Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 21 août 2017
Antananarivo | 18h04
 

Communiqué

ROHY

La lutte contre la corruption et le fonctionnement des institutions de la République toujours en danger !

samedi 8 avril

La société civile, ayant pour mandat et obligation de représenter et de défendre les intérêts des citoyens, tient à réitérer et à affirmer son soutien aux organes de lutte contre la corruption et de contrôle dans leur mission malgré un contexte menaçant.

Dans cette affaire Claudine Razaimamonjy, la société civile demeure fidèle à son positionnement émis le 15 Décembre 2016.

Il est inadmissible que ceux qui font leur travail pour amener les affaires à la vérité et à la justice soient menacés. Les organes de régulation, de contrôle, et de lutte contre la corruption comme le BIANCO et le SAMIFIN sont indépendants. L’immixtion de l’Exécutif ou de toutes autres entités et/ou personnalités/élus quel que soit leur rang n’est donc pas tolérable et ne fait qu’accentuer la non confiance des citoyens envers le pouvoir et démontrer la volonté de ce dernier à entretenir l’impunité dans le pays.

Nous rappelons encore une fois que, selon l’article 6 de la Constitution, « la loi est l’expression de la volonté générale. Elle est la même pour tous, qu’elle protège, qu’elle oblige ou qu’elle punisse ». Aucun citoyen ne doit pouvoir s’affranchir de ces règles, pas même ceux qui gravitent dans les hautes sphères de pouvoir.

Nous exigeons une meilleure protection pour les acteurs de la lutte contre la corruption, membres de la société civile ainsi que pour les journalistes et citoyens lanceurs d’alerte afin que ces derniers ne soient plus victimes de menaces ou d’intimidations. Les éventuelles décisions administratives arbitraires, illégales et illégitimes prises à l’encontre de ces responsables d’organes de régulation, de contrôle, et de lutte contre la corruption dans le but d’entraver la réalisation de leur mission sont ainsi considérées comme une volonté manifeste de fragiliser le fonctionnement des Institutions de la république et de déstabiliser le pouvoir lui-même.

La société civile sensibilise ainsi la population à ne pas se laisser convaincre par les provocations initiées par quelques individus malintentionnés se cachant sous leur soit disant affiliation politique et/ou des prétextes ethniques et à ne verser dans des actes insensés qui pourraient fournir à des fauteurs de troubles l’opportunité de profiter de la situation.

Laissons la Justice faire son travail en toute indépendance, c’est-à-dire hors de toute pression politique, économique et celle en interne de l’argent, dans le respect total de sa déontologie. Que les différentes entités et personnes responsables en son sein soient à la hauteur des attentes des citoyens malagasy qui ne cesseront d’observer et de tirer, à chaque fois qu’il sera nécessaire, la sonnette d’alarme. Nous restons vigilants et mobilisés et précisons que c’est le manque de prise de responsabilités, notamment du système judiciaire et des forces de l’ordre, qui a souvent entraîné et continue d’entretenir les menaces de vindictes populaires et non pas le contraire comme d’autres le prétendent.

Antananarivo, ce 07 Avril 2017

9 commentaires

Vos commentaires

  • 8 avril à 11:01 | TSIKOZA (#7624)

    Mankasitraka e ! Izao angamba vao hanana fanantenana ny vahoaka malagasy. Raha ny tafika no nolalaovin’ny fitondram-panjakana, ny vahoaka niandry ny rariny ka izao nampanantenain’ny BIANCO, SAMIFIN sy ny Fitsarana izao. Mahavelom-bolo ny tahaka izao ary tokony ho tohizana tsy amin-tahotra fa miomba anareo ny vahoaka malagasy izay tompon’ny fahefana. Tsy ho tafaharina ny firenentsika raha tsy atomboka dieny izao ny fanarenana azy. Mankasitraka ianareo rehetra ao amin’ny Bianco, Samifin sy ny Fitsarana ny malagasy rehetra. Ireo izay tsy manan-kialofana, ireo izay fofon-trosa, ireo izay misakafo tapa-tsinay, ireo izay rava fananana, ireo izay mitrongy vao homana, ireo izay tsy manana fitaovam-pifandraisana tahaka ny « smartphone » sy tsy mba mahalala izany « connexion » dia soloako tena eto. MISAOTRA E ! FA HIHARIN-DOHA NY FIRENENTSIKA !

    • 10 avril à 00:20 | racledaclems (#9021) répond à TSIKOZA

      na iza na iza mpitondra ho avy eo dia BIANCO ihany no tohananay ô

  • 8 avril à 11:47 | Turping (#1235)

    La lutte contre la corruption et les institutions de la République sous conditions que celles -ci soient fortes se complètent pour mener des actions coercitives à condamner les coupables sans position partisane ,idolâtrique .
    - La problématique se repose de ce côté là où le pouvoir a toujours la mainmise sur les institutions juridiques supposées indépendantes pour mener les juridictions ,les sentences alors que ça n’a jamais été le cas . Bien sûr ,ceux qui s’opposent au pouvoir vont en taule ,la prison ,...alors que dans cas le contraire ,ceux qui détiennent le pouvoir ses acolytes ont toujours la conscience tranquille .
    Conclusion ; c’est ce qu’on appelle ,la justice à deux vitesses .Les voleurs de poules en général purgent leur peine contrairement à ceux qui ont de l’argent .
    La position idolâtrique ,pour ou contre untel joue un rôle majeur .

    • 8 avril à 16:16 | betoko (#413) répond à Turping

      Selon des policiers , on ne compte plus le nombre d’innocents emprisonnés rien qu’ à Tsiafa ou à Antanimora , n’en parlons pas de ce qui se passe en province avec les abus de pouvoir en tout genre .
      Combien de syndicalistes sont en prison rien qu’ à Tana , pourtant le conseil d’état disait qu’on n’a rien à les reprocher et qu’ils doivent être libérés .
      Voici une histoire qui me fait vomir . Le beau père de la sœur de Madame Be s’est servi d’un faux testament pour pouvoir acquérir un bien qui ayant appartenu à un couple déjà décédé , et que ce sont les enfants de ce couple sont les vrais héritiers , Résultat des courses , les vrais propriétaires sont en prison sur ordre d’une personne très influentes et le voleur a eu gain de cause .
      Comment voulez vous que notre justice soit indépendante quand c’est le chef de l’état est le président du Conseil de la magistrature et que c’est lui qui nomme les inspecteurs d’états les quels doivent l’inspecter .
      Concernant cette affaire de Mme Claudine , deux inspecteurs d’état furent sanctionnés par le président de la république car ils ont fait leur boulot ,ils ont découvert une malversation financière concernant une mairie du côté de Fianara , et maintenant que cette dame va être mis en prison , est ce que ces deux inspecteurs d’état seront blanchis ?

  • 9 avril à 11:32 | Turping (#1235)

    Betoko ,
    Le chef de l’état est le garant de la magistrature suprême .Pour que la démocratie et la justice fonctionnent ,même si le chef de l’état qui nomme les inspecteurs ,les procureurs ,etc ,......il ne devrait pas attendre de retour à ce que ces derniers soient à son service uniquement et ses acolytes mais travaillent indépendamment au service du peuple ,la justice égalitaire pour tout le monde .
    - Bien sûr ,je suis d’accord avec vous avec les abus du pouvoir ,les emprisonnements à tort et à travers alors qu’on parle d’un état de droit . La problématique se repose là quand j’ai parlé sur d’autres posts (sur l’éditorial de Ndimby) ,la justice est instrumentalisée par les tenants du pouvoir et les hauts placés dans l’administration sans faire une généralisation car les gens honnêtes existent aussi ,il ne faut stigmatiser .Et c’est la raison pour laquelle ,la justice ne devrait prendre une position partisane ni instrumentalisée par le pouvoir ,l’argent ,la corruption ,.....
    - Quand vous parlez des deux inspecteurs sanctionnés ,c’est clair car ces derniers ne répondent aux attentes du pouvoir en faisant correctement leur devoir alors que ce n’était pas le cas s’ils étaient membre du HVM .Ne cherchez pas loin ,le Ministre de la justice voulait à tout prix Claudine car cette dernière fait partie de leur clan .

  • 9 avril à 11:36 | Turping (#1235)

    Je complète ma phrase : Le Ministre de la justice voulait relâcher à tout prix Claudine sous prétexte d’éviter les vindictes populaires ,.......
    Alors que d’autres têtes vont sûrement tomber avec Claudine ,un scandale au niveau de la corruption de l’échelle étatique à tout niveau !

  • 10 avril à 00:17 | racledaclems (#9021)

    merci pour le courage et l’abnegation de la BIANCO quel plaisir d’entendre le cri d’espoir des vahoaka Malagasy et qu’on continu à poursuivre ces corrompus à tout jamais miomana ianareo ry kolokolo fa manenjika anareo ny tia ny marina

  • 10 avril à 11:28 | Ibalitakely (#9342)

    Puisque ce régime est arrivé au pouvoir d’une façon corruptive [d’à peine 10% au premier tour pour une ascension fulgurante de 53% au second tour !!!] & qu’il est aussi issu d’un régime putschiste corruptif de 2009 qu’est-ce qu’on pourrait en attendre, peut-être & par hasard du vorondolo miteraka zana-boromanga. Je ne me lasse de répéter VOTER BIEN LA PROCHAINE FOIS si nous veillant vraiment à nos descendants.

    • 10 avril à 11:39 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      Pour ce qui est de cette affaire Claudine la construct° gigantesque [la première dans le village d’Ivato] & d’une célérité déconcertante de l’hotel A&C Ivato en 2009 juste après le coup d’État, sans que ses propriétaires aient eu un très grand héritage ou qu’elles aient obtenu tous les grands lotos internationaux du monde. Mais qui osait parlé de corrupt° dans le tps ???

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 311