Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 juillet 2017
Antananarivo | 05h23
 

Opinions

Pour la Paix durable, l’opportunité d’une grande présidence

lundi 10 mars 2014

Depuis le 25 janvier 2014, Madagascar a officiellement un nouveau Président, RAJAONARIMAMPIANINA Hery, élu au suffrage universel direct. Depuis son discours d’investiture, le nouveau Président a réitéré à maintes reprises que son mandat serait placé sous le sceau de la réconciliation nationale et du redressement économique, en insistant particulièrement sur la question de la réconciliation nationale, élément central de sa politique qu’il a qualifié lui-même de « non négociable ».

Aujourd’hui nous sommes dans une situation où même après des élections sensées sortir le pays de cinq ans de crise, les forces politiques en présence sont incapables de se mettre d’accord sur une lecture commune des enjeux qui attendent notre pays. Les discussions et chamailleries autour de la nomination du Premier ministre montrent que les terreaux sur lequels les crises politiques de 1991, 2002, 2009 ont prospéré sont encore vivaces et risquent de plonger de nouveau le pays dans des affrontements entre factions politiques sans objectif autre que d’avoir le contrôle total de l’appareil d’État.

Or le pays est en situation de quasi faillite (selon la banque mondiale) et si nos gouvernants ne trouvent pas les solutions adéquates pouvant garantir la stabilité politique nécessaire au développement économique, alors il nous sera très difficile de rétablir la confiance, élément central de l’œuvre de redressement du pays. L’exercice du pouvoir exécutif est paralysé par le fractionnement et l’illisibilité idéologique des factions politiques en présence qui ont conduit à un blocage institutionnel du pays, prélude à un mandat présidentiel ponctué de menaces et invectives d’alliés naturels ou pas, contraire à l’esprit de réconciliation nationale. Il est vrai que ce cafouillage est amplifié par un texte constitutionnel déséquilibré et imparfait que tous aujourd’hui qualifient au mieux d’handicapant pour l’exercice du pouvoir au service de l’intérêt général. Enfin, du point de vue de la communauté économique internationale, qui connaît les maux structurels de l’histoire politique de notre pays, ce serait le signe que l’ensemble de la classe politique préfère prendre le risque de crise future plus violente que celle dont nous essayons de sortir plutôt que de prendre le risque de la Paix Durable, base des investissements et donc du développement sur le long terme.

Seul le Président de la République, exerçant la plénitude des pouvoirs que lui confère la Constitution peut changer radicalement la donne. En effet, le Président de la République a été élu par le peuple Malagasy souverain qui selon la Constitution de la 4è république dans son préambule est « Conscient qu’il est indispensable de mettre en oeuvre un processus de réconciliation nationale ». À ce titre le Président de la République est le garant de l’Unité Nationale (Art 45). Le peuple Malagasy a ainsi donné au Président de la République toute la latitude que lui confère sa fonction pour prendre les décisions nécessaires pour protéger l’unité nationale de notre pays quand celle-ci est mise en danger. Et aujourd’hui cette unité nationale est en grand danger, quand le jeu politique provoque le blocage institutionnel de tout le pays, sur fonds de vengeance et de rancoeurs vives.

L’Histoire nous a montré que sans ce processus de réconciliation nationale, les perspectives de stabilité nécessaire au développement économiques sont vaines. En 2002, le Président RAVALOMANANA après avoir promis qu’il entamerait un processus de réconciliation nationale, s’est rétracté et a gouverné ensuite au forceps créant ainsi une opposition non plus seulement politique mais sur lesquels s’était aussi greffée une masse critique s’estimant victime d’actes allant bien au delà du fait strictement politique. Le pouvoir de transition n’a fait que maintenir l’illusion de la réconciliation nationale en en ayant parfois le discours mais en prenant des décisions contraires à l’apaisement avec en premier lieu le non respect de tous les articles de la fameuse feuille de route du 16 septembre 2011 relatifs aux mesures d’apaisement politique et de réconciliation nationale (les articles 15, 16,17, 19, 20) - sans que la communauté internationale puisse y redire quelque chose, poussant à « des élections à tout prix » comme solution de sortie de crise- laissant ainsi dans le jeu politique une dose importante de rancœur et de haine qui ne peut en aucun cas favoriser la stabilité.

Depuis 2002, l’opinion ainsi que les décideurs ont été sensibilisés maintes fois sur l’impossibilité d’arriver à un réel apaisement, sans avoir entamé au préalable un processus de vérité et réconciliation nationale. Depuis le début de cette crise en 2009, plusieurs voix se sont levées pour réclamer du pouvoir politique l’organisation dans le cadre d’une conférence nationale d’un dialogue Malagasy-Malagasy de haut niveau. Depuis 2009, le Conseil Oecuménique des Eglises Chrétiennes (le FFKM), mais aussi de nombreuses voix d’autorité dans la société civile et politique ainsi que trois anciens Présidents élus au suffrage universel se sont unis pour appeler à l’organisation d’une telle conférence nationale afin de mettre sur la table - et les analyser- les maux qui rongent notre pays depuis des décennies et qui sont la source des crises politiques récurrentes qui annihilent de façon périodique tous les efforts entamés par les équipes qui se sont succédées à la tête de l’État. Ce dialogue dont même la communauté internationale a reconnu la nécessité s’est heurté à des calculs politiques de certaines factions plus préoccupées par la maitrise conjoncturelle du pouvoir politique que de l’avenir de notre pays. Ce processus aurait pour but ultime de mettre l’ensemble du pays d’accord sur la lecture et les enseignements du passé, sur ce qui fait de nous une Nation une et indivisible, des défis collectifs qui doivent engager l’ensemble des acteurs politiques, quelque soient leurs places sur l’échiquier pour enfin permettre que le jeu politique dans une démocratie (même naissante), avec ses calculs et ses postures, serve l’intérêt général dans les respect des institutions d’une république impartiale que nous bâtirons ensemble en toute connaissance de cause.

L’opinion publique, dans sa très grande majorité - et notamment la masse de ceux qui aspirent à mener une vie décente pour eux et leur famille- lasse des guerres politiques qui freinent la tâche ardue de créer une croissance économique forte et un développement durable dans la Paix, est favorable à ce que le Président prenne les mesures qu’il juge nécessaire pour sortir du cercle vicieux des crises cycliques.

L’opinion publique, dans sa très grande majorité, attend du Président qu’il soit fidèle à son message de réconciliation nationale et qu’il nous offre une perspective forte, loin des pressions conjoncturelles de certains clans.

Le Président RAJAONARIMAMPIANINA a ainsi l’opportunité de placer le début de son mandat sous le signe d’une réel renouveau en provoquant une rupture salutaire avec les pratiques du passé consistant à renier ce qu’on a promis, et en jouant réellement le rôle que lui confère les institutions : se mettre au dessus des partis et des intérêts partisans, et de son corollaire, les marchandages honteux non pas sur la nature des politique publiques à mener mais autour du phagocytage clanique du pouvoir politique.

Le Président RAJAONARIMAMPIANINA a ainsi l’occasion au nom du Peuple Malagasy d’entrer dans l’Histoire comme celui qui aura posé les fondations d’une Paix durable dans ce pays, en convoquant sous son autorité l’ensemble de la classe politique, économique et sociale, autour d’un Dialogue Malagasy-Malagasy pour la vérité et la réconciliation nationale pour ensuite entamer sur une base solide car garantie par un consensus national fort et souverain, le travail considérable qui l’attend pour redresser l’économie de ce pays.

Beaucoup essaieront de dissuader le Président RAJAONARIMAMPIANINA, comme ce fut le cas pour le Président RAVALOMANANA en 2002, comme ce fut le cas pour le pouvoir de transition ces cinq dernières années. Mais nous voyons sous nos yeux le résultat catastrophique de plus de dix ans de valse hésitations et de fuite en avant sur ce sujet. Aujourd’hui est venu le temps des actes de courage afin de nous inscrire définitivement dans le camp du progrès auquel le pays peut prétendre au regard de ses richesses naturelles et son potentiel humain.

Le Président RAJAONARIMAMPIANINA l’a compris et l’a fait savoir lors des différentes interventions qu’il a faites depuis son investiture. Et nous décidons aujourd’hui de le prendre, tout simplement au mot. Ce serait là le signe d’une grande présidence. Et ce serait là les actes d’un grand Président.

Hyacinthe BEFENO TODIMANANA
9 mars 2014

18 commentaires

Vos commentaires

  • 10 mars 2014 à 08:06 | valoha (#7124)

    Ny Filoha vaovao dia hita sy tsapa fa mbola voabaiko avy any ivelany @ lafiny maro. Misy asa hita fa tsy maintsy ho tanterahany mba hahamora ny fanatanterahana ny tanjon’ny mpanambola vahiny(fakana ny akora fototra mora hanodinana ireo indostria vaventiny, ny famoronana ady an-trano eo @ samy Malagasy, fampahantrana ny vahoaka, sns...) ! Isika Malagasy anefa no tompon’ny Tany sy ny Fitondrana, tsy an’olon-drery io raharaha goavana io ! Ka eo no mety hahamarina ny « faminanian » ’i Pastora Mailhol @ ny hitrangan’ny fiovana goavana atoato, alohan’ny Taom-baovao Malagasy, izay hifandroritana, tsy misy maritra hiraisana io daty io na ny 30 Martsa alina, na 26 Jolay 2014 ! Ary, vokatr’izany, araka ny fijery, dia tsy mety eto Gasikara ny hiverenan’ireo filoha teo aloha rehetra, na iza na iza, na ihany koa olon’izy ireo an-kolaka(toa izay mitranga @ izao eto amintsika) , eo @ ny Fitondrana sy Fitantanana indray ny Firenena Malagasy. Be ny diso, « faotana mahafaty » izay tokony ary hiandrasana fitsarana Malagasy marina mba hisian’ny fitoniana, lamina, rindra hahafahana mandroso am-pirahalahiana, mba hiverina ny rariny sy hitsiny eo @ fiaraha-monina sy ny psykolojia Malagasy ! Tsy hitondra filaminana eo @ ny samy Malagasy ny Fiverenan’ny fitondran’ ireny filoha ireny, izay nandalina ny fitiavan-tena, kolikoly, ny « culte d’individu », jadona, faniliana, fanavakavahana, tsy fampandrosoana mitovy ny Faritra, fangoronana, fanaovan-tsonia mangina fitrandrahana goavana, fanaparam-pahefana, fifidianana hosoka sy tsy mendrika ny Malagasy, fanabadoana ny zaza Malagasy, fampijaliana ny reny , fanolanana, vaky fasana, sns...tsy ho voatanisa ! Diso sy misy mahay mamadika ny hevitry ny teny Malagasy « Fihavanana », « Famelan-keloka », ary entina hakana ny fahefana izay tsy tokony sahanin’ny mpanao politika tsy mendrika sy mpanararaotra intsony. Fahefana nentin’izy ireo namoitra sy nangorona ny fananan’ny Malagasy tao anaty ranomaso, fijaliana, fahoriana izay nianjady sy mianjady taminy. Fahefana nentina hivarotra ny Tany sy ny harena, ati-doha ao aminy nomen-Janahary antsika rehetra, na avy aiza na avy aiza ! Ka adidy masina, andraikitra lehibe tokoa izany hoe Filohan’ny Repoblika izany, na Praiministra. Mila olona mahitsy, mendrika, marina, tia ny mangarahara, mifototra @ ny soatoavina sy ny kolon-tsaiana Malagasy ! Andraikitra sy anjaran-tsika namana eto @ Tambajotran’ny MT no manilo, manazava, mampita ny marina ny Malagasy tsy mba afaka miditra sy miady hevitra etoana noho ny fahasairanana, noho ny tsy mbola mahari-fomba ny teknolojia eto Gasikara, nohon’ ny fahalaviran’ny haino aman-jery, gazety, « journal » eo amin’ny tantsaha, mpanjono, mpanao asa-tanana, mpiasa madinika maro an’isa tompon’ity Nosy manja sy tokana eto an-tany ity !

    • 10 mars 2014 à 12:35 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à valoha

      Je suis très impressionné par la qualité de l’article de Mr BEFENO, le profondeur de son analyse fait de ce document est un outil precieux de gouvernance pour faire avancer le schimlblick !

      Mais je suis septique sur la capacité de l’Equipe de Presidence actuelle ,encore dans leur IVRESSE DE POUVOIR , à capitaliser ce produit de Mr Befeno !!

      Mais, mais, mais, je suis egalement surpris d’une certaine NAIVETE de Mr Befeno à parler d’une possibilité de GRANDE PRESIDENCE devant les multitudes d’indices que HERY etalent actuellement sur son INCAPACITE à gouverner !!!

      je trouve que parler actuellement d’un Paix durable et de grande presidence devant la SITUATION AMPLEMENT CHAOTIQUE,après seulement 2 mois de Presidence Hery, releve plutot du CYNISME !!

      C’est la saison de la chasse au STRAPOTIN actuellement à IAVOLOHA et tous les moyens sont bon ( un très bon article par exemple).TRES SOUVENT DES CADRES COTIERS peuvent se nourir ENCORE de l’espoir dans une REPUBLIQUE DE TRAHISON en mulitpliant actuellement des ridicules conferences de presse pour lecher energiquement LE KUL DE LA TRAHISON !!

      L’espoir fait vivre des IMBESHILES n’est-ce pas , JULES ETIENNE DE VOHIPENO en sait dejà quelque chose malgré ses 95 deputés !!

  • 10 mars 2014 à 09:04 | Eloim (#8244)

    Comme c’est confirmé que le schéma « ni...ni » soit adopté par tous les protagonistes quant à la nomination du PM. Pourtant tout est bloqué. La galère continue pour toute la population déjà abattue par la crise. On pose la question, maintenant : Que peut-on dire de l’intérêt supérieur de la nation, même si on ne parle pas de la difficulté accrue que vit la majorité du peuple malgache ? Est-ce-qu’il n’est pas temps de renouveler la classe politique malgache ? Nos politiciens ne méritent même pas appelés comme tels ? La politique est maintenant à vide de sens ! Dommage ! Selon l’adage :« very fanahy mbola velona » tout le monde. On est l’otage des politicards, qui ne visent que leurs intérêts personnels, malgré qu’ils ont échoué pendant cinq ans de règne, ayant comme résultat tel que 30% de plus de la population rejoignent les 60%, tombés dans la seuil de la pauvreté. Même le Président a évoqué tout récemment qu’il ne faut précipiter à la nomination du PM : Où en est-on l’intéressement sur le 20 millions de malgaches ? Matière à réflexion !

  • 10 mars 2014 à 09:25 | jansi (#6474)

    Je suis en phase avec ce post de MR Befeno qui sort de l’ordinaire de ce forum. Je me permets donc de reprendre quelques passages.

    Citations
    Depuis le 25 janvier 2014, Madagascar a officiellement un nouveau Président, RAJAONARIMAMPIANINA Hery, élu au suffrage universel direct. Depuis son discours d’investiture, le nouveau Président a réitéré à maintes reprises que son mandat serait placé sous le sceau de la réconciliation nationale et du redressement économique, en insistant particulièrement sur la question de la réconciliation nationale, élément central de sa politique qu’il a qualifié lui-même de « non négociable ".

    Seul le Président de la République, exerçant la plénitude des pouvoirs que lui confère la Constitution peut changer radicalement la donne. En effet, le Président de la République a été élu AU SuFFRAGE UNIVERSEL sur l’ensemble du territoire. "

    Commentaires
    Les députés doivent fussent ils au nombre de 147 doivent revenir a une certaine modestie a ce propos surtout lorsqu’on est par exemple élu a 15% dans un district de 60.000 habitants par 5000 électeurs. Et c’est la plupart des cas des députés admis a l’assemblée nationale.

    Citations
    Q
    "L’opinion publique, dans sa très grande majorité est favorable à ce que le Président prenne les mesures qu’il juge nécessaire.

    Le Président RAJAONARIMAMPIANINA l’a compris Et nous décidons aujourd’hui de le prendre, tout simplement au mot. "

    Fin de citations.

    J’ajouterai tout simplement que la concrétisation d’une démarche de réconciliation pourrait se traduire par la mise en place d’un tandem rassembleur HR comme président + JLR comme PM (53%+47%=100%).

    Ces deux personnages d’après transition sont les seuls a bien connaître les réalités et les maux des Malagasy pour avoir visite toutes les localités du pays et discute avec la population en direct pendant les deux tours de l’élection présidentielle. Soulignons bien pendant deux tours.

    Il s’agit d’un atout qu’aucun autre politicien n’a pas. Cet atout, il faut le mettre a la disposition de l’exécutif avec HR président et JLR premier ministre.

    • 10 mars 2014 à 10:50 | Razaka (#7817) répond à jansi

      Bonjour Jansi
      Je vous suis Jansi, Pourquoi ?
      Arrivé à un tel niveau de blocage, votre démonstration tient debout à mon sens.
      Je pense même que c’est une forme de réconciliation non négligeable.
      Je crois qu’une fois mise en oeuvre, cette option risque de porter rapidement ses fruits. Derrière, le Peuple ne pourra que l’approuver.
      Et ce sera un très grand geste de réconciliation. Cela ne peut que réconcilier aussi le Peuple pour développer le Pays. Ce Peuple retrouvera un peu plus de dignité pour adopter le sursaut au développement, mais vers une décentralisation effective pour que personne ne soit laissée pour compte (comme le Président l’avait déjà dit)
      Car la révolution du développement doit venir du Peuple, des Régions, des Fokotany. Mais il faut leur donner les moyens pour une liberté d’initiative par l’encadrement des Associations et bien évidemment appuyé par l’Etat. Leurs particularités sont ignorés du Pouvoir politique aveuglé de cupidité et d’égoïsme.
      Mais je pense que cela mérite réflexion, après tout ce Blocage totalement stérile pour le Peuple. Je pense aussi que c’est préférable que de dissoudre l’Assemblée Nationale, car politiquement, cela ne peut pas être pire.

      Merci Jansi.
      Have a great day

  • 10 mars 2014 à 11:16 | Isambilo (#4541)

    J’apprécie aussi cet article, mais j’aurais souhaité qu’il précise certains points.
    L’illisibilité idéologique est propre aux pays neufs en matière de démocratie. Désolé de revenir loin dans le passé mais c’est pour avoir une vue globale. Le premier homme politique à avoir eu une vision globale et un objectif clair a été Andriamasinavalona qui voulait que les limites de sa rizière soit la mer. Le second fut Radama qui avait deux objectifs. Le premier était d’unifier toute l’île sous son pouvoir. Le second était de tirer partie des missionnaires chrétiens pour former des techniciens (la religion était pour lui en jeu pour les enfants comme l’a rappelé Raombana). Le troisième fut Ralaimongo qui voulait prendre la puissance coloniale au mot revendiquant la nationalité française pour tous les habitants de l’île. Puis ce fut la période petite bourgeoise avec Ratsiraka en leader : il s’agissait d’établir le socialisme sans vraiment connaître le sujet (en faisant l’impasse sur Staline, les horreurs de la révolution culturelle de Mao, la stupidité des expériences nord-coréennes et d’Enver Hodja). et depuis, plus rien. Nos n’avons que des bricoleurs politiques soucieux de leurs portefeuilles. On ne peut constituer une doctrine politique (quelque soit sa valeur et sa faisabilité) sans s’instruire, réfléchir et échanger. Il n’y a aucun lieu pour cela à Dago. Nous ne sommes même pas capables de constituer un groupe de réflexion. Et quand on voit le niveau de conscience politique de certains sur ce forum je comprends que beaucoup préfèrent s’occuper ailleurs.
    Le thème d’une réconciliation nationale revient en permanence mais personne n’est en mesure d’identifier ceux qu’il faut réconcilier ni les sujets de désaccord. Et effectivement, il faudrait commencer par avoir une même lecture de l’histoire, ou au moins des lectures conciliables. La présence permanente du thème du déséquilibre régional traduit les différences de lecture. Tant que la majorité n’a pas compris que ce sont les Merina qui ont été les premières victimes de la politique de Tananarive à partir de 1828 (la plupart des personnes qui ont été vendues pour la traite venaient des Hautes Terres. Ce sont les Merina qui ont été déplacés en province pour les « toby » servant à extorquer des biens à la population) jusqu’à l’abolition de l’esclavage par le pouvoir colonial (Ranavalona II n’ a pas pu appliquer l’abolition qu’elle avait décrété). Tant qu’on admettra pas que ce sont les petits royaumes des deux côtes qui tiraient partie de la traite des esclaves. Tant que etc, etc. Il n’y aura pas de consensus pour définir une politique nationale admise par la majorité.

    • 10 mars 2014 à 12:39 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Isambilo

      ’Mème lecture de l’histoire

      Illisibilité idéologique

      Isambilo

      Le 29 Mars ,c’est dans trois semaines .. que proposez vous ??

    • 10 mars 2014 à 15:54 | Razaka (#7817) répond à Isambilo

      Bonjour Isambilo.

      Bravo Isambilo pour votre Courage de dire la vérité, surtout celle de notre Histoire.
      L’Histoire est un des outils capable de clarifier le présent, me semble-t-il !
      Pour moi, la réconciliation, c’est aussi celle du Peuple avec son Histoire.
      Vous savez Isambilo, ce que vous dites est presque un Tabou par rapport à l’air du temps.
      Et pourtant l’Histoire est plus qu’importante :
      # pour prendre le meilleur chemin de sortie des maux du Pays.
      # pour déterminer les vrais problèmes et ne plus commettre les mêmes erreurs.
      # pour faire les bons choix en matière de refondations structurelles.

      Si j’avais répondu à Jansi plus haut, c’est que je manifeste aussi mon ras le bol de ce qui se passe actuellement. Ce qu’il dit Jansi, c’est peut-être une solution palliative, mais il faudrait bien sortir de cette me .. de, d’abord le plus rapidement possible.
      Car la vraie reconstruction de notre Pays nécessite plus de Réflexions comme vous le dites.
      Il nous faudra donc encore un peu de temps pour partir du bon pied.

      Si vous m’aviez lu la semaine dernière, c’est que nous n’avions aucun Parti Politique suffisamment fort et crédible dans sa fondation. Et je disais que cela est une affaire du Leadership de Situation capable de rassembler diverses idées qui convergent vers un Objectif crédible pour la Nation.
      Pour fonder aussi une Vraie Opposition créative avec des idées novatrices.
      Cela ne pourra que garantir la stabilité politique, quel que soit l’alternance issue d’une élection.
      Car la Bataille électorale deviendrait plus intelligente et noble.
      Mais il faudrait modifier certaines Règles, pourquoi pas la Constitution pour la prochaine fois ?
      Je suis partisan pour un Seul Chef de l’Exécutif. Peu importe, on peut l’appeler Président OU Premier Ministre. Il sera élu par une majorité parlementaire. Je laisse les Experts Juristes pour en préciser toutes les modalités constitutionnelles. Dans ce cas, l’existence d’une vraie Autorité Morale et Juridique serait utile, pour éviter ou encore mieux, anticiper les Conflits et les Crises.
      L’enjeu électoral deviendrait autre, il sera plus direct.
      Constitutionnellement, il n’y aura plus d’intermédiaire entre 1er Ministre et Président.
      Le ou la Chef de l’Exécutif appliquera sa Politique de façon décomplexée car le programme aurait été bien élaboré au préalable. ? Plus de place pour les bricoleurs et ce multitude de Partis.

      Merci pour votre courageuse franchise.

    • 10 mars 2014 à 17:23 | Isambilo (#4541) répond à Rakotoasitera Fidy

      Au hasard : un défilé des descendants du Padesm sur l’avenue de l’indépendance. Genre Zafimahova, Marson,Rasoharaona d’Ambatondrazaka, sous la surveillance des descendants des frères Ravahatra !
      Plus sérieusement : arrêter de se focaliser sur Moramanga et son wagon et faire parler les mémoires de la répression à Diego et sur la côte Sud-Est dont Ikongo (Beaujard avait noté que dans les années 70 le clivage continuait à être très fort entre les anciens partisans des colons et les sympathisans mdrm).

    • 10 mars 2014 à 17:29 | Isambilo (#4541) répond à Razaka

      Votre « l’existence d’une vraie Autorité Morale et Juridique serait utile » me fait un peu peur, ça frise la monarchie ou je me trompe ? On ne peut pas fusionner en une même personne cette autorité morale et le chef de l’exécutif qui ne peut être que partisan de sa politique. Je reconnais que c’est compliqué mais ça n’empêche pas de réfléchir et d’échanger.

    • 10 mars 2014 à 18:57 | Razaka (#7817) répond à Isambilo

      Je n’ai pas développé Isambilo mais, cette Autorité morale ne pourrait pas emmener à la monarchie (je ne pense pas).
      Car elle pourrait être composée de 13 personne (Experts Juristes de préférence), dont chaque Province sera représentée par 2 personnes localement élues (modalité d’élection à voir), plus une 13ème personnes désignée par le Chef de l’Exécutif.
      Cette Autorité Morale et Politique (on peut l’appeler comme on veut) en tant que rempart pour veiller au respect de la Constitution, contrôle donc aussi tout l’Exécutif. Au contraire cela représente un élargissement démocratique dans son rôle et elle pourrait même correspondre à mon sens à notre société multiculturelle.
      Ma proposition vise surtout à n’avoir qu’un Seul Chef de l’Exécutif avec un nombre restreint de Ministres. Pour éliminer toute distorsion quant à la mise en œuvre réelle de la politique gouvernementale sur le terrain.
      Cette similitude de gouvernance est utilisée par les nouvelles Firmes très efficaces qui veulent aller très vite entre : Axes de développement décidés et Mises en œuvre physique sur le terrain.
      Mais bon comme vous dites, c’est une discussion avant tout et comme tout échange pour s’apprendre mutuellement.
      Je n’ai pas la science infuse ! J’ai encore beaucoup pas apprendre, je suis jeune encore Isambilo (malgré les études que j’ai faites).

      Have a great week

    • 10 mars 2014 à 18:59 | Razaka (#7817) répond à Razaka

      Rectif === J’ai encore beaucoup à apprendre ===

  • 10 mars 2014 à 15:20 | mpitily (#1212)

    Manifestement, l’auteur a embelli son article pour nous induire en erreur. Rappelons donc les anomalies et fautes suivantes imputables au HVM :

    1/ « Depuis son discours d’investiture,... » eh oui ! HR n’avait basé sa campagne sur aucun programme mais il a simplement surfé sur la vague de la révolution orange et dépensé sans compter l’argent de ses sponsors tous acquis à la cause de la HAT. Demandez-lui, qui lui a alloué ces jets privés et ces hélicos qu’il utilisait ? Ce programme monté de tte pièce et à la va-vite au lendemain de sa victoire n’est qu’un prétexte pour s’affranchir de sa parole donnée à ANR et à ses sponsors.

    2/ « son mandat serait placé sous le sceau de la réconciliation nationale... » la réconciliation nationale n’est pas un programme présidentiel. Même en Af Sud, Mandela ne la mentionnait pas dans le sien. Pendant 4 ans, HR n’en avait cure et répétait à l’envi comme ses compères de la HAT que Mada n’était pas en guère et n’avait donc pas besoin de réconciliation nationale. Donc, ce revirement soudain « après son élection » peut-il être considéré comme sérieux ? non ! pur prétexte.

    3/ tout ce que l’auteur reproche à notre classe politique s’applique également et surtout à HR mais pas uniquement aux autres ! HR et ses mauvais conseillers se sont mis seuls dans le pétrin où ils se trouvent actuellement (main’ny afo natsangany) et comptent sur des ruses à la Ratsirahonana pour s’en sortir au lieu d’appliquer à la lettre la constitution.

    4/ Si HR ne faisait pas partie de la HAT et s’il était un véritable TSZRRR et s’il avait basé sa campagne électorale sur « le renouveau » de la classe politique, il aurait été crédible actuellement. Ses nouveaux alliés post-électoraux (taitra tampoka) ne le qualifiaient-ils pas de Fery Tranainy il y a seulement3 mois de cela ? Et alors ? c du blanchiment manara-penitra ou mora ?

    5/ Aucun des candidats à la présidentielle n’avait promis la réconciliation nationale, ce qui n’avait pas empêché leurs supporters respectifs de les applaudir. Pourquoi donc, soudainement, ces mm supporters de JLR, Hajo boboka, Maitso, HI, etc., nouvellement alliés au HVM trouvent subitement ce sujet primordial et incontournable ? N’importe quoi ! c juste pour profiter du pouvoir avec HVM.

    • 10 mars 2014 à 15:36 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à mpitily

      Rien d’etonnant Mpitily !

      La saison de la chasse au RIDIKUL STRAPOTIN vient de s’ouvrir à Iavoloha et tout les moyens sont bon , lecher enrgiquement Hery en fait partie !!!

      Nous les COTIERS en sont les specialistes de la leche et de la chasse :

      Toutes les assoications cotieres residents à Tana :du grand Sakalava au grand Sud-Est en passant par le triangle du Nord et la pentagone du Sud ont dejà NAIVEMENT exprimé UNE LECHE ENERGIQUE A HERY en esperant encore que la REPUBLIQUE DE TRAHISON puisse leurs faire quelques choses , mais jusqu’ici QUE DALLE !!!

      BEFENO ici ne fait qu’abonder dans cet exercice de la LECHE et de quelque NAIVETE !!!

      Les foza ou le gidro/singe ne sont bon qu’à frire ou à faire bouillir à grande eau disait Robinson qui lui au moins a le merite de n’etre pas trop Hypocrite , il disait ce qu’il pensait comme..... PROGRAMME !!

  • 10 mars 2014 à 17:00 | jansi (#6474)

    La réconciliation nationale doit être un véritable programme et non une simple réunion des protagonistes autour d’une table ronde .
    La réconciliation est en réalité le retour de la fierté des Malgaches en leur Nation et l’instauration de la confiance des Malgaches en eux mêmes.

    C’est donc un véritable et vaste programme qui doit se traduire par des actions du gouvernement vers la réduction de l’inégalité des territoires, vers le développement régional, vers la décentralisation des pouvoirs.
    C’est ce genre d’actions qui fera prendre conscience aux députés que pour se faire réélire en 2018, il doit arriver a convaincre le gouvernement a travailler pour le développement des régions, de leurs régions . Les députés ne gagneront rien a se faire payer quelques milliers ou millions d’ariary pour choisir leur camp. Les députés doivent plutôt voir quelle politique veut conduire le gouvernement avant de choisir le camp de la politique de développement de toutes les régions.

    • 10 mars 2014 à 17:25 | mpitily (#1212) répond à jansi

      C nouveau ça Jansi. Même votre papa Ranjeva n’y pensait pas dans son programme, n’est-ce pas ?

      Ce sont nos politicards qui se chamaillent mais pas les malgaches, donc réconciliation nationale mon œil !

      Il suffit de les mettre dans un mm panier et ils se réconcilient d’eux-même, cf Ratsiraka et Ravalomanana en 2009 ! Avait-on besoin d’une réconciliation nationale pour les réconcilier ? Jamais.

      Maintenant HR fait les yeux doux à la MMR, au MMM, au HI, ... et déjà voilà que les MR, JLR, Hajo, Pierrot, Vital, et mm Rolland Ratsiraka sont presque devenus de bons amis de HR alors que trois mois plutôt ces gens se querellaient comme des chiffonniers.

      Pourtant Dieu sait qu’ils ne s’aiment point mais sont uniquement motivés par l’amour du pouvoir et du gain qui s’y rattache. Gasy mody mihavana ireo, mpinamanamana fa tsy tena mpinamana.

      Laissez la démocratie suivre son cours pardi, les vainqueurs au pouvoir et les vaincus dans l’opposition, la démocratie a besoin d’une opposition, mais pas d’une association de politicards mpiara-misaosy à la tête du pays.

    • 10 mars 2014 à 17:33 | Isambilo (#4541) répond à mpitily

      Il est difficile de s’opposer à ses relations d’affaires et de famille. Parce que c’est aussi de ça qu’il s’agit.Les réseaux s’entremêlent et il y a finalement une solidarité de classe dans tout cela. Les parlementaires ne servent que pour faire diversion.

    • 10 mars 2014 à 18:09 | jansi (#6474) répond à mpitily

      Pas d’accord avec vous, mais libre a vous de penser que mada appartient aux seuls hommes politiques.
      Bon courage

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 152