Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 25 février 2017
Antananarivo | 04h56
 

Lu ailleurs

Afrique

Depuis plus de 20 ans, l’Afrique distribue 78 milliards $ par année au reste au monde…

jeudi 15 décembre 2016

Entre 1980 à 2012, les volumes de capitaux qui ont quitté l’Afrique ont été plus importants que ceux qu’elle a reçus, apprend-on d’un rapport publié le 5 décembre 2016 par le Global Financial Integrity. Au total, ce sont 1712,5 milliards $ que le continent a perdus, soit en moyenne 78 milliards $ par an.

A l’origine de cette situation, le rapport pointe tout d’abord les sociétés multinationales avec leurs méthodes d’optimisation et d’évasion fiscale. L’empreinte la plus forte se situe dans le domaine des industries extractives (mines et hydrocarbures) où de grands groupes tirent avantage des économies d’échelle, mais réalisent surtout des montages comptables et fiscaux qui réduisent fortement la base imposable ou la quote-part des pays hôtes.

L’autre responsable de cette hémorragie est l’ensemble des paradis fiscaux. Ces juridictions qui gèrent souvent des actifs plus importants que leurs produits intérieurs bruts, sont des refuges tant pour des placements licites, en quête d’investissements rentables et peu taxés, que pour des placements illicites liés à des trafics illégaux ou des dissimulations des rentes. L’exemple du Nigéria, un des pays souvent classé dans le top des plus corrompus dans le monde et dont certains responsables ont été cités dans le scandale des Panama Papers, illustre cette corrélation avec les paradis fiscaux. Entre 2007 et 2011, la Banque centrale a transféré notamment dans les Iles Caïman, Singapore, la Suisse et 7 autres juridictions à fiscalités souples près de 4 milliards $. Les transferts des individus et des entreprises ont été deux fois et demi plus importants (9,7 milliards $).

La troisième cause de la sortie nette des fonds hors d’Afrique est la faiblesse des institutions et des administrations dans ces pays. Cette faiblesse les place en infériorité dans les négociations avec des multinationales beaucoup plus puissantes, qui peuvent payer cher des cabinets spécialisés capables de trouver des failles dans la législation, ou d’influer fortement dans les négociations pour obtenir des contrats avantageux.

Le problème est aujourd’hui connu et fait l’objet d’attention de plusieurs instances, notamment l’OCDE, du G20 et des instances onusienne. Mais le Global Financial Integrity estime qu’il faudrait aller au-delà et discuter du problème dans un cadre de concertation plus large. Un grief qui avait déjà été soulevé par le Financial Transparency Coalition, qui relevait que les mesures de collaborations fiscales de l’OCDE n’avaient pas été adoptées avec la participation effective des pays notamment en développement, dont ceux d’Afrique.

L’étude qui a mobilisé plusieurs centres de recherches économiques en Afrique (Nigéria), en Europe (Norvège) et en Amérique Latine (Brésil) a adopté une méthodologie particulière pour arriver à ces résultats. Elle place sur les deux côtés d’une équation, l’ensemble des transferts en provenance et ceux en partance de l’Afrique, y compris ceux qui ne font pas l’objet de transferts monétaires (remise de dette), les transferts des migrants et ceux en provenance d’autres paradis fiscaux, ou de sources non enregistrés dans les comptabilités publiques.

Agence Ecofin

27 commentaires

Vos commentaires

  • 15 décembre 2016 à 11:17 | punchline (#9673)

    c’est comme cela qu’on vole l’Afrique, et Madagascar en particulier :
    - les karanas et les chinois ,exploitent les pays, ne payent presque pas d’impôt et exportent les capitaux dans un paradis fiscaux

    - paradis fiscaux qui servent de blanchissement

    - et puis une infime partie de cet argent blanchis, servent à des semblant aides au pays pauvres,

    onvous aide par vos propres argents qu’on vous a volés

    soyons contents peuple malgache, vous avez des millionnaires chez vous d’après forbes

    solution : - reformer le FMI et la banque mondiale, sanctionner les riches gasy , les karanas et les chinois qui font des fraudes fiscales à grande echelle

    • 15 décembre 2016 à 11:22 | Titoy (#9616) répond à punchline

      Bonjour punchline,
      Pourquoi la solution viendrai encore de l’extérieur (FMI, banque mondiale), et votre BIANCO ?

    • 15 décembre 2016 à 11:38 | punchline (#9673) répond à punchline

      @titoy, arrêtes avec tes formules à l’emporte piece s’il te plaît,
      dixit titoy@Pourquoi la solution viendrai encore de l’extérieur (FMI, banque mondiale), et votre BIANCO ?


      c’est plutôt le problème venait de l’exterieur, qu’il ne se mele pas de nos problemes economiques, et le monde sera mieux... on veut pas d’eux, 3 choses tu dois savoir :

      - le FMI, gere la politique monétaire internationale,
      - la banque mondiale gere la politique d’investissement et donc industrielle et
      - l’OMC gere la politique commerciale du planète

      la chine et la russie ne sont pas d’accord, mais.....histoire à suivre

    • 15 décembre 2016 à 11:50 | Titoy (#9616) répond à punchline

      @punchline,
      Donc pour vous, le problèmes vient des différentes organisations extérieures qui se mêlent de vos problèmes économiques.
      Et ben, pourquoi quémander des aides, si vous pouvez réglés tout cela en interne.
      La Chine et la Russie peuvent snober ces institutions, je ne pense pas que Madagascar soit aussi développé pour le faire aussi.

    • 15 décembre 2016 à 11:57 | vatomena (#8391) répond à punchline

      On a compris : sanctionner durement ceux qui donnent du travail ,engendrent des profits ,font preuve d’initiatives .Place aux branleurs ,gloire au moramora ,honneur aux buveurs et fumeurs de chanvre .Tous assis- Je reste dans mon case en falafa.....

    • 15 décembre 2016 à 12:16 | punchline (#9673) répond à punchline

      @vatomena : au lieu de provoquer, envoies un peu un post qui force la réflexion, ce que tu viens de poster là c’est vraiment lamentable, de la provoc, aucun mot qui incite à la reflexion....

      si tu n’y arrives pas, reponds au moins : pourquoi l’Afrique, d’après cette étude donne plus qu’il ne reçoit ? qui est l’aidé ou l’assisté dans l’histoire ?

    • 15 décembre 2016 à 12:18 | Paulo Il leone (#6618) répond à punchline

      @punchline

      Toujours aussi comique le punching-ball du site !!

      entre parenthèses quand on a un seul paradis « fiscaux », on dit alors un paradis « fiscal ».*

      Répétons en choeur : « la pauvreté cé tou la fôte aux vazahas, aux karanas et aux chinois ! On est toujours dans la m..de, et pour encore très longtemps ... mais put.in ça fait du bien de se défouler sur les méchants zétrangers !! ... pas vrai punchingline ! »Donne-moi l’argent/le vola vazaha ...donne...!"

      *t’inquiète, tu me dois rien pour le cours d’orthographe, c’est cadeau de Noël du méchan néo-colonialiste au zentil indigène !

    • 15 décembre 2016 à 13:15 | punchline (#9673) répond à punchline

      @paul leone, arrêtes de parler de vazaha s’il te plaît, je parle de FMI, BM, et OMC,, etdes simple vazahas sont autant victimes decesinstitutions que les malgaches.

      et quand je parles de chinois et karanas, je m’intereeses à ceux qui exportent les capitaux sans payer de taxe Mada ;

      on a parlé des karana-gasy-pakistanais-vazaha millionnaires dernierment, alors reponds :
      question 1 : -Peut on être millionnaire en dollars dans un pays où 98% des popilations vivent de 1$/jours ?

      reponds au vraies questions , et n’essayent pas de defiler, (au mieux dis au moins que ce n’est pas à ta portée) questions :
      question2 :
      - Pourquoi l’afrique distribue plus qu’il ne reçois, qui est l’assisté dans cette histoire ???

      ça c’est de la reflexion, pas comme toi qui ne parles que des fautes d’ortographe,

      le directeur de la banque mondiale ne parle pas toute la langue du monde, mais peut expliquer le mécanisme Economique de chaque pays du globe

    • 15 décembre 2016 à 13:31 | vatomena (#8391) répond à punchline

      Bien persuadé que le racket fait aux investisseurs est de loin supérieur aux impots qu’ils devraient payer normalement.. ça tombe dans les poches du président et des ministres qui vont aussitot cacher le magot aux iles caiman ou à Panama ; C’est une sorte de privatisation des impots qui auraient du servir à la collectivité nationale.

    • 15 décembre 2016 à 13:32 | vatomena (#8391) répond à punchline

      Régle générale ,règle divine : celui qui ne fait rien n’a rien !

    • 15 décembre 2016 à 17:03 | Paulo Il leone (#6618) répond à punchline

      rebelote @punchline

      A propos de ta question « pourquoi l’Afrique distribue-t-elle plus qu’elle ne reçoit ... etc etc.. »

      C’est pas « l’Afrique » qui distribue des richesses prêtes à être ramassées à la pelle, camarade. Ces richesses sont le produit d’une exploitation intelligente des ressources qui n’existait pas avant l’arrivée des méchants colons et qui a fait pschitt après leur départ (Cf. le lamentable parcours post-colonial du zimbabwe et de votre glorieuse RM.)

      Il n’y a nulle de richesses dans l’absolu. Ce ne sont que des richesses potentielles qui le resteront tant que les autochtones n’auront pas compris que la « richesse » ne tombe pas toute cuite dans le bec !

      Relisez donc la fable de La fontaine « le laboureur et ses enfants » ça pourrait vous aider à comprendre la distinction entre les deux.

      Je cite : « Travaillez prenez de la peine, c’est le fond qui manque le moins »

      ET NON PAS « ...C’est LES FONDS qui manquent le plus » comme le disent à l’envi vos compatriotes et forumistes de tout poil qui, il faut bien l’avouer, ne veulent pas entendre parler d’effort soutenu !

      Bon, de toute façon c’est peine perdue d’essayer d’expliquer ces choses élémentaires à des gens qui ne veulent pas voir la vérité en face....et préfèrent blâmer les autres (de préférence l’homme blanc qui fait un méchant idéal.)

      Aller j’vais me reverser un p’tit canon de beaujolais nouveau ...« encore un que les djihadistes n’auront pas ! »

  • 15 décembre 2016 à 12:08 | punchline (#9673)

    ce sujet est le plus important de tout ce que TRIBUNE MT a pondu jusqu’à ce jour, dommage que personne ne s’y interesse, c’est trop compliqué pour eux, ;

    ce n’est pas à la portée d’un troll à la saint-jo, lui c’est limité, genre triptyque:foza-merina-atandroy

    je te repondrai, mais je ne veux pas monopoliser la parole ; j’attends ce que pense les autres intervenants

    une chose que tu doi savoir : FMI et banque mondiale ont agi depuis 1947, partout c’est toujours le même désastre, pourquoi ???? 70 ans que cela durait

    • 15 décembre 2016 à 12:23 | Paulo Il leone (#6618) répond à punchline

      C’est vrai que le FMI et la BM sont des prédateurs, aucun doute là dessus !
      mais....
      même s’ils n’existaient pas et même s’ils n’intervenaient pas dans les affaires/finances de votre pays, Mada trouverait qd même le moyen d’être sur le podium des pays « les moins avancés » de la planète !
      Que veux-tu, c’est dans votre ADN !!

      « Gaspillage et pillage sont les deux mamelles de la mentalité gasy »

    • 15 décembre 2016 à 12:32 | Titoy (#9616) répond à punchline

      @punchline,
      Madagascar a adhérée au FMI le 25 Septembre 1963, elle en est sorti pendant la période transition.
      Solution, pour éviter le désastre, il suffit de ne plus y adhérer.

    • 15 décembre 2016 à 20:27 | ratiarivelo (#131) répond à punchline

      Salama hianao ra-punchline : efa ela io resaka io , fa hianao no tara train**** tsotra ny valiny : ny AFRIKANA na GASY dia vongany jiaby ny antony : dia ny mameno PAOSY izay ihany . point hoy ra-Itkolahy *** mitahy fa lasan-korazana*****samy tsara

    • 15 décembre 2016 à 22:30 | vatomena (#8391) répond à punchline

      @Punch line @ Ce que vous prenez pour une provocation n’est qu’une constatation.
      La fortune ne vient pas en dormant . Il faut se remuer.

    • 16 décembre 2016 à 00:12 | punchline (#9673) répond à punchline

      @vatomena et paul leone, merci avec ton allusion ssur l’ADN, t’es vraiement un gros des gros.
      faut arrêter avec ce mythe sur les africains fainéants, on l’a essayé avec les italiens et les portugais cette histoire de fainéantise aux années 50 et 60

      tu l’a vu un paysan africain ou malgache qui travaille ?
      il se lève à 5h du matin, il va au champs à 10 km de chez lui à pied, il bosse en plein soleil ou pluie, avec des moyens rudimentaires, car les tracteurs ils ne peuvent pas s’en acheter, car ses produits sont acheteés à bas prix,

      ce qui arrive aux paysans africains est en train d’arriver aux paysans européens et ameericains actuellement , reseignes toi,

      la faute aux grosses boites et les grosses banques avec ce système monétaires actuel qu’est pourris

      ton histoire de fable de jean de la fontaine, c’est du microéconomie, on parle de l’economie nationale , c’est du macroeconomie, ce qui es vrai en microeconomie , n’est forcement pas vrai en macroeconomie.

      et ici le problème ce n’est même plus le travail, mais plutôt des capitaux qui auraient dû restés en Afrique, ou des impôts qui aurait dû resté, mais volés et détournés .

      les paradis fiscaux et les sommes déposés on le sait , et certains ont les moyens d’empêcher cela, mais apparemment cela profite à d’autres, et même pas aux pauvres des pays riches, car eux aussi sont victimes

    • 16 décembre 2016 à 07:56 | vatomena (#8391) répond à punchline

      @punch line __Poussez donc un peu plus loin votre devoir de réflexion ! Ce n’est pas votre ADN qui fera de vous un adepte du moramora ou un bourreau de travail.C’est votre caractère ,votre culture,votre ambition ou votre laisser aller.Tous les paysans du monde peinent durement Mais une bonne organisation ,le savoir faire peut éliminer une grande partie du fardeau.La nécessité fait loi .Quand le fanjakana n’a pas d’argent pour réparer la digue ou le ponceau ,c’est au fokonolona de mobiliser la population pour un travail gratuit .Le bien public est en cause.Pendant des années le paysan de ce village de la cote traversera à gué la rivière au lieu de réparer avec le bois de la foret proche le pont de bois emporté par une crue ou le cyclone.Au temps de la colonie ,il y avait le Smotig pour cela .Un service civique volontaire pourrait faire mieux encore au nom de la patrie.Mais non ,ce sera mipetraka !Restons assis ,mes frères.....
      Pire ,pire encore comme attitude ! à ce pont qui a résisté à tout,les gens du village ont enlevé toutes les planches du tablier. Et ,pour traverser ,il faut d’abord klaxonner longuement .Alors ils arrivent nos braves paysans avec les planches sous les bras .Ils les alignent sur le tablier /Vous payez un péage et vous traversez .Le paysan est heureux .il a gagné sa journée .Et il retourne à sa case avec les planches sous son bras ! Et voilà le malgache indépendant ,indigne de la colonisation.C’est la triste réalité qui peut indigner tout nationaliste ,tout patriote ......

  • 15 décembre 2016 à 14:14 | Razaka (#7817)

    Hello

    ## D’abord je vais commencer par dire que : Bâtir un modèle pragmatique aux besoins de l’économie malagasy est tout à fait concevable à condition qu’il y ait la prise de conscience pour un autre Paradigme.
    = Il ne faut pas perdre de vue : mais l’IMF, la World Bank ou le Global Financial Integrity … … sont des grandes Institutions gouvernées en majorité par le G7 d’où fleurissent les plus Grandes multinationales sans éthique jusqu’à nuire gravement la santé physique, morale et économique de toute une population.

    == > Donc pour essayer de contrer ces 3 grands principaux fléaux évoqués par l’article qui appauvrissent l’Afrique, les solutions radicales pour changer ce monde ne devaient venir de chaque Pays africain dont Madagasikara. La faute n’est plus celle des Autres !!
    ** l’Armée malagasy, de par sa noble fonction, ne doit exercer sa force qu’au SEUL service du Peuple et du Pays pour défendre les Institutions garant de toutes les Stabilités du Pays.
    ** les Opposants doivent être crédibles constructifs pour une VRAIE alternance, à partir de vrai Concept Politique réaliste par rapport aux besoins, pour faire adhérer une majorité d’électeurs.
    ** les Infrastructures et l’Etat de droit doivent être instaurés pour une bonne circulation des hommes, des biens et des matériels.
    ** des règlementations fiscales adéquates aux situations économiques malagasy sont à concevoir. Un exemple sur les propriétés foncières qui doit éviter toute spéculation appauvrissante et pénalisante pour les Malagasy. Les contrats miniers sont à modifier.
    ** la Création d’une Banque Malagasy de Development destinée à moderniser l’Agriculture et à industrialiser en général le Pays est obligatoire. Ces $billion devaient être gouvernés par ce genre de Banque pour plus de transparence et d’efficacité.

    == > Quand tout cela est acquise dans chaque Pays africain et Malagasy alors on peut attaquer de façon macroéconomique à ce que :
    ** le CEDEAO doit quitter le franc CFA et l’Afrique et Madagasikara doivent se passer progressivement mais sûrement de l’IMF et de certains Bailleurs de Fonds, car source de dépendances grossissant les Corruptions au service des Dettes Odieuses qui se perpétuent de génération en génération de façon INJUSTE pour tout un Peuple.
    ** la réussite d’un Partenariat malagasy avec les Autres Nations passe par sa bonne définition au préalable de ce que l’on recherche pour développer Madagasikara.
    ** sa Bonne Governance des matières 1ères en est une des définitions à ancrer obligatoirement dans un modèle macro et micro économique (à venir). Mais cette nouvelle Governance passe par industrialiser l’Agriculture pour sa modernisation. Je vais essayer de prendre un exemple pour ceci plus tard.
    ** l’Avenir géoéconomique de l’Afrique-Subsaharienne malagasy est sans conteste dans le domaine des Matières 1ères.
    ** les échanges régionaux africains en matière de commerce doivent donc être élaborés et conceptualisés en conséquence.

    == > Madagasikara doit s’inspirer progressivement de certains Pays qui ont réussi.
    Prenons l’exemple de la South-Korea où les USA y étaient présents militairement pendant des décennies. Ce Pays recevait également plusieurs $billion des USA, mais avec les conditions suivantes :
    = le Government Coréen avait su utiliser leur argent dans un modèle économique adéquate aux difficultés de sa situation de l’époque.
    = Il avait su instaurer une discipline pour l’amour de son Pays.
    = très important : les Coréens avaient toujours su garder leur Culture. Ce ne sont pas les $billion des USA investis qui auraient pu entraver la personnalité des Coréens en général. D’ailleurs regarder la puissance de ses Conglomérat, ce Pays pourrait en être le Great Sensei.
    J’ai étudié pendant 3 années dont un an de Stage en South-Korea après mon Ecole.
    Je suis donc tout à fait conscient que tout n’est pas rose dans ce Pays, loin de là bien sûr.
    Mais n’empêche et à MEDITER surtout, la South-Korea était plus pauvre que beaucoup de Pays d’Afrique dont Madagasikara dans les années 60 !!

    == > Donc Si le Government Malagasy ne peut se pourvoir un chemin vers toutes ses réformes obligatoires majoritairement structurelles, alors tout cela n’est qu’un rêve, donc irréalisable même après plusieurs décennies.
    == > Madagasikara a vraiment besoin d’un Leadership de Situation capable d’une bonne Governance pour assainir et crédibiliser toutes ses Institutions. (Armée-Justice-Politique)

  • 15 décembre 2016 à 14:15 | Razaka (#7817)

    hello

    J’avais toujours dit que la maîtrise d’une bonne Governance des Matières premières est une réussite indéniable pour Madagasikara. Une Banque Malagasy de Development dédiée est obligatoire
    ** Mais comme je l’avais déjà évoqué plus haut, il faut absolument que :
    le Triptyque Armée – Justice - Politique(Governance) s’accorde vers une Convergence de l’intérêt général du Peuple.

    Quelques arguments pour que Madagasikara s’industrialise et transforme ses matières 1ères localement y compris à terme toutes les richesses minières.
    = => Chaque Pays d’Afrique doit absolument s’industrialiser pour se développer inclusivement et pour mieux coopérer mutuellement entre chaque Pays africain.
    Je prends l’exemple flagrant du Cacao en Afrique, où Madagasikara en produit un peu moins de 5000T/an.
    Malgré les 70% de la production mondiale de Cacao principalement en CÔTE d’IVOIRE plus celle du Ghana, cette matière 1ère ne rapporte à l’Afrique que $14 billion/an (3% seulement de part du marché dans ce secteur). Les Agriculteurs travaillent souvent dur pour gagner très peu !!
    Alors que la SEULE transformation des Cacao en Produit Fini rapportent aux Industriels des Pays émergents et avancés près de $120 billion/an.
    ## Cela doit faire réfléchir à tout Government soucieux des réformes structurelles obligatoires pour les prochaines décennies, surtout face aux 11 millions de malagasy qui n’ont pas 20ans en 2015 !
    ## Cela signifie macro économiquement, une restructuration fondamentale de l’Education et de l’Enseignement pour les futures Ressources comme Acteurs économiques ou comme Facteurs de production d’une Croissance endogène dans une économie numérisée et globalisée.

    = => Voyons ce qui se passe plus précisément chez nous à Madagasikara :
    ** Le PIB de Madagasikara diminue de $9,92 billion (2012) à $9,51 billion (2015) même s’il était monté à plus de $10 billion en (2013-2014).
    = 1er Remarque :
    Le PIB/habitant diminue de $445 (2012) à $368 (prévu 2016), car la positive croissance démographique est proportionnelle aux Ressources Humaines non productives et sont majoritairement jeunes non formés aux situations difficiles du Pays. Cela nécessite un modèle plus pragmatique que n’acceptent les mentalités au paradigme délirant.
    ** En 2015 l’AGRICULTURE
    Agricultures EMPLOIS : 75%
    PIB correspondant : 26%
    Valeur ajoutée en Croissance annuelle : -0,7% (négative)
    ** En 2015 l’INDUSTRIE
    Industrie EMPLOIS : 8%
    PIB correspondant : 16%
    Valeur ajoutée (VA) en Croissance : 7%
    ** Le Reste ne sont que les Emplois de Services à 17% qui représentent 58% du PIB avec seulement 3,7% de VA en croissance annuelle. Le Tourisme en général n’est qu’une économie de Comptoir à Madagasikara où très peu de travailleurs y en profitent inclusivement ! Ceci en est une des reformes utiles à faire à Madagasikara, pour un réel Development sociétal des Régions !
    = 2ème Remarque :
    Les 75% Employés actifs agricoles n’ont aucun moyen pour se développer, la preuve sa VA est négative. Alors que le peu d’Emplois qui s’exercent dans l’Industrie malagasy, contribuent mieux au PIB et surtout avec une autre VA, mais peut mieux faire si le climat des affaires change.

    = =>Incontestablement et je persiste à dire et à redire que l’exportation à très bas prix de nos matières premières est l’un des facteurs du No-Development du Pays. Cela concerne plus de ¾ de la Population majoritairement rurale.
    Leur transformation locale permet de contrôler ou de négocier au mieux leur prix. Cela pourra favoriser d’autre Savoir-Faire qui mérite d’être labellisé au niveau mondial.
    Si nous avions des Institutions crédibles, fiables au service de TOUS, Madagasikara pourrait faire ce qui suit :
    Madagascar est condamné à bâtir et à concevoir des Partenariats solides avec les autres Nations y compris avec des Pays Africains qui sont malheureusement négligés par manque de discernement de l’évolution géoéconomique régionale. Non seulement le Monde a changé mais nous assistons aussi à la fin d’un monde. Ce commerce régional donnera aux Pays africains leur indépendance financière vis-à-vis de l’IMF ou de la WB (une autre analyse).
    ** D’où la Création d’une Banque de Development Economique Malagasy destinée à moderniser l’Agriculture et à industrialiser en général le Pays est plus que nécessaire. Ces $billion devaient être gouvernés par ce genre de Banque pour plus de transparence et d’efficacité !

    Grow Productivity

    • 15 décembre 2016 à 23:53 | punchline (#9673) répond à Razaka

      @razaka, tu me fatigues avec tes posts longs, pas de copié-collé s’il te plait, fait tourner un peu tes meninges,

      et ici le problème ce n’est même pas la production, c’est plutôt les évasions fiscales, et les fuites des capitaux

      cela dit, en allant dans ton sens :

      tout ce que tu dis là (je me suis documenté la dessus) , Ratsiraka les a essayés en 1975, avec ses investissement et industrialisation à outrance mais cela n’a pas marché, les banques BTM, BNI, BFV.
      certes il a détourné des fonds, mais cela n’explique pas tout sur ses échecs (en europe , les gouvernants ne sont pas plus saints que chez nous, ils détournent aussi des capitaux),
      certains pays africains l’ont faits également , l’industrialisation, .et même la Russie avec ses plans quinquennaux

      la seule solution, c’est revoir le système monétaire international, ; la politique de l’offre que tu proposes n’est pas viable

  • 16 décembre 2016 à 12:36 | franc (#9485)

    je l’avais bien dis l’a toujours dis, c’est l’afrique qui nourrit le monde, en plus nous sommes tous d’origine africaine selon une recente decouverte, même le visage le plus pâle le plus anémique d’europe, malheureusement la différence due à l’eloignement aux sources font sentir à certains supérieur aux autres. Et si pour une fois, l’Afrique ferme le robinet ?

    • 19 décembre 2016 à 22:55 | vatomena (#8391) répond à franc

      Regardez autour de vous ,Franc .Regardez aux portes de la sécurité sociale qui sont les plus nombreux à venir réclamer des allocs.En vérité et ,de plus en plus, des africains arrivent ,débarquent chaque jour .Il viennent manger le pain des français , profiter des allocs et se faire soigner avec l’aide médicale d’état.Ils jettent leur manioc.Il leur faut des biscottes maintenant.+ du nutella......

  • 16 décembre 2016 à 18:31 | Razaka (#7817)

    @punchline,

    Dans mon texte à par les données économiques malagasy sur le PiB, je ne fais aucun ‘’Copié-Collé’’, jamais.

    ** Le modèle économique que je propose là est basé sur un Triptyque qui s’auto mutualise par obligation de convergence pour plus de cohérence : ‘’1’’Modèle économique réclamé par les besoins – ‘’2’’Facteurs de Production (nouvelles RH) – ‘’2’’Réformes de l’Education Nationale liée aussi à une démographie malagasy à majorité jeunes mal formés.
    ** Ce modèle emmène en partie AUSSI vers une autosuffisance alimentaire et sanitaire pour la population. Ce qui me parait plus qu’indispensable.

    # Alors quand vous dites que des Banques malagasy comme BTM (qui n’était qu’un organisme intermédiaire spéculatif à l’époque) auraient eu comme action dans la même vocation que ce que je propose ici !
    = Alors ou bien vous ne connaissez pas le mécanisme de Financement par le Marché (et non pas par des organismes intermédiaires) des investissements (encadré par des réformes structurelles) par une Banque dédiée capable de faire appliquer une juste redistribution inclusive des Fonds (selon les Projets), donc décentralisée dans le cas de Madagasikara.
    = Ou bien vous ne connaissez pas du tout ce qu’il avait fait M. Ratsiraka rien qu’en matière de programmes d’éducation et d’enseignement pour les Lycées et pour les Universités.

    Même si je n’avais que 14ans quand M. Ratsiraka avait quitté le pouvoir en 2002, je ne peux pas vous laisser dire une comparaison pareille, pour ne pas dire des âneries, désolé.

    = > La South-Korea avait su industrialiser ses Matières Grises, c’est ce qu’imitent certains Pays de l’EU en maque d’innovations et de créativités.
    = > Donc Madagasikara devait moderniser son Agriculture et la Governance des Richesses minières pour ne pas dépendre des Autres que ce soit dans ses Facteurs de production (RH) et autant pour leur Commercialisation.

    # Vous confondez :
    = l’évasion fiscale dans les Pays dits avancés, motivés par manque de réformes sur la politique locale d’investissement et motivés aussi par les mécanismes de taxation des Entreprises.
    = et le volume de capitaux qui quittent l’Afrique motivé par manque de stabilités politiques et qui sont en général responsables de ce que j’appelle dans mon Poste ‘’les Odieuses Dettes’’ des Pays africains et potentiellement malagasy. Cette fuite de capitaux est aussi manigancée par certains Bailleurs de fonds.
    Ce mécanisme dévalue également la Monnaie Malagasy car se traduit par fuite de devise.

    Je ne cherche pas à vous convaincre mais je vous demande d’argumenter vos idées en donnant des exemples, mais cela m’intéresse, car je suis ici aussi pour apprendre des Autres.

  • 16 décembre 2016 à 21:43 | punchline (#9673)

    @gang’s, TRUMP et les EUROPEENS sont fachés contre la chine car cette derniere dévalue volontairement sa monnaie, c’est ce qu’on appelle la dévaluation compétitive :

    et d’où la désindustrialisation de l’occident

    alors ce n’est pas tant la réévaluation la solution, c’est plutôt la maîtrise de ses exportions, et le maintien de ses capitaux ou revenus gagnés de l’exportation sur le territoire malgache

    la reevaluation artificielle de monnaie est source sûre d’une devaluation vertigineuse sans fin

  • 16 décembre 2016 à 22:00 | Razaka (#7817)

    Hello Gang’s

    Merci pour cette information dont je m’en doutais bien, même si je ne vis pas au Pays.
    Mais Trop c’est Trop … …
    Honnêtement j’ai du mal à trouver le mot pour qualifier toute cette Misère à ciel ouvert.
    Alors que des possibilités réelles sont concevables à court, moyen ou à long terme !!

    La notion de politique monétaire à l’échelle du Monde est très complexe, car les différents enjeux sont interopérables au service des Mafias de la Haute Finance. D’ailleurs c’est l’un des facteurs qui fait capoter l’EU.
    Dès que la Federal Reserve $US lève son taux directeur pour attirer de nouveaux capitaux, certains Pays Africains sont obligés de suivre la manette au détriment de leur capacité d’Investissement.
    Autrement dit, je persiste à le dire mais depuis que l’intégration financière mondiale (par des multinationales) s’est accaparé des Matières premières pour leur spéculation, l’Oligarchie du système est capable du yoyo à sa guise, pour ceux qui sont les Pays producteurs.
    Et cela va continuer, dans la mesure où les Government Africains et Malagasy n’en prennent pas conscience de façon Collective et Intelligente.

    = > Ce n’est donc pas à coup d’Exportation à très bas prix de ses matières 1ères que Madagasikara pourra s’en sortir. Il lui faudra moderniser ses facteurs de productions pour une perspective de croissance endogène.
    Mais tout ceci ne sera possible je le répète aussi, que si l’on change de Paradigme sur tous les niveaux.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 105