Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 2 décembre 2021
Antananarivo | 06h01
 

Tribune libre

Contribuer au développement

samedi 31 octobre 2009

Depuis l’indépendance, l’instabilité et la dégradation des conditions de vie de la population constituent malheureusement une régularité à Madagascar. La mise en place des institutions permettant de réduire l’incertitude dans le cadre des interactions entre les agents économiques constitue ainsi l’une des conditions nécessaires à son développement. Ce dernier est un processus long et difficile nécessitant non seulement la mise en place de l’état de droit et d’institutions démocratiques, mais aussi le dynamisme de l’appareil productif national.

Deux catégories d’individus se révèlent indispensables dans le développement de la Grande Île : les entrepreneurs et les hommes politiques.

Les entrepreneurs et le développement

Les entrepreneurs sont des individus ayant des qualités majeures telles que la volonté d’être autonome, la capacité de prendre des initiatives, le courage de travailler beaucoup et le goût du risque.

Ils utilisent les ressources disponibles (humaines, techniques et financières) pour produire des biens et services. Ils contribuent à l’organisation de la production, à l’introduction du progrès technique, à la croissance économique et à la création d’emploi.

Il convient de noter que les entrepreneurs ont joué un rôle primordial dans le processus de développement des pays développés et émergents. Le décollage économique requiert notamment l’existence d’individus décidés à mobiliser l’épargne et à prendre des risques pour acquérir des profits et moderniser le pays.

Madagascar a ainsi besoin pleinement des entrepreneurs pour trouver le chemin de son développement de long terme. Toutefois, les Malgaches ont historiquement tendance à vouloir obtenir un emploi dans l’administration, d’avoir notamment un revenu régulier, un prestige et un pouvoir en défaveur des activités utiles au développement. Il y a un manque au niveau de l’incitation de l’environnement économique à favoriser l’entrepreneuriat et la création d’entreprises.

Les hommes politiques et le développement

La politique économique et le cadre institutionnel influent sur l’efficience économique à laquelle les ressources sont affectées dans un pays. Par ailleurs, une modification de la politique économique n’a pas d’impact immédiat sur l’évolution de l’économie. Toute tentative de réforme et de modernisation du pays requiert ainsi une certaine stabilité.

Les crises politiques augmentent les défaillances des entreprises et figent le système productif national. Ces crises qui sont plus ou moins régulières diffèrent notamment la vague d’innovation requise pour l’amélioration du système de production malgache. Elles réduisent la capacité des entrepreneurs à mettre en œuvre leurs projets. Le manque de visibilité sur le fonctionnement des marchés a en particulier un effet négatif sur les conditions de financement des entreprises.

Les hommes politiques peuvent, par le moyen de l’Etat, agir sur l’évolution économique. Ils ont la possibilité de mettre en place un environnement favorable à l’investissement au travers la création des institutions permettant de réduire les incertitudes et d’encadrer les interactions entre les individus.

Le choix des responsables politiques est d’un intérêt capital car ils peuvent influer fortement sur la qualité des décisions prises dans le pays. De plus, compte tenu de l’absence de véritables contre-pouvoirs ou de répartition équilibrée des pouvoirs entre les institutions, la capacité des responsables politiques à peser sur les orientations du pays est importante. La propension des personnes compétentes à s’imposer en politique et à régler les problèmes de la nation doit ainsi être élevée. En effet, si les responsables politiques sont incompétents, ils mettent en œuvre des mesures défavorables au développement économique de long terme. Ils doivent ainsi détenir un certain nombre de qualités parmi lesquelles l’amour de la patrie, l’esprit d’équité, le sens de la responsabilité, l’intégrité, le sens de l’intérêt général et l’esprit d’équipe. En outre, ils doivent avoir l’aptitude de mettre en œuvre ou de coordonner l’élaboration de projets de société cohérents.

Dans un tel contexte, une prise de conscience des hommes politiques malgaches, notamment sur leur responsabilité ou leur capacité à peser sur la vie du pays, semble indispensable pour rendre possible le processus de développement.

Les entrepreneurs et les hommes politiques peuvent agir positivement dans l’évolution économique de Madagascar au travers notamment de l’amélioration de l’allocation des ressources et le progrès technique. Une division plus claire du travail entre ces deux catégories d’individus et d’une manière plus générale une meilleure répartition des tâches en fonction des aptitudes semblent également nécessaires pour le développement.

Andrianasy A. DJISTERA

4 commentaires

Vos commentaires

  • 31 octobre 2009 à 08:50 | zananas (#1911)

    Mise à part de ce qui est développé dans cet édito il faut aussi se poser la question :
    Madagascar a un potentiel de développement supérieur à la métropole, en effet elle a tout ce qui faut et même plus pour y parvenir.
    Mais pourquoi, entre autres, on n’y arrive pas ? Il n’y a qu’à lire les journaux.
    Combien d’entreprises ont investi à Madagascar ?
    Combien d’entreprise ont été spoliées, ruinées et dont les dirigeants ont été obligés de partir pour éviter la prison, car abusés par des locaux et ce avec la bénédiction de certain magistrats ?
    Après on s’étonne de la frilosité des investisseurs.
    Regardez dans le rétroviseur et voyez ce que les dirigeants des anciens régimes ont fait vis à vis de ces investisseurs ( pots de vin, menaces, intimidations, spoliations, expulsion etc).
    Vous savez la confiance c’est comme les allumettes, on ne s’en sert qu’une fois.

    • 1er novembre 2009 à 12:45 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à zananas

      ZANANAS !!

      Je vais à l’extrême dans mon intervention

      Dès qu’un étranger veut investir "HORS DE SON PAYS",ce sont :

      1-des investisseurs qui ont échoué en affaire chez lui.

      2-ils ont un intérêt "direct" pour s’enrichir plus vite que chez lui,à cause de ceci et de cela

      3- il n’y a pas d’investisseur "NON MERCANTILE"

  • 31 octobre 2009 à 22:34 | FIPOZ (#2162)

    Article fort intéressant qui devrait se décliner en petit facsicule à mettre entre les mains de ceux qui ont une folle envie de contribuer au développement du pays. Le pays dispose de grandes richesses, non seulement sous-terraines, mais surtout en ressources humaines. Bon nombre de personnes aimeraient entreprendre. Les idées ne manquent pas. Il est reconnu que les malgaches ont un grand potentiel d’intelligence rien qu’à voir leur esprit de bricolage pour faire fonctionner telle ou telle mécanique obsolète dans le commerce depuis pourtant des décennies. Preuve qu’ils on de la volonté mais pas les moyens, les moyens qu’ils rêvent d’obtenir mais toujours engloutis par des crises à répitition. A chaque fois que la croissance commence à frémir, et vlan il y a soulèvement. Le problème est donc bel et bien la distribution des richesses. Comment ne pas se révolter losqu’on constate que cette croissance ne profite qu’à un peit nombre d’individus animés par leur seul égotisme et qui enjambent quotidiennement la misère, car cela fait partie du paysage, sans froisser aucunement leur conscience . Les inégalités sociales sont trop criantes et de plus ceux qui font partie de cette haute société dont le statut a été obtenu parfois de façon douteuse, se conduisent de manière ostentatoire à la limite de la provocation. On entend dire par ci et par là que les malgaches ont un tempérament jaloux de la réussite des autres. Je crois plutôt qu’ils accusent un profond sentiment d’injustice car on ne leur a pas donné les même chances. Les chances ne sont réservées qu’à ceux qui appartiennent à "la" bonne famille.
    Sans m’écarter du sujet, tout citoyen désireux d’entreprendre doit être accompagé dans ses démarches tant administratives que financières. Pour ce faire, l’Etat a un rôle très crucial et leus hommes politiques doivent faire la bonne vitrine d’exemplarité en tous points. Beaucoup aimeraient qu’enfin Madagascar soit au nombre des pays émergents où les investisseurs n’auront pas la crainte d’un risque toujours menaçant résultant d’une instabilité polique toujours mouvante mettant un frein à toute idée d’initiative

    • 1er novembre 2009 à 08:47 | dieg (#2041) répond à FIPOZ

      Un vazaha m’a dit ,quand on est millionnaire à Mada,parce qu’on est rentré ici milliardaire.

      investir à Mada c’est une mission presque impossible,sauf pour les amoureux de ce pays,car quand on aime on ne compte pas

      Pour un étranger,il faut être fou pour investir dans ce pays,sinon il deviendrait fou à la fin,

      et s’il vient avec beaucoup d’argent,il finira en prison

      Pour un malgache,avec quoi il va créer son entreprise ?,
      il ne va pas créer un atelier ou un hotel avec une feuille d’arbre ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives