Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 15 décembre 2017
Antananarivo | 01h43
 

Politique

Cadre juridique des élections

L’Exécutif a ses propres idées

vendredi 1er décembre | Ny Aina Rahaga

Après le conseil des ministres à Mahajanga la semaine dernière, les trois projets de loi relatifs au régime général des élections ont totalement disparu de la circulation. Ils ne sont pas encore entre les mains du Parlement, que ce soit de la Chambre Haute ou de la Chambre Basse. La raison possible de cette disparition serait la note du conseil des ministres sur la validation de ceux-ci qui soulignait que les trois projets de loi sont validés sous réserve de correction. Des modifications seront donc apportées aux textes initiaux, obligatoirement par l’Exécutif. Comme la session ordinaire du Parlement ne durera plus que deux semaines et si actuellement ces projets de loi n’y sont pas encore, il est fort probable qu’ils n’y parviendront plus. Ce qui amène à se demander ce que prévoit réellement le régime par rapport à ces textes devant régir les prochaines élections.

A plusieurs reprises, la société civile avait demandé à ce que le texte leur soit remis avant d’être soumis au deux chambres du Parlement ; requête qui est restée sans réponse jusqu’ici. Les projets de loi relatifs au régime général des élections risquent ainsi de finir comme le code de la communication médiatisée.

Sans le Parlement

Pour pouvoir être soumis aux délibérations et au vote des parlementaires, le délai de 15 jours est requis pour chaque projet de loi après son dépôt au bureau des deux chambres. Or, il ne reste plus que deux semaines avant la fin de cette seconde session ordinaire. Il est donc maintenant peu probable si l’on se réfère à ce délai, que les projets de loi électoraux puissent être adoptés pour cette seconde session ordinaire. Il se pourrait que l’adoption de ces textes électoraux attende la prochaine session ordinaire du Parlement au mois de mai de l’année prochaine. Cela laisserait du temps à l’Exécutif d’opérer les dites corrections. Une autre option s’ouvre également car l’article 89 alinéa 2 de la Constitution dispose que « Si l’Assemblée Nationale n’a pas adopté le projet de loi organique avant la clôture de la session, les dispositions dudit projet peuvent être mises en vigueur par voie d’ordonnance, en y incluant, le cas échéant, un ou plusieurs amendements adoptés par une Assemblée. ». Aussi, l’Exécutif peut donc recourir à la voie règlementaire sans devoir passer par le contrôle et les débats du Parlement. Et vu le caractère de ces projets de loi, il n’en serait pas moins étonnant que le régime ait recours à cette deuxième option.

122 commentaires

Vos commentaires

  • 1er décembre à 10:33 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Ainsi donc, dans le contexte qui prévaut, personne ne pourrait définir sur le plan juridique ce qu’on entend vraiment par « pré-campagne électorale », et tout le monde pourrait y aller à sa manière du moment qu’elle ne gène pas les intérêts de ceux qui ont des structures et moyens pouvant couvrir le territoire...

    • 1er décembre à 10:58 | Liberty (#3679) répond à Vohitra

      Parce qu’avant ça se passait comment ?

      Simple question.

    • 1er décembre à 11:26 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Bonjour Liberty,

      Avant, il y un un vide juridique sur la question, je dirais une opacité totale sur ce plan.
      La formule qui gagne, c’est que la parti-Etat inaugure tout à tour de bras en faisant appel à la contribution des individus détenteurs des autorités publiques...

    • 1er décembre à 12:43 | Einstein (#3390) répond à Vohitra

      Alors c’était mieux avant ou maintenant ?

      C’est ça la vraie question de Lliberty. Je pense que vous ne comprenez rien...

      Des fois on se demande pourquoi les gens ils font des commentaires à n’y rien comprendre.

    • 1er décembre à 14:13 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Einstein,

      Vos savez très bien que le vide juridique ne fait que laisser une porte d’entrée à toutes sortes d’abus, et le candidat d’Etat aura toujours les moyens de faire usage de leurs autorités et les prérogatives de la puissance publique qui leurs sont conférés pour faire pression sur ses concurrents.
      Malheureusement, de tout temps depuis la première République, rien n’a changé à Madagascar, on reste dans le flou total.

    • 2 décembre à 13:21 | doulos (#10113) répond à Vohitra

      @liberty

      Très bonne question qui devrait renvoyer tout le monde dans les cordes, mais vous allez être déçu(e) si vous vous attendez à ce qu’on vous réponde en toute honnêteté... « on est à Madagascar ! » ....ça excuse tout !

  • 1er décembre à 10:41 | DanBe (#2256)

    Tout ces traficotages autour des élections ne sentent vraiment pas bon...
    Va t on encore avoir une énième crise électorale en 2018 ?

    • 1er décembre à 11:03 | rakoto-neutre (#8588) répond à DanBe

      Moi, je crains le pire : Un affrontement à ne pas écarter.

  • 1er décembre à 10:42 | nash (#4185)

    Ceci dit, pour ce que les parlementaires feraient des projets de loi : même une loi de finance votée sans discussion en moins de temps qu’il n’en faut pour juste lire l’énoncé de la loi (?). Alors, projet de loi ou pas, c’est égal. D’ailleurs pourquoi réglementer les formes des élections, elles ressembleront de toute façon à toutes les élections passées. Et dans 4 ou 5 ans on aura de nouveau une « solution extra-constitutionnelle » comme d’habitude, et ainsi de suite jusqu’à la fin des temps...

    • 1er décembre à 11:16 | Liberty (#3679) répond à nash

      C’est pas avec une élection qu’on va pouvoir éliminer la pauvreté à Madagascar.

      Il faut une prise de conscience générale de l’ensemble de TOUS les Malagasy.

      Et qu’on arrête d’écouter des politichiens qui une fois élus se laissent corrompre et ne pensent plus qu’à remplir leurs poches et enrichir leurs familles et leur entourage.

      Le destin des Malagasy est entre leurs propres mains, pas dans les mains de Rajaonary ou de Ravalo ou de Rajoely ou je ne sais pas qui qui n’aura aucun pouvoir une fois élu face à la puissance des Karana Sinoa Vazaha qui profitent de nos faiblesses civilisationnelles.

      C’est partout pareil comme ça en Afrique.

      Il est l’heure de se réveiller...

    • 1er décembre à 13:36 | doulos (#10113) répond à nash

      @liberty

      Bonjour
      Vous avez raison de dire que ce sont les Malgaches dans leur ensemble qui doivent changer de mentalité. Mais il ne suffit pas de le dire .... il faut le vouloir.

      Quant à vos faiblesses « civilisationnelles » (dont profitent, selon vous, tous les étrangers !) il ne tient qu’à vous de vous en défaire...
      Cela dit, j’en doute car il est évident que vous chérissez ces faiblesses au point de le avoir rebaptisées dans votre inconscient collectif « traditions », « coutumes », « culture »... Donc, c’est triste à dire mais vous avez la classe politique qu’hélas « vous méritez » et comme la nature—et a fortiori, l’économie—ont horreur du vide, ceux que vous pointez du doigt (vazaha, karana, sinoa) s’engouffrent dans la brêche !
      Vous êtes donc vous-mêmes responsables de cet état de dépendance proche de l’asservissement.

  • 1er décembre à 11:38 | Vohitra (#7654)

    Lu dans un quotidien de la place, je cite :

    - projet de loi relative à la confiscation et affectation des biens illicites
    - projet de loi sur la coopération internationale en matière pénale

    Mais pourquoi le gouvernement ne demande pas la convocation d’une session extraordinaire du parlement pour débattre de ces questions afin que ces projets puissent être votés ?

    • 1er décembre à 12:11 | Jipo (#4988) répond à Vohitra

      Bonjour .
      Parce que d’ une part ça les arrange, et de l’ autre c ’est qu’ ils ont d’ autres priorités, à commencer par se faire ré élire pour continuer à jouer aux apprentis et avant tout se gaver sur toutes les opportunités qui se présentent .

  • 1er décembre à 11:55 | njarasoa (#10017)

    Tout à fait d’accord que l’exécutif aie ses propres idées MAIS il ne faut pas oublier non plus qu’on parle d’une élection présidentielle DONC tout le monde est concerné et devrait pouvoir donner son avis pour la tenue d’élections libres, crédibles et transparentes ! Le hic c’est que l’on constate que le régime HVM veut mener le jeu seul, unilatéralement en légiférant par ordonnance. Et en légiférant par ordonnance, il dénature l’esprit de la Constitution en vigueur, pour être à la fois juge et parti ! La République est en danger pour sauvegarder les intérêts d’une minorité qui pille la Nation et ça a un nom : « PLUTONOMY ».

  • 1er décembre à 12:25 | KARIBO (#7602)

    Bonjour .
    Quant on voir le profil d’ un Brunel Razafitsiandraofa, plus proche de celui de maton de tsyafahy, ou boucher à antanimora , il n’ y pas à s’ étonner que les choses n’ avancent pas comme elles devraient .
    Avec des zozos pareils, on est pas sorti de l’ auberge .
    Il est grand temps d’ éradiquer ces vermines .

    • 1er décembre à 12:30 | RAMBO (#7290) répond à KARIBO

      Cà s’appelle délit de faciès !

    • 1er décembre à 13:40 | doulos (#10113) répond à KARIBO

      NON Rambo ! ....ça s’appelle de la « perspicacité » de la part de karibo, mais pour comprendre la distinction, il faut un minimum d’intelligence, ce qui apparemment vous fait défaut.

  • 1er décembre à 12:27 | RAMBO (#7290)

    Il y a trop de raccourcis dans les commentaires ! Les uns craignent le pire ,les autres voient que çà sent vraiment pas bon et certains journalistes enfoncent le clou en affichant des titres racoleurs genre « Crise possible ou crise inévitable »...Mais qui est-ce qui vont provoquer tout çà ?
    C’est le Président de la République qui était le premier à parler de ce problème posé par les « dates des élections, en l’occurrence, l’élection présidentielle. En effet selon l’article 47 de cette Constitution irréfléchie : »L’article 47 de la Consti­tution prévoit, notamment, que l’élection du chef de l’État, a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat de celui en exercice« . Selon cet article, alors que le mandat du Président Rajaonarimampianina expire le 24 janvier 2019. L’élection présidentielle devra donc avoir lieu au plutôt le 24 novembre 2018 et au plus tard le 24 décembre 2018. Donc le Président donne » en cadeau" 30 à 60 jours de son mandat à qui ? A personne parce que le nouveau président ne sera pas encore élu. La loi ne précise pas qui est-ce qui gouverne pendant ce temps ?
    Certains disent qu’il fallait rectifier le tir en début de mandat mais pas maintenant. Mais que dirait-on si en 2013 le Président proposait cette amendement ? On l’aurait accusé de « déjà préparer sa réélection ».
    De toute les manières 30 ou 60 jours avant ou après, cela ne changera pas grand chose à l’issue du scrutin. Ce que craint le Président c’est « cette période de vacances de pouvoir risque d’inciter les maika hipetraka de créer la crise ». Et l a raison parce que les presses d’opposition et les commentaires prédisent sans arrêt la crise pré ou post électorale.
    Depuis son élection le Président Rajaonarimampianina a pu faire observer la stabilité politique avec sans froid et sagesse. C’est l’homme de la situation même si le volet économique n’est pas tout à fait au rendez vous. Mais nous sommes en voie d’efforts économiques .

    • 1er décembre à 14:18 | FINENGO (#7901) répond à RAMBO

      @ RAMBO.

      Je ne vois où serait le Problème du 30 jours au moins et du 60 jours au plus.
      Et je ne vois pas comment un Président qui en place, puisse donner 30 ou 60 jours à qui que ce soit. Le nouveau Président élu prend ses fonctions à la fin du mandat du Précédent.
      Ceci implique, tant que la Passation des Pouvoirs entre le Président et le nouveau Président élu n’est pas effectif, le Président en place et son gouvernement sont toujours les Maîtres des lieux.

      Et pour les efforts économiques que vous estimez en voie de réalisation, c’est un peu une exagération me semble t’il, car aucun indicateur digne de ce nom ne les mentionne, ni localement, ni de l’extérieur. Le Cas du Sud Madagascar, est au point fixe avec aggravation depuis plus d’un an voir deux Maintenant, alors les efforts que vous parlez ici, doivent être des efforts que l’on peut qualifier de fictifs, car depuis quatre ans, rien ne bouge avec une grosse tendance au recule dans tous domaines. Santé, Sécurité pour l’essentiel sans oublier l’enseignement.
      A moins que je me trompe, vu les années d’absence..

  • 1er décembre à 12:56 | SNUTILE (#1543)

    - L’idée qui me vient c’est proposer à la population une enquête sur les infractions civiles que commettent certains dirigeants.
    - De là soumettre énumérés la liste des faits à l’assemblée qui va eux même en faire un livret législatif avec les sanctions adaptées.
    - Et les livrets seront publiés affichés sur les lieux publics bien visibles. Pour montrer du doigt chaque personne qui aura la tentation du mal.

    • 1er décembre à 15:15 | Sabrina (#4247) répond à SNUTILE

      Ôh comme c’est beau...

      Il suffit de « montrer du doigt chaque personne qui aura la tentation du mal ».

      C’est trop mignon. Bisounours...

    • 2 décembre à 13:48 | doulos (#10113) répond à SNUTILE

      @sinutile

      Partout où ce type de « participation de la population à l’assainissement de la sphère politique » (que je préfère appeller « délation pure et simple » ) a été encouragé voire téléguidé, ça c’est très très mal terminé !
      Sans remonter jusqu’à l’Antiquité, les exemples des dérives de ce type de pratique malsaine ne manquent pas :
      L’inquisition dans l’Espagne, la France, et l’Italie du moyen-âge
      Les guerres de religion
      la terreur pendant la révolution française
      la terreur bolchevique puis stalinienne
      La dénonciation puis l’extermination des Juifs sous le régime nazi
      L’horreur des dazibao (murs de dénonciation) de la révolution culturelle de mao zedong
      etc... etc...
      Plus récemment chez vous « ce recours au peuple » s’est exprimé par le lynchage d’innocentes personnes à nosybe, entre autres.
      De tout temps, la « justice populaire » a toujours été la pire justice qui soit !

      Le problème chez vous c’est que le bianco ne fait pas ou ne peut pas faire son travail en toute impartialité.... et d’après ce que je constate à chacun de mes passages c’est que ce n’est pas forcément lié à des institutions défaillantes mais aussi et surtout à la mentalité de vos compatriotes. Et même les Malgaches expatriés ne font rien pour relever le niveau !

      Trouvez autre chose SVP !

  • 1er décembre à 13:05 | dominique (#9242)

    tous en réunion pour organiser une bonne et très sérieuse magouille très certainement ....

  • 1er décembre à 13:44 | che taranaka (#99)

    AKORY LAHALY

    Et si vous pensez plutôt à vous souciez de la MISERE des Gasy ..

    AUCUN REGIME...PSD...AREMA....TIM.....n’a pu résister au vent de la REVOLTE POPULAIRE....

    une crise politique chronique....nous attend avec vos calculs bassement polifikas....et vos tyrannies... !

  • 1er décembre à 13:50 | akam (#7944)

    - Ce qui se discute actuellement decoule de 2010, la constitution de la 4eme republique instituee comme dans ts pays africains par des putschistes. Elle est ce qu’elle est, lors de ces premieres annees de mandature, Hery n’a pas ose a la changer. He ben qu’il execute. Evidemment l’esprit est domine par le formalisme d’une « nouvelle constitution » mais qu’est ce que cela veut dire ? Le regime actuel est confronte par la mise en œuvre de celle-ci et constate l’existence des jalons ! Bien sur que le regime de transition (2009-2013), muni d’esprits effervescents, fut contraint par un dynamisme incontrole de modifier la constitution. Mais la pratique n’est pas si simple que cela car l’executif est contraint d’outrepasser le droit.
    - C’est pourquoi l’interpretation des regles juridiques dans leur ensemble font apparaitre des quiproquos versant meme dans l’irrespect de la constitution. Le passage de Rivo Rakotovao a la tete du senat est revelateur. Transpose au droit constitutionnel, les deplacements presidentiels actuels, de surplus fleuris par le contenu des discours, revelent l’inconstitutionnalite de la pratique. Comme la HCC ne donne pas vie a un « vrai » controle democratique. Le tout devient ubuesque car l’institution en charge de « policer » et d’exiger l’application de la constitution est defaillante. Oui la verticalite de la nomination de la tete de la HCC explique cela. Malheureusement, le babakoutoland n’echappe pas a la pratique africaine comme quoi le regime au pouvoir applique l’autocratie.
    - D’ailleurs, HRM ne se voile pas la face pour couper des rubans a longuere de journee afin de crier haut et fort sa reelection et martele notamment son nom pour que son nom et sa personne hantent les chaumieres gasy. Y a qu’a suivre ce qui se trame actuellement entre le PRM et le HVM. Ce dernier par la bouche de son president « reclame » formellement la candidature de HRM, mais sans etre handicapes mentaux, que fait et dit celui-ci lors de ces prises de parole ? Dans ce schema, pour autant qu’ils (PRM et HVM) disent respecter la constitution, la propagande presidentielle est bien en marche.
    - A un an de la presidentielle, Jupiter a fait la demonstration en France qu’il est inutile de monter un parti, poussiereux d’espoir (Marine) et de desespoir (Fillon, Hollande…), pour parvenir a sa fin. Il est clair que HRM a change de statut car il a au Q maintenant le HVM. Ce parti, etant un moteur de sa mandature, n’est a l’abri de toutes mesaventures mecaniques. C’est la regle et notamment en Afrique. Mugabe vient de subir les frais. A suivre car ces pratiques « dites » constitutionnelles foisonnent en Afrique etant donne que le niveau intellectuel des politiciens gasy gravitant autour est malheureusement bas.

  • 1er décembre à 13:51 | Isandra (#7070)

    La nouvelle loi, bien qu’elle n’est pas nécessaire,... à chaque changement des dirigeants, c’est une habitude chez Maman pour marquer leur passage, après elle portera leur nom,...Comme Maman reste notre modèle, elle s’applique aussi chez nous,...

    Vous pouvez changer la loi comme vous voulez, mais, n’oubliez pas ceci on ne peux pas changer la logique de chose,...notamment « les mêmes causes produisent les mêmes effets ».

    Ravalo et Ratsiraka en savent quelque chose,...à moins que Hery pense que ça n’arrive qu’a eux,...

    • 1er décembre à 14:03 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à Isandra

      Isandra,
      Si vous et akam auriez une mère comme la France ,vous seriez sans doute mieux élevés !

    • 1er décembre à 14:49 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      Si vous voulez imiter ’ maman’ faites comme en 1789 ,.Que les fokontany adressent ’un cahier des doléances ’’ au président et aux élus .

  • 1er décembre à 13:59 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Tompoko,

    « Azo hametrahana fanantenana sy hitondra fahombiazana ho an’ny mpiara-belona ve ny fifidianana kinasa hotanterahana eto amin’ny Firenena ? »

    Sarotra ny mitondra valinteny mahafapo sy lavitry ny tebiteby ary ahiahy amin’izany fanontaniana izany, toa raharaham-panjakana sarona anaty harato feno fandrika hoy ny sasany, toa fifandroritam-pahefana feno fitaka sy lavitry ny alaolana amin’ny ngidim-piainana andavanandro hoy ny maro. Ny tsy azo lavina nefa dia tsy maintsy hisy io fifidianana io satria ny mpiantsehatra rehetra dia mankamamy sy maniry ny hisitraka ny fahefana tsy refesimandidy hifehezana ny vahoaka sy ny harena sarobidy fonosin’i Gasikara avokoa.

    Raha mbola manjavozavo sy rendrika anaty honahonan-kafetsena ary ny fehezandalàna hitantanana ny fifidianana hokinasa, ny fahantrana sy ny sondrombidim-piainana tsy mitsahatra misononoka, ny disadisam-piarahamonina isantsokajiny tsy hay fefena fa mitobaka, ny tsy fandriampahalemana mampikatotrano sy mitondra horohoro, dia inona ary no tokony hezahan’ny mpifidy hotopazamaso ?

    tsotra ny torohevitro : dieny izao sahady dia efa tokony hitily sy hitsinjo ny olona heveriny ny tsirairay fa afaka hametrahany fitokisana hitrotro sy hivimbina ny hetahetany ka hampihiratra indray ny tsirimpanantenana izay efa levona sy rotika teo aminy.

    Amiko dia ampy izay ary tokony hajanona amin’izay ny rafi-pisainana milaza hoe « ny prograna sy ny dinampiarahamonina hoentin’ny mpilatsaka hofidiana » no tokony hitarafana sy hametrahana ny safidy.

    Ny programa izany dia ao anatin’ny iray volana monja dia voarafitra mirenty sy meva, voakaly sy vita rindrandamina ; rehefa tsara fiomanana sy manana finiavana madio sy fahavononana ny ny mpifaninana dia azo rafetina mora foana izany raha toa ka tena mahafantatra ny malagasy sy ny zotram-piainany izy.

    Olona amin’izay jerena sy topazamaso ; tilio tsara ary diniho raha olombanona sy mendrika, olona manana tandrohasina azo antoka, olona mahafantatra tsara ny fahoriana sy ny vesatry ny tebiteby isampianakaviana, olona nobeazina sy voavolavola tao anatin’ny kolontsaina sy hasimpiarahamonina mifandrindra amin’ny fametrahankasina ny mahasarobidy ny « aina sy ny fanahy ». Io olona io tiliana sy zohina ary omeo tantsoroka.

    Fadio amin’izay ny mametraka fahatokisana amin’ny olona mampanantena anao fa :
    - hampidina ny vidin’entana sy hanome toky anao fa hihinana sy ho voky ianao
    - hanamboatra làlana sy tetezana ary hanangana tohadrano sesehena ho anao
    - hanangana tobimpahasalamana hitsinjo ny fahasalamanao
    - hanangana orinasa sy milaza fa mahita famatsiambola hanorenana toekarena mivoatra sy maharitra
    - hametraka filaminana sy hanafoana ny asandahalo isantsokajiny

    Ny olona manao ireo fampanantenana ireo dia mpanao angoantenda sy mpamitaka ary mpisoloky safidimbahoaka, mpijirika harena iombonana sy mpanao hevipetsy, mpivarobava sy mpamatsy hosoka. Tsy manana sy tsy mahita akory làlana sy hevitra entina hitondrana fiovana eto amin’ny Firenena afatsy ny fivarotana ambongadiny ny tanindrazana ho takalon’ny hambo sy ny filany izy. Tsy manana atolotra afatsy ny resaka mpamatsy vola izy.

    Jereo sy banjino ny olona vanona sy mendrika ary manana fahasahiana milaza :
    - manao fanambarana ampahibemaso ny faripananany sy ny fototra niavian’izany
    - manambady tokana ary mametraka fa ny lahy sy ny vavy no fototra hiorenan’ny fianakaviana
    - tsy mbola nigadra ary tsy mbola voarohirohy tamin’ny heloka bevava na nohafahana vokatry ny fisalasalana
    - tsy manana harena be miavosa norantovina nandritry ny vanimpotoana nitantanana raharaham-panjakana
    - ny solombavambahoaka dia tsy mpanangana fotodrafitrasa fa mpanao lalàna sy mpanaramaso ny fandehan’ny raharaham-panjakana
    - tsy hametraka Praiminisitra lehiben’ny governemanta fa izy tenany no tompomarika feno sy tanteraka amin’ny vokatrin’ny fitantanany ny Firenena
    - tsy hametraka rafipitsarana manokana hitsara ny mpitondra fa manaiky ampahibemaso ny hotsaraina amin’ny ambaratongam-pitsarana natao ho an’ny olontsotra
    - hampanao fanambaram-pananana ampahibemaso ny mpikambana amin’ny andrimpanjakana rehetra eto amin’ny Repobilika sy ny mpiasampanjakana ambony manana fanapahana

    Izay olona mahafeno ireo fepetra nosoritako etsy ambony ireo no heveriko fa tokon’ny holofosan’ny mpifidy ny fitiliana azy dieny izao, torohevitra ihany ny ahy io.
    Marina fa manandanja ny programan’asa hotanterahana, saingy izao famolavolana ny azy fa ny dinika rehetra sy ny fanitsiana dia eny amin’ny Antenimiera no hisian’ny tokony ho teny farany.

    Ny olona vanona sy vonona no tena zavadehibe amiko.

    « Tsy ny hosoran-tsakay no mangidy hoditra, ary tsy ny hosoran-tantely no mamy hoditra, fa ny atao no mahasoa sy maharatsy »

    Mankasitraka Tompoko

    • 1er décembre à 14:09 | Mihaino (#1437) répond à Vohitra

      Misaotra sy mankasitraka anao ry Vohitra !
      MAZAVA bé aminay ny teninao rehetra .
      Mirary soa

    • 1er décembre à 17:02 | akam (#7944) répond à Vohitra

      - Je pense qe t’as aucun complexe a t’exprimer en francais. Ce ne sont pas les 2 ou 3 cretins de service qui se reconnaisent eux-memes et qui, par stupidite, perturbent les debats. Ce n’est pas le francais « mediocre » qu’ils utilisent qui devra te freiner. Tu peux t’exprimer librement. En ts cas les fautes qu’ils commettent a chaque ligne revelent clairement qu’ils n’ont pas assez use le fond de leurs culottes a cirer les bancs de leurs ecoles.
      - Bref, t’as l’air lucide et patriote pour esperer trouver l’emergence d’ un candidat repondant a ta litanie…Tu peux rever ! mais ca pourrait devenir une realite !!!De visu le quidam est bien difficile a trouver dans ce milieu politique gasy actuel. D’autant plus que si on tient a epuiser les vertus gasy telles qu’on a enumerees, les candidats qui affichent une conduite tant souhaitee dans ton post n’y sont pas dans ce vivier actuel ou corrupteurs et corrompus cohabitent comme cul et chemises.
      - Une mandature est tellement courte que l’idee que t’evoques a propos d’un regime presidentiel ou celui qui postule mene lui-meme la politique ou le programme avec lesquels il est elu est discutable. Je ne pense pas que le probleme fondamental reside a ce niveau.
      - L’Afrique est actuellement un champ d’experimentation des constitutionalistes francophones. Bidouillage partout afin de rester au pouvoir... ceci est manifeste car chacun agremente afin de « cultiver son jardin » et de « pimenter sa constitution ». Ceci par-dessus tout avec les maudits rapports entre le gasy et l’argent « facile » ! Ce qualificatif est important car a Mada la machine judiciaire est inexistante. Oui, elle est qualifiee ainsi car il y a moult cas d’impunites a travers les exemples de dilapidation des richesses naturelles (mines, rosewood…).
      - Des proces de « biens mal acquis » devraient etre edifies, voir amplifies afin de servir d’exemples… Et des sanctions appliquees, telles les radiations a vie de n’importe quelles personalites afin d’eliminer les opportunistes qui parasitent carrement la machine politique gasy. C’est clair qu’un regime ou le PRM, tel que HRM, a debute par sa propre peau afin d’etre soutenu par une horde d’opportunistes ne rappelle que du scenario « deja vu ».

    • 1er décembre à 18:47 | papangue (#9623) répond à Vohitra

      Akory lihe, manakory akory lahale, tsarava r’tonaka,
      Any i Vohitra,

      Mahafinaritra tokoa ny mamaky lahatsoratra natao tamin’ny teny malagasy izay mahafehy tanteraka ny fitsipika izay mifehy azo.
      Mahakamo tokoa ny mahita ny mba voasoratry ny sasany eto, akory atao fa toerana toy itony dia vitsy , ami’ny lafiny hoe maimaipoana sy misy fahalalahana maneho hevitra.

      Raha ny tokony ho izy dia ny tsangak’evitra no mandeha aloha vao ny tsangan’olona, ahoana moa no isafidianana ny mpirotasaka iary raha to aka tsy fantatra mazava izay tondozotra tiany haleha ?

      Raha misy olombaovao te hirotsaka, amin’io fifidianana io dia maro dia maro ny sakana, anisan’izany ny sakana ara-bola.
      Sarotra ,raha ny fahitako azy, ny handà avy hatrany ny hevitry ny mpirotsaka izay hilaza fa hanatsara ny faripianinan’ny malagasy. Ahona moa , amini’izao fotaoana feno fahantrana fara’izay mihoampampana izao, raha 92% malagasy no mihinana latsaky ny 2 $ isan’andro.

      Tsy maintsy miresaka lafiny toekarena sy fanatsarana ny isan’andro ny mpirotsaka, na fotsiny hoe ahazahoana ny fon’ny vahoana fotsiny ary.

      Ireo atao hoe, manana traikefa amin’ny haino amajery ho an’ireo mpadray anjara dia tsy maintsy izay no hataony mba isarihana ny sain’ny mpifidy.

      Maro ny dingana mbola miandry ny mpandray anjara ka tsy afaka hiadry samy irery ny antenimera izy, satria na ny antenimiera ary dia olona tsy misy dikany ny ankamaroany, tsy manana traikefa, tsy manam-pahaizana va liam-bo..la avokoa, ka raha vao amoahana vola taratasy dia mandihy ambony latabatra avokoa.

      Ny olana goavana dia tena tsy misy mahalala izay toan’ny fitondrana atao amin’ity fifidianana ity , ny mpamatsy vola sy ny fikambanana iraisampirenena dia mangataka ny fahalalahana sy ny fahafahan’izay manajo rehetra hilatsaka. Fa dia ho hita eo.
      Mahatsikaiky koa ilay hoe manabady tokana …

      Mahereza jiaby !

    • 1er décembre à 19:27 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à Vohitra

      Akam,
      Si votre niveau de Français avait une quelconque influence sur votre intelligence vous seriez classés parmi les pays les plus riche du monde !
      Et ce n’est pas le cas ,doit y avoir un bug quelque-part !
      Donc en plus clair maîtrisé le Français ,et vous en êtes la preuve vivante ,ne fait pas de vous des gens supérieurs aux autres
      Notamment dans les qualités humaines ou vous êtes très très limités !

      Marche à l’ombre ducon

  • 1er décembre à 16:19 | diego (#531)

    Bonjour,

    Cadre juridique des élections.

    Que dis-je ?

    Il faut que ce pays ait des processus électoraux et des calendriers et des financements des élections, juridiquement bien encadrés.

    Pour ce faire, il faut inclure dans les décisions le peuple, en tant que témoin, les opposants, les autorités politique et les représentants de la Société Civile.

    Les élections dis-je ne sont pas des affaires internes de régime et des gouvernants. À partir du moment où les dirigeants vont solliciter l’avis et les choix du peuple, que cela soit par obligation pour le respect de la Constitution, à travers les différentes élections, ou par convocation par voie référendaire ou encore pour sortir d’une crise Institutionnelle, comme cela aurait dû être en 2008, par exemple.

    Les élections sont des affaires NATIONALES.

    Si l’Afrique et Madagascar sont pauvres et instables politiquement aujourd’hui c’est exactement parce qu’ils sont incapables, intellectuellement, matériellement et financièrement à concevoir des élections fiables, avoir des calendriers électoraux stables dans le temps et des fincements des élections respectant les lois.

    • 1er décembre à 18:06 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Bonsoir Diego,

      Le problème en Afrique, Madagascar bien évidemment, c’est que les élections sont uniquement organisées afin de pouvoir conserver le pouvoir, elles ne servent nullement à faire émerger et renforcer une démocratie.

      Une mauvaise organisation d’une élection (cadre juridique opaque ou absent, déficit de confiance vis à vis des organisateurs...) , ou bien une faible légitimité électorale des élus (la voix des urnes ne fait pas apparaître des choix basés sur une différence idéologique ou programmatique), tout cela ne fait que générer plus tard une mauvaise gouvernance manifeste et la dégradation avancée des capacités de l’Etat : très vite, il y a une capture des appareils de l’Etat au profit d’un parti-Etat, dysfonctionnement et déliquescence des institutions, et l’évanescence des responsabilités pour des cas avérés de mauvaise gestion des finances publiques.

      Aussi, à mon humble avis, l’existence d’un processus électoral ou bien la disponibilité du financement y afférent, ne sont pas suffisantes pour promouvoir la démocratie et renouer le continent africain vers la voie du développement ; L’Afrique a besoin de personnalités politiques intègres, à cheval sur des principes et vertus démocratiques basés sur les libertés politiques des individus, et surtout aptes à rendre compte sur ses actes et décisions.

      Bien à vous

    • 1er décembre à 18:22 | Turping (#1235) répond à diego

      Diego bonjour,
      Cadre juridique des éléctions, processus électoraux etc....sûrement, ce que vous dites est louable !
      - La CENI (commission électorale nationale indépendante) est l’une des institutions d’appui à la démocratie. Une institution qui se mondialisé à travers le continent africain. Par exemple la CENI de Guinée, la CENI RDC, etc...
      - Qui se cachent derrière ce label qu’est la CENI pour la financer ? un business aussi lucratif soit -il ?
      - Personnellement, avant de parler des éléctions si un pays n’a pas sa vraie souveraineté nationale, capable de recenser ses populations sans s’endettter pour financer ses élections c’est que tout va mal !
      - Processus électoraux etc....Sans passer les fondamentaux, de vrais de développement c’est du blabla.
      - La problématique se résume sur les failles qui se sont cumulées depuis des coups d’état répétitifs ayant pour conséquence des instabilités politiques, stratégiques, économiques à relever les vrais défis qu’attendent les malgaches pour améliorer leur quotidien et le collectif....
      Conclusion :le monde des finances, les multinationales qui gouvernent le monde au détriment des besoins vitaux de chaque individu.
      Nous avons toujours été gouvernés par les incompétents pour défendre les intérêts collectifs.
      A méditer !

    • 2 décembre à 15:16 | doulos (#10113) répond à diego

      @vohitra

      « il faut que.. » « y a qu’à... » Beau programme !!

      J’ai une idée ! C’est bientôt Noël ....
      Alors pourquoi ne pas commander au Père Noël ces fameuses « personnalités politiques intègres, à cheval sur des principes et vertus démocratiques basés sur les libertés politiques des individus, et surtout aptes à rendre compte sur ses actes et décisions » dont Madagascar et l’Afrique ont tant besoin ?
      Remarquez, je doute que, même lui avec ses pouvoirs quasi divins en période de fêtes, puisse vous exaucer !
      Vous avez toujours la possibilité de passer un commande anticipée pour Noël 2080 ou 2090 .... ça laissera peut-être (mais rien n’est moins sûr) le temps aux sociétés malgaches et africaines de produire en leur sein ces personnalités politiques intègres, à cheval sur des principes et vertus démocratiques basés sur les libertés politiques des individus, et surtout aptes à rendre compte sur ses actes et décisions ?!

      C’est Noël.....et à Noël on peut rêver, non !

  • 1er décembre à 18:38 | Albatros (#234)

    Le titre de l’article c’est :

    « L’Exécutif a ses propres Idées » ou « L’Exécutif a les Idées Propres » ?!.

    • 1er décembre à 19:27 | Jipo (#4988) répond à Albatros

      « ses propres idées » : maloto-bé .

  • 1er décembre à 18:55 | Mihaino (#1437)

    Les derniers posts d’Akam , de Turping , de Vohitra traduisent parfaitement mes pensées !
    Vous avez vos propres convictions que j’ai toujours respectées Diego et que je ne partage pas entièrement , je vous l’avoue sincèrement .
    Les élections approchent et le HVM et consorts sont sûrs de leur victoire mais ils ont oublié une chose très importante : le Peuple aura le dernier mot dans les urnes ! « Le meilleur moyen pour ralentir un cheval est de parier sur lui »dit-on ! Pour le PRM Hery et le PM Mahafaly , j’ajouterai que quand tout baigne , il y en a un qui coule ! A méditer .. ;

    • 1er décembre à 19:00 | Mihaino (#1437) répond à Mihaino

      Lire il y en a forcément un qui coule !

    • 2 décembre à 15:28 | vatomena (#8391) répond à Mihaino

      Isandra— Les malgaches ont choisi un jour Ratsiraka pour rompre avec la France . Les coopérants sont partis . Fini maman . Le malgache enfin libéré a pu donner toute sa mesure .Tous les jours nous avons l’occasion de montrer aux étrangers notre valeur intrinsèque . Il n’y a plus de paravent pour montrer au monde qui nous sommes ,ce que nous valons .

  • 1er décembre à 19:32 | Albatros (#234)

    @ Isandra (#7070) post du 01 décembre à 13:51.

    Décidément, Isandra, vous avez du mal à couper le cordon ombilical avec « Maman » !!!.
    Dans chacun de vos posts, sur la peste, le nucléaire, la sécheresse dans le Sud, la vitesse du vent, le prix du riz, les criquets, etc... etc... à chaque fois le responsable des malheurs qui s’abattent sur Madagascar c’est..... « Maman » !.

    Je vous rappelle que depuis 1960, ce n’est pas « Maman » qui gouverne à Madagascar !.
    Ce sont des « Malgaches » !.
    Quelque puisse être l’influence de « Maman », vous êtes « majeurs » depuis longtemps. 57 ans !!!.
    Alors il serait peut être temps d’agir en tant qu’adultes !.
    J’ai dans un post, il y a quelques jours, souligné que le PIB de la Corée du Sud et celui de Madagascar étaient comparable en 1960.
    Ils étaient au même niveau alors que les infrastructures de la Corée du Sud avaient été en grande partie détruites par la guerre, alors que « Maman » avait laissé des routes, des écoles, des hôpitaux, le canal des Pangalanes, des lignes de Chemin de Fer, etc.... etc...
    Ce n’est pas « Maman » qui a creusé les nids de poules sur les routes, ce n’est pas « Maman » qui a vendu les droits de pêches, ce n’est pas « Maman » qui a coupé le Bois de Rose, ce n’est pas « Maman », ce sont des malgaches comme VOUS !.
    Quand je dis des « malgaches comme vous », je parle des malgaches qui ont un certain niveau d’éducation, d’instruction, de moyens financiers, mais qui ne pensent qu’à eux !. Et qui, quand çà ne va pas pas comme ils le souhaitent, mettent tout sur le dos de « Maman », des Américains, du Pape, du Dalaï Lama, de la CI, de l’UE, etc... etc...
    Les autres (la grande majorité !) se battent pour survivre avec les moyens du bord sans remettre sur l’étranger, la responsabilité de ses malheurs. Cette majorité sait très bien que ses malheurs viennent d’une minorité de malgaches qui s’enrichie sur leur dos et, un jour ou l’autre, élection ou pas élection, cette majorité se fera entendre !. On ne parlera pas, alors, d’une « révolutionnette orange » mais d’une vrai Révolution.

    Et ce ne sera pas la faute de.... « Maman » !.

    • 1er décembre à 20:14 | vatomena (#8391) répond à Albatros

      Madame Isandra n’a qu’un seul mot à la bouche ::Pillage Colonial ! Qu"elle nous rapporte ce que Madagascar produisait avant 1985 pour qu’on en juge .. Madagascar ,c’était comme le Burkina Faso que vient de visiter le président Macron !

    • 1er décembre à 20:32 | vatomena (#8391) répond à Albatros

      Madame Isandra n’a qu’un seul mot à la bouche ::Pillage Colonial ! Qu« elle nous rapporte ce que Madagascar produisait avant 1985 pour qu’on en juge .. Madagascar ,c’était comme le Burkina Faso que vient de visiter le président Macron »« Les crimes de la colonisation »* :
      dans aucun autre pays de l’ancien Empire colonial français cette expression
      n’est plus fausse qu’au Burkina, ex-Haute-Volta. Les autorités françaises,
      dès qu’elles prenaient possession d’un territoire, y interdisaient
      rigoureusement trois pratiques ancestrales : l’esclavage, l’anthropophagie
      et la castration des petits garçons. Le Moro Naba, souverain traditionnel
      du pays mossi régnant à Ouagadougou, avait un harem et des eunuques jusqu’à
      l’arrivée des Français. J’ai visité la brousse burkinabé, et les vieux,
      déplorant l’état sanitaire des enfants dans un pays où il y a beaucoup de
      maladies infectieuses dont la terrible bilharziose, me disaient souvent :
      « du temps des Français, il y avait régulièrement des campagnes de
      vaccination ». Exploitation économique ? Il n’y avait rien à exploiter en
      Haute-Volta, et les quelques richesses minières n’ont été découvertes
      qu’après l’indépendance. La France a construit à grands frais une ligne de
      chemin de fer Abidjan-Ouaga, et les comptes de la colonisation prouvent
      qu’elle a dépensé dans ce pays beaucoup plus d’argent qu’elle n’en a gagné.
      N’oublions pas que la conquête s’est faite par ruse et diplomatie beaucoup
      plus que par violence. Et n’oublions surtout pas le système scolaire fondé
      par la France. Que de crimes, en effet, que de crimes ! «  »

      En dehors du secteur minier ,c’est de la Vanille que le pays tire l’essentiel de ses devises . La vanille a été un enrichissement pour Madagascat et ce sont les créoles qui ont introduit la Vanille à Madagascar
      entre autres exemples d’enrichissement du pays par la voie coloniale .

      Les français ont pris gout chez eux à ce fruit exotique qui vient d’Australie ; le Kiwi. Le commerce du Kiwi marche bien . Aussitot, en France ,des hommes de la terre ont acclimaté le Kiwi et aujourd’ hui les français dégustent des kiwis qui viennent de leur terroir . Ce n’est pas aux malgaches que de saisir une telle opportunité serait venue . Voilà une autre occasion perdue de se faire des devises .

    • 1er décembre à 23:05 | Albatros (#234) répond à Albatros

      @ Vatomena

      Bonsoir !.
      En ce qui concerne le Burkina Faso, je viens de relire un article de « Jeune Afrique » consacré à Thomas Sankara !.
      Son destin m’a rappelé celui de Richard Ratsimandrava !.
      Tous les deux avaient une certaine « vision » politique de ce qui pouvait être bon pour leur pays et leurs habitants !.
      Tous les deux ont eu la même mort tragique.
      Tous les deux abattus aux profits de politi-chiens véreux !.

    • 2 décembre à 07:51 | vatomena (#8391) répond à Albatros

      Bonjour Albatros

      En savez vous davantage sur Lumumba ? Ils commencent toujours comme ’libérateurs ’ et ils finissent comme tyrans . Les exemples sont nombreux .

    • 2 décembre à 15:11 | Isandra (#7070) répond à Albatros

      Albatros,...

      « Je vous rappelle que depuis 1960, ce n’est pas « Maman » qui gouverne à Madagascar !.
      Ce sont des « Malgaches » !.

      En effet, Madagascar est officiellement indépendant, depuis 1960,.

      Cependant, cette indépendance était conquille vide dès le départ, car elle n’était pas avec la liberté. De Gaulle a dit « L’indépendant, oui, mais, liberté non », c’est pourquoi, les colons n’avaient pas laissé les Malagasy choisir leur dirigeants, mais ils les ont choisi pour eux à leur place dans un bureau quelque part à Paris.

      La colonisation avait été vite remplacée par le néocolonialisme à travers de la fameuse France- Afrique dont il n’est plus nécessaire de détailler ici, les objectifs aussi bien géopolitiques que économiques.

    • 2 décembre à 15:19 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à Albatros

      Isandra,
      mensonges et encore mensonges .
      Dire que c’est la Francafrique qui dirigeait Madagascar et surtout pendant les 25 ans de la période « socialiste » est un mensonge éhontés .
      Vos amis russes ne l’aurait jamais permis .
      A cette époque c’était la russafrique qui dirigeait !

  • 1er décembre à 20:03 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Revenons sur terre et cessons de tout analyser dans un monde virtuel comme Vohitra, je m’explique, les candidats à la présidentielle éventuelle doivent s’adresser à quels électorats pour être élu :
    - ni la gauche ni la droite comme ailleurs notamment en France qui s’est affranchie de cette considération dernièrement.
    - ni les intellectuels ni ceux qui sont considérés comme instruits aptent à comprendre des débats d’idée.
    - mais à des populations qui ne comprennent rien à part les raisonnements disons terre à terre telle le paradis socialiste de Ratsiraka, le changement de Zafy Albert (vote sanction) et la promesse de vie meilleure de Ravalo. C’est pourquoi les intellectuels qui ne pratiquent pas la langue de bois avaient, ont et auraient encore du mal à briguer la magistrature suprême chez nous.

    • 1er décembre à 20:04 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Lire ...tels.. au lieu de ...telle..

    • 1er décembre à 20:35 | vatomena (#8391) répond à plus qu'hier et moins que demain

      NB .Pas 1985 mais 1895 !— Gallièni et les autres

  • 1er décembre à 20:29 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090)

    T’a raison moins qu’hier et aujourd’hui ,
    Votre système politique ,enfin si on peut le qualifier de mots SI respectables attire plutôt les petites frappes les demi sels de bas quartier ,les comptables mafieux et bien sur les kapos de la Mafia (chef de clan),accessoirement aussi des laitiers et des bardes mal dégrossi avec peu de poil au menton
    Leurs qualités sont souvent ce que nous autres ,habitués de l’état de droit ,qualifions d’impropres a la vie politique et même à la vie en communauté
    La quasi totalité de vos responsables administratifs ,politiques et administratifs seraient chez nous en prison vu leurs comportement délictueux .
    Après tout 92 % de pauvres dans un pays ne s’obtient pas avec des bacs +10 mais avec des délinquants chevronnés .
    En passant vous êtes (la caste dirigeante) la honte de la planète (si,si)mais cela ne vous dérange pas beaucoup .
    Cela viens sans doute de votre co.nnerie ,car les c.ons et c’est a cela qu’on les reconnait ,osent tout (audiart)

  • 1er décembre à 21:08 | kartell (#8302)

    @ vatomena

    Voici ce que pense Jean Fremigacci à propos de l’oeuvre de Gallieni :

    L’ oeuvre de Gallieni à Madagascar entre 1896 et 1905 , est, dès l’époque, qualifiée de « règne du bluff » par des témoins comme l’allemand Pappenheim : dans ses tournées, le grand colonisateur aurait visité surtout des villages « Potemkine » et des plantations fictives.
    Effectivement, la liste des échecs agricoles entre 1900 et 1930 dans l’empire est interminable : l’ensemble des colonies, en 1930 encore, ne parvient même pas à fournir 5% des importations françaises de café. A l’époque, un rapport présenté à l’Association nationale d’expansion économique expliquait la faiblesse des résultats obtenus par une pratique toujours digne de Potemkine : " l’administration créait ses jardins d’essais près des grandes villes cherchant de préférence à des terrains fertiles, des sites pittoresques, un petit lac, une vieille pagode…..
    Ce simple exemple traduit sous une forme plaisante un trait majeur du système colonial : le primat du politique qui dissimule son archaïsme derrière une action économique en trompe l’oeil…..

    Extraits choisis page 47 d’Etat, économie et société coloniale Jean Fremigacci

    • 2 décembre à 16:36 | vatomena (#8391) répond à kartell

      Bonsoir Spliff ____ Apologie est un bien grand mot . Toute oeuvre humaine a un coté sombre qu’on décide ou pas d’examiner . Ce qui me frappe à Madagascar c’est le contraste entre ce qui a été et ce qui est aujourd’hui . Aux premiers jours de l’Indépendance les espoirs ,les reves étaient si grands . et la désespérance est aujourd’hui si grande. De grands sacrificateurs se sont par la suite levés pour maudire la parenthèse coloniale . Il fallait un ,des coupables pour se justifier des échecs. Et un nouveau anti colonialisme est ainsi né . Cet anticolonialisme africain est devenu un opium pour se disculper,égarer les revendications populaires . Madame Isandra en est l’exemple .
      Quand on s’instruit sur l’état de l’Afrique pré coloniale on est réduit à une certaine modestie. Oui ,la Colonisation a changé le monde africain .Elle lui a donné une nouvelle naissance . L’ Afrique est reconnue aujourd’hui .Il y a des états et ils siègent aux Nations Unis .
      Est ce que ce sont les Utopies qui font changer le monde ? Jules Ferry ,d’esprit socialiste , voulait sincèrement apporter le progres aux Noirs . Plus tard d’autres socialistes verront au contraire dans la décolonisation la porte ouverte à tous les affranchissements ,à tous les développements
      Et les évangélistes qui débarquaient sur des terres hostiles dans le seul but de sauver des ames ,de les amener vers Dieu .?
      Apres une Utopie , en voici une autre : le Communisme . Cette prétention à faire le bonheur de l’humanité !! On sait ce qu’il en est advenu . Aujourd’hui,On nous propose le Mondialisme .On verra la suite ...
      On peut conclure que comme toutes les grandes aventures humaines le mouvement colonial fut à la fois réaliste et idéaliste ,utilitaire et désinteréssé . Il entendait à la fois libérer et faire des affaires .
      Ce fut une affaire ambigue .On ne saurait dire que cette obligation de coloniser par devoir d’humanité souleva un enthousiasme sans mélange .Depuis le Tchad ,cet officier de la Coloniale pouvait écrire : " Dans le fond du coeur on songe avec tristesse que cette terre est devenue une terre française pour laquelle le budget s’endette et de pauvres gens se font trouer la peau ...’’

    • 3 décembre à 06:56 | spliff (#5871) répond à kartell

      @Vatomena

      Apologie, « un grand mot... » dites-vous
      vos lecteurs auront noté... :-))

      Si l’examen minutieux des manifestations factuelles de l’histoire tel que vous le faites à un étage macro constitue une des clefs de compréhension, il n’en reste pas moins que compte tenu de notre nature humaine en tant qu’acteurs de cette tragédie, la prise en compte des traumatismes qui ont jonché le déploiement de notre existence collective en est aussi et autant nécessaire.
      Pas au sens de la pleurniche, mais au sens de la compréhension des conséquences dudit traumatisme sur notre aptitude objective à nous prendre en mains. Cela me semble être un paramètre dont la démarche de l’ignorer est au mieux une erreur de méthode me semble-t-il, et au pire un biais teinté de malveillance, ce dont je me garde de vous accuser à la lecture de votre post.
      Le désarroi palpable du peuple français face à l’incurie de ses élites me semble en être une illustration analogue assez pertinente, d’autant que le socle de sa culture semble vaciller sous - entre autres choses - les coups de boutoir d’une Education Nationale mise aux pas des superficialités du libéralisme. Pour apporter mon grain de sel à votre échange avec Voltaire, mon accès personnel à des copies de philo de classes de terminales d’un lycée d’une renommée certaine me fait sans hésitation pencher de votre côté.
      Perdre son âme est de loin le plus grand danger. Tout le reste n’en vient qu’en aval comme conséquence et selon une mécanique froide, sûre et inexorable.

      Par ailleurs, l’on notera que la période contemporaine malgache a occasionnellement vu le choix de la nomination de certains ministres être tranché à l’ambassade de France. L’on pourra mettre cela en parallèle avec les aveux publics d’un ancien Président de la République Française à propos de la vraie nature du cordon entretenu par la France avec ses ex-colonies, sans compter les visites discrètes chez des notables locaux « particuliers », aux 4 coins de l’ile, par des officiels de l’administration Française très hauts placés.... (La France connaît notre histoire intime sur le temps long beaucoup mieux que nous ne voudrions bien le croire et continue allègrement d’en exploiter la compréhension qu’elle s’en est faite).

      Ainsi, si la problématique de notre caractère « adulte ou non » en tant que peuple se pose effectivement, et ce, à mon sens de façon prioritaire, prendre intelligemment acte de ces ingérences extérieures motivées par le désir du maintien d’un certain pré carré (plus subtil mais bien réel) par ses instigateurs ne saurait être erroné. Le tout est d’en tirer les bonnes conséquences, l’inconnue dans cette situation (pour nous grand public) étant la nature et le gradient réel des rapports de forces en jeu dont seuls ceux qui ont accès aux coulisses sont au fait. En dehors, nous ne pouvons que spéculer selon ce qui nous semble être notre bon sens et nos éléments d’informations parcellaires, mais en général les réalités cachées sont bien plus triviales et décisives. Autre petit rappel, même Ravalo a pris soin de clairement mentionner au public « l’aval du Quai d’Orsay » pour son retour au pays rocambolesque...

      Pour ma part, ce qui m’est difficile à saisir est l’apparente incompréhension des hautes sphères qu’elles gagneraient elles-mêmes à faire de ce pays un équivalent des dragons asiatiques en termes de considération de leurs propres descendants sur des générations.
      Car malgré les facteurs exogènes qui font obstacle, nous avons toute latitude pour nous former en masse et en qualité dans des domaines stratégiquement bien choisis de manière un jour à être à même de non seulement produire pour nous-mêmes mais aussi d’offrir à l’export de la valeur ajoutée autre que le basique « creuser - charger ». Dans l’hypothèse plutôt probable où un système de cartels ne pouvait être complètement éradiqué, il serait quand même de l’intérêt de ce denier de profiter d’un PIB nettement supérieur en s’engageant résolument dans une participation active à l’élévation du niveau de vie général du pays ce qui stratégiquement équivaudrait pour lui au contrôle d’une stabilité accrue dans le temps qui serait tout bénef pour ses affaires...

      Peut-être le confinement dans un contexte où 4x4 de €200000 pièce côtoient extrême pauvreté dans la banalité du quotidien a-t-il anesthésié le bon sens de ces élites de telle sorte qu’ils perdent de vue le caractère hélas hyper explosif du paradis potentiel qu’ils livrent à leur descendance... Comme le souligne très justement Vohitra, il s’agit là effectivement d’un problème d’éducation bien distinct de l’instruction. Rien de pire qu’ignorer sa propre ignorance...

  • 1er décembre à 21:55 | vatomena (#8391)

    Croyez vous que ce sont des ’plantations fictives ’’ qui assuraient le grain ,le riz pour la population malgache et créole , ? — Croyez vous que Gallieni a fait poser le rail du TCE pour exporter des récoltes fictives ? l’Academie malgache ,l’école de médecine ,l’assistance médicale indigène ,les routes et les piste ,c’étaient donc du trompe l’oeil pour cet observateur allemand et cet historien .Fremigacci est un zanatany . Il a connu le pays des années 50 et 60 .Il a connu Madagascar ’ perle de l’océan indien ,’’terre d’avenir’’ comme a dit le général de Gaulle

    • 1er décembre à 23:10 | kartell (#8302) répond à vatomena

      Et Fremigacci d’ajouter
      ……Ici, le travail forcé apparaît beaucoup plus comme une cause que comme une conséquence de l’état lamentable des infrastructures coloniales, des réalisations partielles, inachevées ou achevés toujours trop tard, parfois fictives, ou bien toujours à recommencer ; cette situation découle de l’emploi massif de la main d’oeuvre prestataire ou requise par des administrateurs dépourvus de connaissances et de moyens techniques et financiers.
      Partout, ce ne sont que des bâtiments menaçant ruine, ponts provisoires, pistes impraticables à refaire chaque année. « quel gaspillage de main d’oeuvre, quels recommencements perpétuels de travaux mal conçus et mal exécutés…On peut avancer que 500 000 journées de travail ont été effectivement ou fictivement employées en pure perte et pour un résultat à peu près nul », s’écrie un Inspecteur des colonies au sujet d’un district de Madagascar en 1919.
      Mais la situation est la même partout. Jusqu’aux années 1930, dix des douze provinces côtières de Madagascar ne peuvent être atteintes, depuis la capitale centrale, qu’en chaise à porteur ou en voie d’eau très lente…..

    • 2 décembre à 07:22 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Kartel __ travail forcé autrefois ;chomage forcé aujourd’hui !!! ?

    • 2 décembre à 12:16 | kartell (#8302) répond à vatomena

      @ vatomena

      Je voulais simplement signaler que les avis divergeaient sur la colonisation et la manière dont elle avait été menée par le colonisateur, bien loin d’être, celle du sans faute mais ce n’est pas pour autant qu’il faille, comme certains revanchards, pousser le bouchon trop loin en parlant de « crime contre l’humanité » dont semble très bien s’accommoder, aujourd’hui, la communauté internationale, en Syrie !
      L ’échec doit être partagé entre « le maître » et ses exécutants même si les seconds ont subi une situation qu’on leur avait imposée, manu-militari !…..
      Il n’est pas nécessaire d’établir le plus ou le moins de chaque camp mais de montrer que, ceux qui avaient décidé de s’emparer du pays, ont commis de graves erreurs qui n’ont jamais été gommées, mais pire, qui ont été multipliées depuis une indépendance, au gout amer d’un certain bis repetita placent !….

    • 2 décembre à 12:43 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à vatomena

      Kartell ;
      Comme si toutes les conquêtes ,les invasions les colonisations dans le monde et à toutes les époques avaient été faites pour « éduquer » et faire évoluer les soumis
      Vous croyez au monde des bisounours ?
      Libre ou pas aux peuples envahis de saisir leur « chance » de se mettre à l’égale du dominant
      Les gaulois en leur temps ont choisi la modernité apportée et pourtant le colonisateur d’alors n’était pas venu avec des bouquets de fleur et de bons sentiments
      Cette victimisation permanente de la part des vôtres en un signe évident de faiblesse et n’augure rien de bon pour la transmission du peu de culture propre qu’ils vous restent
      A défaut d’épouser vous subissez et cela se constate tous les jours pour le malheur du peuple, car il n’y a aucune alternative proposée !

    • 2 décembre à 13:37 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Kartell
      Un fait que les malgaches oublient : Madagascar n’était pas la seule colonie. La France impériale s’était chargé d’administrer et de’ civiliser ’ d’immenses territoires et les peuples les plus divers. Cela dépassait certainement ses capacités mais elle a persisté dans cette aventure folle . Elle s’est épuisée.Et quand dans les colonies ,la population indigène avait été multipliée par deux ou par trois , mieux valait se retirer .Le général De Gaulle l’avait tres bien compris .
      Les astres n’étaient décidément pas favorables à une saine colonisation. Durant ce temps , La France eut à lutter contre deux invasions et à relever les ruines et désastres de deux guerres . Sa natalité s’était effondré. En 1940 ,elle affrontait la puissante Allemagne qui comptait 90 millions d’hommes alors que la France végétait avec 40 millions de citoyens .
      Néanmoins en 1930 ,Madagascar n’était pas sinistré comme aujourd’hui .
      .

    • 2 décembre à 14:10 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à vatomena

      C’est encore vrai aujourd’hui
      Nos dirigeants encore rêveur d’une grandeur planétaire s’accroche en dépensant des milliards d’euros aux confettis de l’empire
      Partout la natalité décuple mais l’insécurité et la pagaille aussi
      L’Allemagne ,notamment ,qui ne s’occupe que de son territoire métropolitain va beaucoup mieux en cela !
      Et comme si les Guadeloupe ,Martinique,Réunion et compagnie ne suffisaient pas il a fallut rendre mayotte département Français afin de le gaver en RSA et subventions de tous genres et recueillir ainsi la lie de l’océan indien

    • 2 décembre à 14:22 | spliff (#5871) répond à vatomena

      @Alibaba,
      Votre post de 12:43

      Merci pour ce résumé chirurgical implacable et indiscutable.
      Rendre à César le mérite qui lui revient (= le dada de Vatomena que je salue au passage) ?
      Absolument.
      Mais sans oublier, comme vous le dites, que ça n’a effectivement pas été avec des bouquets de fleurs, et que ce point particulier a à n’en pas douter eu des « conséquences » sur l’âme du peuple qui a subi.
      Est-ce que la perte de « culture propre » (vos propres mots) qui nous aurait permis de voir clair en nous-même est une de ces « conséquences » directes ? Vaste débat.
      Débat sérieux qui ne peut souffrir d’approximations comme vous le soulignez par ailleurs, mais avant tout débat malgacho-malgache qui se doit de n’être que partie d’un travail d’introspection plus large et sans concessions sur la place que nous voulons dans ce monde à partir d’un héritage qui s’affadit au fur et à mesure que ceux qui le détiennent, le comprennent et qui se doivent de le transmettre disparaissent.

      Maintenant Vatomena, par curiosité je me demande si vos positions apologétiques de l’action coloniale par l’occident en Afrique se limitent à n’être que posture argumentaire dans le débat légitime qui vous oppose à Isandra (que je salue aussi), auquel cas pourrions-nous alors supposer votre compréhension des blessures profondes liées à cette période de l’histoire...
      Ou alors êtes-vous réellement convaincu que le prix « payé » par les malgaches lors de la colonisation était justifié par les réalisations objectives du colonisateur ?
      Auquel cas je me permettrais alors d’attirer votre attention sur les turpitudes existentielles actuelles subies par la France (entre autres pays) dont me semble-t-il vous décrivez avec une certaine justesse les pertes de repères engendrées par le colonisateur constitué par l’ultra libéralisme.

      Dans tous les cas, l’on en revient au role des élites corrompues qui au niveau des principes se valent à l’identique.

    • 2 décembre à 15:38 | kartell (#8302) répond à vatomena

      Vatomena,

      La tragédie de Madagascar est qu’elle a été colonisée sans une adhésion totale de la France mais à cause d ’un influent lobbying réunionnais mais nous n’allons refaire l’histoire comme d’autres s’y amusent, maladroitement, ici, dans un rôle de victimaire !….
      L’immense territoire colonial de l’époque n’a jamais fait de l’île une priorité absolue de Paris mais le colonisateur a fait ce qu’il pensait pourvoir faire pour assumer la transition d’un état monarchique, au bord de l’anarchie vers un futur état, indépendant, responsable !..
      L’ histoire nous a appris qu’il en fut tout autre, que le colonisateur n’a jamais eu les moyens financiers, ni techniques, ni en hommes de ses ambitions pour faire de ce pays à construire, un état moderne et politiquement, structuré et stable !….
      Aujourd’hui, cela fait longtemps que le bilan faillitaire a été dressé sans que cela ne change quoi que ce soit, et les aides internationales qui viennent à son secours, ne sont pas rassurantes, bien au contraire, elles donnent raison aux imposteurs, détenteurs du pouvoir, de poursuivre sur la voie de la concussion….
      L’avenir chinois du pays y est certainement pour quelque chose !…..

    • 2 décembre à 17:03 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à vatomena

      Kartell,
      « que le colonisateur n’a jamais eu les moyens financiers, ni techniques, ni en hommes de ses ambitions pour faire de ce pays à construire, un état moderne et politiquement, structuré et stable !…. »
      C’est absurde de croire en cela ,les milieux dirigeants Français n’ont jamais souhaités cela .
      On dirait que les Malgaches auraient souhaité que la France fasses le boulot a leur place ,absude !
      Quand l’empire romain s’est retiré de la France actuelle ,la reconstruction a duré des siècles pour aboutir a une mosaïque de royaume souvent ennemis les uns des autres .
      Pour ma part historiquement je n’ai pas la connaissance d’un empire qui aurait laissé des territoires dans un état proche de l’autonomie !
      Mais je peux me tromper !

    • 2 décembre à 19:41 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      .Ali BaBa --- Quand les romains se sont retirés de la Gaule ,les barbares ont déferlé .il y a eu effondrement de civilisation.
      Pour Madagascar ,le colon civilisateur s’est Retiré
      Le chinois débarque . Il n’est pas un barbare heureusement .A une colonisation culturelle doit succéder une colonisation économique

    • 2 décembre à 22:13 | kartell (#8302) répond à vatomena

      @ Alibaba

      Nous n’allons pas polémiquer sur l’histoire passée mais les malgaches n’avaient qu’un espoir en 1896, c’était que la France les délivre d’un régime monarchique qui avait transformé le pays en petite « Corée du Nord » pour le peuple !….
      Qu’ensuite, lorsque l’indépendance a sonné, les désillusions sont apparues progressivement pour en être arrivées à un stade terminal, aujourd’hui, cela ne fait aucun doute !.

  • 1er décembre à 22:02 | diego (#531)

    Bonjour,

    Mihaino,

    Tout d’abord, l’ambition qui est la mienne, n’est autre qu’une sortie de crise la tête haute pour le pays. Ce que je propose est absolument pour éviter que l’État et les Institutions ne continuent à s’abîmer et la souveraineté du pays ne soit questionnée, et la pauvreté ne s’aggrave.

    À partir de là, que vous soyez d’accord ou pas avec moi m’importe peu. Je ne cherche absolument pas à obtenir votre bonne note et votre consentement, encore moins votre approbation pour parler et traiter le plus juste possible, donnant mon avis et surtout selon le Droit malgache, l’instabilité et la crise Institutionnelle malgache !

    Et les crises à Madagascar justement, et depuis 2002, ont été toujours des crises résultent étroitement et uniquement des différentes interprétations des protagonistes de Droit malgache. Autrement dit, des crises Institutionnelles, qui touchent presque, en fait, la majorité des pays africains.

    Bonjour vohitra,

    Ce n’est pas la peine de parler des choses où tout le monde semble d’accord. Le soucis en Afrique et Madagascar comment obtenir une stabilité politique ?

    On ne parle pas d’un pays stable, riche et moderne. On parle ici d’un pays pauvre où les élus et les dirigeants et la majorité de la population et de l’élite ne soucient guerre de Droit, pire, ils sont visiblement ignorant à la matière. Vous semblez chercher des hommes providentiels.

    Ce sont les écoles et les partis politiques qui forment des femmes et des hommes intègres. Vous avez besoin des femmes et des hommes responsables pour construire des écoles et des partis politiques solides, n’est-ce pas. Comme Mandela et Ghandi, par exemple. Ces deux hommes étaient des hommes de Loi, maîtrisant parfaitement bien le Droit ! Ils ont libéré leurs peuples en s’appuyant constamment sur les lois.

    Je crois à l’homme, à ses leaderships, à son intelligence, mais ma préférence est le Droit et cette intelligence au service de Droit. On voit aujourd’hui que les pays occidentaux n’ont pas besoin d’une femme ou d’un homme providentiel, ils ont besoin d’un État et des Institutions forts et des hommes politiques et des élus légitimes, pour faire face à la mondialisation et aux différents défis sociaux.....terrorisme, climatique etc....

    Ce qu’il faut toujours garder en esprit quand on critique l’Afrique et Madagascar, à mon avis, c’est généralement, presque la totalité des pays du continent sont des pays ruraux.

    C’est exactement le cas de Madagascar. Et contrairement aux pays marchands, le pays rural comme Madagascar n’est pas spontanément un pays évolutif. Madagascar est un pays à mutation lente.

    Cette lenteur est non seulement mal comprise, mais dans le monde d’aujourd’hui elle devient un handicap et politiquement et aussi et surtout, économiquement.

    On ne peut pas expliquer la pauvreté et le sous-développement de l’Afrique et Madagascar uniquement en surface, autrement dit, par l’incompétence des régimes et des élus successifs et les multiples crises Institutionnelles résultant des leurs comportements irresponsables.....tripatouillant à l’envie la Constitution de leurs pays pour rester longtemps au pouvoir.

    La pauvreté et l’instabilité en Afrique et à Madagascar s’explique surtout sur leurs trajectoires historiques, dont la plus récente était la guerre froide. Le monde était bien divisé en deux blocs. Et aujourd’hui, la mondialisation et sans oublier les changements climatiques viennent multiplier les problèmes existants.

    L’urgence car il faut parler d’urgence, les gens s’appauvrissent en Afrique, c’est de suite, renforcer les rôles de l’État et des Institutions. La France et l’Eu et les USA ne pourraient pas continuer à venir au secours d’un pays que cela soit face au terrorisme ou des épidémies ou des catastrophes humanitaires consequeces de la guerre ou de climat.

    La solution n’est donc plus la colonisation moderne mais une souveraineté effective et bien accompagné par les puissances mondiales.

    L’UE a très bien compris que développer l’Afrique aujourd’hui est devenu un intérêt national....les jeunes africains veulent la lumière de l’EU....ils sont prêt à mourir pour atteindre l’EUROPE....pas la Chine ou l’Inde ou la Turquie ou encore le Japon.

    Bonjour Turping,

    La démocratie, c’est quoi ? Il faut bêtement lire la définition :

    - État où l’ensemble des citoyens élisent des représentants qui exercent les pouvoirs.

    Bref, vous ne m’apprenez rien. J’ai dit plus haut, le Droit, c’est le Droit. Et vous venez me parler des fondamentaux, lesquels ? Cela fait plus de six ans que je répète ici qu’il faut revenir vite aux fondamentaux, État, Institution, droit et tout faire pour stabiliser, rendre le pays gouvernable, et avoir des processus électoraux dans lesquels tous les partis politiques et leurs leaders respectifs, au moins, acceptent.

    En politique, les passés n’apportent pas des solutions, ils agacent les politiciens et bloquent les discussions, divisent le pays......c’est bien le cas aujourd’hui. Je propose et j’ai toujours proposé de solder 2002, une crise Institutionnelle. Avant 2002 les crises étaient des crises politiques, compliquées mais tout pays peut surmonter, riche ou pauvre, pas une crise Institutionnelle. On tourne en rond, comment faire pour sortir d’une crise Institutionnelle ?

    En dehors de Droit, je n’en vois pas comment......et on va recommencer, ce quoi le Droit etc....il faut consulter le Droit privé et le Droit public du pays !!!!!!

    • 1er décembre à 22:15 | diego (#531) répond à diego

      Et la CENI est une blague, point.

      Un pays où le droit est respecté n’a pas besoin d’une commission électorale nationale indépendante pour surveiller les élections, foutaise !

      Et à quoi servent-ils les Institutions judiciaires et le ministère de l’intérieur ?

    • 2 décembre à 09:18 | Turping (#1235) répond à diego

      Bonjour,
      Le terme « démocratie » venant de la définition de l’ancien grec qui désigne un régime politique dans lequel les citoyens ont le pouvoir.
      - Contrairement à ce que vous dîtes l’événement avant 2002 ne se résume Uniquement à une crise politique sans inclure la crise institutionnelle mais les 2 à la fois une situation qui s’est aggravée au fil du temps.
      La vraie démocratie n’a jamais existé à Madagascar sinon l’événement de 2002 aurait pu être évité en incluant l’usure du pouvoir sans issu du régime socialiste.ll

    • 2 décembre à 10:27 | Mihaino (#1437) répond à diego

      Bonjour Diego ,
      Depuis plus de six ans que nous avons échangé nos idées dans ces colonnes , nous avions le même objectif , la même ambition , comme vous le dites : Sortir notre Pays la tête haute de la crise .
      Loin de moi l’idée de vous attribuer une note car je sais pertinemment que votre cursus universitaire et votre parcours professionnel démontrent votre intelligence et votre savoir en économie , droit et que sais-je encore ??!!
      La principale divergence de nos points de vue réside dans votre point de départ , l’année 2002 , dans tous vos arguments . Quant à moi , j’estime que notre crise actuelle a débuté depuis fort longtemps ! Pourquoi ? Reconnaissons honnêtement que tous nos Présidents successifs n’ont pas eu une vraie politique de développement , une vision et une stratégie à long terme ! Depuis notre fameuse indépendance en 1958/1960, nous importons le riz , le pétrole, certains PPN et nous quémandons partout pour nous aider ! Nous sommes fin 2017 et bientôt 2018 , année des élections et rien à l’horizon pour sortir le Pays de la PAUVRETE ! Les blablabla habituels de nos dirigeants....

    • 2 décembre à 12:51 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Bonjour Diego,

      La stabilité politique ne servira à rien dans un pays où la grande majorité de la population ne cesse de s’appauvrir, la stabilité ne devra pas servir d’alibi pour permettre le pillage systématique des richesses du pays par une classe de dirigeants kleptocrates qui veulent toujours une présence de façon discontinue au sommet du pouvoir, politiciens véreux à l’esprit revanchard qui croient dur comme fer que sans eux le pays ne pourrait jamais retrouver le chemin de la prospérité ; n’est-ce pas pour cette raison que vous ne cessez de réclamer ici dans ce forum l’avènement d’un gouvernement d’union nationale afin de finaliser le dépeçage du pays ? c’est pas encore suffisant selon vous les 21 années de stabilité politique sous le régime de l’amiral ? pour vous les initiatives permettant de ramener ce pays dans la voie du progrès devraient toujours prendre comme point de départ 2002 ?

      Tant qu’on y est, la préoccupation de vouloir faire émerger la contribution et la prise de responsabilité de personnalités, politique ou non, intègres et ayant la volonté de rendre des comptes, et soucieuses des partages équitables des richesses du pays au profit des générations successives, vous croyez donc que telles personnalités n’existent plus, hommes providentiels disiez-vous ? détrompez-vous, il y en a encore, en nombre limité, oui je l’admet, mais vous ne pouviez pas les étouffer éternellement dans le silence absolu avec des lois électorales favorisant les riches et nantis.

  • 1er décembre à 23:51 | reviv (#9830)

    Sûrement diego,
    A quoi servent-elles toutes ces institutions bidon mises en place, créées de toutes pièces et de surcroit budgetivores, inefficaces et ne servent strictement à rien sauf à appauvrir le pays et son peuple pour enrichir une infime minorité vicieuse et irréfléchie. ......

  • 2 décembre à 00:00 | reviv (#9830)

    L’argent dilapidé, gaspillé voire volé, pillé aurait pu servir à financer des investissements dont on sait que ce pays en soufre pour au moins commencer a attenuer la pauvreté...

  • 2 décembre à 00:38 | diego (#531)

    Cette idée que le monde de finance ou encore les multinationales qui gouvernent le monde sont encore une foutaise.

    La France a plus de 2000 ans, le monde de finance ne peut pas acheter, encore moins changer une histoire âgée de 2000 ans.

    À mon sens, il ne faut pas bêtement répéter ce qu’on entend dans les médias.

    En regardant de près le monde, il est gouverné par la politique :

    - les guerres, les catastrophes naturelles, les problèmes climatiques, et les solutions aux conflits régionaux, etc....jusqu’ici, c’est la politique qui cherche et trouve les soutions à tout cela.

    Maintenant les élections, ah, l’argent a ses mots à dire. Dans les grands pays, l’argent dans les élections est bien encadré par les lois. Et l’argent dans la politique. La politique doit s’adapter...Les chefs d’entreprises ne sont pas les ennemis du peuple....les dépenses non financées oui, la dette public oui.....les belles promesses électorales non tenues et non financées... oui......

    Les Chefs d’État et les gouvernements de tout pays peuvent critiquer l’ONU par exemple, en se faisant, ils sont complètement dans leurs rôles. On critique quelque chose pour qu’elle évolue, s’améliore. Mais on a besoin de l’ONU, surtout les pays pauvres et fragiles. Et qui sont les pays qui financent l’ONU, ou une institution comme l’FMI :

    - essentiellement, les pays riches, les USA, la France, l’Allemagne, l’Angleterre....etc....

    • 2 décembre à 09:53 | Turping (#1235) répond à diego

      Diego bonjour,
      - Le déni actuel c’est le fait de ne pas accepter la réalité.
      - Les institutions fortes, les pays puissants occidentaux, Us l’ont car la politique, le politique les 2à la fois se battaient réellement pour l’avancement réel de leur pays respectif. Regardez l’Allemagne et le Japon après la guerre.
      - .Vous aimez bien vous référer à un état régalien où les institutions et la constitution restent le pivot piédestal d’un état régalien en marche.
      - Malheureusement, tel n’est pas le cas où la constitution a été toujours bafouée, par les tenants respectifs du pouvoir. Même l’élection d’un président ne fait pas partie d’une reconnaissance (tel fut le cas de 2002 que vous qualifiez d’une crise institutionnelle suivie d’un règlement de compte). Rester le plus longtemps au pouvoir n’est pas un gage de démocratie.
      - A mon humble avis, la corruption, les détournements des deniers publics ne datent uniquement depuis 2002.,,,,et qu’avant 2002 même s’il y avait réellement des partis politiques, la politique ne s’occupait réellement du bien public sinon on l’a su les héritages, les monuments, les infrastructures laissées aux 3 générations qui ont été sacrifiées.
      - Même dans les pays qui avancent la corruption au sein de la politique existe à moindre prévalence. Les fonds noirs,les caisses noires existent toujours pour financer les campagnes électorales y compris des fonds en provenance des milliardaires (citons le cas de Liliane Bettencourt) un compromis permettant de réduire l’ISF (impôt sur la fortune) si le candidat sera élu. Des fonds pouvant provenir aussi des multinationales. Heureusement,, les institutions chez les pays puissants restent fortes, c’est un acquis incontournable. Chez nous, on peut tout acheter en commençant par les élections et les membres du gouvernement y compris le chef d’état avec les institutions bananières.
      C’est normal si on rêve d’un état régalien, où aucune référence n’est encore présente jusqu’à maintenant depuis l’indépendance octroyée sous dépendance. La transition du Général Ramanantsoa suivi de Ratsimandrava ont failli mettre Madagascar sur la bonne voie,.... Dommage !

  • 2 décembre à 02:14 | ETHAN (#9769)

    Hello Diego,

    D’abord je suis en accord avec vous concernant la CENI … quelle honte ….

    Quand je lis vos Post et ceux des Participants à qui vous aviez apporté quelques éléments de réponses, je constate ainsi qu’il n’y a aucune vraie réponse aux problèmes (désolé). Il ne suffit plus ici d’énumérer les problèmes malheureusement déjà connus. Je l’ai fait moi-même ici.
    Sans doute cela est dû, non seulement à la complexité d’approche intellectuelle des problèmes suffisamment structurels, mais surtout par absence de Rupture dont l’aboutissement ne peut être qu’un changement profond du Paradigme. Or l’atteinte de ce dernier est certainement violente dans une pratique déjà longtemps viscérale et coutumière ! Tout cela relève à mon sens d’une grande responsabilité collective de TOUS.

    = > Ce que vous dites est certes en partie louable Diego, mais PERSONNE ne respecte les lois. C’est comme en Mathématique, si le postulat n’existe pas, vous êtes dépourvus de base (ou de prémisses) pour toute démonstration à venir. … …
    = > Donc vous ne bâtirez jamais comme cela, des Institutions solides comme vous le dites souvent ici.

    Je vais vous donner ma petite réflexion :
    Dans des élections d’une part, se fier aux différents types de jugements pour retracer les pratiques frauduleuses, c’est postuler la neutralité du Juge.
    Or, très souvent, son travail est étroitement dépendant du contexte politique. Car en général, l’instance chargée de la vérification des pouvoirs et des invalidations est elle-même éminemment politique. Ce qui fait que l’on observe en particulier en régime parlementaire, où les assemblées politiques exercent cette prérogative pour leurs propres membres.
    Le nombre des invalidations et les élections qui en sont frappées dépendent alors nettement des majorités politiques en place. Les magistrats, eux, peuvent être nommés en raison de leur allégeance politique, ou encore subir des pressions du pouvoir lorsqu’ils ont à juger des affaires de fraudes.

    En effet, ces instances ne sanctionnent pas les infractions à la loi électorale, mais leur influence sur les résultats du scrutin.
    D’où l’invalidation d’une élection ne dépend donc pas (seulement) de la constatation d’une irrégularité, mais repose sur le principe de ‘’l’irrégularité déterminante même’’.

    = > Vous m’aviez dit ici même Diego : que le Triptyque ‘’Appareils Judiciaires’’ - ‘’Exécutif’’ - ‘’Armée’’ présentent de grosses anomalies qui s’auto annulent. Les dernières grosses Affaires en témoignent, donc vous avez raison là-dessus. Le 1er qui essaye de mieux faire est dégagé du Cercle. Donc la conséquence est naturellement l’absence de ‘’l’état de droit’’, décliné ici sous fond de souffrance d’un Peuple déjà pauvre dans cette forme de dictature tournante depuis des décennies.

    = > Alors que faire ? A mon sens, l’équation du problème repose sur le paramètre ‘’Réveil Collectif’’ d’une masse populaire. D’ailleurs cette dernière a aussi sa part de responsabilité collective comme je le dis plus haut.
    = > Malheureusement encore, ce n’est pas aussi facile dans un monde (malagasy) où Croyances et Religions aux énoncés factuels aveuglent beaucoup de gens déjà face à ces différents murs.
    = = > Il faudra alors casser tous ce qui aveuglent et tous les murs qui empêchent de trouver le bon chemin. …. Ce ne sera peut-être pas encore demain …

    Have a Great Day

  • 2 décembre à 04:56 | diego (#531)

    Bonjour ETHAN,

    En vous lisant, j’ai l’impression que vous vous adressez en fait à quelqu’un d’autre.

    Comme on y est, les pouvoirs Exécutif , Législatif et Judicaire sont peu efficaces, c’est un fait, sinon le pays n’est pas en crise.....c’est un critique, à partir de cette constatation, il faut présenter un, des solutions !

    Et je me demande bien si vous preniez le temps de bien me lire......je m’exprime sur les solutions que je crois possibles et à la porté du pays et de la classe politique, point ! Je ne fais pas les bilans des uns et des autres.......

    Il faut prendre la situation comme on la trouve. C’est un pays, indépendant, en crise, vivant 22 millions d’âmes, où le droit est loin d’être parfait, mais bien perfectible.

    Un réveil collectif dans un pays qui se trouve aujourd’hui au 5e rang des pays les plus pauvres de la planète est un mot en l’air. Dans un pays où 80% de la population est pauvre, ce serait la révolte, désordre et insécurité qui gagnerait tout le pays.

    S’appuyant justement sur le Droit est une des solutions le plus efficaces, à court, à moyen et à long terme. Un pays de non droit n’est pas vivable.

    Il ne faut pas inventer des solutions, le pays a un système politique. Il y a bien en place, je le répète, l’État et les Institutions. Les pouvoirs sont bien séparés, la Constitution du pays est en place. Qu’est-ce qui manque ? Les femmes et les hommes visiblement.

    Je ne sais pas si vous compreniez ce que veut dire un pays rural à mutation lente ?

    Les élections, on ne pourra pas, plus, refuser au pays et son peuple ces expressions, qui à terme, conduiraient le pays vers la démocratie. C’est une question de temps. En fait, le mot juste pour Madagascar n’est pas la réforme, mais l’adaptation.

    Enfin, il y a une différence entre relater les problèmes et proposer des solutions. Dire que tout le monde ne respecte pas les lois ne veut rien dire. La majorité de la population malgache respecte les lois, ce sont les dirigeants et les autorités politiques, censés défendre les lois qui ne les respectent pas. Voilà pourquoi, il y a crise. Ce n’est pas une raison de ne pas commencer de respecter les lois aujourd’hui....

    De toutes les manières on sera obligé de respecter, tôt ou tard, les lois. Les futurs dirigeants ne pourront pas faire n’importe quoi avec l’argent des autres.

    • 2 décembre à 12:13 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à diego

      Ce dont-il vous manque ce sont des siècles et des siècles de civilisation .
      La colonisation était loin d’etre un bienfait dans de nombreux domaine mais cela aurait permis au moins en partie de combler un certain retard vis à vis de l’occident
      Aujourd’hui les esprits en votre pays sont encore contre tout ce qu’aurait pu apporter de positif ce laps de temps de l’histoire
      Les infrastructures avec leur mode d’entretien , les institution etc,etc, sont neutres a la base ,pourquoi avoir tout jetés ???

  • 2 décembre à 12:51 | reviv (#9830)

    diego :
    « ..........De toutes les manières on sera obligé de respecter, tôt ou tard, les lois. Les futurs dirigeants ne pourront pas faire n’importe quoi avec l’argent des autres. »

    Vous dites « ....... respecter tôt ou tard les lois, »

    Ah votre optisme est louable mais ne rêvez pas trop avec les contextes locaux car
    dans ce pays, les habitudes ont la vie dure,
    Tirer des enseignements sur des passés calamiteux, est une notion trop dure à avaler ici
    ......connait pas ......

    A savoir que, ce mode de gouvernance bien rodé reste invariable quel que soit l’exécutif.
    Quant à proposer des solutions pour sortir de ce bourbier,
    ouhlala, cela reste du domaine de la rhétorique.....
    Lorsque des vrais partenaires proposent de solutions, on dit localement qu’il s’ agit de l’ingérence ....

  • 2 décembre à 13:36 | ETHAN (#9769)

    Bonjour Diego

    ## Diego : vous dites
    « « Et je me demande bien si vous preniez le temps de bien me lire......je m’exprime sur les solutions que je crois possibles et à la porté du pays et de la classe politique, point ! Je ne fais pas les bilans des uns et des autres....... » »
    = > Bien sûr que je vous ai lu, je commence même à connaître votre façon et votre vision du Pays ou du Monde en général.
    = > Certes je ne suis pas du tout en accord sur certaines choses que vous énoncez. Justement c’est dans notre différence qui pourrait nous emmener à débattre et de nous apprendre mutuellement j’espère.

    ## Diego : vous dites
    « « Un réveil collectif dans un pays qui se trouve aujourd’hui au 5e rang des pays les plus pauvres de la planète est un mot en l’air. Dans un pays où 80% de la population est pauvre, ce serait la révolte, désordre et insécurité qui gagnerait tout le pays. » »
    = > Vous avez peut-être raison de le dire comme tel Diego. Mais on verra bien.
    Je connais très bien certains de ces Pays émergents asiatiques dont la South-Korea où j’ai gardé beaucoup d’Amis qui venaient même passer des vacances chez moi à Londres (des Jeunes de mon âge : entre 20ans et moins de 30 ans).
    Dans ces Pays, ce ne sont pas les progrès scientifiques et technologiques qui ont pu modifier leur personnalité. Au contraire, vous ne pourrez pas intimider un Coréen comme cela !
    Ils ont su garder une base de Culture qui les aspirent vers le haut ‘’Reaching For the Top’’, donc constamment dans le présent progressif.
    = > Or dans plusieurs Pays africains : certaines croyances ou certaines religions (désolé d’insister dessus) aveuglent beaucoup de monde.
    = > Quoique vous fassiez Diego, le monde est condamné à évoluer. Ce n’est pas TURPING qui me contredira là-dessus. Je sais que ce n’est jamais facile à accepter.
    *** Désolé de le dire aussi mais certaine pratique ancestrale doit être abandonnée, car celle-ci ne correspond plus dans le Monde d’aujourd’hui !
    *** Donc vous devinez rapidement pourquoi un ‘’Réveil Collectif’’ populaire ou celui des ‘’Sociétés Civiles’’ auront du mal à se réaliser de façon significative.

    ## Pour la mutation lente dans la ruralité, justement il ne faut pas faire ce que les autres font. Car le Government ne fait rien pour que les Mpamboly et Mpiopy se développent même dans le temps.
    Inexistence d’une BANK qui leur est dédiée en est une des causes structurelles.

    ### Par contre je suis entièrement en accord avec vous pour proposer des solutions et en finir de relater chaque jour ce qui n’allait plus (c’est facile). Critiquer tel ou tel personnage est une perte de temps, car ces ‘’vieux’’ là ne changeront JAMAIS (désolé je vais avoir des problèmes ici).

    ### Même si vous n’êtes pas d’accord avec moi, je persiste à dire que PERSONNE ne respecte les lois dans le Pays (bon on va dire presque)
    C’est simple : quand les Parents ne jouent plus leur rôle, les enfants feront n’importe quoi, car ils sont perdus.
    = > Mais ces NON RESPECT des lois là finiront un jour. Cela ne peut pas rester comme cela ... le monde bouge ... C’est comme en Physique Diego, si le câble est trop tendu, sa structure ne résistera pas, il finit par se casser. .... ..... mais avec quelles conséquences ??? le PRM et le PM en ont-ils la conscience ????

  • 2 décembre à 14:18 | Vohitra (#7654)

    Diego,

    ...« On ne peut pas expliquer la pauvreté et le sous-développement de l’Afrique et Madagascar uniquement en surface, autrement dit, par l’incompétence des régimes et des élus successifs et les multiples crises Institutionnelles résultant des leurs comportements irresponsables.....tripatouillant à l’envie la Constitution de leurs pays pour rester longtemps au pouvoir. » dixit Diego

    Mais bien sûr Diego, ce que vous venez de citer ci-dessus qui reste et demeure toujours la cause principale des crises politiques sans fin et de façon répétitive qui rend Madagascar au 3ème rang du pays le plus pauvre de la planète : c’est la malhonnêteté, l’incurie, la versatilité, le comportement de voyous, la cupidité, l’insanité, l’irresponsabilité, le manque d’éthique, l’incompétence de nos politiciens et dirigeants successifs qui en est la cause mais non pas comme vous le dites la guerre froide ou les changements climatiques...

    Diégo, la formation des hommes et femmes intègres débute au niveau de cercle familial sur la base d’une éducation visant à les intégrer au sein de la société, et ce n’est que plus tard que le parti politique assure la relève s’ils manifestent le désir de participer à la vie de la nation. Chez nous, les partis politiques sont devenus des repaires et abris de voyous notoires étant donné que les familles respectives de ces politiciens verreux avaient failli à leur éducation, ils sont instruits mais non pas éduqués. C’es pour cette raison que chez nous, c’est dans le milieu des gens instruits qu’on trouve une forte propension à la corruption.

    • 2 décembre à 14:59 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à Vohitra

      Vohitra ,
      Parfait surtout le distinguo entre l’éducation et l’instruction !!

  • 2 décembre à 15:35 | ETHAN (#9769)

    Miaraba nao Spliff - How is it going …

    J’adore ce genre d’introduction qui oblige les arguments de réponses si la discussion s’y prétend.
    Et cela c’est du Spliff-Style.
    Je n’ai pas le temps pour le moment. Mais J’ai pris note.

    nice one

    • 2 décembre à 16:20 | Jipo (#4988) répond à ETHAN

      Isn’ t 😉 .

    • 3 décembre à 06:47 | spliff (#5871) répond à ETHAN

      @Ethan

      Salama tsara fa misaotra e

      All good mate.
      No worries. Always good to read your sharp inputs.
      But I always wonder to what extent western rationality (like u brilliantly convey it here) can be actually matched to our genuine and original cultural realm.
      Unfortunately, Im afraid we might be right now in a zone where neither is fully understood by us, hence this disastrous floating moment we all want to see the end of. But this won’t happen until some serious work led by some clever strategic thinking is carried out ... The hidden solutions most probably lie in creativity...
      What still makes me keep hope is the boiling energy the youth is showing as well as the thirst for sound success so many of them are expressing. Surely some concrete positivity has to come out of this at some point...
      Anyway, please keep on enlightening us with your perspectives that are so delightfully off track from this place’s dominant franco-malagasy way of thinking saturated bubble, paradigm, prison, whatever you may call it :-))
      Cheers mate

      Hello Jipo, toujours fidèle au poste à ce que je vois :-))

  • 2 décembre à 17:34 | diego (#531)

    Bonjour,

    Je vais essayer, encore et encore, de m’expliquer et affirmer et dire tout haut, pour aborder les crises malgaches, je me base sur le Droit. Et je me demande d’ailleurs sur quoi d’autres que les dirigeants et les élus peuvent-ils s´appuyer et se baser ?

    Pour parler sérieusement d’une crise, qu’elle soit politique ou économique, la corruption par exemple, et surtout Institutionnelle, le Droit ( lois ) est au cœur et je dirais, le seul dispositif à la disposition des dirigeants et des élus pour lutter contre la corruption, pour ramer l’ordre Institutionnelle et la sécurité dans le pays.

    C’est le Droit qui exprime la souveraineté et affirme l’indépendance d’un pays.

    Alors, c’est appréciable et utile quand les conversations tournent autour de Droit dans un pays en crise.....en Droit, Il y a quelques variances mais partout dans monde ces variances sont connus et ne mettent pas en cause la sécurité des voyageurs, les touristes et le travailleurs etc...personne ne va dans un pays où le Droit met en danger la sécurité.....cela va de soi...

    En ce qui concerne Madagascar, le Droit malgache n’est autre que le copie de Droit français, comme dans les pays colonisés par la France.

    Il est divisé en deux, le Droit privé, subdiviser en trois, Civil, Commercial et le Droit du Travail. Et le Droit public, l’ensemble des règles de droit fixant l’organisation de l’État et réagissant les rapports entre la puissance publique et les particuliers. Dans lesquels on a le Droit Constitutionnel, Administratif, Pénal et enfin le Droit Fiscal.

    Qu’est-ce que je suggère depuis plus de six ans ici même pour sortir de la crise ? D’abord un bon diagnostic pour connaître les origines de la crise et en suite s’appuyer sur les lois existentes et en vigueur dans le pays.

    La plupart des règles de droit sont établies par la LOI, au sens large. Il s’agit dès lors des sources formelles. Les Sources formelles sont des règles de droit établies par l’autorité publique. Elles sont hiérarchisées. Leur application dans le temps et dans l’espace est subordonnée à certaines conditions.

    Alors et c’est ici que la chose sérieuse commence. Traditionnellement, en France, il n’est point différent à Madagascar, cette hiérarchie des sources formelles s’opérait entre, un, les lois, au sens étroit, émanant du Parlement, du pouvoir Législatif donc. Et deux, les règlements, qui émanent du Gouvernement, donc du pouvoir Exécutif.

    Cela nous ramène à une distinction assez simple et que tout le monde comprendrait :

    - on distinguera donc, par ordre d’importance, la Constitution, les Traités internationaux, la loi proprement dite, les actes administratifs, les actes divers émanent d’autorités administratives.

    La Constitution, c’est important de faire une petit pause ici. La Constitution est la loi, au sens large, ayant pour objet de régir l’organisation de l’État, c’est à dire les pouvoirs Législatif, Exécutif, Judiciaire et son fonctionnement, c’est à dire les prérogatives des divers organes et rapports entre eux.

    Posons la question maintenant. Pourquoi, dans un pays où le Droit est si bien fait et le système politique est clairement bien défini, une crise politique et Institutionnelle durent si longtemps et ont fini par affaiblir le pays ?

    La réponse est politique, et ethnique. Elle se trouve dans la classe politique malgache. Cette classe politique ne respecte pas la loi. Elle est divisée. Tout le monde a peur, bêtement, de le dire, mais cette division est d’origine ethnique....elle est ethniquement divisée.

    Questionner l’ère Ratsiraka n’a rien de choquant et il est tout à fait normal. Demander des comptes aux partisans et les ratsirakistes et faire les bilans Institutionnels d’un régime qui a été toujours légitime, reconnu internationalement, pour excuser les ignorances, les dangerosités et l’attitudes irresponsables des dirigeants depuis 2002 dont l’objectif, intentionnel ou pas, on le voit et continue jusqu’aujourd’hui, c’est de priver les Malgaches les expressions démocratiques, n’a d’autre motif, je ne suis pas naïf, que ethnique....

    Il n’y a jamais eu une élection présidentielle respectante de la Constitution malgache depuis 2002, point. S’il y avait des femmes et des hommes de loi qui veulent s’y frotter, qu’ils viennent expliquer, en quoi 2002, 2009 et 2013 seraient constitutionnelles....pour aller loin, constitutionnelles à Madagascar et ne sont pas en France et dans les pays démocratiques alors que le Droit y est semblable ?

    • 2 décembre à 18:30 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Je ne cesse jamais, et autant qu’il le faudra, de vous le répéter que la cause principale de la répétition sans fin de la crise à Madagascar est le comportement et attitude des politiciens détenteurs des autorités publiques (irresponsabilités, cupidité...).

      Et comme conséquences, l’Etat n’arrive plus à livrer, comme il se doit, un service public au profit de la population sur l’ensemble du territoire, et on peut en citer de façon particulière « la justice » et « la sécurité publique »

      Et comme réaction par rapport à la situation : le peuple s’en remet à la rue et espère y trouver le moyen de changer la cours des choses

      Et les faits qui se répètent presque toujours : ceux qui arrivent au pouvoir ne font que refaire et reproduire le comportement de ceux qui les ont précédés, les nouveaux dirigeants refusent d’appliquer les lois en vigueur, ou bien, font une application des lois de manière sélective en fonction de leurs intérêts.

      Et ceux qui étaient dans l’opposition hier (je dirai ennemis politique) arriveront demain au pouvoir, et vice versa. Et l’alternance, pas démocratique du tout, se fait entre voyous.

      Comme conclusion Diego : la division ethnique n’a rien à voir la dedans ; chaque ethnie a ses voleurs patentés devant l’éternel

    • 2 décembre à 18:55 | Vohitra (#7654) répond à diego

      La solution c’est :

      - de ne plus se remettre à la rue pour réclamer un changement mais
      - de faire voter des lois électorales équitables et consensuelles permettant la participation de tous de façon citoyenne
      - appliquer de manière rigoureuse ces lois électorales
      - que les nouveaux élus doivent traduire, sans distinction d’aucune sorte, devant la justice ceux qui ont commis des infractions par rapport aux lois de la République, y compris et surtout ceux qui les avaient commises durant l’exercice de leurs fonctions notamment les détenteurs de la prérogative de la puissance publique

      Pour l’ensemble des solutions, il faudra que des hommes et femmes politiques intègres, courageux, vertueux et crédibles soient propulsés aux commandes de l’Etat par le biais d’une élection

    • 3 décembre à 17:49 | ETHAN (#9769) répond à diego

      Hi Spliff,

      Always good to read your write style. You have this art of obliging other to argue their answers at your interventions. If not, …. stakeholders will ridicule themselves. So this makes me laugh …

      I belong to the younger generation, there is probably a shift on my vision and when I express my feelings compared to the Malagasy and French culture. With my parents, I arrived in UK when I was 2 years old.
      My mother is English origin, so I was educated in British culture.
      By pragmatism that I borrowed from her, I tend to shake up the old methods that had no place, in face of the objectives and their urgent needs. My Father has become the same. While it’s customary in Madagasikara this Fear of rapid change.

      As you say to make this change for Madagasikara, It needs some kind of creativity.
      But Governance does nothing for young people to be free to express their performance in this way.
      The basic problem is also in education, whether it comes from Parents or from School. I think it’s a fundamental foundation before becoming an adult. From this, can be a better cultural foundation and build a great personality. This helps to fight any bullying. Unfortunately poverty takes up more space in everyone’s head.
      Governance always has a great responsibility.

      A development Bank dedicated to youth Startup, will have to play a new role in finding solutions to the issue of youth unemployment. With this method, one of the things the private sector can do is to increase investment at Madagasikara. Whith invests, Government create economic opportunities for people through the value chains such as paying inclusive tax.
      Such a Bank will be a solution for the private sector to help encourage young Malagasy entrepreneurs by giving them support from the start of their business until they are able to go out there and grow it on their own.

      ## Against all odds of what it announces Diego, I hope like Vohitra - Babah - Kartell - Jipo, that the ethnic problems have no place. The cohabitation of different people in UK is not much of a problem. But I admit that it is not the same story.

      ## So, the better I discover Madagasikara, the more I find complicated what to do.
      In the near future, I would like to participate in its development.
      For the moment, I have my job that takes me an important international experience.

      Good luck with your future plans, hope everything works out for you.

      And sympathie for JIPO

  • 2 décembre à 18:34 | Albatros (#234)

    @ Vatomena (#8391) post 2 décembre 07:51
    Comme vous le soulignez on ne peut jamais prévoir à l’avance ce que deviendrons les « révolutionnaires » d’un moment. Le « pouvoir » peut être une drogue fatale !.
    Mais on peut toujours devinez, au vu de leurs comportements et de leurs actions sur le terrain, ce qu’ils auraient pu apporter à leur Peuple au moins dans un premier temps.
    Je pense que des personnes comme Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Richard Ratsimandrava, Steve Biko, Ernesto Guevara, avaient une « vision » pour leur pays et leurs concitoyens.
    Tous étaient près à sacrifier leur vie pour leurs idées et le bien de leur pays.
    Qu’en est-il aujourd’hui des politi-chiens qui ont participé à leurs disparitions ?.
    Qu’en est-il des « révolutionnaires » malgaches ?.
    Le maintien au pouvoir, même sur la base d’une idéologie « libératoire » et « révolutionnaire », peut, malheureusement se transformer, avec le temps, en pouvoir totalitaire et confiscatoire.

    @ Isandra (#7070) post 2 décembre 15:11
    - Si je reconnais sans problème que l’accès au pouvoir de Philibert Stiranana a été fait sous l’oeil bienveillant de celle que vous appelez « Maman », ce n’est pas De Gaulle qui a choisi les membres du PASDEM ni du PSD !.
    Je ne pense pas que ce soit De Gaulle qui a « choisi » Joseph Ravoahangy et Jacques Rabemananjara, comme ministres de Philibert Tsiranana !.
    - Encore une fois la « coquille » de l’indépendance n’était pas vide !. Les structures et les infrastructures étaient réellement présentes (routes, voies ferrées, etc... etc...), par rapport à la Corée du Sud !.
    Qu’en avez vous fait VOUS, les « entrepreneurs » malgaches (pour reprendre l’expression de Rambo !) ?.

    • 3 décembre à 16:16 | Isandra (#7070) répond à Albatros

      Albatros,...

       »Si je reconnais sans problème que l’accès au pouvoir de Philibert Stiranana a été fait sous l’oeil bienveillant de celle que vous appelez « Maman »

      Savez- vous pourquoi ont ils choisi Tsiranana un simple instituteur, alors qu’ils devaient designer quelque d’autre plus compétent et expérimenté politiquement parmi des élites...? Parce que Tsiranana ( les Padesm) s’etaient montré bon élèves et bonnes marionnettes à cette époque.

       » ce n’est pas De Gaulle qui a choisi les membres du PASDEM ni du PSD »

      En effet’ ce n’est pas De Gaulle qui a choisi les Membres du Padesm, mais, tout le monde sait que ce sont les colons qui ont eu l’idée et l’initiative de sa formation pour contrecarrer le MDRM et affaiblir son développement.

      « Je ne pense pas que ce soit De Gaulle qui a « choisi » Joseph Ravoahangy et Jacques Rabemananjara, comme ministres de Philibert Tsiranana !. »

      Croyez vous que De Gaule a nommé une marionnette pour qu’il agisse librement...? Non, la marionnette attend toujours l’avis pour ne pas dire les ordres de son maitre à qui appartient le dernier mot, avant de décider. D’autant plus, cette stratégie de pécher chez les ennemis pour affaiblir ceux-ci et renforcer le pouvoir est une stratégie purement « French touch », regardez ce que fait actuellement Macron et avant lui Sarko.

      C’est la raison pour laquelle, on n’avait pas besoin du poste de PM pendant la première république, car c’etait Tsiranana qui l’occupait et que le vrai pouvoir du Président revenait à De Gaulle qui gérait indirectement tous les postes clés et stratégiques.

    • 3 décembre à 18:12 | vatomena (#8391) répond à Albatros

      Il vous aura échappé ,Isandra ,que De Gaulle depuis son discours de Brazzavile méditait ,projetait l’Indépendance des Colonies .Au centre Afrique ,on avait tres bien compris ce projet . Et ,Bien avant ,le soleil de l’Indépendance ,De Gaulle était devenu une idole vénéreé .Aux grandes cérémonies on sortait le masque N’Golo.

  • 2 décembre à 19:12 | Jipo (#4988)

    je plussoie à l’ analyse plus que pertinente de Vohitra , ce que notre cher pilote ne peut accepter .
    Sans oublier que rasyraka, son mentor était bien côtier et que sa dictature zozialiste, dont Madagascar ne s’ est toujours pas relevée, a été non seulement l’ exemple à ne pas suivre, mais le père de la corruption, qui apres lui, s’ est métasatsée, par le manque de dictate de Ravalomanana entre autres et ceux qui ont suivi .
    Ne me dites pas Diego que ratsyraka s’ est maintenu au pouvoir plus de 20 ans : démocratiquement, mais de là ou vous naviguez , en plus des nuages, le manque d’ oxygène vous seront de bien piètres excuses .
    La constitution que vous rabâchez à longueur de post, votre ratsyraka n’ a eu de cesse de la fouler aux pieds, de nationaliser ce qui pouvait rapporter et mettre en prison tous ceux qui s"’ y opposaient !
    Mais ça dans une revoluzion zozialist : DITE « DEMOCRATIK, » ça fait mauvaise presse pour une dictature ( pouvoir fort que vous revendiquez) que vous regrettez sans oser la nommer .
    Ratsyraka a été le père fondateur et promoteur des bandits qui gangrènent le pouvoir, qui depuis se sont comme les « rats » : démultipliés, corruption & copulation sont les deux mamelles de ces animaux instruits mais : sans aucune éducation ( éthique, civique et morale) .
    Solution : un ratsyraka bis ... au faite vous le voyez comment : des basses terres ou des hautes ?

    • 2 décembre à 19:14 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      Metastasée comme les cellules cancéreuses .

  • 2 décembre à 19:38 | diego (#531)

    Bonjour vohitra,

    Madagascar serait le seul et unique pays où l’appartenance ethnique ne pose plus du tout des problèmes politico-économiques ?

    Madagascar a bien évidemment des problèmes ethniques. On les dissimule sous le tapis tant qu’on le peut, mais ces problèmes vont ressortir à moins qu’on les prend au sérieux et les aborde avec sérieux.

    Chacun dessine ses solutions, c’est d’ailleurs ce que les politiciens, autorités politiques et dirigeants devraient faire et se mettre autour d’une table pour finaliser les solutions dans lesquelles ils se sont mis d’accord.

    Vous pouvez esquisser des solutions, mais le Droit malgache doit être observé, ni plus ni moins !

    Le plus difficile pour le régime c’est de mettre en place des processus électoraux dans lesquels tout le monde accepte et respecte donc. C’est à dire, dans lesquels le pouvour accepte en fait une éventuelle défaite.

    C’est bien le cœur et la colonne vertébrale d’un système démocratique, accepter une défaite, féliciter les vainqueurs et en politique, travailler avec les gouvernants etc...

    On veut toucher à la Constitution à quelques mois des élections, cela n’annonce pas une bonne chose.....dans les mois à venir....

  • 2 décembre à 19:51 | diego (#531)

    Bonjour reviv

    Je ne rêve pas.

    Un rêveur se passe de Droit. Je crois au Droit. Je suis réaliste donc.

    Le pays est crise parce que les dirigeants ne respectent pas le droit. C’est le cas aujourd’hui.

    D’ailleurs, c’est rassurant, politiquement, de penser que l’EU amorce, enfin, un retour en Afrique et à Madagascar.

    Ce retour va être accompagné par quelques exigences et des quelques processus qui vont permettre de soulager le peuple. Je crois bien connaître la situation économique à Madagascar pour espérer que la situation est perfectible et non désespérante.....

    • 2 décembre à 20:10 | Jipo (#4988) répond à diego

      Impossible n’ est pas Malagasy ...
      « Perfectible » ? assurément on peut encore faire « mieux », en effet après 2$ / j , en creusant encore un peu on va peut être arriver à 1 $ ?

  • 2 décembre à 20:18 | Albatros (#234)

    @ Vohitra

    Entièrement d’accord avec vos posts 2 décembre 18:30 et 18:55 !.
    Surtout en ce qui concerne les différences ethniques !.
    L’origine ethnique n’a rien à voir avec l’origine des « tares » qui gangrènent la classe politique malgache !.

  • 2 décembre à 21:15 | diego (#531)

    Bonjour Mihaino,

    Une crise est connue et doit être connue, par le peuple, par tout le monde et par les protagonistes, qu’elle soit une crise politique ou économique ou institutionnelle. Une crise sans nom n’existe pas. Et une crise dont les politiciens et les partis politiques et l’autorité politique n’arrivent pas à reconnaître et nommer n’en est pas une. C’est une autre chose.

    Personne ne dispute qu’une crises a plusieurs origines. C’est exactement la raison qui pousse les parlementaires de voter des lois par exemple et de les amender etc....

    2002 ne peut pas constituer des divergences politiques et encore moins créer des confusions au niveau de droit, de facto, Institutionnelle à la tête du pays.

    Madagascar n’a pas mille Constitutions, il n’en a qu’une seule. Je répète, il suffit de s’y référer pour expliquer 2002, 2009 et 2013. Ni plus ni moins !!!

    Si on s’aperçoit que les problèmes se trouvent dans la colonisation, durant l’ère Ratsiraka, avant ou après et bien à qui cela gênerait-il ? Se mettre à table et trouver de solution pour bien gouverner le pays, point !!!

    • 2 décembre à 23:09 | Mihaino (#1437) répond à diego

      Salut Diego ,
      La fameuse Constitution dont vous défendez sans cesse dans ces colonnes ne correspond et ne répond aucunement aux attentes des Malgaches depuis la 1ère République , croyez-moi !
      Tous nos Présidents successifs n’ont fait que copier/coller celle de la mère Patrie en apportant quelques retouches selon leur convenance personnelle !!!??
      Pourquoi avoir négligé nos Dina , nos us et coutumes , ...? Pourquoi ne pas avoir consulté les avis et les propositions de nos grands Sages dans toutes les régions ?? Pourquoi notre Constitution n’est-elle pas respectée par les Présidents élus ?? La raison en est simple : elle est mal faite et mal conçue , votée à la va -vite dernièrement par une poignée d’électeurs !!Combien de nos compatriotes ont lu la Constitution proposée avant d’aller dans l’isoloir ??!!Combien de nos juristes maîtrisent parfaitement le Droit constitutionnel ??
      Bon week end l’ami,

  • 2 décembre à 23:57 | diego (#531)

    Bonjour Mihaino,

    La question à mon sens, n’est absolument pas de savoir si la Constitution correspond ou pas aux attentes de Malgaches, elle existe. Veut-on la respecter à Madagascar ou pas ? Et éventuellement la maîtriser ? Elle est là pour rester je pense !

    S’il y avait une majorité des Malgaches qui pense comme vous, sur le Dina, et que cette voie était jugée fiable, alors il serait indispensable de consulter le peuple.

    J’ai dit ici il n’y a pas si longtemps que l’État en Afrique et à Madagascar est présent dans les grandes villes, mais c’est les traditions qui gèrent la vie sociétale dans les campagnes et le reste du pays et du continent. Les chancelleries occidentales le savent fort bien.

    Quelquefois les traditions cohabitent bien avec les Institutions modernes. C’est ma préférence, au mois cela donne le temps de réduire les écarts grandissants entre les villes et le reste du pays.

    Mais je ne crois pas que les traditions malgaches et africaines résistent encore longtemps à la mondialisation et aux multiples crises politiques, crises humanitaires, aux guerres et aux crises climatiques dans lesquels tout le monde est bien impacté aujourd’hui.

    De toutes les manières, il est indispensable, me semble-t-il, que les traditions cohabitent bien avec ces institutions modernes et la Constitution, héritages de l’époque coloniale.

    Toujours est-il, d’une manière ou une autre, que le régime, les gouvernants ont la responsabilité d’épargner le pays d’une crise trop longue appauvrissant plus que la majorité de Malgaches.

    Si le pays retrouvait la stabilité politique, il serait toujours temps de penser sérieusement à l’avenir.....

  • 3 décembre à 00:37 | diego (#531)

    Et cette idée, j’ai vu plus loin, qui cherche à éluder les problèmes ethniques à Madagascar est un mirage. Irresponsables mêmes quand on pense que la crise Rowandaise a en fait couvé depuis plus de 40 ans avant de s’eclater en pleine jour avec une rapidité qui a semblé prise tout le monde de vitesse. Les problèmes ethniques en Afrique sont plus que connu.....à chaque élection, l’Afrique en est secoué......

    Il est hypocrite de faire croire qu’un côtier, non élus, resterait une journée à la tête du pays à Madagascar. Alors, rester un mandat, sans avoir été élu à la tête du pays, impossible. Votre origine ethnique peut vous aider, vous sauver ou vous interdir d’accéder à quelque chose à Madagascar. Partout cela existe, en France et dans les pays riches, dire et faire croire que cela n’existe pas à Madagascar est une foutaise. Madagascar serait un pays très moderne, cela doit faire rire les gens !

    Cela ne se voit pas mais on s’entretue à Madagascar, pas directement entre les ethnies, mais pas loin.....les Dahalo, Karana, la famine et la peste cachent bien encore ce côté un peu sombre du pays, qui n’a jamais été traiter sérieusement .....Madagascar est le roi de non dit, on dit plus des choses en ne disant rien....

  • 3 décembre à 01:28 | diego (#531)

    Bonjour ETHAN,

    Je vous ai lu....

    Je ne juge pas les solutions que vous proposez ou des choses que vous dites.

    Mais je ne suis pas adepte des solutions, à la va vite, qu’on entend ici et là, en évitant soigneusement les maux qui rongent le pays. Une crise Institutionnelle n’est pas une chose banale encore moins la présence constamment de la CI pour organiser et superviser les élections dans un pays indépendant depuis 1960. Cela doit donner une petite pause au monde politique à Madagascar,

    Je répète, Madagascar est en crise, tout le monde le sait. La base des solutions que j’essaie de proposer est le Droit. En parlant le même système, c’est comme deux ingénieurs qui discutent comment construire un pont, deux docteurs qui parlent un malade etc....ils sont en phase sur les essentiels.....

    Si vous disiez que vous vous baserez sur le Droit malgache, issu de droit français aussi, ou même le Droit anglais, pas tant des différences que cela sur les essentiels sur le droit français, je ne vois pas comment on serait en désaccord, voyez-vous.

    Je suis tout simplement incapable de proposer autres choses. L’économie, ou autre chose, n’aide pas un pays à sortir d’une crise Institutionnelle, d’une impasse politique.

    Ce n’est pas son rôle. D’ailleurs, l’une des trois facteurs et bases essentielles de l’économie c’est bien la Confiance. La confiance du monde économique et des investisseurs envers les institutions, l’État et envers les dirigeants.

    Dans le milieu économique c’est quelque chose qui coule de source. Le monde économique n’a pas à s’occuper de la politique. Il ne faut pas et ce n’est pas souhaitable. C’est à la politique de trouver des solutions politiques.

  • 3 décembre à 09:55 | Babah (#9347)

    ● Holà hôlà Diégo !

    Être côtier = une éthnie ???
    Ce terme ne signifie rien de plus que S’OPPOSER à Tanà et Fianarantsoa-centre, se distinguer des Merina et des Betsileo, c’est-à-dire à désigner UN adversaire ou UN ennemi. C’est tout.

    Il n’y a rien de commun ETHNIQUEMENT PARLANT entre le pêcheur Vezo, l’éleveur Tanosy, le cueilleur Betsimisaraka, le cultivateur Tsimihety, le pasteur Bara, le charbonnier Bezanozano, etc ... et le blablateur-complexé Diégo, SAUF s’ils se décident à s’appeller CÔTIERS (c’est une tare laissée par les parents des Vatomena et autres maîtres des bi-nationaux gasy actuels) par opposition aux Merina et Betsileo !!! Et en avant tous les fantasmes et pseudo-analyses ethnico-politiques de comptoir de bar ...

    @ Le vaniteux et pédant-pilote-juriste-économiste Diégo :

    Qu’appelle-t-on éthnie ? Y a-t-il DES ETHNIES à Madagascar ? Diégo sait-il que les mots ont un sens ? Comment Ratsiraka est devenu chef d’Etat, Diégo ? Par l’assassinat de son prédecesseur ou par la Constitution diégoesque ? Diégo sait-il que mentir et affabuler sont contraires de dire juste et vrai ??? ☺😊😀😁

    • 3 décembre à 15:40 | kozobe (#7754) répond à Babah

      Bonjour Babah,
      Je suis assez en phase avec vous s’agissant des « ethnies » à Madagascar. Ensuite, tout dépend de l’idée qu’on cherche à véhiculer et surtout des buts, plus ou moins inavouables, auxquels certains veulent amener le pays et qui leur permettent de garder leurs privilèges. Je m’explique : il y a des catégories de personnes qui ont intérêts à ce que ce genre de « pensée », de situation, de perception soit entretenu et perdure afin qu’ils puissent garder leur main-mise sur les choses politique et économique (l’une concomitante avec l’autre presque toujours). Par ailleurs, cela permet aussi aux mêmes cliques, chacun dans son fief ou domaine, de piller sans vergogne les richesses nationales en toute impunité. Généralement, on remarque que c’est surtout en périodes de crises politiques majeures que le sujet « ethnique » revient en force sur le devant de la scène. Enfin, si, envers et contre tout, on veut absolument parler d’ethnies à Madagascar il faudrait dans ce cas, comme l’a souligné le RP Djaovelo Djao Robert, à la fois Théologien et Anthropologue de son Etat, parler d’« ethnicités résidentielles » et non « raciales » ; c’est-à-dire on est Antandroy, Sihanaka, Antankaragna, Merina, etc, selon les endroits et régions où on s’est établis. Mais, avant toute chose, nous sommes Malgaches. J’en profite ici pour dire que, contrairement à ce que certains esprits rétrogrades avancent, le nom « Malgache » n’est pas une invention du colonisateur. Ce serait Marco Polo qui aurait donné le nom « Madagascar » à notre île. Ce nom représenterait une faute de transcription pour « Madgâshibar », qui signifierait en Persan « Pays des Malgaches ».
      Je partage aussi les grandes lignes des positions défendues par Vohitra et de Jipo dans leurs interventions respectives.
      Bon dimanche à vous.

    • 3 décembre à 18:01 | vatomena (#8391) répond à Babah

      Babah
      Vatomena ne saurait s’offusquer de vos propos qu’il juge .... Hors d’age ! Et davantage encore s’il vous arrivait de vous répéter .

      Bonne soirée

  • 3 décembre à 11:42 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    « Madagascar serait le seul et unique pays où l’appartenance ethnique ne pose plus du tout des problèmes politico-économiques ? » dixit Diego

    « Il est hypocrite de faire croire qu’un côtier, non élus, resterait une journée à la tête du pays à Madagascar. Alors, rester un mandat, sans avoir été élu à la tête du pays, impossible. Votre origine ethnique peut vous aider, vous sauver ou vous interdir d’accéder à quelque chose à Madagascar. Partout cela existe, en France et dans les pays riches, dire et faire croire que cela n’existe pas à Madagascar est une foutaise. Madagascar serait un pays très moderne, cela doit faire rire les gens ! » toujours de la part de Diego

    Je me pose vraiment la question, comment se fait-il que quelqu’un puisse arriver à faire appel à des arguments fallacieux tirés sur les cheveux basés sur l’ethnicisation des crises politiques repetitives à Madagascar ?

    Je réitère encore, et je ne vais pas me lasser de le faire, que l’ethnie n’a rien à voir avec le comportement et attitude exécrable et honteux de beaucoup de responsables et politiciens Malagasy, mais tout est question d’éducation : soit on est éduqué soit on ne l’est pas. Il faudra faire la part des choses entre « instruction » et « éducation ». On peut être instruit et titulaire d’un PhD ou polytechnicien, mais ça ne l’empêche pas de détourner les finances publiques à son profit, on peut être diplômé de HEC mais ça ne l’empêche pas de détourner le choix du peuple exprimé par la voix des urnes, on peut être un brillant officier de carrière sortant de Westpoint ou Saint-Cyr mais ça ne l’empêche pas de faire et maquiller des assassinats et arrestations politiques arbitraires.

    Que ce soit à Betioky Atsimo, ou à Belo sur mer, ou Analalava ou Antsalova, ou à Maroantsetra...ou à Anatihazo Isotry et Bekiraro, et partout ailleurs..., on peut rencontrer aisément des honorables gens bien éduqués mais peu instruits qui luttent pour la survie quotidienne de leur petite famille, des gens qui savent à peine écrire ou lire mais qui ne défendent pas leurs points de vue à travers des arguments ethniques, des gens qui ne cessent de manifester dans la vie quotidienne un respect hors pair pour les aînés, la personne et biens d’autrui, et qui vouent des immenses considérations à la vie humaine...

    En se basant sur les données et recherches historiques, anthropologiques voire même archéologiques, il est évident qu’il est difficile d’affirmer qu’il y avait eu des protomalagasy ayant peuplé notre île datant de la préhistoire, et nous sommes tous des migrants ici, soit provenant des archipels austronésiens soit des côtes orientales de l’Afrique soit des descendants des voyageurs et commerçants arabes spécialiste de la traite, soit carrément issu du métissage entre migrants, mais la principale différence se situe sur le lieu d’implantation des premiers colonies de peuplement une fois arrivées ; les uns avaient encore migrés dans les altitudes en haute terre de l’intérieur, les autres avaient préférés rester dans les littorales, mais il en a aussi qui avaient tout simplement restés dans les forêts et ses limitrophes. Mais personne ne peut nier qu’il y avait eu, en fonction des vagues et périodes de migration, des guerres entre clans uniquement menées pour la conquête et la maîtrise de l’espace.

    Mais il y a aussi des faits indéniables de l’histoire : l’existence de la traite négrière par les commerçants arabes qui avaient débarqués et emmenés dans et en dehors de l’île des esclaves venus d’ailleurs, des pratiques sur lesquelles s’étaient basées plus tard l’économie jusqu’à une certaine époque de nombreuses contrées et royautés de l’île.

    Tous ces faits et jalons de l’histoire avaient façonnés la cartographie humaine et socio-démographique de la grande île, on ne peut pas la nier, ce qui fait qu’il y a, et qu’il y en aura toujours chez nous des différences sur les aspects phénotypiques des individus hommes et femmes Malagasy, et ça fait partie de la richesse chez le genre humain, partout et ailleurs. Le droit au respect de la différence doit et devra jouer ici un rôle prépondérant, et les lois de la République restent le garant de ce respect des uns envers les autres.

    Aussi, affirmer que la richesse et différence ethnique sont à la base des capacités d’accès à des ressources, ou bien des positionnements dans l’échiquier politico-économique du pays, cet argument là ne peut être que le produit et conséquence d’une frustration, ou d’une lacune éducationnelle, ou d’une motivation sournoise avec un objectif précis inavoué...soit dit en passant, le gendre de quelqu’un à qui vous (l’ami Diego) ne cessez de vouer une admiration sans faille est issu d’une famille de la haute terre centrale du pays plus précisément celle des Andriandranando...alors l’ami, ne joue pas à ce jeu là, c’est malsain, et dangereux pour la santé mentale, surtout quand vous êtes en train de naviguer en haute altitude en plein vol...

    Bref, je le répète encore, tant qu’il le faudra, chaque ethnie du pays a ses voleurs patentés devant l’éternel, ses bandits et brigands politiques, mais tout est question d’éducation...

    Bien à vous l’ami Diego, bon dimanche

    • 3 décembre à 13:43 | Jipo (#4988) répond à Vohitra

      Bonjour .
      Votre petite anecdote dominicale, bien rafraichissante, fait vraiment penser au peuplement de l’ ile voisine, avec les cafres et les yabs, les « ti blancs des hauts », comme on les appelle , j’ ai pour référence Les souvenirs de voyages d’ Alfred Grand Didier , qui en parle de manière édifiante .
      Il est fort probable que les esclaves (malades le plus souvent ) débarqués par la traite dont les arabes de Zanzibar ( entre autres ) avaient le quasi monopole , (voir les voiles triangulaires des boutres, contrairement aux voiles carrées) soient arrivés les premiers suivis d’ autres ethnies venues avec les alizés ( vent dans le dos) d Indonésie et du Pays Tamoul ou du Gudjarat arrivés peu de temps apres .
      Bien sur de petits royaumes se sont formés à différents endroits, mais le Pays était suffisamment grand pour héberger tout ce petit monde .
      La raison pour laquelle les Mernes ont peuplé les hauts plateaux, doit etre sensiblement la meme qu’ à la Reunion, que ça plaise ou pas (qui pourrait également expliquer ce sentiment d ’ animosité ) ...
      La différence étant que : certains étaient navigateurs et les autres non, cela en fait-il une suprématie ? de nos jours le sujet (fady) prête à polémique, mais à l’ époque, ils ne s’ embarrassaient pas de telles subtilités , à tors ou à raison ...
      De rejoindre Vohitra, que dans toutes ethnies, il y a des bons et des moins bons , aucune n’ en a le monopole, quant au distinguo entre l’ instruction/éducation, élémentaire cher Monsieur, vous avez des honoris causa en une discipline, qui ne les exonère pas d’ être nullissimes dans d’ autres, voir des criminels (polymorphes) : des plus abjectes ou simplement inhumains ...(cf : Zimbabwe).
      D’ ou l’ adage « science sans conscience n’ est que ruine de l’ âme », et peut l’ être également : d’ un peuple .

  • 3 décembre à 14:38 | Jipo (#4988)

    @ Kartel.
    Pour illustrer votre poste d’ hier un peu plus haut et auquel je plussoie : 2 poids et quelques mesures, bien sélectives selon l’ approche , voir une cécité bien confortable ...
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/a-propos-des-50-000-syriennes-199271

    • 3 décembre à 15:17 | kartell (#8302) répond à Jipo

      Jipo,

      Effectivement, nous sommes plongés dans un monde de pleines contradictions, d’autant que l’esclavage perdure dans un certain nombre de pays africains sous des formes plus discrètes mais persistantes ce qui m’empêche pas à ces présidents africains, d’être reçus en grande pompe à l’Elysée !….
      Hier, Macron a promis de rendre, à qui de droit, toutes les oeuvres d’art confisquées pendant les guerres coloniales mais dans son élan compassionnel, il oublie de croire que ceux qui sont à l’origine de ces conquêtes ubuesques, étaient des hommes ayant eu le même objectif que lui : faire de business avec l’Afrique !….
      Mais, nous nous éloignons du sujet qui nous préoccupe, qui lui, aurait besoin de toutes nos attentions de chaque instant car, au vu de son état, on hésite entre extrême-onction ou coma artificiel !…..

  • 3 décembre à 17:18 | Jipo (#4988)

    Cette langue de bois et hypocrisie me révulsent .
    Me rendant compte de la propagande des médias aux ordres, est d’ autant plus révoltant .
    C ’est de la manipulation en plus de nous prendre pour des kons !

  • 3 décembre à 18:32 | diego (#531)

    Bonjour Vohitra,

    La solution est politique et il faut s’appuyer sur le Droit en vigueur dans le pays, point ! En dehors de celà, c’est du non sens.

    Mais parlons.....

    Je ne rentre pas dans l’histoire de Madagascar. Je n’ai pas le niveau....

    Maintenant, l’ambition qui est la mienne est une ambition politique, c’est de sortir le pays de la crise dans laquelle il est englué, la tête haute. C’est à dire, sans humilier personne. J’ai l’impressin que vous réagissez, comme cela, sans vraiment connaître mes objectifs en fait.

    Une crise politique banale peut conduire un pays à une crise meurtrière, dévastatrice si on n’y prend pas garde. Ce notre cas aujourd’hui. Il n’y a pas de guerre, comme telle, mais le pays est frappé par une crise qui touche plus 50% de sa population.

    Les crises politiques que Madagascar a connu depuis son indépendance ont été toujours teintées par la méfiance, la détestation et les mépris entre les FOKO dans le pays. J’ai dit ici, que Madagascar sur ce point a connu des progrès.....les Universités, les écoles etc.....ont fait vite avancer le pays. Mais peu de changement à la tête du pays et dans la classe politique, autrement dit, chez nos élites, les changements de mentalité évoluent lentement.

    J’ai toujours proposé une politique, et cela tient toujours aujourd’hui, qui consiste à partager le pouvoir à la tête du pays, bien définir les rôles de l’Armée, les rôles que le pays souhaite donner aux étrangers, politiques ou économiques ou les deux, et redéfinir les rôles des élus des grandes villes. C’etait faisable en 2009, en tout cas facile à mettre en place. Cela devient compliquer quand la crise prend racine. Violer les lois deviennent normal. Par conséquent, les initiatives locales deviennent caduques celles des pays étrangers deviennent des solutions. Une situation bancale pour un pays indépendant.

    Mais cette pensée même qui consiste à vouloir faire croire ou pire à expliquer qu’à Madagascar, il n’y a pas des problèmes ethniques, dans un pays où on peut voir 22 FOKO, est une ignorance.

    La France et l’Europe et l’Amérique du Nord ont et connaîssent des problèmes avec quelques origines qui composent leurs populations, il y est des racismes, des problèmes politiques, raciaux économiques et d’intégration etc.....par miracle, ces problèmes n’existeraient pas à Madagascar ? Laissez-moi rire et dire encore une fois, c’est de l’ignorance.....et si j’étais vicieux et méchant, je demanderais aux gens qui oseraient me contre dire, de quelle origines ils sont ?

    • 3 décembre à 20:43 | Mihaino (#1437) répond à diego

      Bonjour Diego ,
      Babah à 09.55 vous a interpellé et Kozobé à 15.40 lui a répondu le rejoignant sur les problèmes ethniques que vous soulevez avec votre conviction personnelle ! Je ne vais pas entrer dans cette discussion car ayant vécu plus d’une dizaine d’années dans les côtes , je n’ai pas senti ni ressenti ces problèmes .« Chacun est unique ! » Pub de la BNI à Mcar .
      Notre Pays est une île et dès la 1ère République , le point positif de Tsiranana fut de prôner et de défendre l’UNITE de notre Peuple malgré la présence de plusieurs ethnies !
      Madagascar a beau s’appliquer à affermir sa souveraineté politique , à faire progresser sa prospérité économique, à entretenir ses bonnes relations internationales avec tous les moyens juridiques et tous les accords latéraux ou multilatéraux, si ses dirigeants négligent de défendre et protéger l’UNITE de ses habitants , tous les projets de bâtir un nouveau Pays ne s’achèvera jamais !!
      Certes , je sais bien que certains forumistes et des partis politiques ont proposé le fédéralisme pour sortir de cette crise . Personnellement , je suis à moitié convaincu de ce système et j’ai remarqué que toutes les régions ont leur spécificité et qu’elles sont complémentaires depuis fort longtemps !!Les populations vivent ensemble dans une parfaite harmonie mais ce sont les politicards qui essaient de raviver les problèmes ethniques ! J’ai écrit une fois ici que les côtiers vivent et investissent dans la Capitale et sur les Hauts Plateaux puis les gens des Hauts Plateaux travaillent dans les villes côtières sans de véritables soucis depuis belle lurette !!
      Par ailleurs , il est évident que le premier objectif des puissances étrangères contemporaines consiste à faire du business . Tous nos partenaires venus d’ailleurs ne sont pas des philanthropes , loin de là , et il nous appartient , surtout à nos dirigeants de bien étudier et de bien analyser les impacts de leurs investissements dans notre économie et in fine pour notre Peuple avant de signer tout contrat !!(Gagnant -gagnant , slogan célèbre).Inutile de détailler le poids de la dette à rembourser à long terme par nos futures générations ! A ce sujet , nous avons remarqué que le Pouvoir HVM au Pouvoir court en cette dernière année de mandat du Président Hery par ci par là pour quémander des aides !! Ils sont sûrs de reconduire Hery en 2018 même si l’opposition commence à s’organiser !
      Enfin , je tiens à vous dire Diego que votre conviction sur les problèmes ethniques de nos 22 Régions (Foko d’après vous) ne convaincra qu’une infime minorité de nos compatriotes à moins que vous ayez une autre idée en tête !
      Amitiés

    • 3 décembre à 21:08 | diego (#531) répond à diego

      Et comment se fait-il que dans un pays où plus de 22 FOKO vivent dans une Île où il y a bien eu l’esclavage, institutionnalisé par le Royaume Malgache, qu’il y a encore des gens, qui exhibent par ailleurs une certaine connaissance de l’histoire du pays et ses trajectoires, qui croient encore que les problèmes dans lesquels même les grands pays, riches et puissants sont confrontés aujourd’hui même, ne touchent absolument pas leur pays ?

      Et où, on faisait courir et laisser courir des idées saugrenues, une campagne de dénigrement à mon sens, qu’un homme aussi intègre que le Président Zafy aurait haï avec plaisir les Merina ? Où étaient alors les gens qui pensent aujourd’hui, qu’il n’y aurait pas de problèmes ethniques à Madagascar ?

      Et quelles sont les régions touchées gravement par la pauvreté et la déscolarisation à Madagascar ?

      Le peuple sans exception et surtout en Europe se révolte contre les élites, la politique d’austérité budgétaire qui touche uniquement et durement la classe moyenne et semble épargner les riches, qui pousse les gens à voter extrémistes et exacerbe la cohabitation entre les gens,.....dire et croire qu’une révolte semblable et ce genre de frustration ne touche que les vieux pays, n’existe pas dans un pays aussi jeune que Madagascar est une pure mensonge.

      Quand on occupe les derniers rang des pauvres chez les pauvres et que la Capitale du pays est bien attaquée par une épidémie dont nous ne parlons même plus chez nous en Europe, la moindre chose est un problème, le pays est devenu un start-up des problèmes.

      NB : je vous ai lu Mihaino..... vous êtes sur qu’on parle les mêmes choses ?.....vous êtes sur qu’il n’y a que la France et l’Amérique qui ont des problèmes, pas à Madagascar....?

  • 3 décembre à 21:17 | kozobe (#7754)

    Ignorance pour ignorance (ou cécité), « Foko » est une notion malgache. Quant à « ethnie », c’est un mot introduit par les occidentaux. Les deux termes ne sont pas forcément synonymes. Nos problèmes sont liés à des problèmes de leadership, de domination qui ont occasionné des privilèges, des situations de rente chez certains, de spoliation aussi. Et cela n’a rien à voir avec des soi-disant « problèmes ethniques ». Quand à la dichotomie Tamorontsiraka/Merina, c’est une aberration au XXIéme siècle. Et c’est vraiment dommage, voire pathétique, forcément improductif, de voir des personnes « instruites » se complaire dans cette vision archaïque, réducteur, du rapport entre les gasy. La réalité est qu’ il y a eu des catégories de personnes, on peut les appeler « cliques », « castes » dans le sens péjoratif du terme, « clans », ou tout ce qu’on veut, qui ont profité de l’évolution de la situation à Madagascar avec l’arrivée des occidentaux, de la colonisation ensuite. Et ces gens-là, avec un égoïsme malfaisant (pléonasme ?) et sans limite, veulent à tout pris s’accrocher à leur « bout de gras ». Quitte à amener le pays entier à sa perte. Et pire, ils ont fait des « petits », ont proliféré comme des virus hautement nuisibles. Continuons à faire l’économie d’un vrai diagnostic., dans mille ans on en sera encore à ressasser les mêmes rengaines.

  • 4 décembre à 00:15 | diego (#531)

    Bonjour Mihaino,

    Ehhhhh Mihaino, on se connaît assez bien je pense,..... je me permets de vous dire des choses que je sais pertinemment ne seront pas déformées, et pourquoi pas polémiquer, j’ai la certitude que cela ne sera pas mal pris....

    Justement en ce qui concerne ma conviction ....ooppppp, cela a sans doute vous échappé, mais j’ai dit, Madagascar a fait beaucoup des progrès, grâce aux Universités et les écoles en terme d’echanges et de mélanges, participant énormément à la compréhension mutuelle des gens vivant dans l’Île et cela c’est une certitude. Plus de 70% des malgaches vit à la campagne, Madagascar est un pays rural, l’educaction est important ! Et j’ai déjà dit ici aussi, chez nous à la campagne vous savez, il n’y a pas de lois qui viennent nous encadrées et gérées la vie quotidienne et les disputes, on a le FIHAVANANA....méconnu et mal traité en ville.....

    ......je parle du peuple, aucunement des ces gens à la tête du pays et encore moins les partis politiques malgaches.

    Quand vous dites, vous même, que les colons ont magnifiquement utilisé, et c’est vrai - diviser pour régner - c’est qu’à la base, il y a eu déjà division, et des problèmes assez sérieux.

    La certitude que j’ai, ce que s’il y a une certaine cohésion et maturité chez la majorité des Malgaches et je veux dire les FOKO composant le peuple malgache et qui parlent la même langue. Mais est-ce que ces digues résisteraient à une crise ?

    Cette maturité, cohésion n’existent pas à la tête du pays et je le répète. Si cette maturité, cohésion et sagesse et FIHAVANANA étaient obsevé, existaient à la tête du pays, un NON ÉLU, quelque soit son origine, couleur, appartenance ethnique, ne pourrait pas rester une journée à la tête du pays.

    Je me pose toujours la question, pourquoi certains malgaches n’osent pas dire et faire face à la vérité pourtant plus que claire, parce que Rajoelina est Merina. On a peur, ou on a honte ?

    Que la Constitution soit mal conçue, que l’État soit fragile et que Madagascar soit en crise grave, s’il y avait cohésion, sagesse, maturité à la tête du pays, Rajoelina ne restait pas une journée à la tête du pays. Il se trouve qu’il est de haut plateau. Cela ne pouvait pas échapper aux Chancelleries étrangères depuis 2009, et de ce fait bien apprécier la situation. Ravalomanana reconnu et légitime, oser toucher un diplomate français a eu la tête coupée....Rajoelina non élu, fiché la paix à la France, on s’en foutait, c’était une affaire interne..il restait 5 ans à la tête du pays....voyez....aucun levier politique à Madagascar pour corriger une situation dangereuse....et on continue à s’amuser à jouer avec le feu de la sorte....

    Un journaliste a écrit ici il n’y a pas si longtemps, Rajoelina, Ravalomanana et Mr R. Hery iraient encore prolonger la crise en 2018. Voilà une situation me dis-je, très facile à exploiter politiquement pour monter les Malgaches entre eux, bien diviser le pays, plus exactement c’est un cadeau qu’on fait aux extrémistes de tout bord. Et ce n’est pas dit que cette situation ne serait pas bien exploitée dans les prochaines élections !

    Alors votre expérience personnelle, ou votre perception sur le peuple malgache pourrait être vrai, pourrait être peu faussé, mais à la tête du pays et à la tête de nos institutions, c’est totalement différent :

    - on assiste aux spectacles depuis des années !

    Je vais vous raconter une histoire assez dignificative. Au départ de Mangalaza, votre collègue, comme président des parents d’élèves du Lycée Français de Tamatave, on, je dis bien on, me propose de me présenter. J’ai dit non. Le coordinateur des écoles française à Madagascar me connaissait très bien puisqu’il était le proviseur du Lycée Français de Hanoi. On a finalement m’a dit, on vous comprend....d’autant plus que je devais alors aller en Asie une fois par mois ou plus...la bonne excuse en fait. Madagascar est lent, très lent et les gens sont en fait très compliqués et très susceptibles ..contrairement aux Asiatiques, il y a une certaine susceptibilité, mais une fois qu’on se donne confiance on peut vite avancer....

    Certains malgaches donnent toujours l’impression quand vous parlez de leurs problèmes, ils pensent que vous avez des problèmes avec eux !

    • 4 décembre à 15:31 | ETHAN (#9769) répond à diego

      Hi Diego,
      J’ai essayé de comprendre et d’analyser ce que vous voulez dire exactement.
      Je me permets alors d’intervenir sur votre paragraphe ci-dessous.

      Diego vous dites :
      « « Que la Constitution soit mal conçue, que l’État soit fragile et que Madagascar soit en crise grave, s’il y avait cohésion, sagesse, maturité à la tête du pays, Rajoelina ne restait pas une journée à la tête du pays. Il se trouve qu’il est de haut plateau. Cela ne pouvait pas échapper aux Chancelleries étrangères depuis 2009, et de ce fait bien apprécier la situation. Ravalomanana reconnu et légitime, oser toucher un diplomate français a eu la tête coupée.... Rajoelina non élu, fiché la paix à la France, on s’en foutait, c’était une affaire interne.. il restait 5 ans à la tête du pays....voyez....aucun levier politique à Madagascar pour corriger une situation dangereuse....et on continue à s’amuser à jouer avec le feu de la sorte.... » »
      = > Je suis en accord avec Vous sur la Phrase : … aucun levier (leverage : je pense) politique à Madagascar pour corriger une situation dangereuse … :
      ** ceci est vrai Diego, dans la mesure où le Dysfonctionnement est presque total au niveau de la Governance.
      ** Qui plus est, aucune force d’opposition significative, pour exercer un minimum au nom du facteur d’équilibre au sein du Pouvoir.
      ** Encore une fois l’Etat Malagasy semble avoir toujours besoin de la Ci (communauté internationale) pour arbitrer les Elections et ceci malgré la présence d’une CENI.
      ** d’où une probable ou une suspicion de manipulation, toujours venant de l’extérieur.

      ## Ce qui est regrettable dans tout cela c’est quand il s’agit de DETRUIRE, il y a eu rassemblement ‘’manipulé OU non’’ dans l’éviction de M. Ravalomanana.
      ## Or vous ne trouvez plus personne pour se rassembler dans l’Objectif de Reconstruction pour le VRAI Redressement du Pays.
      ## Moi je ne sais pas trop : mais imaginons que vous aviez raison sur une forte probabilité de problème inter ethnique à Madagasikara, alors je crois que Madagasikara ne se remettra pas de tous ses problèmes, dans un avenir proche.
      = > Je pense que c’est la dernière STUPIDITE à éviter

      ## C’est une des raisons pour lesquelles je ne cesse de répéter ici que NOTAMMENT, l’Etat Malagasy doit absolument séparer les Religions de la Governance.

      Bonne semaine Diego

  • 5 décembre à 08:42 | lysnorine (#9752)

    @Isandra -répond à Albatros -3 décembre à 16:16
    Albatros,...

    « Si je reconnais sans problème que l’accès au pouvoir de Philibert Stiranana a été fait sous l’oeil bienveillant de celle que vous appelez “Maman” »

    “Savez- vous pourquoi ont ils [?] choisi Tsiranana un SIMPLE INSTITUTEUR , alors qu’ils devaient designer quelque d’autre PLUS COMPÉTENT (?) et EXPÉRIMENTÉ (?) politiquement parmi des ÉLITES ...? Parce que Tsiranana ( les Padesm) s’etaient montré bon élèves et bonnes MARIONNETTES à cette époque”. »

    « ce n’est pas De Gaulle qui a choisi les membres du PASDEM ni du PSD »

    “En effet ce n’est pas De Gaulle qui a choisi les Membres du Padesm, mais, tout le monde sait que ce sont les colons qui ont eu l’idée et l’initiative de sa formation pour contrecarrer le MDRM et affaiblir son développement”.

    « Je ne pense pas que ce soit De Gaulle qui a “choisi” Joseph Ravoahangy et Jacques Rabemananjara, comme ministres de Philibert Tsiranana !. »

    “Croyez vous que De Gaule a nommé une marionnette pour qu’il agisse librement...? Non, la marionnette attend toujours l’avis pour ne pas dire les ordres de son maitre à qui appartient le dernier mot, avant de décider”.

    Ny tianay ho velabelarina kely eto dia izao :

    TSY NY JENERALY DE GAULLE velively na ny « COLONS » aloha no nahatonga an’Itpkl TSIRANANA teo amin’ny fitondrana fa faha-fanjanahan-tany noho ny hoe maha-saribakoly azy, mora manaiky lembenana, fa :

    (1) i GUY MOLLET , sekretera jeneralin’ny antoko SÔSIALISTA (S.F.I.O.) frantsay izay lasa « Président du Conseil », izany hoe lehiben’ny governemanta taorian’ny fifidianana depiote tamin’ny 2 Janoary 1956. Nirotsaka hofidina Itpk Tsiranana tamin’io fifidianana io ka nony lany izy dia isan’ny mpikambana tao amin’ny vondron’ny depiote SFIO (groupe parlementaire). Efa hatramin’ny taona 1953 rahateo no naha-mpikambana azy tamin’ny antoko SFIO ary nifankahazo tamin’i Gaston DEFFERRE, SFIO, izay voatendry ministr’i Frantsa Ampitandranomasina ;

    (2) ny « LOI-CADRE » i Defferre tamin’ny 23 Jona 1956 natao hanavaozana ny rafitry ny fanjanahan’i Frantsa ny zanataniny eran’i Afrika :

    Nofoanany ny fisian’ny antokom-pifidy roa (Ny citoyens français sy ny indigènes) fa natao tokana (« collège unique »), nahazo nifidy amin’izay ny daholobe (suffrage universel) ary nomena anjara tamin’ny fitantanana ny raharaham-panjakana ny olom-boafidy tamin’ny tompon-tany, ka ho fanatontosana izany, dia noforonina ny nantsoina hoe « Conseil de Gouvernement Central » sy ny « Conseils Provinciaux » isaky ny « province enina ». Itpk Tsiranana no lasa « Vice -président » ary i André Soucadaux « Gouverneur Général, Haut commissaire, chef du territoire » ihany no « président du Conseil de Gouvernement ». Valo no isan’ny mpikambana tao amin’io « Conseil de Gouvernement » io (Vice-président iray ary « ministra » fito), ka ny antsoina hoe « ASSEMBLÉE REPRÉSENTATIVE de Madagascar » no NIFIDY azy ireo tamin’ny 28 Mey 1957. Iray fara fahakeliny ary roa raha be indrindra isaky ny province no fidina ho ministra, ary fantenana amin’izay olom-boafidy ao amin’ny « Assemblée provinciale »-n’ilay province. Ny « Assemblée Représentative » moa dia noforonina didim-panjakana (décret) tamin’ny 25 ôktôbra 1946 niaraka tamin’ny « Assemblées provinciales » izay mifidy mpikambana ao aminy ihany ho solontenany any amin’ny Assemblée représentative, izay natoetra teto Antananarivo.

    Singanina manokana fa M.D.R.M. taloha ny ministra anankiroa tao amin’ny Conseil de Gouvernement voalohany, dia Itpkl BEZARA Justin, Diégo-Suarez, (« Équipement », ) sy Itpkl BEZAKA Alexis, Tamatave, ( « Santé publique et population ». Itpkl RESAMPA, Tuléar, kosa no nisahana ny « Éducation et Jeunesse ». Araka ny tatitra tao amin’ny gazety BASY VAVA , taona faha-sivy, n° 2331, tamin’ny Alarobia 8 Marsa 1967, dia nanao izao fanambarana izao Itpkl Resampa, tamina kaonferansa tamin’ny mpanao gazety : « Tsy tao amin’ny PADESM aho ». « Ny tenako hoy ny Ministra RESAMPA dia Mpanohana ny antoko MDRM fony izaho fonksionera ary nanaraka akaiky ny fandehan-javatra tamin’izany fotoana izany ». Tsahivina koa fa Itpkl Resampa no nitarika ny delegasiônina malagasy nifampiraharaha tamin’i Frantsa tamin’ny Febroary 1960 ny amin’ny famindrana ny fahefam-panjakana mahaleo tena eo imason’izao tontolo izao tamin’ilay Repoblika Malagasy natsangana tamin’ny 14 Ôktôbra 1958 ka navela nanapaka tamin’ny raharaha mikasika ny atitany.
    Nisy koa izany ny « vice-président du Conseil Provincial » isaky ny province enina, niara-nitantana ny raharaham-panjakana tamin’ny « chef de province ». Ny « chefs de province » dia mpanao fanjakana tendrena didin’ ny governemanta frantsay any Paris (décret) fa tsy ny Haut-commissaire na ny « Conseil de gouvernement central » no manendry azy.
    (Hotohizana)

    • 5 décembre à 09:04 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @Isandra -répond à Albatros 3 décembre à 16:16

      « ...Tsiranana un simple instituteur, ...bon élèves et bonnes MARIONNETTES »
      (Tohiny)

      3) Nanamafy ny fisondrotr’Itpkl Tsiranana ny fanavaozan’ny SFIO ny sampan’ny antoko efa nisy teto Madagasikara hatry ny ela, ka nampananganany an’i Tsiranana sampana vaovao tany Majunga tamin’ny Desambra 1956, dia ny « Parti Social Démocrate de Madagascar et des Comores ». Mpikambana tamin’ny SFIO rahateo i André SOUCADAUX, gôverinôra jeneraly teto Madagasikara niantomboka tamin’ny Ôktôbra 1953.

      Tsahivina fa PADESM Itpkl Tsiranana - isan’ny mpanorina azy tamin’ny Jolay 1946 - talohan’ny nandefasan’ny Kômonista-CGT [Confédération Générale des Travailleurs] azy, tamin’ny Nôvambra 1946 , handalina ny maha-« professeur-associé » azy tany amin’ny « École normale d’instituteurs tany Montpellier (Frantsa). Efa mpikambana tamin’ny CGT sy tamin’ny G.E.C. na Groupe d’Études Communistes rahateo moa izy, ary antoko natanjaka tao amin’ny governemanta frantsay ny antoko kômonista frantsay na P.C. tamin’izany. Niantomboka tamin’ny fiverenany teto Madagasikara tamin’ny taona 1950 dia nihataka tsikelikely tamin’ny PADESM izy, ary dia tresaka tanteraka ny PADESM tamin’io fiorenan’ny PSDMC io.

      Ny UDSM - Union des démocrates sociaux de Madagascar - teo ambany fitarihan’Itpkl RAVELOSON-MAHASAMPO sy Itpkl ZAFIMAHOVA Norbert, nanakambana, tamin’ny Desambra 1956 ihany koa, ny zaza navelan’ny PADESM, avy amin’ny morontsiraka atsimo andrefana, sy ny avy amin’ny morontsiraka Atsinanana -– ny atsimo atsinanana indrindra indrindra-–no nandrafy ny PSDMC. Itpkl isany : Robert MARSON, Philibert RAONDRY, Albert SYLLA, no isan’ny ngezalahy tao amin’ny UDSM. FRANTSAY, Jean BOILEAU, no mpiandraikitra ny gazetiny, « Ny Nosy Manontolo ».

      4) Raha lany depiote Itpkl Tsiranana, tamin’ny 2 janoary 1956, dia NAKA TAHAKA ampahan’ny volavolan-dalàna napetraky ny depiote MDRM roa lahy, Dr Ravoahangy sy Dr Raseta, tamin’ny 21 Martsa 1946, dia ny fanafoanana ny Lalàna tamin’ny 6 Aôgositra 1896 nanambara an-keriny an’i Madagasikara sy ny Nosy miankina aminy ho zanatany frantsay. Hoy izy teny amin’ny Antenimieram-pirenena frantsay tamin’ny 20 Martsa 1956 :

      M. Philibert Tsiranana. [...]
      Représentant Madagascar, Je vais vous entretenir de mon pays, pour lequel JE DEMANDE UN NOUVEAU STATUT. JE SOUHAITE DONC QUE LA LOI DU MOIS D’AOÛT 1896 QUI L’A PROCLAMÉ COLONIE SOIT Cela ne signifie pas que nous cherchons à nous séparer de la France, loin de Ià, mais nous voulons progresser au sein de l’Union française, nous voulons que l’on nous donne un statut meilleur.
      Le mot de colonie sonne trop mal aux oreilles des Malgaches et aussi, je crois, aux oreilles de tous les Français d’outre-mer. Le ministère de la rue Oudinot ne s’appelle plus maintenant ministère des colonies, mais ministère de la France d’outre-mer : les administrateurs des colonies se nomment actuellement administrateurs de la France d’outre-mer. MAIS TOUT CELA N’EST QUE FAÇADE, LE FOND RESTE LE MÊME.

      VOILÀ POURQUOI, JE DEMANDE POUR MON PAYS L’ ABROGATION DE CETTE LOI.

      Je demande ainsi qu’on nous donne en conséquence un nouveau statut qui nous place dans un ORDRE SUPÉRIEUR, mais toujours au sein de l’Union française.[...]

      Je dois maintenant exprimer la CRAINTE que fait naître en mot l’article 1er de cette loi-cadre qui prévoit l’institution de conseils de gouvernement et, à Madagascar, de conseils provinciaux [...]

      NOUS, MALGACHES, NOUS NE VOULONS PAS ÊTRE DIVISÉS. Nous désirons un ORGANISME QUI MAINTIENDRA NOTRE UNITÉ, d’ailleurs favorisée déjà par la nature.
      Car notre pays est une île. NOUS PARLONS UNE MÊME LANGUE, NOS MŒURS ET NOS COUTUMES SONT PARTOUT LES MÊMES .

      Seule nous divise la différence d’évolution, ce qui est très regrettable, je le reconnais, mais l’arrivée des Français a favorisé notre unité.

      Nous sommes maintenant régis par les mêmes lois.

      Par conséquent, NOUS VOULONS QUE NOTRE UNITÉ SOIT RENFORCÉE . C’est pour cette raison que nous demandons vivement un Conseil de Gouvernement A Tananarive, conseil de gouvernement où toutes les provinces seront représentées [...]
      [JORF, Débats parlementaires, mercredi 21 mars 1956, 3e séance du mardi 20 mars, p. 1084].

      Tsy vao tamin’ny andron’ny « Repoblika 1 » izany no niaro ny maha-firenena iray tsy mivaky ny Malagasy Itpkl Tsiranana , araka ny nosoratan’i Mihaino etsy aloha, fa efa talohany
      « 3 décembre à 20:43 | Mihaino
      dès la 1ère République , le point positif de Tsiranana fut de prôner et de défendre l’UNITE de notre Peuple malgré la présence de plusieurs ethnies ! »

      Koa tsy mahagaga raha sitraky ny mpomba ny MDRM izany fiverenan’Itpkl Tsiranana tamin’ny prôgramany tamin’ny folo taona lasa izany na dia ampahany fotsiny aza, arak’izao lahatsoratra manaraka izao, niseho tamin’ny gazety « Malagasy Vaovao », Taona faha-enina, Nº 1309, Zoma 4 Avril 1958, Édition Spéciale, p.1, :

      (Hofaranana)

    • 5 décembre à 09:25 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @Isandra -répond à Albatros -3 décembre à 16:16

      (Tohiny sady farany)

      « Taratasy misokatra ho an’Andriamatoa Tsiranana
      Vice-Président du Conseil de Gouvernement
      Député à l’Assemblée Nationale

      « Tompokolahy,

      « Hitanay araka ny filazan’ny gazety avy any an-dafy sy ny gazety sasany eto an-toerana fa tsy mba nanao toa ireo SOLONTENA TSANGAN’OLONA NODIMBIASANAO ianao. Tsy mba nosakoboninao ny fanirian’ny Malagasy ny hiverenan’i Madagasikara ho FANJAKANA MAHALEOTENA indray (état indépendant) sy ny hanomezana AMNISTIA tsy misy avakavaka IZAY REHETRA NOHELOHINA NOHO ILAY TABATABA NATAO MBA HAMONGORANA NY FANIRIAM-PIRENENTSIKA. Nataonao antso avo koa ny MAHA-IRAY NY MALAGASY, na Merina na Tanindrana ; ary nodradrain’ny namanao M le député Senghor tao amin’ny Antenimieram-pirenena tamin’ny 18 Mars teo (1958), fa mangataka ny fahaleovantena ho an’i Madagasikara saika isam-bolana ianao.

      « Koa dia misaotra, tompokolahy, mahaleova, mahalasana fa noho ireny filazana nataonao sy ny mpanao gazety ary ny olom-boafidy maro dia fantatr’izao tontolo izao, fa TSY LEVONA TAMIN’NY FANDRINGANANA tamin’ny 1947 akory NY FANIRIAM-PIRENENA MALAGASY izay voasoritra mazava hatramin’ny taona 1945, fa vao mainka kosa namololona sy nandrobona.

      « Heverinay anefa, fa TSY AMPY IRENY FANAMBARANA IRENY FA SAVA RANON’ANDO FOTSINY. Ilaina ny fanombohan’asa dieny izao. Eo amin’ny toerana ahazoana miasa ho an’ny firenena ianao fa sady DÉPUTÉ no VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL DE GOUVERNEMENT. Koa iantsorohy ny adidy ary mivonona hisedra ny mafy toa ireo zokinao.

      « Tsy ianao no hatoro voanjo hadina, kanefa, hono, « ny hevitra tsy azo tsy amin’olombelona », koa tsy misalasala izahay mamosaka izay heverinay fa hahatonga an’i Madagasikara eo amin’ny tanjona iriny. Roa no làlana azona hombana.

      « 1) Mametraka volavolan-dalana (proposition de loi) ao amin’ny Antenimieram pirenena frantsay HANAFOANANA NY LOI D’ANNEXION du 6 Août 1896 sy hanomezana ny conseil de gouvernement de Madagascar ankehitriny ny fahefana (souveraineté et prérogatives) nankatoavin’ny Fanjakana frantsay hananan’ny governemantan’ ny Sa Majesté Ranavalona III araka ny traité de protectorat du 1 Octobre 1895 nosoniavin’ny fanjakana roa tonta taorian’ny ady nifanaovana ara-dalàna araka ny fepetra nifanarahan’izao tontolo izao. Ary ny Haut-Commissaire dia tsy ho Chef du territoire intsony fa ho « Résident » toy ny tamin’ny andro naha-protectorat an’i Madagasikara (1885-1896).[...]

      « TSY MBOLA NY FAHALEOVANTENA AKORY NO HO AZO RAHA EKEN’NY PARLEMANTA FRANTSAY IO VOLAVOLAN-DALÀNA , vao DINGANA VOALOHANY hahatongavana eo amin’ny fahaleovantena mitovy amin’izay ananan’irony « DOMINIONS » ao amin’ny Commonwealth io.

      « Koa raha lany soa aman-tsara io volavolan-dalàna io dia ny asa voalohany tsy maintsy hataon’ny Conseil de gouvernement dia ny mampanao fifidianana Antenimiera malagasy vaovao. Aorian’izay vao hisy ny resaka ifanaovana amin’ny Fanjakana frantsay eo amin’ny latabatra boribory.

      « 2) Ny làlana faharoa dia ity :
      Mametraka volavolan-dalàna (proposition de résolution) ao amin’ny Antenimieram-pirenena manainga ny Governemanta frantsay hampiasa ny fomba ara-dalàna (déclencher la procédure constiutionnelle) voasoritra ao amin’ny Titre VIII ny Lalàm-panorenam-panjakana frantsay tamin’ny taona 1946, hahatonga an,i Madagasikara ho « ÉTAT ASSOCIÉ ».

      Tsy miafina aminay fa hanoin-tsarotra ny hahazoanao ny Parlemanta frantsay handinika sy handany ny latsa-bato ny iray amin’ireo volavolan-dalàna ireo satria na dia ny AMNISTIA fotsiny aza, izay niraisan’ny Malagasy rehetra sy ny Vazaha feo, ary azo heverina ho zava-madinika miolotra amin’ireto volavolan-dalàna ireto, dia notsipahin’ny Fanjakana frantsay.

      Kanefa aza atao mangidy tsy andramana fa avelao hihanjahanja toy ny kary am-pamoloana izay vandana, avelao ny governemanta frantsay no hitsivalana sahala amin’ny nataony tamin’ny taona 1946. Afaka adidy ianao amin’izay, fa raha hoatr’izao fotsiny dia tonga velon’ahiahy ny Malagasy.

      « Raha misy làlan-kafa fantatrao hahatanteraka ny faniriam-pirenentsika dia iangaviana ianao hamelatr’izany amin’ny gazety.

      « Malagasy mahantra »

      Farany, nandray anjara tamin’ny famolavolana ny ho lalàm-panorenana ny Repoblika frantsay faha-5, Itpkl Tsiranana ny amin’ny ho firafitry ny fifandraisan’i Frantsa sy ny zanataniny. Ho ala olana tamin’ny fifanoheran’ny hoe « fédération » sa « confédération », dia izy no nanolotra ny hoe « Communauté » ka nankasitrahan’ny jeneraly de Gaulle.
      « En fin de compte, c’est grâce à une initiative de Philibert Tsiranana que le débat fédération/confédération est dépassé, le 12 août, par l’adoption de l’expression “Communauté” pour dénommer la nouvelle formule de la FÉDÉRATION. La solution ultrasouple devient “l’ association des peuples libres”. La première dénomination, qui a l’immense avantage de n’être associée à aucun contenu juridique précis, d’être très symbolique et de pouvoir être considérée comme une traduction du “Commonwealth” britannique sera retenue par le général de Gaulle. La seconde deviendra “Des accords d’association”. La Constitution ne contiendra ni « fédération » ni « confédération ». [http://books.openedition.org/pan/pdf/289 « Charles de Gaulle », pp. 20, 21].

      Arak’ireo fampahatsihavina vitsivitsy ireo, dia nanana hazon-damosina Itpk Tsiranana fa tsy hoe « marionnette » tsy akory...tahaka ny maro tamin’ny nandimby azy taty aoriana mandohalika sy mandady amin’ity hoe « communauté internationale »ity sy ny FMI mbany Banky Mondialy, sns, hany ka tsy afa-manapaka akory amin’izay ho kandida AZON’ ny firenena fidina HO PREZIDÀNY ary MANDRAY BAIKO fotsiny amin’izay lalàna tokony hotefeny sy hampiharina saika amin’ny lafin-javatra rehetra !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 109