Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 2 décembre 2021
Antananarivo | 06h03
 

Tribune libre

Communiqué

Déclaration « Masina ny Tanindrazana »

mercredi 4 novembre 2009

Action de Vigilance Citoyenne pour le Progrès de Madagascar est une action citoyenne émanant de personnes attachées profondément à Madagascar et dont le noyau se trouve au Canada. Très préoccupée de la présente situation du pays et de son peuple, elle lance et fait circuler la déclaration suivante.

Déclaration « Masina Ny Tanindrazana »

« Il y a un temps pour se taire, comme il y a un temps pour parler ». Après un temps de réflexion, beaucoup d’entre nous avons décidé d’unir nos voix et rompre le silence pour exprimer par amour plutôt que par dépit notre attachement à notre cher pays, Madagascar.

- Nous rappelons que :

En 1947, les Gouvernants français d’antan, voulant mâter le nationalisme malgache de plus en plus vivace, intervenaient brutalement avec l’aide des tirailleurs sénégalais. Mort de dizaine de milliers d’hommes innocents et de femmes innocentes s’en suivait.

De nouveau en 2009, de par sa position et son financement bilatéral, les Gouvernants français d’aujourd’hui interviennent directement dans la crise qui sévit à Madagascar depuis le début de l’année. « Ceux qui ne se souviennent pas de l’histoire sont condamnés à la répéter » disait le philosophe George Santayana. Cette intervention, reniée du bout des lèvres par les Gouvernants français d’aujourd’hui mais soutenue avec flagrance au vu et au su de la population de Madagascar, au bénéfice des auteurs du Coup d’État du 17 mars 2009, passe par le biais de l’Union africaine avec un frère Burkinabé comme représentant et les Nations Unies, avec un frère Malien. Mort d’hommes innocents et de femmes innocentes s’en suivait. Un transfert illégal de pouvoir et une prise de pouvoir tout aussi illégale faisaient la Une du monde entier.

Le pays traverse la plus grave crise politique jamais connue en presque 50 ans d’indépendance. Mais, en raison d’une méthode biaisée, nombreux sont ceux et celles qui ont vraiment des choses à apporter pour résoudre la crise par amour au pays ne sont pas conviés et autorisés à participer à la recherche de solutions pérennes. Nous sommes conscients que continuer à « reprocher » aux Gouvernants français d’hier et d’aujourd’hui pour ses interventions à Madagascar (et ailleurs), revient à dire que nous n’avons pas su assumer nos choix, nous n’avons pas su prendre nos responsabilités et nous n’avons pas su nous prendre en charge. Nous devons reconnaître nos erreurs et faire impérativement notre propre introspection, car la pauvreté est d’abord dans l’esprit et dans le cœur. Faisons en sorte que l’ignorance ne prenne jamais plus le pas sur la connaissance.

La situation actuelle démontre clairement que les infrastructures de gouvernance à Madagascar sont plus que largement dépassées par l’ampleur de la crise. Nous faisons semblant d’ignorer les vrais problèmes en nous concentrant uniquement sur le partage des postes politiques et le renforcement d’un pouvoir de facto mis en place dès le début par un véritable coup de force. Le contexte actuel est principalement incriminable à la dégradation des valeurs morales, culturelles et civiques ainsi que de la perte des repères de notre identité et de nos diversités.

L’Union africaine qui condamne dans ses politiques et ses procédures de fonctionnement un Coup d’État est en train de préparer sous l’impulsion des Gouvernants français d’aujourd’hui la consécration du principal auteur d’un Coup d’État comme président d’une transition à Madagascar.

Monsieur Abou Diouf, le secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a ouvert une brèche par une lettre officielle à la reconnaissance internationale des principaux auteurs d’un coup d’État à Madagascar. Un lobby émanant du Secrétariat français chargé de la Francophonie n’y est pas étranger. En effet, l’OIF veut, contre vents et marées, organiser le Sommet de la Francophonie en 2010 à Antananarivo pour consolider le pouvoir et la reconnaissance des putschistes, contrairement à la position du Québec (Déclaration du PM Jean Charest) et du Canada.

- Nous réclamons :

L’application de l’accord signé à Maputo au Mozambique, sous la gouverne du Groupe de contact international pour Madagascar, entre les quatre principales mouvances politiques. Cet accord exige clairement une Transition neutre, consensuelle et inclusive en vue de l’organisation d’élections régulières, justes, transparentes, équitables et crédibles, et de la mise en place d’institutions démocratiques et stables.

Une Quatrième République fondée sur des bases solides et clairement définies. Ce sont des impératifs qui devront être repensés avant et durant la transition d’où la nécessité absolue d’une Transition neutre, consensuelle et inclusive. De plus, comment faire accepter la démocratie à une population qui n’a reçu aucune éducation à cet effet et qui a été leur vie durant assistée par d’autres pays dont la France ?

Une résolution de la crise qui ne vient pas des communautés et organisations internationales quelles qu’elles soient ! Le peuple malagasy sous la direction de ses leaders d’opinions doit prendre ses responsabilités et dresser un « état des lieux » pour enfin s’engager à œuvrer ensemble au progrès et au développement du pays.

- En conclusion :

Nous sommes fortement opposés à la consécration des auteurs du coup d’État civilo-militaire du 17 mars 2009 à la direction d’une transition à Madagascar pour la simple et bonne raison que cela a contrevenu, contrevient et contreviendra aux exigences de l’Accord signé à Maputo sur l’organisation d’élections régulières, justes, transparentes, équitables et crédibles pour la mise en place d’institutions démocratiques et stables.

Nous n’avons aucune opposition à ce que les auteurs du coup d’État civilo-militaire du 17 mars 2009 se présentent aux élections à venir.

Coordonnée par l’Action de Vigilance Citoyenne pour le Progrès de Madagascar.

Ont signé la version initiale de cette Déclaration « Masina ny Tanindrazana » :

Herive Razafindambo
Alain Razafindrabe
Anja Elizabeth
Bako Razafindambo
Bruno Randimbiarison
Haja Razafitrimo
Henri Ranaivoson
Heri Bergevin
Rachelle Czerwinski
Richard Blanc
Maggy Razafimbahiny
Jean Razafindambo
Sylvia Blanc
Jessica Stevens
Mathilde Rabary
Josiane Rakotomanga
Josoa Randrianaly
Livaniaina Rakotomalala
Louis-Philippe Bergevin

Les personnes qui désirent signer cette Déclaration « Masina Ny Tanindrazana » sont priées de laisser l’Action de Vigilance Citoyenne pour le Progrès de Madagascar savoir à cette adresse courriel : Directors@ottawablackangels.org

4 commentaires

Vos commentaires

  • 4 novembre 2009 à 11:28 | rakoto09 (#1735)

    A messieurs les "Masina ny tanindrazana">>>>>>>
    Quand on aime son pays on vient sur place et on ne joue pas aux petits bourgeois qui pratiquent la masturbation intellectuelle à longueur de journée. A vous lire j’ai l’impression que vous pensez canadien alors que le problème est malgacho-malgache. Beaucoup de choses nous séparent ne serait ce que la distance. Bonjour chez vous.....

  • 4 novembre 2009 à 18:14 | Jean Razafindambo (#3436)

    Bonjour,
    Je voudrai tout simplement indiquer que les noms d’Anja Elizabeth et de Mathilde Rabary ont été mis par mégarde sur la première version du communiqué envoyée à Tribune Madagascar. Ces personnes n’ont pas signé le communiqué. Et enfin, je tiens à dire un grand merci à Tribune d’avoir publié le communiqué. Et mes sincères excuses aux deux personnes mentionnées par mégarde comme signataire du communiqué.
    Bien amicalement.
    Jean Razafindambo

    • 4 novembre 2009 à 20:28 | Observator of the GIC (#3421) répond à Jean Razafindambo

      To you Rakoto,

      Do you think that you are right ? You are completely wrong. It seems, actually it’s obvious that you are a member of the HAT that does nothing but protect your own interest !!! In a situation like this people need to step back in order to have a right perspective. In this respect, the Malagasy who live outside Madagascar and follow closely the evolution of the events in Madagascar are in a better position than you to discern and analyze whatever has taken place there. Therefore Rakoto, you are so blind and so selfish that for sure you can never see clearly.

      We think that it’s time to wake up. Enough is enough. This type of awareness like that of you "Masina ny Tanindrazana" is what really Madagascar needs at this right moment. We fully share with your idea. We encourage you to take further steps and not to remain with your "declaration." You are right indeed in putting your finger at the heart of the principal cause of the problems in Madagascar and elsewhere. Believe or not, the principal cause of the problem is "la France". If you truly want to heal this epidemic which rages through Madagascar and elsewhere you should seriously deal with the root cause of it. That is to say, Get rid of the virus which is "la France" and some African French speaking countries.Good luck then. We are with you.

  • 4 novembre 2009 à 20:38 | tsivery (#1668)

    Rappel.Vtre reference de l’histoire date de l’année 1947.Voyez plus loin pour dire notre situation d’aujourd’hui.C’est vrai Masna ny Tanindrazana,que ça ne reste pas dans l’air pour trahir politiquement lapopulation.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives