Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 11 août 2022
Antananarivo | 08h22
 

Economie

Création d’entreprise

Moins 9% pour les SA au cours du premier trimestre

jeudi 22 avril 2010 | Bill

Le ministre de l’Économie, Fienena Richard avoue devant la presse ce mercredi 22 avril 2010 que les étrangers sont très peu enclins à créer des entreprise à Madagascar si on se réfère aux statistiques du premier trimestre 2009 et 2010. Ce sont davantage les Malgaches qui se préparent pour la reprise et ils sont nombreux à investir dans ce sens dans le secteur tertiaire et les TIC. Les statistiques suivants sont éloquentes : 54% de croissance par rapport au 1er semestre 2009 dans la catégorie de société individuelle ; 2% dans la catégorie des SARL et -9% dans la catégorie des SA.

La réticence des investisseurs dans la catégorie des SA ou sociétés anonymes, s’explique selon le ministre par la complexité des procédures. Il invoque en tout cas, le nombre de sept (7) actionnaires exigé pour se constituer en SA. Il n’a cependant pas évoqué d’autres difficultés moins préhensibles qui bloquent les investisseurs malgré leur persévérance et leur détermination. Le cas de la société de téléphonie mobile Mada Mobil par exemple ou celui de la Nouvelle Brasserie de Madagascar.

L’ancien Premier ministre Monja Roindefo lui aussi en sait sans doute quelque chose car, à Mahitsy ce mercredi 22 avril, il n’a pu s’empêcher de pointer du doigt ce « phénomène » ou ce comportement qui consiste à empêcher les nouveaux investisseurs de faire des affaires dans le pays. « Les ordures sont là et la Commune n’arrive pas à résoudre le problème ; quand des investisseurs proposent de prendre en charge la transformation de ces ordures, on leur refuse cette entreprise », soutient-il. Monja Roindefo a fait venir des investisseurs thaïlandais dans le pays. Ils se sont intéressés à la décharge d’Andralanitra mais ils n’ont pas été reçus par le PDS de la commune urbaine d’Antananarivo. On sait que la Mairie de la capitale a aussi son projet à propos de cette décharge et de la transformation des ordures mais on ne sait pas l’état d’avancement de ces projets. Où est donc la concurrence et la liberté d’entreprise ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS