Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 24 février 2018
Antananarivo | 11h15
 

Tribune libre

Communiqué de la Présidence

Gestion des finances publiques

vendredi 13 août 2010

Dans le souci de transparence et afin d’éviter les interprétations erronées et autres supputations gratuites sur la gestion des finances publiques, la Présidence de la Haute Autorité de la Transition tient à apporter les précisions suivantes :

Par lettre en date du 29 Juin 2010, le Secrétaire Général de la Présidence de la Haute Autorité de la Transition a saisi tous les Membres du Gouvernement pour faire valoir que « le contexte socio – économique national et la crise internationale nous obligent à adopter une politique d’austérité dans la gestion des finances publiques. Les dépenses publiques doivent être axées sur les besoins vitaux pour le fonctionnement régulier de l’Administration, mais surtout pour l’intérêt du Peuple. L’État doit effectuer des économies qui seront réaffectées à des projets qui auront des impacts directs sur l’amélioration du niveau et de la qualité de vie de la population. À cet effet et sur instruction supérieure, chaque Ministre doit ainsi veiller au respect de cette politique d’engagement budgétaire fixée par le Chef de l’État. En outre, les demandes d’engagement budgétaire, soumises à l’approbation du Président de la Haute Autorité de la Transition, doivent être accompagnées des pièces justificatives, avec un état complet des besoins réels des services concernés, et ce, dans le respect de la législation en vigueur. Elles doivent aussi être accompagnées de note explicative détaillée permettant au Président d’apprécier l’opportunité de la décision. Soucieux d’une bonne gestion des finances publiques, le Président de la Haute Autorité de la Transition attache une importance particulière à cette instruction ».

Par circulaire en date du 14 Janvier 2010, le Ministre des Finances et du Budget a également déjà informé toutes les Institutions et Ministères du taux de régulation autorisé en matière d’engagement des dépenses du Cadre I du Budget Général de l’État.

Ainsi, si un quelconque retard de décision de déblocage de fonds est actuellement constaté, ceci ne peut, en aucun cas, être imputé à la Présidence de la Haute Autorité de la Transition, étant entendu que, au niveau de certains Institutions et Ministères, l’Instruction présidentielle et la Circulaire ministérielle citées supra n’ont pas été strictement observées.

En tout cas, la Présidence de la Haute Autorité de la Transition a déjà donné de nouvelles Instructions aux départements institutionnels et ministériels concernés pour que, dans les plus brefs délais, ils se plient aux exigences de l’Instruction présidentielle et de la Circulaire ministérielle dont il s’agit, afin qu’aucun retard de déblocage de fonds ne puisse plus entraver la bonne marche de l’Administration.

Ambohitsorohitra, le 11 Août 2010

La Direction de la Communication à la Présidence de la Haute Autorité de la Transition

5 commentaires

Vos commentaires

  • 13 août 2010 à 11:03 | sissi (#3685)

    « Ainsi, si un quelconque retard de décision de déblocage de fonds est actuellement constaté, ceci ne peut, en aucun cas, être imputé à la présidence de la HAT »

    Mais ckidonc( pour imiter Da Fily) le responsable de la com de sa présidence ??? Un chef , du moins un vrai doit assumer car il est responsable des éventuelles incompétences ou bêtises commises par sa troupe. En aucun cas il ne doit être le premier à la donner en pâture au public.

    Peut-on seulement imaginer un commandant de bord par exemple s’excuser devoir sauter en parachute parce que son copilote ou un technicien a failli dans la mission qu’il lui a donné ?Un commandant de bord ou un capitaine de bateau doivent être les derniers à abandonner leurs avions ou leurs bateaux. Alors au niveau d’un pays, assumer ses responsabilités est la moindre des choses.

    Mais bon, cela nous rassure, les caisses de l’état ne sont donc pas vides contrairement aux apparences et aux mauvaises langues. On sait maintenant que s’il y a retard ou problème c’est la faute aux collaborateurs qui ne respectent pas les instructions. Mais n’est-ce pas déjà une faute ou tout au moins un aveu de faiblesse de la part d’un dirigeant que de reconnaître publiquement ne pas réussir à se faire respecter ? Voilà qui est une mauvaise com.

    A quand le prochain communiqué pour se dédouaner de cette crise en niant toute responsabilité ? D’ailleurs, y a t-il seulement une crise à Madagascar ? Encore une invention de la part de ses nombreux détracteurs.
    Sissi

  • 13 août 2010 à 11:57 | Gasy FIer (#387)

    « Fais ce que je dis mais ne fais pas ce que je fais ».

    Apparemment, c’est ce qui se passe actuellement. On fait réduire de 50% le budget des ministères mais on les allouent à la présidence pour que « La princesse » puisse distribuer des aides par-ci et par là à son propre nom et quand le couple présidentiel fait un déplacement en dehors de Tanà, on se permet de réserver un hôtel entier à savoir l’Hôtel des Thermes lors de la sortie de promotion à l’académie militaire d’Antsirabe ainsi que Arotel de la même ville pour la primature.

    Les boîtes de nuits d’Antsirabe étaient par la suite envahies par les Richard Ravalomanana et toute la troupe des « Tandroka aron’ny Vozona ».

    Qui a payé tous cas frais ? alors que le peuple (y compris ces personnes là) était « très pauvres » avant qu’ils sont au pouvoir.

    Soit ils sont devenus riches au pouvoir, soit, c’est l’argent du peuple qu’ils utilisent lors de leurs « festins » et le pauvre peuple, le vrai, descend de plus en plus en enfers tous les jours avec leur pauvreté.

    • 13 août 2010 à 22:15 | agyal (#399) répond à Gasy FIer

      le financement de cette ONG 100% gasy aété publié dans la presse . Et puis, la famille Présidentielle a elle-même quelques monnaies.
      Toujours est-il que les sinistrés du Cyclône HUBERT ont été très heureux de se faire aider, soigner par les bienfaits de Mialy.
      Il ne faut pas être jaloux, n’est-ce pas, Gasy Fler !!!!

  • 13 août 2010 à 12:19 | RAKOTOZANANY (#3245)

    Vrai sens de cette communisation :

    « On vous en enlève ou on vous prive de budget, car sinon on n’en a pas assez pour nous »

    Ils ne sont vraiment pas crédibles, ni compéténts, il faut qu’is se rendesnt compte un jour qu’il faut qu’ils laissent leurs places aux VRAIS et AUX MERITANTS.

    Tout est faux.

  • 13 août 2010 à 17:13 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    « ON » parle beaucoup de finances publiques.

    Les finances publiques sont présentées comme l’ensemble des règles gouvernant :

    - les finances de l’Etat ;

    - des régions et des collectivités locales ;

    - des établissements publics ;

    - de toutes autres personnes morales de droit public.

    Il y a des questions du droit fiscal,du droit constitutionnel et de la Comptabilité publique.

    Comptabilité publique,

    - cadre comptable à décrire l’ensemble des opérations et flux économiques,réalisés sur le territoire.

    Elle est présentée pour chaque secteur de lk’économie :

    - ménages,

    sociétés financières,

    - administrations.

    (on peut s’enrichir très facilement en négligeant la comptabilité publique)

    Comptabilité budgétaire

    La comptabilité budgétaire décrit la mise en place des crédits et retrace leur utilisation.

    Les restitutions comprennent deux volets :

    1-la comptabilité des engagements qui va de la mise en place des crédits jusqu’à leur engagement ;

    2-la comptabilité des encaissements/décaissements.

    La consommation des crédits se fait en deux étapes :

    - la première enregistre l’impact des engagements « juridiques » sur les crédits d’engagement :

    - la seconde décrit la consommation des crédits de paiement dans une logique de caisse en retranchant l’exécution des dépenses budgétaires au moment où elles sont payées (par exemple ,émission d’un virement au profit d’un fournisseur) et l’exécution des recettes au moment où elles sont encaissées et elle dégage le « SOLDE » d’exécution budgétaire.

    Le contrôle financier est chargé de veiller au caractère soutenable,tant des documents prévisionnels des gestion élaborés par les responsables des crédits que des actes de dépense les plus importants pris par des ordonnateurs.

    La prévention du risque budgétaire constitue le coeur du contrôle budgétaire.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 323