauvais conseillers qui gravitent autour de moi...(cas possible , réaliste et réel ??!!).

      Wait and see ...

    • 6 janvier 2011 à 20:50 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Mihaino

      Mihaino,

      pour votre gouverne,

      sarkozy connaît très bien zafy ;

  • 6 janvier 2011 à 19:45 | boanasidy boana (#4831)

    Niry a écrit :

    "Ce que Patrick et beaucoup de monde refusent d’admettre, c’est que Gbagbo a réellement gagné les élections. Ouattara a triché dans son fief rebelle (qui n’a même pas été démilitarisé, désarmé). Vous ne comprenez pas pourquoi Gbagbo se permet de resister ? Tout simplement parce que Gbagbo a le soutient de l’armée et de la rue. L’ONU qui se fait agressé par des soi disant « partisans de Gagbo » est en fait haie par toute la Cote d’Ivoire, car elle protège Ouattara et ses milices rebelles.. C’est Ouattara qui a semé les germes de la discorde ivoirienne. RFI et AFP ont bien leur lavage de cerveau à coup de propagande subliminale antiGbagbo (« HCC entièrement acquis à sa cause », génocide en préparation", etc..) Ne soyez pas dupes, la France n’a plus les moyens de livrer une guerre frontale donc elle fait son lobbying pour s’en laver les mains. Même les USA tempèrent leur propos maintenant".

    Et je crois qu’OBJECTIVEMENT Niry a raison sur beaucoup de points. Pour appuyer ses dires sachez que les puissances occidentales (les USA, la France) ont jeté ler dévolue dès le début des années 2000 sur M. Alassane Ouattara ! Pour une simple raison : ce Monsieur a été vice-président du plus puissant organisme financier appelé "INTERNATIONAL MONETARY FUND" ( je ne saurai pas, s’il est effectivement vrai que WESTERN UNION lui appartient) si bien qu’il connaît, non seulement le mécanisme de fonctionnement des finances internationales mais aussi le circuit très sélectif du "réseau politique" au sein duquel "valsent" les plus grands et les plus puissants dirigeants de ce monde. En quelques mots "Ouattara joue dans la cour des grands" tandis que le petit professeur d’histoire Gbagbo n’a poit de poids devany un Sarkozy ou un Obama ! Durant les rencontres et pourparlers organisés par la France entre Gbagbo (alors Président légitimement et légalement car démocratiquementélu ) et les "rebelles" qui ont déclenché les coups d’état, l’attitude de la France fut étonnante et suspecte : elle "traite sur le même pied d’égalité un régime issu des urnes et les rebelles qui ont ouvertement tenté de chasser Gbagbo par les armes" !

    1.- Il fut convenu pour sortir de la crise ivoirienne que l’ONU envoie des forces d’interposition en Côte d’Ivoire (l’ONUCI), ainsi que la France (la Licorne), non seulement pour s’interposer et pour accompagner une "transition" mais aussi pour désarmer les armées irrégulières (car rebelles) avant l’organisation de toute élection ! Or ni les forces onusiennes ni les forces françaises n’ont pas osé procéder au désarmement des forces rebelles des Forces Armées Nouvelles (FAN) du Nord du pays. C’est pour cette raison que les régions occupées par les FAN dont les milices de M. Alassane Ouattara sont hors du contrôle de l’état, à savoir du gouvernement légal ivoirien ! Raison pour laquelle les FAN ont permis toutes les manœuvres frauduleuses (bourrage des urnes, contraindre les électeurs à voter pour Ouattara, falsification des résultats au profit de Ouattara !) lrs du second tour des présidentielles ivoiriennes.

    2.- Toutes ces choses là ont été et sont encore occultées par M. Alassane Ouattara et par l’ONU et par la France et par les USA ! La CDEAO n’a point le choix que celui d’emboiter "clopin-clopant" le pas aux grandes puissances !

    3.- Vous savez que le Sud (d’ailleurs la région la plus riche) du pays est à majorité chrétienne et animiste tandis que le Nord est à majorité musulmane ! Cette situation n’est nullement viable ni pour les gens du Nord ni pour les populations du Sud car la méfiance réciproque reste tenace ! Cette situation peut nous rappeler ce qui se passe au Soudan ! Et que se passe-t-il actuellement au Soudan ? Le Sud est en train d’exercer le DROIT A L’AUTODÉTERMINATION PAR VOIE RÉFÉRENDAIRE ! La Côte d’Ivoire pourrait ne pas y échapper !

    A mon humble avis l’ONU, la France, les USA sont en passe de faire une très très grande bévue en Côte d’Ivoire, au cas où elles décident d’utiliser les armes pour déloger Gbagbo ! Les états de la CDEAO semblent plus modérés : bien que la CDEAO suive les grandes puissances, elle a vite écarté la solution militaire !

    La C.I. est parfois myope et fait "deux poids deux mesures" ! Prétendant appliquer le principe de ne jamais reconnaître tout régime issu d’un coup d’état l’ONU menace de recourir aux armes en Côte d’Ivoire mais qu’en est-il en ce qui concerne Madagascar ? l’ONU est en passe de reconnaître "l’effectivité du pouvoir de la H.A.T. sur l’étendue du territoire national", c’est-à-dire M. Andry Rajoelina, qui est parvenu au sommet de l’état par un coup d’état (de l’aveu même du Lt-Cl Andriaasoavina Charles) , est en passe d’être reconnu comme le Président de la République de Madagascar !

    Est-ce par lassitude ou par dépit ? Tout simplement ceci démontre l’inconstance de la Communauté Internationale et sa faiblesse ! Alors une brèche est ouverte ! Dans le plus proche avenir, celui qui a l’ambition de devenir le prochain Président de la République de Madagascar n’a qu’à suivre la trace de M. Andry Rajoelina :

    - En premier lieu "soudoyer" les plus haut-gradés de l’armée pour fomenter un "coup d’état" et d’assurer sa réussite.

    - En second lieu : se maintenir au pouvoir en renforçant la répression, en bâillonnant les partis d’opposition, en laissant un climat d’insécurité et de terreur s’installer insidieusement pour terroriser les populations !

    - En troisième lieu : faire la sourde oreille à l’endroit de a Communauté Internationale car il ne faudra compter que deux ans pour que cette fameuse Communauté Internationale qui se montre inflexible cède enfin, par lassitude ou par indifférence au sort d’un petit peuple qui n’a le mérite que de bénéficier des aides humanitaires dignes des peuples sous-développés !

    Amèrement vôtre,

    boanasidy boana

    • 6 janvier 2011 à 20:55 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à boanasidy boana

      scénario possible pour madagascar :

      "Si" Ravalomanana a accepté le retour de rajaonarivelo à l’élection présidentielle,

      - rajaonarivelo=ouattara,

      - ravalomanana=gbagbo

      VERS UN GOUVERNEMENT PLANETAIRE.

      C’est une fiction.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 6 janvier 2011 à 19:52 | boanasidy boana (#4831)

    Après avoir glané sur Internet j’ai pu dénicher l’article que vous pouver lire sur :

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/03/l-onu-recolonise-l-afrique_1460370_3232.html

    boanasidy boana

    • 6 janvier 2011 à 20:59 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à boanasidy boana

      un article intéressant à lire mais difficile à digérer

      OUI l’onu veut "RE" coloniser,par contre,pour Moi,la FRANCE est déjà colonisée par ses ex-colonies.

Publicité




Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS