Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 25 septembre 2017
Antananarivo | 21h20
 

Enseignement

Education nationale

Vers la fermeture de 44 écoles privées non conformes

jeudi 31 août | Bill

Cent huit (108) établissements scolaires ont bénéficié le 4 août 2017 après la lettre de mise en demeure, d’une prolongation de leur délai aux fins de régularisation de leurs situations administrative et pédagogique. C’était le dernier avertissement annoncé au début du mois finissant. Hier 30 août, Farahanitra Randrianatoandro directeur de l’Office national de l’enseignement privé (ONEP) a fait le point de la situation et regrette que seuls 64 établissements scolaires ont daigné se conformer aux réglementations et formalités exigées pour obtenir l’autorisation d’ouverture. Le ministère de l’Education nationale (MEN) et l’ONEP sont donc en train de diffuser auprès des Directions régionales de l’Education (DREN) et des Circonscriptions scolaires (CISCO) concernées, la liste des 44 autres établissements scolaires qui ne sont pas en règle. Cette liste sera affichée jusque dans les fokontany et il est demandé aux autres établissements scolaires privés de placarder soit à l’entrée de l’école soit dans la cour, et leur nom et leur autorisation d’ouverture. Cela n’empêche qu’il est recommandé aux parents d’élèves de s’informer et d’exiger des écoles privées cette autorisation d’ouverture avant d’y inscrire leurs enfants car d’après le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, les écoles privées non conformes et qui ne disposent pas de cette autorisation ne peuvent pas présenter des candidats aux examens officiels.

Le ministre de l’Education fait remarquer qu’à l’issu des inspections effectuées ces écoles privées incriminées sont toutes des écoles non confessionnelles. Si certaines sont tout simplement des écoles clandestines, c’est-à-dire sans aucune autorisation, d’autres par contre ont présenté leur autorisation d’ouverture mais n’ont pas réalisé les critères exigées pour être conformes soit en matière d’infrastructure soit en matière pédagogique. L’objectif précise Paul Rabary, n’est pas de fermer ou de sanctionner les parents et les élèves mais d’amener les responsables de ces établissements à donner une éducation de qualité dans un environnement sain, autrement dit que ces écoles soient conformes aux règlementations du ministère.

En tout cas, la mesure de fermeture de ces établissements scolaires ne concerne pas les écoles publiques. Ce n’est pas parce que toutes les écoles primaires publiques sont aux normes mais parce qu’il y a deux types d’écoles publiques : d’une part les écoles publiques créées et gérées par le ministère et ses démembrements directement et d’autre part les écoles publiques communautaires. Ces dernières ont été créées par les parents d’élèves et apparemment ce sont ces écoles qui ne répondent pas toujours aux normes de qualité et infrastructures exigées. Le ministre Paul Rabary pourtant explique que des efforts de mise aux normes sont déployés par l’Etat et les parents d’élèves qui financent partiellement le fonctionnement de ces établissements scolaires publics.

20 commentaires

Vos commentaires

  • 31 août à 09:52 | Turping (#1235)

    Il faut qu’il y ait de réglementations et des critères de conformité dans cette histoire, c’est logique.
    No comment !

    • 31 août à 10:33 | Stomato (#3476) répond à Turping

      Le principal critère de conformité n’est-il pas « la gueule du client » ?

    • 31 août à 11:21 | Pericles (#8460) répond à Turping

      Tout à fait d’accord avec vote remarque Turping.

      Quant à la réaction de Stomato elle n’a pour effet que de déconsidérer toute action d’un appareil d’Etat certes défaillant mais qu’il ne faut tout de même pas condamner à chaque geste concret qu’il effectue. Nous savons tous ici :
      - combien le système éducatif est un enjeu majeur pour une population aussi jeune que celle de Madagascar,
      - combien il est encore inadapté à force de courir derrière l’accroissement du nombre d’enfants,
      - combien trop souvent les acteurs de ce système éducatif ne pensent (par nécessité) que capacité à accueillir (devrais-je écrire « stocker ») davantage de jeunes, et au mieux à améliorer les infrastructures (bâtiments avec des murs, un toit, des fenêtres... guère plus)
      - combien trop rarement le sujet de la Qualité de l’enseignement dispensé ne vient qu’en dernier lieu des actions engagées (il est vrai les salaires de misères ne permettent guère de pouvoir recruter des enseignants de qualité, mais qui paierait ces salaires entre un Etat au budget minimaliste faute de rentrées fiscales à la hauteur et des parents qui peinent à payer l’écolage ?).

      Alors OUI, fermer des « micro-écoles » qui n’ont aucune capacité d’assurer un enseignement dans des conditions dignes et avec une qualité minimale est une sage décision qui doit inciter les responsables locaux à se bouger pour trouver des solutions... et il en existe de multiples à développer à la maille des initiatives locales comme nationales (mais c’est un autre sujet).

  • 31 août à 11:12 | Mandinika (#2986)

    Donc ce ne sera plus une diffamation pour ceux qui affichent la liste de ces 44 établissements. Ainsi, pourquoi pas de les mettre sur les pages web ?

    • 31 août à 11:25 | Pericles (#8460) répond à Mandinika

      Bien vu ! Votre suggestion (qui se veut je suppose un peu provocatrice...) est très juste. En effet je suis convaincu que la « transparence » est un des facteurs de progrès de la vie démocratique et un bon moyen de pousser chacun à s’améliorer. A appliquer dans l’éducation mais aussi pour les affaires de corruptions (publication des jugements etc...) et dans les décisions d’attributions de marchés publics pour des travaux etc....
      Bien sûr la « transparence » (que le web rend si facile) peut tourner à une forme d’exploitation tyrannique et excessive, voire à des manipulations de l’opinion. Mais on est il me semble encore très loin d’un tel risque à Madagascar.

  • 31 août à 11:14 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Est-ce que les prestations de l’ équipe « dirigeante » est conforme à ce qu’ attendent 22millions de Malgaches ?
    Est-ce que l’ achat de diplômes est conforme à la notion de convenance du ministère rabary ?
    Est-ce que l’ octroi de bourses pour aller poursuivre à l’ étranger est conforme au DREN ?
    Est ce que le niveau général de l’ enseignement est conforme à la médiocrité & corruption généralisée ?
    Autant de conformités sur lesquelles toute cette bande d’ arrivistes ferait mieux de se pencher et non se contenter de ronds de jambes devenus une spécialité locale institutionnalisée & nationalisée ...

    • 31 août à 11:31 | Pericles (#8460) répond à Jipo

      Certainement plein de bonnes et vraies questions. Et alors ???? Faut-il ne rien faire ?
      En d’autres termes :
      - il faut traiter les sujets A, B, C, D etc... (et cette énumération n’est pas le reflet d’un ordre de priorités)
      - je traite A
      - et tu me réponds : « vilain arriviste, tu ne traite pas B, C, D... »
      - alors j’ai envie de te répondre : « subtil commentateur râleur opposant invétéré, continue à déverser ta bile acide sur les forums, pendant ce temps je vais continuer à tenter d’un peu faire avancer les choses »

      Bon, il ne faudrait tout de même pas que cela empêche nos gouvernants de continuer le job et s’occuper de... B, C, D.....et peut-être un jour Z... ;+))

    • 31 août à 11:41 | dafily (#9983) répond à Jipo

      hi old man,

      ouaip ! ronds de jambes, ronds de cuir, la ronde des replets est rondement menée, puis pire : pierre qui roule n’amasse pas mousse, roule ta bille mon pote que j’arrondisse mes fins de mois, et ron et ron petit patapon... L’école rapporte gros, et en privé, encore plus.

      Y a rien qui tourne rond pourtant y en a qui font le dos rond pour que la cagnotte tourne ! Suivez mon regard, je fais les yeux ronds.

      ok le sujet est grave, mais je ne peux m’empêcher d’arrondir les angles de mon point de vue, un peu de rondeur dans ce monde de crêtes... qui piquent et piquent et collégramm !!

  • 31 août à 11:28 | Eloim (#8244)

    Il ne faut pas se contenter de cette fermeture des écoles privées non conformes (c’est selon !) aux réglementations en vigueur mais de comprendre la période et la situation qui prévaut pour qu’une telle prolifération soit incontrôlable (crise politique, autres facteurs favorisant l’esprit bizn, ...).
    Une fois de plus, de confirmer que certains citoyens ne se rendent pas compte de la valeur de l’éducation, ne serait ce que de parler du développement de l’humanité en soi tout court, l’essence même de l’homme.

    • 31 août à 12:43 | Jipo (#4988) répond à Eloim

      Si certains citoyens prennent sur eux et leurs salaires la décision d’ inscrire leur progéniture dans des établissements privés, pensez-vous que vie soit par masochisme, par « irresponsabilité » ou simplement par reconnaissance que l’ enseignement publique n ’est pas à la hauteur de ce qu’ il devrait et payer du privé pour avoir une meilleure qualité d’ enseignement vous parait à ce point délirant, provocant, stupide ?
      Je ne comprend pas , comment se fait-il que tous les dirigeants inscrivent leur progéniture soit dans des établissement religieux , soit lycées Français, soit alliances françaises ou centre culturel Ricain ou autres ???
      Vous voudriez que je me la joue Sarkozy, « eh bine j’ vais voul’ dire » ???
      Un peu d’ honnêteté ne gâterait rien 🤓 .

  • 31 août à 12:29 | Jipo (#4988)

    Hi old chap ?
    Oui dénoncer ce qui ne va pas fait parti de ce vieux plein de rancoeur, aigri, mal b - - - 👺 que je suis ...
    Je ne vois absolument pas l’ objectif de tout ce pataquès , que l’ on laisse libres les écoles privées agir comme elle le veulent à partir du moment ou la sécurité y est de mise, & tant que ce ne sont pas de écoles coranique, formant des intégristes, qu’ est ce que cela peut-il bien faire ???
    Au regard du niveau général, pensez-vous que ce pourrait être pire ?
    Seuls les résultats comptent et pensez-vous que les parents qui y inscrivent leurs enfants sont suffisamment kons pour ne pas se rendre compte du niveau de réussite ou d’ échec de ces institutions : pour les y réinscrire l’ année suivante dans le cas contraire ???
    C ’est bien faire peu de cas, pour ne pas dire d’ estime à l ’ encontre de vos compatriotes ...
    Ma réaction est tout simplement pour diriger le regard ( détourné par ces tergiversations ) sur le problème réel que pourraient être ces institutions et la médiocrité tant des enseignants et ce qui y est enseigné, tout comme le niveau général et l’ octroie plus qu’ aléatoire des diplômes selon les moyens de la famille dans les écoles publiques, un manque à gagner jugé déloyal ?
    Quand on veut tuer son chien, ne dit-on pas qu’ il a : la rage ...
    Je ne pense pas que les choses aient beaucoup changées, que nous avons maintes fois vu des boursiers cumuler des bourses plusieurs années consécutives, au détriment de personnes bien plus méritantes et dans plusieurs disciplines !
    Je pense que ce ministre devrait plutôt se préoccuper de ce genre de dérives, ( qualité des enseignants comme des topiques ou matières enseignés) que de s’ occuper des écoles privées, qui si elles arrivent à survivre voir se faire du fric, et bien : tant mieux pour elles !
    En quoi ça vous dérange ?

    • 31 août à 12:56 | Gérard (#7761) répond à Jipo

      mouais

      vu l’ambiance générale il faudrait un miracle pour que ce domaine de l’éducation échappe aux magouilles et à la corruption
      n’était ce pas d’ailleurs le domaine de prédilection de « notre » Claudine préférée ?

      il n’empêche, il n’y a pas plus « régalien » que l’éducation, alors il faut bien que l’état, y fourre un peu son nez..

    • 31 août à 13:24 | dafily (#9983) répond à Jipo

      ok vous n’êtes pourtant pas un pied-tendre, et on s’est pas compris dont acte :

      l’école en général est un secteur qui économiquement parlant, ne connaît pas de baisse d’activité, au contraire sa courbe inflationniste est constante. C’est en cela que mon propos interpelle, car filière qui peut rapporter attire forcément des esprits pas toujours clairs sur le devenir de notre progénitures, et si certains le font payer au prix très (trop) fort, on constate que la qualité n’est pas forcément en rapport à l’écolage demandé. D’où mon adage « pierre qui roule, n’amasse... ». Ce n’est pas une généralité, mais de telles pratiques sont courantes ici-bas. Les lycées français sont un cas à part, leur existence fait partie de notre histoire ( y en a à Tana, Tamatave...) et ils sont le prolongement outremer de l’école publique française, mais ouverte à qui peut payer... et une anecdote quand même de l’époque : un élève non-français payait plus cher qu’un élève français pour un enseignement il est vrai d’une qualité certaine ! déja une discrimination par le porte-feuille à l’époque. En accord avec le gouvernement malagasy de l’époque à qui la France reversait des dividendes ? Je soulève la question.

      Quant à ce que « devrait » faire le ministre, au lieu de... je vous rejoins, y a peut-être plus urgent dans sa casbah, certainement les chantiers y sont colossaux et multiples, mais bon il est de son ressort aussi de se pencher sur sa boîte, tout en sachant qu’un mandat ne suffira jamais pour relancer une machine à l’agonie. De toutes façons, vu les moyens que nos gouvernants consacrent à leurs missions régaliennes, on pourra épiloguer jusqu’au prochain quinquennat !

      so long

  • 31 août à 13:21 | Jipo (#4988)

    @ Gérard : depuis quand l’ éducation préoccupe-t-elle les régimes successifs, merci quand même pour le scoop ...
    Quant au droit à l’ éducation pour tous : n’ est pas respecté, voir bafoué, quand on voit le budget accordé au ministère de l’ éducation, et comment ils est détourné, dilapidé, que les bourses ne sont pas payées, que les enseignants, suppléants : idem, souvent pendant des mois et là soudainement ce rabary qui jusque là : de se demander ce qu’ il a foutu ? se comporte tel un proctologue de mouche qui a découvert une mine d’ or qui lui échapperait , par l’ odeur alléché ???
    A quand la préoccupation de la qualité de ce qui est enseigné et son application et non des ronds de jambes de majorettes, à l’ image de son tôlier ?

  • 31 août à 14:30 | rakoto-neutre (#8588)

    "En tout cas, la mesure de fermeture
    de ces établissements scolaires ne
    concerne pas les écoles publiques."
    Mais certains établissements publics méritent aussi d’être fermés car ils ne sont pas du tout conformes aux normes.
    L’état essaie de faire croire que l’enseignement à M/car est en bonne santé, vu ce bon résultat au Bac pour certaines régions, alors qu’il est falsifié et truqué.

  • 31 août à 14:31 | papangue (#9623)

    akory lihe, salama jiaby ,

    @gerard
    Vous pensez que l’EN, faisant partie des ministères « importants est « régalien » et bien non !
    Régalien : C’est ce qui appartient au roi … C’est donc le cœur de l’Etat, ce qui ne peut pas être délégué car c’est ce qui fonde la souveraineté : L’Armée, la Diplomatie, la Justice , l’Ordre Public.
    Aux States l’éducation est de l’ordre du privé, mais ce n’est pas un bon exemple à suivre !

    @autres
    Pour ces fermetures, il faut aussi y voir que c’est devenu une source sûre et facile d’argent pour ces « écoles ».

    Jipo, ça fait combien de temps que vous, n’avez pas mis les pieds à Mada ?
    Avez-vous vu proliférer ces « écoles » dans chaque quartier populaire de Tana, dès la sortie de la route Digue vous pouvez voir fleurir ces « établissements ».

    C’est pas du tout dans l’esprit de coup l’herbe sous le pied des « entrepreneurs » malgaches, mais pour une fois ils n’ont pas tout à fait tort : devant la détresse des parents, le nombre insuffisant d’EPP et ce Collèges publiques, se sont proliférées ces « écoles ».

    Il faut voir que certains diplômes délivrés ne sont reconnus que par ces écoles, vous sortez cela ne vaut rien …
    Voilà de quoi on parle ici !!!

    Mercantilisassions de diplômes, qui n n’ont aucune valeur à l’extérieur de l’établissement, au niveau de l’enseignement supérieur, c’est valable aussi, pour les pseudo diplômes para-med, des diplômes de « Diplomatie » ou informatics... vous pouvez voir les pub à la télé , midi-mada etc ...
    A vous de juger si on est qualifié à la sortie de ces type d’école.

    Il faut voir aussi les aspects : formation et cursus des enseignants et l’aspect sécurité dans ces établissements.

    Il n’a jamais été officiellement question de s’attaquer aux écoles privées !!
    Même Ratsy-Iraka n’y a jamais pensé (il a envoyé ses enfants à Saint A) et pour cause ….

  • 31 août à 14:32 | Jipo (#4988)

    @ Da fily
    Je n’ aurais jamais pensé que l’ on pouvait spéculer et faire du fric aussi honteusement : jamais !
    ma naiveté n’ engage que moi certes, mais c ’est révoltant .
    Ce que vous me dites pour l’ enseignement au Lycée Français et que ce soit plus cher pour un ressortissant Malgache, est également scandaleux, mais est-ce que cette différence date d’ avant ou après la colonisation ?
    Dans le second cas c’ est une question d’ accords avec les autorités en place à l’ instant T, si la France reverse au gouvernement une « commission », ce qui est également honteux, il est normal que le prix soit majoré pour l’ élite Malgache , qui seule peut se payer ce « luxe » comparativement à ses compatriotes moins aisés .
    De s’ insurger devant de tels procédés, je vous l’ accorde est des plus humains, mais voyez-vous, j’ arrive du sri lanka, et tout le monde trouve des plus normal que le touriste/ Vazaha, étranzés, paye jusqu’ à 20 fois le prix local, en vous affichant un sourire des plus compatissant, par contre à la question comment avez-vous trouvé le Sri Lanka, de leur soulever que penseriez-vous si venant visiter Paris, en tant qu’ étrangers, on vous faisait payer 20 X le prix de chaque musée , bâtiment , ou site à voir recommandé et classés / l’ Unesco ? le sourire compatissant se transformant en sourire gêné : soudainement .
    Prendre les interlocuteurs pour des kons, n’ a jamais été payant, je ne vous l’ apprend pas .
    Toujours avec cette épine dans la gorge du temps de ce cher amiral qui trouvait tout à fait normal de faire payer 300% de droit de douanes, certes au zétranzés, mais également à ses compatriotes .

    • 31 août à 15:33 | dafily (#9983) répond à Jipo

      yes man,

      et la prolifération d’écoles parallèles démontre bien la faillite du système, non ? Que s’engouffrent des « pédagogues » peut-être qualifiés pour certains, mais d’autres moins regardant quant à la qualité se sont emparés du gâteau. Mais je ne vais pas faire ma mauvaise langue, je sais aussi qu’il se trouve des écoles avec des enseignants sérieux qui connaissent leur affaire, ne jetons pas tout à l’ égout, et ils font avec leurs moyens.

      votre paragraphe suivant traite du pouvoir d’achat, et comparons ce qui l’est voulez-vous ? Vous venez d’un pays du G20, vous serez « traité » en conséquence dans le reste du monde, c’est la real-economy, je dis pas que c’est cool... Et la diaspora malagasy rentrant au pays, subit elle aussi, un « décalage tarifaire » de bon aloi... c’est cool, on pourra dire qu’elle participe quelque part économiquement à un redressement du pouvoir d’achat pour certains...

      Enfin je terminerai en disant 44 écoles seulement concernées ? Dans la capitale peut-être alors...

  • 31 août à 23:49 | Jipo (#4988)

    D’ accord pour le « décalage tarifaire » mais de 1 à 20 faudrait quand même pas pousser mémé dans les brèdes orties, quand on a pas le sou, X 20 me parait plus qu ’ excessif !
    La contribution des andafy n’ est certainement pas dans cette échelle sur évaluée .
    Comment ne pas avoir de scrupules, quand devant ces écarts les intervenants ne font montre de la moindre retenue, voir raison .
    Finalement les pays du G20 sont déconseillés aux Pays des sans dents , ce prioritairement & préventivement afin que chacun ne profite de l’ autre , une forme de chacun chez soi, avec mur symboliquement fictif, de convention protocolaire et dans l’ intérêt de quelques uns .
    44 écoles concernées, est-ce une performance, un cri d’ alarme, ou juste un coup médiatique , qui plus est dans la capitale exclusivement ?
    Devant la débâcle des lycées & collèges d ’ état, comment s’ étonner de tels palliatifs, solutions en réponses aux lacunes des institutions étatiques, qui ne font plus : leur job ...

  • 1er septembre à 14:41 | Ibalitakely (#9342)

    Ankohatra ny fikatonana ve tsy tokony misy sazy hafa. Izany koa mantsy no mahatonga gaboraraka be loatra eto satria be ny manao ny tsy mety ohatra dia raofina fotsiny [entana lany daty] dia tsy henatra tsy tahotra fa mety mbola hamerina ihany na récidivistes ireo olona efa tratra. Matoa sekoly tsy ara-dalàna dia mamahan-dalitra & mampinana amam-bolony zana-bahoaka & indrindra ny firenena. Sa kosa efa tafiditra ao @ fampihavanam-pirenena koa izany resaka izany.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 259