Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 25 avril 2018
Antananarivo | 01h27
 

Société

Enseignement supérieur

Le SECES Antananarivo prend les étudiants en otage

vendredi 12 janvier | Ny Aina Rahaga

Dans le but de mettre la pression sur le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le SECES ou Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de la section d’Antananarivo a décidé de prendre les étudiants d’Ankatso en otage. Pour rappel, le SECES section Antananarivo réclamait les indemnités de recherche des retraités en service mais également le maintien de l’obligation de service de 125 heures par an, à commencer par le retrait des heures complémentaires de l’année 2015-2016. Aussi avait-il déjà menacé au mois de décembre dernier d’entamer une grève si le ministère de tutelle n’accédait pas à cette demande.

Actuellement, après de nouvelles discussions avec le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Monique Rasoazananera, le SECES s’est de nouveau dit insatisfait étant donné que la réponse du ministère consistait à continuer les discussions entre les deux parties. Face à cela, le SECES Antananarivo a déclaré que leur grève allait continuer et prendre en intensité. Mais aussi et surtout que les enseignants procèderait au gel des notes malgré la tenue des examens. Tout en sachant que les résultats pour l’année universitaire 2016-2017 est censé se terminer ce mois de janvier et que la reprise devrait se faire en mars prochain. Les membres du SECES Antananarivo ont donc clairement décidé de prendre en otage les étudiants dans un conflit qui ne les concerne pas. Car si l’on en croit la déclaration du SECES Antananarivo, aucun résultat ne sera publié par les enseignants tant que le ministère ne donne pas de réponse favorable et qui leur convienne.

Le SECES Antananarivo a lancé un appel à l’endroit des autres branches du SECES ainsi qu’au SECES national afin que ces derniers rallient leur cause. Toutefois, il parait peu probable que ces derniers suivent le ton donné par la section Antananarivo. En effet, un premier appel avait déjà été lancé par le SECES Antananarivo au mois de décembre dernier sans que le SECES national ni les autres sections n’aient réagi.

48 commentaires

Vos commentaires

  • 12 janvier à 10:20 | Vohitra (#7654)

    « ...indemnités de recherche des retraités en service... ».

    C’es un peu difficile à comprendre comme revendication !!!

    • 12 janvier à 10:59 | Mihaino (#1437) répond à Vohitra

      Bonjour Vohitra ,
      Il existe des enseignants-chercheurs , chercheurs-enseignants qui sont à la retraite mais qui continuent leurs recherches au sein de l’Université . Ils sont également au service des doctorants qui préparent leurs thèses de doctorat et ils peuvent être nommés membres de Jury de la soutenance publique .

      Quant au gel des résultats , il appartient au Ministère de l’enseignement supérieur ,au Ministère des finances , à tous les enseignants et à leur syndicat de prendre leur responsabilité pour une solution rapide afin de ne prendre les étudiants comme otage .

      Si jamais , le dialogue s’éternise et que les promesses ne sont pas tenues comme à l’accoutumée , je crains fort que le mouvement s’intensifie avec des conséquences imprévisibles et néfastes pour la formation de nos jeunes et probablement pour le Pays tout entier !!

      Enfin , qui bloque qui , qui bloque quoi dans cette histoire ????

    • 12 janvier à 11:21 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Bonjour Mihaino,

      Ce qui m’inquiète un peu, c’est que la plupart de ces enseignant-chercheurs retraités dispensent aussi des cours auprès de nombreux instituts et universités privés, et là ils vaquent toujours à leurs occupations, pénalisant ainsi les étudiants au sein de l’Université d’Antananarivo.

      D’autant plus que les résultats et autres applications pratiques issues de ces recherches ne sont que peu visibles aux yeux du public, peut-être due à un déficit conséquent de communication

    • 12 janvier à 14:46 | Mihaino (#1437) répond à Vohitra

      Il est vrai que des Professeurs retraités ou non dispensent des cours dans des Universités ou Instituts privés pour arrondir leurs fins de mois . Vu le niveau des salaires actuels des enseignants -chercheurs d’une part, et d’autre part le coût élevé de la vie, les jeunes diplômés préfèrent travailler ailleurs ou dans les privés et la relève est loin d’être assurée à mon avis . Un problème se pose : le nombre des étudiants augmente chaque année alors que le nombre des enseignants diminue tous les ans !!

      Quant à l’application pratique des recherches effectuées , permettez-moi juste de vous donner un exemple : la Direction des recherches au sein du Ministère de l’enseignement supérieur vient de déclarer hier lors d’une conférence que de nouvelles variétés de riz , de légumes , et bien d’autres ont été trouvées par nos chercheurs pour améliorer le rendement de ces produits sur nos terres même dans le sud aride . La sensibilisation de nos paysans pour adopter les nouvelles cultures doit être la priorité de tous les responsables et là je vous rejoins parfaitement Vohitra que la mauvaise communication reste le grand handicap de nos gouvernants !!

    • 12 janvier à 18:05 | Turping (#1235) répond à Vohitra

      Mihaino bjr,
      - On se pose la question si l’état malgache a t-il réellement de budget adéquat consacré pour les dépenses de recherches et développement ?!
      - Si tel est le cas, quel pourcentage représente t-il par rapport au PIB ?
      - Apparemment, le rôle exercé par le SECES n’est pas assuré par l’état, nous démontrant cette échauffourée perpétuelle où les misères ne font qu’accroître dans un pays où l’industrialisation ne faisant pas partie du développement !

    • 12 janvier à 21:30 | Mihaino (#1437) répond à Vohitra

      Salut Turping ,
      Vous avez bien posé les problèmes et je doute que l’Etat s’intéresse aux attentes de nos chercheurs et de nos étudiants ! Pourtant , la plupart de nos Responsables et membres de HVM étaient membres du SECES auparavant et connaissaient parfaitement toutes ces revendications !!

    • 13 janvier à 14:17 | che taranaka (#99) répond à Vohitra

      AKORY LAHALY

      MDR....reste que l’EDUCATION et la SANTE sont les parents pauvres de tous les régimes...et dans l’armée...les ZENERAUX et autres KOLONELY sont nettement mieux lotis.....alller savoir pourquoi...?

    • 13 janvier à 14:29 | Mihaino (#1437) répond à Vohitra

      Bien vu et bien dit Che Taranaka . Merci

    • 13 janvier à 17:05 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Che Taranaka,

      Cette revendication des enseignants de l’Université est la conséquence d’une frustration, je dirais tout à fait légitime.

      A comparer avec le niveau mensuel des salaires et indemnités perçus par les membres du bureau permanent des deux chambres du parlement, les enseignant chercheurs se sentent lésé et ressentent de ce fait une manque de considération à leurs égards, se traduisant parfois pour les uns à une démotivation certaine ou pour les autres à s’engager dans des actes et attitudes pouvant porter préjudice à leur mission de formation de nouvelle génération de futurs responsables du développement socio-économique de ce pays.

      Dans les années 60 et début 70, la plupart des hauts responsables, que ce soit dans les domaines techniques ou politiques, de ce pays étaient issus du Lycée Galliéni et plus tard de l’Université Charles de Gaule baptisée par la suite Université d’Antananarivo, à cette époque, il n’y a jamais eu de grève motivée par des revendications salariales des enseignants, il n’y a que les étudiants qui faisaient la grève soit du fait d’une manipulation politique soit qu’ils étaient animés par un désir de prise de responsabilité face à des inégalités qui commençaient à se creuser au niveau de la population.

      La grève des enseignants des années 70 était motivée par des soucis d’ordre politique, l’université ayant été devenu le bastion de deux partis politiques à tendance maoiste et marxiste prolétarien à l’époque, et la révolution nationale démocratique de 1975 véhiculée par le capitaine de frégate et l’AREMA, était devenu un terreau fertile pour les confrontations d’idée entre intellectuels de tous bords, ceux qui n’étaient pas révolutionnaires devaient soit garder le silence soit croupir à Antanimora soit s’expatrier sous d’autres cieux, les enseignants camarades n’avaient qu’à intégrer le front national pour la défense de la révolution.

      Ce qui est essentiel de remarquer, c’est que plus le niveau intellectuel des politiciens Malagasy s’améliore, moins le niveau de l’éducation se développe dans le pays, du primaire à l’université. Et cela que ce soit en terme de conditions de travail soit au niveau des motivations soit sur le plan des infrastructures.

      Et que plus les militaires s’immiscent dans la vie politique, plus les secteurs sociaux du pays se dégradent.

      Et que plus de nombreux intellectuels s’improvisent du jour au lendemain des politiciens chevronnés, plus les pratiques politiques se dégradent et se ramènent toujours à la quête d’intérêts particuliers aux dépens de ceux de la collectivité.

      Et que plus les politiciens sont issus du milieu des intellectuels et s’affichent volontiers comme des démocrates, plus les inégalités sociales se creusent et se démocratisent et plus le pays croule sous les dettes.

      Et de nous ramener à nous poser la question, est-ce que les rôles et missions de l’éducation sont vraiment compris et solidairement partagés à Madagascar ?

    • 13 janvier à 19:19 | Mihaino (#1437) répond à Vohitra

      Re-bonjour Vohitra ,
      Je partage entièrement votre commentaire ci-dessus .
      Dans les années 70 , tous les Professeurs coopérants et nationaux avaient leur propre voiture et personne n’a pris le bus 21 pour aller à Ankatso .
      Depuis plusieurs années , la plupart se bousculent avec leurs étudiants dans les taxi-bé pour rejoindre l’Université !!

  • 12 janvier à 10:24 | Olivier (#10128)

    l’avenir de ces étudiants en particulier que vous prenez en otage, en plus ce ne sont pas eux qui doivent payer vos indemnités.

  • 12 janvier à 10:29 | Isambilo (#4541)

    Et voilà encore le cliché réactionnaire des journaleux français. Quand on fait grève c’est d’abord contre le patron qui perd ses sous quand les salariés ne produisent pas. Et ce sont les clients du patron qui en subissent les conséquences. Les grévistes ne prennent pas en otages les clients qui peuvent se retourner contre le patron.
    Dans le cas présent, les étudiants peuvent se retourner contre ceux qui sont à l’origine de cette grève : les ministres.

  • 12 janvier à 10:33 | njarasoa (#10017)

    pourquoi les étudiants sont toujours les victimes de leurs revendications !? alors qu’ils n’arrivent même pas à percevoir régulièrement leurs bourses d’étude !soyez compréhensifs Mesdames et Messieurs les chercheurs ! c’est l’État en est le responsable pas eux

  • 12 janvier à 12:59 | Isandra (#7070)

    Rahaga ne comprend toujours pas que c’est toujours comme ça avec la grève, il y a toujours une partie de la population qui paie,...est prise en otage,...et quelque soit le pays, que ce soit avancé en matière de la démocratie ou pas,...

    Par ex, chez Maman, les syndicats SNCF font payer les usagers presque à toutes les semaines et que les pilotes font payer les vacanciers presque à toutes les périodes de vacances....

    Si un gouvernement est responsable, il doit faire tout pour résoudre le problème le plus vite possible,...et la prise en otages ne soit pas longue,...

    • 12 janvier à 13:11 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à Isandra

      Isandra,
      Vous rendez vous compte que vous êtes hors sujet .
      Voyez vous on ne compare pas une démocratie avancée,aussi imparfaite soit -elle,avec un pays ou même l’essentiel (nourriture ,hygiène ) n’est pas assuré !
      Le petits tracas de la sncf ne sont rien face a ce qu’endure le peuple Malgache sous administré par une bande de profiteurs immoraux !
      L’essentiel et que les gens puissent se nourrir de façon équilibrée ,qu’ils puissent se soigner normalement,élevés instruire et éduqués leurs enfants dans la dignité .
      Ce minimum est-il atteint en ce pays ,non assurément,donc fermez votre bouche hypocrite et corrompue

    • 12 janvier à 13:38 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      ALI,...

      Donc, si je comprend bien votre raisonnement, nous ne devrions plus parler de la démocratie, des libertés,...car, c’est l’affaire de pays développés, elles ne nous concernent pas, mais, nous devons nous occuper uniquement des nourritures pour les pauvres, et devons nous taire, quels que soient les abus de nos dirigeants,...

      Alors là, vous avez même mentalité que TRUMP qui traite l’Afrique de pays de mer.de,...

    • 12 janvier à 13:58 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à Isandra

      "Donc, si je comprend bien votre raisonnement, nous ne devrions plus parler de la démocratie, des libertés,...car, c’est l’affaire de pays développés, elles ne nous concernent pas, mais, nous devons nous occuper uniquement des nourritures pour les pauvres, et devons nous taire, quels que soient les abus de nos dirigeants,...

      Alors là, vous avez même mentalité que TRUMP qui traite l’Afrique de pays de mer.de,..."

      Mais chére Isandra,je ne parles pas de L’afrique ou à L’Afrique
      Je m’adresse à vous et à vos frères et soeur de la caste dirigeante qui ont mis ce pays,ce peuple plus bas que terre !
      Donc seulement à quelques milliers de personnes qui ont l’habitude de banaliser les situations inimaginables de ce pays en les comparant a ce qui se fait en France ou en Europe .
      Le but de cette banalisation est de faire perdurer un système qui est tout sauf démocratique et qui provoque la misère chez 92 % des habitants !
      Comprenez vous ,mes ennemis sont ceux là ,l’archi minorité profiteuse et incompétente qui se sert de son instruction et de la dialectique pour tromper tous le monde !
      Alors critiquez les démocraties quand on fait partie de ce genre de minorité n’est pas acceptable .
      C’est un question de morale et d’éthique ,si votre gouvernance était efficace, malgré son coté autoritaire, la comparaison serait possible .
      Comprenez vous ,une minorité qui affame un peuple pour maintenir ses privilèges n’est pas quelques choses de normale et de sain et d’acceptable !
      Avez vous lu les préceptes du christ ,il parle beaucoup de cela dans son enseignement !
      Vous ne le saviez pas ?

    • 12 janvier à 16:14 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      ALI,...

      A la veille de l’indépendance les colons ont créé une nouvelle caste dirigeante à qui ils ont transmis le pouvoir. Elle se succédait pour diriger le pays pendant 37 ans dont certains membres occupent encore jusqu’à ce jour des postes ministériels et des hauts fonctionnaires,...et restent hommes d’influences et écoutés dans plusieurs les régions et les villages de Madagascar,...surtout, dans les provinces,...

    • 12 janvier à 16:17 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      ALI,...

      ...surtout, en province,...

    • 12 janvier à 17:06 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à Isandra

      Isandra,
      Cette caste existait déjà avant la colonisation !
      Bien sur elle s’est agrandie de personnes que les français avaient formées et qu’ils trouvait obéissant et compétents .
      Bien entendu à cela c’est ajouté les courtisanes qui obtenaient des passes droits et des situation grâce à leurs activités nocturnes .
      Mais cela précisé la caste dirigeante issue de l’ancienne royauté à constitué dès le début l’essentiel des collabos aux Français .
      Et c’est là que bas blesse car comme je vous l’ai déjà expliqué ,jamais les Frantsay n’aurais pu rester (au moins aussi facilement) sans ces aides et collaborateurs parfaitement au courant des affaires internes a ce pays .
      Ce sont d’ailleurs les descendants de ces gens qui font partie du parti « Francais » toujours présent aujourd’hui et qui jouent toujours les intérêts de ses membres contre ceux de l’état Malgaches qu’ils ne reconnaissent pas vraiment et seulement utile comme une vache à lait propre à les enrichir !
      Donc si vous regarder l’histoire sur une période plus importante ,deux siècles par exemple ,vous vous apercevez que l’épisode de la colonisation n"a pas changé fondamentalement les rapports de force .
      Les forts et profiteurs sont toujours les mêmes et ils ont vraiment une sale mentalité encore esclavagiste pour la plupart !

    • 12 janvier à 18:14 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      ALI,...

      La caste dont je vous ai parlé, c’est une nouvelle caste créée par les colons, c’est l’une de leur oeuvres,...Elle n’ avait jamais existé avant,...

  • 12 janvier à 17:00 | vatomena (#8391)

    Isandra

    Tsiranana a été élu sans magouilles par le peuple .Il était parfaitement légitimé . Il n’a pas pillé les ressources du pays ni installé le népotisme et la vénalité . A son époque on mangeait à sa faim et on ne s’habillait pas de défroques et de friperies . Il était de la vieille école grandie sous la colonisation . C’est plus tard que les post post de l’époque coloniale ont pris le pouvoir et ont fait du pays un pays merdique comme dirait Trump.

    • 13 janvier à 18:40 | Isandra (#7070) répond à vatomena

      Vatomena,...

      Rafler plus 90% de voix pour son réélection, lequel n’est possible qu’aux pays de parti unique, cela me parait suspect,...

      Si Maman avaient nommé quelqu’un plus compétent économiquement et politiquement et autonome que Tsiranana, Madagascar aurait pu faire mieux et eviter l´evenement de 72.

  • 12 janvier à 17:21 | diego (#531)

    Bonjour,

    Voilà une conversation importante mais qui n’existe vraiment plus à Madagascar.

    D’une manière générale, l’Enseignement est les colonnes vertébrales d’un développement économique et la transformation graduelle d’une société. L’Enseignement supérieur forme et prépare les futurs élites du pays.

    Si Madagascar se trouvait dans une instabilité politique et Institutionnelle permenante et économique et une désordre social où il se trouve aujourd’hui, ce que la classe politique, les élus, les dirigeants et les élites du pays seraient, à tout point de vu, faillibles.

    Écoutez, j’étais mal à l’aise quand j’ai regardé l’arrivée des invités pour la présentation des vœux présidentiels à Iavoloha.

    J’a regardé l’arrivée en fait, les responsables politiques, économiques et les représentants de la Société Civile malgaches qui ont plongé Madagascar dans l’état de pauvreté où il se trouve aujourd’hui. Je n’ai pas vu une femme ou un homme maigrichon, qui aurait des difficultés à trouver à manger tout le jour.

  • 12 janvier à 17:37 | ratiarivelo (#131)

    Mba HENOY Rtoa-Be ISANDRA ny kritika ny olona momba anao, MARINA ra tsy efa tena mirediredy sy MIVARALY marina no sady mahamenatra : SA KOSA angamba EFA TENA LANY HENATRA marina !!! Samy tsara

  • 13 janvier à 11:29 | Stomato (#3476)

    Pour Isandra, mais pas que :
    L’art de rejeter la faute sur les autres.
    Tristesse, colère et peur sont des sentiments qui nous poussent à chercher un coupable à un problème. Mais être mature ça signifie arrêter de rejeter la faute sur les autres, non ?
    Une personnalité orgueilleuse aura du mal à reconnaître ses erreurs en se pensant supérieur aux autres, et remettra toujours la faute sur les autres. Mais il n’y a pas que des personnes avec ce type de personnalité qui ne souhaitent pas se remettre en question, craignant des retombées ou se protégeant en rejetant la faute sur les autres. Pourquoi se rendre responsable alors que les autres peuvent l’être ? Que cache le fait de ne jamais vouloir assumer et être responsable ? Pour quelles raisons ces personnes se victimisent et ne se sentent pas responsables ?
    Enfant, nous sommes protégés par nos parents, ce sont eux qui sont chargés de nous. Ils nous protègent et prennent soin de vous, mais en grandissant nous apprenons que ce confort et cette sécurité nous en sommes le principal garant pour gagner sa liberté.

    En assumant totalement ses choix, ses décisions, nous menons notre propre vie comme nous l’entendons. Nous devenons l’acteur de notre propre vie. Tout commence par trouver un travail pour subvenir à ses besoins, puis nous apprenons par la suite à mener nos liens affectifs avec les autres comme nous l’entendons et à nous occuper de notre santé mentale. Nous apprenons peu à peu, à notre rythme, à nous responsabiliser.

    Mais voilà, certains individus sont totalement incapables d’assumer leurs choix et plus généralement leur vie.

    D’après : https://www.psychologue.net/articles/lart-de-rejeter-la-faute-sur-les-autres

    • 13 janvier à 18:31 | Isandra (#7070) répond à Stomato

      Stomato,...

      Denoncer et interpeller, ce n’est pas rejeter les fautes sur les autres, mais, c’est de faire eclater la vérité.

      Vous savez, la vérité blesse,...

      Nous assumons notre part de responsabilité sur l’echec du développement de notre pays,...en même temps, nous interpellons celles des autres,...

    • 14 janvier à 11:56 | Stomato (#3476) répond à Stomato

      Le13 janvier à 18:31 | Isandra (#7070) répondait à Stomato

      >>Denoncer et interpeller, ce n’est pas rejeter les fautes sur les autres, mais, c’est de faire eclater la vérité.<<

      La vérité que vous prétendez denoncer n’est que Votre vérité, ce que Vous seule croyez.
      La preuve est faite de longue date que vos "vérités" ne sont que le fruit d’une quasi totale ignorance de l’histoire jointe de Madagascar et de la France...

      >>Vous savez, la vérité blesse,...<<

      Vous êtes bien placée pour le savoir n’est-il pas ???

      >>Nous assumons notre part de responsabilité sur l’echec du développement de notre pays,...en même temps, nous interpellons celles des autres,...<<

      Vous n’assumez pas grand chose des échecs successifs et répétés de VOS élus.
      Ce qui explique l’état du Pays.
      Et qui confirme ce qui est explicitement expliqué dans l’URL que j’ai envoyée.
      Votre assomption des réalités actuelle du pays ne se traduit que par des demandes répétées de financements à des puissances étrangères.

      Mais heureusement qu’il y a des malgaches qui ont une autre forme de courage que la votre et qui se préparent à construire Madagascar.

  • 13 janvier à 14:10 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090)

    Madagascar est-il dans les pays de me.rde dont parles D Trump !
    Dans ce cas devez vous demander des excuses au président américain ?
    Pour ma part Madagascar n’est pas un pays de me.rde ,mais il est dirigé par une caste dirigeante de me.rde !
    Des gens pourtant instruit mais ayant une sale mentalité de me.rde .
    Instruit mais incompétent par atavisme es.clavagiste notamment .
    Donc devons nous qualifier le pays en fonction de ses dirigeants ou pas ?

    • 13 janvier à 14:55 | vatomena (#8391) répond à ALIBABA SANS LES 40

      Quand on voit de la M..erdde flotter dans les eaux d’inondation de la ville basse ,faut il fermer les yeux façon Isandra ou entendre la voix lointaine d’un Donald Trump ?

    • 13 janvier à 15:28 | kartell (#8302) répond à ALIBABA SANS LES 40

      @ vatomena

      Lorsqu’on entend le « poissé de Marrakech », dixit Luc Ferry, traitait Trump, de président de m…., il est clair que les avocats, auto-proclamés, des pays africains ont vraiment mal choisi leurs défenseurs !….
      L’ Afrique, continent d’avenir ?, telle est la vraie question !…...

  • 13 janvier à 16:56 | vatomena (#8391)

    Pour l’instant ,Kartell,c’est l’Afrique encore plus délabrée que jamais. qui expédie sa jeunesse dans la vieille Europe .Elle ne croit pas à un avenir africain . Elle préfère le risque de la noyade plutot que de vivre au pays .Pourtant en France il n’ y a rien à piller en dehors des aides sociales ! quelle erreur .La mémoire de la colonisation a crée des fantasmes .
    « La route ne se mange pas’ a pu déclarer un de nos hommes liges ; On peut lui répondre » la M..erde ne se mange pas non plus ! "

    • 13 janvier à 20:40 | kartell (#8302) répond à vatomena

      Ce pays n’est pas délabré pour tous, loin de là !, regardez nos ex, Ravalomanana investit dans des voyages allées et retour avec Paris, un amour tardif mais révélateur, non ?…
      Quand à Rajoelina, il trépigne dans l’attente de sa candidature, en faisant l’essuie-glace entre Paris et Tana !….
      Quand à notre président, il semble opter, lui, pour un nouveau scénario : faire du neuf avec du très usé !…
      Il vient de faire le ménage dans son entourage en remplaçant les titulaires par de nouvelles têtes, c’est son changement !…
      En réalité, il s’est mis dans la peau du prestidigitateur qui, voyant que son public était lassé par son sempiternel lapin sorti de son chapeau a décidé de le remplacer par des pigeons pour intéresser davantage son auditoire, de plus en plus clairsemé !…
      On reconnait un certain professionnalisme de sa part, mais on peut douter de son efficacité future !…
      Cette élection, si elle est malmenée jusqu’à son terme, elle risque de nous réserver de belles surprises !…
      Y-aura-t-il des esquimaux glacés, à l’entracte ?…...

  • 13 janvier à 19:48 | vatomena (#8391)

    Isandra @ L’élection de Tsiranana n’a soulevé aucun doute ; C’est dans l’allégresse générale qu’il a été porté au pouvoir .Et durant 10 ans le pays a connu la paix civile et s’est développé surtout dans l’éducation .— Pas de 4 mis ,pas de dahalo ,pas de kidnapping ,pas d’incendie de Rova ,pas d’effondrement de ponts ,pas de queue devant les mpivaro pour l’achat de son riz — Mais apres lui ,avec au pouvoir un personnel entièrement ’décolonisé ’, ce fut une révolte populaire tous les dix ans :Avril 1991- avril 2009 .. 1984 etc etc

  • 14 janvier à 08:50 | rayyol (#110)

    Peut anticiper qui veut Mais personne ne sait de quoi serait fait l avenir .Parler parlotter ne sert pas a grand chose d autre qu exprimer l impartience
    Tout les jeux sont possibles surtout si les antagonistes sont réalistes et savent se positionner
    Mieux vaux s évaporer un peu que de se dissoudre totalement
    Voyons voir si ceux ci ont un minimum d intelligence et ne pas fonce tète baissée dans le mur

  • 14 janvier à 08:57 | rayyol (#110)

    Certains faits appartiennent deja au passe et sont condamnes a disparaître .Car personne ne voudra plus jamais les cautionner Les mentalités changent imperceptiblement mais changent quand meme Les vieux disparaissent et seront ou sont remplaces par des elements plus jeunes avec des idees différentes La terre tout comme l homme sont en perpétuelle changements lent pour nous qui ne possédons qu une vie que beaucoup trouvent trop courte (ephemere ) mais demain sera toujours la avec ou sans nous

  • 14 janvier à 14:16 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090)

    15:00 > ÉNERGIE
    Madagascar a un potentiel de 7800 MW de ressources disponibles en matière d’énergie hydroélectrique, mais c’est à peine si nous en exploite les 5% aujourd’hui, à déclaré le Président Hery Rajaonarimampianina.

    Et qui empêche d’exploiter la 95 % restant ????

  • 14 janvier à 15:28 | olivier2 (#9829)

    « Et qui empêche d’exploiter la 95 % restant ???? »

    Et qui a demandé à Ratsiraka de nationaliser toutes les terres sans les redistribuer ? ( sauf à ses copains aujourd’hui heureux propriétaires..RENTIERS)

    Et qui a demandé à Ratsiraka, Ra8, Andry et hery de ne SURTOUT pas créer la Haute cours de Justice ?

    A mon avis, la françafrik si chère à Lysopaïne et tsisdinika..

    Une évidence en milieu tropical...

    Laissons les GENIES oeuvrer, et observons...

    De toute façon, il n’y a que cela à faire...

    ALEFA

     :)

    • 14 janvier à 16:30 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à olivier2

      Oui toujours le bon bouc émissaire de service !
      C’est bien pratique

  • 14 janvier à 18:51 | diego (#531)

    Bonjour,

    Ce sont et ce seront toujours, et personne d’autres, les élites, les autorités politiques et la classe politique, responsables et conscients l’importance de leurs, qui pourraient sortir leur pays de l’instabilité et de la misère. Ce sont eux qui pourraient enclencher le développement de leur pays :

    - autrement dit, si le pays était pauvre, les élites le seraient aussi !

    On ne développera pas un pays en faisant le beau, les plus intelligents, en jouant l’homme éduqué en costume trois pièce ! À Madagascar, il faut se frotter à la réalité :

    - daholo, famine, Peste, inondations, cyclones etc.....

    C’est le cas pour beaucoup des pays africains.

    Si le continent africain et Madagascar sont si pauvres et si instables, une des multiples causes, la plus handicapant à mon sens, c’est la pauvreté de l’Éducation.

    L’Enseignement et la Pédagogie, autrement dit, la formation intellectuelle des jeunes, des étudiantes et étudiants et d’une manière générale, de la population, ne sont absolument pas une priorité pour les dirigeants et les élites du pays.

    Pas de changement et le pays va continuer à s’appauvrir si les élus et les gouvernants ne réussissent pas renforcer les bases et les rendre fonctionnels et efficaces, ce sont les fondamentaux :

    - État, Institutions, le Droit et bien sûr l’Éducation !

    Le pays, en tant que tel, n’a plus aucun levier pour réveiller la population. La Société Civile et les intellectuels et les membres des différents corps des métiers dans le pays brillent par leurs absences et une pauvreté d’initiative, et sur le plan socio-politique mais surtout sur l’éducation et l’économie.

    L’état de l’Éducation ressemble fort bien à l’état des Infrastructures dans le pays :

    - ratsy, simba, feno lavaka, tsy voakarakara......voilà l’état de l’Éducation !

    Tsisy vola même s’il y avait une volonté politique.

    Il faut absolument faire revenir, et vite, l’État dans le jeu. Pas de développement sans un État fort.

    Le pays a besoin des milliards et des milliards pour le développer. Aucun pays et aucune banque ne va nous prêter si nous n’avons pas un État solide, fiable et fonctionnel :

    - on ne prête pas des milliards aux gouvernants, cela va de soi....c’est ce que les dirigeants africains et malgaches souhaiteraient....en évoquant maladroitement la souveraineté du pays dont ils sont les premiers à la piétiner...personne ne dupe, en tout cas pas les Banques.......

    .....résultat le pays ne reçoit que de l’aides alors que ce sont des investissements massifs dont il a besoin pour sortir de sa dépendance !

    On supplie la Chine, la France, l’Inde, l’Europe etc...pour investir chez nous, autrement dit, nous demandons à ces pays de s’endetter à notre place puisque nous ne le pouvons pas faire. Et nous croyons qu’ils vont le faire gratuitement pour nos beaux yeux ? Sous peu, on va demander à ces pays de nous fournir de l’eau potable, des vêtements et des matériels hygiéniques, et à manger.......Les dirigeants fanfaronnant déjà, zava-bita, autoroute, tel ou tel projet etc....comme si tout était gratuit.

    Quand une famille veut s’acheter une maison, elle va à la banque demander un prêt elle-même, pas ses amis....et elle doit remplir des conditions pour obtenir :

    - pour un pays, cela doit être exactement les mêmes démarches !

    • 14 janvier à 19:35 | kartell (#8302) répond à diego

      Notre élite, enfin ceux qui tirent les ficelles, n’ont aucun intérêt à ce que le pays se développe pour plusieurs raisons :

      1. elle verrait d’un très mauvais oeil, le fait de devoir partager son dessert, même les miettes ! …
      2. le développement entrainerait l’émergence d’une classe moyenne susceptible de lui faire de l’ombre …
      3. elle perdrait son rôle de classe dominante absolue, devant, de fait, céder , même partiellement une once de son pouvoir, ce qui lui est inconcevable !..

      Cette élite estimée à 10 000 ( je me répète ) est extrêmement confidentielle par rapport aux 25 millions d’individus, laissés, pour la plupart, dans l’ignorance et la pauvreté !…..
      Le problème essentiel du pays, c’est cette élite présomptueuse, suffisante au possible qui verrouille un pays, son avenir et ses projets aléatoires de réformes, devenues impossibles !...
      La boucle est bouclée dans la mesure où ceux qui devraient assumer le changement, sont les plus ardents défenseurs du statuquo actuel !….
      On pourra toujours broder sur d’éventuelles portes de sorties de la crise institutionnelle qui touche le pays depuis un demi-siécle sauf qu’il y en a pas, parce qu’il n’existe aucun contre-poids à cette élite en ajoutant une passivité récurrente du peuple à contester ce bilan !…..
      Le reste n’est que kabary et blabla jusqu’où bout de la nuit !….

  • 14 janvier à 22:40 | diego (#531)

    Bonjour kartell,

    La pratique politique à Madagascar et d’une manière générale en Afrique, ne va absolument pas perdurer.

    Si les dirigeants n’arrivent pas d’ici peu à sécuriser les besoins alimentaires et à offrir des services publics assurant la Santé et la sécurité de la population et en plus d’offrir une perspective d’avenir à leurs jeunesses, ils vont devoir affronter une crise plus profonde, au même titre que la Syrie aurait connu.

    Les dirigeants africains oublient et peut-être n’en ont pas tout simplement conscients, que l’origine dudit printemps Arabe qui a commencé en Tunisie et se rependre en Égypte, etc... a été provoqué par la crise du blé....et de la sécheresse qui a provoqué le déplacement massif en ville de gens de la campagne.....

    Faire comprendre cela aux dirigeants malgaches risque d’être assez sportif....voir inutile !!!!

    • 14 janvier à 23:19 | kartell (#8302) répond à diego

      Bonsoir diego,

      Madagascar n’est pas géographiquement positionnée comme la Syrie, et le peuple malgache n’a pas la fibre tunisienne dans la tête, ce sont des différences fondamentales qui font de ce pays, une exception mais aussi une généralité africaine dans ses dérives du pouvoir !….
      On a trop tendance à vouloir comparer des situations qui semblent identiques mais qui différent par leurs cultures respectives et surtout par les acquis de leur histoire personnelle….
      La sortie de crise n’est pas simple sinon, il y a belle lurette qu’elle aurait eu lieu !…..
      L’ enlisement démontre qu’il n’y aura pas de solution facile et que ceux qui devraient oeuvrer à en sortir, préfèrent le statu-quo plutôt de se remettre en question en rognant sur leurs privilèges et leurs statuts d’élites !….

  • 15 janvier à 03:09 | diego (#531)

    Bonjour kartell,

    J’ai voulu dire exactement qu’un pays qui n’arrive pas à sécuriser le besoin alimentaire de sa population et dans le même temps doit subir les problèmes climatiques qui désorganisent mécaniquement les faibles rendements du pays, déjà assez pauvre, un pays rural, risque à tout moment de basculer dans violence, destabisant le pouvoir en place, plongeant le pays dans un chaos politique, voir une guerre civile.....

    C’était l’insécurité alimentaire qui a déclenché le printemps Arabe, l’instabilité climatique est une situation aggravante pour les pays pauvres.

  • 15 janvier à 10:13 | lysnorine (#9752)

    @ Isandra 13 janvier à 18:40 répond à vatomena :

    « Si Maman avaient nommé quelqu’un PLUS COMPÉTENT économiquement et politiquement et [PLUS] AUTONOME que Tsiranana, Madagascar aurait pu FAIRE MIEUX et eviter l´evenement de 72. »

    Taorianan’ny fanonganana ny fitondran’i Tsiranana tamin’ny 1972 ka mandrak’ankehitriny (2018), dia ny « lita be » Malagasy, Be Diplaôma sy Be Galona (BDBG !) no nitondra an’i Madagasikara. Tsy mila iadian-kevitra ny voka-dratsin’izany fitondrana izany nandritra ny 45 taona, niantomboka indrindra tamin’ny 1975 (Boky Mena sy Tolom-piavotana) teo amin’ny lafin-javatra rehetra : pôlitika, ekônômika, SÔSIALY-indrindra teo amin’ny fari-piainan’ny VALALABEMANDRY, ny nitomboan’ny fahantrany na ara- nofo, na ara-tsaina, na ara-panahy. Tsy mila asian-teny lava koa ny fahaverezan’ny fiandrianan’i Madagasikara sy ny naha-lasa azy ZANATANY tsikelikely tsy mitonona anarana, niantomboka tamin’ny naha-bankirompitra azy tanteraka tamin’ny 1981-1982, tsy nahaloa intsony ny trosany niavosa, ka lasa NANDADY tany amin’ny FMI, « Club de Paris », « Club de Londres », sns.

    Koa raha oharina amin’ny vokatry ny fitondran’Itpkl Tsiranana an’i Madagasikara tafaverina ho fanjakana mahaleo tena nandritra ny 12 taona (1960-1972), dia toa tsy any am-paladian’ireo « instituteurs », sy « mpanao fanjakana faha-fanjanahan-tany » ary ny vita fianarana teto Madagasikara ihany, niara-nitondra taminy, ireto « BDBG » avy any andafin-dranomasina nandimby azy ireo nandritra ny 45 taona : mandray BAIKON’ny avy any ivelany sisa ny fitondrana malagasy fa TSY AFAKA MANORITRA PÔLITIKA « AUTONOME » INTSONY, ary efa lasa FANÀNAN’ny OLON-KAFA FIRENENA daholo rahateo ny FANAMBANY LEHIBE REHETRA (infrastructures) fa TSY FANÀNAN’ ny MALAGASY intsony. Ary hatramin’ny fifidianana sy ny olona hofidina aza dia BAIKON’NY ANY IVELANY. Hadisoana bevava ny MODY TSY MAHITA FOANA IZANY. Ka asa raha izany no heverinao fa midika hoe « PLUS AUTONOME QUE TSIRANANA » !

    Mety tsy ho fantatrao angamba fa niantomboka tamin’ny Martsa 1966 dia nisy andia-na roaplanin’ny miaramila angilisy (RAF) nitoby tao Mahajanga hanara-maso ny Canal de Mozambique ny amin’ny jirika mpamatsy lasantsy ny Fanjakana rasista tao amin’ ny nantsoina hoe Rhodezia Atsimo (Zimbabwe ankehitriny) izay voasazy ka tezitra ny jeneraly de Gaulle dia nanao fitsipahana avy hatrany tany amin’ny “Foreign Office” hialany ireo fa hoe, mandika ny fifaneken’i Frantsa sy Madagasikara momba ny Fiarovana ny fitobiany, ka tokony ho nahazo alàlana mialoha taminy ny Fanjakana Malagasy. Fanjakana mahaleo tena manatanteraka fanapahan-kevitry ny Firenena Mikambana i Madagasikara, hoy no navalin’ny Angilisy azy ! Koa tsy hita loatra arak’izany izay TSY NAHA-AUTONOME an’Itpkl. Tsiranana sy ny fitondrany.

    Torak’izany koa, tamin’ny 1971, dia nampiantsoin’Itpkl Rabemananjara Jacques, ministry ny Raharaham-Bahiny tany amin’ny biraony ny ambasadaoro Amerikanina Anthony D. Marshall ny Talata 1 Jona 1971 ka nasainy nangorona ny entany hiala eto Madagasikara ny Alahady 6 Jona 1971
    [zahao : https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_Ambassador_to_Madagascar
    sy “AMBASSADOR ANTHONY D. MARSHALL, Interviewed by : Richard L. Jackson, Initial interview date : February 20, 1998”, ao amin’ny “Moments in U.S. Diplomatic History“, http://adst.org/2015/03/no-good-deed-cattle-the-french-and-getting-pnged-from-madagascar/

    He [ny ministra] said, “There’s some evidence of people in your embassy who have been ACTING AGAINST THE GOVERNMENT . And the President has been shown evidence of this.”
    I said, “Can I see the evidence ?”
    “No, you can’t.”
    So I said, “You have the right to do this. But it’s all wrong.”
    And he said, “I’m afraid you must go IMMEDIATELY.”
    I asked what was “immediate.”
    And he replied, “What would you like ?”
    “Two weeks.” Word came back that afternoon for me, giving me FIVE days. The next morning, he called me back to the Ministry and simply got out the printed diplomatic list of all the embassies, opened to the U.S. embassy page, and there were little ticks beside FIVE NAMES.
    “ He said, “These people also HAVE TO GO . You haven’t done anything wrong, except that you’re the captain of the ship and you have to go and these people also have to go.”

    Ny anton’izany fandroahana izany, dia hoe niara-nioko tamin’Itpkl Resampa izy ireo, nampirisika an’Itpkl Monja Jaona hampikomy ny tany Atsimo (31 Martsa- 2 Aprily 1971). Tsahivina fa sekretera jeneralin’ny antoko PSD izay akaiky dia akaiky ny antoko sôsialista Alemà SPD [Sozialdemokratische Partei Deutschlands] - izay nitondra ny nantsoina hoe Alemanina Andrefana (RFA-Bonn) tamin’izany, Itpkl Resampa. Efa nosamborina io Talata 1 Jona 1971 io ihany Itpkl Resampa, niaraka tamin’ny mpiara-miasa taminy (Itpkl isany : BORA Pierre, direktera ny Sécurité, sy NDRIVA Lucien, depiote) dia notanana tany amin’ny Nosy Sainte-Marie.

    I Alemanina Andrefana tamin’izany moa dia tena tanan-kavanan’i Etazonia, mpanaraka ambokony ny pôlitikany, ary ny ambasadaoro Marshall dia olona niasa ela tamin’ny sampan-draharaham-pitsikiloan’i Etazonia ny firenena any ivelany (CIA na Central Inteligence Agency) - nandritra ny valo taona fara-fahakeliny (1951-1959). Ary raha niditra niasa kely tao amin’ny raharaham-bahiny amerikanina (State Department) aza izy talohan’izany (1950), dia efa raharaha mikasika ny fitsikiloana ihany no tena nosahaniny !
    (Hotohizana)

    • 15 janvier à 10:28 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @Isandra 13 janvier à 18:40
      « Si Maman avaient nommé quelqu’un PLUS COMPÉTENT économiquement et politiquement et [PLUS] AUTONOME que Tsiranana »

      (Tohiny)

      Efa nasongadin’i Vohitra tsara tetsy aloha ny votoatin’ ireo famintinina nataonay ireo momba ny vokatry ny fitondran’ny « BDBG » 13 janvier à 17:05 .

      Ny hany tsy voalazany dia ny hoe : saika olona efa voatefin’i Frantsa tsara ange ny ati-dohan’ny ankabiazan’izy ireo, izay mazàna rahateo tamingan’ ny “kôlabôs-ny faha-fanjanahan-tany". Tsara ho marihina kely fa ireo Vazaha zaza navelan’ny mpanjanatany mpanadidy eto ny tsy fahombiazan’ny « fitondran’ny “elita” -indrindra fa ny Ambaniandro ! - fototry ny fihemoran’i Madagasikara sy ny fahantran’ny sarambaben’ny Vahoaka Malagasy dia...MODY JAMBA izy rehetra ireo, tsy mahita izany lafin-javatra izany, raha ny « SOCIOLOGIE POLITIQUE » no heverina .

      Hoy i Vohitra :

      « Ce qui est ESSENTIEL de remarquer, c’est quePLUS le NIVEAU INTELLECTUEL des politiciens Malagasy s’améliore, MOINS le niveau de l’éducation se développe dans le pays, du primaire à l’université. Et cela que ce soit en terme de conditions de travail soit au niveau des motivations soit sur le plan des infrastructures.

      « Et que PLUS les MILITAIRES s’immiscent dans la vie politique, PLUS les secteurs sociaux du pays SE DÉGRADENT.

      « Et que PLUS de NOMBREUX INTELLECTUELS s’improvisent du jour au lendemain des politiciens chevronnés, PLUS les pratiques politiques SE DÉGRADENT et se ramènent toujours à la quête d’intérêts particuliers aux dépens de ceux de la collectivité.

      « Et que PLUS les POLITICIENS sont ISSUS DU MILIEU DES INTELLECTUELS issus du et s’affichent volontiers comme des démocrates, PLUS LES INÉGALITÉS SOCIALES SE CREUSENT et se démocratisent et PLUS LE PAYS CROULE SOUS LES DETTES. »

      Araka ny nampahafantarinao teto ihany moa, dia mbola tsy teraka ianao tamin’ny 1972, koa ny ray aman-dreninao sy/na ny dadabenao izany no afaka nanoro anao ny anaran’izay mpanao pôlitika « PLUS COMPÉTENT économiquement et politiquement et [PLUS] AUTONOME que Tsiranana, [de sorte que] Madagascar aurait pu FAIRE MIEUX.]. Fanampin’izany koa angamba ny vokatry ny namakianao boky sy lahatsoratra isan-karazany momba ny tantaran’ny pôlitika teto Madagasikara. Koa asa raha mba azonao tanisaina eto IZA AVY ireo jobon’olona na « elita » ireo tsy nofinidin’i « Reny malala », mba hahazoan’ny mpamaky mandanjalanja ireo fehezan-teninao ireo.

      (Hofaranana)

    • 15 janvier à 10:51 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @Isandra 13 janvier à 18:40
      « Si Maman avaient nommé quelqu’un PLUS COMPÉTENT économiquement et politiquement et [PLUS] AUTONOME que Tsiranana »

      (Tohiny sady farany)

      Misy tsato-kazo lehibe ireto mamaritra ara-potoana ny nahatonga an’Itpkl Tsiranana teo amin’ny fitondrana TALOHAN’ny nitsanganan’ny Repoblika Malagasy TSY-NAHALEO TENA tamin’ny 14 Ôktôbra 1958.

      1) Fifidianana depiote tamin’ny 2 Janoary 1956 ka nandresen’Itpkl Tsiranana ny namany PADESM roa lahy dia Itpl. isany, CHARLES ÉMILE sy RAVELOSON-MAHASAMPO.

      Hoy i Alain SPACENSKI momba izany [« Madagascar, cinquante ans de vie politique (De Ralaimongo à Tsiranana) », Nouvelles Éditions Latines, Paris, 1970, pp. 114, 115]

      « [Tsiranana] chercha à éviter l’hostilité des Merina en esquissant un rapprochement tactique (??) avec certains nationalistes (??) des Hauts-Plateaux parmi les moins virulents (??). Il y fut aidé par ses AMIS de “l’Action Madécasse”, G. RAZAFINTSALAMA, Charles ANDRIANTSITOHAINA et Félix RAJOHARISON. Il réussit à obtenir l’investiture des PROTESTANTS du “Parti Libéral Chrétien” constitué le 5 décembre 1955, et du “Front National Malgache”, nouveau groupement nationaliste [...] dont les leaders étaient les Docteurs Charles RANDRIANANJA et Jules RAMAMONJY-RATRIMO. Vis-à-vis du F.N.M. Tsiranana s’engageait à défendre l’accession de Madagascar à l’AUTONOMIE AU SEIN DE L’UNION FRANÇAISE [...]

      « Ces alliances ne furent pas du goût de l’aile droite du P.A.D.E.S.M., qui reprocha à Tsiranana de se montrer trop conciliant avec les nationalistes Merina [...] Tsiranana apparaissait, pour beaucoup de nationalistes, comme un adversaire des “fantoches colonialistes”. [...]

      « La rivalité politique et personnelle qui se manifestait déjà entre Norbert ZAFIMAHOVA [PADESM mpomba ny haha-département frantsay iray tsy mivaky amin’i Frantsa, ao anatin’ny Repoblika frantsay izany, an’i Madagasikara, notohanan’ny colonialiste de HEAULME] et Philibert Tsiranana condamnait le P.A.D.E.S.M. L’unité du mouvement ARTIFICIELLEMENT MAINTENUE par l’OPPOSITION AUX MERINA ne pouvait plus être sauvegardée (?) [...] à la FIN DE 1956 apparurent presque simultanément l’U.D.S.M. [Union des Démocrates Sociaux de Madagascar] de ZAFIMAHOVA et le P.S.D.M.C. [Parti Social Démocrate de Madagascar et des Comores, zanaky ny antoko sôsialista S.F.I.O., Section Française de l’Internationale Ouvrière ; izay ny sekretera jeneraliny, Guy MOLLET, no lehiben’ny governemanta frantsay tamin’izany fotoana izany.]

      2) Ny nandanian’ny Antenimieram-pirenena frantsay ny « LOI CADRE » tamin’ny 11 Jona 1956 nandravana ny fanavakavahana ny citoyens français sy indigènes amin’ny fifidianana (antokon’ny mpifidy tokana na « collège unique »), fahazoan’ny daholobe mifidy (« suffrage universel »), fampitomboana ny fahefan’ny Antenimiera teto an-toerana (Assemblées provinciales sy ny Assemblée Représentative de Madagascar). Natao ampianarana ny mpanao pôlitika Afrikanina sy Malagasy hizatra kely amin’izany fitantanana raharaham-panjakana izany ny « loi cadre » ka nahatonga an’Itpkl Tsiranana ho « vice-président du Conseil de gouvernement » niantomboka tamin’ny Mey 1957. Ny haut-commissaire, goverinôra jeneraly ihany no lehiben’ny « Conseil de gouvernement ». Itpkl Zafimahova kosa no lasa prezidàn’ny « Assemblée Représentative de Madagascar ». Ny mpikambana tao amin’ny Assemblée Représentative moa dia « conseiller provincial » ihany nofidin’ny assemblée provinciale enina, tsirairay avy, ka niisa sivy isaky ny province. Ny « chef de province » dia mbola administratera frantsay ihany.

      3) Nony naharesy ny « Eny », izany hoe ny mpanohitra ny fiverenan’ny fahaleovantenan’i Madagasikara - tamin’ny referendum tamin’ny 28 Septambra 1958, dia natao ny fisafidianana izay ho satan’i Madagasikara ao anatin’ny rafitra vaovao ka ny ho Repoblika ao anatin’ny « Communauté » tsy mahaleo tena fa afaka mitantana ny raharahan-tokantranony no naroson’Itpkl Tsiranana. Antitranterina tsara fa ny fiovan’i Madagasikara -« Territoire d’Outre-mer, partie intégrante de la République française » ho « République membre de la Communauté, io FIOVANA SATA io ihany sisa no hany LALAN-TOKANA mety hahazoana ny fiverenan’ny fahaleovantenan’i Madagasikara TSY MISY RÀ LATSAKA. Ny tena nahatalanjona anefa dia izao : ny Ambaniandro sy ny « nationalistes » mpikambana tao amin’ny Assemblée provinciales-n’Antananarivo sy Diégo-Suarez (Antseranana) dia tsy nandray anjara (« abstention ») tamin’io fifidianana izay ho satan’i Madagasikara io, ary Itpkl Monja Jaona tany Toleara kosa dia tsy nipoitra mihitsy. Koa ny hijanonan’i Madagasikara ho « Territoire d’outre-mer partie intégrante de la République française », izany hoe faritany ao anatin’ny Repoblika frantsay angaha izany no tena nirian’izy ireo, araka ny efa nambaran’ny AKFM mialoha rahateo, satria hoe : rehefa nanao « TSIA » tamin’ny referendum, hono, dia « lôjika » ny tsy hidirana ao amin’ny « Communauté ».

      Etsy an-danin’izany koa, araka ny loharanom-baovao azo antoka, dia namoaka tsiambaratelo Itpkl Tsiranana taty aoriana fa NINIANY natao AMPAHIBEMASO (TSANGAN-TANANA) ny fifidianana ny satan’i Madagasikara tamin’io 14 Ôktôbra 1958 io, tao amin’ny Lycée Galliéni, fa, raha tsy izany dia ny haha « département » frantsay an’i Madagasikara ao anatin’ny Repoblika Frantsay no ho nasain’Itpkl Zafimahova sy ny tariny nolaniany, ary saika be an’isa moa ry zareo tamin’izany.

      Koa asa na aiza ho aiza amin’ireo na ivelan’izy ireo koa izany antsoinao hoe « PLUS COMPÉTENT économiquement et politiquement et [PLUS] AUTONOME que Tsiranana ka tsy nofinidin’i « Maman chérie ».

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 165