Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 26 septembre 2017
Antananarivo | 14h05
 

Socio-économique

Frais des taxi-be à 500 Ariary

L’UCTU maintient sa décision

jeudi 9 février | Randria Maeva

Finalement, l’Union des Coopératives de Transport Urbain (UCTU) va maintenir sa décision et ordonne aux transporteurs urbains de garder le frais de transport à un prix fixe de 500 Ariary.

Cette décision serait prise sous différentes conditions, les responsables vont désormais contrôler la qualité des services dans chaque coopérative et pour chaque ligne. Cela comprendrait l’entretien du transport, le respect du confort et de l’hygiène. Les transporteurs ont le devoir de respecter le circuit en ramenant les passagers vers leurs destinations finales. Cela impliquerait également la maîtrise des codes de la route pour les chauffeurs.

Mais ce sont des décisions qui ont été clamés durant des années, à chaque restructuration. Voilà qu’on les remet sur les rails, notamment par la descente sur terrain de la cellule d’intervention routière, la semaine dernière. Les applications et les contrôles sont attendus fortement par les usagers. Ces derniers qui subissent déjà le coût de la hausse généralisée des prix des produits de première nécessité (PPN).

«  Les dépenses journalières s’accroissent, nous sommes 5 à la maison, mon mari, nos trois enfants et moi. Nous nous déplaçons tous les jours en taxi-be pour rejoindre nos lieux de travail. En plus, les enfants doivent se déplacer d’un bus à l’autre avant d’arriver à leurs écoles respectives. Si auparavant, on dépensait à nous 5, la somme de 10 000 Ariary pour les frais de transport, actuellement nous devons prévoir 5 000 Ariary de plus pour s’assurer d’arriver à destination. Il y a aussi les allers-retours de la maison, certains trajets nous le faisons à pieds. » explique Lanto, une mère de famille, travaillant comme gérante d’un magasin à Tana.

Les transporteurs sont fermes sur leur décision, si les demi-tarifs étaient à 300 Ariary auparavant, cela s’est élevé à 400 Ariary ces derniers temps.

Au début de ce mois de février, un accord a été mis en place pour reporter l’augmentation des prix à la pompe des carburants. Le renforcement de l’amélioration du système de compensation des transporteurs a également été évoqué lors du Conseil des ministres de la semaine dernières mais toutes ces mesures visiblement ne satisfont pas encore l’UCTU.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 9 février à 15:12 | Ibalitakely (#9342)

    Nefa izaho mandeha eny an-dàlana rehetra eny atramin"n y omaly dia mahita soratra @ fiara taksibe hoe Ar 200 ny saran-dàlala, izay marina moa lazaina e !!!

    • 10 février à 19:48 | toky (#8231) répond à Ibalitakely

      Ny olana eto dia tsotra:ny gasy mitapikitra amin ny zavatra hita fa tsy mety sy tsy ho lasa lavitra : mila manova tanteraka ny fomba fiasa sy fijery mahatakatra lavitra. Fanazavana : ny fomba fitaterana amin izao dia miteraka loza sy tsy fanarahana lalana marobe ary kolokolo satria ny tompon ny fiara dia mampanofa amin ny chauffeur sy receveur ny fiara isanandro ; mazava ho azy fa mannejika rendement ireo dia manao izay saimpatany satria mila mahazo vola. Mila averina ny société mpitatitra tahaky ny Antafita Fibata ka ny mpanjifa afaka mividy ticket pour un mois ka ticket vidina any amin ny guichet sns afaka ny fifanenjehana sns mahatonga ny mpitatitra sy ny mpanjifa manaradalana io. Afaka mandamina nyè fotonan ny mpanjifa sns tsy bordel tsony ny fitaterana . Afaka mangataka hevitra aty raha te hanova fomba fiasa obsolète ireo e

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 391