Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 29 avril 2017
Antananarivo | 05h40
 

Société

Passage d’Enawo dans la capitale

Alerte rouge aux inondations

vendredi 10 mars | Bill

Le cyclone Enawo est sorti de l’île par le sud et en plus des morts il laisse derrière lui des dégâts matériels sans cesse croissants le long du circuit qu’il a emprunté. Dans la capitale notamment où les crues des eaux des rivières ont brisé des digues, c’est l’alerte rouge aux inondations. L’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo (APIPA) est apparemment rattrapée par les événements car contrairement aux assurances qu’elle a signifiées voici quelques jours à propos des digues qui environnent la capitale, des digues ont craqué. Il est vrai que l’APIPA ne s’occupe que de la plaine d’Antananarivo mais la veille qu’elle effectue sur ces eaux et ces digues devrait prendre en compte d’une part l’évolution des débits des eaux de ces rivières et d’autre part les deux bords de ces rivières et non pas seulement les bords attenants à Antananarivo Renivohitra. A beaucoup d’égards, c’est de la mauvaise appréciation des situations qu’elle a livré la veille du passage d’Enawo dans la capitale. Les rivières Sisaony, Ikopa et Imamba admet l’APIPA, atteignent avec un débit de 3m3/seconde pour la plupart des côtes d’alerte. A la rigueur on dira que l’APIPA a fait de mauvaises prévisions sinon qu’elle n’a pas considéré la géographie des réseaux hydrographiques qui traversent Analamanga et la capitale lors de ce passage d’Enawo ; le Grand Tanà est encore loin des préoccupations et de l’esprit de nos prévisionnistes et dirigeants. En tout cas, le fait est là. Des digues ont cédé à Ampahitrosy, à Soavina dans le district d’Atsimondrano, à Fenoarivo dans l’Atsimondrano toujours, à Ambohimangakely aussi bien que le barrage soit de construction récente. La rupture d’une partie de la digue sur la Sisaony, d’environ 60m à Fenoarivo par exemple, est une catastrophe pour les cultures maraîchères et fruitières des cultivateurs. D’après la député élue dans l’Atsimondrano, quelque 6000ha de rizières et champs de culture sont dévastés par les eaux ; heureusement que la totalité des récoltes de riz de première saison a été faite ajoute-t-elle. Dans la commune rurale de Sabotsy-Namehana par contre, les habitants se félicitent de la construction dans les règles de l’art du barrage de Belanitra qui tient bon dorénavant d’après eux et qui n’est plus susceptible de céder.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 174