Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 18 novembre 2017
Antananarivo | 04h58
 

Editorial

I have a dream…

samedi 27 juin 2009 | Patrick A., rom1

I have a dream...

Le 26 juin Madagascar a fêté le 49e anniversaire de son indépendance.

Près d’un demi-siècle de liberté, de progrès, de développement.

Dégagé du joug des pays étrangers, Madagascar a su utiliser cette liberté pour tout d’abord retrouver sa souveraineté.

L’école obligatoire jusqu’à 16 ans assure à toute la jeunesse un avenir radieux. Les universités de Tamatave, Fianarantsoa, Tananarive ainsi que l’école des Mines de Tolognaro entre autres proposent des formations diplômantes de qualité et un bon nombre de malagasy « s’exporte » à l’étranger ; étant très professionnels dans le domaine minier notamment.

Un système de santé fiable et gratuit pour tous, associé à des universités prestigieuses fait de cette île un modèle. L’espérance de vie y est de 81 ans en moyenne ; et il n’est pas rare de voir des chefs d’états étrangers venir se faire soigner dans les cliniques de Tuléar et s’accorder un peu de repos à Sainte-Marie.

Devenu le grenier à riz de l’hémisphère Sud, Madagascar fait partie du G8 et fait de son modèle économique un exemple pour la planète. Un développement intelligent des infrastructures routières et maritimes associé à une maîtrise des cultures durables (en terme de gestion de l’eau notamment) a permis à Madagascar de devenir un précurseur en terme de développement durable.

Après avoir utilisé dans les années 70 ses réserves de Pétrole, Madagascar s’est vite tourné vers les énergies propres, et est maintenant riche de ses parcs éoliens et de ses champs de production de carburant vert.

Les gouvernements successifs et alternés ont su installer une démocratie puissante et juste. Les Églises et l’État sont indépendants. La liberté d’expression y est de mise ; pour preuve le plus grand quotidien La Tribune « tire » à 5 000 000 d’exemplaires. Et très récemment à la suite d’une campagne électorale acharnée mais respectueuse, Madagascar voit l’arrivée de la première femme présidente de la république issue de la société civile.

Son armée, longtemps utilisée comme force humanitaire et de reconstruction dans les années 60 a su en 49 ans devenir une force de paix intérieure et extérieure. D’ailleurs, depuis 30 ans Madagascar siège au conseil de sécurité de l’ONU, et a très récemment été mandaté pour régler un conflit identitaire entre Bretons et Normands en France, ancienne puissance coloniale au bord du gouffre.

En terme d’exportations, le dernier modèle de gros-porteurs d’avion « le 440 be » de la compagnie Air Mad s’arrache. Et les usines de Diego tournent à plein régime.

Principal bailleur de fonds des pays arabes, effondrés suite à la chute du pétrole, Madagascar importe du sable pour ses gros travaux et compte louer une partie des immeubles de Dubaï pour y développer ses universités.

Les festivités de ce 26 juin ont mis l’accent sur cette réussite et engagent le pays de la même façon pour les 50 prochaines années.

Rom1  : Et puis… et puis… je me suis réveillé c’était un rêve !!!

Patrick  : Bienvenue dans le club des rêveurs Rom1. De tels rêves, moi aussi, je les ai fait. Surtout dans mon enfance. Mais encore aujourd’hui, je les fait, non plus pour moi, mais pour mes enfants.

Je sais que mes parents les ont faits très fort il y a un demi-siècle. Je soupçonne mes grands parents de les avoir fait avant eux, alors que j’ai quelques raisons de penser qu’ils n’avaient pas la même vision de la manière dont cela pourrait se réaliser. De mes vieux copains, qu’ils aient cette année vibré aux couleurs orange ou vertes et bleues, ou qu’ils aient simplement continué à porter leurs habits habituels, j’ai gardé le souvenir du récit de tels rêves.

Ces rêves ressemblent fort à ceux de bagnards condamnés à vie imaginant une libération anticipée (revin-gadra). La dame de 49 ans décrite par Ndimby semble être une junkie, une toxico qui comme tous les accros se dit : « je peux arrêter quand je veux ». Dans le cas présent, cette junkie-là semble vouloir se persuader : « je me développe quand je veux ».

Faut-il pour autant arrêter de rêver ? Pas plus que les habitants de Dresde n’ont renoncé à rêver dans les années 40, que ceux de Soweto n’ont arrêté de le faire dans les années 60, ou que ceux de Belgrade n’ont abandonné les leurs dans les années 90.

Mais nos rêves ne se rapprocheront de la réalité que si nous agissons dans ce sens, en tenant compte pragmatiquement de la réalité.

As-tu remarqué comme nous avons tous tendance à passer un peu pudiquement sur les pillages qui ont eu lieu cette année ? Selon leur sensibilité politique, les uns ou les autres seront intarissables pour dénoncer les événements du 7 février, du 17 mars ou du 28 mars. Mais le 26 janvier gêne plus. Lorsque TV Plus a annoncé son intention de diffuser un dossier sur ces événements, et qui plus est de le diffuser la soirée du 26 juin, d’aucuns se sont empressé de dire qu’il ne convenait pas de remuer cette boue, surtout le jour de la fête nationale.

À l’heure où j’apporte ma contribution à cet éditorial, je n’ai pas vu cette enquête, et j’ignore tout du traitement par cette chaîne de télévision de ce dossier. Mais j’applaudis qu’il y ait au moins cette initiative, et le choix de la date de diffusion. Ras le bol du politiquement correct. Parler de la souveraineté de Madagascar en omettant de parler de ce qui s’est passé, il y a cinq mois exactement, serait aussi incongru que d’évoquer la révolution française en occultant la mise à mort de Louis XVI, ou de parler de l’histoire des USA en omettant celle de l’esclavage.

Il serait confortable de ne voir dans ces événements du 26 janvier que les agissements de groupuscules manipulés par des politicards pervers.

Il serait bien rassurant de se dire que seul un petit sous-prolétariat urbain a participé à ces pillages. Mais la vérité oblige à dire qu’un grand nombre de témoins directs, y compris moi-même, ont été d’abord frappés par le fait que nombre de ceux qui ont participé à ces pillages avaient une mise bien ordonnée, presque bourgeoise.

Et nous n’avons discerné aucune lueur de honte ou de remords dans les yeux de ceux qui portaient ces jours-là un butin sur leur tête ou sur leur épaule. Ceux qui poussaient en sortant d’une grande surface un chariot rempli de courses pas très ordinaires avaient l’air tranquille de gens tout à fait ordinaires.

Quels que soient nos divisions, quelles que soient nos lassitudes, la fidélité aux rêves de nos pères nous impose de réfléchir ensemble sur ce qui peut empêcher la réédition d’un tel cauchemar.

45 commentaires

Vos commentaires

  • 27 juin 2009 à 06:45 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    A PARIS, DROLE de 26 juin 2009.
    Basile RAMAHEFARISOA(2)ramahefarisoa.Pour la Haute Autorité (pour) de la Transition la « récréation » est terminée.Les assises régionales tout de suite et sans concession.« ON » a écouté les mouvances des vieux politiciens mais il faut aller droit au but :« la QUATRIEME REPUBLIQUE »

    • 27 juin 2009 à 20:04 | Rivohanitra (#142) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Qu’il n’y ait pas de lueur de honte dans les yeux de certains miséreux qui ont profité des événements pour s’approvisionner, cela me gêne...mais pas trop.
      Par contre quand nos deux éditorialistes ne cherchent pas à discerner le remord et la honte sur le visage de TGV ou celui de Ravalo, vis-à-vis de ce qui s’est passé le 7 février, j’avoue que je suis outrée.

      Quel parti pris ??

    • 27 juin 2009 à 21:20 | Rabila (#1379) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      La HAT ne sait même pas ce que c’est une république.

      « la QUATRIEME REPUBLIQUE » c’est celle qui permettra aux TGV/HAT de garder le pouvoir qu’ils ont volé.

    • 28 juin 2009 à 18:38 | Hajabe (#2600) répond à Rabila

      « L’entente familiale » téléguidée et « retrouvée » en 2010

      Référendum en vue : « Acceptez- vous que la haute autorité de transition dirigée par Tgv conduise le pays pendant 2 ans ? »
      23-06-2009| Écrit par Tom Young The Times of Madagascar

      - 1)Afin de contourner le goulot de la légalité, la pression de l’opinion et le rejet de la communauté internationale, un projet de référendum est actuellement en gestation.

      Il a fait l’objet d’un débat télévisé en Afrique du Sud pendant le dernier sommet extraordinaire de la Sadc. Avec pour question « acceptez- vous que la haute autorité de transition dirige le pays pendant une période de deux ans ? » Si le oui l’emportait, va pour deux ans de galère transitoire ; si c’était le non, retour à la cage Tgv !

      - 2)Comme le Malgache ne dit jamais non, si un tel projet référendaire voit le jour, il risquerait de passer comme une lettre à la poste.

      Autrement dit, le Fat prend le boulevard de la consultation populaire pour couper court la voix étroite de la reconnaissance internationale et de la légalité. Chemin faisant, il pense faire l’économie d’une négociation à quatre dans laquelle il se trouve en minorité sur presque tous les articles en discussion. En clair, il compte rafler tout sans rien perdre, sans rien concéder. Tout compte fait, c’est de bonne guerre. Pré carré

      - 3)Seulement, il reste à savoir la faisabilité politique et technique d’un tel projet, suggéré en sourdine par des bailleurs de fonds notamment la France, soucieux de sortir de la crise malgache avant la fin de l’année.

      La France vient en effet de consacrer 2010 de « l’Année de l’Afrique. » Avant, c’est-à-dire avant la fin de cette année, elle compte mettre à plat toutes les crises qui secouent le continent en général et son pré carré africain en particulier. Dont Madagascar. D’où l’implication personnelle de Claude Guéant, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy dans le dossier malgache. Ce qui implique ce changement de cap dans la stratégie de sortie de crise dans l’île où rien ne va plus sauf pour ceux qui ont de l’intérêt dans le coup d’Etat contre le président élu Marc Ravalomanana.

    • 28 juin 2009 à 20:49 | mpimasy (#2738) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      la 4 éme république...

      sans aide internationale , ce qui n’est que justice

      sans zones franches , qui fuient à toute vitesse

      sans cadres , qui préférent l’étranger ou ils reussissent fort bien , comme vous même , cher monsieur

      sans touristes , sauf « sexuels » ou « sacs à dos »

      avec Charles , Lylison et les FIS encagoulés pour assurer la « tranquilité » de vos « élites »

      bon courage !!

  • 27 juin 2009 à 07:37 | observatrice (#2065)

    le sommeil paradoxal, qui définit le rêve,dans le sommeil, est vital, et c’est ce qui permet au cerveau de se ressourcer.

    Bien sûr, pour nous, notre vie est faite, surtout pour nous qui vivons loin de Madagascar, en ayant fui, il faut le dire, les difficultés énormes du pays dans les années 80, mais qui menacent encore régulièrement nos familles sur place ;

    nous devons rêver pour nos enfants ; même nés à l’étranger, et surtout nés à l’étranger, ils ont idéalisé ce pays d’origine, dont on ne cesse de leur parler avec nostalgie, parfois avec tristesse, mais avec ce désir de retour qui demeure impérieux.

    C’est à nous de bâtir l’avenir, en leur donnant dès le plus jeune âge, le sens civique indispensable, le souci des autres et de la nature, et surtout le fait que « bien mal acquis ne profite jamais »

    • 2 juillet 2009 à 13:23 | ANDRIA (#2794) répond à observatrice

      Les fuites en avant et la politique de l’autruche, je connais.
      Mon rêve serait de permettre à tous les malgaches de pouvoir rester et vivre dans un pays non secoué tous les dix ans par des crises poitiques et constitutionnelles. Hélas, ils n’ont pas tous la chance d’une double nationalité et se réfugier ailleurs que dans l’obscurité d’un avenir sans avenir, adaptée à une mentalité de l’acceptation de ce que chaque jour qui pointe leur donne. En bon chrétien...
      MEA CULPA.

  • 27 juin 2009 à 07:43 | lalatiana (#1016)

    Vous êtes bien gentils les doux rêveurs là ... Mais maintenant il faut se bouger ... parce que mine de rien il y a une démocratie à (re)construire. :-)

    Je suggère que chacun de nous s’attache à certaines priorités qui nous permettront peut être de voir le grand rêve de Rom1 (*) réalisé :

    - Se forcer à l’information et à l’échange, malgré nos peines et nos lassitudes, malgré les absences ...

    - Se forcer à l’action, au projet, qu’il soit individuel et collectif, qu’il soit entreprenarial, opérationnel, intellectuel, humanitaire même ou politique, tant qu’il puisse continuer à développer cette chaîne de solidarité qui se forge de jour en jour

    - Se forcer en humaniste à écouter l’autre et à en accepter le ressenti, parce qu’il n’est pas moins humain que nous quand il ne partage pas nos convictions,

    - se forcer à rester debout, exigeants et infaillibles dans le RESPECT que l’AUTRE nous doit mais en refusant

    - se forcer à se battre pour que déja, l’INFORMATION soit la plus saine etla plus riche possible ... et pour Tribun et ses forums continuent à vivre avec la qualité qu’on y a trouvée jusque là ...

    Merci à vous N... euuuuuhhh ... Patrick et Rom1 (*) d’être encore là pour ça

    Bon, maintenant je vais me coucher ... je vais rêver une demi heure ...

    Bien à vous

    (*) Au fait Rom1 c’est pour RomONE comme Force1 ... ou pour RomFIRST ? ;-)

    • 27 juin 2009 à 08:50 | jane d (#2353) répond à lalatiana

      Lalatiana,

      Yes, yes, yes to what you just said but first, allow me to write about my ‘dream.’
      A few years back when I was in Madagascar, a ragged boy of about 8 years old was playing alone under the damp, muggy Ambanidia tunnel. There were raindrops dripping from the ceiling of the tunnel ; and that little boy was dancing between these raindrops, trying to catch them with his mouth. Apparently the tunnel was his life and the raindrops his toys. The image of that ragged little boy never left me again.
      I am hopeful for that little boy whenever progress (however small) is achieved in Madagascar. I am afflicted whenever I see regression- not to say total collapse.
      These are the children of Madagascar and yet, they are the primary victims of political greed...and of ‘political vandalism.’

    • 27 juin 2009 à 10:21 | rom1 (#1140) répond à lalatiana

      rom « un » tout simplement...

    • 27 juin 2009 à 10:49 | Rakoto (#358) répond à lalatiana

      Lalatiana, il y a d’autres expressions plus adapter que « se forcer ».

      Un peu plus de volonté pour réussir surtout ! Ne plus se suffir de « minoa fotsiny ihany » !.

    • 27 juin 2009 à 12:12 | lalatiana (#1016) répond à rom1

      aahhh booooonnnn ????[[[

      LOL

      un comme entier, alors ? :-)

    • 28 juin 2009 à 08:13 | Hope (#1551) répond à jane d

      To Jane d and all,

      I had a similar experience during my last trip to Madagascar to visit my family (I am student and I have been abroad for several years now). It was so sad to see how poor our country is and how much people struggle.

      There were times I used to be sad and talk about this issue to my friends all the time (how the world is unfair, how selfish the western countries are...and so on and so forth). Then one day, I realized that it is purposeless to just talk about the problem endlessly. I also realized it is hypocritical unless I/we stand up and do something about it.

      We do not have to wait until we become successful or rich to be able to help especially if we live abroad. There are a lot that we can do. One thing I did several months ago was to ask my family in Tana to identify a few people/families who they know are financially struggling but who are hard-working and who really want to improve their lives and get out of the circle of poverty. I then tried to send whatever money I had to help them out. Sometimes, the money is directly used to pay for children ’school fees or help pay electricity bills or fees for those who can benefit from career oriented trainings. Luckily, the Euro and $$ are so strong that it is possible to help without really sacrificing one’s life (if one lives abroad). Before, I used to eat out a lot or spend money buying things that I did not really need to have. Now, I am more careful in my spending and every time I am about to do something that requires money, I always try to step back and really think if I really need to do it (keeping in mind how much the amount would mean to anyone in Mada who may need help).

      So for those of you who live abroad and who really feel like helping, this is one of many practical ways through which you can really make a difference by helping your fellow countrymen. You do not have to be rich to be able to help, even 20 euro or dollars can help a lot to those who are really struggling in Mada. You can do some saving for a few months and then send the money through western Union (it is very cheap now).

      Not all of us can write inspiring columns like our beloved Ndimby, not all of us can fight along side the GTT Euro/US or TGV (depends on whose cause your are rooting for),...but this is one of many other ways through which we can contribute if we wish to do so.

      Anyway, just sharing !!

      It does not have to be a lot. Fortunately,

    • 28 juin 2009 à 09:48 | tribun (#2036) répond à jane d

      tu lis un commentaire en français et tu réponds en anglais, c’est quoi ton problème tu veux nous montrer que tu es cultivée ?? et pourquoi pas en chinois je comprendrais que tu répondes en malgache, et tu parles d’unité ???
      t’es vraiment « funny »

    • 28 juin 2009 à 19:32 | Hope (#1551) répond à tribun

      To Tribun

      I wrote in English for a few reasons :

      First, I was responding to a comment written in English by Jane d (a response to Lalatiana). Second, my french is not good so it will take me too much time to respond in french (not everyone in this forum lives in a french speaking country like you probably do). Third, I am not trying to « faire la snob » by writing in English because I do not see the point in doing so if I have to conceal my identity anyway. Fourth, by applying the same logic that you are using, someone else can also say to you : « why do you write in french but not in Malagasy ? are you trying to -faire la snob- by showing us that you can write in french ? »

      So I would say « focus on the message but not on how it is written » and stop being judgmental, being negative and tearing others apart.

    • 29 juin 2009 à 08:06 | jane d (#2353) répond à Hope

      Hope,

      Thanks for sharing your very inspiring story. I feel we have a shared vision for the future of our country so let’s stand side by side and do what we can to help Madagascar

    • 29 juin 2009 à 08:17 | lalatiana (#1016) répond à Hope

      Bonjour Hope,

      J’ai commencé à te répondre en anglais... Avant de réaliser bêtement que de toutes façons tu lisais couramment la Français ...

      A propos de ce que tu dis ... Je pense que malgré la générosité de tes propos et de tes actions, ce n’est PLUS d’action humanitaire dont le pays à besoin, sans préjuger de la réalité de l’apport aux familles soutenues ni du « soulagement » que cela leur procure ...

      Nous devons refuser le plus souvent possible les mesures « d’assistanat » qui quelque part satisfont à bon compte notre bonne conscience et nous dédouanent de notre culpabilité de « nantis » de la diaspora ...

      Ce dont notre pays a me semble t il besoin, sans aller jusqu’à rejeter toutes ces initiatives qui peuvent effectivement apporter une certaine forme de soulagement à certains de nos frères, c’est d’ENERGIE... De celle des entrepreneurs qui se battront sur des projets à la fois politiques et sociétaux pour construire une nouvelle démocratie, sur des projets économiques en termes d’entreprenariat, sur des projets d’investissements, sur des projets culturels pour rapprocher les deux mondes ...

      Il ne s’agit plus de pitié ou d’espoir... il s’agit désormais d’orgueil et de projet ...

    • 29 juin 2009 à 20:45 | Hope (#1551) répond à lalatiana

      Hello Lalatiana,

      I agree 100% with what you said. And I think we ultimately share the same vision. What we said complement each other, but we just differ on our focus in the forum for the moment.

      You outlined a more strategic and general approach, whereas I focused on a more specific problem (poverty) and at the individual level. And I think we need both.

      The point I was trying to make was that not all of us will be in a position to help materialize all the great ideas talked about in this forum because of our respective constraints. But it does not mean that we should just step back and wait for our leaders to do it for us. I think if we truly care, then we will find ways to help out regardless of our situation, and I outlined one of them here, for example, for a student (by the way, it should be done out of love and compassion not pity, and most importantly, we should only help those who truly deserve a break).

      But in general, I also find it frustrating to go over and over things that I have no control on. Most of the ideas proposed here can only be materialized at the institutional level. So it makes me feel more helpless and I am sure many of us feel the same way. But it is good to be reminded that there are many other practical ways through which an individual can participate right away regardless of his/her situation and I believe we should all be reminded of that…

      PS : I do read and write in french ; I am just very slow when I write (french is hard !!).

    • 29 juin 2009 à 21:21 | Hope (#1551) répond à jane d

      Jane d !!

      I agree !! We all need each other in this life. So let’s lift each other up !!

    • 30 juin 2009 à 02:34 | lalatiana (#1016) répond à Hope

      oki Hope ...

      have a look on this website

      www.madagoravox.org

      Hoping to see you soon ...

    • 30 juin 2009 à 18:54 | Hope (#1551) répond à lalatiana

      Lalatiana,

      Thanks for the link ! I agree 100% !!....and that is why we are here in this forum to debate these ideas and hopefully grow.

  • 27 juin 2009 à 09:09 | mpimasy (#2738)

    vous rêvez comme un vazaha bien nourri ....

    le 29 mars 2009 , 41432 mahorais ont vendu leur âme pour que leur ile devienne département français (2084 voix contre !!)

    49 ans aprés le 26 juin 1960 , proposez ce même référendum aux malgaches , vous saurez à quoi ils revent

    rmi...rmI....rMI...RMI...

    • 28 juin 2009 à 09:40 | tribun (#2036) répond à mpimasy

      les mahorais ont une âme ??? c’est une scoop !! je pensais qu’ils n’avaient qu’un estomac !!, pour qui connait Mayotte, il n’y a pas d’identité mahoraise, tout cela n’est que foutaise, cette identité a été créée de toute pièce par la France, car ils sont tous Comoréens, c’est à dire d’origine souali d’afrique australe, certes il existe des descendants de malgaches qui occupe la partie l ouest de l’ile à SADA, mais le reste de la population a tous de la famille dans
      l’archipel, de plus 40% de la population est originaire des iles voisines et vivent illégalement sur l’ile de Mayotte d’après les critères français, je ne comprends pas l’engagement de la France dans cette partie du monde, alors que 99% des biens de consommations sont importés un taux de chomage proche des 70%, le reste est constitué de fonctionnaires, Une corruption africaine, Un gouffre financier pour la France et le contribuable, Aucune production locale, même l’ilang ilang n’est plus exploitée ce rattachement va creer dans l’avenir des problèmes pire que ce qu’ on connait aux Antilles, Ces gens sont à l’origine des cueilleurs et agriculteurs et on leur offre le mirage de la civilisation avec tous les biens de consommations qui ne sont pas à la portée de leur bourse, donc en adhérant au rattachement à la France de par les avantages sociaux qu’on leurs promet ils vont ainsi pouvoir faire travailler leurs bourses, mais n’allez pas croire que c’est par attachement philosophique aux valeurs fondamentales de la république dont ils n’ont que faire, d’ailleur on parle mieux le français à MADA qu’à Mayotte. Alors Malgaches vous qui avez une âme vous avez l’intelligence et la capacité de vous en sortir sans être des mendiants de la république française.

    • 28 juin 2009 à 21:10 | Rivohanitra (#142) répond à tribun

      C’est grave que la rédaction laisse passer de tel propos, c’est la traduction texto de « les noirs ont-ils une âme ? »
      Il faut un minimum de respect...

    • 29 juin 2009 à 15:18 | tribun (#2036) répond à Rivohanitra

      c’est ton interprétation !! toujours ce vieux complexe sur la couleur de la peau !! faut évoluer un peu !!!

  • 27 juin 2009 à 09:17 | Noue (#2427)

    I have a dream…...mais de quoi ? de fêter la fête de l’independance dans la serinité ...

    Mais quand d’un coup , j’ouvre les yeux , la réalité est belle et bien là ! arrestation...bombe...la grande festivité des la HAT...mais dis-donc...est-ce que je vais pouvoir manger à ma faim aujourd’hui ? et quelque part , il y a une grande fête avec au moins 3000 invités , d’autres ont eu 400 000 fmg d’augmentation..mais pauvre de moi qui n’arrive même pas à avaler ma salive ne serait-ce que dans mon rêve.

  • 27 juin 2009 à 09:22 | racynt (#1557)

    « I have dream », Martin Luther King n’a pas vu son rêve se réaliser mais ces descendants oui. Personne n’aurait pu imaginer il y a des années de cela qu’un noir américain pouvait devenir président des Etats-Unis. Et pourtant...

    Au delà de nos différences (origine, religion, ...) , de nos convictions politiques (pro-TGV ou pro Ra8...) , on a tous le même rêve de voir notre pays se développer, de vouloir que nos enfants puissent avoir un avenir meilleur que le notre. Mais ce rêve restera toujours un rêve si on ne prend pas notre destin en main en mettant de côté tous ce qui nous sépare et en mettant en avant tous ce qui nous unis.

  • 27 juin 2009 à 10:20 | kakilay (#2022)

    The dream still alive !

    Et rêve pour rêve, en voici un autre...

    Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
    Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
    Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
    Sans un geste et sans un soupir ;

    Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
    Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
    Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
    Pourtant lutter et te défendre ;

    Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
    Travesties par des gueux pour exciter des sots,
    Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
    Sans mentir toi-même d’un mot ;

    Si tu peux rester digne en étant populaire,
    Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
    Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
    Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

    Si tu sais méditer, observer et connaître,
    Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
    Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
    Penser sans n’être qu’un penseur ;

    Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
    Si tu peux être brave et jamais imprudent,
    Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
    Sans être moral ni pédant ;

    Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
    Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
    Si tu peux conserver ton courage et ta tête
    Quand tous les autres les perdront,

    Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
    Seront à tous jamais tes esclaves soumis,
    Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
    Tu seras un homme, mon fils.

    Kipling

    • 27 juin 2009 à 12:39 | rota rakotomalala (#2628) répond à kakilay

      Poésie pour poésie, en voici une autre

      N’abandonne surtout pas (Auteur inconnu)

      Lorsque dans ta vie, rien ne va plus, que les problèmes
      tourmentent ton esprit et que l’argent te cause tant de soucis...

      Repose-toi s’il le faut,
      Mais n’abandonne surtout pas.

      Lorsque trop d’erreurs ont été commises,
      que tout ton univers menace de s’écrouler et fatigué,
      tu sens la confiance t’abandonner...

      Repose-toi s’il le faut,
      Mais n’abandonne surtout pas.

      Tu sais, la vie est parfois étrange,
      avec son lot de surprises et d’imprévus,
      il ne nous est pas donné de savoir à l’avance
      combien d’étapes nous devrons franchir ni
      combien d’obstacles nous aurons à surmonter
      avant d’atteindre le bonheur et la réussite.
      Combien de gens ont malheureusement cessé de lutter
      alors qu’il n’aurait peut-être fallu qu’un petit pas de plus
      pour transformer un échec en réussite.

      Et pourtant, un pas à la fois n’est jamais trop difficile.

      Tu dois donc avoir le courage et la ténacité nécessaire
      pour faire ce petit pas de plus en affirmant que la vie
      est une grande puissance amie qui se tient toujours à tes côtés,
      prête à te porter secours.
      Tu verras alors que cette attitude appellera,
      du plus profond de toi-même, des forces de vie
      que tu ne soupçonnais même pas et qui t’aideront
      à réaliser ce que tu entreprendras.

      Mais surtout et avant tout, rappelle-toi bien,
      Quand dans ta vie, des moments difficiles viendront...

      Repose-toi s’il le faut,
      Mais n’abandonne surtout pas.

      Quand la route est remplie d’obstacles
      et que tu n’attends aucun miracle
      il est permis de t’arrêter
      mais non d’abandonner.

      Quand le succès te fuit
      et que le doute t’envahit
      peut-être qu’à ton insu
      tu es tout près du but.

      C’est quand tu as tout essayé
      qu’il ne faut pas abandonner.

  • 27 juin 2009 à 11:24 | ragasy (#416)

    Martin Luther King a prononcé ce fameux discours le 28 août 1963.

    Barack Obama prend ses fonctions en Janvier 2009.

    Les USA voient le rêve se réaliser après 46 ans.

    Mais ce sont les Américains ! Et nous, toute proportion gardée, ce rêve de Rom1 se réalisera en ...

    Suis-je pessimiste ?

  • 27 juin 2009 à 11:35 | niry (#210)

    Mais vous êtes aveugles ou quoi ? Madagascar EST RÉELLEMENT INDEPENDANTE !!...(mais vis-à-vis de toute la communauté internationale)

    Même Lylison envoie Amnesty Internationale dans les roses..

  • 27 juin 2009 à 12:14 | rota rakotomalala (#2628)

    Rom1,
    Ce dont tu as rêvé, il est réalisable. Le président de la République l’a initié avec le MAP dont voici un extrait.
    Maintenant, peu importe qui sera à la Présidence de Madagascar, A CONDITION QUE CE PLAN SOIT SUIVI A LA LETTRE.
    Le bon côté de la crise actuelle (j’ai toujours tendance à voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide), c’est qu’au moins elle nous a permis de prendre conscience de la réalité et de réfléchir à notre avenir et par conséquent à celui de nos enfants, nos petits enfants, etc…, mais surtout d’agir et sur ce point, je suis d’accord avec Lalatiana. J’utiliserai la même expression « se forcer à » dans le bon sens du terme. Toujours positiver !
    LE MAP
    Lancé à l’initiative du Président de la République, le MAP sert à faire un saut qualitatif dans le processus de développement grâce à un plan innovant sur cinq ans qui mobilisera le peuple Malgache ainsi que les partenaires internationaux, démarrera une croissance rapide, mènera à une réduction de la pauvreté, et assurera le développement du pays en réponse aux défis de la mondialisation et conformément à la vision Madagascar - Naturellement ! et aux Objectifs du Millénaire pour le Développement.
    MADAGASCAR SERA UNE ECONOMIE EMERGENTE AVEC UNE COMPETITIVITE MAXIMISEE VERS 2020.
    NOTRE ENVIRONNEMENT SERA PROTÉGÉ ET SERA UTILISÉ D’UNE FACON SAGE ET RESPONSABLE POUR PROMOUVOIR NOTRE DÉVELOPPEMENT. NOTRE CROISSANCE SERA BASÉE SUR NOS RESSOURCES NATURELLES UNIQUES ET SUR LA TRANSFORMATION DE NOS PRODUITS NATURELS.
    LE PEUPLE MALGACHE, TANT EN MILIEU RURAL QU’URBAIN, SERA EN BONNE SANTÉ ET BIEN EDUQUÉ. ILS SERONT DES PARTICIPANTS ACTIFS AU PROCESSUS DE DEVELOPPEMET ET TRAVAILLERONT AVEC UNE FORTE PRODUCTIVITE DANS L’AGRICULTURE, L’INDUSTRIE, ET LES PRESTATIONS DE SERVICES.
    EN TANT QUE NATION, NOUS ALLONS HONORER LA MULTITUDE DE CULTURES ET DE TRADITIONS DE TOUT LE PEUPLE DE MADAGASCAR. NOUS SERONT FIERS DE NOTRE PAYS ET SERONT UNIS DANS LA SOLIDARITE NATIONALE.
    OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT
    Éradiquer la pauvreté extrême et la famine : réduire de moitié le pourcentage de la population mondiale qui vit avec moins de 1$ par jour jusqu’en 2015, réduire de moitié le pourcentage de la population mondiale dans la famine.
    Atteindre l’éducation primaire universelle pour tous les enfants jusqu’en 2015,
    Promouvoir l’égalité des sexes et donner du pouvoir aux femmes : éliminer l’inégalité entre garçons et filles à tous les niveaux d’éducation jusqu’en 2015,
    Réduire la mortalité infantile de deux tiers jusqu’en 2015,
    Améliorer la santé maternelle : réduire la mortalité des mères de trois quarts jusqu’en 2015
    Combattre le VIH/SIDA, la malaria, ainsi que d’autres maladies : contenir et renverser la tendance jusqu’en 2015,
    Assurer la durabilité environnementale : 1) adopter des stratégies pour le développement durable et la protection des ressources naturelles, 2) réduire de moitié la population sans accès à l’eau potable et à l’assainissement jusqu’en 2015,
    Développer un partenariat global pour le développement : libéraliser le commerce et système de financement, faciliter l’accès aux marchés, accentuer le processus d’annulation de dettes, créer des emplois pour les jeunes, promouvoir l’accès aux médicaments à prix abordables, promouvoir l’accès aux nouvelles technologies

    • 27 juin 2009 à 22:11 | rom1 (#1140) répond à rota rakotomalala

      j’en suis convaincu que Mada était sur la bonne voie.c’est tout le sens de cet edito...

      mais aujourd’hui ????

    • 28 juin 2009 à 01:32 | lalatiana (#1016) répond à rota rakotomalala

      bien dit, rota, ma soeur ... :-)

    • 4 juillet 2009 à 09:39 | rota rakotomalala (#2628) répond à rom1

      Bonjour Rom1

      Je réponds tardivement à ta question car je ne l’ai lue qu’aujourd’hui et apparemment, je peux encore réagir !

      Alors oui Madagascar était sur la bonne voie, et aujourd’hui, nous prenons conscience de la réalité vraie.

      Il nous faut donc nous engager en tant que citoyen (j’aimerais dire citoyen du monde dans lequel nous vivons) afin que nous puissions avancer.

      Le proverbe africain « Si tu veux aller vite, avance seul. Si tu veux avancer loin, avance uni » me plaît beaucoup et j’aimerais en faire notre devise à tous…Nous avons besoin d’aller vite et loin…

      L’engagement citoyen au pluriel

      La citoyenneté s’exerce dans tous les grands domaines de notre vie : politique, culture, social, environnement, économie. L’engagement, c’est réfléchir, agir, aboutir. Chacun peut le faire à la hauteur de ses moyens
      Les citoyens ne doivent pas se sentir démunis, ils ont un rôle à jouer pour tendre vers un modèle de société plus viable, que ce soit par leurs gestes au quotidien, ou par leur engagement accru en tant que citoyen. Chaque action compte et c’est par la somme de nos engagements individuels que notre monde pourra bouger

      Nous devons créer les Principes de fonctionnement d’une société de confiance et de liberté

      Selon Emmanuel Kant (1724-1804), la résolution des conflits résiderait dans la restauration d’une communauté dite « cosmopolitisme » dont le rôle serait d’instaurer une représentation nouvelle des droits subjectifs capable de changer les relations internationales en un système fondé désormais sur la coopération mutuelle entre les États, et non plus sur la concurrence implicite.

      Selon le Rapport sur le développement dans le monde, si certaines régions sont prospères, c’est parce qu’elles ont favorisé les transformations dans les trois dimensions de la géographie économique : Densité, Distance, Division…

  • 27 juin 2009 à 12:20 | hafatra (#1895)

    Man ,you’re a kind of weird guy.You’ve got the 4th biggest island in the world , you’ve got rich soil, you’ve got beautiful landscape, sea ,water,animals...you name it ! and all you can do is to dream ! come on do something ,wake up it’s time !

  • 27 juin 2009 à 13:14 | rakala (#726)

    Je suis convaincue que nous pouvons le matérialiser ce rêve, pourquoi cela devrait se passer autrement ?
    Mais sans une « éthique » certaine, il restera dans le domaine du « si seulement » et rien de plus ce fabuleux rêve.

    Sommes-nous tellement si pauvres d’esprit que nous n’apprenons rien des erreurs du passé ?
    Sommes-nous tellement si indifférents en ce qui concerne l’avenir de nos enfants que nous osons jusqu’à hypothéquer ce que nous possédons de plus précieux pour satisfaire des ambitions personnelles et arbitraires ?

    Ne voilà-t-il pas que l’affaire Daewoo ne nous suffisait plus ?
    N’en déplaise aux esprits partisans mais il y a manque de cohérence entre le discours « des stratégies pour le développement durable » et le discours « croissance rapide ».

    Maintenant on vend notre eau, et nous osons encore dire que nous oeuvrons pour le développement de notre pays ?

    Est-ce si difficile à intégrer ?
    « Primo, la sagesse de choix économiques à des moments cruciaux…..
    Secundo, la stabilité politique….
    Tertio, une capacité de vision à long terme….. »

    Le rêve bleu est en train de virer au cauchemar.
    J’avais cru que nous étions enfin mûr mais telle que nous continuons à l’écrire, notre histoire ne finira pas si joliment comme dans le conte de Fara vs Trimobe.

    Décidemment, je suis une extraterrestre qui vit dans les étoiles.

  • 27 juin 2009 à 15:29 | Citoyenne Malgache (#599)

    Tous les rêves sont réalisables. Mais si on n’a pas ce qu’on veut, c’est soit parce qu’on ne le voulait pas assez, ou alors on a négocié sur le prix à payer...

    Les plus grandes distances ne peuvent se parcourir que par un ensemble de petits pas en avant, ou par une combinaison de petits tours de mécanismes...

    Nous étions en train de rebâtir notre pays, mais nous avons tout compromis en restant spectateur ou complice de ce qui vient de se passer ces dernier mois.

    Le taux de scolarisation a connu un grand bon depuis 2003 avec l’initiative Education pour tous, les incitations comme les kits scolaires, les cantines scolaires, la suppression des frais de scolarité. Maintenant, avec l’effet de cette crise, combien de familles vont cesser d’envoyer leurs enfants à l’école ?

    Un rêve en tue un autre...

  • 27 juin 2009 à 16:31 | zaka (#1418)

    je dirais plûtot fiction,, car rêver avec une telle profusion de détails signifie une intense frustration.
    C’est un travail éditorial, alors , jouons le jeu ; pourquoi ne pas rêver.
    Restons toutefois dans le domaine du possible.
    Le Président de la République serait un homme d’une profonde érudition, d’une grande sagesse, respécté de tous. Tous les malgaches vivent dans un environnement sain et paisible. Nous serons enviés de tous, et les touristes viendront en masse, s’enquerir de notre philosophie de la vie. Quel est donc le secret de la vitalité et de la longue vie des malgaches. Ils sont simples, génereux, tolérants, et plein de sagesse à l’instar de leur président.
    Dans notre lointain passé, peut être à l’époque précoloniale, les malagasy étaient probablement ainsi.. ce n’est point un rêve,, c’est la nostalgie du passé.

  • 27 juin 2009 à 20:56 | Rabila (#1379)

    le hic, c’est que tout le monde a un rêve :

    - les HAT/TGV de réussir le grand chelem. Coup d’état, reconnaissance internationale, et gagner haut les mains les futures élections. Monja Roindefo et Hasina Andrimanjato rêvent chacun de leur coté d’être le meilleur présidentiable. Izonogoud est déja au pays des rêves. Il est déja calife et coupe deja les rubans. Il parait qu’il a commandé un tapis volant auprés de saoudiens. Ignare, comme il l’est. Il ne savait pas que ce sont les potes de Saddam qui fabriquent les tapis volants.

    - Ravalomanana rêve une seconde virginité politique et cherche chez les sorciers zoulous le poudre miracle pour faire oublier à la terre entière combien il a été nul dans la gestion de sa propre déchéance. The self made man is self destroyed. Ces partisans rêvent d’un débarquement mais ils ont oublié les nazis. Rakoto-SS ne fait pas la Weimar.

    - Odon RZNKLN, notre futur cardinal, rêve de devenir le prochain Pape. La fin de Benoît est proche. Odon Habiby 1er, premier pape malgache, premier pape africain. Le 1er amiral malgache en sera jaloux.

    Et moi, je rêve que Madagascar ainsi que son peuple changent de nom. Que Madagascar soit baptisé NOSINJANAHARY et sa population s’appelle ZA-HAVANA.

    • 27 juin 2009 à 21:32 | Rabila (#1379) répond à Rabila

      - il parait que Sylla rêve aussi d’être le futur président. J’espère qu’il ne se reveille jamais ...

    • 28 juin 2009 à 06:48 | jane d (#2353) répond à Rabila

      un peu d’humour, ca fait du bien...ou est-ce vrai ?

  • 28 juin 2009 à 09:58 | tribun (#2036)

    c’est vrai que cela fait 49 ans que vous rêvez, pendant ce temps il y en a qui vous ont exploité, et je vois que sur ce forum certains n’ont toujours pas compris, les nostalgiques du passé, qui se posent toujours la question « ah !les vilains, c’est pas beau ce qu’ils ont fait » les révolutions en générale sont les seules moyens mis à la disposition de peuple pour faire valoir se droits, pas d’état d’âme ! ensuite des ajustements se font, revoyez la révolution française, revoyez la révolution russe qui à l’origine est une révolution bourgeoise, avant que Lénine effectue son réajustement, à vous de faire votre réajustement, les rêves sont agréables tant qu’on a les yeux fermés, mais c’est la nouriture du faible !

  • 28 juin 2009 à 19:25 | Lucie (#101)

    Que voilà un rêve magnifique auquel j’adhère et qui m’a bien faite sourire !

    J’ajouterais la touche malagasy :dans tous ses échanges nationaux comme internationaux,Madagascar impose son style et son éminente spécificité que lui envie le monde entier et qui est le « Fihavanana » . Le respect mutuel et la considération réciproque qui dit que « les bons échanges sont ceux où toutes les parties trouvent leur compte pour le bien-être de leurs populations ».

  • 28 juin 2009 à 23:00 | el che (#344)

    Comment se fait-il que beaucoup de citoyens prennent pour acquis la prise de pouvoir à long terme par la HAT ?

    La HAT est un gouvernement provisoire, et ses membres ne devraient avoir comme ambition que de mettre sur pied la 4ème république.

    Il ne faut pas demander à la HAT de construire une nouvelle forme de gouvernance, mais de mettre sur pied un cadre qui permet de pouvoir pratiquer une véritable démocratie.

    Ensuite, il s’agira pour chaque formation politique de mettre sur pied de véritables programmes de société, qui tiennent compte des aspirations de la population, et en conformité avec la réalité socio-économique du pays, intégrés dans le contexte international.

    Pour cela, il faut aller à la quête de nouveaux leaders, honnêtes, compétents, capables de porter en professionnels les intérêts du pays.

    C’est la raison d’exister de la HAT. Il ne lui appartient pas de faire des projets de société : il doit passer la main à de véritables « bâtisseurs », une fois les règles institutionnelles mises en place.

    Que les citoyens restent vigilants : la HAT ne doit pas représenter la 4ème république ; elle s’occupe de sa mise en place, et doit avoir la sagesse de s’autodissoudre aussitôt après.

    PS : merci de nous faire part du rêve malagasy.
    Toutefois, il serait imparfait, si l’on souhaite le déclin d’autres pays (France, Pays Arabes)
    el che

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 125