Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 29 mars 2017
Antananarivo | 15h55
 

Dossier

Juan de Nova, du gaz dans l’eau entre Madagascar et la France…

mercredi 28 mars 2012 | Lalatiana Pitchboule

1. S’il demeure, depuis le début de la crise malgache en 2009, une interrogation c’est bien celle-ci : quels sont les enjeux de la France pour qu’elle se soit impliquée avec autant d’acharnement et de constance dans cette crise. La question de Juan de Nova, cet îlot ide 5 km² au milieu de l’Océan Indien offre une réponse possible à cette question.

2. Les Îles Éparses, dont Juan de Nova, ont fait très tôt l’objet d’une volonté d’appropriation par la France. Ce chapelet d’îles ancrées à l’intérieur du Canal de Mozambique, sur « l’autoroute du pétrole », à mi-chemin entre l’Afrique et Madagascar présente un intérêt géostratégique certain. L’instauration en 1982 par la convention de Montego Bay du principe de Zone Économique Exclusive (ZEE) qui étendait à 200 milles de ses côtes la compétence d’un pays a en outre développé des enjeux économiques cruciaux.

3. Ces territoires, dépendances administratives de la Grande Ile rattachées en 1896 à la France qui déclarait colonie française « Madagascar et les îles qui en dépendent »,. auraient dû être restituées à Madagascar à la proclamation de son indépendance le 26 juin 1960. Bien au contraire, le décret du 1er Avril 1960, promulgué in extremis par l’État français détachait les éparses du territoire de la « République autonome de Madagascar » pour les placer sous l’autorité du ministre de la France d’outre-mer.

4. Cette annexion n’a été tardivement remise en cause par Madagascar qu’en 1973, date où Ratsiraka évoquera pour la première fois le problème de la souveraineté malgache sur les Éparses.

5. En 1979, des résolutions adoptées respectivement par l’OUA et le groupe des non-alignés, puis par l’organe plénier de l’ONU demandaient sous forme de recommandations à la France, mise là à l’index par la Communauté Internationale, de restituer à Madagascar ces îles séparées arbitrairement, ou tout au moins d’engager des négociations en vue de leur réintégration.

6. On ne reparlera de cette question de l’avenir des Îles éparses qu’en 1999 lors du sommet de la Commission de l’Océan indien qui décidait d’envisager la cogestion des îles de Tromelin et des Éparses par la France, Madagascar et Maurice. Cette proposition se conclut par un premier accord entre Maurice et la France en 2010.

7. L’intérêt des opérateurs pétroliers pour l’exploration et les ressources offshore de la zone s’éveille suite à la publication en 2003 d’un rapport de Rusk Bertagne Associates & TGS-nopec « Petroleum Geology and Geophysics of the Mozambique Channel  », rapport qui s’appuie par ailleurs sur l’exploitation exclusive de données sismiques produites par des organismes de recherche français jusque là ignorées par les pétroliers. Cet intérêt s’éveille d’autant plus que les techniques de prospection et exploitation offshore en eaux profondes et très profondes sont désormais maîtrisées.

8. Juan de Nova s’avère se situer très exactement au milieu de cette zone du canal du Mozambique, qui intéresse tous les riverains parce qu’elle est envisagée comme une nouvelle « Mer du Nord ». Ses potentialités en termes de ressources pétrolières et gazières en eaux profondes seraient prouvées à l’Est par les champs de Bemolanga/Tsimiroro et Manambolo, à l’Ouest par la présence de champs de gaz naturels géants récemment découverts au large du Mozambique et de la Tanzanie et au Sud Ouest par les champs de gaz en exploitation de Pande & Temane au Mozambique.

9. Juan de Nova, une des Îles Éparses, possession française contestée par Madagascar, a fait l’objet en décembre 2008 de l’octroi par le gouvernement français de permis exclusifs d’exploration OffShore et de production sur deux blocs dénommés respectivement « Juan de Nova EST – JDNE » et « Juan de Nova Maritime Profond - JDNMP ».

10. Un permis d’exploration sur un bloc « Belo Profond » qui jouxte très exactement le bloc JDNMP est accordé par l’OMNIS et le gouvernement malgache aux opérateurs pétroliers de JDNMP.

11. Une idée était communément admise : les programmes d’exploration de Juan de Nova étayaient l’hypothèse d’un intérêt majeur de la France pour les champs de pétrole de Bemolanga. Mais si Total, au bout de trois 3 ans d’exploration, décide d’abandonner aussi « facilement » le projet Bemolanga, l’enjeu de la France n’est-il pas plutôt Juan de Nova, territoire affirmé français, dont les potentialités en énergies fossiles peuvent faire de la France un futur membre de l’OPEP ?

12. Le Décret N° 78-146 du 3 février 1978 portant création d’une zone économique au large des côtes des îles Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India énonçait : « la zone économique […] s’étend, au large des côtes des îles Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India depuis la limite des eaux territoriales jusqu’à 188 miles marins au-delà de cette limite, sous réserve d’accords de délimitation avec les États voisins. »

13. Madagascar créera sa propre ZEE de 200 miles en 1985. Le code pétrolier malgache de 1996 y fait ainsi référence : « Art.6- Au sens du présent Code, on entend par […] : « territoire de la République de Madagascar », le territoire terrestre, le plateau continental, la zone économique exclusive, les mers territoriales, tels qu’ils sont définis par la loi et les conventions internationales expressément ratifiées ».

14. À 150 kms des côtes malgaches, Juan de Nova devrait être naturellement intégré dans la ZEE des 200 miles de Madagascar. Les ZEE françaises et malgaches sont ainsi, dans le principe, en SUPERPOSITION TOTALE. Cette question de la délimitation des zones françaises et malgache est donc essentielle.

15. Si en 2005 un accord a été établi entre la France et Madagascar à propos de la Réunion et de la délimitation des ZEE respectives malgache et française, rien n’a été fait quant aux Îles Éparses. Faute de négociation et de délimitation des limites des ZEE respectives, ou à la rigueur en l’absence d’un accord de cogestion, personne n’est propriétaire de rien.

16. Faute de détermination des limites de compétences territoriales de la France et de Madagascar sur cette zone, on peut dès lors s’interroger sur la légalité et la légitimité des concessions et permis accordés aux opérateurs pétroliers opérant sur cette zone de litige.

17. Sans un accord et une négociation, entre les États français et malgache en particulier, ces énormes ressources en énergies fossiles, si elles existent, ne sont pas exploitables.

Développement, cartes et références dans le document joint.

PDF - 3.8 Mo

132 commentaires

Vos commentaires

  • 28 mars 2012 à 09:42 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Est-ce le moment de parler de cette île « JUAN de NOVA ».?

    Basile RAMAHEFARISOA
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 30 mars 2012 à 00:41 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Evidemment, y a d’autres priorités que la délimitation exacte ou relative du territoire malagasy qui relève du droit international. La France y est pour quelque chose en faisant de Mayotte (Comores)son dernier département ...

      N’empêche, y a des dossiers ou des affaires qu’on doit « dépoussiérer » de temps en temps pour éviter la fameuse et mortelle prescription ... dont les fins juristes procéduriers se délectent.
      Et c’est pas un tort de remettre, de temps en temps, la question ou le contentieux non résolu sur le tapis ... Juste pour dire qu’on n’a pas oublié et qu’on s’y intéresse...

      En attendant, occupons-nous d’abord des priorités et de l’urgence où tous se déplacent à pas ralentis et même à reculon ...

      Pas évident et pas facile !!!

  • 28 mars 2012 à 09:45 | Boris BEKAMISY (#4822)

    Comment voulez vous que les Malgaches et ses Dirigeants donnent une importance à des iles minuscules Eparses dans le Canal de Mozambique alors que la Grande Ile , la Grande Terre meme est laissée en abadon depuis des siecles et ne suscite pas un interet de Dirgeant qui manque de Vision et de Volonté politique !

    Va-t-on s’interresser aux lointaines minuscules iLes perdues au milieu des océans quand on continue toujours à concevoir que Madagascar s’arrete dans la la cuvette de Betsimitatatra ou à la limite l’Analamanga ou l’Imerina !

    Les malgaches et ses dirigeants depuis 50 ans ne s’interressent meme pas à l’EXPLOITATION de la 3eme Grande Ile de la Planete, grande très grande avec ses presques 600 000 Km2 , pas etonnant s’ils ignorent l’importance des minuscules iles eparses

    Que de terrains vagues laissés en abandon , un peu partout à Madagascar, le Tampoketsa , le tampon’i Horombe, les 4000 km des belles plages du monde autour de Madagascar pour ne citer que celà sont IGNORES et n’interressent personne ! Seule la cuvette Betsimitatatra fait l’objet d’amenagement ....le reste n’est pas Madagascar !

    Quand le MONSTRE continue à dormir au milieu de l’océan et perd leur temps à des inutiles querelles politiques à caractere feodal....et Ben la France , elle , ne croise pas le bras ...de ho diso ve izy , manoloana ny gasy variana misary adala , misainjaza lava !

    C’est le resultat de l’INCAPACITE des malgaches à se faire une NATION !

    • 28 mars 2012 à 10:26 | Ikelimalaza (#5896) répond à Boris BEKAMISY

      si zé bien compris BB, il faut faire confiance à ny ray aman-dreny Andry Nirina Rajolena donc, il va monter une armée et reconquérir Juan de Nova ? Je suis le premier à le suivre dans ce cas, je peux bien laisser à côté le « coup d’état » qu’on lui a fait faire en 2009, je pourrais presque le pardonner plus tard, c’est promis Boris !
      Qu’il ne fasse pas les même erreurs (cités par BB plus haut) que ses prédécesseurs avaient commis.

    • 28 mars 2012 à 10:37 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Boris BEKAMISY

      Je retrouve le ’Bekamisy’ que j’ai connu ...

      Juste un tout petit bémol : ne pas mélanger tous les dirigeants et les mettre dans le mème panier

    • 28 mars 2012 à 10:43 | vuze (#918) répond à Rakotoasitera Fidy

      Vous voulez sûrement parler su voleur/menteur/spoliateur réfugié au Zoulouland non ? Celui qui a soi-disant développé le pays et SON compte en banque..

    • 28 mars 2012 à 10:55 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à vuze

      On y va pour les actions politiques ver ??

      Je vais vous poser une question :

      En 1994 quel etait le montant du chiffre d’affaire du groupe Tiko ?

    • 28 mars 2012 à 10:59 | Ikelimalaza (#5896) répond à vuze

      il faut arrêter maintenant Vuza, vous n’avez pas toujours compris ? le tyran fait parti de l’histoire maintenant. Désormais, il faut savoir apprécier l’avenir dirigé et géré par ny ray aman-dreny Andry Nirina Rajolena. Gaz, pétrole, autoroute, gratte ciel, hopitaux, Juan de Nova sont aux menu.

    • 28 mars 2012 à 11:03 | Ikelimalaza (#5896) répond à Rakotoasitera Fidy

      ZERO, OUGHT, AOTRA !
      Tikoland a été bâti à partir de 2002 avec l’argent de l’état mal gache.

    • 28 mars 2012 à 11:16 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Rakotoasitera Fidy

      fidikely

      J’ai sorti un peu là du trou etriqué de Rajoelina/Ravalomanana !

      je pointe les doigts aux MALAGASY et ses Dirgigeants Successifs , ses Cadres , ses Intellectuels en general et leur incapacité à se faire une NATION , leur Manque de Vision , leur CONCEPTION ERRONEE de Madagascar et des Malagasy, leur NOMBRILISME !

      Etant des nombrilistes , les CADRES malgaches n’eleveront jamais leur NEZ pour voir au delà du Betsimitatatra, pour s’interresser aux Iles Eparses ....ils ne sont meme pas capable de voir l’importance du Tampoketsa et de Tampon’i Horombe.....les Iles eparses , ils s’en foutent

      L’Article de Pitchboule ou Lalatiana n’est encore q’une GRANDE HYPCRISIE,ce n’est qu’un PRETEXE pour s’attaquer aux Français (origine de la dechéance de Ravalomanana ) les Iles Eparses non plus ne representent rien pour Lalatiana ...sinon il devrait d’abord se soucier des 4000 km de plage IGNORES et NON EXPLOITES depuis la nuit de temps ...c’est de loin plus important que les Iles Eparses....!

    • 28 mars 2012 à 11:23 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Ikelimalaza

      Ikelimalaza.....

      on peut quand meme sortir du trou de Rajoelina...il ne gere MAINTENANT qu’une Transition , attend qu’il gere son mandat electif et là vous pouvez lui parler des Iles lointaines ....

      Basile , la haut a raison, Lalatiana pitchboule essaie de gerer sa frustration en trouvant un PRETEXTE pour attaquer les bouc-emissaire faciles : les français et son Rajoelina

      Si les Iles Eparses sont là c’est plutot du à l’Incapacité des MALAGASY EN GENERAL( ses pseudo-intellectuels surtout) à se faire une NATION !

    • 28 mars 2012 à 11:30 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Ikelimalaza

      Ah ah ah ! je me doutais bien que le p’tit ver ne connait pas du tout Tiko et se contente de ramener des rumeurs et des ragots

      Mais je vais quand mème raffraichir notre ver

      En 1994 , lors d’un congrés régional du Grad-Iloafo à Antsirabé , j’ai eu l’occasion de visiter Tiko

      Et coincidence il y avait aussi deux experts de Danone qui etaient là pour ’évaluation’

      A la fin de la visite ces deux experts nous disaient : Tiko utilise une technologie que Danone n’appliquera que dans dix ans , c’était en 1994

      Et ce sont ces deux experts qui ont ajouté que Tiko faisait 500 milliards FMG , de chiffre d’affaire

      Ces experts Danone parcouraient toute l’Afrique , Madagasikara , et le sud-est asiatique dans le but de trouver de bonnes ’valeurs’ à acheter

    • 28 mars 2012 à 11:31 | Ikelimalaza (#5896) répond à Boris BEKAMISY

      quel trou Boris, quelle transition et pourquoi faire une élection ? je ne vous suis plus.

    • 28 mars 2012 à 11:37 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Ikelimalaza

      vos questions sont betes comme à chaque fois Rakelicelebre !

    • 28 mars 2012 à 11:42 | Ikelimalaza (#5896) répond à Rakotoasitera Fidy

      Vuze, Boris, Betoko, Iarivo, au secours Sir Rakotoasitera raconte n’importe quoi, il faut absolument raconter la vérité et rien que la vérité à nos petits enfants. L’empire TIKO a vu le jour dès que l’amiral patriote avait quitté le pays à contre coeur. Avant, il n’était qu’un mpivaro-dronono ordinaire sans sou ni gloire.
      Maintenant, il est dans l’oubli. Le monde entier va plutôt retenir le nom Rajolena, Madagascar et les îles Éparses. J’imagine déjà les titre à la une dans le monde, observateur, the times, new york post... « RAJOLENA, l’homme miracle de Madagascar »

    • 28 mars 2012 à 11:49 | Ikelimalaza (#5896) répond à Boris BEKAMISY

      Tant que Rajolena est là, il ne faut jamais parler de trou (trou dans les caisses de l’état, trou nid de poules ou de zébus, trou de mémoire, trou tout court). Il est là justement pour combler tous les trous, il est le seul capable car sans complexe ni préjugé comme le protestant ra8.

      Pourquoi se défaire de la transition alors qu’elle assure comme il faut et a permis un essor économique sans égal ?

      Pourquoi dépenser de l’argent pour une élection ou des élections ? Le peuple a déjà choisi en 2009.

      Elles restent bêtes mes questions ?

    • 28 mars 2012 à 11:49 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Boris BEKAMISY

      Vous etes pire qu’un certain tonton Georges :les cadres , les intellectuels , les dirigeants malagasy ... tous des incapables , CONCEPTION ERRONNEE de
      Madagascar ...

      Fiouuuu .. autant foutre dix bombes atomiques sur Dago et attendre la naissance d’autres formes d’intelligence qui ne seront plus nombrilistes
      mais capables à se faire une NATION ... non ??

    • 28 mars 2012 à 11:52 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Ikelimalaza

      L’Ikelimalaza dans toute sa splendeur en quete d’homme Miracle !Mais Ravalo n’a pas fait le miracle tant attendu....meme son retour est difficile !

      Par contre NOUS et les malagasy ne cherchent pas du tout des HOMME MIRACLE....ni UN MESSIE à qui on va croire tout simplement !

      Ce n’est pa notre conception de Rajoelina ! ni d’un President de la Republique !

    • 28 mars 2012 à 11:55 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Rakotoasitera Fidy

      BB est plus fort qu’une BOMBE ici sur mt-com !!

      Fidy est chaque fois une victime, une proie facile....!

    • 28 mars 2012 à 12:05 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Ikelimalaza

      La vérité fait mal , n’est ce pas Ikelimalaza ??

    • 28 mars 2012 à 12:10 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Boris BEKAMISY

      Attention BB va poeter tres tres fort plus haut que son cou

    • 28 mars 2012 à 12:10 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Ikelimalaza

      Ikelimalaza

      Vous ne faites qu’infatilliser le debat comme vous le savez bien le faire !

      Personne n’a parlé d’un ESSOR ECONOMIQUE pendant UNE TRANSITION ! on n’est pas dans un madat electif pendant lequel on met en oeuvre un Programme economique !

      Pendant une transition, la BATAILLE est POLITIQUE mais non pas ECONOMIQUE et sur ce point Rajoelina semble rafler la mise....le projet de loi d’Amnistie d’hier en est ENCORE un INDICE..!

    • 28 mars 2012 à 12:16 | Ikelimalaza (#5896) répond à Boris BEKAMISY

      encore ce ra8 ; que Boris Bekamisy en personne a jeté aux oublis/poubelle depuis un moment. Ce nom resurgi tous les jours, quand est-ce que les mal gaches seraient plus adultes et pourraient continuer UNE VIE SANS RA8 ?

      soyons sérieux sir BB, moi non plus je ne crois pas aux messies, pourtant il nous faut un président de république ou un prime minister fort. Désormais il faut avancer Boris, et donc il faut trouver cette personne. Ny Biby tsy misy loha tsy mandeha, c’est logique et naturel.
      Voilà l’erreur de la révolution orange, OUI, ra8 est imparfait d’où le coup d’état, mais il fallait le remplacer BB. Je me demande toujours, pourquoi ils n’ont pas mis Roland Ratsiraka. Il a déjà passé le test du suffrage universel, il a du poids (politiquement parlant), il est écouté, il peut s’imposer, il peut se passer des super CONseillers tel Ratsirahonana, du charisme, il est accepté par les merina et côtiers, catholiques, protestants.
      Malgré qu’il est le neveu de qui vous savez, les mal gaches l’auraient plus accepté.

    • 28 mars 2012 à 12:31 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Ikelimalaza

      On continue à parler de Ravalo na faly nareo na tsia, c’est un homme politique ,donc homme publique !
      Personne n’a forcé Ravalo à faire la Politique , on parlait moins de lui s’il restait DG de TIKO...et pas plus !

      Quand à Rolland Ratsiraka , il n’est pas President de la Transition lui malgré les tonnes de qualités que vous enumerez sur lui.....il n’a pas eu LA FORCE de s’imposer comme President de Transition malgré son charisme qui vous epate ....en tout cas ce n’est pas Ikelimalaza qui choisit .....sinon c’etait Ravalo qui serait là mais non pas Rolland Ratsiraka !

      Aussi Rolland Ratsiraka non plus ne sera jamais l’homme miracle ou le Messie que vous attendez dans votre coin....vous vous trompez sur toute les lignes !

    • 28 mars 2012 à 12:45 | Ikelimalaza (#5896) répond à Boris BEKAMISY

      oui, j’ai bien compris Boris, c’est enfantin de discuter de l’ECONOMIE, pendant l’ère transition, c’est uniquement réservé aux adultes, ok bien reçu.

    • 28 mars 2012 à 12:51 | Ikelimalaza (#5896) répond à Boris BEKAMISY

      "je pointe les doigts aux MALAGASY et ses Dirgigeants Successifs , ses Cadres , ses Intellectuels en general et leur incapacité à se faire une NATION , leur Manque de Vision , leur CONCEPTION ERRONEE de Madagascar et des Malagasy, leur NOMBRILISME !

      Etant des nombrilistes , les CADRES malgaches n’eleveront jamais leur NEZ pour voir au delà du Betsimitatatra, pour s’interresser aux Iles Eparses ....ils ne sont meme pas capable de voir l’importance du Tampoketsa et de Tampon’i Horombe.....les Iles eparses , ils s’en foutent"

      100% d’accord Boris ! nous aurions pu être dans le même camp finalement.

    • 28 mars 2012 à 13:05 | Ikelimalaza (#5896) répond à Ikelimalaza

      et là je suis sincère.

    • 28 mars 2012 à 15:30 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Ikelimalaza

      Oui Ikelimalaza

      C’est enfantin , hyper-enfatin de parler d’une PROSPERITE ECONOMIQUE que vous allez obtenir dans une TRANSITION POLITIQUE !

      En tout cas ce n’est pas du tout un DEBAT INTELLECTUEL, ce n’est qu’un debat sur les ruines des MAGRO !

    • 28 mars 2012 à 15:35 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Ikelimalaza

      Oups ! j’espere que vous etes ....SINCERE !

      Car la sincerité d’un merina.....est une denrée rare !

    • 29 mars 2012 à 17:08 | Tsisdinika (#3548) répond à Boris BEKAMISY

      Tout est permis sur MT alors ?

      Et si les gens se mettaient à deverser leurs préjugés sur les côtiers ou se mettent à appeler les autres « pailledeferheads », c’est ok ?

    • 30 mars 2012 à 02:03 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à Rakotoasitera Fidy

      Avec 500 Milliards FMG et 250 ou 300 Milliards de charges, ...
      La différence imposée qu’au taux de 20 % (exemple)injectée dans le budget de l’Etat et investie convenablement à sa destination, nous épargnerait des zébus maigres à notre image... qu’on frappe sur notre monnaie fiduciaire.

      C’est pas du tout sérieux !!!

      De la réalité, on devrait « redessinner » notre monnaie pour faire figurer des 4x4, des villas, un avion ...et non des épis de riz, des rizières, des zébus, ...
      La monnaie est bien un support scripturale de la réalité et des aspirations d’une nation. Non ? ...

      Donc roulons pour les 4x4 ... sur les 5 000 Ariary, les villas sur les 10 000 ainsi de suite ...

      Ce qui est très grave, nous avons de quoi vivre décemment mais nous ne nous donnons pas les moyens pour que çà soit redistribué convenablement.

      Toute l’organisation économique, financiére, foncière, fiscale et douanière est à repenser, à refonder.
      C’est un grand tort de notre part de garder et de continuer la conception et la pratique héritée de la colonisation.

      Pour nous sortir de cette situation désagréable et inadaptée, il faut que le futur président fasse de cette réforme une priorité. Il faut une fiscalité rigoureuse pour pallier cette différence de capacité d’investissements entres le étrangers et les nationaux.
      Pour éviter que M/car soit un « département d’outre-mer » des Sinoa et Karana ...

      Autrement : Il est clair que La France ne veut pas lâcher, les Sinoa et Karana veulent en profiter, les Sud Af’ aussi veulent s’y implanter, etc ...

      Si on observe bien, le constat est dur :
      - Nous sommes naïfs, trop faciles,
      - Nous sommes le dindon de la farce de tous !

      Que ce soit Rajoelina, que ce soit Ravalomanana, que ce soit Zafy, ... au pouvoir, c’est « bonnet blanc, blanc bonnet » ... ou Kif-kif bourricot !

      Voilà la réalité !

      Il faut qu’on voie vraiment autrement !

      Pas facile ... sauf si Messieurs Basile Ramahefarisoa et Bekamisy se présentent ... Pourquoi pas ??? ’faut s’attendre à tout !!!

      Veloma !

  • 28 mars 2012 à 10:12 | Ikelimalaza (#5896)

    Il faudrait bientôt partir en guerre alors ? Ikelimalaza est partant.
    C’est peut-être inutile aussi, étant donné que le N°1 mal gache est un grand ami de la France. Il est finalement un visionnaire, il a visité Dubaï avec un but précis, c’est de faire de Madagasikara un Dubaï de l’Ocean Indien. Je commence à AIMER notre Ray aman-dReny national.
    Habile comme il est, il saurait NEGOCIER avec la France pour reconquérir les îles Comparses. C’est un grand VISIONNAIRE le Andry Nirina Rajolena.

    J’imagine déjà les milliers de kilomètres d’autoroutes de Bekopaka passant par Morondava, traversant la côte sud ouest (le nouveau safari mal gache), des towers et des towers à Mahajanga, Toliara, Antsiranana (oui Antsiranana pas Diégo Mr BB), Toamasina, Antananarivo...
    Bien joué Mr Rajolena ! Bravo !

    • 28 mars 2012 à 11:09 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Ikelimalaza

      Et pan dans les gencives de ce cher vuza ...

    • 28 mars 2012 à 13:21 | elena (#3066) répond à Ikelimalaza

      ah !ah !c’est la forme aujourd’hui St Ikelimalaza, après ce long silence !

    • 28 mars 2012 à 13:30 | Ikelimalaza (#5896) répond à elena

      oui, il faut me comprendre, il y a Juan de Nova à l’horizon, il y a de la joie dans l’air.

    • 28 mars 2012 à 13:44 | elena (#3066) répond à Ikelimalaza

      Mince ,j’ai compris « quand il y a Juan de Nova à l’horizon,il y a Rajolena » ;Il faut que je remonte mon sonotone,à force d’entendre les aboiements de BB,je n’entends plus rien !!

    • 28 mars 2012 à 15:37 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à elena

      Arretez de vous boucher la bouche ...par la ...de BB Elena ! Bouchez-vous en plutot de.... l’oreille !

    • 28 mars 2012 à 17:15 | elena (#3066) répond à Boris BEKAMISY

      Réaction de BB sans surprise !
      J’ai gagné mon pari. C’est tellement facile:Bobby est toujours là, où on l’attend !

    • 28 mars 2012 à 17:51 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à elena

      Je suis là pour vous faire.... gagner Elena... sans etre perdant ! hi hi hi !

  • 28 mars 2012 à 10:21 | Stomato (#3476)

    Cet article est bien construit, mais pas aussi bien documenté.
    D’ailleurs il commence très mal : « La question de Juan de Nova, cet îlot ide 5 km² au milieu de l’Océan Indien offre une réponse possible à cette question. »
    Juan de Nova n’est-il pas plutôt dans le canal de Mozambique, lequel devrait se nommer Canal de Madagascar...

    Un article qui commence par une erreur grossière ne continue-t-il pas par d’autres erreurs ?
    On est en droit de se poser la question.

    Ne peut-on pas considérer que lors de l’accession à l’indépendance, le processus a été accepté si rapidement par les Malgaches qu’ils n’ont pas penser à intégrer ces Iles Éparses dans la définition du territoire national ?
    Pourtant à l’époque, les natifs de Madagascar travaillant au BRGM (français) n’ignoraient pas la présence avérée d’hydrocarbures dans le sous-sol, ils savaient même que ces hydrocarbures étaient inintéressants en 1960 car trop onéreux a exploiter...

    • 28 mars 2012 à 10:43 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Stomato

      Au fait Stomato : qui a rédigé la constitution de la première République Malagasy ??

    • 28 mars 2012 à 11:03 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Stomato

      Ce réveil sur « JUAN DE NOVA » cache quelque chose.

      A bientôt !

      Basile RAMAHEFARISOA
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 28 mars 2012 à 17:09 | Stomato (#3476) répond à Rakotoasitera Fidy

      Un collège de juristes français et malgaches formés en France et à la française.
      Mais la constitution de 1958 a été modifiée en 1960 et 1962 alors que la pays n’était plus dirigé par un gouvernorat français.

      Par la suite de nombreuses révisions constitutionnelles ont été faites sans aucune intervention extérieure.

  • 28 mars 2012 à 10:25 | che taranaka (#99)

    Mes amis,
    l’histoire raconte que nous avons perdu Mayotte pour 5 piastres..quand le vieu ANDRIANTSOLY l’a vendue à la France il n’y a pas si longtemps que çà...

    Notre UNITE NATIONALE
    Notre SECURITE NATIONALE

    sont aujourd’hui mises en DANGER...peut-être pour des ENJEUX que les citoyens malagasy ne connaissent même pas ...

    Les Conquistadors de tous les siècles se ressemblent..ramener l’or,l’argent..la vanille,le cacao..le pétrole,le gaz,l’uranium..en Europe et pour leurs intérêts...

    Il est regrettable que Nous ne savons pas défendre nos intérêts..et surtout que par CUPIDITE certains sont prêts à vendre leur pays...pour leurs seuls profits...

    TOTAL,AREVA,SHERRIT..et les autres cac40 sont bel et bien des PREDATEURS..qu’il faut combattre...

    INSTAURER LA REPUBLIQUE ET LA DEMOCRATIE est un moyen qui peut nous enrichir....

    • 28 mars 2012 à 10:51 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à che taranaka

      Alors , a notre tour de ramener ces ’interets’ au centre de notre vie : Madagasikara

  • 28 mars 2012 à 10:41 | vuze (#918)

    Lalatiana,

    Je ne comprends pas trop cet article. A moins qu’il ne faille lire entre les lignes ?

    Oseriez vous dire que le voleur Zouloulandais a été éjecté par les Français car Juan de Nova les intéressait ?? Ils ont mis TGV car TGV va leur céder Juan de Nova ??

    Êtes vous vraiment sérieux ? N’auriez-vous pas préféré signer cet article « Pitchboule » au lieu de « Lalatiana » car ce que vous avancez est trop délirant ? Lalatiana aurait donc un peu plus de respectabilité que Pitchboule ?

    Encore une fois, Boris dit la vérité et la seule ! Depuis 50 ans, on n’a pas su exploiter les ressources extraordinaires de Madagascar... On a préféré se mettre plein les poches au lieu de développer ne serait-ce que le pouvoir touristique de ce pays... Je ne parle même pas des ressources minières...

    • 28 mars 2012 à 10:48 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à vuze

      ça y est , le ver de terre de service qui en remet une couche de sa spécialité :

      Chanter faux

    • 28 mars 2012 à 11:06 | lalatiana (#1016) répond à vuze

      Non non Vuze,

      J’assume pleinement ce dossier ... C’est une curieuse lubie de Tribune que d’avoir signé Pitchboule et non Lalatiana ... Si vous aviez pris la peine d’ouvrir le document pdf joint, vous vous en seriez rendu compte dès la 1ère de couverture que je signe en pleine identité et responsabilité ... Et vous me vexerez à imaginer que je puisse ne pas assumer ce que j’écris :-)

      Quant à lire entre les lignes ... Je n’ose rien ... Lisez le PDF ... J’y propose des infos (*) que je demande à ceux qui le veulent (peuvent) d’évaluer ... et à ceux qui le peuvent, de contredire ... Et non pas de polémiquer ...

      Quant aux conclusions et aux interprétations, chacun se fera son idée ...

      (*) la version pdf sur MDGRVX est plus lisible sur les références données

    • 28 mars 2012 à 11:38 | vuze (#918) répond à lalatiana

      Je n’ai pas encore lu le PDF mais quoiqu’il en soit, vous commencez votre article par :

      « S’il demeure, depuis le début de la crise malgache en 2009, une interrogation c’est bien celle-ci : quels sont les enjeux de la France pour qu’elle se soit impliquée avec autant d’acharnement et de constance dans cette crise. La question de Juan de Nova, cet îlot ide 5 km² au milieu de l’Océan Indien offre une réponse possible à cette question. »

      Je trouve donc que vous ne proposez donc pas d’infos mais au contraire, vous commencez de suite par polémiquer... Exagère-je ? :-)

    • 28 mars 2012 à 11:58 | lalatiana (#1016) répond à vuze

      Lisez ... réfléchissez ... et revenez en parler ...

      Sinon, taisez vous ... :-)

      ... Ne vous trompez pas de débat, là.

      Vous me décevriez sinon

      Cdt ...

    • 28 mars 2012 à 12:16 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à lalatiana

      Ce post là de Lalatina pour Vuze n’a rien d’intellectuel !

      Et Là Lalatiana ....encore une fois de plus vous vous etes deshabillé pour montrer à la face du monde votre minuscule... dimension !

    • 28 mars 2012 à 15:22 | vuze (#918) répond à lalatiana

      C’est une injonction de professeur ou je me trompe ?

    • 28 mars 2012 à 15:29 | lalatiana (#1016) répond à vuze

      Déformation professionnelle ... :-)

      Voyez le comme une suggestion, alors :-)

  • 28 mars 2012 à 11:30 | Tojo (#6209)

    Franchement Pitchboule, on s’en fout !

    Avec tous les respects qu’on vous doit si tant est que ceux-ci existent, on peut crier haut et fort qu’on s’en moque si la France s’agite là dessus ou exploite ce terrain.

    Le problème n’est pas là. Le problème se situe déjà dans l’incapacité du peuple malgache à exploiter les richesses qui se trouvent dans la grande île, et pire encore, l’incapacité des dirigeants à les redistribuer équitablement au profit de la population. L’incapacité des lettrés à l’admettre et à dénoncer les travers ainsi commises.

    Arrêtez de nous bassiner avec des sujets insignifiants comme çà.
    Deux exemples : Pendant que les parents d’élèves se meurent pour payer les salaires des enseignants faute de quoi leurs gamins ne recevront pas des instructions, Dada, Marc Ravalomanana, s’est permis de s’acheter 2 avions persos (donc la frime et les gonzesses, la vanité et le bling bling) dont un à 15 Millions de dollars et l’autre à 60 millions de dollars. Des « avions personnels », qui lui seront utiles paraît-il pour faire le tour du monde (rafler des honoris causa, serrer la main des Grands, joué avec le Cartel de la drogue).
    Secundo, devant la potentialité économique énorme du pays, Dada, toujours, Marc Ravalomanana, a tenté de tout raflé en rendant faillite et en emprisonnant tous ses adversaires pour mieux régner en maître pour qu’une fois qu’il quitterait le pouvoir, le pays se retrouverait à la case départ et que ses successeurs (qu’il pensait ne pas être encore nés) auront l’obligation de recommencer à tout réparer et à tout reconstruire.

    A aucun moment lui, et ses « dignes fils » ne se sont souciés du sort de cette population malgache, encore moins de cette prétendue manne enfouie dans le ventre de Juan de Nova, Eux qui ont vanté l’exploitation des mines avec l’étoile de dollars qui va avec, ainsi que la déification des « aides financières internationales » qui pleuvaient sur leurs têtes et qu’ils considéraient comme leurs argents de poches jusqu’à aller corrompre les hommes d’église et des militaires.

    Alors, nous bassiner avec un tel sujet c’est se foutre de la gueule du monde. C’est de nouveau vouloir nous enfumer, chercher à nous aveugler, au moment, justement où le pays s’achemine vers des élections, donc une sortie de crise sans...l’autre.

    Votre nationalisme de pacotille, votre pseudo-patriotisme nettement cosmétique, ne nous duperont pas.

    Votre vision passéiste et votre gesticulation verbeuse qui pue l’ethnicisme rétrograde et qui cristallise une fausse francophobie primaire, par convenance, ne nous trompent plus.

    Juan de Nova dites-vous ? l’étendard de la France à brûler ? On s’en moque ! Allez-y si cela vous enchante. Nous n’oublierons pas qui est celui qui nous a volé, celui qui a cherché à nous réduire en esclavage au nom d’un patriotisme bancal, qui cherchait à cocufier le petit peuple malgache au nom du « vita malagasy » alors qu’il ne jure que sur le contraire et cirant la pompe de son maître Bush ; en nous forçant à lui sucer le téton pour avaler son lait de babouin jaune. Non ! Non ! No pasaran !

    Votre Professeur, celui devant lequel vous vous courbez l’échine du fait de son statut « castal » et son « CV à pipe Line », a été sauvé par...la France. Pourquoi ne pas commencer d’abord par refuser cette « aide » qui vous a été si précieuse" et ériger un totem à la gloire de l’acquitté ? Pourquoi continuer à s’asseoir sur la tête des malgaches en lui mentant quotidiennement ? Pourquoi cette satisfaction à vouloir tromper son monde, à vouloir abuser de la vulnérabilité de ses semblables tenus trop longtemps dans l’ignorance par ceux-là même qui prétendent pourfendre la France actuellement chez qui pourtant ils ont trouvé refuge et appris leur méthodes de gouvernance avilissante pour l’imposer à leurs compatriotes ? Pourquoi cette jouissance à pisser sur la dignité du peuple malgache ? Vous qui êtes le premier à s’accoupler avec la France pour préserver votre piteuse pitance ?

    Après avoir échoué à monter les malgaches contre les malgaches, vous persistez à nous pousser à mener une guerre, que vous refuserez vous même de mener, qui ne nous concerne pas mais dans laquelle vous espérer nous livrer en martyr afin de tirer, pour vous même, la gloire du sacrifice comme ce que vous avez fait pour les évènements de 47.

    Basta les mecs ! bas les masques ça suffit ! Allez brouter ailleurs si vous avez faim, ...vous pouvez mâchouiller la « fausse-haine de la France » comme cela vous arrange pour mieux abêtir vos fans et domestiquer vos valets de services , mais cessez de prendre les malgaches pour des idiots finis. Vous n’y arriverez pas.

    • 28 mars 2012 à 13:07 | lalatiana (#1016) répond à Tojo

      Monsieur TOJO,

      Si j’ai une ambition, c’est de donner l’information la plus sincère et la plus étayée possible...

      J’essaye de fournir cette information que vous n’êtes pas capable de contredire autrement que par l’interprétation des mes intentions, et à laquelle vous ne savez pas répondre autrement que par l’invective ...

      « Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt » ... Et que Dieu me garde de me prétendre sage ...

      Ne voir dans le travail produit qu’une intention de manipulation du peuple, illustre bien le mépris que vous avez, VOUS, de ce peuple que vous estimez sans doute incapable de lecture et d’interprétation de ce qu’on lui fournit comme éléments d’information ...

      DANS QUEL CAMP ETES VOUS DONC ????

    • 28 mars 2012 à 13:53 | Tojo (#6209) répond à lalatiana

      Monsieur,

      Je suis toujours dans le camps de ceux qui débusquent et dénoncent vos tartuferies...vos manigances et basses manœuvres pour diviser - sans scrupules - les malgaches.
      Sachez enfin, que lorsqu’un sage de votre espèce me montre la Lune, je serais toujours tenter par le plaisir de mordre ledit doigt car je sais qu’il est, par essence, fourbe et m’indique tout le contraire de ce qu’il cherche à me montrer.

      On peut vous remercier pour nous avoir donné ce genre d’information (Merci) à laquelle il n’y a rien à répondre autre que sur l’intention qui tapisse en dessous (et que vous peinez à camoufler mais - hélas - que tout le monde voit et perçoit), la seule chose qui lui donne finalement et réellement sens.

      Bien à vous.

    • 28 mars 2012 à 14:09 | lalatiana (#1016) répond à Tojo

      Ah,

      On retrouve l’efficacité stylistique de JOJO ... en même temps que la vacuité de son discours de cour d’école ... « gnian gnian gnian et gnian gnian gnian ... c’est celui qui dit qui l’est ... »

      Bon vent ... Je vous ignore désormais ....

    • 28 mars 2012 à 17:13 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à lalatiana

      Tojo a bien fait de vous clouer le Bec ....ce sont les « intellectuels » comme vous qui empoisonnent Madagascar et les malagasy et entretiennent la pauvreté de ce Pays.

      Votre faux nationalisme n’emballe que les infatillisés de Ravalo....et quelques marivo salosana .....!

    • 28 mars 2012 à 18:11 | lalatiana (#1016) répond à Boris BEKAMISY

      « Clouer le bec ??? », Boris ...

      On cloue le bec aux coqs de basse-cour ...Vous vous reconnaitrez dans ce vocable. Pas moi... Vos invectives et vos incantations impressionnent qui ? ... Si elles vous permettent d’exister et de vous faire votre petit orgasme quotidien derrière votre petit pseudo, grand bien vous fasse ...

      Vous auriez des arguments, j’échangerais ... Vos petites batailles de slameur de cour d’école, je vous les laisse et vous ignorerai vous aussi ... .

      Bon vent à vous aussi Monsieur Boris.

      ps : rassurez vous, vous allez encore pouvoir vous exciter sur ma prose ... Je n’ai pas fini d’écrire ... Heureusement que votre ami JOJO m’a parait il « cloué le bec » ... Qu’est ce se serait, sinon ... Tsssssss ...

    • 28 mars 2012 à 18:19 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à lalatiana

      Le Lalatiana ,« le grand intellectuel »dans tous ses etats.....et pourtant son FAUX NATIONALISME n’impressionne personne !

      Vous pouvez CAMOUFLER VOTRE IGNORANCE en IGNORANT TOUT LE MONDE , mais une chose est sûre, vous n’etes pas sorti grandi , de votre PQ du jour !

      Encore une fois , arretez de croire que vous et vos semblables ont ete les seuls passés sur les bancs de l’Ecole ...non pas du tout on est en 2012 Lalatiana

    • 28 mars 2012 à 18:34 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Boris BEKAMISY

      Le probleme de Lalatiana et de Ravalo , c’est SE TROMPER DE CONTEXTE .....!

      Une mauvaise lecture des ELEMENTS QUI COMPOSENT CE CONTEXTE meme si le CAPSAT leur donné un SIGNAL FORT que le CONTEXTE a changé...!

      Le Lalatiana et ses semblables croient qu’on est encore en 1810 à Madagascar !

      Esy-ce vraiment.... une demarche intellectuelle de se tromper tout le temps de contexte ??

      C’est plutot NAIF de leur part ne pas capable de CONTEXTUALISER .....

  • 28 mars 2012 à 11:48 | che taranaka (#99)

    Monsieur VUZE,

    d’abord dans ce cas nous ne devons pas voir et concevoir la situation que d’une manière juridique....et aussi historique..

    3. Ces territoires, dépendances administratives de la Grande Ile rattachées en 1896 à la France qui déclarait colonie française « Madagascar et les îles qui en dépendent »,. auraient dû être restituées à Madagascar à la proclamation de son indépendance le 26 juin 1960

    2.L’instauration en 1982 par la convention de Montego Bay du principe de Zone Économique Exclusive (ZEE) qui étendait à 200 milles de ses côtes la compétence d’un pays a en outre développé des enjeux économiques cruciaux.

    ...Toutes autres manipulations ou machinations ne sont que des intentions répréhensibles...et celà s’appelle une CAPTATION DE BIENS D’AUTRUI..

    Laissons de côté la polifika malgacho-malagasy..

    diso ve izy...????

    Bien sûr que DISO IZY ce n’est pas que ma maison est mal entretenue que celà vous donne le droit de la CAPTER...de la VOLER...

    ce n’est pas parce que je suis orphelin que vous pouvez détourner mon HERITAGE...

    celà m’étonne beaucoup que le RAIAMANDRENY RAJOELINA va pouvoir faire la guerre à la France..il s’occupe de la TRANSITION ou de la situation provisoire ..mais à force de vouloir s’accrocher à ce provisoire qu’il s’échine de prolonger ..il finira lui aussi de vendre aux Français..JUAN DE NOVAS et les restes aux chinois...comme le vieu ANDRIANTSOLY pour une poignée de piastres..

    et je termine mon post en écrivant...

    ce post est écrit pour FAIRE VALOIR CE QUE DE DROIT...

    nous sommes riches...de TOUT sauf ..d’INTELLIGENCE...!

  • 28 mars 2012 à 12:05 | che taranaka (#99)

    Monsieur TOJO,

    je comprends votre DECEPTION et votre COLERE...

    Ce pays nous appartient et nous devons le rendre le mieux possible à nos descendants..qui nous reprocheront si nous faillons à notre DEVOIR...

    La COLONISATION française de 1896..était une DEFAITE POUR NOUS malagasy...

    que « ce point » évoqué par LALATIANA soit un « détail » pourquoi pas..?

    mais moi je ne me rendrai pas COMPLICE devant l’histoire d’une mauvaise intention de la France de nous DEPOUILLER de nos richesses quand bien même celles-ci sont INSIGNIFIANTES ..question..de PATRIOTISME PRIMAIRE...!

    nous avons commis des ERREURS et continuons d’en commettre à cause de notre IDIOTIE...et de notre CUPUDITE...

    mais moi quand il s’agit de combattre les INJUSTICES vis à vis des GASY..tête baissée je me mets de leur côté...

    AMICALEMENT..

    • 28 mars 2012 à 12:54 | Tojo (#6209) répond à che taranaka

      Monsieur Che,

      Je ne suis point déçu mais désolé de voir cette manière d’abêtir l’opinion par ceux qui - se disant anti-France mais - sont les premiers à manger dans sa main avec gourmandise sans égale. Cette méthode d’asservissement mental mené depuis des lustres, tantôt avec succès, mais depuis quelques temps avec échec cuisant, ne vise qu’à diviser les malgaches suivant une ligne racialiste des adeptes des statuts de castes.

      Nous avons subit 60ans de colonisation par des étrangers, MAIS pire, nous avons fais subir à nos autres compatriotes 80ans d’esclavagisme, de destruction culturelle pire que la colonisation, (le fait même d’être noir est considéré par certains d’entre nous comme méritant la mort et n’a droit à aucune vie) mais que nous nous refusons toujours de reconnaitre, ce qui engendre ce sentiment de frustration qui constitue la matrice des crises politiques ethniciste.

      Alors, trêve d’hypocrisie. On ne peut pas condamner la colonisation française et convaincre les malgaches qui ont connu l’école (même si c’était une école pour apprendre à obéir) en ce temps, SANS condamner les Tangena, les méthodes d’asservissement inhumains, de corvées, l’institution des castes, les abus et meurtres et assassinats que le pseudo-Royaume de l’Imerina ont fait subir aux autres malgaches, censés être leurs propres semblables.

      Vouloir nier cela en cherchant à imposer cela est la pire des malédictions. Et c’est ce que Pictboule cherche à nous faire avaler, en montrant la laideur de la France pour mieux cacher la sienne qui est pire encore afin d’asservir ses propres semblables. C’est tout le sens de ce que je dis plus haut en prenant volontairement l’exemple de Dada, Marc Ravalomanana.

      Le 29 mars est là pour nous remémorer cette ruse assassine, cette tromperie machiavélique qui a poussé bons nombres de malgaches dans la guerre alors que ceux censés donné le coup fatal n’ont point bougé MAIS très prompt pour récupérer le sacrifice consenti à leurs gloire en insultant encore ceux qui sont morts. Et le tout, au nom de la France.

      Le 29 mars nous rappelle « notre division » causée par notre propre imbécilité, notre haine envers les autres malgaches et non par la France qui, elle, n’en a fait qu’user et abuser de notre faiblesse et division pour nous décapiter.

      Le 29 mars est là pour nous rappeler comment l’histoire de notre pays a été falsifiée par ceux qui prétendent hériter de la gloire des martyrs, en nous faisant croire que les milliers de morts n’ont été que leur propre famille, alors qu’ils n’ont rien fait, et leur inactivités, en reniant à leurs promesses, en trahissant leurs engagement qui ont fini par échouer les combats de la libération.

      Le 29 mars est là pour nous rappeler le devoir, pour nous, de se remettre en cause non en attaquant la France - comme nous avons l’habitude de faire, avec l’inefficacité que cela a engendré depuis - , MAIS en nous attaquant à notre hypocrisie maladive, à notre traitrise congénitale, à notre Haine des autres malgaches.

      Ce sont les Anglais qui ont donné au Royaume des castes prétendument Blancs de l’Imerina le titre de Royaume de Madagascar et celui-ci n’a jamais pu unifier l’entièreté du pays". Au contraire, il a toujours été contesté, renié par les autres Etats malgaches. 80ans de cocufication, 80ans, de mensonges, 80ans, d’asservissement, 80ans, de spoliation arbitraire, de meurtre et d ’assassinats, 80ans de tromperie généralisée...Quant comptons nous commencer à réparer cela ?

      La France est venue tranquille pour ramasser par terre le pouvoir d’un Royaume honni, détesté, criminel, assassin....Quand oserons nous assumer cela ? La France s’est permis de nous coloniser en nous divisant davantage car elle a bien remarqué ce clivage non seulement interethnique mais également de castes.

      Il a fallu que le Royaume tombe pour que les suzerains déchus se vantent d’être ENFIN malgache (il en a fallu du temps) comme les autres et entonnent le chant du nationalisme...POUR FINIR par tromper tout le monde le 29 mars pour que la rébellion a été un échec car un certain lieutenant (et son équipe) ne voulait rien faire pour préserver leurs « familles ». Et c’est encore celui-ci qui emmagasine toute la gloire du patriotisme du 1947 seulement parce qu’il a été exécuté par l’Etat colonial, pendant que les vrais guerriers, les vrais nationalistes ainsi que leurs familles exterminés dans la brousse, massacrés, eux, ont eu à peine une reconnaissance teintée des insultes envers leurs descendants.

      Maintenant, on avance le nom de la France pour rameuter le meute derrière soi pour la lutte du pouvoir alors qu’au fond même de sa pensée, c’est la haine des malgaches, ses propres semblables qui dominent.

      Le 29 mars doit être le jour où tous les malgaches exigent de ses historiens, de ses elites des comptes ; qu’ils rendent des comptes sur les raisons « pourquoi ils ont corrompu l’histoire », pourquoi ils ont cherché et continuent de chercher à tromper le peuple malgache" ? Pourquoi ils poussent le peuple à s’en prendre à la France, et leur demandent en même temps de s’agenouiller devant la chine et les Etats-Unis, et, enfin, les tromper aisément une fois ils accèdent au pouvoir ?

      La colonisation française en 1896 est D’ABORD une défaite pour le pseudo-Royaume de Madagascar, avant d’être celle de tous les malgaches ; cette monarchie qui cherchait à sacrifier les autres, qui n’a même pas eu l’outrecuidance de créer ne serait qu’une seule Ecole dans les villes en dehors de la sienne, et qui se contentait de piller toutes les richesses existantes dans tout le territoire de Madagascar.

      Le Peuple malgache a lutté contre la Colonisation pour avoir la liberté totale, confisquée depuis 1815, ET NON pour restaurer le pseudo-Royaume de Madagascar où une minorité gouverne et s’assoit sur la tête de la majorité, où les parents sont séparés de leurs enfants et leurs biens spoliés, les maisons brulées.

      L’échec du 29 mars est le symbole parfait et authentique de la « division du peuple » malgache.....

      DONC, admettons l’histoire, acceptons la vérité ET SOIGNONS LES PLAIES, car nous ne sommes pas responsable de cette histoire même si on continue à subir ses conséquences néfastes.
      TOUTEFOIS, repoussons toute idée passéiste, toute tentative de corrompre davantage cette histoire dans l’objectif de nous enfumer pour mieux nous rendre encore esclave.

      c’est ce qui est condamnable dans les propos de ces « lettrés » inconscients sinon racistes qui nous poussent à subir leur interprétation de l’histoire - en leur faveur et comme au temps de la monarchie. C’est NIET ! Le peuple malgache connait la liberté, aspire au développement et n’envisage nullement à être réduit à courber l’échine devant des racistes impénitents. Le peuple malgache aspire au vivre ensemble, bien évidement avec ceux qui partagent ce même désir et combattre tous ceux qui cherchent à les diviser. Qu’ils soient français, chinois, Malgache ou autres.

    • 28 mars 2012 à 13:31 | che taranaka (#99) répond à Tojo

      Monsieur TOJO,

      j’ai lu trois(3) fois votre post..et je m’associe à votre conclusion que je trouve plein de bon sens et d’espoir...

      pour le moment notre pays est affibli et ce n’est pas ce pouvoir (et à mon avis ce n’est pas RAJOELINA) qui va nous rendre notre fierté..

      les exploitations de nos richesses se font maintenant et pour environ dans les 30 prochaines années...

      c’est DOMMAGE que,au moment donc que ces exploitations vont se faire, l’UNITE NATIONALE soit aussi mal en point ....!

      ...nous ne devons pas faillir à notre DEVOIR...Hoan’ny TARANAKA...

      Amicalement...

    • 28 mars 2012 à 13:48 | lalatiana (#1016) répond à Tojo

      Tout ce qu’on lit derrière votre discours, Tojo, n’est qu’une violente diatribe haineuse contre les Merina, que vous rejetez en vrac : leur « pseudo » royaume, leurs intellectuels, leur Dada (qui n’est pas le mien), leur « trahison » de 47 ... Ca n’a rien à voir avec le respect des malgaches que vous prétendez revendiquer .

      Et c’est« nous » que vous osez taxer de racisme et de fauteurs de divisions ??? C’est à « nous » que vous voulez donner des leçons d’histoire ???

      Joli donneur de leçons ...

    • 28 mars 2012 à 13:58 | Tojo (#6209) répond à lalatiana

      Tâchez au moins de faire une lecture objective - même rigide et choquante- de la situation. Le parler « vrai » l’impose, et cela contrairement à la logique du « déni » dans laquelle vous excellez.

      Et, mieux, Je vous prie de bien vouloir nous définir ce que vous entendez par « Merina » conformément au statut de caste qui gouverne la codification sociale de ladite société. Après on verra sur quels points je fais des erreurs et où j’ai dû commettre des fautes.

      Merci.

    • 28 mars 2012 à 14:21 | Tojo (#6209) répond à che taranaka

      Monsieur Che,

      Crever l’abcès n’a jamais été une œuvre facile et suscite toujours de mécontentement notamment chez ceux qui ont l’habitude de voir le statu quo qui l’arrange perdurer.

      Sauf que nous ne pouvons JAMAIS établir l’unité nationale ni la réconciliation (pourquoi se réconcilier s’il n’y avait pas eu faute partagée, et conflit historique ?) entre le peuple malgache que LORSQUE, d’abord, nous commençons par admettre la vérité plutôt que de se réfugier derrière le « déni » et « l’histoire corrompue ».

      Le vivre ensemble du peuple malgache, fondement de la Nation malgache, passe par l’émergence de l’identité « malgache » au détriment de l’identité ethnique.

      Le peuple malgache, dans son ensemble, l’a compris. Et le vit depuis 1960. Sauf certains lettrés, les corrupteurs de l’histoire, les adeptes de la vision passéiste, les ethnocentrisme qui mélange volontairement tout pour mieux enfumer l’opinion, cela afin de mieux les embrigader, et donc les dominer.

      Il faut faire et dire stop à cela.

      60ans d’indépendances nous ont convaincu que c’est ce règlement de compte ancestrale entre les lettrés malgaches - ceux qui gouvernent le pays directement ou par influences - qui aliment notre division, et nous enferre dans la pauvreté.

      Quand aurions nous le courage de surpasser cela pour que nous puissions accélérer le développement de Madagascar avec tout le peuple malgache sans distinction ethnique ?

      L’unité nationale que nous appelons de nos vœux ne se concrétiserons qu’avec la mise « hors d’état de nuire » de ceux qui trouvent dans notre division leur intérêts. Et ils sont ceux qui aiment vilipender la France pour glorifier les Etats-Unis ou la Chine, donc les mêmes qui font appellent à la France pour conquérir le pouvoir et l’insulter pour préserver le pouvoir acquis.

      L’article sur Juan de Nova s’inscrit dans cet enfumage de l’opinion, cette tentative de détourner l’opinion d’une pensée machiavélique, à la veille du 29 mars, une tentative pour, non à rassembler les malgaches pour leurs intérêts propres, donc l’unité et l’union, MAIS pour les appeler à « s’unir » pour lutter contre la France désignée comme envahisseur, alors qu’au fond, cette France là n’est pas honnie pour autant par eux, puisqu’il s’agit juste d’une stratégie pour affaiblir un prétendu « soutien » principal au... régime actuel.

      Le schéma est donc pareil que celui utilisé en 1947 avec l’échec qu’on a connu : Brandir l’étendard France (par nature envahisseur, fasciste) comme moyen unique pour fédérer la force des « nationalistes et patriotes malgaches ». Mais une fois la France acculée, ils retourneront le pouvoir pour mâter le Peuple pendant qu’ils serrent de nouveau la main de la France pour consolider leurs puissances.

      Ils l’ont expérimenté en 2002 avec plus ou moins de succès mais on a connu ce que Marc Ravalomanana en a fait du pouvoir une fois acquis CONTRE le peuple malgache. Ils tentent refaire la même chose depuis 2009 où subitement ils nous disent avoir retrouvé leur parole qu’ils ont fermé pendant qu’ils mangeaient dans la main de Ravalomanana durant 8 années.

      Cette situation de Juan de Nova, ou toute lutte contre la France ou contre toute puissance étrangère, quelle qu’elle soit ne se gagne QU’AVEC UN PEUPLE MALGACHE UNI, donc FORT, débarrassé des influences des roublards ethnocentristes.

    • 28 mars 2012 à 14:46 | Ikelimalaza (#5896) répond à Tojo

      oh, mais qu’est-ce qu’il raconte ce Tojo !
      ô ry Tojo a, taiza ianareo no namaky ny tantaran’i Madagasikara ? ireo nosoratan’ny missionnaire maro isan-karazany ve ?
      Tadidio fa na nisy aza ny ady fahagola (av Ombalahibemaso) dia nahay niara-monina ny Manankasintsara ary tena feno fahendrena.

      Il n’y a pas eu qu’un seul royaume à Manankasitsara, il y avait eu le royaume Merina, Sakalava (impressionant), Betsileo...
      Il est question, Tojo, d’une certaine fierté mais avec la vraie histoire des royaumes de Manankasintsara, et donc il va falloir creuser davantage avant de débiter du n’importe quoi, 80 ans d’esclavagisme ttssssss

    • 28 mars 2012 à 15:41 | hrrys (#5836) répond à lalatiana

      Objectivement Tojo a toutes les raisons d’ interpeller la solidarité nation-ale , une nation destinée à vivre ensemble.Une communauté d’individus,
      que vous le voulez ou non , possédant des ancetres communs : « les razambe »Africains , Malaisien , indonésien, .....
      La France agit(agissait) dans son propre interet , il en est de meme pour les EU , La Chine....ET touts les moyens sont bons .L’erreur fatale de nos dirigeants c’est de ne pas prendre en compte la moindre interet de ce pays
      ou du moins les peuples malagasy , ça n’est pas du tora-po.

    • 28 mars 2012 à 20:46 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Tojo

      La vérité en histoire dit t’on est l’aggrégation des témoignages

      Et comme la France n’a jamais voulu et ne voudra peut etre jamais que l’on sache ce qui s’est passé pendant cette période .. Tojo peut toujours chanter
      et enfoncer des portes ouvertes

      Voyez ce qui se passe actuellement a propos de cette guerre d"Algérie

      A quelques nuances pres des Tojo OAS entretiennent l’ignorance du grand public avec des phrases bien construites

      Peut etre , et je reste prudent , que dans un siecle quand tout le monde sera ’métissé’ et que les historiens , les vrais , vaincront : que nos arrieres
      petits enfants parleront de 1947 en chanson .... peut etre ... peut etre

  • 28 mars 2012 à 13:33 | hrrys (#5836)

    Ces iles ont déjà été fait l’objet d’une revendication au sein de l’ONU par notre représentant Rabetafika , peut être c’est le moment de les revendiquer
    encore par notre éminent juriste Ranjeva

  • 28 mars 2012 à 14:20 | che taranaka (#99)

    Mes amis,

    je nes suis pas pour le révisionisme de l’histoire malgache...

    TOJO évoque une partie de cette HISTOIRE ....

    Personnellement je vous demande d’ASSUMER les REALITES HISTORIQUES..et de redresser les torts...

    Nous sommes devant une REALITE..la FRANCE risque de nous spolier JUAN DE NOVA..qui ferait d’elle un membre de l’OPEP...!

    Malgré le passé ,malgré les torts des uns et des autres ... au nom de ce pays et pour le bien de nos TARANAKAS qui vivront tous ici que vous le voulez ou pas..ALLONS NOUS LAISSER FAIRE UN PAYS ETRANGER NOUS GRUGER ..??? ALORS QUE LE DROIT ET L’HISTOIRE JUSTIFIENT QUE CE TERRITOIRE NOUS APPARTIENT ET SES RICHESSES AVEC..!

  • 28 mars 2012 à 15:22 | Rivohanitra (#142)

    J’ai l’habitude de dire ce que je pense.
    Lalatiana a écrit un article que nous devons lire et relire.

    Il y va de notre intérêt national.

    Rivohanitra

    • 28 mars 2012 à 15:31 | lalatiana (#1016) répond à Rivohanitra

      Merci Rivohanitra ...
      Et Dieu sait si on a pu s’opposer tous les deux ... :-)

    • 28 mars 2012 à 17:05 | da fily (#2745) répond à Rivohanitra

      HELLO,

      à Rivohanitra, je réponds car parcourant les posts ici, on doit quand même rendre honneur au contributeur du jour, son texte est non seulement intéressant, mais documenté comme il faut (je sais de quoi il est question) et malgré la petite mise en bouche d’un Stomato qui a oublié que le canal du Moçambique est une partie de l’Océan idien, bref...rien de bien malheureux qu’on arriverait à en fouetter nos moutons ! Et je sais que vous me suivez à la trace, sacrée forumiste ! MNH !!!c’est mieux que lol ! non ?

      lalatiana, je rends hommage à ton papier car je peux dire qu’ayant été de la « partie » pendant un moment, je sais de quoi il retourne quand aux ressources du bassin de Juan de Nova (entre autres). Et je vois que tu cites Rusk Bertagne & associates, qu’on peut considérer comme « LES » chercheurs (entre autres) qui ont pondu une sacrée étude sur le sujet. Je peux conforter cela car MAREX, société d’un de ceux sus-cités a obtenu un permis sur le site de Juan de Nova, ou est en tout cas partie prenante. Et cette société est une prolongation naturelle de ces sociétés américaines qui ont travaillé sur les études pétrolières dans les années 60-70 ( Amoco, Texaco, Conoco...), et si la France a entamé ceS études, ce sont plutôt les capitaux américains qui ont mis à contribution des chercheurs sur le terrain de cette côte ouest...et de son pétrol. On peut même ajouter les italiens de la défunte Agip...

      Est-ce pourquoi cette France se soucie de sa stabilité à Mayotte ? Première tête de pont du Canal quand même ? Assurément, car même si le préfet des TAAF n’est pas celui de Mayotte je crois, savoir qu’il y a déja des infrastructures et de la logistique possible à mettre en oeuvre LEGALEMENT, peut laisser à penser que cette France-là n’a pas les pieds dans le même sabot. D’où cet épineux dossier de souveraineté territoriale, et gageons que Rajoelina ne sera pas l’empêcheur de tourner en rond du moment ! non ?

      Et c’est là que ton papier devient intéressant car la recherche de souveraineté malhabilement essayée par les pouvoirs précédents, devrait effectivement faire partie de la priorité des futurs dirigeants, si on veut garder un peu de ce que nous a donné la nature. Je ne tomberais pas dans le piège de la diatribe d’un Tojo, toujours à l’affût de raffermir un certain complexe culturel (en tout cas à l’instar d’un Bekamisy, ça transpire !) pour en remettre une couche, mais je vois que quand « on » ne mâîtrise pas ou peu le sujet, « on » revient à ce qu’il y a de plus facile : c-à-d chercher des poux où il n’y en a pas et déformer le propos initial pour en faire une éspèce de gros fourre-tout où se mélange allègrement histoire du pays, colonisation, ethnicité malsaine, règlement de compte entre la sempiternelle dualité de pouvoir ou encore je ne sais qu’elle francophobie notoire se frictionnant à la francofolie assummée plus que de raison ! Alors quand certains se défoulent en disant que tu devrais mieux te documenter !!! ben ils ont qu’à faire mieux. D’ailleurs, tu aurais du me contacter pour ce papier, je t’aurais aider !!! lol :-) (comme tu sais si bien conclure).

      pffff !!! et bons baisers de Juan de Nova !

    • 28 mars 2012 à 17:35 | lalatiana (#1016) répond à da fily

      Je rêve ami da fily, ou tu n’as pas ouvert le document PDF joint(*) ... !!! ... tsssss ... :-) ... Au moins il y en un qui me défend sans lire le dossier quand d’autres me démolissent sans avoir plus lu le dossier ... Ce n’est ici que le résumé exécutif ... Par contre peux tu me mettre un commentaire sur Madagoravox ? Ca me permettra de récupérer ton adresse mail.

      Si tu es plus documenté que moi sur le sujet, il me manque des infos sur l’octroi du permis Belo Profond ...

      Bien cordialement ...

      (*) celui sur le site madagoravox est plus lisible sur les pieds de pages et les références

    • 29 mars 2012 à 10:14 | da fily (#2745) répond à Rivohanitra

      Lalatiana,

      oui, j’ai lu le PDF bien après avoir répondu à ton texte. Mais je dis aussi que tu es bien documenté, et cela par rapport à l’intervention de Stomato. Ta remarque ici est plus justifiée à son encontre (yerk !).

      Si tu relis bien mon post, tu verras que je sais bien de quoi il en retourne et que je connais la génèse de l’affaire, et celà depuis un bon bout de temps. Quand je dis que tu aurais pu me contacter, c’est de l’ironie (gentille entendons-nous bien) car l’exposé est clair sur la réalité des choses.

      merci camarade, je suis toujours aussi accro à tes contributions, et à un de ces 4 assurément.

      Pour madagoravox, scusis, mais ce n’est pas possible pour le moment. J’y reviendrai.

      Bye, old man.

  • 28 mars 2012 à 15:31 | intrus (#6296)

    Bon,

    Je suis loin d’être aussi intelligent que Boris et Tojo mais je vais quand même essayer de résumer.

    Alors, puisqu’on est en crise, je peux laisser ma femme se faire sa.uter par un ami. Et oui, j’ai d’autre pain sur la planche comme des tonnes de factures à payer et puisque dans la ville y a encore plein de jeunes filles « propres » je m’en fous.

    Puisque Madagascar est en crise, on peut laisser une partie de notre île à la première venu car on a encore betsimitatatra et tampoketsa.

    Et de trois, ben encore et encore, ça va être la faute à Ra8 !

    Pas de doutes, Tojo et Boris sont de la même espèce madagascariensis antonymomus de ravalou.us... Mais est ce une raison pour dénigrer les malamaheads et lêcher à fond la france ?

    Le diviser pour régner marche à merveille.... Et pour preuve....

    Bonne fin de journée oh amis et compatriotes bien aimés Boris et Tojo.
    RDV chez le lisseur... d’esprit !

    • 28 mars 2012 à 16:05 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à intrus

      Non Intruze !

      Votre analogie n’est pas adaptée !

      La vraie question est ceci :

      Est -ce que Intruze aime vraiment sa femme quand il fait semblant de se preoccuper de ses ongles alors que ses belles paires de sein/rein ne l’interressent pas du tout depuis toujours ?

      Est-ce que Lalatiana aime vraiment sa femme quand il fait semblant de se preoccuper du Sac de Madame , alors que ça fait de siecle qu’il n’a plus entretenu cette femme sauf juste son ombilic.....

      Est-ce que Intruze aime vraiment sa femme quand il prentend de s’interresser à son boucle d’oreille ,alors qu’il ne se posait jamais la question si cette femme s’est bien lavée .....le pied, la main , le dos , la tete , le ventre ...Seule son intimité....interessait le Zozoro !

      Est-ce qu’il faut croire à l’amour de Lalatiana à sa femmes quand il fait semblant de s’interresser aux soutiens-gorges jamais le ....sein ni sa robe...depuis la nuit de temps

      C’est cette HYPOCRISIE que nous vomissons chez Lalatiana et Intruze !

  • 28 mars 2012 à 15:48 | intrus (#6296)

    Et pourquoi la France se battrait pour 5km2 de terre...

    A lyon aussi, il y a encore des espaces non exploités non ? Alors pourquoi ces 5km2 là

    Y en a qui n’arrive pas à voir que l’enjeu est de taille... Comme la pôle position que Madagascar aurait pu occupé au sein de la SADC.

    Ils (HAT) vont troqué juan de nova contre la reconnaissance...

    Merci à Lalatiana

    PS : page 11, ton univers impitoyaaaaaaable. je suis mort de rire malgré la situation.

    • 28 mars 2012 à 16:14 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à intrus

      Intruze, Lalatiana !

      JUAN DE NOVA est un PRETEXTE , une DERISION pour juste gerer une GRANDE FRUSTRATION suite à une AMNISTIE qui s’ELOIGNE !

      Ce n’est qu’une FUITE EN AVANT , un artifice pour se BANDER LES YEUX pour ne pas voir la CRUAUTE de LA VERITE du JOUR ( DADA NE SERA PAS AMNISTIE)

      JUAN DE NOVA SERA INTERRESSANT LE JOUR ou LES YAOUGHOURTS DE TIKO SE VENDENT TRES BIEN DANS CETTE ILE .....en attendant on peut le servir de pretexte d’un NATIONALISME FAUX

      Oui j’allais RIRE mais ma capacité d’EMPATHIE l’a limité !

    • 28 mars 2012 à 16:58 | lalatiana (#1016) répond à Boris BEKAMISY

      Cher BORIS,

      Si je dis autant de bêtises, pourquoi vous énervez vous autant ?... Ou serait ce parce que vous pressentez désormais qu’il peut y avoir derrière quelque chose de bien plus grave que les dossiers Daewoo, Varun & autres scandales de Ra8 ?... Et ce quels qu’en soient les auteurs et les complices ...

      Votre ami Vuze attestera que j’ai pu remettre en question certaines de mes thèses initiales ... à quand votre tour ? On va finir par vous croire acheté à vous accrocher autant à un tel déni ...

    • 28 mars 2012 à 17:39 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à lalatiana

      Cher Lalatiana !

      Je ne m’enerve pas ! Mais j’etais tout juste ecoeuré et deçu qu’un Intellectuel de votre rang puisse encore CONTINUER à vendre des tonnes D’HYPOCRISIE BASEE SUR UN FAUX NATIONALISME en proposant un DEBAT DEPLACE par rapport à son CONTEXTE et son CONTENU !

      Vous ne faites que confirmer tout ce que j’ai pointé de doigt chez les INTELLECTUELS GASY , vous l’incarnez à merveille, vous etes tres ILLUSTRATIFS de ces « intellectuels poisons » qui entretiennent la pauvreté de ce Pays .Ressaisissez vous car c’est GRAVISSIME !

      La dimension INTELLECTUELLE DU DEBAT que vous venez de proposer est NULLE notamment par rapport à son CONTEXTE ....pourquoi une telle DERISION..Personne n’est DUPE !

      Si vous lancez ce debat sur les ruines du Magro en attendant les eventuelles telephones de.... Dada , on pourrait vous COMPRENDRE mais là vous ne faites qu’etaler votre LEGERETE , voir VACUITE sinon votre CONTRADICTION !

      Je crois TOJO vous a dit les 4 verités ! et je sais qu’il n’ai pas aisé de se faire tirer par le nez pour decouvrir sa NULLITE !

      La prochaine fois vous aller plus reflechir, je pense, avant balancer n’importe quoi dans l’opnion !

      On est en 2012 Lalatiana , efa samy mba nianatra daholo..ny Gasy fa tsy nareo rery akory !

    • 28 mars 2012 à 19:28 | Jacques (#434) répond à Boris BEKAMISY

      Et voilà Mr Bekamisy-Je-Sais-Tout qui blatère dans tous les sens au lieu de prendre sien un dossier qu’il ne connait pas. Toujours cette réplique haineuse à la bemiray lorsqu’il ne parvient pas à comprendre. Sachez que vous n’êtes pas obligé de réagir à tel ou tel autre sujet, le rôle de Lalatiana c’est de pondre aux lecteurs un thème qu’il pense intéresser autrui ; vous n’êtes pas d’accord au contenu, accouchez donc vos arguments au lieu de tirer à boulets rouges sur l’auteur. D’ailleurs, d’arguments vous n’en avez jamais, à part ramener toujours les échanges vers Ra8, encore Ra8 et toujours Ra8...construits avec vos sempiternels vocables préférés (nul, naïf et autres infAtilise...). Méditez cette fameuse expression de nos aïeux du Nord (donc que vous n’ignorez pas, vous qui savez tout) :
      « Sora ratsy tsy mety hovagna fa jery ratsy ndreky..... »

      A la revoyure, Mr Bekamisy-Je-Sais-Tout.

    • 29 mars 2012 à 10:46 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Jacques

      Mr Jacques

      Bekamisy sait tout ! et ça vous gene ENORMEMENT au point de vous rendre malade comme à chaque fois !

      Et depuis dejà quelques mois vous n’intervenez plus ici sur le Forum sauf pour essayer de se mesurer en VAIN sur Boris Bekamisy en debitant de CONTRADICTION ENORME car à chaque fois c’est sa PERSONNE QUI SAIT TOUT qui vous gene jamais ses IDEES alors que c’est justement celà que vous ne supportez pas , selon vous chez BoBekams .....Que de contradiction d’un vazaha... lany mofo !

      Ce n’est pas à Jacques qui ne connait RIEN ( un vazaha analphabete) de m’apprendre comment debattre, je SAIS TOUT comme vous le savez très bien , j’ai appris meme l’ART/LE MECANISME DU DEBAT , DU RETHORIQUE, du POLEMIQUE !

      Ne vous fatiguez pas , non plus à m’apprendre à aimer Ravalo , je ne l’aime pas et vous n’allez pas reussir à refaire mon education la_dessus ,ça ne regarde que moi , je fais tout ce que je veux avec mon Coeur et mes sentiments et je parlerai de Ravalo comme je veux quand je veux ....!

    • 29 mars 2012 à 14:28 | Jacques (#434) répond à Boris BEKAMISY

      Mr. Bekamisy-Je-Sais-Tout, vous me faites rigoler, déjà positif pour un début de journée. Ne vous réjouissez pas si vite car le « Je-Sais-Tout » que j’utilise à votre endroit ne s’apparente pas du tout à « éloges » ou « compliments », il faut voir le sens sous un autre angle, Mr Bekamisy-Je-Sais-Tout. Je l’ai accroché à votre col en réplique à vos moqueries envers autrui. De sobriquets, vous en avez beaucoup donné sur ce forum, alors soyez fier du « Je-Sais-Tout » que je vous ai affublé parce que, en réalité, vous n’êtes qu’un nullard (au sens propre du terme).

      Vous dites aussi, je cite :

      « Et depuis dejà quelques mois vous n’intervenez plus ici sur le Forum sauf pour essayer de se mesurer en VAIN sur Boris Bekamisy en debitant de CONTRADICTION ENORME car à chaque fois c’est sa PERSONNE QUI SAIT TOUT qui vous gene jamais ses IDEES alors que c’est justement celà que vous ne supportez pas , selon vous chez BoBekams .....Que de contradiction d’un vazaha... lany mofo ! »

      Je vous réponds : De quelle CONTRADICTION ENORME voulez-vous insinuer, Mr Bekamisy-Je-Sais-Tout ? Voilà un terme que vous utilisez souvent ici sur le forum sans en connaitre visiblement la signification. Faites-vous donc assister par Larousse, Mr Bekamisy-Je-Sais-Tout.
      Par la même vous parlez « IDEES », quel culot de votre part ! Et vous appelez IDEES les bemiray que vous débitez à longueur de journée sur cette plate-forme. Votre « spécialité » c’est la frustration, la jalousie, notamment à l’égard des compétences des gestionnaires de MT (Ndimby, Tonton Georges, Anthony .R, Lalatiana et autres Bill...) dont les écrits ne convergent pas vers votre adhésion mais aussi envers les forumistes (da fily, diego, Rakotoasitera etc...) que vous ne parvenez à vaincre.

      Et on continue, je cite encore :

      « Ce n’est pas à Jacques qui ne connait RIEN ( un vazaha analphabete) de m’apprendre comment debattre, je SAIS TOUT comme vous le savez très bien , j’ai appris meme l’ART/LE MECANISME DU DEBAT , DU RETHORIQUE, du POLEMIQUE ! »

      Là, demi-point pour vous parce qu’effectivement je suis un vazaha. J’ai vu le jour et grandi à....Diego-Suarez et je parle aussi bien que vous le dialecte de l’Ankarana. Je ferme cette parenthèse.
      Alors pour ce qui est du « Jacques qui ne connait RIEN (un vazaha analphabete) », là je ne vous réponds sur rien du tout, les diplômes (si tant est que j’en eusse obtenus) n’ont rien à voir ici sur le forum. Si, à votre avis, je ne connais rien, libre à vous de penser comme tel. Seulement voilà : en écrivant tout cela vous avouez plutôt votre ignorance totale des choses les plus simples car vous ne savez jamais le sens des vocables que vous utilisez, encore moins leurs orthographes (au passage « analphabete » s’écrit avec « è »).
      Et on poursuit : « l’ART/LE MECANISME DU DEBAT , DU RETHORIQUE, du POLEMIQUE »
      Chapeau, Mr Bekamisy-Je-Sais-Tout. On aura tout vu avec vous. Vous n’êtes qu’un fieffé menteur, un peu d’honnêteté ça ne mange pas de pain. Celui qui sait débattre ne rabaisse jamais son vis-à-vis, ce n’est pas votre cas. Faire le coq ou le chameau n’est pas synonyme de savoir débattre. Et pour finir, Mr Bekamisy-Je-Sais-Tout, on ne dit pas « DU RETHORIQUE, DU POLEMIQUE » mais « DE LA RHETORIQUE, DE LA POLEMIQUE », et la place du « H » se trouve après le « R » et non après le « T » pour l’écriture de RHETORIQUE. Et vous allez me faire croire vos bobards, sachez d’abord bien orthographier « Rhétorique » avant de prétendre ce que vous ne savez faire. Ne prenez pas les gens pour des imbéciles.
      En gros, Mr Bekamisy-Je-Sais-Tout, vous n’êtes qu’un fanfaron, un vantard, un hâbleur. A Diego-Suarez (Antsiranana) que vous connaissez bien (je l’espère) on dirait de vous un « poera-poera ».

      Ps. Mille excuses aux forumistes qui n’avaient pas besoin d’une telle intervention. C’était nécessaire.

    • 29 mars 2012 à 15:30 | vuze (#918) répond à Jacques

      Vous avez quel âge Jacques ?

      Ne trouvez vous pas étrange que tous les journalistes de MT.com que vous avez cités tapent tous dans la même direction ?? A Madagascar, il n’y aurait que ça donc, certains journalistes d’un camps et d’autres journalistes des autres camps ?

      Ça ne vous dirait pas que cela change un peu et qu’on donne un peu plus de sens au mot « éthique » ??!

    • 29 mars 2012 à 16:51 | da fily (#2745) répond à Jacques

      Mais de rien, faites donc...si en plus j’ai droit d’être cité !

      Ben en voilà de quoi faire réfléchir, mais le sujet est atteint, frit-confit du cortex, celui en bas n’en démérite pas moins : et ça prétend ne pas être faible...y a qu’à verser le vinaigre, ça mord de suite comme mouche en été, je disais et condensais cette distorsion émotionnelle en la flanquant du très à propos « prévisible ».

      Je ne peux qu’ajouter à votre démo Jacques, qu’il fallait au moins qu’un « vazaha du pays » se soit exprimer sur bobeks en sus des déja nombreux avis plus qu’éclairés sur le sujet, croûton affreusement pitoyable de ce forum si on piste ce qu’il laisse choir ! la maladresse maladive d’un individu se cherchant à travers ce forum une once d’existance, car je on peut deviner la vacuité des propos vomis ici, permet de cerner ce à quoi on peut s’attendre de la part d’ignares qui se veulent sortis de la cuisse de Jupiter. Mais d’aucuns cherchent le soleil de leur émoi à travers la laideur et la vulgarité, on n’est pas forcé de s’en émouvoir n’est-ce-pas ? Certains ont la quête laborieuse d’un travers, égrainant la triste émotion d’un pisse-vinaigre, et s’essouflant à s’accrocher aux branches de leur personnalité disons...transparente.

      Hay Jacques he « mbola tsara » !! Merci encore de ce morceau de bravoure

    • 29 mars 2012 à 17:41 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à vuze

      Encore un kilometrique POST de Jacques pour montrer encore en face du monde en ce jour de 29 Mars que des Vazahas NULs et HYPER NULs( non civilisés ) peuplent encore le monde et essaient de se refaire en VAIN une vie à Diego ...

      On connait l’autre revers de la mondialisation :l’Afrique et Madagascar deviennent les POUBELLES des victimes europpeennes de la delocalisation....ce sont surtout des analphabettes blancs du 21 siecle que la mondialisation marginalise chez eux...et ils trouvent comme echapatoire que de laisser leur Pays à l’abandon ...pour que Mohamed MERAH y dicte sa loi....!

      Ils s’en mellent de la POLITIQUE de leur Pays d’acceuil sans y comprendre grand chose ...c’est leurs compagnes qui sont des professionnelles du « plus vieux mitier du monde » qu’ils ont chassé dans un coin de la rue de Tsaralalana qui dictent leur prise de postion politique à Madagascar ....pas etonnant donc de voir de quel camps politiques ils sont à Madagascar..... !

    • 29 mars 2012 à 17:49 | lalatiana (#1016) répond à vuze

      Moi je veux bien intervenir sur les forums de Madagate et de La Verité ... Ils sont sûrement plus ouverts à la contradiction et plus tolérants ...

      Ah ... on peut pas ??? Ah zut ... Dommaaage ...

      Pété de rire !!!

    • 29 mars 2012 à 17:51 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à da fily

      On reconnait le Dafily et ces petit- fils des collabos du 1947.....ils savent bien lecher le c.ul des vazaha voanjo lany mofo...

      Après il vont verrouiller l’HISTOIRE pour blablater qu’ils sont NATIONALISTES et se soucient du sort de... JUAN DE NOVA

      Personne ne dupe !

      Faut-il encore s’etonner de leur ECHEC symbolisé à plus haut point par la cellule..... de SANDTON ?

    • 29 mars 2012 à 18:39 | Jacques (#434) répond à vuze

      Mon âge importe peu, vuze. Les journalistes de MT ont choisi une ligne directrice précise, on ne peut rien leur en vouloir pour cela, c’est à nous après de faire notre choix : on prend part ou non aux discussions suscitées par leurs articles. Il n’y aura pas de raisons de s’en prendre à leurs auteurs. J’imagine que vous aussi, vous résidez hors de Mada (dans l’Hexagone peut-être) : le Figaro et Libération, ce n’est pas « blanc bonnet » « bonnet blanc », n’est-ce-pas ?

    • 29 mars 2012 à 18:48 | Jacques (#434) répond à da fily

      Hi da fily. Mbolatsara, nino vaovao aminao ao ? Nino maresaka ? Izaho ity manoratra ity dia vazaha mahay miteny gasy, teraka tao Diego comme qui vous savez à moins que cela ne soit encore un de ses racontars.
      Ravi d’avoir conversé (ne serait-ce que quelques secondes avec vous), je dois aller faire quelques déplacements là, je vous verrai sans doute au fil des posts incessamment.
      Cordialement.
      Jacques.

  • 28 mars 2012 à 16:06 | diego (#531)

    Bonjour,

    Et Madagascar a un régime illégal à sa tête, présidée par UN DJ immature, sans expérience, un type que le peuple n’a même pas élu. Juan de Nova ? Rajoelina connait-il l’enjeu économique, la dimension politique ? Ses partisans sauront nous répondre !

    Les problèmes sont posés. Comment y répondre quand on a un régime qui n’est pas reconnu ? La France ou d’autres pays avec qui on peut avoir des différends pour X raisons peuvent bien nous répondre qu’ils ne discutent pas avec un régime illégal. Bientôt, on va nous annexer NOSY-BE et l’agresseur nous dirait allegrement qu’il ne discute qu’avec un pouvoir légal pour justifer ses motivations. On nous rappelle là que ce n’est pas à un régime de Transition et illégal de réprenter une Nation. La gifle ! Le régime prétend jouer à un jeu dont il ne connait visiblement pas la règle encore moins l’enjeu.

    Les GASY n’ont pas la classe politique qui les mérite. Je sais, beaucoup d’AVARAMPIANARANA GASY pensent qu’on a les dirigeants qu’on mérite. Le peuple malgache n’a pas choisi le régime de DJ par exemple !

    Le pétrole, le gaz et l’eau, tout le monde en a besoin. Et notre Ile n’est pas pauvre ! Mieux encore, notre pays est vaste, nous ne sommes que 20 millions, notre nature est riche. Mais qu’est ce qu’on fait ? Notre classe politique perd du temps à discuter la légalité ou pas d’un gamin que personne n’a jamais élu à la tête de notre pays. Peu banale, on cherche à protéger le pouvoir d’un gamin qui a visiblement aucune culture comparant aux dirigeants des pays qui nous entourent et qui se disent nos amis.

    Encore et encore, faudrait-il rappeler à notre classe politique que le pays a besoin d’eux urgemment ! Que le pays a besoin de ses bons éléments pour défendre ses intérêts. Et que cette classe politique tape sur la table enfin de faire partir ce gamin et tout ce monde qui se cache ou qu’il traine derrière lui.

    MITATRA NY FERY, un animal blessé devient la proie des autres.

  • 28 mars 2012 à 16:39 | che taranaka (#99)

    Mes amis,

    dans des situations comme celle là ,comme j’ai dit plus haut..

    n’est-il pas possible que nous unissons nos voix....

    De plus..TGV veut remettre en question les contrats léonins de SHERRIT,RIO TINTO...

    ....mais les grands groupes savent que son pouvoir est limité dans le temps et fragile démocratiquement parlant...

    oui nos plages ,nos filles,nos femmes,nos crevettes..nos industries méritent que nous militons pour elles...

    il s’agit de la FIERTE et des ISN de ce pays...

    • 28 mars 2012 à 18:40 | justice_sociale (#3810) répond à che taranaka

      Bonjour,
      Je ne suis là pour diluer, loin s’en faut mais si on parlait de chez-nous, devant nos portes car les jumelles ne sont pas encore à notre portée, cela viendra certainement.

      Je rejoins aux intervenants qui se sont indignés par le fait que, déjà chez-nous, nos côtes sont des vrais passoirs depuis belle lurette. Hormis le BDR et les ressources minières et halieutiques déjà mis à mal, les pêcheurs aussi en témoignent car après 2 jours de sortie, la pirogue reste vide et rentre bredouille.

      Les tortues continuent d’être exterminées par les braconniers, les zébus ne sont pas en reste et en paient un lourd tribut par la mafia car leur nombre s’est drastiquement diminué.

      A cette allure, c’est l’hécatombe.

      Il faut reconnaître et avouer que les exploitants locaux ne se souciaient guère de biens communs pour l’intérêt général du pays. ils le font sans scrupule soit en ramenant tout vers eux et rien pour les autres sans que personne ne lève le HOLA par peur de représailles soit en les bradant aux étrangers car leur habilité dans le troc est sans commune mesure.

      La méthode de pillage utilisée par les nationaux et les prédateurs étrangers reste similaire. les mêmes gens sont dépossédés et subissent la spoliation, c’est pourquoi je suis indigné.

      est-ce, le sujet ? sinon tant pis.

  • 28 mars 2012 à 19:15 | intrus (#6296)

    Dites ce que vous voulez, mamatiana soulève là une question importante.

    C’est une partie de madagascar que les Néo- PADESM (oui, 29 mars c’est demain et il vont encore trahir la nation, encore....) tentent de vendre contre leur légitimité.

    Et si ça énerve tant les foza moddernes (TOJO, Iarivo) et les foza 1° catégorie (Boris, Vuze : deux vielles crabes) c’est l’article remue là où ça fait mal.

    Un article qui tombe dans le mille, un 28 mar,s alors qu’ils vont chanter le hambopo-mpirenena demain... tout ça en troquant une partie de cette île.

    Je suis pas très fan de lalatiana (que j’associe systematiquement avec Patrick A), MAis là, l’article, c’est une vraie remise en question pour ceux qui se disent patriote. Et l’enjeu est plus qu’un airforce one ou la location de terrain cultivable daewoo...

    Mais bon, les énergies fossiles n’ont pas autant d’importance pour certains que la place de christine razanamahasoa... Les américains et les arabes ont perdu la tête pour se battre à cause du pétrole...

    Oui, ce n’est que du pétrole, de l’or noir..... nous on a betsimitatatra et tampoketsa.

  • 28 mars 2012 à 19:25 | diego (#531)

    Depuis trois ans, les Malgaches n’ont qu’un mot dans la bouche, crise !

    Le monde ne s’arrête pas de tourner parce que notre pays se trouve dans une crise. Une crise que tout le monde s’accorde à dire qu’elle mine le pays. Une crise qui prive notre pays de parler d’autre chose, de son avenir par exemple !

    Une crise, quelque soit sa nature surtout si elle a à dimension politique, prive la disponibilité d’esprit de nos acteurs politiques de s’intéresser à autre chose. Une disponibilité d’esprit pour s’intéresser à l’avenir de notre pays. La disponibilité d’esprit pousse la jeunesse par exemple à s’intéresser à autre chose que la crise, à la science, la technologie, à l’économie et pourquoi pas à la politique.

    Quand je pense à Madagascar et tout ce qui s’y passe depuis trois ans, je suis parfois saisi de mélancolie. Quand on regarde le paysage politique malgache, qu’est ce qu’on constate ? On n’y voit pas apparaître une figure imminente à la hauteur des grands enjeux que notre pays devront faire face. Une femme ou un homme qui a la capacité d’avoir de vue globale et saura mettre en valeur l’intelligence. En effet pour se développer, un pays a besoin de l’intelligence de son peuple. L’avenir se prépare et pour être prêt à affronter les défis qui sont devant nous, il nous faut une jeunesse et un peuple éduqués.

    Le chemin est long et ce ne serait pas facile. Ici même, on a à faire, je pense, à des gens éduqués, probablement libres d’esprit, mais on voit bien, la majorité a du mal à saisir et à comprendre la gravité de la crise qui frappe leur pays. Ils ont du mal à évaluer le caractère nocif de cette crise. Une crise qui plombe tout dans le pays, par exemple, l’initiative individuelle de la population, l’esprit d’entreprise, l’optimiste GASY. Plus grave encore l’attitude passive d’une classe politique qui n’est plus que l’ombre d’elle même depuis trois ans. Elle gesticule, elle apparait de plus en plus inutile. Cela est très grave ! Plus grave encore, beaucoup des Malgaches seraient tentés justement de penser que tout cela rentrer dans l’ordre tout seul, ce n’est pas vrai. Il faut agir, mais comment.

    Notre classe politique peut et doit agir et vite. C’est assez simple, il faut remplir le vide institutionnel où notre pays se trouve depuis trois ans. Le désordre est le résultat de l’absense même d’une autorité.

    • 28 mars 2012 à 21:27 | Rivohanitra (#142) répond à diego

      Diego,

      Vous dites des choses justes.
      Cependant, n’oubliez pas que d’un côté on peut alimenter la crise pour rendre toute gouvernance impossible, et de l’autre, ceux à qui la crise profite n’ont pas intérêt à un changement de cap.

    • 28 mars 2012 à 22:29 | diego (#531) répond à Rivohanitra

      Bonjour Rivohanitra,

      On ne peut pas se tromper, quand on ne demande que justice vous savez.

      Je ne suis pas d’accord avec vous dans la manière, certes juste, pourquoi la crise dure. Madagascar est indépendant depuis 50 ans, cela veut dire que nos politiciens ne sont donc pas toutes et tous des novices, d’autant plus que le pays compte quelques partis politiques, cela ne date pas d’hier !

      Madagascar compte beaucoup d’ennemis, la France, les USA, l’Allemagne, etc....en ont énormément aussi, et bien plus que nous. Bref, Madagascar n’est pas le seul pays qui rencontre des problèmes. Notre crise politique n’est pas un cas isolé, ce n’est pas unique. Mais il y a quelque chose de plus grave, plus bête, plus stupide qui se passe chez nous, qu’on ne trouve presque jamais ailleurs, j’ai vécu dans plusieurs pays, pas deux mois, mais au moins trois ou quatre ans :

      - les nombres des Malgaches qui ont envie de protéger leurs pays sont dangereusement minoritaires. Et la majorité des partis politiques y occupent la 1 e place.

      Vous ne trouvez pas un désilibre pareil ailleurs.

    • 29 mars 2012 à 02:51 | rayyol (#110) répond à diego

      Tout change rien n est immuable .Laavenir est est a Madagascar et l Afrique

  • 28 mars 2012 à 20:39 | jansi (#6474)

    A mediter par ceux qui savent vaincre leurs passions :

    By Richard Dowden - Director, RAS

    Africa – except as an immigration issue – is unlikely to feature prominently in the forthcoming French Presidential election. But the continent remains a vital part of French politics. From independence Africa was the buttress for France’s claim to be a global leader. French Africa policy was conducted by the presidency. Like a parallel government, teams directly responsible to the president ran foreign, defence, finance and aid ministries for Francophone Africa, separate from the normal government ministries.

    From the early days of independence many people said that France had been a more successful decoloniser than Britain because Francophone countries were more stable and prosperous. The fact was that France had never left. Behind every minister’s door would be a French official paid for by France making sure that the minister knew what he was supposed to be doing. And near every presidential palace would be a garrison of French soldiers or legionaires in case a mob (or the country’s own soldiers) decided to cause trouble. The currencies of the former French colonies were linked to and supported by the French franc and then the Euro. French companies treated Africa’s resources as their own and French presidents could summon votes at the UN with a simple phone call.

    This non decolonisation policy worked well for France in the 1970s and 80s and countries like Cote d’Ivoire, Benin and Congo Brazzaville looked far more stable and prosperous than their Anglophone counterparts. But at the heart of the Franco-African deal was corruption. President Giscard d’Estaing accepted diamonds from the ‘Emperor’ of the Central African Empire, Jean Bedel Bokassa. President Mitterrand appointed his son as the link person to Africa. In his office in rue d’Elysee which backs onto the Elysee Palace, Jean-Christophe Mitterrand ran French Africa policy for his father. In the corner of his high-ceilinged room, he had a safe from which he dispensed gifts or stored those brought to him. But in 2000 he was imprisoned for arms dealing and corruption and was in and out of court until the sentence was confirmed in 2006.

    When the Cold War ended and there were the beginnings of democracy, France’s hand-picked African presidents were growing old and outrageously corrupt. Suddenly they found themselves forced to allow opposition and hold elections. And in France there was growing unease about the corruption created by the relationship – and the expense of supporting increasingly unstable governments.

    In 1994 a brave French magistrate, Eva Joly, investigated Elf Aquitaine – France’s flag-bearing oil company which owned much of the oil in French West Africa. It was found to have a $200 million slush fund for its executives. The company was closed down and merged with Total. In the same year Rwanda exploded and Paris went on supporting the Habyarimana regime with military supplies long after the genocide was clear for all to see. Not long afterwards Cote d’Ivoire, the jewel in the crown, began to fall apart in bloodshed. The Franco-African relationship became a byword for murderous dictatorships and sleaze.

    What emerged from these scandals was not just how France controlled parts of Africa, but how African presidents controlled French politics, giving money to French political parties and their leaders. When President Nicholas Sarkozy came to power he promised something different but before long it was clear that he too was running a separate chain of command on Africa though an informal advisor, Robert Bourgi, and his secretary, Claude Gueant. Bourgi has admitted to handling money given by African presidents to Jacques Chirac, the former president, Dominique de Villepin and – extraordinarily – the far right racist Jean-Marie le Pen. All deny the allegations, but they revealed that elements of the Africa connection were still very much alive.

    In Paris last week I spent time with French officials who were anxious, very anxious, to say how much things had changed and that French Africa policy was now run in an official, professional way and the days of diplomacy through personal links were over. The safe has gone from Jean-Christophe’s office which is now occupied by a professional diplomat.

    Interventions in Africa are now only made with a UN Security Council Resolution – such as the mission in Cote d’Ivoire which eventually captured Laurent Gbagbo. As much as possible France wants a European Union African Union agreement on defence though regional frameworks but it is still willing to train African armies through new agreements.

    France is also looking for partners all over the continent – not exclusively francophone. And the old commercial links ? What about Total and oil ? “We support Total when we can but we do not assume that Total’s interests are always French interests” an official told me.

    So who will win this battle ? The bureaucrats or the politicians ? Once the election dust has settled – watch this space.

    Meeting Katumba Mwanke

    The death of Augustin Katumba Mwanke, ‘advisor’ to President Kabila in Congo, will cause a political earthquake there. Katumba Mwanke was Kabila’s fixer but also decided who got the country’s mining rights and whose concessions were cancelled. He was close to Dan Gertler, an Isreali, who plays the same role in Angola. Mwanke died in a plane crash at Bukavu last week. The circumstances were not thought to be suspicious.

    I remember trying to interview him in Lubumbashi when he was governor of Katanga in about 1999. He pointedly kept us waiting for nearly three hours. ‘Us’ was the Financial Times, The Economist and an upmarket Dutch newspaper called NRC Handelsblad. When he finally admitted us we received a lecture on the glories of Laurent Kabila’s reign in Congo and warned us not to take photographs of “naked market women”. As we left we were detained by his bodyguard just for good measure.

    Richard Dowden is Director of the Royal African Society.

    • 29 mars 2012 à 02:33 | lalatiana (#1016) répond à jansi

      Merci pour la ressource Jansi ...

  • 28 mars 2012 à 21:21 | Rivohanitra (#142)

    J’avais lu le texte de Lalatiana sur son site hier : ce texte est, je le redis encore, et sans aucune compromission, plus qu’intéressant. Je suis contente de l’avoir lu. Il conduit à un combat collectif que nous acceptons de mener ensemble ou pas. Pourquoi laisser une partie de notre territoire à un pays dominant ? Dans le film « La dame de fer » on voit comment Thatcher use de la puissance de l’armée britannique pour anéantir la revendication légitime du peuple argentin.

    J’ai lu l’analyse de TOJO sur les évènements de 1947. Il est très fort. Et, voilà que je redis à nouveau que les textes historiques sont des hypothèses, selon que l’on soit chasseur ou bête traquée, nous n’avons pas la même vision de l’histoire. Nos parents et grands parents respectifs nous ont expliqué les événements de 1947 à leur manière. Il y a eu combats et trahisons, il y a eu comme à chaque bataille récupération. Tojo en parle et c’est tant mieux. Voilà pourquoi par leur écrits respectifs différentes franges de la population malgache peuvent enrichir notre histoire commune. Pour le moment, il y a certes un apport très important dans tous les écrits sur Madagascar qui fait pencher la balance d’un seul côté. C’est sûrement à nous tous d’y remédier.

    En conclusion : nous ne pouvons plus sauver ce bateau Madagascar sans un minimum d’écoute de l’autre.

  • 28 mars 2012 à 21:46 | betoko (#413)

    Concernant les îles éparses , tout a étè de la faute de Tsiranana lors des négocitations en 1960 dxite un de ses conseillers , homme de Jeaques Focard que j’ai connu à l’île de La Réunion , Il s’appelle MIROUZE , il était aussi membre de la DGSE .
    D’aprés des agents du BRGM ( Bureau de Recherche Géologique et Miniére ) toutes les îles éparses au large de Madagascar regorgent du phosphate , des mineraies rares sous la mer .sans parler du gaz ou du pétrol . Tant que nous n’aurions pas un gouvernement légal ce probléme ne sera pas résolu et encore .
    C’est une des rares choses que Didier Ratsiraka nous a transmis dont La France ne s’y attendait pas . Faut pas oublier que lors des négociations en 1960 , ce que La France avait proposé Tsiranana a tout accepté sans rechigner , ce qui a étonné toute la délègation française la quelle disait qu’avec les africains nous avons mis 15 jours pour négocier et avec Madagascar peut être au moins pendant un mois . Hélas en moins de deux semaines de négociations , tout a étè signé . A nous maintenant de tenir tête à La France

  • 28 mars 2012 à 23:15 | jansi (#6474)

    LECTURE INTERESSANTE D’ACTUALITE POUR UN AUTRE PARADIGME DES RELATIONS FRANCE AFRIQUE OU LA FIN DE LA FRANCAFRIQUE
    A méditer par ceux qui savent vaincre leurs passions :

    Nicolas Sarkozy, dans une de ses déclarations emplie de démagogie, où il fit une nouvelle fois l’illustration de sa piètre connaissance de l’Afrique et de l’histoire, avait affirmé que la France n’avait pas besoin de l’Afrique (1).

    Voilà en une phrase résumé le paradigme (modèle) des relations France-Afrique. Au-delà de la saillie blessante et injurieuse pour ses hôtes maliens, elle mettait en évidence le cadre flou, teinté de paternalisme et de condescendance, dans lequel s’est inscrite la politique initiée par le Général de Gaulle au lendemain de la libération.

    Les effets de cette « vision », le nègre d’Afrique francophone n’a cessé depuis lors de les observer et de les subir. Le nègre de Côte d’Ivoire les observe et les subit aujourd’hui même, dans les rues d’une Abidjan dévastée et livrée à des chefs de guerre. Plaçant la question de la relation entre la France et ses ex-dépendances dans le cadre étroit et unilatéral de ses besoins supposés et évidents, le propos escamotait la véritable nature du lien vassalique et spoliateur unissant l’État français et ses ex-colonies. Ceci est compréhensible, car comment expliquer aux français que la devise de leur pays en Afrique n’est pas Liberté-Égalité-Fraternité mais bien Pillage-Violence-Mensonge ?

    Une exception culturelle bien française

    Pour ceux des commentateurs politiques français qui se complaisent dans l’usage immodéré de la symbolique et qui substituent à une véritable analyse une catégorisation simpliste et erronée de l’action du politique, Nicolas Sarkozy n’est pas un gaulliste. Si la politique de classe, favorable aux milieux aisés et fortunés, qu’il a imposée aux français depuis son accession au pouvoir en 2007 renforce cette lecture, sa politique africaine, cristallisée par la guerre coloniale qu’il a menée en Côte d’Ivoire, le place comme héritier de ce que nous appellerons, le Gaullisme africain et qui n’est autre que l’institutionnalisation du vol, de la corruption et de la violence la plus abjecte sur le continent noir.

    Que ces pratiques aient été mises en place au lendemain de la libération pour permettre à une France exsangue et marquée du sceau de l’infamie, du fait de son rapprochement avec le Reich, de retrouver son rang de puissance planétaire, importent peu aux citoyens français honnêtes ou aux africains qui en sont les victimes.

    La fin ne justifie pas toujours les moyens, notamment lorsque l’équation intègre dans ses paramètres la vie et la liberté d’hommes et de femmes qui n’eurent pour seul tort que de naître sur un continent immensément riche, balkanisé en 1884 à la Conférence de Berlin de sinistre mémoire …

    Le double langage de l’hypocrite et criminel personnel politique français a, depuis MM. De Gaulle et Foccart, empêché le peuple français de s’approprier et d’appréhender correctement la question de la relation de son pays avec l’Afrique. La duplicité qui a été instituée depuis lors dans l’exposé des politiques à destination du continent noir brouille toute compréhension ou analyses correctes.

    Et heureusement ! Il ne fait aucun doute que le peuple français ne tolèrerait pas les pratiques empruntées à la criminalité organisée, qui régissent là-bas les comportements des officiels français.

    On nous objectera avec naïveté ou mauvaise foi que rien n’est tout blanc ou tout noir, que la France n’a point d’amis, seulement des intérêts. Ecartons-nous pourtant de ces évidences de Lapalisse, car lorsque le paradigme dans lequel se développent les relations entre la France et ses ex-colonies se définit par l’absence absolue de moralité, fille d’un cynisme sans frein, par la corruption du cœur et de l’esprit de ses agents et une opacité totale, il ne faut point espérer qu’il en ressorte quelque bien, même symbolique.

    Le droit de désinformer

    A cela, ajoutons l’incompétence et la mauvaise foi caractérisée des grands médias et de la majorité des intellectuels, en charge d’éclairer les français sur la complexité du monde africain.
    Prenons pour exemple édifiant M. Pascal Boniface, géopolitologue, qui se plu lors d’une émission télévisée à évoquer l’hypothèse d’un troisième homme susceptible de ramener la paix et favoriser une transition politique dans le calme en Côte d’Ivoire (2).
    Au regard de la situation prévalant entre MM. Gbagbo et Ouattara, le nom de l’homme providentiel souhaité par M. Boniface, le footballeur Didier Drogba, s’il peut prêter à sourire, démontre la légèreté avec laquelle sont traitées les questions africaines dans les médias, lorsque ce n’est pas une propagande éhontée et fallacieuse qui abrutit et aveugle le citoyen français.

    BFM TV, qui est à la déontologie journalistique ce qu’Eric Besson est à la fidélité en politique, ou l’excité Robert Ménard, ignorant tout des sujets dont il parle selon lui « Sans interdit », en furent les meilleurs exemples, lors de la guerre coloniale menée par la France contre la Côte d’Ivoire. Ils se plaçaient ainsi dans la perpétuation de la tradition de cécité du journaliste, voire de sa malhonnêteté face aux réalités des méfaits de la politique africaine de la France, instaurée par André Blanchet journaliste au Monde lors de la « pacification » du Cameroun (1955-1962).

    Alors que les troupes françaises secondées par des supplétifs africains à la solde du sanguinaire et pro-français Ahmadou Ahidjo massacraient populations et maquisards upécistes, cette figure du journalisme d’alors n’y voyait qu’œuvre bienfaitrice, n’hésitant pas à escamoter une vérité sanglante, désinformant sciemment ses lecteurs, qui n’avaient d’autres sources d’informations (3).

    Tout a donc été mis en œuvre pour que le citoyen, floué par les politiques, désinformé par les médias lorsqu’il n’est pas intoxiqué par leurs mensonges, ne puisse se forger une opinion sur ce que le gouvernement français peut accomplir en son nom sur le continent africain.

    Un jeu de dupes.

    Par ailleurs, le ressentiment légitime qui peut lui être signifié par les africains et les afro-français en réponse à cette politique criminelle, il ne peut le comprendre. Lui qui a été bercé depuis des temps immémoriaux par des comptines à dormir debout, idéalisant la bonté de la France à l’endroit de ces pauvres nègres qui se massacrent par tradition, ou meurent de faim par inclinaison, ne peut saisir que l’on puisse mettre en doute la politique « humaniste » de son pays. Il est en fait, et dans une moindre mesure, une victime de cette politique du mensonge qui en moins de vingt ans a permis à notre pays d’être complice de génocide au Rwanda et (potentiellement ?) de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en Côte d’Ivoire.

    En France on n’a pas de pétrole, mais on a des groupes pétroliers.

    En France on n’a pas d’uranium, mais on fabrique des centrales nucléaires.

    En France on n’a pas de cacao, mais on produit du chocolat.

    Ce qui est à toi est à moi, ce qui est à moi n’est plus à toi

    Le citoyen français est en droit de savoir quel prix paie l’homme africain pour qu’il puisse se gargariser d’être le ressortissant d’une grande puissance. Pourtant tout est fait pour qu’il ne se questionne pas.

    Le décryptage des véritables ressorts de la politique africaine de la France est laissé aux militants associatifs, à quelques politiques renégats ou calculateurs, et à une intelligentsia noire qui, tous ensemble, ont perdu le pari de la vulgarisation de cette thématique, essentielle à une prise de conscience par la société française des enjeux s’y rapportant.

    Un Front National

    L’omerta demeure la règle, et la vision fortement teintée de darwinisme qui imprègne la classe politique française quant à sa lecture des relations France-Afrique, n’aide pas à la popularisation de ce débat nécessaire. En France, on s’émouvra de la situation dans le monde arabe, d’une simple phrase naîtra un déchaînement des passions politiques et journalistiques (la proposition maladroite de notre regrettée Michelle Alliot-Marie devant la Représentation Nationale). Mais en France, on restera coi devant l’agression coloniale du gouvernement Sarkozy, mise en musique par le spécialiste de l’Afrique et des africains, le droit dans ses bottes Alain Juppé qui semble préférer l’africain, non pas droit dans ses sandales, mais raide et allongé dans sa tombe …

    Le Parti Socialiste, lui, ne s’est pas trompé en soutenant la guerre coloniale de Sarkozy-Lyautey, il a renoué en cela avec son glorieux passé, celui de la gauche coloniale qui au nom des Lumières importât les ténèbres en Afrique. La boucle est ainsi bouclée …
    Après avoir démontré le peu de cas, hormis bien sûr en période électorale, qu’il peut faire des problématiques auxquelles font face les afro-français (son nègre de service Ali Soumaré en est un exemple saisissant), le Parti Hypocrite affiche sans honte son peu de soucis des répercussions des politiques françaises en Afrique.

    Il apparaît clairement que cette question, pourtant centrale, ne préoccupe ni les politiques dans leur majorité, pour raison de complicité avec le système mafieux hérité du gaullisme, ni les médias ignorants de l’Afrique ou des africains ou tout simplement aux ordres, et encore moins la société civile, désinformée et lobotomisée par une pensée dominante aux relents paternalistes.

    Pornographie et démocratie

    Le bouleversement de ces pratiques ne viendra que de la partie de la population française qui est sensible à ces problématiques, parce qu’elle est originaire d’Afrique et que bien souvent elle y maintient des attaches. Il n’y a pas grand-chose à attendre ni des politiques, ni des médias. Ils ne peuvent initier une réflexion qui peut faire ressortir leurs insuffisances ou leurs mensonges. D’autant plus que le débat débouchera, sans nul doute possible, sur la mise en lumière de leur trahison des principes républicains et humanistes (principes plus souvent observables dans les propos que dans les actes des responsables en charge de mener les politiques en direction de l’Afrique).

    Et pourtant, le changement du modèle qui définit les rapports France-Afrique, ce que nous appelons le paradigme gaullien françafricain, est un impératif. La France et les français ne peuvent plus maintenir leurs avantages et leur rang en usant du triptyque, Pillage-Mensonge-Violence mis en place par Foccart à la demande de De Gaulle et perpétué par tous les présidents de la Vème République. Triptyque auquel Nicolas Sarkozy a rajouté une touche de vulgarité et d’obscénité. La pornographie de la politique que nous pouvions déceler dans les propos qu’il avait tenus à Bamako, il l’a revendiquée dans son discours tenu à Dakar, annonciateur de son interventionnisme colonial. Il l’a magnifiée en se rendant à Yamoussoukro pour l’investiture du nouveau David Dacko, Alassane Ouattara, dernier préfet-sident en date installé au pouvoir par l’armée française.

    Dans un discours qui n’a véritablement été commenté par aucun média français, qui n’a été condamné par aucun responsable politique, il a affirmé que l’armée française restera toujours en Côte d’Ivoire.

    Quand nous expliquera-t-il que la Force Licorne coûte 500 millions d’euros par an, lui qui se veut le champion de la diminution des dépenses publiques ?

    Expliquera-t-il à ses concitoyens pourquoi l’état français, qui n’a nul besoin de l’Afrique, y va gaillardement bombarder des civils et se salir les mains en soutenant des criminels de guerre ?

    Expliquera-t-il que c’est simplement parce que la France pille l’Afrique ?

    Rendra-t-il intelligible que les immigrés qu’il poursuit de sa vindicte et qu’il veut à tout prix renvoyer chez eux ne sont en France que parce que cette dernière leur ôte, pour bonne part, le pain de la bouche ? Que la France soutient et arme les dictateurs qui briment ces mêmes africains ?

    Qu’elle soutient et arme les rebelles qui vont chasser du pouvoir ces dictateurs qu’elle hier a soutenus et qui aujourd’hui ne lui plaisent plus ? Va-t-il expliquer aux français que ce sont ses amis qui bénéficient de façon éhontée de cette politique de rapine, de violence et de dissimulation ?

    Que c’est ainsi depuis De Gaulle, et que c’est le prix de la « grandeur » de la France ?

    Nous en doutons fortement…

    Comme une évidence…

    Pourtant la fin du paradigme gaullien françafricain doit, et sera évoqué lors de la campagne présidentielle et par tous les candidats, ce n’est pas une question de forme mais de fond. La France aujourd’hui est différente, elle ne peut donc plus, au nom de principes nobles mais dévoyés par des hommes sans moralité, continuer de se bâtir sur des monceaux de cadavres et au prix du retard de tout un continent. La fin du paradigme gaullien françafricain ne découlera pas d’une volonté politique, mais bien d’une volonté populaire. La demande d’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur l’intervention de la force Licorne est une des étapes de la volonté citoyenne tendant à cet objectif (4).
    En parallèle seront prises initiatives similaires visant à faire figurer cette problématique en bonne place lors du débat politique qui s’annonce.

    Nul modèle n’est immuable, comme tout cadre intellectuel, il peut être amené à évoluer, voire disparaître. Tout porte à croire que le paradigme gaullien françafricain vit ses derniers moments. Nous devons et allons nous mobiliser pour l’accompagner dans la tombe, mais au préalable doit être défini le cadre dans lequel évolueront les relations futures de la France et de l’Afrique. Un cadre diamétralement opposé à cette vision gaullienne faisant la part belle à une hégémonie et à un lien vassalique à l’avantage exclusif de la France.
    Pour ce faire, les États et Peuples d’Afrique, secondés en cela par leurs diasporas, doivent œuvrer de concert pour abattre ce que nous nommons les murs de la honte et de la soumission.
    Ils sont au nombre de trois :

    - Les accords de défense, nés des indépendances de principe octroyées par la France, conçus pour maîtriser les populations autochtones et garantir la sécurité de despotes nègres, laquais de l’ancienne métropole.

    - L’abandon de cette monnaie de singe que constitue le franc CFA. La France n’a pas vocation à être la tutrice des économies africaines ! La mauvaise tenue de ses comptes publics devrait amener les décideurs africains à se désolidariser de ce bateau ivre …

    - La cession sans réelle contrepartie des richesses du sol et sous-sol des États d’Afrique noire doit impérativement être revue. Nationalisation est un gros mot uniquement pour le spoliateur, c’est au contraire une déclaration d’amour impérative que doit faire à son peuple tout responsable politique africain qui se respecte.

    Il est plus qu’évident que ce système qui maintient depuis des décennies tant de femmes et d’hommes dans l’étau et obère toute possibilité de développement et d’épanouissement n’a d’autre vocation que d’être fondamentalement combattu, repensé et bien évidemment remplacé. Cet objectif est aujourd’hui, au regard de la dramatique résolution de la crise ivoirienne, la priorité de tout africain, et par extension, des hommes et des femmes expatriés ou déracinés qui portent en eux l’amour de ce noble continent, berceau de notre humanité et laissé depuis trop longtemps en pâture aux chiens …
    FIN DE CITATIONS

    Il faudrait le relire autant que c’est nécessaire.

    • 29 mars 2012 à 02:34 | lalatiana (#1016) répond à jansi

      idem ...
       :-)

    • 29 mars 2012 à 02:48 | rayyol (#110) répond à jansi

      Que de verite vive la liberte

    • 29 mars 2012 à 07:43 | da fily (#2745) répond à jansi

      jansi hello et merci,

      pour ceux qui ne savent plus quoi lire et dire sur le sujet...et aux autres à qui on a bourré le mou dont il ne reste plus de place vacante à autre chose !

      2 fois merci jansi, eh ! franco-africains de tout bord, vous donneriez une autre chance à Sarko ? Tssss....

    • 29 mars 2012 à 11:15 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à jansi

      PIOCHER L’OCEAN d’une FRANCOPHOBIE AVEUGLE et NAIVE ne mene A RIEN sauf pour nourir la litterature de l’histoire de la colonisation et epaissir le placard poussieureux ou pour GERER certaine FRUSTRATION liée à l’ECHEC cuisant de cette FRANCOPHOBIE IDIOPATHIQUE........

      On parlera de TOUT et de RIEN sur la FRANCEAFRIQUE et sa DECADENCE mais c’est toujours la France et son Sarkozy qui ont placé OUATTARA à Abidjan,RAJOELINA à Ambohitsorohitra, RAVALO à SANDTON, KHADAFI dans un Cimetière , BENALI dans la Galère ....et la MAIN sur JUAN DE NOVA.....pendant que les francophobes bavardent et gesticulent dans la litterature ,ils ne savent que ....debiter à longuer de journée de masturabation intellectuelle pour nous faire croire qu’ils SONT NATIONALISTES alors qu’ils ne sont que de POISONS pour leur PAYS ......personne n’est DUPE !

      Toujours cette GRANDE MENSOGE NATIONALE qu’ils entretiennent depuis 1947. Ils revendiquent le 47 alors que leurs ancetres n’y sont pour RIEN , au contraire en ce moment là à TANA leurS grand-pereS tous des COLLABOs vendaient Madagascar à la France....alors qu’à Moramanga et à Manakara les VRAIS PATRIOTES ont payé de leur SANG leur PATRIOTISME MADIO MANGARANGARANA.....

      iLs ont depuis VERROUILLE L’HISTOIRE et aujourdhui il fait semblant de se soucier de JUAN DE NOVA pour verrouiller encore d’avantage l’HISTOIRE....

      Ah bas les faux nationalistes fetsi-pr,veritable poisons des Malagasy et Madagascar !!

    • 29 mars 2012 à 12:09 | jansi (#6474) répond à Boris BEKAMISY

      Vaincre les passions. C’est primordial pour avancer.

    • 29 mars 2012 à 13:01 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à jansi

      RRanjeva n’avance pas du tout et les passions n’y sont pour rien !

  • 29 mars 2012 à 09:21 | che taranaka (#99)

    JANSI,

    c’est mon discours depuis que j’ai pris conscience de la volonté des CONQUISTADORS à accaparer nos richesses en nous écrasant sur tous les plans..économique,culturel..et même militaire..

    nous sommes aujourd’hui le 29 MARS 2012...il y a eu 65 ans..les vazahas armés secondés par des Sénégalais à leur service assassinaient plus de 100.000 personnes...

  • 29 mars 2012 à 11:25 | jansi (#6474)

    Chers Tous, pour et contre mes opinions, peu importe,
    Il me semble que le 29 mars est la plus importante date que nous devons commémorer dignement. Cette date est plus importante que le 26 juin à mon avis, même si le mot « Indépendance » doit être bien ancré dans la conscience collective des Malagasy partout où ils sont dans le monde. Car il faut regarder aussi et absolument vers l’avant grace à une meilleure et progressive compréhension de notre Histoire.
    Voici un autre extrait de lecture que je nous livre. Il doit nous aider tous, nous d’ici et vous de là bas à converger vers des objectifs communs pour le bien de notre chere Patrie qui demande service (de la part de ses enfants), protection (contre les pilleurs) et progrès.
    Pour ma part, je dis que nous ne devons pas laisser une seule miette aux pilleurs, car aussi petites que sont les iles éparses, c’est une grosse prise pour eux qui regardent loin (à l’echelle des geologues) , tres loin pour l’avenir des leurs.
    Nous avons les hommes et les femmes, les énergies, les volontés, les capacités, les compétences, les forces et les vigueurs pour nous occuper de notre Grande Ile et de nos Iles éparses. La tache est immense mais elle vaut le coup. Peu importe nos divergences de vues. Marina e !
    A lire avec notre capacité à prendre le recul nécessaire.
    Toujours sans passion.

    CITATIONS
    "Le mot diaspora désignait dans l’antiquité la dispersion des Juifs (sans territoire). Aujourd’hui il a évolué et élargi à d’autres peuples. Mais le mot “diaspora africaine” désigne essentiellement les populations africaines déportées comme esclaves du 16ème au 19ème siècle. Pour les populations africaines vivant hors du continent et résultant des récentes migrations, je préfère la terminologie : “Population d’origine africaine”. “Les africains de la diaspora” étant inapproprié, puisque le mot “diaspora” n’est pas synonyme de “l’étranger”, encore moins “d’outre-mer”.

    Selon un critère de regroupement par classe sociale, on peut diviser ces populations en 3 catégories : il y a le migrant traditionnel qui naturellement occupe le bas de l’échelle sociale dans les pays de destination. C’est malheureusement la très grande majorité des migrants africains, environ 90%. Il y a les cadres, les entrepreneurs, les professions libérales et les politiciens qui sont environ 9% et le restant 1% composé de personnes fortunées qui vivent dans des quartiers huppés ; ils ne travaillent pas et pour la plupart, ils n’ont jamais travaillé, parce qu’ils sont les frères, sœurs, cousins, cousines, amantes, amants des politiciens et des fonctionnaires africains et vivent grâce à un système généralisé de corruption et de détournements de biens publiques qui gangrène leurs pays d’origine. Lorsque des opérations de lutte contre la corruption les privent de leurs rentes, ils se découvrent alors les plus virulents opposants au système. Dans certains pays, ils vont jusqu’à financer des rebellions armées pour reprendre le pouvoir perdu.

    Toutes les 3 catégories ont quelque chose en commun, ils souffrent tous de ce que j’appelle le “Syndrome du Ghetto”. Même si dans leur pays d’accueil ils n’ont jamais démontré de vanter la moindre compétence dans un domaine spécifique, pour eux, le seul fait d’habiter sans participer à la vie publique de Paris, Washington ou Londres devrait être suffisant pour être vu comme l’Expert pouvant résoudre tous les problèmes du continent africain liés à l’économie, la finance, la politique, le juridique, la technique etc… Ils savent tout, sur tous les sujets. Aux multiples rencontres hebdomadaires ils parlent de funérailles, anniversaires, mariages, remariage, baptême des enfants … avec des conséquents déplacements intercontinentaux, jamais de la création de richesses, ils ne parlent jamais de ce qui sert à l’Afrique. Ils vivent en circuit fermé de la médiocrité, avec des comportements tout aussi achroniques. Aux USA, 95% des enfants asiatiques vont à l’université, contre 12% des enfants Africains qui sont pour la plupart destinés à la prison parce que l’irresponsabilité des parents aidant, ils s’installent dans une délinquance qui est tôt ou tard exportée vers les pays d’origine des parents, salissant au passage l’image de ces pays.

    C’est dans ce contexte que de plus en plus en Afrique, on fait le choix de faire participer les ressortissants de chaque pays résidents à l’étranger à l’effort de développement sans au préalable se préoccuper de la qualité et de l’opportunité des contributions. C’est comme si on signifiait que l’astrophysicien Modibo Diarra ne pouvait être utile qu’à son pays d’origine le Mali.

    Malheureusement, c’est la logique du laxisme qui caractérise les gouvernements nationaux et ce, jusqu’au niveau de l’Union Africaine affronter ce sujet de grande importance pour le continent. Lors du Sommet des Chefs d’Etat Africains à Lomé en 2000, la déclaration finale avait prévu d’organiser une Conférence regroupant 500 intellectuels de l’Afrique et de la diaspora pour réfléchir au ” rôle des intellectuels, artistes et hommes de culture dans la construction de l’Afrique “. C’est quoi un intellectuel ? Ce choix est sur la base des diplômes ou des publications ? Si c’est sur la base des diplômes, à partir de quel niveau commence-t-on ? Bac +2, +4, +10 ? Et si c’est sur la base des publications, combien de livres faut-il avoir publié ? et sur quels thèmes ?

    C’est ainsi que les 7-9 Octobre 2004 sous le patronage du président de la Commission de l’Union africaine (UA), Alpha Omar Konaré et du Président Sénégalais A. Wade, avait lieu cette première Conférence dites “des intellectuels d’Afrique et de la diaspora” avec pour thème : “L’Afrique au 21ème siècle : Intégration et renaissance”. Comme on pouvait le prévoir, la montagne a accouché d’une souris. Que pouvait-on attendre de 500 personnes, ne parlant pas la même langue, sous influence culturelle des plus éparpillées, sans un cahier de charge précis ? Une navigation à vue. Ne fallait-il pas d’abord organiser ces Africains ?

    Un mois après, c’est l’Angola qui prenait le flambeau en organisant du 8 au 10 novembre 2004 à Luanda, sur l’initiative du gouvernement angolais, la première rencontre depuis l’indépendance (le 11 novembre 1975), des cadres Angolais de l’étranger, avec 263 professionnels formés et résidant à l’étranger et 253 professionnels formés en Angola et résidant à l’étranger. Dans le communiqué final, il était question de trouver comment faire participer les Angolais de l’étranger en fonction des secteurs et des domaines où leur contribution serait le plus efficace.

    Deux mois plus tard, c’était au tour du Kenya de récidiver avec la “Rencontre africaine sur la fuite des cerveaux” le 19/12/2004 à Nairobi réunissant 250 intellectuels africains venus d’Afrique, Europe et Amérique du Nord, sous le haut patronage du ministre kenyan du Plan et du Développement national, Anyang Nyongo.

    Et depuis lors, c’est chaque pays africain qui est entré dans la dance avec des petites variantes ici et là. Mais les erreurs que tous commettent sont de 2 sortes :

    1- il est utopique de croire des Africains qui sont souvent victimes de racisme et d’exclusion en Occident, pourront faire des miracles en occupant des postes de responsabilité en Afrique qu’ils n’ont jamais eu la chance d’occuper auparavant dans leur pays de résidence. 2- le taux de chômage des populations d’origine africaine dans les principaux pays occidentaux est souvent le plus élevé pouvant arriver au double de la moyenne nationale. Faire croire à ces populations qu’elles peuvent trouver du travail dans leurs pays alors que le chômage reste encore le plus grand problème non résolu du continent est une faute politique qui peut avoir des conséquences dramatiques sur la vie des personnes qui retournent dans leurs pays.

    QUE FAUT-IL FAIRE ?

    AU NIVEAU NATIONAL DE CHAQUE PAYS :

    1- Mobiliser les citoyens qui habitent à l’étranger pour qu’ils retournent au bercail mais en insistant sur le fait qu’ils doivent venir créer leur propre travail, qu’ils auront une facilité dans les démarches administratives pour créer leur propre entreprise.

    2- Eduquer ses citoyens à s’impliquer d’avantage dans la vie politique, administrative et politique de leurs pays d’accueils afin qu’ils murissent de l’expérience qui pourra ensuite être utile en Afrique

    3- Entraide de la communauté pour les ressortissants les plus démunis, comme éducation à l’humanisme, car il est impensable qu’un Malien vivant à Paris qui a été indifférent au sort des Maliens les plus démunis de sa ville, prétende par la suite de s’occuper du destin des Maliens du Mali

    SUR LE PLAN CONTINENTAL, L’UNION AFRICAINE DEVRAIT :

    Recenser toutes les populations d’origine africaine qui ont excellé dans n’importe quel domaine dans le monde et les copter pour qu’elles contribuent à la mise en œuvre d’un cahier de charge pour un vrai développement panafricain. Tous les inventeurs d’origine africaine doivent être impliqués dans les débats pour l’industrialisation. La médiocrité sert d’exemple dans beaucoup de pays africains, il faut marquer une rupture et offrir à la population des modèles d’excellence, des références incontestables.

    A titre d’exemple :

    1- Dans le domaine du cinéma, est-il imaginable de faire une rencontre africaine sans réussir par tous les moyens de convaincre Charlize Theron qui vit à Hollywood, de faire partie de l’équipe de réflexion ? Charlize Theron est la première actrice africaine (Sud-Africaine) qui a remporté l’Oscar de la Meilleure Actrice pour son interprétation dans « Monster » en 2004 ; cette même année, elle a signé un contrat avec John Galliano pour prêter son image aux publicités du parfum J’Adore de Christian Dior. A ce jour, elle est l’ambassadrice des parfums Dior. Depuis lors, elle gagne pour chaque film comme actrice, 10.000.000 $.

    2- Peut-on faire une rencontre africaine pour parler du système financier sans inviter autour de la table les Nigérians de Londres qui en 2007, grâce à leur ténacité ont permis à 2 banques nigérianes de s’installer dans la capitale britannique et surtout ont permis à 3 autres : Guaranty Trust Bank, Access Bank et United Bank for Africa de réussir l’exploit de mobiliser en quelques mois, 1 milliard 300 millions de dollars US à la London Stock Exchange (LSE), la Bourse des valeurs de Londres, de l’argent frais pour l’économie nigériane, sans passer par les humiliations et les tracasseries du FMI ou de la Banque Mondiale ?

    Ces valeureux Africains faisaient-ils partie du casting de la dite “diaspora africaine” invitée par l’Union Africaine à Dakar ou à Durban ? Voici l’exemple suivi par 2 pays l’Inde et la chine qui émergent grâce aussi à ses enfants d’ailleurs :

    L’INDE L’Inde a pris son envol en s’appuyant sur ses ressortissants qui avaient déjà réussi à émerger individuellement partout dans le monde. Elle a ainsi pu réunir ses ressortissants autour de la GOPIO (Global Organisation of People of Indian Origin), avec ses 22 millions d’inscrits dans 125 pays. Les représentants se rencontrent une fois par an dans l’un des 125 pays et élisent leur président et le Secrétaire. La rencontre a pour thème : partager les expériences positives de la communauté pour permettre une plus grande création de la richesse et comment faire profiter le pays, l’Inde de tous leurs acquis hors du pays. Elle aide les Indiens de l’étranger les plus démunis. Dans cette organisation, on trouve des illustres noms comme Lakshmi Mittal qui vit à Londres, et classé 5ème fortune du monde en 2010 avec 28,7 milliards de dollars US. L’histoire retiendra qu’en février 2006 toute l’Union Européenne s’était opposée à l’Offre Publique d’Achat (OPA) lancée par Monsieur Mittal sur la société sidérurgique française Arcelor, c’était pour l’Europe insultant qu’un fils des colonies mette la main sur un des fleurons de son industrie. Monsieur Mittal a attendu que le président Français Chirac aille en Inde pour signer pour 3 milliards de dollars US de contrats entre autre, de livraison de 43 avions Airbus à la compagnie nationale Indian Airlines et le partenariat pour la construction en Inde de satellites, pour le précéder et expliquer à la presse et sur les principales chaines de télévisions indiennes que le refus européen était motivé par du racisme parce qu’il était Indien tout en expliquant l’inutilité de collaborer avec des gens qui en eux-mêmes sont xénophobes et ne vous voient que comme de “colonisés” qui ne doivent jamais les dépasser. C’est ainsi que sous la pression populaire indienne, pour prouver le contraire, Monsieur Chirac dut céder et aujourd’hui grâce à son groupe Arcelor-Mittal, M. Mittal est devenu le premier sidérurgiste mondiale.(Note importante : avec la situation de Arcelor aujourd’hui, attention pas de polémique hors sujet).
    Comme quoi il n’y a que les populations d’origine africaine que vous pouvez impunément appeler des “racailles” et avoir le mois suivant un bain de foules en Afrique, avec autant de tapis rouges que les officiels déroulent à votre passage.

    LA CHINE En Chine, tout le monde parle aujourd’hui du succès de la Chine dans presque tous les domaines, mais on oublie très vite qu’elle s’est appuyée sur sa population qui avait murie de l’expérience d’excellence en Occident pour démarrer son développement, de la bombe atomique chinoise aux missiles balistiques.

    Deng Jiaxian (1924-1986). PhD à seulement 26 ans en Physique nucléaire à l’Université de Purdue, dans l’Etat de l’Indiana aux USA est le père de la bombe atomique chinoise. Lorsqu’en 1958 les Soviétiques rompent avec la Chine, celui qu’on appelait “l’enfant-savant” prend la tête d’une équipe de 28 physiciens Chinois. Objectif : doter la Chine de la Bombe atomique. Et en 1964, il offre à la Chine sa bombe atomique et alors que les américains avaient mis 7 ans, il met 2 ans et 6 mois pour doter la Chine de sa première bombe à hydrogène. Deng Jiaxian se sacrifie 2 fois pour son pays, la première fois c’est de s’isoler de son épouse pendant 10 ans en s’enfermant dans son laboratoire pour trouver ces 2 bombes et le deuxième sacrifice qui lui coutera la vie, c’est lorsqu’à cause d’un essai raté, les fragments radioactifs non explosés tombent sur le sol. Pour éviter la contamination des terres, il va le prendre lui-même, en sachant bien qu’il en mourra. La Chine a su tirer profit des apports de ses fils d’ailleurs dont l’Afrique pourrait s’inspirer :

    Yang Zhenning, premier Prix Nobel Chinois, il le gagne en 1957 en Physique à l’âge de 35 ans. Il le partage avec un autre Chinois-Américain comme lui, du nom de Li Zhengdao (Tsung-Dao Lee).

    Wu Rukang, PhD à la Washington University à Saint Louis en 1947, expert en Anatomie

    Huang Weilu Créateur de Solide Missiles Stratégiques, PhD à la Imperial College Londres 1947

    Wang Xuan, créateur de la photocomposition numérique, mort le 13/2/2006 à l’âge de 70 ans.

    Zhang Xiangtong père de la Neurophysiologie chinoise, PhD à la Yale University en 1935

    Chen Nengkuan père de la métallurgie chinoise, PhD à la Yale University en 1950

    Qian Xuesen, père du premier Missile et de l’industrie aéronautique. Diplômé de la MIT (Massachusetts Institute of Technology), et 2 PhD en Aérospatiale et en Mathématique en 1939 à la California Institute of Technology aux USA. Il travaille ensuite aux Etats-Unis avant d’être copté par la Chine. Etc.

    CONCLUSION :

    L’Afrique doit faire la chasse à ses meilleurs talents où qu’ils se trouvent. Cela permettra d’éviter d’importer la médiocrité fut-elle de ses propres fils. C’est le prix à payer pour rivaliser avec le monde. L’Afrique doit enseigner à ses fils et filles d’Afrique et hors du continent que chacun doit exceller dans ce qu’il fait, et là où il se trouve et seulement à cette condition il pourra être utile à son pays, à son continent.

    • 29 mars 2012 à 13:31 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à jansi

      Est ce que jansi peut nous présenter sa ’thèse’ à propos des migrants malagasy
      depuis 1950 , jusqu’à maintenant ??

    • 29 mars 2012 à 13:36 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Rakotoasitera Fidy

      Je vous ai posé cette question jansi car depuis Tsiranana et ce jusqu’en 1996
      c’est à dire pendant trente ans , c’est toujours un africain qui représentait
      Madagasikara dans les instances internationales

    • 29 mars 2012 à 13:53 | lalatiana (#1016) répond à Rakotoasitera Fidy

      Ma contribution en 4 chapitres sur le sujet

      http://madagoravox.wordpress.com/les-dossiers-complets/diaspora-malgache-et-co-developpement/

      Merci à Jansi pour cette ressource

    • 29 mars 2012 à 14:22 | da fily (#2745) répond à jansi

      ouf !

      ouf pour le pavé (sacrément utile) à lire car facile malgré tout ! instructif en tout point, surtout dans un article de lalatiana. Nous avions abordé le sujet suite à une discussion sur l’enseignement et la culture, et lalatiana et moi-même nous nous demandions à quand incorporer les force vives de l’extérieur (diaspora) pour aider à accélérer notre développement et le changement qui prévaut pour envisager l’innovation ? J’avais donné justement l’exemple chinois qui très tôt effectivement s’ent mis à la chasse de « ses cerveaux » dispersés de par le monde. Et en corollaire, les diverses mesures d’interessement pour ceux qui avaient décidé de rentrer et oeuvrer pour le ur pays d’origine.

      ouf ! pour le contenu du pavé !

      L’initiative africaine de réunir tout ce que compte de forces vives « utiliseés » en Europe, USA et Asie était malgra tout une bonne chose, quelques ajustements et corrections inévitables affineront le principe, démarche à creuser pour nous, non ? Je retiens particulièrement le volet sur le « taux de réussite » du citoyen africain dans son plus grand spêctre à l’étranger, et ne m’étonne guère du faible taux qui est cité, les raisons en sont multiples et les conséquences, parfois dramatiques, il ne faut l’oublier. Je pointe particulièrement la délinquance si ce n’est la criminalité : ce sont souvent ces enfants « élevés à l’extérieur » et ayant échoués, pour des raisons disparates, au passage de la vie active qui reviennent au pays avec des idées « nouvelles, des postures »nouvelles« et une mentalité radicalement »nouvelle« qui font des ravages au sein de la société de leur pays d’origine. L’Afrique compte beaucoup de ces »laissés-pour-compte" de l’émigration ratée. Heureusement il n’y a pas que ça, l’autre facette que vous exposer avec les NIgérians est bien plus encourageante, je rajouterais que la diaspora sénégalaise, actualité oblige, est aussi un actif levier dans l’économie de ce pays.

      Je classe dorénavant les contributions de jansi dans celles qui me font le plus réfléchir par leur intérêt et leur diversité, et invite tout le monde à en faire de même, super quoi ! ...à suivre.

      Thanx Jansi, ne mettez aucun crédit aux aboyeurs même aux dents de marshmallow qui courront derrière votre fondement Jansi, on sait déja que ce genre de brûlot (dans un sens c’en est un !), va faire pêter la machine à gueuler !! et faire bouillir la marmitte à passions (vous l’aviez si bien dit). Mais après tout sans passion, à quoi aboutit-on, y arrive-t-on, peut-on se transcender..?

      Youpla-boum !

    • 29 mars 2012 à 14:48 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à lalatiana

      Merci lalatiana

    • 29 mars 2012 à 15:10 | vuze (#918) répond à da fily

      Bien évidemment que cette citation de Jansi est intéressante mais c’est quand même incroyable la propension de certains à s’accaparer des écrits des autres... Qui plus est, du fin fond de la campagne Française... Da Filou fait sûrement partie de ces 1% de la diaspora qui se sont mis dans l’opposition depuis 3 ans...

      « Je classe dorénavant les contributions de jansi dans celles qui me font le plus réfléchir par leur intérêt et leur diversité, et invite tout le monde à en faire de même »

      Mais pour qui vous prenez vous ? Ce n’est pas en pondant de temps du texte et de la prose qu’on va prendre pour du pain béni (au sens FJKM) tout ce que vous racontez...

    • 29 mars 2012 à 15:13 | vuze (#918) répond à Rakotoasitera Fidy

      Je ne savais pas que Fidy savait lire... A part le dictionnaire des insultes (bien contrôlées par les pseudos modérateurs de ce forum), il me semblait que Fidy n’était pas allé plus loin...

      Mais bon, on comprend le langage des faibles...

    • 29 mars 2012 à 16:09 | da fily (#2745) répond à lalatiana

      Merci car j’y vais souvent, décidément quand il y en a d’autres qui consentent à partager pour le bien-être de notre cortex, d’autres s’évertuent à la basse besogne de la miteuse mièvrerie sans relief : c’est tellement utile et impressionnant n’est-ce pas de baver son fiel avec des salades qui font avancer le schmillblick !

      bel échange de jansi et lalatiana, à juxtaposer à côté des carambolages de neurones style bekams-vuze, tandem irresisitible dès quil faille personnifier un complexe et blatérer du néant, accessoirement distiller de la misère intellectuelle : Fidy l’a bien décrit, quand il y a vers pour rythmer un texte, d’autres s’empressent d’en prendre la posture rampante rien que pour exister vaille que vaille ! une incompréhension telle que ça en est physiologique.

      Si de plus, nous alimentons la machine à fantasmes des contrées profondes de la douce France de Trenet...alors là, c’est bien involontaire ! Ne me remerciez point, c’est tout naturel, quand on peut aider...

    • 29 mars 2012 à 16:35 | vuze (#918) répond à da fily

      Posture rampante ? Pour d’autres je dirais posture de lâcheté quant on ose pas répondre directement à un post qui fait mal (voir tout à la fin)...

      Mais je vous comprends car les vérités de Boris et plus humblement, les vérités de Vuze fassent mal là où il faut... Ainsi, il ne peut en être autrement que de se dégager par cette posture de « fouine » comme dirait Stéphane Guillon en parlant de Besson...

    • 29 mars 2012 à 16:39 | vuze (#918) répond à da fily

      Au fait avez-vous remarqué que Jansi n’en a que que faire de vos réactions prolétariennes ? Il se contente de pondre des écrits tirés d’internet... Il ne semble pas très apte à vous répondre... Vous paraissez tellement petits pour lui...

    • 29 mars 2012 à 17:53 | justice_sociale (#3810) répond à vuze

      bonjour,

      bon, je dis qu’être conscient de l’ampleur de la problématique est déjà un signe encourageant pour une recherche honorable de porte de sortie à ce labyrinthe qui nous embrigade.

      Nous visons la lune, c’est très bien. C’est une marque d’ambition.
      Mais la potée du projectile utilisé semble moins sûre même si je peux comprendre que ne rien revendiquer est une fatalité.
      Et l’on doit plutôt s’interroger sur le non aboutissement des revendications successivement présentées. Résultat des courses, la lune continue de nous éclairer.

      C’est comme si, on cherche à grimper dans l’arbre pour cueillir les fruits sans préparation aucune. Et pourtant, grimper encourt bcp de risques de chute car, nous le faisons dans bcp de cas, pieds nus, sans échelle ni de filet de protection ni d’accroche de grimpeur.
      Par conséquent, le risque de chute est toujours présent. D’où le sempiternel retour à la case départ et ainsi de suite.
      Et par le temps qui passe, la récurrence forte est devenue la règle.

      je dis que les efforts doivent porter sur une gestion rationnelle de nos ressources au service du développement et du progrès social en éradiquant le saccage de l’environnement, le pillage et corruption.
      En favorisant l’accès à l’eau pour nous rendre la vie meilleure.
      En développant de l’électricité ( non nucléaire ) pour nous éclairer dans cette obscurité ambiante.
      Des écoles et des hôpitaux dotés comme il se doit sans être ‘‘ penitra ’’, de l’éducation au respect de l’environnement …ETC liste non exhaustive bien sûr.

      C’est par ces biais ( et Non la course aux 4X4 et à bcp de tape à l’œil ) que les efforts doivent être entrepris et lorsque le bien être des malgaches dans sa globalité est palpable alors tout deviendra réalisable.

      bon vent à tous

    • 29 mars 2012 à 17:58 | rabri (#2507) répond à vuze

      Mis à part l’illétrisme et la dyslexie, notre « Fidy national efa soir » est aussi vantard et pédant, cf plus haut sa réponse à Ikelimalaza concernant l’admiration ( mais fausse !!) des experts de Danone en 1994 à la technologie laitière de Tiko : il ne savait pourtant pas que la plupart de ces laits, yaourts et beurres étaient déjà des produits finis élaborés en Norvège et juste reconditionnés et empaquetés une fois arrivés dans une des usines de Tiko ( Manjakandriana ou Antsirabe) ; la plupart des producteurs dans ces 2 contrées n’avaient que leurs yeux pour pleurer à l’attente des commandes de Tiko et pour le peu qui ont été livrés, bonjour le long délai de paiement des producteurs !!

    • 29 mars 2012 à 18:11 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à vuze

      Le Dafily comme Lalatiana et Jansi essaient de gerer leur FRUSTRATION en deplaçant le debat sur un pretexte : l’ Ile de JUAN DE NOVA ...

      Leur FRUSTRATION est grande suite à cette GRANDE PUNITION que l’HISTOIRE leur A GIFLE à pleine figure :

      et la PUNITION ? ce que RAVALO passe son troisieme 29 Mars dans la cellule de Sandton ...!

      et la PUNITION est bien MERITEE ...car on peut voler, un moment, les yaghourts pourris et l’Argent de la Banque centrale au profit de TIKO ...mais on ne peut pas VOLER tout le temps....... l’HISTOIRE !

    • 29 mars 2012 à 19:37 | jansi (#6474) répond à Rakotoasitera Fidy

      La jalousie entre malagasy (depuis Tsiranana) a fait que les décideurs malagasy ont toujours bloqué les candidatures d’autres Malgaches désireux d’intégrer les instances internationales (Banque mondiale, Nations unies, FMI, FAO, OMS, OACI et beaucoup d’autres organisations liées aux Nations unies. RRanjeva est un des rares cas à avoir occupé un poste aussi élevé au niveau planétaire.

      Contrairement à cela, les décideurs africains (Sénégal, Benin, Cote d’ivoire etc...) ont plutot poussé les experts africains à quitter leurs pays pour s’en débarasser car c’était de potentiels opposants qui pouvaient devenir dangereux. Beaucoup d’anciens cadres africains de Bretton Woods sont revenus au pays pour prendre ou intégrer le pouvoir : Ouattara, Jhonson (présidente du Liberia), l’ex président beninois, le togolais Boni Y. , et beaucoup de ministres africains actuels ont fait leurs armes dans les institutions internationales, comme Konan Banny (BCEAO) ancien PM de Cote d’ivoire et surtout ceux issus des pays anglophones.

      Chez nous, tres peu ont fréquenté ces organismes comme experts ou comme hauts fonctionnaires internationaux à l’instar des anciens ministres Léon Rajaobelina (FMI), Zazah Ramandimbiarison (BM), Mamy Rajaobelina (BM puis Union européenne), ou d’autres comme José Rajoelison (BAD), Rakotobe A. (BAD), RRanjeva (CIJ), Rakotomaniraka (BAD), Guy Rajaonson (BAD) etc...

      Aujourd’hui, Bretton Woods est ’« envahi » par les Chinois et les Indiens.

  • 29 mars 2012 à 19:00 | Tanindrazana (#3224)

    Pour nous donner un peu plus de details sur ces iles eparses et surtout le droit de la mer, demandez a Mr Pierrot Rajaonarivelo le nom de la personne qui s’en est occupe depuis aux Nations Unies. Ou pour plus de rapprochement, demandez a Zafy.Il connait ce dossier a fonds, les objectifs et les handicaps auxquels Madagasacar s’est confronte depuis. En tout cas, selon ces droits, ces iles devraient appartenir a Madagascar. Les histoires de Boris B et de ces autres qui speculent sur la capacite ou non des Malagasy a gerer ou a avoir des ambitions d’exploitation a grande echelle, c’est du bla bla bla. Bref, ces iles appartiennent a Madagascar. Seulement, du a des accords strategiques entre super puissance, l’application s’avere plus difficile. C’est la nouvelle route du petrole et des nouvelles ressources sous-terraines ou sous-marines. En outre, c’est l’actuel itineraire du terrosirsme ou du piratage. Alors, cette crise n’est que le reflet de cette contradiction ou plutot de cette confrontation tacite entre grandes puissances qui se battent pour leurs interets et non le notre. En tous cas, il est de notre devoir de lutter pour recuperer ces iles quoiqu’ il advienne et surtout de pouvoir etre en charge de la gestion de ces ressources. Les memes problemes dans un proche avenir s’eclateront dans le grand Sud ou presque la richesse de Madagascar a ete naturellement enterree. Demandez a ces ingenieurs qui ont fait le Sud et de l’Ouest, et ils vous diront que toutes nos richesses se trouvent cacher dans ces regions et meme sous notre mer territoriale. Rien que l’exemple de l’exploitation de Rio Tinto doit nous faire tiquer. Qu’en est il de l ’ « argent » ou L’or" qu’on trouve dans l’Androy ? Pourquoi le probleme d’irrigation et l’approvisionement en eau potable dans le Sud est toujours un probleme alors que meme dans le desert, les technologies modernes ont demontrees que rien n’est impossible si on a la volonte. En realite, c’est qu’on ne voudrait pas qu’on decouvre cette richesse. Qui sont derriere ? pas les Malagasy en tout cas. C’est toujours normal si on est arrive a ce stade de crise interminable car ces grandes puissances, dont la France en premier, ne cherche qu’une main credule pour pouvoir mettre une mainmise a cette richesse. Alors, ne perdont pas de vue la realite du probleme car pour moi, les symptomes de conflit sur ce forum ne sont tout juste que des’enjeux en surface. Le fonds du problemes est l’exploitation de nos richesses. Les Malagasy devraient etre en mesure de les exploiter avec l’aide de l’internationale ( publique ou privee) mais pas le contraire. Il nous faut faire un etat de cette richesse et des eventuelles possibilites de decouverte, d’une part, et d’autre part, il nous faut former des techniciens et des mains d’oeuvres qualifies. En outre, le prochain pouvoir issu d’une election valable et acceptee par tous devrait prendre en charge de la mise en oeuvre de vrais programmes de developpement reconnus par tous. Plus la peine de parler de competence ou non de nos dirigeants, il nous faut etablir un moyen de control de la gestion du pouvoir et surtout d’entamer ensemble un nouveau depart pour Madagascar. C’est a nous Malagasy de forcer Rajoelina et consorts a accepter une vraie reconciliation nationale, avec ou sans intervention internationale car c’est l’avenir de notre pays qui compte et non leurs interets personnels.

  • 29 mars 2012 à 21:09 | che taranaka (#99)

    Mes amis,
    TIATANINDRAZANA,

    ..tout à fait d’accord avec votre post....!

    comme je dis souvent ces 30 prochaines années les exploitations de nos ressources vont prendre une dimension importante...l’uranium..le pétrole et d’autres richesses ...

    Nous avons besoin d’une vie politique sereine et un pouvoir fort pour défendre nos intérêts..

    Hélas....

    pensez vous alors que la difficulté de développement du sud du pays est une stratégie maléfique....?..quel cynisme alors...!

    ..mais je sais que ces gens ont une stratégie à long terme..et cruelle...

    ..des CONQUISTADORS...!!! qui veulent ramener l’or dans les cours européennes ..avec les fusils et la bible...

  • 29 mars 2012 à 22:45 | jansi (#6474)

    On pourra continuer à parler de tout cela dans les jours à venir.
    Ce qu’il faut retenir est que ces iles éparses constituent de véritables check-points sur l’autoroute du pétrole que (re)deviendra le canal de Mozambique vu les incertitudes du delta d’Ormuz (Iran/Occident), du canal de Suez (Islamistes au pouvoir en Egypte), et de la corne de l’Afrique (pirateries maritimes).

    La pointe nord de l’Ile est aujourd’hui convoitée pour en faire une nouvelle base militaire (base anti-pirates et de protection des pétroliers géants). L’Afrique du Sud drague Mada pour associer nos territoires maritimes. C’est cette vision geostratégique que doivent avoir nos futurs dirigeants élus. Quant à la Transition, elle doit absolument pouvoir préparer, organiser et réaliser des élections dans un contexte totalement apaisé et sans suspicions aucune quant à la fiabilité des résultats des (élections). En vue de tout cela, le retour à l’état de droit est plus qu’une nécessité. C’est une question de vie ou de disparition.
    Septembre 2010 fut une occasion ratée sur la gestion de ce dossier Iles éparses aux Nations unies. Occupé à des batailles de chiffoniers, le pouvoir de transition malgache ne connaissait pas ce deadline de nos revendications. La France en a profité. Mais la bataille pour notre souveraineté sur ces iles n’est pas définitivement perdue. A condition de rassembler toutes nos forces, nos élites et nos compétences. Car il est clair que les « spécialistes » en décolleté actuels du lobbying malgache ainsi que le pauvre cabinet de la Hat n’auront aucune chance de bien gérer le dossier. C’est tellement sérieux et c’est du haut vol.

    Occidentaux et Asiatiques seront à tres court terme (re)concernés directement par le canal de Mozambique. Ne nous faisons pas non plus d’ illusions inutiles. On sera amenés à composer avec eux. Pour cela, il nous faut un gouvernement fort et légal, soutenu de l’intérieur et reconnu par l’extérieur. Tia-Tanindrazana, Che Taranaka et les autres ont raison.
    Alors, les insultes, les comportements destructeurs, les reactions à fleur de peau et épidermiques, les frustrations diverses, à quoi bon !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 238