Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 27 juin 2017
Antananarivo | 04h38
 

Editorial

C.I.B.-THON … C.I Béton … MadaTHON ???

lundi 5 décembre 2016 | Lalatiana Pitchboule

La Conférence des Bailleurs Internationaux pour Madagascar, qui s’est déroulée les 1 et 2 décembre 2016 à Paris, dans son expression et sa communication, peut nous faire furieusement penser à un gros téléthon… lequel est lancé ce jour d’ailleurs…

« Chers auditeurs, vous voyez affiché au compteur des promesses de dons et souscriptions, à l’heure actuelle, un total de 6,4 milliards de $… ». Et du Téléthon, on avait quelque part le ruissellement de bonne conscience et d’optimisme.

Mais en fait, derrière les sarcasmes des uns, le désabusement et le scepticisme des autres qui n’ont pas manqué et ne manqueront pas encore de s’exprimer face à l’événement, on doit toutefois s’accorder sur le fait suivant : le sommet de la COMESA, la session parlementaire de l’APF, le sommet de la Francophonie et, désormais, cette Conférence des Bailleurs Internationaux, malgré des couacs gros et petits, malgré les peaux de banane à la limite du sabotage, et malgré les sarcasmes et oppositions, sont tout autant d’événements qui ont vu Madagascar revenir au centre du jeu diplomatique international… Et tous ceux qui sont convaincus que le repli sur nous-mêmes est mortifère, ne peuvent que s’en réjouir. Comme s’en sont réjoui ceux qui ont trouvé lors de cette conférence matière à d’enrichissantes rencontres.

Oui, ceux qui, accrochés farouchement avec plus ou moins de raison et de raisonnement à leur nationalisme et à leur insularité, déconstruisent toute référence à l’étranger et à l’altérité, qu’elle soit occidentale ou africaine, trouveront ici matière à gloser.

Oui, d’autres vont dénoncer la perversité de l’aide internationale qui met quelque part le pays sous sujétion et qui risque de laisser le gouvernement s’installer dans l’inefficacité et la procrastination, en laissant les dépenses d’infrastructure, de santé et d’éducation assurées par l’aide extérieure… Ceux-là vont avoir ici du grain à moudre pour leur moulin…

Oui, certains railleront la « mesquinerie » des montants rapportés à l’échelle de l’individu et le « sparadrap pour stopper l’hémorragie ». Oui, une partie de cette aide retournera aux pays donateurs dont elle veut aussi servir les intérêts commerciaux et politiques.

Mais ici, l’équipe de Hery sera, au bout du compte, peut être parvenue à sortir de cet épuisant jeu de l’oie : reculez de trois cases, changez de Premier ministre, retournez à la case départ… Et elle sera peut-être sortie de ce cercle vicieux : PAS de légitimité interne (procès en déchéance, chantages, incapacité à réguler les indicateurs sociaux) ; DONC pas de reconnaissance des Partenaire Techniques et Financiers (cf gouvernance, compétence, stabilité) ; DONC pas de SOUS de cette vitale aide internationale qui couvre les ¾ du budget de l’État ; DONC impossibilité de négocier sa légitimité intérieure. Son activisme et ses perpétuels voyages à l’étranger, qui sonnaient un peu comme une fuite en avant, n’étaient qu’un chemin de survie…

Il est vrai qu’on aurait aimé les voir sortir par la « Grande Porte ». On aurait aimé un grand coup de balai qui aurait viré ces barons du bois de rose, qui aurait écarté ces insupportables mafieux gravitant dans les cercles du pouvoir, qui aurait mis au pas et à pied des députés qui ne rêvent que de 4X4, qui se serait enfin mis au jus pour régler les problèmes de délestage, qui assurerait la sécurité des biens et des personnes sur tout le territoire, et qui aurait fourni du travail au plus grand nombre… au lieu de ces scandales, de ces relents de corruption, et de ces décisions erratiques, et de ce sentiment de déliquescence généralisée… On aurait aimé qu’ils nous tracent un autre story telling dont on puisse être fiers… Mais on sait aussi qu’il faut 20 ans pour construire une gouvernance dans un pays. Il n’est pas question d’indulgence ici mais de réalisme.

On peut toutefois aussi décider voir ici à travers cette conférence des bailleurs internationaux un peu d’optimisme. Et se dire, comme on l’évoquait plus haut, que le pays et son gouvernement disposent désormais d’un petit ballon d’oxygène qui peut apporter quelques éléments de cette stabilisation politique et sociale oh combien rêvée par le plus grand nombre pour enfin fonder une croissance et un développement inclusifs.

Mais les discours dithyrambiques entendus des interlocuteurs UE, OIF, BM, BAD, FMI, UNESCO, AFD etc… qui saluent qui la stabilité retrouvée, qui l’ambition du Plan National de Développement, qui le retour à la démocratie, qui le retour de la gouvernance (on ne rit pas !!!) et tutti quanti… tous ces discours laudatifs ne faisaient peut-être pas qu’enrober le rituel diplomatique.

En filigrane, on a 2018 et l’enjeu des futures élections présidentielles. Les PTF, sensés ne pas intervenir sur le plan des politiques intérieures, sont quelque part ici en train de passer le plat à Hery et lui permettent d’envisager plus sereinement sa réélection. Leur sainte horreur de l’instabilité de l’État leur fait jouer juste à temps la partition de la reconnaissance internationale d’un pouvoir et de sa légitimité.

Ils affichent clairement leur soutien à un programme de développement pluriannuel et se félicitent d’une stabilité qu’ils appellent de tous leurs vœux. Que cette stabilité se fonde au détriment de la justice ou de la démocratie ou même de la gouvernance, leur importe peu quelque part. Et Madagascar ne les intéresse que très médiocrement à la stricte condition qu’on ne les dérange pas trop… Tuez-vous, si vous le souhaitez… Mais tuez-vous en silence… Ainsi vont les relations internationales et la géopolitique.

Et ceux qui voyaient en Ra8 le seul interlocuteur crédible, à l’international, capable de mobiliser les fonds nécessaires aux équilibres budgétaires du pays, en sont désormais pour leurs frais. La conclusion est ici politique. Ce sont bien les échéances électorales de 2018 qui sont en jeu aujourd’hui. Hery ne pouvait pas rêver meilleure tribune que l’international pour s’affirmer face à ses rivaux… Mais ceci est une autre histoire…

26 commentaires

Vos commentaires

  • 5 décembre 2016 à 10:43 | Babah (#9347)

    Et on attend avec impatience les avis des 3 immigrés Dadabe-Vatomena-Atavisme ( conseillers technico-culturels sur MT ) qui voudraient d’abord que les Gasy goûtent à la saveur de la culture française et manient sans faute la grammaire française avant de s’occuper du PND... !

    De la même façon, Rajao et le HVM risquent de hanter encore plus longtemps les nuits des mpimenomenona, mpifosafosa et autres pseudo-opposants mais véritables envieux qui pullulent ici.

    • 5 décembre 2016 à 11:02 | punchline (#9673) répond à Babah

      hey babah le gros, on dirait qu’ils te l’ont enfoncé bien profond !
      hier tu n’as pas cessé de parler d’eux avant de dormir, et aujourd’hui au saut du lit t’ en jases encore
      on parles de choses serieuses gros, , apportes ton opinion sur le sujet, oublie ces 3 loustics

    • 5 décembre 2016 à 11:28 | Babah (#9347) répond à Babah

      @punchline,
      ah les joies des sans-avis ... puisque tu m’as lu hier, petit adolescent attardé, tu aurais pu remarquer que ce qui est dit dans cet édito correspond à ce que j’ai toujours dit contre les envieux et pseudo-opposant mpimenomenona : ne passons pas notre existence à présumer Rajao de culpabilité de détournement de ce qui ne sont encore que des promesses, et à chacun sa tâche !
      C’est toi, Punchline, qui ne trouve rien à dire et essaies de commenter quand même... pauvre cloche !

    • 5 décembre 2016 à 15:16 | elena (#3066) répond à Babah

      Quel plaisir de retrouver Patrick Pitcboule sur MT !
      Je suis toujours aussi impatiente de lire ses éditoriaux ainsi que ceux de Ndimby.
      Je retiendrai le mot ballon d’oxygène, on attend ça depuis la désastreuse période de 2009 et qui s’est lamentablement traînée jusqu’en 2016 avec le digne successeur du DJ « accrédité » par la CI. On dit maintenant C.I parce que c’est plus soft que « grandes puissances », c’est plus vague et on ne peut incriminer personne en particulier. Mais rien de changer sous le soleil, ce sont toujours les mêmes. Je ne parle pas bien sûr des populations mais de forme de gouvernement, de puissance économique quelle que soit sa couleur politique ou sa couleur tout court : loin de moi toute forme de xénophobie bien sûr.
      Tous ces fastes, toute prodigalité envers Madagascar, est-ce que ce n’est pas juste une compensation, un rattrapage de ce qui s’est passé en 2009 qui n’a pas pu se faire sans l’intervention des grands puissances. Je dirais du remords ? Mais est-ce qu’une CI et les grandes puissances dans son cynisme peut éprouver des scrupules ?
      Il s’agit simplement d’aider à stabiliser une région du monde où Madagascar pourrait devenir un foyer potentiellement dangereux, il n’y a pas que le djihadisme : les terroristes locaux, on les a déjà, les dahalo, les extrémistes des sectes, la justice populaire, tout ça parce qu’on n’est pas encore un état de droit et qu’il n’y a plus d’autorité.
      On voit que la CI peut mobiliser beaucoup d’argent et même encore plus, mais bien sûr, il faut que Madagascar le mérite n’est-ce pas ?Les petits pays ne décident rien, et nous n’avons rien pour mettre en garantie ou en négociation, ou pratiquement rien si on ne se bouge pas. Se bouger, ce n’est pas faire des revendications , aller dans la rue,comme en Europe où tout est balisé, c’est bosser tout simplement.
      Alors, nous allons profiter de ce petit coup de booster qui va permettre de relancer l’économie, donner du travail, permettre d’envoyer nos enfants à l’école et enfin dispenser cette éducation qui nous manque tant. Évidemment, ça va prendre du temps, mais il faut y croire et s’accrocher.
      Je n’ai aucune sympathie pour Hery, la force d’inertie, digne successeur des foza et son entourage maffieux mais c’est lui qui a été choisi par la C.I, il faut faire avec.
      Moi, je choisis de voir le verre à moitié plein et je lève le verre à la santé de Madagascar et de tous les malgaches. Un peu d’optimisme, ne fais pas de mal !!!!
      Naïveté ?peut-être !
      Pour info, beaucoup de jeunes de la diaspora reviennent à Madagascar et reprennent les affaires de leurs parents. A suivre.....

    • 8 décembre 2016 à 16:30 | franc (#9485) répond à Babah

      d’autre part babahkoto le makak a raison, laissons bien profiter ce regime pas croyable de son regne pour deux ans et demi encore et ptet mem plus qui sait, ça va accelerer l’aneantissement certain de ce pays apres avoir gagné le 1er rang mondial des pays le plus agonisant du monde, un desesperé frustré comme cet makak quitté par sa laide autre makake n’a plus le gout de vivre, c’est pour ça qu’il veut entrainer pas mal d’imbecile sur mt dans sa chute

    • 9 décembre 2016 à 14:32 | râleur (#3702) répond à Babah

      http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/09/la-famine-menace-le-sud-de-madagascar-frappe-par-la-secheresse_5046094_3212.html#liste_reactions

      L’OIF et les gouvernants du pays (si on peut les appeler ainsi) ont préféré dépenser pour le Sommet de l’OI, sommet aux seules gloires de la mère patrie

      Les participants, les profiteurs et les thuriféraires d’un tel sommet (qui ne sert que les intérêts des français) doivent maintenant « rôter » sur les tombes des dizaines de milliers d’enfants dans le sud

      C’est à gerber d’indignation

  • 5 décembre 2016 à 11:23 | punchline (#9673)

    @madame pitcboule, les bailleurs jouent sur notre naïveté, être naïve face aux vazaha c’est très typique aux élites antananarive

    1)les bailleurs FMI et banque mondiale et autres promettent , mais ne versent que 10% au mieux

    2)ils savent que même ce 10%, ne seront jamais arrivées à destination, ce sera dans la poche de la serveuse de café et ses copines

    3)la seule question qui vaille : à qui profite tout ce crime ???

    car les pauvres kere n’ont rien demandé, on emprunte à leurs noms, ils n’ont jamais vu la couleur de ces argents , mais ils vont surement payer le remboursement et les intérêts de ces aides

    • 5 décembre 2016 à 11:29 | Babah (#9347) répond à punchline

      Hahaha !
      C’est un commentaire signé Punchline !
      Du vent...

    • 5 décembre 2016 à 20:21 | Rakitoza (#689) répond à punchline

      Du vent qui sort du trou de balle... ça s’appelle un pet

  • 5 décembre 2016 à 11:51 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    Bonjour,

    - Comment nos dirigeants actuels peuvent-ils « fonder une croissance et un développement inclusifs. » avec une mentalité de « SITRANY AHAY », en partie prônée dans cet article ?

    Histoire de THON ;)

    ArrêTHON la mentalité de « SITRANY AHAY » qui favorise la DCP Destruction-Carnage-Pillage.

    https://www.youtube.com/watch?v=5mQE9XIVAtA
    http://www.greenpeace.org/france/fr/campagnes/oceans/arrethon/

  • 5 décembre 2016 à 12:24 | betoko (#413)

    Nous pourrions nous poser des tas de questions concernant ces dons et prêts de 6 milliards de dollard US et + .
    1° Pour quoi les bailleurs , (non je ne baille pas) ont accepté d’aider Madagascar dont son régme est instable ? Est ce par opportunité dans le bus de nous prendre pour des imbéciles car tôt ou tard dans 30 , 50 ou 100 ans Madagascar est dans l’obligation de rembourser ses (ces) dettes même si chaque malgache devrait se priver de tout pour les rembourser
    Cela me rapelle le bon GRAND BON EN AVANT de Mao Zetung le quel avait emprunté des millards de dollard à l’ex URSS et que chaque paysan devrait vendre à l’état toute sa production même s’ils crêvent de faim . Selon les économistes occidentaux , ce grand bon en avant avait causé la mort de 30 millions de chinois victime de la famine , car il fallait d’abord en priorité rembourser à tout prix et au plus vite , la dette que Mao avait concocté avec l’Union Sovietique
    Espérons que ce ne sera pas le cas pour Madagascar

  • 5 décembre 2016 à 13:39 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !

    Ceux qui connaissent la partie commune aux Juifs et aux Chrétiens de la bible ont sans doute lu le passage ci-après [ Désolé ! le seul exemplaire dont je dispose est hérité de mes arrière-arrière-grands-parents ( je ne sais plus combien d’ « arrière » je dois y mettre , en fait ! ) ] :

    « ‘Meaningless ! Meaningless !’ , says the Teacher . ‘Utterly meaningless !’
    Everything is meaningless .
    What has been will be again , what has been done will be done again ;
    there is nothing new under the sun .
    For , with much wisdom comes much sorrow , the more knowledge , the more grief . »

    Avant 1984 nous ne connaissions pas ce que c’était les “bailleurs de fonds” . Mais après deux ou trois visites-analyses ( analyses-visites ? ) faites par des grosses-têtes bien pleines du FMI ou de la BM , je ne me souviens plus très bien , j’ai entendu dire un matin à la radio que
    [ je cite ] : « Madagascar est un pays à très grande capacité d’endettement presque non encore entamée et que pour développer le pays nous aurons des fonds en quantité suffisante en forme de prêts et de dons » . [ fin de citation ]
    J’étais resté bouche bée , quand j’avais entendu ça . Pfiuuu ! ça alors !
    Alors les autorités de l’époque ne juraient plus que par ces prêts et dons que nous allions recevoir , et que « le bout du tunnel est en vue , bien plus proche que le bout de horizon » , et que nous allions voir ce que nous allions voir !
    Alors pour la première fois de notre vie nous avions entendu parler de ‘bailleurs de fonds’ , cette dénomination au « strange taste come from elsewhere » [ Sorry ! Great William ] .
    Les jours se sont suivis . Puis les semaines . Puis les mois . Puis les années .
    Mais de développement du pays ? Rien ! Dés-pé-ré-ment-ri-en !
    Les populations n’arrivaient plus à respirer .
    Et ce fut les meurtrières échauffourées de 1991 à Mavoloha .
    Les changements de filoha se succédaient . Les « prêts et les dons des bailleurs de fonds » n’arrêtaient pas d’arriver , bien évidemment suivis à la trace par les professionnels du retournement de veste genre les couillons de RAMBO de père en fils . Mais question développement ? Toujours rien !
    Et ce fut le coup d’état ( ce vrai coup d’état que betoko et la nazie foza femelle isandra nient être un coup d’état ) . Alors , non seulement les bailleurs de fonds et leurs « prêts et dons » ont disparu mais , de plus on a raccourci leur nom en « bailleurs » . Nom encore plus bizarre , je trouve , car cela peut prêter à confusion . Bailleurs ? Ont-ils les paupières lourdes ou baient-ils aux corneilles ? Que ce soit l’un ou l’autre ou même les deux , les résultats sont les mêmes : nuls voire franchement négatifs pour notre pays et ses populations . [ Attention ! Je n’ai pas dit les résultats sont nuls ni négatifs pour les tenants du pouvoir ! Ces « prêts et dons » ne sont pas perdus pour tout le monde , bien évidemment ] .
    Qui oserait dire que ces « dons et prêts » octroyés par les bailleurs pour développer ce pays et ses populations ont donné des résultats allant dans le sens positif des objectifs officiels visés et déclarés ?
    Et voilà !

    Et maintenant , Mesdemoiselles , Mesdames et Messieurs , voici le retour annoncé des bailleurs ! [ Mince ! j’ai failli écrire bayeurs aux corneilles ! ]
    Retour qui n’est qu’encore au stade annoncé !
    Mais ne voyez-vous pas déjà , à travers leurs dires et leurs écrits ,
    les frémissements de babines des récipiendaires officiels désignés de cette demi-douzaine de milliards de dollars ,
    ainsi que les lèvres déjà pourléchées de façon très gourmande des ramasse-miettes professionnels du retournement de veste ?

    En attendant , où en est pour l’instant le kere ? et la santé publique ? et l’école ? et le chômage ? et l’insécurité en ville et à la campagne ? et la propreté des villes ? et les infrastructures routières ? et l’arrivée de ces miniers de Chinois ? ( attention ! j’ai dit miniers de Chinois , et non milliers de Chinois ! Gare à la routine ! ) ?

    Conclusion :
    « Yet , when I surveyed all that my hands had done and I had toiled to achieve , everything was meaningless , a chasing after the wind ; nothing was gained under the sun »
    Bien sûr que nous ne gagnerons rien en rééditant les mêmes méthodes qui n’avaient fait que nous faire régresser , toujours nous faire régresser désespérément auparavant .
    Mais ne dit-on pas « l’espoir fait vivre les imbéciles » . Cette maxime n’est pas de moi . Elle est des Anciens . Alors n’allez pas encore faire croire aux autres que je traite d’imbéciles ceux qui croient qu’avoir de l’espoir suffit pour résoudre nos problèmes en appliquant des méthodes qui n’avaient jamais connu que des échecs auparavant .

    • 5 décembre 2016 à 19:26 | ratiarivelo (#131) répond à Saint-Jo

      salama hianao ra-Saint-Jo !! tsy mila ampiana ny voalazanao fa tena MAZAVA-BE*** misaotra e ! fa dia miomana @ny Mpilelaka ISAN-KARAZANY sy lalimanga ra-Rambon-dalitra reraka !! mahereza fa dia samy tsara !!

  • 6 décembre 2016 à 11:11 | Isambilo (#4541)

    Patrick Rakotomalla in Afrique contemporaine ( n° 251, 2014) :
    « Le président Rajoelina , très courageusement, a décidé, prenant en considération l’intérêt supérieur de son pays, d’accepter ces conditions et est prêt à signer un accord. »
    Le ridicule ne tue pas.

    • 7 décembre 2016 à 03:36 | Lalatiana Pitchboule (#1016) répond à Isambilo

      euuuuh ... Isambilo... J’espère que vous ne m’attribuez pas cette phrase ... ... Le contexte complet, qui citait le ministre Joyandet , citation avec une intention complètement contraire à celle qu’on pourrait me prêter , étant :

      « L’ancien président, Marc Ravalomanana, qui a dû prendre la fuite sous la pression de la population malgache à la suite des exactions qu’il avait commises, a quitté l’île et une haute autorité de transition a été mise en place… Depuis, la communauté internationale a imposé à Madagascar et au président de la haute autorité une série de conditions trèslourdes à remplir : organiser une réunion de concertation avec les anciens présidents de Madagascar, accepter de changer la composition de son gouvernement pour y représenter les différentes mouvances politiques du pays, fixer rapidement des dates d’élection. Le président Rajoelina, très courageusement, a décidé, prenant en considération l’intérêt supérieur de son pays, d’accepter ces conditions et est prêt à signer un accord. Mais, depuis, l’ex-président Ravalomanana cherche, par tous les moyens, à en empêcher la signature, retardant du même coup la reprise des aides financières ». (Assemblée Nationale. Réponse de Alain Joyandet à une question au gouvernement de Jean François Mancel-29/10/2009) .. Dont acte

  • 7 décembre 2016 à 09:52 | Isambilo (#4541)

    Lalatiana Pitchboule,
    Mes plus plates excuses, je viens de vérifier et vous avez tout à fait raison. J’avais lu un peu trop vite sans vérifier qui était l’auteur (note 5).
    Je trouvais bizarre qu’il y ait un tel fossé entre votre article dans le bouquin de Randrianja et celui-ci.

    • 7 décembre 2016 à 23:20 | Lalatiana Pitchboule (#1016) répond à Isambilo

      oki ... :-)

  • 7 décembre 2016 à 17:14 | tsimahafotsy (#6734)

    / ... La conclusion est ici politique. Ce sont bien les échéances électorales de 2018 qui sont en jeu aujourd’hui. Hery ne pouvait pas rêver meilleure tribune que l’international pour s’affirmer face à ses rivaux…/sic.
    Tout le problème est là.
    Pascal avait dit : « Le propre de la puissance est de protéger, et en l’occurrence de protéger les plus fragiles et les plus faibles. » et je rajoute, redonner de la confiance en soi, de l’espoir en l’avenir.
    Qu’est-ce-qu’il a fait Rajao le Trimalcion pour le kéré, les dahalo , les squatteurs de la Réunion -kely, les enfants mendiants qui pullulent de plus en plus dans les rues de Tana et cette épidémie dans le Sud qui ne dit pas nom ?
    Un Etat , une société, une politique qui au nom d’un avantage immédiat, secondaire et électoraliste, incapable de garantir les besoins primaires ( se nourrir, se vêtir, se loger, se protéger ) aux plus exposés et aux plus innocents de ses sociétaires ne mérite que le mépris, la condamnation et la haine.
    Le comptable affranchi raisonne court terme et économisme. Il n’a aucune vision politique ni des ambitions pour son pays. N’est pas de Gaulle, ou Roosevelt qui veut. Toute politique qui réduit le citoyen à l’homo œconomicus est condamnée à l’échec même et surtout dans l’un des pays le pauvre de la planète.
    Une nation a besoin pour se construire, d’un passé commun partagé, d’ écrire sa propre histoire et pour exister d’un projet partagé, avalisé, rêvé par tous.
    Qu’a-t-on proposé au peuple malagasy jusqu’ici ?
    C’est la raison pour laquelle cette conférence des bailleurs de fonds m’est complètement indifférente. C’est du pipi de chat !

  • 7 décembre 2016 à 21:43 | ETHAN (#9769)

    Hello,

    La réussite passe par des partenariats efficaces ou RIEN. La faculté dans la Bonne Governance des matières 1ères en est une. L’Avenir géoéconomique dans ce domaine est sans conteste en Afrique Sub-Saharienne (Madagasikara inclus). Les échanges régionaux africains en matière de commerce doivent être élaborées en conséquence. Cette coopération africaine est encore négligée ou peu.
    Le Président malagasy doit jouer le Leadership de situation, que pour l’intérêt de son Pays.

    = => Chaque Pays d’Afrique doit absolument s’industrialiser pour se développer et pour mieux coopérer mutuellement. Je prends l’exemple flagrant du Cacao en Afrique, où Madagasikara en produit un peu moins de 5000T/an.
    Malgré les 70% de la production mondiale de Cacao principalement en CÔTE d’IVOIRE plus celle du Gana, cette matière 1ère ne rapporte à l’Afrique que $14 billion/an (3% seulement de part du marché dans ce secteur). Les Agriculteurs travaillent souvent dur pour gagner très peu !!
    Alors que la SEULE transformation des Cacao en Produit Fini rapportent aux Industriels des Pays émergents et avancés près de $120 billion/an.
    ## Cela doit faire réfléchir à tout Government soucieux des réformes structurelles obligatoires pour les prochaines décennies, surtout face aux 11 millions de malagasy qui n’ont pas 20ans en 2015 !
    ## Cela signifie macro économiquement, une restructuration fondamentale de l’Education et de l’Enseignement pour les futures Ressources comme Acteurs économiques ou comme Facteurs de production d’une Croissance endogène dans une économie numérisée et globalisée.
    Où est cette stabilité politique malagasy ?
    Où est cette Institution des Armées qui ne joue jamais son rôle qui pourtant devait être aussi noble pour elle-même et pour le Peuple ?

    = => Voyons ce qui se passe plus précisément chez nous à Madagasikara :
    ** Le PIB de Madagasikara diminue de $9,92 billion (2012) à $9,51 billion (2015) même s’il était monté à plus de $10 billion en (2013-2014).
    = 1er Remarque :
    Le PIB/habitant diminue de $445 (2012) à $368 (prévu 2016), car la positive croissance démographique est proportionnelle aux Ressources Humaines non productives et sont majoritairement jeunes non formés aux situations difficiles du Pays. Cela nécessite un modèle plus pragmatique que n’acceptent les mentalités au paradigme délirant.
    ** En 2015 l’AGRICULTURE
    Agricultures EMPLOIS : 75%
    PIB correspondant : 26%
    Valeur ajoutée en Croissance annuelle : -0,7% (négative)
    ** En 2015 l’INDUSTRIE
    Industrie EMPLOIS : 8%
    PIB correspondant : 16%
    Valeur ajoutée (VA) en Croissance : 7%
    ** Le Reste ne sont que les Emplois de Services à 17% qui représentent 58% du PIB avec seulement 3,7% de VA en croissance annuelle. Le Tourisme en général n’est qu’une économie de Comptoir à Madagasikara où très peu de travailleurs y en profitent inclusivement ! Ceci en est une des reformes utiles à faire à Madagasikara, pour un réel Development sociétal des Régions !
    = 2ème Remarque :
    Les 75% Employés actifs agricoles n’ont aucun moyen pour se développer, la preuve sa VA est négative. Alors que le peu d’Emplois qui s’exercent dans l’Industrie malagasy, contribuent mieux au PIB et surtout avec une autre VA, mais peut mieux faire si le climat des affaires change.

    () Incontestablement et je répète ici depuis toujours avec un autre Pseudo (car compte perdu), l’exportation à très bas prix de nos matières premières est l’un des facteurs du No-Development du Pays.
    Leur transformation locale permet de contrôler ou de négocier au mieux leur prix. Cela pourra favoriser d’autre Savoir-Faire qui mérite d’être labellisé au niveau mondial.

    () Or quel que soit les $Billion des Bailleurs qu’on annonce par ici et par là, où l’actuel Président essaye de briller tant qu’il peut avec (2018 oblige !!!) :
    ** Si l’Armée ne change pas et ne se restructure pas autrement pour garantir la stabilité du Pays.
    ** Si les Opposants ne sont pas francs et ne sont pas crédibles pour une VRAIE alternance.
    ** S’il n’y a pas de vrai Concept Politique réaliste % aux besoins, afin que le Peuple y adhère.
    ** Si les Infrastructures et l’état de droit ne sont pas au RDV pour la bonne circulation des hommes, des biens et des matériels.
    Alors tout cela n’est qu’un rêve, donc irréalisable même après plusieurs décennies.
    Madagasikara a vraiment besoin d’un Leadership de Situation capable d’une bonne Governance à la hauteur des Urgences pour ses Secteurs d’avenir.

  • 7 décembre 2016 à 23:22 | Babah (#9347)

    De toutes les manières, comment ne pas donner raison à la communauté internationale devant l’infantilisme, la débilité ( c’est encore excusable car ce sont des handicaps ) et surtout la vénalité des pseudo-opposants gasy ( là, plus d’excuses, c’est un crime politiquement parlant ) ?

    La stratégie de ces pseudo-opposants :

    1- ils étaient tous suporters de Rajao pour la présidentielle.

    2- ils n’ont pas eu de postes, ils se disent opposants.

    3- et, par tous les moyens, créent des situations, des pseudos-affaires, se font l’écho de de toutes les frustrations possibles et imaginaires : Berija, Jean-Pierre, Rabarilala, syndicat airmad, jirama, instituteurs fram, mpivarotra amoron-dalana, martyrs de 47, menalamba, orpailleurs de toute les régions, planteurs de tapi, îles éparses, kidnappés, violés, morts de toutes les manières, ambalavelona, tortues sorties d’ivato, lémuriens, orchidées, babakoto, bois de rose, syndicat des pénitentiers, journaleux MLE ( leurs salariés), ong verts et écolos, ong pas verts et pas écolos, trafic de rongony, travailleurs émigrés dans le Golfe, sociétés civiles et pas civiles, femme de sergent capsat vendeur de rue, victimes de déléstage et limogés du régime, satan, malin génie, trafiquants d’ossements, cyclones, colonisation française, richesse des karana, des chinois, des vazaha, de Ravalo, persistance de la peste, existence des homos gasy, la franc-maconnerie et le complot mondial, .... que sais-je encore ?

    4- ils concoctent une motion de censure, puis une autre de déchéance, puis demandent la démission du prm, puis des élections anticipées, puis l’annulation de la francophonie, puis la transparence sur le budget de la même francophonie, puis appellent les ancêtres et toutes les divinités pour qu’il pleuve durant le comesa et la francophonie, puis remercie les dieux pour le kere et les dahalo qui persistent, puis critiquent la rocade et l’organisation du village de la francophonie, puis ironisent sur les 3 milliards escomptés pour le Paris-thon de la CIB, puis appellent la CI à les aider pour déloger Rajao, puis rient jaune devant les promesses de 6 milliards devenus 10 à la 2è journée, puis voudraient un poste officiel d’opposant à Tsimbazaza aujourd’hui !!!

    Vous vous rendez compte de cette troupe de débiles incompétents ? Et vous attendiez que les vazaha prennent au sérieux ce genre d’opposants à la noix ?

    Conclusion : la CI aide Rajao et le HVM, au moins jusqu’en 2018.
    Point barre dirait Basile.

    2018 : pour mart, je choisirais Ravalo et le TIM car ils adoptent en ce moment, d’après moi, la même analyse que je viens de faire, et parce que, empiriquement, Ravalo m’a déjà démontré de quoi il est capable : il a fait renaître la classe moyenne qui existait durant Tsiranana, perdue durant le socialisme de Deba et consorts et tous les charlatans révolutionnaires ( hery velona, Zafy, Domelina et tous ces braillards sur la place du 13 mai qui ne font que brûler et déféquer sur les zava-bita pour les remplacer par des peudos-hopitaux manara-penitra et des stades qui ne servent à rien ).

    Ne cherchons pas à réinventer la roue et n’attendons aucun messie « neuf car inconnu ». Et, surtout, que chacun fasse son boulot et cesse de glander ou rouspéter à propos de tout et de rien.

    Ciao ciao.

    • 8 décembre 2016 à 07:24 | vatomena (#8391) répond à Babah

      Joli proces —Attention,Babah ,On va vous taxer de fils de colon malveillant

    • 8 décembre 2016 à 15:54 | takaka (#8449) répond à Babah

      Hi hi hi !
      Il faut répondre les Fozas be et kely.
      C’est quoi ce silence face à cette accusation des plus phagocytaires de Babah qui raisonne plus vite que son cerveau ?
      Où bien vous êtes tous bien ennkilés de telle sorte que vos langues sont .....

  • 7 décembre 2016 à 23:45 | kakilay (#2022)

    Désespérer un peuple,
    Il trouvera son salut dans un compteur,
    ses espoirs dans les promesses.
    Multiplier les compteurs,
    Le bonheur est au bout,
    le compteur,
    celui qu’on attendait,
    celui qui n’est jamais venu,
    le nouveau messie,
    l’ange
    la face visible du sacrifice
    des investisseurs qui veulent
    encore
    s’investir
    pour une nation qui n’en vaut plus la peine.

    Eux ont compris
    votre désespoir
    qu’ils veulent bien le partager
    avec vous.

    "Quand on pense
    avoir tout perdu,
    quand on n’a plus d’espoir,
    la vie est un opprobre
    est le compteur
    une délivrance."

    Vous êtes prêts
    maintenant
    à tout accepter,
    par réalisme
    diront les uns,
    par optimisme diront les autres,
    comme si ces -Ismes
    étaient des sciences
    des doctrines
    les nouveaux Logos
    ses livres et ses textes,
    mais jamais les cimetières
    de vos rêves en tant qu’Homme.

    Désespérés de mon pays,
    rampez !

    • 8 décembre 2016 à 01:22 | Babah (#9347) répond à kakilay

      Ce n’est pas parce que vous passez à la ligne au bout de 2 , 3 ou 4 mots que l’ensemble constitue un poème ni que votre txte ait du sens, Kaka-lay. Obscurantisme pédant, ça existe ?

    • 8 décembre 2016 à 11:06 | kakilay (#2022) répond à kakilay

      https://fr.wiktionary.org/wiki/bouducon

      Ne jamais oublier
      le point d’exclamation (!)
      qui
      aggrave sa vapeur ...

  • 12 décembre 2016 à 00:30 | kakilay (#2022)

    Des fois,
    effectivement,
    A voir la détermination
    des rapaces
    qui déploient
    et les ailes
    et des griffes
    ouvertes de bienvenue
    le petit poussin :
    quel Amour !

    Venir d’aussi loin
    de si haut
    ici bas
    pour ce petit bout de chou :
    d’Amour...

    Béni celui
    qui bien y pense...
    sa béatitude sera récompensée.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 78