Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 17 octobre 2017
Antananarivo | 13h39
 

Editorial

Reconstruire une République respectée car respectable (2ème partie)

mardi 25 août 2009 | Ndimby A.

Suite à l’article d’hier, résumons donc en sept points, petites lumières sans prétention, ce que nous semblent être les grands chantiers pour une refondation de la République. La liste n’est en aucun cas exclusive d’autres idées exprimées par d’autres personnes [1]. Et au vu de l’énoncé de ces tâches, espérons que tous ces politicards qui se chamaillent pour un titre, un siège ou une voiture de fonction se rendent compte qu’il y a des problèmes plus importants que leur ego ou leur nombril.

L’éthique de la pratique politique. Si le but de tout parti politique est de prendre le pouvoir, que cette prise de pouvoir et surtout son exercice se fassent désormais dans les règles internationalement admises de bonne gouvernance économique et démocratique, sous l’oeil vigilant et indépendant de toutes les structures républicaines de contrôle et de vérification. Moraliser les mœurs politiques : cela va de l’abandon de l’élevage de gros bras, jusqu’au respect de l’opposition (qui se doit aussi d’être respectable, et non une usine à coups d’Etat), en passant par le refus de flatter la foule, même si elle est consentante [2] La participation aux cercles du pouvoir ne doit plus être une occasion d’enrichissement personnel, de népotisme, de favoritisme. Car il faut, du moins dans le maximum de postes techniques, favoriser l’élitisme et non la culture du réseau qui fait le bonheur de certains nageurs en eaux troubles, toujours « amis du pouvoir » sous toutes les Républiques, et n’ayant d’autre mérite que leur carnet d’adresses, la capacité à être servile, et surtout celle à retourner la veste quand la girouette change de direction. La mise en place de structures de médiation neutres, fortes et efficaces pour éviter que les conflits politiques ne dégénèrent en crise et coup d’Etats, doit aussi être conçue : le FFKM doit retourner à ses chapelles.

L’éducation citoyenne et civique. Apprendre à la population à adopter un comportement responsable, et refuser de se laisser infantiliser et manipuler par ceux qui se prétendent être des Messies apparaissant cycliquement sur les places publiques, que ce soit en 1991, en 2002 ou en 2009. Lui apprendre aussi que manifester pour exprimer sa colère ne doit pas systématiquement signifier rechercher le renversement du pouvoir établi. Mais cela dépend hélas de la prise de conscience de la classe politique par rapport à l’éthique citée précédemment. Toutefois, il n’y a pas que la classe politique qui est responsable de cet aspect éducatif. Les Eglises, l’Ecole, les médias et tous les agents de socialisation doivent apprendre à chacun que la citoyenneté donne des droits, mais impose aussi des devoirs.

Le développement économique et social. Lever les contraintes à une compétition saine et équitable entre les entreprises, tout en protégeant les couches vulnérables pour éviter la perversité d’un libéralisme sauvage. Donner par le biais d’une décentralisation effective sur le plan politique et budgétaire la possibilité pour les régions d’être initiatrices de leur développement, et réduire les inégalités sources de frustration. Prioriser l’emploi pour limiter les tentations vers la délinquance à but politique (phénomène de gros bras pour des sales coups, style incendie ou pillage des biens des adversaires) ou de banditisme. L’organisation d’un rôle économique pour la diaspora doit également être pensée. De nombreux pays du Maghreb, d’Afrique de l’Ouest ou même d’Asie l’ont fait avec succès.

La réinstauration de l’idéal militaire. Le militaire doit revenir à la caserne, se remettre au pas et au garde-à-vous strict devant le pouvoir civil. Et surtout, fermer sa grande gueule (oups, pardon monsieur le modérateur). Après avoir constaté avec effarement que pour certains militaires la kalachnikov faisait office de cervelle, la population s’étonne maintenant que certains gradés militent ouvertement pour une injection de bidasses dans les structures politiques de la transition, et se permettent de nous arroser de commentaires politiques à la fois sots et inappropriés. Inacceptable. Rappelons que selon les Nations unies, le contrôle effectif de l’armée par le pouvoir civil est un des six critères d’une société démocratique (et non le contraire). D’autant plus que ce sont les impôts des civils qui paient les soldes.

La fin de la culture d’impunité, mais une Justice indépendante. Une bonne démocratie nécessite que chaque homme politique soit responsable de ses actes, et en cas de manquements à ses devoirs, soit sanctionné. Cependant, cela doit se faire dans le cadre d’une Justice sereine et non vengeresse, professionnelle et non partisane. Quand on a vu tous ces tondro-molotra et les condamnations qui s’en sont ensuivies (même avec sursis), on peut se poser des questions sur cette fameuse indépendance de la Justice clamée et réclamée par les magistrats à chaque début de crise politique, y compris pendant le premier trimestre 2009.

Le renforcement des médias. Il est naturel qu’il y ait des journalistes ou des organes de presse qui soient plus favorables à une tendance qu’à une autre, surtout quand plusieurs patrons de presse ont des tendances politiques affichées. Mais dans la mesure où neutralité ne signifie pas aveuglement, les médias doivent aussi être capables de jouer un rôle de contre-pouvoir objectif, et le public doit l’accepter. Ici, petite parenthèse : on joue un rôle de contre-pouvoir face aux gens qui sont au pouvoir, et non face aux gens qui l’ont quitté. Avec tout le respect que je leur dois, je trouve extrêmement curieux que des commentaires fulminent à l’esprit partisan dès qu’on critique la HAT. Dans le contexte actuel, quel intérêt y aurait-t-il à critiquer le régime Ravalomanana, Ratsiraka, Ratsirahonana, Zafy ou Tsiranana ? Aucun, car ce ne sont plus ces gens dont la démarche doit éventuellement être rectifiée. S’ils en ont la sagesse, ceux envers qui les critiques s’adressent en tireront les leçons. Par contre, s’ils s’estiment intouchables, invulnérables ou infaillibles, qu’ils considèrent ces critiques du haut de leur caravane qui passe cahin-caha. En attendant de finir comme Ratsiraka en 1991 et 2002, ou Ravalomanana en 2009. Et comme chantaient les Jomak’Ampamarinana dans les années 1970, « dia ahoana koa re, dia ahoana koa re, ny manaraka ? ».

L’intégration intelligente dans le concert des Nations. Le Malgache doit apprendre à se comporter de manière adulte face à l’étranger et à la communauté internationale. Si la propension du Malgache à rechercher un bouc émissaire pour ses propres erreurs est innée, il faut aussi qu’il se pose des questions si la communauté internationale est vraiment responsable de ses erreurs. Il est risible de voir certains esprits chagrins se lamenter (avec des sous-entendus à la limite du racisme) du rôle pris par le Groupe international de contact dans la résolution de la crise actuelle. Or il faut reconnaître que sans eux et leurs efforts pour provoquer un consensus à Maputo, le spectre de la guerre civile serait encore plus proche. En outre, que les Malgaches apprennent à admettre que leur pauvreté chronique est le résultat de leurs propres errements : corruption, crises politiques à répétition, mauvais choix économiques de la Seconde République, incapacité à s’affirmer intelligemment face aux intérêts étrangers. Enfin, il faut générer la capacité malgache à construire et à se mettre en place de façon positive dans le concert des Nations. Marc Ravalomanana avait essayé, mais les retombées politiques, économiques et touristiques du Sommet de l’Union africaine ont été soufflées par la fermeture de Viva TV et le tsunami qui a suivi. C’est l’effet papillon.

La tâche est immense. Mais sans doute, ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que l’on n’ose pas. C’est parce que l’on n’ose pas qu’elles sont difficiles. Ce ne sont pas les porteurs d’outils et de lumière qui manquent. Même si en comparant la taille des chantiers et le peu de qualité de notre classe politique, le découragement peut devenir légitime.

Le rêve serait de pouvoir jouer au savant fou et construire un homme nouveau en prenant le meilleur (ou le moins pire...) de chaque personnalité politique présente ou passée. Le leadership de développeur de Marc Ravalomanana, le sens de la grandeur de l’Etat de Didier Ratsiraka, le sens de la démocratie d’Albert Zafy, la valeur de l’éthique politique de Herizo Razafimahaleo, la capacité de conciliation de Rajemison Rakotomaharo, le patriotisme du Professeur Rakoto-Ratsimamanga, le nationalisme de Monja Jaona, la vertu de ray-aman-dReny de Guy Willy Razanamasy... Mais on voit mal la classe politique active actuellement pouvoir fournir cet homme providentiel au pays, et encore moins au sein de la future ex Haute autorité de transition. A moins de jouer au magicien, et d’un coup de baguette magique, sortir un petit lapin de son chapeau. Ou un pigeon. Quoique depuis 1960, le pigeon-en-chef, c’est surtout le peuple.

Notes

[1Je n’aurai pas l’arrogante outrecuidance de me considérer comme un pseudo-coach de méthodologie scientifique, et me prétendre stupidement comme la source infuse et unique de la Lumière.

[2Ne nous privons pas de citer encore une fois Victor Hugo
« Quand à flatter la foule,
Ô mon esprit, non pas,
Car le peuple est en haut
Et la foule est en bas »
.

43 commentaires

Vos commentaires

  • 25 août 2009 à 08:23 | elena (#3066)

    Pour ce qui est du meilleur de chaque personnalité politique, sur un autre site, quelqu’un disait qu’Andriamanjato et Rajoelina avaient été oublié : peut-être qu’il n’y a rien à dire sur eux.

    On a sorti Andriamanjato de la naphtaline, mais lui il s’occupe maintenant de caser ses rejetons.
    Quant à Rajoelina, on va retenir de lui que c’est l’homme qui a fait un coup d’état et qui a déboulonné Ravalo, mais il n’a aucun mérite, il n’était pas tout seul, on a bien vu la tour de Babel qui s’agite derrière lui, il représente un mouvement populaire ? Le mouvement populaire des affairistes et des revanchards.

    Oui, Ravalo a fait beaucoup d’erreurs et du mal à certains, et a provoqué beaucoup de ressentiments, mais il a surmonté son orgueil et son amour propre et rappelez vous,il a demandé pardon publiquement, je ne crois pas que beaucoup d’hommes d’état ou beaucoup de malgaches soient capables de ça. Ce n’est peut être suffisant diront certains. Soit.

    Son erreur aussi, c’est de n’avoir pas su communiquer, et face à un professionnel de la communication, il n’a pas fait le poids, la prochaine fois Ravalo paie toi un cabinet de communication, comme font tous le chefs d’état du Nord.

    Le prochain chef d’état(je n’ai pas dit que ce sera Ravalo) devra donc rajouter ça à sa panoplie. Pour le moment tout le monde se préoccupe de la transition, ça ne sera pas facile, mais au delà, il faudra bien se trouver un nouveau Président, la nouvelle constitution de toutes façons sera la même, il suffira de l’amender, elle a déjà fait l’objet de maintes et maintes modifications, le plus important c’est la volonté de la respecter.

    Mais il nous faut un rassembleur, pourquoi pas Chissano ?(là, je plaisante, il faut que je précise, c’est à prendre au 36ème degré !

    • 25 août 2009 à 09:51 | Rakitoza (#689) répond à elena

      Elena

      Il n’y a certainement pas des oublis de la part de Ndimby, mais des choix.

    • 25 août 2009 à 12:19 | mpitily (#1212) répond à elena

      Désolé d’insister pour rétablir la vérité mais Ravalomanana n’a pas demandé pardon sicèrement. Est-ce que quelqu’un a l’enregistrement et la traduction de ce pardon ?

      D’ailleurs, avant de demander pardon, on doit reconnaitre explicitement ses fautes. Qu’avait alors répondu Ravalo à la journaliste de RFI ? Il ne comprenait pas pourquoi et de quoi on l’accusait et que son tort était peut-être de ne pas avoir assez payé l’armée (ou qq chose de ce genre) ! Bravo !!!!!!!!!!

    • 25 août 2009 à 16:06 | elena (#3066) répond à mpitily

      Je n’ai pas entendu ce que Ravalo a pu dire,sur RFI,et s’il l’a dit,il l’a dit en sachant à qui il s’adressait.Ce n’est, de toutes façons, pas comparable ou en rapport à ce qu’il a déclaré aux malgaches, et en malgache c’était certainement plus fort au moment où il l’a dit,si ça n’a pas marqué les esprits, ça a marqué les coeurs !!!

    • 25 août 2009 à 17:24 | rota rakotomalala (#2628) répond à elena

      changement à prendre en compte aussi :

      pourquoi pas une femme à la présidence de Madagascar ? après la transition bien entendu...

    • 25 août 2009 à 20:45 | elena (#3066) répond à rota rakotomalala

      Oui, très juste ça serait peut-être une chance pour Madagascar. Beaucoup de femmes malgaches ont cette autorité que n’ont pas les hommes qui sont souvent très mous, très sentimentaux, très intellectuels et qui ne foutent rien. En général, ce sont les femmes qui gèrent la maison en totalité, on n’a même parlé de matriarcat à Madagascar. Les femmes font des études, sont chefs d’entreprise. On ne va pas leur de demander de gérer un pays comme on gère une maison, il y en a eu qui ont voulu gérer le pays comme on gère une entreprise et il vient de se casser les dents. Donc, il faudra y regarder à 2 fois.

      Je n’ai pas du tout aimé la réaction de la ministre de la Défense après le 7 février, elle a démissionné mais je trouve pas pour les bonnes raisons, en tant que mère de famille a-telle dit parce qu’elle ne peut pas tolérer les massacres. Personne ne tolère les massacres mais quand on est ministre, on assume. Elle n’est pas coupable mais elle est responsable, bon sang, ils sont suffisamment bien payés pour prendre leurs responsabilités. En France, si c’était arrivé, mais ça ne peut pas arriver ou alors il faudrait être malade mental pour penser attaquer l’Elysée ou vouloir se suicider, Alliot Marie aurait démissionné en tant que ministre et non en tant que mère de famille. Je dis des bêtises, elle n’aurait pas démissionné, c’est le boulot de la sécurité et des soldats de défendre les symboles de la patrie et de la nation. Et la France décore de la légion d’honneur, la ministre de la défense malgache. On croit rêver !

      Une femme oui, après tout, beaucoup de pays maintenant ont ou ont eu des femmes comme chef d’Etat.

    • 25 août 2009 à 21:55 | niry (#210) répond à Rakitoza

      Alors oubli ou choix ? Comme on est dans les déclarations de bonnes intentions.. J’aimerai attirer votre attention sur l’utilité (plus que primordiale, selon moi) de la création d’un organisme de sondage fiable et indépendant. Sana passer à chaque fois par la case référendum, il est toujours nécessaire de sonder l’opinion du petit peuple..pour ne pas qu’il reste le pigeon de la farce à tout bout de champ..

    • 26 août 2009 à 07:58 | elena (#3066) répond à elena

      En relisant,l’éditorial de Ndimby sur le syndrome Ranavalona,j’ai réalisé que j’avais oublié que nous avions eu nos reines !

      Allez !J’opte pour une dictature éclairée dirigée par une femme. Dictature car il faut remettre de l’ordre dans tout ça ,mais le faire de manière intelligente bien sûr et une femme pour changer !!!!

      Une qualité des femmes c’est l’écoute,et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elles ne se prennent pas pour des coqs.

  • 25 août 2009 à 08:38 | RABEVA (#858)

    Des hommes d’Etat et de conviction on en a connu mais on ne les a pas trop écouté. L’émission TV de l’autre soir sur le témoignage de feu Herizo nous a balancé à la figure toutes les occasions manquées car personne parmi les dirigeants successifs (depuis Zafy à Ravalomanana) n’ont pas voulu suivre les propositions d’Herizo, de crainte ou de jalousie, et nous voilà dans cette situation où l’Ethique est réduite à un jeu de chaises et d’égoisme !! Herizo quand reviendras-tu ?? Merci à Ndimby de « réveiller » le patriotisme et l’ethique politique ! Puisse le bon Dieu fasse prendre conscience à nos politiciens ces valeurs pour sauver notre patrie.

    • 25 août 2009 à 09:03 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à RABEVA

      Feu Hérizo ,je ne le connais pas personnellement.Mais par suite de mes observations de l’aéroport de ROISSY,c’est un homme simple et courtois.Il porte lui-même sa valise de voyage .Politiquement,j’ai voulu assisister à un de ses meetings en FRANCE (élection présidentielle dans les années 90-95),j’ai été surpris par la présentation de son « train » de vie,mais j’ai eu immédiatement la réponse :« A MADAGASCAR,SI TU NE MONTRES PAS TA RICHESSE,LES MALGACHES NE VOTERONT PAS POUR TOI » dixit un cadre supérieur d’Air MAD,partisan d’Herzo dans le XVe arrondissement de PARIS.
      OUI,aussi,avec ce slogan :« Président élu,il ne touche pas son salaire ».Son parti politique a un « PROGRAMME POLITIQUE » très engageant,je souhaite à ses adhérents de le réaliser pour le peuple malgache.
      Basile R.(2)22ramahefarisoa

      COURAGE AUX HERITIERS POLITIQUES d’HERZO.VOTRE PROGRAMME POLITIQUE EST VIABLE.

    • 25 août 2009 à 13:41 | Rasoa (#1122) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      M. Basile 2(22),

      Combien de fois je vous dis que feu Herizo vivait dans l’ombre de Ratsiraka avec les Rakotomavo Pascal, les Edgard Razafindravah.... Sa vie politique était guidée par Ratsiraka. Et s’il haussait la voix c’était pour Ratsiraka. Et c’est peut être pour cela qu’il n’avait pas réussi sa carrière politique : DOMMAGE pour lui et pour ses HERITIERS !!!! Et c’est COMIQUE que les héritiers en veulent à Ravalomanana alors qu’ils savent pertinemment la vraie VERITE !!! Quelle comédie !!!

      A LA POLITIQUE COMME A LA POLITIQUE - A LA GUERRE COMME A LA GUERRE - POINT BARRE !!!

      C’est vrai que Feu Herizo avait des idées très impressionantes, malheureusement, comme c’était toujours téléguidé par Ratsiraka, il était parti dans l’ombre de Ratsiraka- comme il n’ a jamais brillé !

      et Un slogan ça reste un slogan !!!

      Ca apprendra aux autres politiciens de se tenir debout et droit avec leurs idées - FA TSY TOY IREO MIJERIJERY HOE « TOA TGV INDRAY IZAO NO MATANJAKA SATRIA MISY FIS DE ... » DIA MIAZAKAZAKA MANAO DECLARATION MAMPIOMEHY TOY NY HOE :

      - TSY EKENAY NY ARTICLE 22 AO AMY CHARTE SY NY SISA.......... ZATRA MAKA 19 SAO MBA MAHAZO FAUTEUIL ANGAMBA !!!!!

    • 25 août 2009 à 16:57 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Rasoa

      Sans vouloir entrer dans votre vie privée RASOA !!!!Où avez-vous ramassé votre mari ??????Pour moi,si vous voulez vérifier mon « épouse » française mais d’origine malgache était « INGENIEUR » au ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur français.Elle m’a aidé énormement pour défendre l’enseignement du français à MADAGASCAR,une langue de communication non des colonisés.
      Basile R.(2)22ramahefarisoa

    • 25 août 2009 à 17:41 | rabri (#2507) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Basile,

      J’adore l’expression : « Où avez-vous ramassé votre mari ?????? ».

      En effet, on n’attribue une telle expression qu’à quelques femmes triées sur le v(i)ol-et et non sur le volet (1)

      Qu’est ce qu’on devient sans vous, mon ami Basile ??

      [1] le « volet » est trop noble pour être utilisé dans ce cas-ci

  • 25 août 2009 à 08:48 | FeoIray (#341)

    vous avec oublié deux personnalités importantes :
    - le Pasteur-une-fois-Marxiste Richard Andriamanjato
    - le Maire-Gamin-Ramasabomanga Andry Rajoelina

    A nous de completer avec leurs apports respectifs à la Nation malagasy !

  • 25 août 2009 à 09:27 | Mihaino (#1437)

    Parmi les personnalités citées, je suis intimement convaincu que SEM Rajemison Rakotomaharo est l’homme d’état qui pourrait diriger Madagascar...

    Il est effectivement l’homme de conciliation et de reconciliation. Ne perdons pas de vue qu’en tant qu’ancien Président du Sénat (avec des sénateurs AREMA majoritaires), il était toujours à l’écoute et respectait les avis des autres. A ma connaissance, il n’y avait jamais eu de bagarres au Sénat durant son mandat.

    Enfin, Rajemison est jeune, cultivé,patriote,expérimenté, intègre, très discret sur ses prestigieux diplômes universitaires ( Docteur en Sciences de Gestion ....)

    • 25 août 2009 à 10:16 | RABEVA (#858) répond à Mihaino

      Non !Non !! surtout pas ce valet de R8 ! si le pays en est là c’est parceque ce genre d’énergumène n’a fait que « ciré » les bottes, et n’a jamais osé exprimer une seule remarque contre les bévus de R8. Non ! Non de gràce et par pitié SVP.

    • 25 août 2009 à 11:08 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à RABEVA

      RABEVA !!!!!S.V.P.citez-moi les hommes malgaches non tombées sous le « CHARME » de Monsieur RAVALOMANANA.Son cursus professionnel et politique plaide pour lui.il a besoin d’une pause car il n’est pas fini politiquement.J’ai même le « QUALIFIER » de GAULLISTE,sincère et du coeur mais sa recherche d’aide chez les africains me dépasse et me révolte.Un peu de traversée du désert lui sera bénéfique.
      Basile R.(2)22ramahefarisoa

    • 25 août 2009 à 15:58 | ragasy (#416) répond à Mihaino

      Ce n’est pas avec un navet pareil que tu penses sortir Madagascar de son trou ! Ah non quand même !

  • 25 août 2009 à 10:27 | da fily (#2745)

    Tout a été dit, redit sur ce qui a été et ce qui devra l’être réellement, dorénavant. Le malagasy ou le Peuple a cette soif de voir la fin du film, je me demande si les attentes immenses vont avoir un dénouement sinon heureux, ou du moins libérateur, la soif doit être étanchée, l’estomac est vide.

    Il faut cette notion de liberté pour insuffler le renouveau tant attendu. Quand est-il des conditions pour voir ou plutôt faire surgir ces hommes providentiels que toute une nation éspère ? Si l’adage conseille de se remuer d’abord pour qu’ensuite le ciel se manifeste, alors ces messieurs-dames ont du pain sur la planche. Le crédit divin a été raboté depuis Ratsiraka au moins. Tant de travers sciemment abusés sur le dos du peuple doit, au moins donner droit aux sociétaires, à une séance de bronzage accéléré sur les terrasses de l’enfer. Quelques hommes d’église aussi doivent se demander à quelles conditions ils devront passer le purgatoire, si leur foi est toujours intacte, celà va de soi. Le bidasse qui a mangé de la vache folle en fera de même, au moins quelques flagellations au barbelé avec vue sur les portes du paradis, pourront lui faire changer d’avis sur le bien-fondé de ses actes.

    Je demandais si les conditions pour cette rédemption tardive seraient réunies, à voir tout ce que compte d’intervenants concernés de premier chef ou non, on pourrait l’espérer. Toutes ces fées penchées sur le berceau du crapeau devraient jouer de concert de leurs baguettes, ça pourrait toujours conjurer le mauvais sort qui ne manque jamais l’occase de s’acharner, afin qu’il nous point une nouvelle âme bien née pour transcender tout un pays. On n’a jamais si bien attendu, je le pense.

    Je me demande aussi si nous y arriverions un jour, les mauvais exemples de très mauvaise gouvernance sont nombreux et contemporains, ils devraient faire réfléchir nos politocards ( expression de Bena). Si il y en a parmi eux qui connaissent les situations au Soudan, en Somalie, à Haiti ou au Sri-lanka, qu’ils se réveillent vite. La mort s’est installée dans ces pays, la méprisable attitude de leurs dirigeants lui a donner asile, ne faisons pas cette erreur, car il n’y a pas que la guerre qui est dévastatrice, la mauvaise politique est pire encore. Elle est le terroir de déséquilibres durables et meurtriers.

    Tant de questions ne méritent-elles pas de réponses, messieurs-dames les politrucards ?

    PS : veuillez excuser ces quelques lignes peut-être trop lyriques qui vont en incommoder certains, mais le coeur a ses raisons que la raison ignore parfois !

    Da fily.

  • 25 août 2009 à 10:56 | rabri (#2507)

    Edito qui va dans le bon sens (positif, constructif) et qui correspond à la période (réparation, reconstruction). Bravo donc à l’auteur !!

    La personnalité que j’affecte le plus parmi les citées est le feu Pr Rakoto Ratsimamanga. Ce qu’il a fait pour notre pays est EXEMPLAIRE, donc : NY SOA FIANATRA !

    Hautement diplômé de quelques Universités prestigieuses françaises, il a mis de côté d’abord ses diplômes une fois rentré au pays et a donné sa priorité à LA VALORISATION des savoir-faire des guérisseurs traditionnels en matière de pharmacopée.

    Qui ne reconnait pas actuellement la portée de ses oeuvres ?? bienfaits sur la santé publique, création de milliers d’emplois, exportation de médicaments « made in madagascar » (présence directe dans les pharmacies en France et certainement ailleurs)

    Une telle démarche est transposable dans bcp de domaines : social, culturel, environnemental, économique et ce qu’on attend particulièrement de la DIAPORA

    P.S Mr Ndimby ! j’ai surtout prôné cette méthodologie scientifique simple à laquelle vous faites allusion (et cela dans tous les forums) pour stopper la propagation (à la vitesse de la Lumière) des RUMEURS nées par-ci, par-là depuis le début de cette crise en janvier 2009.

    Et même dans la 2° étape de cette méthodologie(vérification des infos), il faut surtout que les citoyens soient vigilants face à la pullulation sur la toile des blogs ANONYMES à l’heure du web 2.0. Y piocher des informations
    amplifie au contraire le rajout de couche supplémentaire à des rumeurs déjà existantes.

    Toujours en parlant du web 2.0, félicitations au journal pour une animation publicitaire TRES ATTRAYANTE ET STIMULANTE en milieu de page de cet édito. Que pourrait-on voir de plus à l’heure du web 3.0 ??

    • 25 août 2009 à 13:02 | Rakitoza (#689) répond à rabri

      Rabri

      Merci de votre fair-play exemplaire envers Ndimby. Et (de loin plus important) vos louanges envers le Professeur Ratsimamanga sont plus que justifiées. Un tel ray-aman-dReny a manqué à Madagascar en 2009, et même en 2002. Ce que vous avez oublié de souligner c’est sa grande simplicité et humilité, malgré toutes ses qualités. Un véritable fils de la Lumière comme titre un de ses livres biographiques. C’est sans doute ce CARRÉ MAGIQUE essentiel qui manque à tous nos politiques : compétence - sagesse - humilité -patriotisme.

      Les politiciens devraient s’inspirer sincèrement de ce forum : contributions de qualité, bon esprit de fair-play malgré des sensibilités très différentes.

      PS : vous reprochez à Ndimby d’avoir utilisé avec humour des pseudo-références de sociologie prises dans un blog anti-hat pour un de ses papiers. Mais vous devriez aussi revoir la qualité les références dont vous nous aspergez souvent. Par ex, vous pourriez demander à « votre ami » JR pourquoi (ou pour quoi) a-t-il publié un article diffamatoire contre Patrick Leloup un certain dimanche ? Et pourquoi (ou pour quoi) a-t-il fait disparaitre cet article un jour après pour le remplacer par une interview cirage de pompes du même Patrick Leloup ? Je vous envoie par mail le premier article quand vous voulez.

    • 25 août 2009 à 15:32 | lalatiana (#1016) répond à Rakitoza

      c’est qui JR ????

      lollll ...

    • 25 août 2009 à 16:01 | ragasy (#416) répond à lalatiana

      Jiolahy Raindahiny

    • 25 août 2009 à 16:16 | rabri (#2507) répond à ragasy

      Pour Lalatiana, JR est Jeannot Ramambazafy, du site internet Madagate.com.

      Pour Rakitoza,
      Oui, JR est devenu un ami lors d’une activité professionnelle que j’ai exercée et c’est un homme de communication TRES COMPETENT.

      Je n’approuve pas totalement ce qu’il « dit » mais çà ne m’a pas empêché de lier amitié avec lui

      En tout cas, « lui, c’est lui, moi, c’est moi »

      Et puis n’essayez pas de m’influencer sur mes relations amicales. Pour moi, LA TRANSITIVITE N’EXISTE PAS A CE NIVEAU (= tous les amis de mes amis ne sont pas forcément mes amis).

      PS. Pour rakitoza, vous m’avez attribué l’autre jour le qualificatif de « foza » que je ne serai jamais.

      Par contre, en retour et sans polémiquer, le « kitoza » même s’il est succulent, n’a pas que de qualité car c’est une viande vouée à sécher à l’air libre et à être la proie facile des mouches ( œufs d’abord puis larves ou OLITRA, miam, miam !), donc viande séchée qui a une attitude passive du genre « Minoa fotsiny ihany ». Bizarre coincidence !!

      Moral de l’histoire : bien réfléchir avant le choix définitif du pseudo.

      Cordialement et à la vôtre (j’ai un verre de THB à ma main gauche et 2 masikita à ma main droite. Dommage, pas de kitoza aujourd’hui mais ce n’est que partie remiiiiiiiiiiiiiiiise !!)

    • 25 août 2009 à 22:26 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à rabri

      Merci RABRI d’avoir une pensée pour le Professeur R.R.Personnellement,j’avais des rapports inoubliables avec ce GRAND HOMME
      Primo,il avait mis en place le consul-industriel de MADAGASCAR au HAVRE en voulant m’empêcher de débarquer d’un navire malgache après avoir une mission (de MARSEILLE-DAGO-ANVERS-LE HAVRE) demandée par le sécrétariat de la Marine Marchande malgache.

      Secondo,cet « HOMME » était la fierté de tous les malgaches à l’ETRANGER.Une fois,il a pris en charge les frais d’une reception dans une maison des jeunes et de la culture après sa visite.

      Tercio,il n’est pas « bôgosy »,mais il nous sauvait de l’ironie des africains :« les malgaches avec les filles de concierge et les africains avec les belles blondes ».Quelle fierté pour moi quand j’ai vu les « belles blanches » louchées pour R.R.« LA BELLE REVANCHE »

      Il nous manque cet « HOMME » mais il y a des relèves pour continuer ses travaux.
      Encore merci RABRI ;

    • 26 août 2009 à 01:42 | Rakitoza (#689) répond à rabri

      Mon cher Rabri,

      Je ne cherche pas à vous influencer sur vos amis. Ne cherchez pas à m’influencer sur mon pseudo ;-)

      Et si vous passez à Tana, je vous invite pour une bière et de bons morceaux de kitoza...

    • 26 août 2009 à 06:41 | rabri (#2507) répond à Rakitoza

      OK ! rendez-vous prochainement !

      Les gens de même goût finissent tjrs par bien s’entendre même s’ils sont souvent en opposition.

      Avis aux « TROP SUSCEPTIBLES » qui croient pouvoir tout résoudre eux-mêmes, juste peut-être parce qu’ils veulent avoir le gâteau entier pour eux seuls !!!

      A ves gens-là, je leur dirai : « PASSEZ VOS CHEMINS. NOUS N’ AVONS PAS LES MEMES VALEURS !! »

  • 25 août 2009 à 10:59 | observatrice (#2065)

    encore bravo ;

    voilà les bases d’une reconstruction souhaitée et souhaitable pour Madagascar ;

    un petit point : la diaspora n’a pas qu’un rôle économique à jouer ; il faut aussi qu’elle ait sa place politique et lui donner les moyens (pouvoir voter, proposer des candidatures). Son rôle de maintien de l’éveil à distance est également fondamental

  • 25 août 2009 à 11:44 | lalatiana (#1016)

    Intéressant papier ... qui pourrait servir de base à une charte sur laquelle on devrait demander à nos différents politiques de s’engager...
    Et qui vaudrait un travail de fond définissant nos exigences quant à leur mode d’appropriation des prérogatives de l’Etat : éducation, justice, développement économique, sécurité, diplomatie ...

    Rota, au travail ... :-)

    Un petit malaise toutefois, à la lecture de certaines réactions : est ce la mémoire de nos monarchies traditionnelles qui veut que nous nous attachions encore et toujours à l’émergence d’un homme providentiel ?

    • 25 août 2009 à 12:33 | Rakitoza (#689) répond à lalatiana

      Lalatiana

      Bonne remarque sur cet attachement à l’homme providentiel. Sans doute l’héritage d’une (mauvaise) façon de faire de la politique chez nous : l’homme est plus important que son programme ou son projet de société.

      D’ailleurs tous ont été élus avant de concocter un programme (Boky mena, MAP etc). Qui peut d’ailleurs dire c’était quoi le programme de TGV pour entraîner les foules à le suivre : que dalle ! Et son bilan à la mairie était nul. Donc les Gasy qui l’ont suivi n’utilisent pas leur intellect dans leur choix politique. Comme avec Ravalo « minoa fotsiny ihany » et Radidy « Oyé oyé ».

    • 25 août 2009 à 12:46 | observatrice (#2065) répond à Rakitoza

      il faut un programme mais il faut aussi un homme capable de porter ce programme

    • 25 août 2009 à 12:53 | da fily (#2745) répond à lalatiana

      Hum, que nenni cher Lalatiana, il n’y a pas forcément de « mémoires de nos monarchies », mais je vois que tous ces excellents éditos sont liés les uns aux autres.
      Celui sur les relations eglise/politique en est un probant exemple : je ne fais que transcrire ici ce que le subconscient de la majorité des malagasys laisse tranparaitre. La fibre fervente qui anime tout bon malagasy bon teint fait partie de notre culture, je le conçois et l’assume pleinement. Les évènements importants de nos vies sont souvent liés à cette philosophie, sans verser dans le grenouillage de bénitier forcené.

      Il est plutôt vrai qu’ici, après tant de déboires, le quidam moyen se tournera vers Dieu pour qu’il améliore son quotidien. Les clés du quotidien actuel de ce quidam étant entre les mains d’hommes et de femmes peu soucieux (je voudrai me tromper) du futur du pays.
      Mais bon ce n’est qu’un point de vue comme un autre, je vous l’accorde, et il n’y a pas a avoir de malaise, êtes-vous rassuré ?

      Ah, turpitudes et questions existentielles, sont les éternelles écluses de nos conversations virtuelles.

    • 25 août 2009 à 16:00 | lalatiana (#1016) répond à da fily

      Débat sur la responsabilité et la démocratie ...

      Est ce parce que nous n’avons pas(plus) confiance en l’Etat que nous nous attachons plus à la personne qu’à la fonction ?

      Les crises que nous avons vécues sont là, derrière cette personnalisation outrancière du pouvoir, au détriment de la vision d’un projet sociétal et politique : quand le messie nous a trompé nous descendons sur la place du 13 mai pour en introniser un nouveau...

      Notre conscience démocratique s’avérera mature quand nous nous focaliserons plus sur les programmes et l’efficience et la stabilité des institutions que sur les discours enflammés/enflammants de leaders plus ou moins charismatiques.

      Ma grosse colère quant au coup d’état était parce qu’il était, A MON AVIS, signifiant d’un manque de maturité politique.

      Ceci étant, je devrai peut être rendre à Andry Rajoelina le fait d’avoir réveillé définitivement MA conscience politique et MON identité.

    • 25 août 2009 à 17:33 | rota rakotomalala (#2628) répond à lalatiana

      Merci à lalatiana de m’attribuer un tel travail mais je ne pense pas que ce soit du goût de certains si je le faisais...

      car moi, c’est au hazo kitay que ça marchera, point barre !!!

      ce sera donc dictature et torture en plus...

    • 25 août 2009 à 18:01 | rabri (#2507) répond à rota rakotomalala

      Oh ! Une formatrice donc pédagogue qui fonctionne au « bâton » !!

      Aie, aie, aie pour les pauvres enseignés !

  • 25 août 2009 à 15:44 | thubert (#459)

    Bonjour Dimby A.!
    Je ne sais pas comment dire mais je trouve juste cet édito. Et surtout, ça coincide bien avec le temps du « nouveau départ ». C’est vraiment constructif et j’en passe pour les noms qui y sont cités. je retiens juste un seul nom, c’est celui de Ratsimamanga. Les autres, on peut toujours les citer, mais Madagascar reste pauvre jusqu’à aujourdhui. Je souhaite à toutes les délégations de trouver une solution consensuelle comme on dit.
    J’ai mis entre guillemet le mot nouveau départ car on dit toujours que ce sera pour le futur intérêt suprême da la nation.

  • 25 août 2009 à 16:16 | Sitraka (#1700)

    J’ajouterai (mais certains le classeront sans doute dans l’éducation citoyenne et culturelle) dans les propositions de Ndimby, l’instauration du culte du travail VITE ET BIEN FAIT. Nous sommes en retard de plusieurs siècles par rapport aux pays émergents. Les diplômes sont malheureusement une finalité pour la majorité de nos jeunes, et ceux qui ont plein dans la tête, estiment à tort avoir les capacités de diriger sans avoir jamais fait ses preuves.
    « Sans travail, point de nourriture », cette simple notion devrait être inculquée parmi les futures générations ; quant aux « zatra mpitaty rà-kena », quelques semaines passées dans les chantiers routiers auraient peut-être quelque impact sur leurs mentals !!!

    • 25 août 2009 à 17:32 | rabri (#2507) répond à Sitraka

      l’instauration du culte du travail VITE ET BIEN FAIT ???

      C’est COMPATIBLE çà ??? dans quel (s) domaine (s) !! (déjà pas en AMOUR ! lol)

      Il faut être vraiment un SUPER HOMME (= être humain)pour le réaliser

  • 25 août 2009 à 16:37 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Ne serait t’il pas beaucoup plus ’sage’ d’attendre ce que va pondre ce ’Maputo 2’ ???

    Par expérience je ne crois point à ’l’homme providentiel’ , il vaudrait peut etre mieux analyser un peu plus en ’profondeur’ les ’partis’ en présence

    Anticiper sur des alliances éventuelles , bien soupeser les ’forces de frappe’
    de chaque ’mouvance’

    Un conseil : ne sous estimez personne , ces quinze mois risquent d’ètre tres tres chauds

  • 25 août 2009 à 17:39 | sevane (#2781)

    Pourquoi ne pas créer une école destinée à préparer nos futurs hommes politiques, à former les hommes et les femmes qui feront vivre et évoluer notre pays ? Le but étant de professionnaliser la formation des hauts fonctionnaires en leur transmettant l’éthique du Service Public, fondée sur des valeurs de responsabilité et de désintéressement.
    En ce moment, malgré le grand nombre de politicards, nous manquons cruellement de candidats : on a le choix entre la peste et le choléra. Le résultat est qu’on se retrouve avec un petit jeunot de DJ à la tête du pouvoir. Un jour, j’ai lu, sur un des sites sur lesquels je surfe habituellement, un internaute expliquant les raisons pour lesquelles il soutenait TGV : « Aza adino anie fa izy ilay nampirevy antsika taloha e ! ». Je perds les mots car aucun qualificatif n’est assez juste pour qualifier cette phrase. Il est donc, sans doute, nécessaire de changer l’état d’esprit, la mentalité de tout un peuple et ses habitudes, sa conception de la Politique et de la démocratie, comme le disait Ndimby. Tout ceci passe par l’Education et les résultats seront longs. La tâche est donc énorme car il ne s’agit pas d’un « simple » changement de Constitution.
    Enfin, je suis d’accord pour un retour au « Nationalisme ». Mais attention, je ne parle pas du nationalisme idiot et raciste qui ferme la porte aux Etrangers et qui accusent systématiquement les autres d’être les responsables de tout le mal qui leur arrive car incapables de se remettre en question. Ceux-là n’ont pas compris que notre développement économique passe aussi par les importations et surtout les exportations, sans oublier que les investisseurs (même étrangers) sont un des moteurs-clés de notre économie. Ce que j’aimerais c’est que chacun prenne conscience que nous faisons partie d’un tout, que chacun se donne à fond pour cette Nation et apporte sa contribution à son développement.

    • 25 août 2009 à 18:20 | sevane (#2781) répond à sevane

      Je corrige mon propre texte en remplaçant « Nationalisme » (mot qui me fait peur) par « Patriotisme » qui signifie « Attachement sentimental à sa patrie se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir ». C’est exactement ce que je voulais évoquer.

  • 25 août 2009 à 17:41 | rota rakotomalala (#2628)

    Si avec ça, la repoblika v...v...ne devient pas une vraie république, alors je ne sais plus...

  • 25 août 2009 à 22:06 | Vaonala (#1688)

    Merci à Ndimby pour cet édito muni de propositions pour une nouvelle démocratie ou société malgache responsable.

    Je suis particulièrement sensible à sa proposition sur la participation de la diaspora malgache au développement de notre pays. Si mes souvenirs sont exacts et je vous prie de m’excuser si je me trompe, mais il me semble que Rota Rakotomalala ait déjà proposé une réflexion sur ce sujet. C’est vrai que certains pays ont réussi dans ce domaine dont le Mexique, la Tunisie, l’Egypte et les Philippines pour ne citer que ceux-là qui ont été pris comme exemples réussis avec des approches différentes dans ce domaine, lors de la célébration du cinquantenaire de l’OIM. C’est dire que notre diaspora peut réussir mais avec une certaine humilité et surtout ne pas venir au pays « sur ses grands chevaux » notamment en donneur de leçon et son éventuelle condescendance vis- à- vis des cadres du pays restés ou volontairement rentrés au pays pour de multiples raisons. A mon humble avis, il faut se donner la main et prôner un dialogue ou un échange d’idées, de stratégies ou de procédures pour le développement de notre pays.

    Par ailleurs, revendiquer l’appartenance à la diaspora d’ un pays requiert bien évidemment non seulement des droits mais également des devoirs.

    Même si les analyses de Ndimby sont à bien des égards réalistes , je souhaite toutefois plus de neutralité de sa part dans ses propos. Cela mettrait plus de poids à ses arguments.
    Ne pensez cher éditorialiste que je suis pour l’un ou l’autre camp . Au contraire je ne vous veux que du bien car je partage bon nombre de vos analyses mais je n’adhère pas aux critiques partisanes frisant les insultes, je dis bien « frisant ».
    A mon humble avis, ce n’est pas en agissant de la sorte que nous pourrions changer les choses.

    Très cordialement vôtre !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 448