Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 24 novembre 2017
Antananarivo | 18h02
 

Lu ailleurs

Développement

Qui financent les infrastructures en Afrique ?

vendredi 20 octobre

Le dernier rapport annuel du Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA), intitulé « Tendances du financement des infrastructures en Afrique 2016 », montre que les engagements en matière de développement des infrastructures en Afrique ont reculé à 62,5 milliards $ en 2016, contre 78,9 milliards $ en 2015.

Cette huitième édition a levé le voile sur les différentes sources et l’impact du financement sur le développement des infrastructures en Afrique, tout en identifiant de nouvelles opportunités de mobilisation des ressources.

De ce rapport, il ressort que les dotations allouées aux infrastructures par les budgets nationaux en Afrique se sont élevées à 26,3 milliards $ en 2016, en hausse de 9,6% par rapport aux 24 milliards $ enregistrés en 2015.

L’apport chinois au développement des infrastructures sur le continent a beaucoup varié, après avoir atteint son niveau record en 2015 (20,9 milliards $). De 3,1 milliards $ en 2014, les investissements chinois sont passés à 6,4 milliards $ en 2016. De façon plus étendue, entre 2011 et 2016, l’investissement chinois est resté en moyenne dans le sillage des 12 milliards $.

Les pays et institutions membres de l’ICA (G8, Banque mondiale, la Commission européenne (CE), la Banque européenne d’investissement (BEI), la Bad, etc.), étaient également actifs. Les décaissements réalisés par ces membres, en 2016, se sont établis à 13,4 milliards $, soit une hausse de 6% par rapport aux 12,6 milliards $ de l’année précédente. Ce montant est le plus élevé jamais enregistré pour les membres de l’ICA.

On note également que les membres du Groupe de Coordination des Fonds arabes (ACG) ont engagé 5,5 milliards $ en 2016 au profit du développement des infrastructures en Afrique, une augmentation par rapport à l’année 2015 (4,4 milliards $) et 2014 (3,5 milliards $).

Ensuite, comme l’indique le rapport, si l’on tient compte de la participation du secteur privé, la valeur des projets à la clôture financière en 2016, s’élevait à 3,6 milliards $, dont 2,6 milliards $ de capitaux privés. Il s’agit là d’une forte baisse comparativement aux capitaux privés enregistrés en 2015 (7,4 milliards $) et en 2014 (5,1 milliards $).

Fiacre E. Kakpo, Agence Ecofin

7 commentaires

Vos commentaires

  • 20 octobre à 11:01 | Gérard (#7761)

    qui finance (NT ?) l’enseignement du Français au journalistes ?

  • 20 octobre à 11:47 | hafatse (#9818)

    @Gégé

    Bah ,vu les fautes que tu fais ... ton éducation est à refaire , gége , la bavure

  • 20 octobre à 13:20 | lemama (#5841)

    J’adore les Siiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiifra !
    https://www.icafrica.org/fr/news-events/ica-news/article/new-report-identifies-impact-of-funding-on-africas-infrastructure-development-526970/
    C’est un très ’’ beau ’’ dessin si on regarde la ’’ Vue d’ensemble 2016 ’’ de ce Rappport !
    Mais, qu’en est-il pour Madgascar ?
    En quoi ce rapport pourrait-il ’’ INTÉRESSER ’’ nos dirigeants ’’ bienveillants’’ qui rêvent plutôt d’une Révision ’’ constipationnelle aux odeurs d’élection 2018 ?
    Bon week-end à toutes et à tous ! C’est enfin le meilleur moment de s’occuper de nos familles respectives qui ont en tant besoin en ces temps si difficiles... Faites attentions aux raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaattttttttttttttttsssssssssssssss les zanfan !

  • 20 octobre à 20:44 | punchline (#9673)

    1)les simples d’esprit diraient que c’est le fanjakana (l’État)
    dans ce catégorie, il y a les paysans
    2)les gens de niveau moyen ,vous diront que ce sont les étrangers (FMI, chinois , union européenne, les américains, etc... : dans ce categorie, il y a finengo, isandra, stomato, babah, vatomena, atavisme, che, dirkab, tsimahafotsy etc...

    3)la vérité, il est simple, c’est le peuple malgache qui finance tout cela, tes enfants qui vont naître demain , ils vont se retrouver sans terre,

  • 20 octobre à 21:23 | FINENGO (#7901)

    @ punchline

    Ecoutes Monsieur l’illuminé.
    Dans les Pays qui ont les Moyens et Même en Afrique, Par exemple l’Afrique du Sud, L’Algérie, le Maroc, c’est le peuple qui paye la facture, avec les divers impôt, sur le revenu, les taxes comme la TVA et beaucoup d’autres encore, ou avec les puits de pétrole et de gaz.

    Mais pour , tout ce qui se fait, ou qui se construit au Pays, c’est pour Mieux vendre le Pays aux soient disant donateurs, ou même aux Chinois qui vont faire l’autoroute Tananarive-Tamatave qui vont exiger à l’ Etat Malgache un contrat quelconque en contre parti. Effectivement au détriment des générations à venir.

    Tu as cité 3 catégories de raisonnement, mais toi tu ne peux être classé nul part de ces 3 catégories. Trop C.O.N pour vraiment comprendre comment ça se passe.

    • 21 octobre à 11:41 | Turping (#1235) répond à FINENGO

      Finengo et les autres ,
      Déjà ,je passe le bonjour à tout le monde ,je suis arrivé à Madagascar depuis Dimanche 15 Octobre tous les ans pour y rester un mois et démi .En arrivant e,j’ai constaté les mêmes réalités .
      - Vous avez parlé du peuple ! le peuple que les gouvernants successifs ont méprisé depuis longtemps même si les uns ont fait un tout petit mieux que les autres pour arriver au même résultat final du non avancement si on comptabilise les effets d’instabilité au fil des ans .
      - Primo : déjà étymologiquement la politique ne répond pas aux attributs et les dévoirs escomptés .
      - Tous les pouvoirs cumulés aux mains du pouvoir exécutif ne sont pas un gage d’avancement collectif,vu ce qu’on constate actuellement .Ce qui démontre le pouvoir centraliste facilement manipulable et corrompu aux mains des voyous successifs .
      - Et c’est la raison pour laquelle la décentralisation financière et effective du système est le seul apanage pour sortir du bourbier .Dans l’état actuel des choses sans vexer Punchline ,le fédéralisme pour faire appel au vent en poupe provoque une guerre civile facile avec l’absence des valeurs collectives pour prôner des intérêts communs ,intérêts publics en commençant par les développements basiques ,l’apprentissage des éducations civiques ,etc.....
      - Pour ce faire ,il faut que ce pays fasse des réformes car le mode de gouvernance imposé depuis l’indépendance octroyée sous dépendance ( aide ,FMI , BM ,...) ,argent pour être détourné dans sa grande partie ne servira à rien pour se rejeter les fautes après .Alors que le pays a les possibilités d’imposer les exploitations minières pour financer réellement ce que les malgaches ont en besoin ne serait-ce que pour assainir les villes ,mettre des bacs d’ordures dans chaque commune ,payer des gens pour cela pour lutter contre la peste car les saletés ,les insalubrités provoquent les maladies alors que les moyens préventifs pour soigner les malades sans attendre de l’aide n’existe réellement .
      - Voilà ,sans décentraliser , déléguer, transférer,déconcentrer une grande partie de ce pouvoir ,il n’y aura jamais de changement . Les « fokontany »et ,fokonolona sont là pour répondre au changement pour que tout le monde prenne enfin ses responsabilités sinon on tourne dans le vide même pendant 3 siècles encore jusqu’à ce qu’il ne restera plus rien ,... ;
      - D’abord ,il faut commencer par changer de mentalité .Le peuple ,les malgaches ,chaque individu doit veiller au bon fonctionnement de sa vie locale dans sa commune ,....les collectivités territoriales que d’attendre un méssie .Un président superman n’existe nulle part !
      - Pourquoi ne pas laisser chaque maire de chaque commune pour gérer la situation à condition que ce dernier soit survéillé vigoureusement par tous les membres de son fokontany « commune » ? pour lutter contre la corruption ?
      - Même les écoles ,les collèges ,lycées ,les cantines ,.....c’est aux communes ,les collectivités locales de les gérer .Bien sûr ,qu’à côté il y a les pauvretés à gérer ,les misères ,.....ce qui n’empêche les plus démunis de payer 100ar par personne par famille et les plus riches à 10 000 ar par exemple ,... pour faire fonctionner chaque ville en dehors les taxes foncières pour les grosses entreprises malgaches comme étrangères .
      Conclusion : les vraies solutions pour sortir du sous dévéloppement ,y en a à condition qu’on y mette le minimum de volonté et changer le rituel minable ,la mentalité en commençant par les dirigeants qui devraient montrer l’exemplarité .L’union fait la force ! parallèllement ,il y a d’autres options pour produire plus et améliorer collectivement les biens collectifs (constructions des infrastructures ,les routes pour éviter les embouteillages monstres ,improductifs entraînant même de stress ,dépressions etc,...résoudre les problèmes sécuritaires pour mieux vivre ensemble).
      Masina ny Tanindrazana !

    • 21 octobre à 11:42 | betoko (#413) répond à FINENGO

      Il a raison Punchline . D’ici quelques mois ,je dis bien quelques mois , des millions de chinois vont accaparer nos terres à cause de la politique de Hery Rajaonarimampianina avec les chinois . Vivement 2018 que quelqu’un d’autre un vrai patriote dirige notre pays
      C’est trop grave ce qui se passe à Madagascar depuis que ce Hery dirige le pays .S’il sera encore réélu en 2018 , Madagascar ne nous appartiennent plus et nous serons des étrangers chez nous
      Selon Lalatina Rakotondrazafy lors de sa tête à tête l’année dernière avec le feu Pr Zafy ALbert , ce dernier l’avait averti du même danger , et tous ses proches ( proches du feu Pr Zafy Albert) sont au courant de toutes les magouilles du pouvoir actuel avec La Chine

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 311