Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 27 mai 2017
Antananarivo | 04h27
 

Société

Affaire Antsakabary

Monseigneur Rosario Vella : « vaincre le mal par le bien »

jeudi 11 mai | Bill

Les religieux catholiques continuent de se pencher sur les malheurs des populations pauvres et sans voix. Monseigneur Rosario Vella, évêque du diocèse d’Ambanja, était allé près de trois mois après les événements jusqu’à la commune rurale d’Antsakabary, à pied faute de route praticable, pour s’enquérir de la situation des habitants victimes des incendies volontaires survenus après une mission de rétablissement de l’ordre public des éléments des forces de l’ordre. Le dossier incendie d’Antsakabary est en cours d’instruction selon les plus hautes autorités de Madagascar.

Sur les ondes de la radio Don Bosco, le prélat témoigne de sa commisération devant le spectacle de désolation qui s’offre à lui et à ses fidèles accompagnateurs à leur arrivée à la commune rurale d’Antsakabary.

Témoignage émouvant lors de « bonnes actions »

Ici une famille en pleurs, hagarde et totalement démunie se lamente sur ce qui reste de leurs biens, fruits de plusieurs années de labeurs et de sacrifices. Là, un autre individu se recroqueville sur les débris de la maison qu’il a réussi à construire avec beaucoup de difficultés et qui est réduite en cendre en un rien de temps. A côté, une personne âgée se morfond sur toute sa vie passée dans cette maison dévastée par les feux alors qu’elle y a passé toute son enfance jusqu’à sa vieillesse actuelle, ses souvenirs et tous les événements qu’elle a vécu et les ressentis enfouis dans ce qui n’est plus que ombre et fantôme. Un peu plus loin, un autre individu montre la maison de son enfance ou ce qui en reste et où sa mère malvoyante a succombé aux flammes lors de ce malheureux incendie.

L’évêque a également visité ce qui reste des établissements scolaires (EPP, CEG et lycée) et appelle tout un chacun à un examen de conscience, tout particulièrement sur le devenir de cette population dans le désarroi et l’éducation des enfants et des générations futures. Tout en offrant ce que l’évêché et le diocèse ont pu apporter en main propre, Mgr Rosario Vella a fait part des besoins immédiats et cruciaux des habitants de la commune rurale : riz, semences et autres produits alimentaires. L’évêque du diocèse d’Ambanja note qu’en matière de santé, le dispensaire catholique offre gratuitement des soins et traitements. La communauté catholique a également distribué gratuitement des effets scolaires (cahiers, stylos, ardoises, crayons…) ; cinq villages verront chacun leur puits réhabilité pour un accès des habitants à l’eau potable.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 11 mai à 09:09 | Babah (#9347)

    Il ne manquait plus que le symbole du prêtre vazaha pour finir ce tableau d’acculturation, idôlatrie et habadoana généralisée des Malgaches comme Singe-ô( depuis l’émigration canadienne de dadabe, il est perdu et commence à parler comme un Bérurier des années 60 !) ou comme les Isandra, Betoko, Punchline ... et des immigrés genre Vatomena et Jipo, Bekamisy et Diégo étant des cas spéciaux du fait de leur allergie génétique pour les malama ( le singe-ô ayant la même maladie honteuse mais dans le sens inverse et tente de cacher son atavisme sous le couvert d’un pseudo-fédéralisme-vrai-démembrement-régional) :

    je me demande à quoi d’autres vous passez la journée, à part se masturber ici et s’illusionner refaire l’histoire ...

    Commencer à vivre sa propre petite histoire individuelle et améliorer son propre quotidien, c’est par exemple pouvoir se passer de blablater inutilement tous les jours et durant des heures sur ce forum.

    Tous à plaindre, reveillez-vous !

    • 11 mai à 09:55 | spliff (#5871) répond à Babah

      Bjr Babah,

      L’Église Catholique agit sans aucun doute et en partie dans le prolongement du rôle politique relevant de son essence même, rôle qu’elle s’est appliquée à tenir tout au long de l’histoire. Rien de nouveau donc sur ce front. Il me semble inutile de s’y appesantir...

      Je suppose qu’il il ne tient qu’à nous - et notre Administration - de faire le boulot si nous souhaitons nous payer le luxe de l’orgueil.

      En même temps, bien loin des ors de la Capitale, les victimes traumatisées et démunies, n’ont pu que tirer bénéfice d’un soulagement au moins matériel.

  • 11 mai à 11:03 | kartell (#8302)

    Bonjour,

    La misère serait telle qu’elle devienne un enjeu religieux tout azimut ?
    Les tenanciers de l’idéologie traditionnelle ( catho et parpaillot ) seraient-ils dépassés par les nouveaux « prosélitistes »qui arpentent nos campagnes déshéritées et une brousse délaissée ?….
    Le terrain de la « solidarité » serait-il devenu le nouvel enjeu des influences religieuses ?….
    Essayer de prendre le train en marche sera-t-il payant, alors, que d’autres sont montés, depuis bien longtemps, dans les wagons étrangement vides !….
    Il est devenu évident que la place de la religion a pris une accélération notoire depuis plusieurs années, temps illusoire où notre PDG de Madagasikara avait entrouvert son pays à de nouveaux conquérants des consciences perdues de la brousse !…
    Aujourd’hui, la prise de conscience des notabilités religieuses semble être devenue une réalité devant la détérioration d’un quotidien qui accélère la pauvreté et les inégalités mais on est en droit à se demander si ce intérêt prononcé pour cette misère ambiante ne serait pas motivé, aussi, par d’autres considérations moins œcuméniques !….
    Car, à force d’avoir voulu jouer sur tous les registres du quotidien et surtout le volet politique, cette église n’est-elle pas en train de perdre de son influence hégémonique et surtout dans celle où elle avait toujours excellé : l’humanitaire ?….
    En tentant de se recentrer sur sa vocation naturelle, l’église et ses responsables espèrent ainsi regagner une crédibilité populaire, perdue de son aura au fil des dérives, constatées depuis un certain temps….
    Le temps de la reconquête a sonné, et en mettant la main à la pâte, les dignitaires religieux montrent, ainsi, l’importance de cette opération séduction auprès d’une population soumise à celle d’autres obédiences qui gagnent un terrain et une influence considérables ….

  • 12 mai à 12:28 | Saint-Jo (#8511)

    Ah ! Cet article-ci m’a échappé ! Je ne passe pas tout mon temps sur le forum !

    Et le babah koto qui « ne vaut même pas la moitié de sa femme » en a profité pour encore exhiber son racisme anti « non Gasy de corps » .

    Et une fois de plus encore , c’est un Vazaha qui va au-devant de malheureux natifs de cette île !
    Les Gasy membres des autorités au pouvoir , eux , trônent tranquillement au siège du pouvoir central , à Antananarivo !

    Cet évêque n’est peut-être pas gasy physiquement !
    Mais est-ce qu’être natif de l’île peut se deviner aux apparences physiques ?

    Et est-ce que ce babah koto qui « ne vaut même pas la moitié de sa femme » serait capable de
    comprendre que cet évêque a sans aucun doute un cœur plus humain
    que celui du babah koto , déjà affreusement noirci par la haine et la jalousie ?
    Comprendre ? Vous avez dit comprendre ?
    Impossible !
    babah koto qui « ne vaut même pas la moitié de sa femme » ne peut rien comprendre !

    Ce babah koto avait beau suivre des enseignements sup’ ,
    mais cela ne l’empêche pas d’être bête ,
    au point d’avoir obtenu son surnom totalement mérité de
    « ne vaut même pas la moitié de sa femme » !

    C’est que , malgré tous les progrès accomplis ces dernières décennies ,
    il n’est pas encore possible de greffer une cervelle à ceux qui en sont dépourvus .

    La preuve ?
    a) Malgré cet exemple relaté dans cet article de presse ,
    le babah koto qui « ne vaut même pas la moitié de sa femme »
    ne s’est même pas aperçu que cet évêque venait de la région de Nord , et non d’Antananarivo .
    b) Par association d’idées (ce babah koto n’en est pas capable , bien sûr) ,
    les représentants d’un état local membre d’une fédération
    seraient déjà venus depuis longtemps déjà porter assistance et consolation
    aux victimes locales des forces de répression contrôlées par cet état centralisé en vigueur , et dont les membres n’ont pas bougé d’un pouce depuis le sinistre .

  • 12 mai à 15:42 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    - Qu’as-tu fait de ton frère ?

    « L’évêque a également visité ce qui reste des établissements scolaires (EPP, CEG et lycée) et appelle tout un chacun à un examen de conscience, tout particulièrement sur le devenir de cette population dans le désarroi et l’éducation des enfants et des générations futures. »

    - Au delà des émotions, Que faire ?

    Mgr Rosario Vella a fait part des besoins immédiats et cruciaux des habitants de la commune rurale : riz, semences et autres produits alimentaires.

    - L’adresse des collectes est-elle toujours au Bucas Antanimena ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 74